Mieux vivre avec moins de lumière – Partie 2

White on white

J’ai publié la partie un de mon article traitant de trucs pour surmonter les difficultés physiques de l’hiver il y a un bon moment. Aujourd’hui, de retour de vacances au soleil, il m’a semblé qu’il me fallait vivement relire mes notes et rédiger la partie deux de mon article adressant les difficultés que l’hiver peut poser à l’âme, ne serait-ce que pour me rappeler le tout à moi-même.

Point de vue mental, je considère parfois l’hiver comme un marathon. L’énergie est déjà basse et, tempête après tempête on comprend que les jonquilles ne sont pas sur le point de sortir. On voit le printemps comme une ligne d’arrivée qui n’arrive pas. C’est dans cet essoufflement que souvent je me sens plus vulnérables aux troubles d’humeur. Manque d’inspiration, manque de motivation, sentiment que tous les jours se ressemblent, coups de blues et même anxiété. Voiture sale à déneiger (encore et encore), routes glissantes, habits de neiges trempés chaque soirs, vent qui picote la peau à l’arrêt d’autobus, soleil gris… Oui, c’est difficile si on s’y attarde mais il y a aussi plein de beaux côtés ! La ville toute blanche, les beaux manteaux, les flocons, les promenades, les bruits étouffés, la raclette et les potages, la neige qui fait un bruit de meringue craquante quand on marche et l’ambiance « chaleur  festive » qui émane des restos illuminés… Aimer l’hiver, même quand il s’étire, ça s’apprend. Voici donc mes petits trucs qui m’aident à rester en forme dans ma tête et dans mon cœur quand je n’ai qu’une envie : que le printemps vienne me réchauffer la peau.

Soyons hygge

Le hygge est partout, c’est la nouvelle tendance : cette culture de vie danoise mettant l’accent sur la nidation douillette illuminée de bougies semble tombée du ciel. Soyons honnêtes toutefois, boire un chocolat chaud après le ski en portant de grosses chaussettes, ça n’est pas non plus un concept qui est «nouveau». Je crois qu’on est toutes un peu hygge instinctivement, pourvu qu’on aime un peu la vie. Ce qui est nouveau toutefois (pour moi en tout cas), c’est de concevoir mon mode de vie hivernal comme un art de vivre choisi. Je ne mange pas simplement du cake au citron en buvant un thé en habits de joggings : je vis une vie hygge décomplexée. Bon, je sais que le hygge est un concept beaucoup plus complexe et flou que cela, c’est pourquoi lire Le livre du hygge se révèlera être une lecture aussi pertinente qu’inspirante. J’y ai appris plein de trucs pour embellir mon quotidien durant les mois froids et surtout, me tenir le cœur au chaud quand l’hiver semble ne plus finir. C’est un livre qui nous rappelle aussi que nous ne sommes pas seuls à vivre la réalité des hivers longs et froids. Et ça aussi, ça réchauffe le cœur. Enfin, réjouissons-nous que ce soit le hygge qui soit à la mode plutôt que le heroine chic ou le corporate gothic, non ?

Vivons l’hiver pleinement

J’essaie de vivre l’hiver pleinement. Pas d’auto-bronzant, de poudre Terracotta, ni de spray tan : j’essaie plutôt de me trouver des modèles « peau claire » pour m’inspirer. Marie-Antoinette, fée des glaces, ingénue pâle victorienne, pin-up avec un rouge à lèvres rouge qui claque…Ça me simplifie la vie de ne pas avoir à m’inventer un hâle de toutes pièces au quotidien mais surtout, ça m’aide à être dans le moment présent. Présentement je suis une québécoise à peau pâle cachée sous un gros foulard. Je rosis mes joues avec Lillium de Stila comme si je revenais d’une promenade en traîneau et ma maison sent le chalet dans la forêt (le sapin). C’est ma réalité et elle n’est pas dénuée de romantisme alors autant en profiter. Mais bon, je rédige plein de listes de rêves pour quand le soleil ressortira ! (Tom Ford Soleiet Eau Terracotta de Guerlain!)

Vive les rituels compliqués !

Comme je passe davantage de temps à l’intérieur l’hiver (et que les soirées sont plus longues) j’en profite pour faire plein de rituels beauté compliqués : bains, masques, bain de vapeur pour le visage, brossage du corps à sec et masques à cheveux, exfoliation des mains et manucures… Je réorganise mes produits, je trempe plus longtemps dans le bain, je prends une douche en regardant le pommeau, pour que l’eau chaude me coule sur le visage et roule sur mes joues, je masse mes pommettes, je draine mes mollets et je pince la cellulite de mes fesses avec de la crème hydratante en disant oust ! Je fais tout cela davantage pour m’amuser et pour me ressourcer que pour les résultats que cela procure, mais ça me réchauffe physiquement et moralement. Et comme je ressors de mes rituels beauté bien hydratée au surplus, et bien, je continue !

Bas collants

La garde-robe d’hiver que l’on ne supporte plus

Ici, n’est pas rare que l’on mette ses vêtements chauds à compter de la mi-septembre jusqu’à presque début mai. C’est presque huit mois ! Il va de soi que l’on devient vite blasée par ses chandails et zéro excitée à l’idée de s’habiller le matin avec, soupir, encore un lainage. Comment survivre sans dépenser une fortune ? Mon truc : m’amuser avec les bas collants. Résille, tulle, motifs, couture, tricots de laine…Autant d’options qui rehausseront une tenue pour moins de 25$. Mon autre combo gagnante: mixer chandails de couleur vives et boucles d’oreilles super intenses à la J.Crew. C’est frais, ça permet plein de combinaisons et surtout, ça garde au chaud quand il fait encore froid.

Arrêter de rêver au printemps

Il y a eu des hivers où je me répétais : « tout ira mieux quand il fera beau ». J’étais en attente, c’était long. Maintenant j’essaie de me dire que je vais laisser le printemps me SURPRENDRE, genre « oh, mais qu’est-ce que je fais en manteau alors qu’il y a des fleurs partout ? ». Je le vois comme un exercice concret de « vivre le moment présent ». J’ignore délibérément les vitrines de vêtements légers qui arrivent quand tout est encore gelé et en profite plutôt pour dénicher de quoi donner un deuxième souffle à mon linge d’hiver parmi tout ce qui est super soldé. J’essaie de me réjouir de vivre dans un pays où les quatre saisons sont aussi clairement définies et je me dis que c’est mon devoir d’en profiter pleinement : ski, patin, raquette, promenades, lecture sous une pile de couvertures, thé et pain tiède beurré avec du miel à tremper, crèmes hydratantes riches, bougies, écharpes et sous-vêtements en mérino…l’hiver a son lot de bonheurs, pourquoi s’en priver ?

Bien s’entourer

Pour mieux vivre l’hiver, il faut bien s’entourer intellectuellement. Lire des livres qui décrivent la chaleur étouffante du Pérou, regarder des films dont l’action se déroule dans le désert de l’Arizona, m’abonner à des comptes Instagram beachy et tropicaux qui, chaque jour, me mettent des images de plage et de bikini dans le visage, ça ne fait qu’ajouter à ce sentiment de « besoin » de chaleur qui est partout sauf chez nous. (Bon, je le fais quand même hein. Mais j’essaie de ne pas trop regarder !) J’essaie plutôt de lire slave ou scandinave, de lire des blogues où les filles ne sont pas en jambes nues en février (mon favori étant Life in a Cold Climate– j’adore !) et de ralentir la lecture des magazines qui, passé la St-Valentin, sont déjà en train de nous présenter les maillots de bain.

Inviter la nature chez moi

Vers la fin de l’hiver, je suis en craving de chaleur et de soleil, certes, mais aussi de en mal de nature. Tout est gris dehors depuis si longtemps. Je rêve de pousses et de bourgeons. C’est le temps d’inviter la nature à l’intérieur : bulbes à faire fleurir (mes préférées sont les jacinthes), tulipes coupées achetées à l’épicerie, branches à mettre dans l’eau pour les faire bourgeonner, même acheter une plante en pot me fait du bien. C’est peu mais vers la fin, ça me permet de patienter et, j’ose le dire, c’est plus remontant qu’un nouveau rouge à lèvres.

Aller dans le sud- mise en garde

Un petit voyage au soleil l’hiver, oui, ça fait un bien énorme. Ça recharge les batteries internes et ça permet de refaire le plein d’énergie. Mais attention, mise en garde : on est tellement en manque de soleil que même armée des meilleures intentions (et de la plus protectrice crème solaire) du monde on sera tentée de s’étendre sur la plage et de bien faire chauffer sa peau sous les rayons. Inutile de vous dire : mes pires coups de soleil (et taches pigmentaires) sont survenues ainsi. Le printemps permet au soleil de revenir doucement. La nature fait bien les choses, dit-on…

Winter magic

Romancer sa réalité

Comme toujours, quand j’ai besoin de motivation, je puise dans mon imagination : je m’imagine explorer le Stockholm souterrain (quand je sors du métro Laurier), être un lutin du Père Noël dans un livre de mes enfants (quand je vais acheter du lait au dépanneur en pleine tempête de neige), être poète en Sibérie (quand je fais mon café un mardi matin glacé). C’est bête mais d’agir comme si j’avais choisi la température dehors m’aide à l’accepter. Puis, quand rien ne marche, je me rappelle que la nature (et moi-même) avons besoin de repos pour refleurir à nouveau. Ne dit-on pas que la nature ne fait rien en vain ? Je nous souhaite un très bel hiver.

Vivre avec moins (de lumière)

moins-de-lumiereCes jours-ci, se réveiller le matin est vraiment, vraiment difficile. Mon alarme sonne à 5h, 5h05, 5h07, 5h10, 5h15, 5h19, 5h24 et 5h30.

Je sais, je sais: je ferais mieux de juste dormir jusqu’à 5h30 mais j’ai besoin de me préparer mentalement, dans un demi-sommeil. Il fait tellement noir. Il fait tellement froid. J’ai tellement, tellement envie d’hiberner.

La fin de semaine dernière, on a changé l’heure. Pour moi, cela marque le début officiel de ma carence en lumière que je vis tous les hivers. Au fil des ans, j’ai développé des petits trucs, des petites façons de faire qui m’aident à avoir plus d’énergie, moins de rhumes et meilleur moral quand il fait froid et que je suis en mal de lumière. Il va de soi que chacune est différente et qu’il lui appartiendra de voir ce qui fonctionne pour elle. Dans cet article vous trouverez le fruit de mes trouvailles personnelles et aussi, un compendium de solutions glanées lors des mes recherches Google désespérées de février dernier, lorsque rien n’allait plus et que j’avais juste hâte au printemps.

Je vous propose un article en deux partie: Partie 1- Concrètement et Partie 2 – Mentalement.

Donc, concrètement:

Les vitamines – On dirait que plus il fait noir tôt, plus je suis en manque de vitamines. J’ai beau manger bien comme il faut, plein de fruits (et je n’aime même pas les fruits), de légumes, rien n’y fait. Comme tout le monde, je prends de la vitamine C, surtout quelques jours avant un gros événement, quand je sens que je suis fatiguée ou que je suis sur le point d’être enrhumée. Les vitamines C effervescentes sont celles que que préfère et j’essaie aussi de faire des jus d’oranges frais (avec un presse-jus, pour la famille), pour bien commencer la journée. Il n’y a rien comme un jus d’orange frais: c’est le secret d’une bonne journée même si ça m’éclabousse partout et que j’ai de de la pulpe dans le creux des coudes quand je déjeune. Mais la vitamine C, ça n’est pas assez. Au plus noir de l’hiver, quand mon moral commence à être affecté, souvent, l’anxiété embarque. (Ça vous dirait un article sur l’anxiété?). L’anxiété commence doucement et je ne m’en rends pas trop compte mais, tout à coup, mon coeur bat vite, j’ai de la difficulté à respirer et ça tourbillonne dans ma tête. La vitamine qui a TOUT changé pour moi? La vitamine B. Je prends celle-ci, de Jamieson: le complexe B100. Cette vitamine me garde calme, me garde focus, équilibrée et lève le voile de noirceur qui s’abat dans ma tête quand il n’y a plus de lumière. J’en prends toute l’année maintenant. C’est magique. Je prends aussi une Vitamine D et une multivitamine, sur recommendation de mon médecin.

La lumière – J’ai aussi une lampe de luminothérapie depuis l’an dernier. Un petit 20 minutes, tous les matins quand j’arrive au bureau pendant que je réponds à mes courriels et je me sens de super humeur. Je me sens comme WALL-E quand il se recharge dans le film et que son système redémarre. L’effet “soleil d’été brillant” qui entre dans les yeux et se reflète sur ma peau fait toute la différence; c’est très énergisant. Pour compenser le manque de lumière j’essaie aussi de me tenir près des fenêtres, d’ouvrir grand les rideaux et d’aller me “mettre au soleil” quelques minutes quand c’est possible dans un endroit vitré (bibliothèque municipale, verrières de tours à bureaux, près des fenêtres à la cafétéria au chalet de ski, etc., bref, n’importe où de super lumineux). Si à la maison il y a un endroit où il y a de la lumière directe, je crois que ça vaudrait la peine de l’aménager en petit coin “bain de soleil” pour aller refaire le plein de lumière au creux de l’hiver-on pourra y lire, faire la sieste, prendre son café, etc.

La chaleur – Il n’y a rien de pire quand il fait froid que d’avoir froid. Et, à l’inverse, je pense qu’il n’y a rien de plus délicieux quand il fait froid que d’être au chaud. J’ai appris à me réchauffer de l’extérieur et de l’intérieur, moi qui ai toujours froid. Quand j’arrive au bureau, tous les matins, je branche ma chaufferette et ma bouilloire. Boire de l’eau chaude (ou du thé, ou de la tisane ou de l’eau chaude-citron) toute la journée me fait un bien immense et en plus, c’est bon pour le teint. Dans mon bureau j’ai aussi plein de châles que j’enveloppe autour de mes épaules ou met sur mes genoux quand je travaille; les châles sont les doudous des adultes- c’est essentiel. À la maison, idem: je reste cozy avec des jambières de laines, des grosses chaussettes, des pantoufles en mouton, des cardigans à grosses mailles et une robe de chambre en coton ouaté (sexy!). La clé, pour ne pas avoir froid au réveil le matin, c’est de laisser la robe de chambre, les pantoufles et les pantalons de jogging épais à côté du lit. À côté. Pas sur la chaise de l’autre côté de la chambre, il faut pouvoir étendre le bras les yeux fermés et enfiler tout ça en dessous des couvertures, sans sortir du lit. Je vous promets que le réveil sera plus facile. Enfin, je ne vous parle même pas de manteaux, mitaines, tuque et foulards. En Norvège, il y a un proverbe: “Il n’y a pas de mauvaise météo. Juste de mauvais vêtements.” (Je vous avais dit que j’avais fait des recherches Google). En gros, il faut investir, il faut s’habiller chaudement. Il faut accepter qu’on aura 10 livres de plus en laine, duvet et tricots et qu’on est loin de la silhouette fluide de la robe en chiffon du mois d’août. Mais on s’en fout: on sera bien comme tout pour attendre l’autobus. Pour me réchauffer de l’intérieur, il n’y a rien comme les bains fumants (tous les soirs) et les saunas, lorsque c’est possible. Mon rêve serait d’ailleurs d’avoir un sauna infrarouge dans ma maison (et quoi encore). Cette année j’ai commencé à faire du sport de manière régulière et j’ai vraiment l’impression que le workout m’aidera à me réchauffer. Le yoga chaud serait aussi une excellente option. Enfin, quand je sors au resto et que je porte des bottes à talons très chic (mais moins chaudes), je mets des chauffes-pieds dedans et je garde des chauffes-mains dans les poches de mon manteau.

img_6797

Les aliments – On sait toutes que pour être bien, il faut bien s’alimenter. Cela étant dit, toutefois, l’hiver, la dernière chose dont j’ai envie c’est d’une salade de pousses printanières fraîchement sortie du frigo. Alors oui, je mange santé mais surtout, je mange chaud,  notamment des “salades chaudes”: de la courge rôtie sur un lit de verdure et de quinoa, un artichaut bouilli avec sa vinaigrette, de la ratatouille ou des légumes vapeur cuits à l’asiatique (dans un panier en bambou) avec des graines de sésame. J’aime aussi les soupes et potages, les lattes de matcha et les laits chauds au miel avant le dodo. Je trouve aussi le livre “Eat Pretty” de Jolene Hart inspirant car il explique, selon les saisons, les aliments à privilégier pour prévenir les carences et propose quelques recettes.

Stay warm

Le sommeil – Quand il y a moins de lumière, j’ai besoin de davantage de sommeil. J’ai envie de lire, de flâner au lit, de me coucher plus tôt, de faire des siestes. La ville semble au ralenti et cela me permet d’écouter ma fatigue et de donner suite à mon envie de me blottir dans mon lit. Avant je le combattais. Maintenant, j’en profite; je m’offre un beau nouveau pyjama tous les automnes, je sors les couvertures et je fais mon nid avec une pile de lecture, une bonne crème de nuit et des draps repassés. Le petit truc qui change tout: le couvre-matelas chauffant qui fait que le lit est déjà réchauffé quand on va se coucher. Le bonheur.

À très vite pour la partie 2! Et courage pour le changement d’heure! N’hésitez pas à venir compléter ma liste de trucs en ajoutant les vôtres!

Baumes à lèvres pour les temps qui courent

Baumes à lèvres froidÇa y est ! C’est officiellement le moment de l’année où la peau, le teint et le niveau d’énergie fonctionne sur la réserve. Le voyant rouge est allumé. Tout est au plus bas. C’est pénible. C’est long. On dirait qu’il n’y a plus de solutions. Et pour les lèvres, n’en parlons même pas : elles font mal, elles tiraillent, elle sont inconfortables, et, triste ironie du sort, elles sont absolument incompatibles avec les rouges à lèvres mats alors que c’est justement la saison. Nul!

Bon, ressaisissons-nous, j’ai des solutions. Non que tout soit parfait de ce côté là pour moi (moi aussi, j’ai mal aux lèvres, comme tout le monde je pense), je vous présente ici les meilleurs pots et tubes qui mettent un peu de baume sur cet inconfort bien hivernal.

(De gauche à droite sur la photo- et oui, c’est bien une motoneige) D’abord, le Baume à lèvres Intensif Eucerin : il s’agit d’une nouvelle découverte pour moi cette année, je suis tombée dessus un matin à la pharmacie. De mémoire, il coûte moins de 6$ et le produit s’étire vraiment, de sorte que l’on en a vraiment pour notre argent. Bon, il n’est pas naturel mais il est efficace pour les temps froids. Contrairement à l’onguent Eucerin qui a une texture très « Vaseline », ce baume a davantage une texture nylon, comme un filet fin à peine siliconé. On a véritablement l’impression d’habiller nos lèvres pour l’extérieur avec une matière hybride textile-soin performante, c’est donc vraiment parfait pour les grands froids. À noter, ce baume est, à mon sens, un bien meilleur protecteur que guérisseur, de sorte qu’il a tout avantage à être utilisé de manière préventive. Enfin, autre avantage de la texture siliconée : le rendu est assez sublimant, comme un gloss perfecteur. Je l’ai porté au bureau tout l’automne. Autre avantage de ce baume : le produit a une assez bonne tenue sans être collant, contrairement à d’autres produits semblables qui sont absorbés en moins de deux ou qui glissent. On s’en réjouit.

Passons ensuite au mythique Onguent médicamenté Blistex, que j’ai acheté un jour où j’avais particulièrement mal aux lèvres et où je me suis rappelée les bons conseils de ma grand-maman qui ne jurait que par ce petit tube quand plus rien ne marchait. Et alors ? Hyper rassurant point de vue odeur et tube qui n’a pas changé, mais surtout, effet apaisant im-mé-diat. On n’est pas dupes : c’est le camphre qui calme et donne un peu l’impression que « tout commence à guérir », un sentiment de soulagement qui fait du bien. Oui, il est blanc-blanc-blanc, oui, il s’étend hyper mal, et oui, il donne un super rendu lèvres-de-sauveteur-dans-les-années-80 mais malgré cela, je le garde dans mon sac à main pour ces petits moments où il me faut le grand remède de ma grand-maman. Ce baume est donc un baume pour soulager et éventuellement guérir, mais en aucun cas le recommanderais-je à titre préventif. (Qui veut avoir les lèvres d’un alpiniste en ascension du Mont McKinley alors que simplement assis à son bureau, qui ?) À noter toutefois, une petite goutte de Blistex sur un doigt, appliquée sur les lèvres devant un miroir, permettra un soulagement discret mais certain- c’est d’ailleurs la technique que je recommande.

Passons ensuite à mon nouveau meilleur ami : le baume Eight Hour Cream Intensive Lip Repair Balm d’Elizabeth Arden. Parmi les meilleurs baumes de « grande marque » testés à ce jour, ce petit pot rivalise avec les grands mythiques (Baume de Rose de By Terry, Crème de Rose Dior…) dans mon cœur. Bon, je sais, je suis depuis toujours une grande sensible à la Crème de Huit Heures d’Elizabeth Arden (je suis un peu tombée dedans quand j’étais petite). Mais cela n’empêche pas que ce petit pot m’a réellement épatée et s’est immédiatement mérité une place de choix sur mon vanity. Ce baume est mon baume de nuit, mon baume de la fin de semaine, mon baume du réconfort ultime. Un rien mentholé, il apaise instantanément. Sa texture gelée de marmelade (oui, le baume est à peine orangé) donne un petit éclat bonne mine mais surtout, ça fonctionne miraculeusement bien- les lèvres retrouvent confort, souplesse et douceur. Que demander de plus ? Ce baume est pour moi un must absolu. Prévention, guérison, simple plaisir d’application: ce baume sait tout faire à mon sens, sauf protéger du soleil. Petite mise en garde, toutefois : pour celles qui aiment les baumes à lèvres au parfum floral délicat ou à la saveur de glaçage à cupcake vous serez déçues : ceci est un soin dans le sens le plus strict du terme, avec un redoutable parfum médicament/souvenirs d’antan. Mais bon, je l’adore.

Autre découverte de cette année : le Baume à lèvres nourrissant de l’Occitane, avec 10% de Karité. J’aimais tellement la crème à mains que j’ai craqué pour ce petit tube, en prévision de l’hiver. Effectivement, comme sa sœur la crème, il est super nourrissant, réconfortant et apaisant. Le parfum est délicat et le petit tube pratique. C’est un baume tout aller qui sait tout faire de manière très acceptable: prévenir, guérir et apaiser. Rien de spectaculaire mais c’est un petit tube sympathique, utile et agréable que je recommande pour son efficacité discrète et fiable.

Enfin, je vous présente mon baume à lèvres glamour, mon baume à lèvres d’étui à maquillage, mon baume fancy : le Kiss Mix d’Eve Lom (chez Murale) que j’adore. Dans un petit pot blanc se cache un soin blanc perle, subtilement nacré, qui sublime, adoucit et fait des lèvres vraiment impeccables. Ultra-apaisant grâce à son parfum hyper mentholé, ce baume est idéal pour durant la journée. Texture crème qui reste bien en place, fini lustré et action à la fois préventive et apaisante : ce baume permet de retrouver des lèvres douces en douce sans pour autant nous donner l’air d’être en « traitement baume à lèvres intensif». À noter : il absolument idéal en petite touche « gloss traitant » au centre des lèvres, sur un rouge à lèvres un peu mat. Bon, je ne crois pas que ce soit le baume le plus hydratant du monde mais sur le moment il apporte réconfort, protection et redonne immédiatement une apparence saine aux lèvres asséchées.

Enfin, d’un point de vue « prévisionnel » je vous dirais que le nouveau duo Lip Love (un exfoliant à lèvres) et Lip Magic (un baume à lèvres) de Charlotte Tilbury me font totalement rêver en ce moment. Mais bon, je compte être raisonnable.

Voilà pour mes solutions lèvres sèches du moment. Vous, comment vos lèvres se portent-elles? Vous arrivez à porter des rouges à lèvres mats malgré tout? Quelles sont vos solutions ? Et s’il vous plaît, ne me dites pas le duo Lip Love/Lip Magic de Charlotte Tilbury, please. Je veux vraiment être raisonnable. Quoique…si c’est vraiment génial, merci de me le dire, hein. Vous comprenez : je ne voudrais pas passer à côté de la solution lèvres parfaites du siècle, tout de même.

Inspiration chandail nordique

Chandail nordiqueHellooooo après une très longue pause! Vous savez pourquoi je n’ai plus écrit? Eh bien, c’est ni plus ni moins parce que je ne me maquille plus et ne me crème plus. Du tout. Visage tout nu.

Je plaisante (je porte en ce moment même un masque rare de poudre volcanique de Californie trop bien).

Rassurées? Non, mais sérieusement, je ne sais pas ce qui s’est passé! Je n’avais pas une seule minute à moi. Et ça continue: à commencer par Petite Ourse qui a eu la bonne idée de me proposer, moi, sa maman, pour faire le Gâteau pour la fête des 100 jours d’école. “On est UN-CINQ amis“. Quinze, donc. Bon, pas de soucis: c’est rien quinze amis. Puis, la professeur m’écrit un message ultra-enthousiaste dans l’agenda: “Nous sommes ravis, merci beaucoup madame! Prévoir pour 51 amis.” Euh: ils sont Cinq-Un, donc. Et Petite Ourse, en vraie organisatrice de party, aimerait un gâteau à étages, avec “UN-ZÉRO-ZÉRO bonbons pour la fête des 100 jours et aussi du fondant et…” Bref, autant de projets super fun mais qui avalent les temps libres.

Mais maintenant que les gâteaux (oui, LES gâteaux: qui a un moule pour 51 amis, qui??) sont au four, entrons dans le vif du sujet: le motif chandail nordique. Y-a-il quelque chose de plus réjouissant dans la vie? Motifs fair isle, motifs scandinaves, flocons, points suisse, tricots autrichiens, caribous à la canadienne…peu importe le motif, pourvu qu’il évoque les soirées au coin du feu, la neige qui tombe et les voyages de ski. J’adoooore les chandails nordiques! Je suppose que ça va de pair avec mon amour des pays scandinaves. En plus, ça me force à me réconcilier avec la réalité, plutôt que de baver devant des pièces de Calypso St-Barth et pendentifs en coquillages, zéro adaptées aux tempêtes de neige quasi hebdomadaires. Bref, le motif nordique est parfait pour maintenant- d’où mon envie de vous présenter ma petite collection de produits dans cet esprit chandail de grosses mailles, joues rosies par le froid et flocons duveteux qui tombent en silence.

D’abord, le savon. Répondant à ma liste de cadeaux de Noël qui listait “Choses nordiques” entre “Maquillage Charlotte Tilbury” et “Marmelade fancy” ma maman m’a offert ce super savon pour Noël, de la marque portugaise Castelbel. J’ai longtemps hésité à l’ouvrir, avec son emballage tellement beau que l’on aimerait avoir une veste pareille, mais j’ai craqué la semaine dernière. Il sent tellement, tellement bon! Il ne mousse pas énormément mais se transforme plutôt en genre de crème lavante et soyeuse légèrement parfumée. Il sent quoi? ll sent l’hiver, vraiment et simplement. Magique. Un beau savon, c’est tellement réjouissant, non?

Autre coup de coeur pour le look joues roses de fille qui se promène en raquette? Le Lip and Cheek Glow de Dior. Vous connaissiez déjà mon amour pour le Lip Glow de Dior (sérieusement, s’il y avait un abonnement mensuel au Lip Glow, je serais la première à m’inscrire!), j’anticipais donc avec impatience ce petit nouveau censé faire des joues et lèvres de poupée…Je ne suis pas déçue! Bien qu’au début je trouvais qu’il faisait ressortir  le fait que je portais du fond de teint, quand j’ai omis la poudre au niveau des joues et me suis contentée d’une formule de fond de teint légère, le résultat a été parfait. Il s’agit d’un rouge un brin corail qui donne hyper bonne mine. Texture gel (pas comme une encre à la Benetint hein), le résultat est plus fondu, plus soyeux mais tout aussi délicat. Sur les lèvres, c’est super joli aussi, quoique, cela manque un peu d’hydratation à mon goût. Je sais, je sais: c’est la parfaite excuse pour ajouter un peu de Lip Glow par-dessus! C’est d’ailleurs exactement ce que je fais.

Parmi mes autres “cadeaux d’inspiration nordique” notons aussi la trop mignonne crème à mains Snow Drops de la marque The Soap and Paper Factory qui est hyper veloutée, sent bon (en fait, elle sent le frais hivernal tout doux, le Creamy Peppermint) et fait des mains de Reine Elsa qui a porté des gants toute sa vie. J’adore tout de cette marque nature: des emballages à la qualité des matières et produits. Vous noterez aussi ma trop jolie lime à ongles à motif chandail de ski: parfaite pour se faire un manucure dans les télésièges. Mais non, c’est une blague. Dans le télésiège, je préfère de loin les masques! C’est une blague aussi. Mon Dieu, je lâche mon fou: je suis trop contente de vous retrouver! Bon, continuons!

La prochaine marque, j’avais trop hâte de vous en parler. D’abord, c’est une marque bio mais aussi, c’est une marque d’ici. En plus, c’est une marque qui gagne plein de prix et qui a conquis mon coeur et surtout, ma peau! Il s’agit de la marque Corpa Flora, gorgée en ingrédients actifs naturels de qualité, la majorité étant certifiés Ecocert. J’adore, mais j’adore leur huile nettoyante Beauté Divine qui nettoie en profondeur avec son cocktail savant d’huiles et d’huiles essentielles. Totalement inspirée des rituels de beauté asiatiques, cette huile porte bien son nom, elle est absolument divine (elle sent un peu le citron). Elle est aussi idéale pour faire un massage éclat ou un petit drainage lymphatique. Je luis prédis un statut culte quasi-immédiat si j’en juge de l’enthousiasme autour de moi.

Autre coup de coeur de la marque Corpa Fleura: le Caviar Rouge qui est en fait un masque gelée aux super fruits rouges canadiens. Poudre fine à mélanger avec un peu d’eau chaude, ce masque légèrement exfoliant est mon antidote du moment au teint terne de l’hiver. Adaptée même aux peaux les plus sensibles, cette gelée toute douce fait la peau ultra-lumineuse, douce et rebondie comme tout. Coup de coeur absolu, donc pour cette jolie marque bio bien d’ici et sa ligne de produits performants. Et vive les superfruits canadiens!

Voilà pour mon petit retour parmi vous! Vous, dites-moi tout! Vous aimez les chandails nordiques? Les superfruits? Vous portez quoi quand il fait froid comme maintenant, d’un point de vue chandail comme d’un point de vue crème de soin? Vous êtes plutôt manucure ou masque, vous, dans les télésièges?

Truc de maquillage antigel

Antigel

Les bonnes idées sont souvent le résultat de l’erreur et du hasard. Je le confirme avec ma récente découverte beauté qu’il me fait trop plaisir de partager!

Cela fait plus d’une semaine que je ne sais plus comment me maquiller pour camoufler mes rougeurs du teint dues au froid. Je quitte la maison, teint tout beau, tout blanc, tout calme. Inspiration reine des neiges/pub Dior Snow 2014 (googlez-le, c’est sublime!). J’arrive dans l’auto: le froid a eu raison de mon éclat: plaques rouges autour du nez, sur le nez, yeux brillants. Bref, la reine des neiges a l’air d’avoir pleuré/mal dormi même si elle a la grande forme.

Mais l’autre matin, alors que je n’étais pas tout à fait réveillée, j’ai appliqué un échantillon de fond de teint nettement trop foncé. Dans le genre, ma teinte plus 2. Résultat? Un teint de latte, bien beige, que j’ai dû fondre dans mon cou pour qu’il n’y aie pas de démarcation (j’étais trop en retard pour tout recommencer). Dans le spectrum des teints, j’étais à l’opposé de mon teint d’hiver habituel plus Marie-Antoinnette que pub Michel Kors…Alors, histoire de me sentir tout de même moi-même j’ai rosi mes pommettes avec mon Lip2Cheek teinte Smile de RMS et j’ai ajouté une pointe de Living Luminizer RMS sur le haut de l’os et go, je suis sortie dans le froid.

Et il faisait froid! Un froid qui donne mal aux mains en 30 secondes, qui draîne la batterie d’IPhone, un froid qui fait que même la voix de mon GPS semblait enrhumée. Mais vous savez quoi? Mon teint lui, était parfait. Bien neutre. Bien beige. Un peu chaud, comme un teint d’hiver à peine bronzé, comme un teint de suédoise qui revient du ski. J’ai adoré! Le rose était aux bonnes places (sur mes joues uniquement), mon regard semblait plus clair, plus vif et surtout, je n’avais plus l’air d’avoir le nez gelé.

Alors voilà! Depuis, je me maquille en jouant avec les mélanges et en ressortant mes fonds de teint de vacances. Oui, il faut bien fondre et bien étendre (idéalement sur une crème anti-rougeurs en base…moi, j’aime celle-ci, d’Avène) mais croyez-moi, votre teint unifié un rien bronzé ne gagnera qu’en éclat sous le soleil froid.

Vous avez d’autres petits trucs maquillage anti-rougeurs pour les grands froids?

Pretty Patineuse

PatinageOui, je sais, on a toutes terriblement hâte au printemps. On en rêve. On veut du corail et des petites jupes. On veut se promener sans bottes ni gants. Mais dans un esprit que je veux carpe diem au possible j’ai décidé de profiter des joies du moment présent, de me délecter de l’hiver. Cette semaine, je vous présenterai donc des articles en lien avec l’hiver, des idées pour le maintenant. En effet, à force de voir des articles sur les looks de printemps qui font rêver (mais ont l’air totalement incongrus avec la pelle et le foulard), moi je dis, pourquoi ne pas rêver de cils très longs sous un ciel de plomb et de joues à croquer sous les flocons. C’est l’hiver, profitons-en.

Mon inspiration du moment: la jolie patineuse. En fait, je sais que vous n’êtes pas dupes: la patineuse est un peu la ballerine de l’hiver… C’est donc une variation un peu plus glacée du look de la danseuse, où les superpositions de lainages fins sont à l’honneur et où le maquillage bonne mine est éclatant sous le soleil blanc.

Voici donc mes indispensables pour parfaire mon look du moment: le look de jolie patineuse!

Come skating!

À noter d’abord, le maquillage de la belle patineuse n’est pas à réserver pour les après-midi de patinage à Central Park ou au Parc Lafontaine. Nooooon. C’est un maquillage idéal pour les mois plus froids, pour le bureau comme pour le resto, car en fait c’est un maquillage qui se marie bien aux accessoires de l’hiver. Les lainages, les foulards, les cols roulés…autant de pièces qui gagnent à être jumelées à un maquillage qui évoque aussi le fait qu’il fait frisquet dehors. Mais surtout, quand il fait froid, je préfère toujours me ranger du côté d’un maquillage qui sera sublimé par les éléments et non affecté par le froid et le vent. Je m’explique: quand il fait froid, la peau rougit dès que l’on va dehors. Il y a des maquillages qui accentuent malheureusement cette réalité, comme de la poudre bronzante partout sur le visage, comme de l’ombre à paupière rosée ou givrée, comme du rouge à lèvres très rouge . Il vaut mieux jouer sur la lumière et notre teint pâle d’hiver et justement, nous accommoder des pommettes roses mordues par le froid.

Voici donc les produits que j’utilise pour arriver à mon look de patineuse…

Patineuse makeupD’abord, il faut bien s’hydrater, ça, tout le monde le sait. On en a parlé ici et ici, c’est une question à la fois de confort mais aussi pour éviter que le maquillage ne craque. Une récente découverte: la Steam Cream, une crème très pure (obtenue par un procédé de vapeur d’eau) qui a gagné plein prix et est utilisée derrière les défilés. Elle sent bon la lavande et le propre. Sa texture et son parfum est non sans rappeler la crème Hope in a Jar de Philosophy, seulement, je préfère de loin la Steam Cream qui est plus hydratante et davantage multi-usage (et bien sûr, j’adore aussi tous les jolis petits pots et poèmes). La Steam Cream est décidément vite devenue l’un de mes essentiels beauté!

Ensuite, (pas sur la photo), n’oublions pas la protection solaire. Je sais, il fait froid mais le soleil frappe toujours fort et les rayons se réfléchissent sur la neige. La crème solaire l’hiver est aussi essentielle que la crème hydratante, c’est mon avis.

Après avoir travaillé le teint (j’utilise toujours mon fond de teint Touche Éclat YSL et mon cache-cernes Clé de Peau), j’applique le Shimmer Brick de Bobbi Brown, teinte Rose, sur mes pommettes en remontant un peu vers les cheveux. C’est le blush le plus rosé-doux-lumineux-au-monde qui soit. Jamais granuleux, toujours naturel, ce produit est mon nouvel amour pour des joues plus-que-parfaites, pour un teint de fée quasi-irréel tant il est éclatant. Sérieusement, depuis que j’ai cette poudre, je reçois, genre trois compliments par jour du style: “Your skin looks amazing today.” Je sais. Ça tient de la magie. Thank you Bobbi.

Pour rehausser encore davantage l’aspect lumineux de mon visage, j’applique la géniale poudre champagne DiorSKin Nude Shimmer teinte 001 (une exclusivité Holt Renfrew) sur l’os des pommettes avec le petit applicateur éponge bien pensé. Les particules irisées sont si fines que le résultat en est toujours un de reflet discret ultra-élégant et non de maquillage “brillant”.

Patineuse

Vu que mes joues sont bien lumineuses, je joue la carte du mat pour les yeux: sur ma base de fard à paupières, j’applique la palette Urban Decay Basics* (exclusivement chez Sephora) qui contient des fards mats. Plus spécifiquement, j’applique la teinte W.O.S sur l’ensemble de la paupière puis, je définis le creux de la paupière et le coin externe avec la teinte Faint. Deux bonnes couches de mascara s’imposent ensuite, cela va de soi.

Enfin, sur mes lèvres, j’applique en base la teinture à lèvres Yum Berry Crush de Stila, un rosé bien mat et longue tenue, que je sublime ensuite du gloss Pink Oyster de Bobbi Brown, un rose givré romantique parfait pour l’hiver. Sur mes ongles, vernis Prelude to a Kiss de Deborah Lippmann, and voilà, je suis prête pour mes pirouettes!

Lips Patineuse

Swatches Patineuse

De gauche à droite: Palette Shimmer Brick Rose Bobbi Brown, DiorSkin Nude Shimmer 001, Yum Berry Crush Stila, Gloss Pink Oyster Bobbi Brown

Enfin, côté look, l’idée est d’être bien au chaud dans des matières douces et câlines, le tout, dans des teintes froides d’hiver…Rose chaton, Winter white, Crème vanille, Bleu glacé et gris minou, oui au blanc autour du visage, que ce soit un col sur dimensionné, un foulard ou un châle bien enroulé. J’aime bien les looks monochrome intégral, très Michael Kors (par exemple, un pantalon crème et un col roulé de la même teinte). Des boucles d’oreilles en petit brillants, des caches-oreilles (sur la photo, mes caches-oreilles Burberry) et des gants de laine (sur la photo, mes gants Chanel), autant de petits détails qui donnent le ton.Patins

Sans oublier, les petites touches de fourrures, qui évoquent le luxe et les promenades en calèche, que ce soit le manchon, les mitaines… ou des pompons de poil pour attacher les cheveux (je sais, c’est limite cliché mais sur une jolie queue de cheval, j’adore- j’en ai des blancs et des noirs).

Pour celles qui iront patiner pour vrai, j’adore l’idée de replier les chaussettes duveteuses sur les patins pour des pieds au chaud et un look old-school (voir photo ci-dessus), mais aussi, des leggings noirs avec des jambières de danse. Enfin, à défaut de porter une jupette qui a du swing je vous recommande un chandail de laine un peu long, qui couvre les fesses et saura donner du mouvement à vos arabesques.

Bon petit lundi d’hiver!

Patin au Parc LafontaineP.S. Comme vous pouvez le constater, Boucle d’Or est maintenant sur Facebook! Je ne m’y connais pas trop mais il semblerait que c’est tout simple et je vais vite apprendre (let’s hope!). En attendant, je vous invite à “Aimer” ma page. Pourquoi? Je n’en suis pas encore bien sûre…À bientôt, Votre amie (Facebook), Boucle d’Or

P.P.S: Vous avez d’autres idées pour un look de belle patineuse?

Classe Neige

Bottes BaffinCeci n’est pas un article sur comment rester élégante quand il fait froid ou quand il neige. Non. Parce qu’il y a des jours (ou des conditions climatiques) où l’élégance prend un peu le banc de neige comme on dit. Non, aujourd’hui, je vous donne mes conseils pour être bien au chaud, bien confo l’hiver, histoire de ne pas détester cette saison.

Rue enneigée

Préambule: bien sûr, il y a moyen d’être élégante quand il fait froid. Par contre, ça sera un article pour un autre jour. Aussi, avertissement, cet article, quoiqu’il pourra s’adapter à d’autres localités, est spécifique au Québec. Parce que tous les froids, toutes les neiges ne sont pas pareilles. La poudreuse de Ferney (dans les Rocheuses) n’est pas la neige de Mont-Tremblant. Et le froid de Norvège n’est pas le même qu’en Sibérie. À titre d’exemple, je connaissais une fille qui avait grandi sur la base navale de Mourmansk en Russie, au nord du cercle polaire arctique, dans la mer de Barents. On y gèle, inutile de vous le dire, ça ne se compare même pas à ici! Mais, quand elle est arrivée à Montréal, elle a eu des maux de dents terribles en raison du froid, qui est ici, humide. Il y a donc beaucoup de facteurs qui entrent en jeu…Voici donc, ma petite recette pour le froid et la neige de chez moi.

D’abord, les bottes. Je suis complètement over les bottes Sorel qui ne gardent même pas les pieds au chaud et dont le caoutchouc craque et laisse s’infiltrer l’eau. Mais surtout, je suis lasse de les voir sur les pieds de toutes les filles. Cette année, je me suis offert des bottes Baffin, une vraie merveille. Grosses semelles, imperméables et chaudes comme ça n’est pas possible. Je n’ai jamais été aussi bien dans mes bottes. Jamais. Mes Baffin, je les adore, c’est vraiment mon achat chouchou de l’hiver!

Parc Lafontaine

Ensuite le manteau. Il faut un manteau bien chaud, un manteau à capuchon à rebord de poil. Pourquoi? Parce que quand il neige, le poil “capte” les flocons et vous en aurez moins dans les yeux et le cou. Pour ma part, j’ai choisi un Rudsak bien coupé à énorme capuchon, qui me permet d’être à la fois sport et élégante sans être nécessairement en manteau de fourrure (que je réserve pour les grands soirs).

Manteau Rudsak

Ensuite, il faut empêcher les courants d’air! Foulard de laine bien serré, gants (des gants de cuir pour conduire, des mitaines chaudes pour la marche) et chapeau, idéalement avec du poil (love mon Canada Goose, love mon chapeau LaBaie) aussi (histoire de capter les flocons). Je laisse toujours une paire de mitaines chaudes dans mon coffre à gants (pour ces moments où je sors du bureau et dois pelleter ou déneiger l’auto). J’y ai aussi une petite pelle et des “tracks”. Essentiel.

Autres petits trucs: je mets des chaussettes Hunter dans mes bottes par dessus mes vraies chaussettes ou bas collants (pour ces moments où l’on enlève les bottes et mouille inévitablement les chaussettes du jour avant de mettre ses chaussure) et, super truc de mon amie A-M: on peut mettre des leggings noirs sur les bas collants (que l’on retire en arrivant au bureau, ni vu, ni connu).

Enfin, crème à mains avant les mitaines (pour effet spa), bouteille d’eau dans le sac (la neige donne soif), lunettes de soleil (pour contrer l’effet blanc-aveuglant), mouchoirs  et baume à lèvres sont autant d’essentiels du froid.

Pour les promenades avec Bébé, oubliez la poussette (qui reste coincée): je ne saurais trop vous recommander la luge Pelican avec sa bulle pour prévenir que Bébé ne devienne tout enneigé.

Luge PelicanEnfin, petit conseil de mes médecins: l’air frais est, contrairement à la croyance populaire, un véritable remède. Quand Bébé Ours tousse: je l’habille et sors dans le froid et il arrête de tousser comme par magie. Quand je suis congestionnée, il n’y a rien comme une bonne marche dans l’air glacé pour libérer les poumons et donner un coup de fouet bien-être. Oui, c’est tout un travail que de sortir mais, une fois habillée, dans la ville cotonneuse et silencieuse, l’hiver peut être une joie.

Promenade

Enfin, une note aux jeunesses qui me lisent. J’ai longtemps mis le look avant le confort, voire, avant la santé. Je sortais de mes cours de nage synchro, à moins 30, cheveux mouillés, sans chapeau, manteau ouvert. Mes cheveux devenaient instantanément des glaçons. J’ai aussi déjà marché en sandales dans la neige (15 pas, d’un taxi à une soirée, un soir de jour de l’an)…Mais au fil des ans j’ai appris que d’être bien, au chaud, malgré le froid, c’était vraiment génial. Mais aussi que, une fois arrivée à destination, mes cheveux étaient plus beaux si j’avais porté un chapeau. Et mes mains étaient moins craquée si j’avais porté des mitaines. Sans oublier que je suis malade moins souvent. Je vous exhorte donc à vous habiller convenablement quand il fait froid. Je vous promets que vous n’en serez que plus jolie. Et en plus, vous aurez l’air aussi intelligente. Voilà, c’était mon conseil de maman pour vous les jeunes coquettes!

Sinon, si vous avez d’autres conseils à partager pour rester bien au chaud et profiter de l’hiver, je suis preneuse!

En toutes circonstances: la petite fête au resto

Samedi soir, Papa Ours et moi étions invités à une petite fête pour une amie au resto. Je me suis dit que ce serait l’occasion parfaite donc de partager mon look avec vous, d’autant que les fêtes de fin d’année approchent que les soirées se multiplient. C’est toujours le moment de l’année où l’on est divisée: autant on aurait envie de s’acheter une nouvelle tenue pour la fête de vendredi, autant on comprend qu’il vaut mieux être raisonnable et garder nos sous pour les cadeaux. C’est également pourquoi j’ai eu envie de faire avec ce que j’ai, mais d’apprêter le tout différemment.

Alors, comme j’étais un peu fatiguée, j’avais envie de noir (une valeur sûre, qui rehausse le blond), d’un vêtement qui a fait ses preuves et d’un minimum d’accessoires. Non, ce soir, je n’essaierais pas de jouer les Olivia Palermo avec mille bijoux dépareillés. J’ai donc opté pour une petit robe noire sans bretelles à décolleté en coeur (BCBGMAXAZRIA, d’il y a 1000 années-mode, ce qui est encore pire que les années-lumière!) et de bas-collants opaques Secret. En rétrospective, j’aurais dû mettre un bas plus fin…Je note pour la prochaine fois.

Comme j’ai toujours tendance au frisson dans les restos l’hiver, j’ai ajouté un petit cardigan  de tricot de coton fin (Forever XXI), lequel j’ai cintré avec un foulard Hermès (modèle Cliquetis) avec un gros noeud sur le devant. J’adore faire ça! Ça donne une véritable unité au look et, quand on ne porte que u noir, ça permet d’injecter dans le look la petite dose de couleur. Voyez ma styliste personnelle qui arrange mon look pour ma séance photo:

Encore une fois, petites bottes BCBGMAXAZRIA à clous, bracelet Tiffany Locks et boucles d’oreilles en grosses perles (pour rehausser le blanc de mes yeux). Pour l’extérieur, petite veste de laine à manches bouffantes (il ne faisait pas assez froid pour le manteau de fourrure de castor recyclée) (BCBGMAXAXRIA), foulard de laine à col de lapin (Holt Renfrew) et sac noir Mulberry (modèle Baywater). Sur mes ongles: mon adoré vernis Diorific teinte Diva de Dior, pour mettre en relief mon petit côté existentiel-glamour (genre “moi, je lis Heidegger sur mon Ipad en écoutant Florence and the Machine” même si, en vérité, c’est plus “Moi je lis Flare avec de l’huile à cuticules et des gants de coton en regardant Up all Night“).

En ce qui concerne le maquillage, j’avais envie de facilité et de simplicité. Exit donc le maquillage à grand déploiement (liner Bardot ou rouge à lèvres précis, qui demande une surveillance de tous les instants et la main stable d’une neurochirurgienne). J’ai plutôt été dans le flou-flatteur, disons. Donc, j’ai travaillé mon teint avec mon fond de teint Flower Perfection de Bourjois et du cache-cernes sous les yeux (Clé de Peau). J’ai défini mes joues avecle blush crème Penny Lane de Nars, sur lequel j’ai posé en touches-lumière le Smudge Pot Stila, teinte Kitten, lequel j’ai également appliqué dans le coin interne de l’oeil pour réveiller mon regard.

Sur mes yeux, j’ai appliqué la pallette Fairy Gold de Dior qui a officiellement remplacé ma palette Naked d’Urban Decay ces jours-ci. Sur la paupière entière j’ai appliqué l’ombre du coin bas gauche, puis, j’ai défini le coin externe de l’oeil avec l’ombre du coin bas droit de la palette. Puis, comme c’était le soir, j’ai appliqué sur toute la paupière mobile l’ombre blanche irisée du centre pour un effet poudre d’étoiles filantes. Über-chic.

Sur mes lèvres, j’ai été au plus simple: mon fidèle Lip Glow Dior qui est devenu un peu une partie de moi-même, mais lequel j’ai ajouté le Ultra-Gloss Dior teinte 424, Flash, un doré-lamé étincelant qui fait la lèvre pulpeuse et festive-urbaine. Petit pshiit de Mûre et Musc de l’Artisan Parfumeur et voilà, la nuit était à moi.

Un manteau pour ma peau

Je vous en ai glissé un petit mot hier: je viens de découvrir la Crème Nutritive Compensatrice Riche d’Avène, laquelle m’a été recommandée par l’une d’entre vous qui est pharmacienne, Juliette. En effet, maintenant que j’ai officiellement terminé mon tube de Crème des Saisons Sanoflore, je me cherchais une crème doudoune, une crème qui tiendrait ma peau au chaud et en préviendrait la déshydratation qui la guette tous les hivers. Et quel bonheur: j’ai découvert une crème riche et onctueuse que ma peau boit d’une trait et qui a un effet apaisant visible. Pas de promesses infinies ici, pas de grandes déclaration: cette crème hydrate au possible, cette crème me redonne une belle peau de printemps, elle est non-comédongène, hypo-allergène, elle est recommandée aux peaux sensibles et ne coûte pas trop cher. Je l’applique tous les matins, avant d’aller travailler et malgré les intervalles chaud-froid, le maquillage et les moments de stress, ma peau reste belle et je me sens bien dans ma peau qui ne tiraille pas du tout.

Par contre, les fins de semaine de grand froid, quand je sais que je serai à l’extérieur plus longtemps, je protège ma peau avec la Cold Cream d’Avène, qui elle, est bien collante et bien luisante mais qui, une fois maquillée, est vraiment superbe. Elle me donne le parfait éclat de peau de plein air, elle me donne mon look après-ski tant recherché (avec un blush crème, je suis l’incarnation même de mon Plan)! C’est vraiment un petit tube pratique à avoir chez soi; plaques de peau sèches, cuticules, point de lumière sur les pommettes…ses applications sont multiples et son parfum, vraiment tout doux et enveloppant, comme un lait chaud. D’ailleurs, tous les matins, j’en tartine le visage de mes Petits Ours en prévision de la promenade. Un gros bisou qui sent bon et off you go!

Vous, vous vos manteaux pour la peau?

En toutes circonstances: premières neiges

Aujourd’hui on attend les premières neiges. Même s’il ne d’agira sans doute que de petits flocons qui virevoltent, c’est toujours un moment un peu magique.

Mon look pour cette grande journée au ciel gris souris et à l’air glacé? Le voici: legging American Apparel (j’aime la taille ultra-haute style pantalon de yoga qui fait que les culottes (aujourd’hui à petits motifs de flocons!) ne pas exposées dès que l’on se penche pour ramasser quelque chose) et haut en tricot de coton noir à manches longues super doux GAP en combine doudou, agréable contre la peau. J’adore ces petits hauts super pratiques! Gros chandail Michael Kors à col surdimensionné amovible (mon nouvel amour), bas Wig Wam, en dessous de mes Chaussettes Hunters, Bottes d’équitation Burberry et gants Chanel! J’aime mélanger les lainages et les teintes de gris, crème et grège pour un effet vraiment tout doux, style total look de lapin des neiges.

Enfin, pour le maquillage, j’ai opté pour mon fond de teint Flower Perfection Bourjois, posé sur ma Cold Cream Avène (pour protéger ma peau à tendance sèche). Sur les joues, un peu de poudre bronzante Dior Nude Tan 002 et enfin, sur mes lèvres, le Rouge Caresse de l’Oréal teinte 172, Blushing Sequin, le petit rose parfait.

Sur mes yeux, j’ai estompé un peu au doigt mon Smudge Pot Kitten de Stila, redécouvert hier à mon plus grand bonheur (je vous en reparle très bientôt!) et deux bonnes couches de mascara Mise-en-Cils.

Alors voilà, mes petits ours et moi sommes tout prêts, tout bien habillés (tuque Rudsak!) pour notre trilogie du samedi: déjeuner-parc-courses. À conclure avec un bon chocolat chaud avant la sieste et des biscuits…de chez Café Neve of course!

En espérant que la prochaine fois où Boucle d’Or vous écrira Montréal sera tout blanc!

Dites-moi, chez vous, quel temps il fait? Vous êtes habillées comment?

C’est l’histoire du petit castor

Si vous êtes comme moi, vous avez (très) hâte au printemps et n’en pouvez plus de toute cette neige. Cela dit, le printemps n’est pas encore tout à fait à nos portes si je me fie à l’énorme banc de neige devant la mienne… C’est pourquoi je nous propose aujourd’hui de prendre notre mal en patience et d’essayer de profiter de la fin des jours de gel et de givre. Toutefois, notez avec bonheur que ceci est mon dernier billet de l’hiver. Après on passe en mode beaux jours, c’est promis. Plus de photos de quoi que ce soit dans la neige!

De toute manière, comme cette semaine est la semaine de relâche, je me suis dit qu’un article sur des produits après-ski pourrait en intéresser plus d’une.  Vous vous rappelez: je vous ai parlé de l’ultime baume à lèvres à petit prix.  Le meilleur à mon sens, mais je ne dois pas être la seule à penser ainsi puisque lors de ma dernière escapade chez Rachel-Béry j’ai constaté que son prix avait augmenté (à 7.99$).

Je vous présente aujourd’hui deux autres produits de la ligne “Boréale” de Green Beaver, cette marque canadienne que j’adore: la Lotion pour le Corps Boréale ainsi que l’Huile de Bain Forêt Boréale.

Il s’agit de deux excellents produits que j’aime bien mais qui, à mon sens n’égalent en rien le baume à lèvres qui est dans mon Top 5 toutes catégories.  Mais surtout, contrairement au baume à lèvres qui est idéal toute l’année, il s’agit ici de produits qui sont extrêmement saisonniers, parfaits uniquement pour les mois froids.

La Lotion pour le Corps Boréale est un soin bio (et sans gluten) pour la peau sèche qui est extrêmement hydratant.  Enrichie de thé du Labrador apaisant (ce nouveau super ingrédient qui a la cote des chercheurs) et de beurre de karité hyper émollient, nous sommes en présence d’un poids lourd de l’hydratation. Elle soulage les démangeaisons causées par la peau sèche, c’est vrai. Mais on la dit non-grasse sur l’emballage et, avec égards, je me fais dissidente sur ce point. On l’applique et la peau n’est pas douce ou satinée mais un peu collante. Peu importe, on passe par dessus rapidement tant elle a une action hydratation enveloppante. Côté texture, cette crème me fait un peu penser à la crème Lipikar Baume de La Roche-Posay. Je trouve toutefois celle de Green Beaver plus performante. J’apprécie le fait qu’elle n’est pas parfumée et qu’elle a véritablement une action apaisante sur les démangeaisons. Je l’utilise le soir, sur mes jambes et les zones sèches (genoux, coudes, pieds, mains).  Elle est idéale pour toute la famille: Petite Ourse me demande toujours la “crème avec le castor” lorsqu’elle sort du bain.

L’Huile de Bain Forêt Boréale permet de “Profiter de l’arôme envoûtant et apaisant de la forêt boréale canadienne” (tel que stipulé sur la bouteille). Cette huile, j’ai voulu l’essayer tout l’hiver mais on m’avait mis en garde qu’il était préférable de ne pas l’utiliser durant l’allaitement car elle contient des huiles essentielles. Il s’agit d’un mélange relaxant et réconfortant d’huiles essentielles biologiques de sapin baumier, d’épinette noire et de bouleau merisier dans une base d’huile de tournesol, à diluer dans l’eau du bain. Oui, ça sent vraiment le sapin, certains iraient même jusqu’à dire le baume décongestionnant. De mon côté, j’aime bien les odeurs de conifères l’hiver. Et puis, cette huile est vraiment relaxante.  Elle fait chaud au corps, délasse les muscles, satine la peau et elle prépare au sommeil. Deux petits bouchons suffisent et toute la salle de bain sent vraiment la forêt. Idéale après une longue journée ou même en cas de congestion nasale ou de douleurs musculaires associées à une grippe. Si cette huile a récemment intégré mon rituel de détente du soir, il est évident que dès que la neige fondra j’aurai envie de passer à autre chose. Par contre je la garde en tête comme idée de cadeau pour les bas de Noël l’an prochain et pour ces amies qui habitent loin et ont envie d’un produit vraiment canadien. Et puis, dès les premières neiges l’an prochain, c’est avec bonheur que je la ressortirai et me ferai couler un bain bien chaud.

Et-vous, quels produits d’hiver mettrez-vous de côté dès que le soleil pointera le bout de nez?

Le meilleur baume à lèvres au monde (coûte moins de 5$)

Celles qui me connaissent savent que les baumes à lèvres occupent une très grande place dans ma vie et mes tiroirs.  Ma vie est une étude comparative des baumes à lèvres de ce monde. J’en ai un dans chaque poche. Un numéro de téléphone à noter? Oups, pas de crayon mais j’ai un baume à lèvre dans mon sac. Ou 7. C’est d’ailleurs LE souvenir de voyage à me rapporter, oubliez le chocolat suisse ou le foulard en laine néo-zélandaise authentique, rapportez-moi plutôt un baume à lèvres local, de préférence, écrit dans une langue que je ne comprends pas (il est donc entièrement possible que je me sois déjà tartinée les lèvres avec un cirage à chaussure suédois ou un crayon pastel gras japonais, qui sait…). Donc, c’est dire si je m’y connais en baumes à lèvres. Je suis LA référence. J’ai tout essayé. Enfin, je croyais…

Avant Noël je suis tombée sur ce petit tube, chez Thuy, sur la rue Bernard: Green Beaver Après-ski Ultra Moisturizing Boreal Lip Balm. Hmmm…Une petit marque canadienne bio qui utilise des produits locaux (thé du Labrador apaisant) conjugués à des grands classiques (beurre de karité), ça m’inspire. Ça me porte à croire que mes besoins de lèvres locales asséchées par les durs hivers locaux seront compris. Le prix? Moins de 5$. Alors je lui ai donné une chance à ce tube.

Depuis, je ne saurais m’en passer. Il est inodore et ne goûte rien (je déteste les baumes qui goûtent quoi que ce soit, ça me donne mal au coeur, ça fait fille de secondaire 2), son petit tube est sobre et hygiénique. Enfin, côté hydratation, c’est vraiment là où j’ai été impressionnée. Je me tartine les lèvres avant de me mettre au lit et me réveille les lèvres soyeuses et encore humides de baume.  Il ne colle pas, ne laisse pas de fini blanc, n’est pas “cireux” comme les autres baumes naturels que j’ai testé et procure un réel soulagement immédiat aux lèvres échauffées. De plus, il est sans gluten pour celles que ça intéresse et sans pétrole. J’en ai offert un à ma mère et ma soeur pour Noël et elles me sont vite revenues avec plein de questions: “tu l’as pris où?” “Green Beaver, ils ont d’autres produits?“.  Pour répondre, on peut trouver ce baume dans les boutiques d’aliments naturels (Rachelle-Bery, Thuy, pour n’en nommer que deux ) et oui, ils ont tout plein d’autres produits dans cette ligne, lesquels j’ai très hâte de tester, of course.

Avec son petit prix et son maxi-effet, il n’y a vraiment plus d’excuses pour avoir mal aux lèvres cet hiver.

Et vous, vos tubes de l’hiver?