Le monde des ombres

world-of-shadows

“Our world is not more transparent now, it’s more opaque! It’s in the shadows. That’s where we must do battle.”

 

– M in James Bond, Skyfall

Comme M dans James Bond, ma bataille c’est l’ombre. Les taches pigmentaires finissent par s’estomper lorsque je les traite comme il faut et que je me tiens loin du soleil. Mais les ombres, elles, traquent mon éclat et minent mon teint. Les ombres sont impitoyables et résistantes. Dans le monde de la beauté, les ombres sont mes pires ennemies. Elles s’esquivent, m’échappent. Elles semblent parfois disparues, mais sous une autre lumière, elles se manifestent plus que jamais en me faisant sursauter, comme si elles avaient devinées que je n’étais pas armée (et par là, j’entends, sans cache-cernes).

Autour du nez, autour du sourire, dans les coins externes des yeux, la peau est comme plus mate, un rien plus foncée, opaque. Comme un trou noir, la peau absorbe la lumière et ne reflète rien. Bref, c’est une ombre. La plupart de mes ombres ont commencé à me coller à la peau après mes grossesses. Et elles me suivent depuis. (*Imaginer maintenant une musique de suspense*).

Aujourd’hui je ne parlerai pas de comment je traite mes ombres. En fait, je n’ai rien trouvé de miraculeux, je n’ai rien de magique à vous proposer. Le sérum Mission Perfection de Clarins a été, à ma connaissance, le premier produit à vraiment s’attaquer aux zones d’ombres. Par contre, je n’ai pas été véritablement encouragée par les résultats. Si vous avez des recommendations anti-ombres, donc, merci de me les faire parvenir!

Je livre donc mon combat au niveau du maquillage, en surface. Le problème avec les ombres, c’est qu’elles refont surface, même à travers le meilleur des fonds de teint. Voici donc les trois produits d’appoints, que j’utilise comme de vraies armes de précision. Je les utilise de manière ciblée, sur les ombres spécifiquement et, avec elle je réussis à garder mes ombres à distance, le temps d’une journée. C’est pas l’idéal mais on fait ce qu’on peut.

Laura Mercier Secret Camouflage (teinte SC-2): Un nom digne d’un film d’espionnage et deux fards crème, assez secs en texture, qui restent bien en place. Idéal pour camoufler les petites imperfections ou taches au pinceau fin (selon la technique du pinpoint concealing), moi, je l’utilise sur les ombres autour du nez. Comme il est assez sec, je ne l’applique pas autour du sourire car il marque les rides d’expression. Par contre, autour des ailes du nez (et même pour camoufler les rougeurs d’un rhume), ce camoufleur est à mon sens inégalé. Oui, il est assez cher. Mais il faut se rappeler qu’il dure des années.

MAC Pro Longwear Concealer (teinte NC20): J’en suis à mon second flacon-pompe de ce cache-cernes, que j’utilise partout sous les yeux, chaque matin (sauf en vacances- je n’en n’avais pas besoin!). Ce cache-cernes est vraiment longue-tenue et il ne s’oxyde pas (il ne vire pas au orange au fil de la journée). Effet seconde peau, lumineux mais très couvrant, j’insiste sur les coins externes de mes yeux avec la pointe de l’éponge Beauty Blender et voilà: l’ombre du coin externe de l’oeil disparait. Magique. En passant, j’ai lu quelque part que c’était le cache-cernes privilégié par Ariana Grande (pourquoi est-ce que mon cerveau stocke ce genre d’info au détriment du lait qu’il fallait que j’achète à l’épicerie et que j’ai oublié? Why?).

Urban Decay, Naked Skin, Color Correcting Fluid (teinte pink): Ma plus récente découverte! Ce correcteur avec embout-éponge vit dans mon sac à main de sorte que je me sens jamais sans ressources devant mes pires ombres: celles qui campent autour de mon sourire. J’en applique un petit trait, chaque matin, par-dessus le fond de teint, comme deux parenthèses de chaque côté de la bouche. Et, au besoin, au cours de la journée, j’effectue une petite retouche. Imperceptible, lumineux, essentiel: ce fard m’aide à redonner à ma peau l’effet vitrail tant convoité. J’adore.

Bien entendu, le combat n’est pas fini. Les ombres sont là quand je me réveille et quand je me couche, rien n’est parfait. Mais c’est produits m’aident à les oublier le temps d’une journée. Idées, ressources et produits (surtout un soin anti-ombre!): n’hésitez-pas à me faire vos recommendations!

Parti le panda

PandaDepuis quelques années, un panda m’accompagnait partout. Partout! Il faut dire qu’avec deux bébés, une vie bien remplie, un blogue et milles intérêts, les journées manquent d’heures et l’aube arrive souvent trop tôt. Il était donc inévitable qu’un panda emménage avec moi. J’aime bien les animaux mais…

Si j’ai toujours eu un certaine propension à avoir les yeux cernés dès que je dors un peu moins, là, mon panda ne me quittait plus. On ne parle pas d’une simple ombre sous les yeux, mais bien de cernes un peu creusés bien foncés. Des vrais yeux de panda, un regard smoky extra-large témoignage de ma vie occupée. Un super masque de Zorro. Bien sûr, au niveau des soins, je chouchoute mon contour de l’oeil et au niveau du style de vie, d’essaie d’accrocher ce que je peux de sommeil. Mais tout de même, rien à faire; le panda a élu domicile chez moi et a décidé de rester.

En optimiste que je suis, plutôt que de déprimer, j’ai appris à apprivoiser mon panda. Après tout, avoir un panda, c’est exotique, limite, mystérieux. Genre, je reviens peut être d’un voyage lointain (ouh, ce décalage horaire!)…Ou peut être suis-je membre d’une société secrète de poésie nocturne? À moins que j’aie fait la fête en terrasse avec d’autres pandas…Sérieusement, vous avez essayé de porter une veste de jean et de promener votre panda…ouah…le comble du killer-party-chic!

Mais voilà, malgré toute la coolitude qui va avec le fait d’avoir un panda, je rêvais tout de même d’un regard reposé. De yeux clairs. D’un contour de l’oeil de sieste. Oui, j’adore toujours mon cache-cernes Clé de Peau, mais ces jours-ci, je le trouvais un peu trop “glissant” sous la chaleur. Tous les matins, je quittais la maison seule mais à midi mon panda était toujours revenu me faire un clin d’oeil.

Puis, j’ai appris un truc énorme. ÉNORME. La plupart des marques, quand elles commercialisent un cache-cernes, vendent un produit “unique”. Un bâton, une teinte, une solution. Alors que pour véritablement camoufler l’ombre foncée du panda, il faut d’abord appliquer un correcteur couleur chair (un poil rosé ou pêche, pour neutraliser le bleu), puis, un cache-cernes plus clair un peu jaune, pour éclairer le regard. Deux étapes, oui, comme les maquilleurs des défilés. Au début, ça peut sembler compliqué mais en même temps, pour se débarrasser d’un panda le temps d’une journée, pourquoi pas… Je ne suis pas à deux minutes près. Alors, j’ai tenté le coup.

J’ai opté pour le Correcteur (teinte Bisque) de Bobbi Brown (non gras et donc, génial aussi pour camoufler les imperfections et boutons, hyper pratique en fait), que je fais suivre du Cache-cernes Creamy Concealer Kit (teinte Beige) de Bobbi Brown également. Si j’avais acheté ce second produit après la naissance de Bébé Ours (quand mon problème de panda était à son pire), je l’avais immédiatement détesté car il me semblait que je devais utiliser trop de produit et que ça plaquait grave. Mais, oh, comme je suis contente de l’avoir revisité!  D’ailleurs, je ne semble pas à être la seule à aimer cette merveille (parmi les meilleurs vendeurs de la marque- on dit qu’il se vend un tel cache-cernes dans le monde toutes les 2 minutes et demie). En fait, je pense que je ne savais pas bien l’appliquer, que je surchargeais de produit. Maintenant, comme j’applique le correcteur au préalable, il ne faut que presque pas de cache-cernes (que j’applique au doigt) et le rendu est encore plus naturel qu’avec mon Clé de Peau. Sérieusement! Et puis, grâce à la petite poudre pressée teinte sorbet au citron, je fixe mon beau travail qui dure jusqu’au démaquillage du soir. Résultat? Il est parti le panda! Parti! À moi de choisir quand j’ai envie de me promener avec lui!

Je suis la seule à vivre avec un panda? À moins que vous viviez avec un raton-laveur ou une chouette…? Vous avez des petits trucs pour apprivoiser ces petites bêtes qui font désormais partie de notre quotidien?

La Clé de la Beauté

Clé de PeauQuand j’étais plus jeune, je regardais les filles plus âgées (celles qui avaient l’age que j’ai maintenant, ah, ah) et je me demandais d’où venait ce look classe, flou chic, luxueux et effacé. Appelons cela le Flou-Chic-Luxe-Effacé, voulez-vous? Parce que du haut de mes seize ans, avec ma peau parfaite, mon gloss trop collant, mon sac d’école et tout le temps du monde pour me préparer le matin, je recherchais justement ce petit je ne sais quoi de «magnifique avec un minimum d’efforts ». Mais je n’arrivais pas à mettre le doigt sur quoi ou le comment.

Puis, il y a un peu plus d’un an, j’ai craqué et je me suis offert le fameux cache-cernes Clé de Peau, porté par les stars et encensé par les médias. Ce cache-cernes tient de la légende, c’est la chasse-gallerie de la beauté, le bonhomme sept heures de celles qui en dorment moins de cinq. On n’y croit qu’à moitié. Mais, en même temps, comme le Père Noël et les ventes privées de sacs Hermès, dans un total esprit d’aveuglement volontaire optimiste et rêveur on espère que ça existe vraiment.

(Vous croyez que je peux étirer encore plus l’histoire de moi qui achète un tube de cache-cernes?? Attendez, vous n’avez encore rien vu). Donc, je disais, j’ai succombé au Cache-cernes Clé de Peau, un peu dans un état second, vaguement optimiste. En payant (glurp!), l’espace d’un instant, j’ai eu un petit frisson d’effroi: la peur d’être déçue. Mais je vous rassure, le sentiment s’est évaporé (pouf!) instantanément quand des yeux inconnus et reposés m’ont fait un clin d’oeil dans le miroir. Les yeux brillants c’était les miens. J’avais l’air d’avoir rajeuni, dormi, fait une cure d’herbe de blé, fait du sport, être partie en vacances, appliqué un soin contour de l’oeil, prié le dieu du contour de l’oeil, vécu ma vie avec des lunettes de concombres. Oui, finalement, c’était l’achat de l’année.

Comment vous le décrire? Il est soyeux mais a une excellente tenue, il ne file pas, ne fond pas, ne plaque pas et n’accroche pas. Il est super hydratant, semble « repulper » les creux sous mes yeux, il couvre même les cernes les plus foncés (j’ai des yeux de panda insomniaque-junkie) et enfin, ce qui est essentiel, il dure toute la journée. Il a véritablement un effet lissant sublimant. Il éclaire. Il se fond parfaitement à la peau, se travaille comme un charme et il est toujours naturel. On peut aussi bien sûr, l’utiliser ailleurs sur le visage (sauf sur les boutons, à mon avis, il n’aura pas une adhérence suffisante pour cette utilisation). Enfin, le meilleur : c’est que le tube dure vraiment longtemps (je veux dire, point de vue amortissement budgétaire, c’est une note pour mon comptable). Oui, il est cher donc, mais il dure longtemps. Mais surtout (et c’est l’essentiel) c’est le cache-cernes de tous les temps. Enfin, à titre indicatif, j’ai la teinte 02, Beige.

Mais, ça n’est pas terminé! Vous vous rappelez ce fameux voyage où j’ai oublié mon Lip Glow et j’ai tenté de me sevrer? Je me suis dit, pour y parvenir, il te faut un tube qui t’emballe vraiment, un truc hyper spécial. Alors, j’ai craqué pour le Stylomine Rouge Éclat Confort de la marque Clé de Peau, teinte 209. Il s’agit d’un rouge à lèvres un peu translucide car hyper hydratant, dans une teinte gourmande de pivoine, à peine rehaussé de très fins pigments lustrés. Très, très lumineux, tout confort, il donne volume et couleur à mes lèvres, leur donne cet aspect jeune et gourmand. Non sans rappeler le Sérum de Rouge de Dior, le Stylomine Clé de Peau est un produit tout indiqué à celles qui ont envie de couleur, d’une beauté très fraîche et chic (du style, à porter avec l’Eau de l’Hermine, le trench et le t-shirt blanc, les cheveux défaits). Je l’adore, mon Lip Glow a de la sérieuse compétition. Enfin, le petit plus qui change tout : j’adore le tube très fin et long (et l’applicateur bien précis); un vrai étui de type stylo qui rappelle les Mont-Blanc et rend le geste on ne peut plus élégant. D’ailleurs, comme un stylo, on y glisse une recharge une fois la cartouche de rouge terminée. Par contre, une mise-en-garde s’impose : on ne peut tourner le tube que dans un sens, une fois que le rouge à lèvre est sorti (par « clics ») on ne peut le remettre dans le tube. Il faut donc procéder vraiment un clic à la fois (et le garder très, très loin des pattes des petits ours!)

Enfin, voilà, en vieillissant je me rends compte que j’ai enfin saisi le comment du flou-chic-luxe-effacé tant convoité durant ma jeunesse: des produits hors pair, véritable secrets d’initiées pour le teint et les lèvres. Des produits qui donnent une patine de qualité à notre image, comme un beau vernis sur un plancher un peu fatigué. En ce qui a trait à l’essence même de ce flou-chic-luxe-effacé, je pense que je commence à enfin mettre le doigt dessus : à avoir moins de temps pour se préparer, on va à l’essentiel, on estompe, on assume. La clé de la sagesse j’imagine; la clé de la beauté.

Allez, je suis la seule à aimer d’amour fou son cache-cernes?