En toutes circonstances: la petite fête au resto

Samedi soir, Papa Ours et moi étions invités à une petite fête pour une amie au resto. Je me suis dit que ce serait l’occasion parfaite donc de partager mon look avec vous, d’autant que les fêtes de fin d’année approchent que les soirées se multiplient. C’est toujours le moment de l’année où l’on est divisée: autant on aurait envie de s’acheter une nouvelle tenue pour la fête de vendredi, autant on comprend qu’il vaut mieux être raisonnable et garder nos sous pour les cadeaux. C’est également pourquoi j’ai eu envie de faire avec ce que j’ai, mais d’apprêter le tout différemment.

Alors, comme j’étais un peu fatiguée, j’avais envie de noir (une valeur sûre, qui rehausse le blond), d’un vêtement qui a fait ses preuves et d’un minimum d’accessoires. Non, ce soir, je n’essaierais pas de jouer les Olivia Palermo avec mille bijoux dépareillés. J’ai donc opté pour une petit robe noire sans bretelles à décolleté en coeur (BCBGMAXAZRIA, d’il y a 1000 années-mode, ce qui est encore pire que les années-lumière!) et de bas-collants opaques Secret. En rétrospective, j’aurais dû mettre un bas plus fin…Je note pour la prochaine fois.

Comme j’ai toujours tendance au frisson dans les restos l’hiver, j’ai ajouté un petit cardigan  de tricot de coton fin (Forever XXI), lequel j’ai cintré avec un foulard Hermès (modèle Cliquetis) avec un gros noeud sur le devant. J’adore faire ça! Ça donne une véritable unité au look et, quand on ne porte que u noir, ça permet d’injecter dans le look la petite dose de couleur. Voyez ma styliste personnelle qui arrange mon look pour ma séance photo:

Encore une fois, petites bottes BCBGMAXAZRIA à clous, bracelet Tiffany Locks et boucles d’oreilles en grosses perles (pour rehausser le blanc de mes yeux). Pour l’extérieur, petite veste de laine à manches bouffantes (il ne faisait pas assez froid pour le manteau de fourrure de castor recyclée) (BCBGMAXAXRIA), foulard de laine à col de lapin (Holt Renfrew) et sac noir Mulberry (modèle Baywater). Sur mes ongles: mon adoré vernis Diorific teinte Diva de Dior, pour mettre en relief mon petit côté existentiel-glamour (genre “moi, je lis Heidegger sur mon Ipad en écoutant Florence and the Machine” même si, en vérité, c’est plus “Moi je lis Flare avec de l’huile à cuticules et des gants de coton en regardant Up all Night“).

En ce qui concerne le maquillage, j’avais envie de facilité et de simplicité. Exit donc le maquillage à grand déploiement (liner Bardot ou rouge à lèvres précis, qui demande une surveillance de tous les instants et la main stable d’une neurochirurgienne). J’ai plutôt été dans le flou-flatteur, disons. Donc, j’ai travaillé mon teint avec mon fond de teint Flower Perfection de Bourjois et du cache-cernes sous les yeux (Clé de Peau). J’ai défini mes joues avecle blush crème Penny Lane de Nars, sur lequel j’ai posé en touches-lumière le Smudge Pot Stila, teinte Kitten, lequel j’ai également appliqué dans le coin interne de l’oeil pour réveiller mon regard.

Sur mes yeux, j’ai appliqué la pallette Fairy Gold de Dior qui a officiellement remplacé ma palette Naked d’Urban Decay ces jours-ci. Sur la paupière entière j’ai appliqué l’ombre du coin bas gauche, puis, j’ai défini le coin externe de l’oeil avec l’ombre du coin bas droit de la palette. Puis, comme c’était le soir, j’ai appliqué sur toute la paupière mobile l’ombre blanche irisée du centre pour un effet poudre d’étoiles filantes. Über-chic.

Sur mes lèvres, j’ai été au plus simple: mon fidèle Lip Glow Dior qui est devenu un peu une partie de moi-même, mais lequel j’ai ajouté le Ultra-Gloss Dior teinte 424, Flash, un doré-lamé étincelant qui fait la lèvre pulpeuse et festive-urbaine. Petit pshiit de Mûre et Musc de l’Artisan Parfumeur et voilà, la nuit était à moi.