Mes achats aux États-Unis (suite et fin)

Achats USAMe voici de retour depuis une semaine même si on dirait plutôt que je suis revenue il y en a cinq. Comme le temps passe vite! Avant de vous faire un petit aperçu plus détaillé de ma nouvelle pommade hyper ancestrale (indice: la grand-maman de Marie-Antoinnette l’adorait déjà), voici un dernier petit article sur mes achats américains. Bon, ces achats-ci sont différents de ceux précédemment exposés (ici et ici) car ce sont ceux que je fais en ligne avant mon départ et que je fais livrer à mon lieu de vacances. La logistique n’est pas énorme pour peu que l’on reste plus ou moins à la même place un petit moment mais elle permet souvent d’avoir accès à des marques nouvelles, rares et différentes sans payer des frais de douanes et d’expédition décourageants. Autre avantage? Cela allège l’horaire des vacances: imaginez la joie de la famille quand vous annoncerez qu’il n’est plus nécessaire de faire deux heures de route pour aller chez ChiChi La Crème, mignonne petite boutique confidentielle qui tient (semblerait-il) une mythique crème népalaise adorée des femmes sherpa pour protéger du froid, et aussi des thés de ballerines, juste au nord de la pittoresque ville fantôme de Nowhere. Yeah!! Tout le monde y gagne! Et puis, enfin, cela va de soi: un petit paquet quand on arrive, ça commence drôlement bien les vacances! (En plus, ça enlève aussi de la pression puisque l’on a exactement ce que l’on veut, dès le jour 1, sans avoir à faire plein de boutiques pour le petit “lipstick nude-pêche-rosé texture satin comme la fille dans cette découpe de magazine-là”.)

Comment je fais? Si je vais en vacances chez quelqu’un, je fais livrer tout simplement à l’adresse de mes hôtes. Petite précaution: je préviens mon destinataire (en l’occurrence, souvent mon beau-papa ou ma belle-maman) et je mets leurs noms à titre de destinataires. Ainsi, dans l’éventualité où mes hôtes devraient aller chercher le paquet à la poste, il leur suffirait de montrer leur pièce d’identité (et non la mienne, ce qui pourrait s’avérer compliqué). À cause de ce manège, plusieurs e-boutiques de beauté semblent penser que mes beaux-parents sont des consommateurs avertis de produits de beauté avec un penchant marqué pour les baumes à lèvres et soins éclat, certaines marques leur envoyant même des catalogues de produits de beauté! Ça nous fait bien rigoler.

Si je vais dans un hôtel, je communique toujours avec l’hôtel à l’avance, pour savoir comment m’y prendre et je conclue toujours l’appel téléphonique en disant d’un ton affirmé “et merci de mettre une note à cet effet dans mon dossier“. C’est très Éloïse comme processus. Je communique aussi avec la boutique de laquelle je commande pour leur demander d’inscrire dans l’adresse d’expédition “Guest of the (…) (nom de l’hôtel)  between (…)(dates)”. J’essaie de bien synchroniser les choses, quitte à ce que le paquet arrive un peu avant moi. Le paquet m’attend ensuite soit à la réception soit au “centre d’affaires” de l’hôtel, selon. À noter, certains hôtels chargent des frais (tout de même raisonnables) pour réceptionner un paquet. Bon, j’ai l’air d’une pro comme cela mais je n’ai fait cela qu’une fois dans ma vie. Et ce fût un succès, disons-le! Enfin, pour celles qui partent faire du backpacking ou du camping, je ne saurais comment m’y prendre…De toute manière je crois que vous ne voudrez pas vous alourdir d’un gros flacon de verre Sunday Riley ou d’une palette fragile: mieux vaudra attendre le retour. Oui, c’est plus sage. Ah oui, autre petite note: certaines compagnies n’acceptent que des cartes de crédit américaines quand on expédie aux États Unis (oui Sephora, je parle de toi). À moins d’effectivement avoir une carte de crédit US, rien à faire alors, on oublie ou on va en boutique.

Et, enfin, la grande question: quand je commande en ligne, je commande quoi? À ce jour dans ma vie (lire: au fil des ans et pas d’un seul coup), j’ai commandé ainsi des produits Vapour Organics, RMS, des produits Paul & Joe et Rouge Bunny Rouge de Beauty Habit…En fait, j’ai commandé de tout et de rien chez Beauty Habit! J’adore Beauty Habit! J’ai commandé le parfum Leila Lou, de l’encens Juniper Ridge, des bracelets Pura Vida, ma bouteille d’eau BKR…  N’oublions pas Jouercosmetics.com, une charmante compagnie américaine non-vendue ici dont les produits de maquillage s’emboîtent comme des legos. Le rêve absolu de la fille organisée! J’ai ainsi pu tester l’enlumineur et le cheek tint qui sont absolument cultes (avec raison!). Ils figurent souvent dans les favoris d‘Into The Gloss. Idem pour la poudre bronzante qui est très aimée (mais qui malheureusement sur moi virait un peu orange). Notons aussi leur sublime rouge à lèvres nude-rosé-pêche satin parfait, la teinte Meredith! Et le Luminizing Cheek Tint, absolument sublime (mais qui est un peu collant au toucher, mentionnons-le). Quoi d’autre…? Je commande aussi les produits de Charlotte Tilbury, naturellement! Et tout récemment, les produits Glossier. Sur ma liste pour la prochaine fois? Certains basiques de Le Métier de Beauté, que l’on peut semblerait-il commander auprès de Neiman Marcus! Voili voilà! Vous, vous avez des astuces logistiques pour sauver la douane et les frais de port? Vous commandez quoi quand vous allez en vacances?

Mini fée

Mini fée

Vous savez ce teint de fée, velouté, lumineux, zéro-brillance… Ce teint style, je me réveille dans une corolle de pivoine? Je me lave le visage dans un bain d’oiseaux? Ce teint tout doux, un peu flou, j’essaie de le créer chaque matin, souvent en vain.

Jusqu’à ce que je découvre la poudre pressée lumineuse Love Lights, teinte Sweet to Touch de Rouge Bunny Rouge, comme une caresse de pétales, comme si j’avais reçu de la poudre de Perséides sur le visage à force d’avoir le visage tourné vers le ciel d’été. Une lumière mystérieuse surnaturelle en somme. Mais qui reste naturelle. Plus pratique que mes Météorites de Guerlain quand je suis de sortie, je l’utilise pour matifier tout en lumière au course de la journée, avec un gros pinceau. Jamais métallique, jamais véritablement irisée (quoique oui, il y aie d’infimes brillants si on regarde de très près), cette poudre rose bébé crémeuse réveille mon teint fatigué (un peu comme celle de Bobbi Brown d’ailleurs, la Blushing Nudes dont je vous avais parlée ici) et m’aide dans ma quête teint de fée, aussi irréaliste soit-elle. D’ailleurs, à très bientôt pour des conseils beauté pour avoir des ailes toutes fines et irisées et apprendre à parler aux oiseaux ou lapins!

Abracadabra, bon lundi à toutes! (Et je m’envole dans une poussière d’étoiles).

C’est le printemps (dans mon étui à maquillage)

Makeup kitJuste au cas où vous auriez un petit doute, j’ai super hâte au printemps. Je trépigne, je sautille, je retiens mon souffle. Hâte de me promener au parc tout en bourgeons, hâte de faire du vélo avec Petite Ourse, hâte de nettoyer mon jardin, hâte d’aller manger une crème glacée chez Léo le Glacier mais surtout, hâte de mettre de jolies chaussures sans bas collants. Ômondieu que j’ai hâte! En attendant de passer en mode Officiellement-Printemps côté mode (du chiffon, du pastel, du peep-toe, du fleuri!), j’ai déjà fait fleurir mon étui.

Voici voici, mon petit kit beauté qui accompagne mes jours d’avril.

D’abord, ma poudre Poupoupidou T. Leclerc! Il s’agit d’une merveille de la collection éphémère Loved by You, un collection de jolie pin-up, parfaite pour les coquettes qui aiment les produits mythiques. Cette poudre, proposée dans la teinte unique “Nude“, me fait un teint absolument sublime. Elle matifie et unifie mon teint un peu hâlé; idéale pour les retouches durant la journée, elle semble véritablement réveiller mon teint fatigué, en lui donnant un hâlo perlé trop parfait. J’adore tout: le poudrier surdimentionné, sa teinte rose, bien sûr, mais surtout, mon teint de ballerine et l’effet clairement “assainissant” de ce produit sur mon épiderme. Enfin, avis à celles qui sont intéressées, elle n’est pas facile à trouver…C’est M., la maman de mon amie M., qui l’a trouvée à une pharmacie à l’extérieur de Paris, genre, 5 pharmacies plus tard. Un énorme merci!

Le mascara Diorshow Iconic Overcurl de Dior (une exclusivité Sephora pour le moment) qui me fait de super cils de biche, parfait pour accompagner mon teint de pin-up. On dit qu’il tient bien la courbe des cils et à cet égard, je n’en sais rien puisque mes extensions de cils sont déjà bien recourbées. Par contre, je constate qu’il me fait des cils bien épais, noirs de jais et duveteux malgré tout, sans flocons ni paquets, donc, j’adore.

Le blush Original Skin de Rouge Bunny Rouge, teinte Gracilis: mon dernier achat blush, mon nouvel amour. Vous savez combien j’ai été conquise par mon blush teinte Orpheline…Cette teinte est un rose froid tout doux, un rose vraiment ballet et fleurs en boutons qui me fait des joues plus que parfaites, jour après jour. Des joues de fille gracieuse, je me plaîs à imaginer. Je le porte avec…

Le baume à lèvres Sip of Pink Shimmering Luxe Lip Balm, de Rouge Bunny Rouge, suivi du gloss teinte Rhubarb Custard Glassy Gloss également de Rouge Bunny Rouge. Alors non, je ne suis pas commanditée par Rouge Bunny Rouge (omygod, ce serait trop cool!) (en même temps, j’aime bien être un électron libre, vive la liberté!) (bon, Papa Ours est mort de rire en lisant ce que je viens d’écrire sur mon “intégrité artistique” en parlant de gloss.) Donc, je disais, ah oui, je suis tellement amoureuse de Rouge Bunny Rouge, j’adore tout, tout, tout! Qualité hors pair et textures, teintes et produits vraiment intéressants et innovateurs. C’est le cas avec ce baume à lèvres rose d’or qui fait des lèvres lumineuses, comme si on regardait un coucher de soleil. Une lumière romantique discrète. Avec mon gloss Rhubarb Custard, rose-nude poudré, l’effet est exactement comme sur la photo de la marque (d’ailleurs, c’est exactement ce que la marque avait utilisé pour créer ce look- je le sais car je leur ai écrit au milieu de la nuit, hantée par l’interrogation). Que dire…je suis trop contente de cette combinaison très chic (Gracilis+Sip of Pink+Rhubarb Custard, portés avec mon fard à paupières Illusion d’ombres Chanel, teinte Émerveillée (une redécouverte)) qui rompt avec la routine.

Look "Mistral" de Rouge Bunny Rouge. Crédit photo: Rouge Bunny Rouge

Look “Mistral” de Rouge Bunny Rouge. Crédit photo: Rouge Bunny Rouge

Sinon, dans mon étui j’ai aussi…une lime à ongle Tweezerman, des papiers matifiants Boscia, un stylo anti-taches pour le vêtements Tide-to-Go, mon cache-cernes Clé de Peau (teinte 02), mon crayon à lèvres essentiel à ma survie Giorgio Armani teinte 12, mon Rescue Remedy de Bach, mon Lip Glow Dior (sérieusement, vous croyiez que je l’avais mis de côté? Jamais!), un mini flacon de Mermaid, des soies dentaires portatives Floss Sachet de Radius (so pratique!!), un baume à lèvres Dyptique (my new love! Il sent la France!), une éponge Beauty Blender (pour les retouches on the go), des menthes Altoids, le trop requinquant gloss Iconic de Dior teinte Diablotine (le même que Daphne Groeneveld porte dans la campagne publicitaire, avec le chandail jaune; je le sais car j’ai écrit un courriel pour vérifier) un peigne Mason Pearson, une crème à cuticules l’Occitane (géniale pour le jour car pas trop grasse) et la trop sublime crème Miel aux Mille Vertus Sanoflore qui sent les fleurs-vanille et fait la peau douce comme du satin. Ah oui, il y a aussi un élastique à cheveux, des bobby pins, des épingles à couche piquées sur un carton et une barrette en forme de boucle. Sans oublier un pinceau pour le blush et un pour la poudre et…un tube de rouge à lèvres absolument souverain dont je vous reparle bien vite. Vous reconnaissez le tube mystérieux?

Comme vous le constaterez, je suis aussi minimaliste dans mon étui à maquillage que quand je fais mes bagages…Notez tout de même que je n’ai pas pris mon nécessaire d’aquarelles ni de quoi faire des bulles de savon. En fait, ces jours-ci, je me maquille souvent dans le métro, dans l’auto, au bureau…réveil en retard oblige. Au moins, là, j’ai tout ce qui faut.

Vous, parlez moi de votre étui à maquillage du printemps. Je veux tout savoir…Allez, allez!

Nu Habillé

Nothing Unknown

J’ai remarqué que bien souvent, dans la vie, tout ce qui a un double nom du même nom, c’est souvent génial. Je pense bien sûr à Duran Duran, au film Cours Lola Cours, à notre Tro Tro familial et aussi… à la géniale (et encore mi-clandestine) marque de maquillage Rouge Bunny Rouge que je viens de découvrir par l’entremise du parfait rouge à lèvres nude.

Les rouges à lèvres nude. Parlons-en. J’adore les rouges à lèvres nude. Je les adore sur tout le monde. Sauf sur moi. Chaque fois que dans la rue je croise une fille aux yeux enfumés et à la lèvre nude effacée, je me dis : « Ahh, Bingo! C’est ton look de demain! ». Mais le lendemain, une fois assise à mon bureau je me regarde dans le miroir, lèvres nude à souhait, et…j’ai l’air toute nue. Pas nue-nue. Juste nue genre, je n’ai pas fini de me maquiller. Genre, j’ai quitté en coup de vent et oublié mes 25 rouges à lèvres malgré les cinquante sacs que je trimballe. Nue genre mon nouveau slogan c’est « L’important c’est le dedans » et vraiment, le reste, c’est zéro important. D’ailleurs, tiens, un vieux tapis : génial ce sera ma jupe de demain tellement je me fous de mon look. Et, ça te dérange si je m’attache les cheveux avec la ficelle de ton rôti? Oui, vous avez tout compris. Ce nu là: le nu qui manque de finition. Le nu du n’importe quoi.

Oui, au cours de mon existence, j’ai trouvé des rouges à lèvres nude que j’aimais (tout plein, quand même), que j’ai adoptés au passage (souvent plus glossy, plus rosés, plus rose-pêche), mais le vrai nu, celui de la fille aux yeux enfumés qui vient de me croiser, il m’échappait. Vous savez, le nu parfait qui ne donne pas des lèvres appétissantes comme du ciment. Le nu pulpeux, sensuel, boudeur. Le nu chic, classique, cool, plein de contradictions. Genre Rock n’ Roll et Chanel. Le nu de façon Brigitte Bardot et Belle de Jour. Le nu habillé.

Nothing Unknown

Ce nu habillé, je l’ai enfin trouvé. Il est le mélange rêvé et improbable de beige, rose, pêche et mauve (oui, mauve). Les particules sont si fines que le rouge n’a pas l’air irisé du tout alors que malgré tout, il semble changer de couleur au gré de la lumière, comme animé de reflets subtils, vaguement incandescents. Hydratant, bonne tenue, tube chic, tout est là. Mais surtout, c’est mon nu habillé qui me va. À moi. Enfin.  Le nu de toutes les contradictions, le nu à porter avec des yeux enfumés et une robe plus chic que chic alors que Duran Duran joue à tue tête dans nos écouteurs. Vous savez, la fille aux yeux enfumés et à la lèvre nude-so-chic que vous venez de croiser? C’est moi maintenant.

P.S. : Je prédis un statut de produit totalement culte à ce rouge à lèvres dans…oh, je ne sais pas, 30 secondes? Comme le caches-cernes Clé de Peau, comme le blush Orgasm de Nars, comme le Baume de Rose de By Terry. Oui, c’est de ce calibre.

P.P.S: Oh mon dieu: une amie m’a fait remarquer que j’ai complètement omis de mentionner la teinte de mon rouge à lèvres. Il s’agit de la teinte Nothing Unknown de la gamme Colour Burst Lipstick de la marque Rouge Bunny Rouge. Mes excuses…