Mieux vivre avec moins de lumière – Partie 2

White on white

J’ai publié la partie un de mon article traitant de trucs pour surmonter les difficultés physiques de l’hiver il y a un bon moment. Aujourd’hui, de retour de vacances au soleil, il m’a semblé qu’il me fallait vivement relire mes notes et rédiger la partie deux de mon article adressant les difficultés que l’hiver peut poser à l’âme, ne serait-ce que pour me rappeler le tout à moi-même.

Point de vue mental, je considère parfois l’hiver comme un marathon. L’énergie est déjà basse et, tempête après tempête on comprend que les jonquilles ne sont pas sur le point de sortir. On voit le printemps comme une ligne d’arrivée qui n’arrive pas. C’est dans cet essoufflement que souvent je me sens plus vulnérables aux troubles d’humeur. Manque d’inspiration, manque de motivation, sentiment que tous les jours se ressemblent, coups de blues et même anxiété. Voiture sale à déneiger (encore et encore), routes glissantes, habits de neiges trempés chaque soirs, vent qui picote la peau à l’arrêt d’autobus, soleil gris… Oui, c’est difficile si on s’y attarde mais il y a aussi plein de beaux côtés ! La ville toute blanche, les beaux manteaux, les flocons, les promenades, les bruits étouffés, la raclette et les potages, la neige qui fait un bruit de meringue craquante quand on marche et l’ambiance « chaleur  festive » qui émane des restos illuminés… Aimer l’hiver, même quand il s’étire, ça s’apprend. Voici donc mes petits trucs qui m’aident à rester en forme dans ma tête et dans mon cœur quand je n’ai qu’une envie : que le printemps vienne me réchauffer la peau.

Soyons hygge

Le hygge est partout, c’est la nouvelle tendance : cette culture de vie danoise mettant l’accent sur la nidation douillette illuminée de bougies semble tombée du ciel. Soyons honnêtes toutefois, boire un chocolat chaud après le ski en portant de grosses chaussettes, ça n’est pas non plus un concept qui est «nouveau». Je crois qu’on est toutes un peu hygge instinctivement, pourvu qu’on aime un peu la vie. Ce qui est nouveau toutefois (pour moi en tout cas), c’est de concevoir mon mode de vie hivernal comme un art de vivre choisi. Je ne mange pas simplement du cake au citron en buvant un thé en habits de joggings : je vis une vie hygge décomplexée. Bon, je sais que le hygge est un concept beaucoup plus complexe et flou que cela, c’est pourquoi lire Le livre du hygge se révèlera être une lecture aussi pertinente qu’inspirante. J’y ai appris plein de trucs pour embellir mon quotidien durant les mois froids et surtout, me tenir le cœur au chaud quand l’hiver semble ne plus finir. C’est un livre qui nous rappelle aussi que nous ne sommes pas seuls à vivre la réalité des hivers longs et froids. Et ça aussi, ça réchauffe le cœur. Enfin, réjouissons-nous que ce soit le hygge qui soit à la mode plutôt que le heroine chic ou le corporate gothic, non ?

Vivons l’hiver pleinement

J’essaie de vivre l’hiver pleinement. Pas d’auto-bronzant, de poudre Terracotta, ni de spray tan : j’essaie plutôt de me trouver des modèles « peau claire » pour m’inspirer. Marie-Antoinette, fée des glaces, ingénue pâle victorienne, pin-up avec un rouge à lèvres rouge qui claque…Ça me simplifie la vie de ne pas avoir à m’inventer un hâle de toutes pièces au quotidien mais surtout, ça m’aide à être dans le moment présent. Présentement je suis une québécoise à peau pâle cachée sous un gros foulard. Je rosis mes joues avec Lillium de Stila comme si je revenais d’une promenade en traîneau et ma maison sent le chalet dans la forêt (le sapin). C’est ma réalité et elle n’est pas dénuée de romantisme alors autant en profiter. Mais bon, je rédige plein de listes de rêves pour quand le soleil ressortira ! (Tom Ford Soleiet Eau Terracotta de Guerlain!)

Vive les rituels compliqués !

Comme je passe davantage de temps à l’intérieur l’hiver (et que les soirées sont plus longues) j’en profite pour faire plein de rituels beauté compliqués : bains, masques, bain de vapeur pour le visage, brossage du corps à sec et masques à cheveux, exfoliation des mains et manucures… Je réorganise mes produits, je trempe plus longtemps dans le bain, je prends une douche en regardant le pommeau, pour que l’eau chaude me coule sur le visage et roule sur mes joues, je masse mes pommettes, je draine mes mollets et je pince la cellulite de mes fesses avec de la crème hydratante en disant oust ! Je fais tout cela davantage pour m’amuser et pour me ressourcer que pour les résultats que cela procure, mais ça me réchauffe physiquement et moralement. Et comme je ressors de mes rituels beauté bien hydratée au surplus, et bien, je continue !

Bas collants

La garde-robe d’hiver que l’on ne supporte plus

Ici, n’est pas rare que l’on mette ses vêtements chauds à compter de la mi-septembre jusqu’à presque début mai. C’est presque huit mois ! Il va de soi que l’on devient vite blasée par ses chandails et zéro excitée à l’idée de s’habiller le matin avec, soupir, encore un lainage. Comment survivre sans dépenser une fortune ? Mon truc : m’amuser avec les bas collants. Résille, tulle, motifs, couture, tricots de laine…Autant d’options qui rehausseront une tenue pour moins de 25$. Mon autre combo gagnante: mixer chandails de couleur vives et boucles d’oreilles super intenses à la J.Crew. C’est frais, ça permet plein de combinaisons et surtout, ça garde au chaud quand il fait encore froid.

Arrêter de rêver au printemps

Il y a eu des hivers où je me répétais : « tout ira mieux quand il fera beau ». J’étais en attente, c’était long. Maintenant j’essaie de me dire que je vais laisser le printemps me SURPRENDRE, genre « oh, mais qu’est-ce que je fais en manteau alors qu’il y a des fleurs partout ? ». Je le vois comme un exercice concret de « vivre le moment présent ». J’ignore délibérément les vitrines de vêtements légers qui arrivent quand tout est encore gelé et en profite plutôt pour dénicher de quoi donner un deuxième souffle à mon linge d’hiver parmi tout ce qui est super soldé. J’essaie de me réjouir de vivre dans un pays où les quatre saisons sont aussi clairement définies et je me dis que c’est mon devoir d’en profiter pleinement : ski, patin, raquette, promenades, lecture sous une pile de couvertures, thé et pain tiède beurré avec du miel à tremper, crèmes hydratantes riches, bougies, écharpes et sous-vêtements en mérino…l’hiver a son lot de bonheurs, pourquoi s’en priver ?

Bien s’entourer

Pour mieux vivre l’hiver, il faut bien s’entourer intellectuellement. Lire des livres qui décrivent la chaleur étouffante du Pérou, regarder des films dont l’action se déroule dans le désert de l’Arizona, m’abonner à des comptes Instagram beachy et tropicaux qui, chaque jour, me mettent des images de plage et de bikini dans le visage, ça ne fait qu’ajouter à ce sentiment de « besoin » de chaleur qui est partout sauf chez nous. (Bon, je le fais quand même hein. Mais j’essaie de ne pas trop regarder !) J’essaie plutôt de lire slave ou scandinave, de lire des blogues où les filles ne sont pas en jambes nues en février (mon favori étant Life in a Cold Climate– j’adore !) et de ralentir la lecture des magazines qui, passé la St-Valentin, sont déjà en train de nous présenter les maillots de bain.

Inviter la nature chez moi

Vers la fin de l’hiver, je suis en craving de chaleur et de soleil, certes, mais aussi de en mal de nature. Tout est gris dehors depuis si longtemps. Je rêve de pousses et de bourgeons. C’est le temps d’inviter la nature à l’intérieur : bulbes à faire fleurir (mes préférées sont les jacinthes), tulipes coupées achetées à l’épicerie, branches à mettre dans l’eau pour les faire bourgeonner, même acheter une plante en pot me fait du bien. C’est peu mais vers la fin, ça me permet de patienter et, j’ose le dire, c’est plus remontant qu’un nouveau rouge à lèvres.

Aller dans le sud- mise en garde

Un petit voyage au soleil l’hiver, oui, ça fait un bien énorme. Ça recharge les batteries internes et ça permet de refaire le plein d’énergie. Mais attention, mise en garde : on est tellement en manque de soleil que même armée des meilleures intentions (et de la plus protectrice crème solaire) du monde on sera tentée de s’étendre sur la plage et de bien faire chauffer sa peau sous les rayons. Inutile de vous dire : mes pires coups de soleil (et taches pigmentaires) sont survenues ainsi. Le printemps permet au soleil de revenir doucement. La nature fait bien les choses, dit-on…

Winter magic

Romancer sa réalité

Comme toujours, quand j’ai besoin de motivation, je puise dans mon imagination : je m’imagine explorer le Stockholm souterrain (quand je sors du métro Laurier), être un lutin du Père Noël dans un livre de mes enfants (quand je vais acheter du lait au dépanneur en pleine tempête de neige), être poète en Sibérie (quand je fais mon café un mardi matin glacé). C’est bête mais d’agir comme si j’avais choisi la température dehors m’aide à l’accepter. Puis, quand rien ne marche, je me rappelle que la nature (et moi-même) avons besoin de repos pour refleurir à nouveau. Ne dit-on pas que la nature ne fait rien en vain ? Je nous souhaite un très bel hiver.

What’s up Wanderlust

thumb_IMG_6244_1024 Ah, Wanderlust: c’était comment? Par ces jours encore trop froids (sérieusement, le printemps, il est où? Je porte encore des bas collants!! Uncool.)  retournons sous le soleil du mois d’août, pour mon topo sur cet événement que j’ai adoré! (Pour celles qui ne sont pas familières avec Wanderlust, il s’agit d’un festival nomade yoga-plein-air-musique-bien-être, qui célèbre la pleine conscience et la joie. Papa Ours dit que c’est “un festival de hippie” mais noooon- c’est parce qu’il n’y est jamais allé. (Vous pouvez lire ce que j’en ai dit ici, ici et ici).

thumb_IMG_6279_1024 C’était donc la seconde année que j’assistais à Wanderlust Tremblant, à Mont-Tremblant (évitons la confusion). L’an dernier j’y étais allée pour une seule journée avec mon amie A-M, qui cette année n’a pu m’accompagner car elle faisait du ski en Argentine. Cette année j’avais décidé d’y aller deux jours tant j’avais adoré mon expérience de l’année précédente et ce, même si je serais seule. Mais, ma soeur, en voyant mon article pré-inscription, m’a vite téléphonée pour me dire qu’elle viendrait avec moi. Hiiiiii, SO fun!

Vite, la préparation. Nous avons décidé qu’il nous fallait des COURONNES DE FLEURS! Et un bon lunch maison (c’est à dire, commandé à un resto de Montréal). Nous nous sommes inscrites en ligne. Ma soeur s’était d’abord inscrite sous son vrai nom, puis, quand je lui ai fait remarquer que son nom serait visible à tous sur le site web, elle a décidé d’en changer pour un nom “plus créatif”. Elle a brainstormé pendant 15 minutes au téléphone (“Oh oui, je vais être…Yogi Migratoire! Oh non, Yogi Dans le Désert! Oh non, je vais être…“). Vous savez, ma soeur a un vrai don pour donner des noms, elle avait même donné un prénom à son store de fenêtre quand on partageait la même chambre (PlasticoMagie, no less). Quand elle a eu finalement choisi le nom le plus farfelu/gênant du monde, je lui ai fait remarquer qu’elle devrait aussi se présenter à chaque entrée de cours sous ce nom à un humain qui prendrait sa présence. Oups. Révision du nom- on recommence le tout le processus pour trouver le Faux Nom Normal mais Spécial Parfait qui fait quand même naturel.

thumb_IMG_6266_1024

Nous avons ensuite choisi nos activités: un cours de méditation et beaucoup de cours de yoga. Nous voulions aussi des temps libres pour se promener sur le site (et oui, magasiner- les shorts de yoga qu’on y vend y sont top et font un derrière parfait!).

La veille de Wanderlust, en partant vers le Nord, nous sommes arrêtées au resto Aux Vivres prendre des bols Dragon pour notre “lunch maison” et nous nous sommes couchées tôt, au chalet, pour être bien reposées et partir avec le soleil levant le lendemain. Mais comme j’ai supplié ma soeur d’essayer mon nettoyant, mon masque, mon exfoliant, ma crème contour des yeux, mon sérum, ma crème de nuit et mon baume à lèvres et de me donner toutes ses impressions sur chaque produit, il était passé minuit quand on s’est endormies.

Le matin, avec l’aube, nous avons mis nos leggings et créé un maquillage léger et glowy (“blissed out yogi” était mon thème personnel) sur une bonne couche d’écran solaire et hop: en route pour Tremblant.

En passant, je vous signale que ma soeur a davantage de rouges à lèvres que moi dans son sac! Photo à l’appui:

Les rouges à lèvres de ma soeur - tous dans son sac!

Les rouges à lèvres de ma soeur – tous dans son sac!

Ah oui et en chemin nous avons croisé… un renard!! Ce qui, bien entendu nous avons interprété comme un signe non-équivoque que le renard était notre animal totem.

Un renard croise notre chemin!

Un renard croise notre chemin! Are you my totem animal?

À Wanderlust nous étions trop excitée (presque trop pour faire du yoga). Le site était magnifique, le concept beaucoup plus raffiné que l’année précédente. Il y avait davantage de tentes, plus d’indications, une carte détaillée du site, un magazine Wanderlust nous était remis…Bref, nous étions hyper bien accueillies.

Nous avons débuté notre cours de yoga du matin (hanches et torsions) sous le soleil. Le soleil dans les yeux, au coeur des montagnes, chaque mouvement nous semblait important. Et quand nos regards se croisaient à l’envers, on souriait; faire du yoga avec sa soeur c’est juste top, surtout hanches et torsions parce qu’on se met dans de drôles de positions.

thumb_IMG_6276_1024

Ma soeur trouve la parfaite roche plate pour faire un pique-nique.

Nous avons ensuite décidé de prendre le téléphérique pour aller dîner en montagne. Nous avons marché longtemps, en flip-flops, sous le soleil pour trouver le petit coin parfait. Toutefois, une fois assises sur notre parfaite grosse roche plate au bord d’un ruisseau étincelant nous avons constaté que…nous n’avions pas d’ustensiles! Nous avons bien entendu interprété cela comme un message non-équivoque de l’univers nous disant de revenir à nos sources et de manger nos carottes et betteraves râpées pleines de vinaigrette avec nos mains. No probem. Bon, nous n’avions pas de serviettes de table non plus. Ce que nous avons compris comme un signe évident qu’il vaut mieux ne pas faire de pique-nique en montagne. Je me sentais tout de même vraiment hippie quand des randonneurs nous croisaient et nous regardaient manger notre pique-nique avec nos mains.

The perfect lunch!

The perfect lunch!

En après-midi nous avons fait du yoga sous le soleil, en musique, nous avons flâné au petit marché (mention spéciale à ma super nouvelle camisole “Hanging’ with my omies” achetée chez Inner Fire), nous avons chanté le OM collectif en vague dans les montagnes, nous avons suivi le trop génial cours de méditation de Lyne St-Roch (qui est si sympathique!), sans oublier notre cours de yoga dans le noir, sous les blacklights, vêtues de blanc sur les beats d’un dj. So fun!

Wanderlust, the book

Wanderlust, the book

N’oublions pas que nous avons pris le temps de feuilleter le livre Wanderlust (trop génial) dans l’herbe, en se promettant de le lire un peu toute l’année pour “rester dans l’esprit d’ici”. Nous avons fait des bracelets dans la grande tente en écoutant DJ Drez et nous sommes reparties heureuses, sereines, pleines d’amour et de paix et d’équanimité (c’est tellement l’important l’équanimité). Nous nous sommes jurées de revenir tous les ans, en petit rendez-vous entre soeurs, et de brainstormer dès maintenant à nos faux-noms pour l’an prochain.

thumb_IMG_6321_1024

Le lendemain, je suis retournée à l’événement, seule. Ça m’a permis de constater combien l’événement est aussi bien pour les personnes qui y vont seules qu’entre amies.

J’ai eu un coup de coeur énorme pour le cours de yoga avec Amanda Giacomini et son mari, DJ MC Yogi, un duo ensoleillant! Le cours a commencé par un conte bouddhiste raconté par Amanda, puis, des enchaînements de yoga, de la danse, le tout sur les beats mi-reggae, mi-hypnotiques de DJ Drez et de MC Yogi. C’était très différent, magique, j’aurais aimé que ma soeur puisse vivre ça! (cliquer ici pour avoir une idée de l’ambiance).

thumb_IMG_6317_1024

Le canard que j’ai croisé …

Je me suis ensuite promenée toute seule et j’ai croisé…un canard. Et j’ai perçu cela comme un signe absolument non-équivoque de l’univers qui me disait que le canard était aussi mon animal totem.

thumb_IMG_6375_1024

Mon cours avec Dharma m’a fait beaucoup réfléchir. Et puis, en fin de journée, je me suis retrouvée au beach party de clôture de Wanderlust, un cours de yoga/danse sur la plage, où la bonne humeur était à l’honneur et où, face au lac et sous le soleil, j’ai senti que mon énergie avait exponentiellement augmenté au cours du weekend. J’ai dansé sous le soleil comme jamais (Peace Sign, Give Love, Dancing in the Sun– autant de chansons de MC Yogi qui me remettent dans le moment que j’ai téléchargées à mon retour)! J’ai sautillé, fait le pont, le cobra, le guerrier, j’ai fermé les yeux et j’ai vraiment oublié qui j’étais, ce que je faisais, si ma ponytail était frizzy (elle l’était) et j’ai oublié d’être peut être gênée à l’idée que quelqu’un pouvait me regarder danser. Ce genre de trucs ne m’arrive jamais à moi. Si c’est ça être hippie, c’est assez cool! (Mais ça n’est PAS un festival de hippies!)

thumb_IMG_6383_1024

Puis, dernières respirations sur mon tapis de yoga, les yeux fermés. Quand je les ai ouverts il y avait ce message d’intention sur mon tapis (chacun en avait un différent): Prendre le temps de savourer mon café. Et comme je n’y arrive toujours pas (je fais milles autres trucs en même temps), je me dis que je n’ai absolument pas d’autre choix que de retourner à Wanderlust cette année (pour 4 jours!), on est d’accord? Ma couronne de fleurs est déjà prête! D’ailleurs, les inscriptions ont déjà commencé

P.S. Autres petites notes essentielles: Ci-dessous, ma soeur vous envoie sa recette de craquelins-maison, la parfaite collation que nous avons grignotée au cours de notre journée à Wanderlust! N’attendez pas pour l’essayer, tout le monde adore!
biscuits 'WANDERLUST'Et voici mon lineup beauté pour la réalisation de mon maquillage de yogi comblée:

thumb_IMG_6331_1024

Gauche à droite: Un stylo-feutre liner pour rehausser mes freckles (marque inconnue, mais meilleur équivalent ici)/Glossier Perfecting Skin Tint (medium)/Charlotte Tilbury Cheek to Chic Blush (Love Glow), IT Cosmetics Vanity Lipflush (je ne recommande pas: je préfère de loin le Lip Glow de Dior), Glossier Coconut Balm Dotcom (baume à lèvres et éclat général).

Des idées en vrac pour un Plan

Un Plan d'automneC’est l’une d’entre vous qui me l’a gentiment fait remarquer: voilà un mois que je n’ai pas publié. Comment, comment l’expliquer? Je ne sais pas en fait: j’ai plein d’idées et les doigts qui ne demandent qu’à écrire, mais la journée passe tellement vite que je m’étonne qu’il soit déjà onze heures du soir et que je ne sois même pas encore crémée. Parmi les choses qui ont changées, Petite Ourse a maintenant des devoirs (on aime le français, pas les maths- comme maman). Aussi mon travail est assez demandant. Et maintenant, surtout, le dodo comporte une séance de négociation digne d’une transaction d’envergure entre multi-nationales. Autant j’adore tout, autant je manque totalement de temps.

Mais bon, ma quête n’a pas changée. Je m’hydrate toujours, je recherche toujours le blush “lumière d’automne/mannequin au repos/peau de bébé” parfait et surtout, je formule encore des Plans (voir ici, ici et ici pour celles qui ne connaissent pas)! Comme mon amie V a déménagé et qu’il est moins facile pour nous de nous rencontrer, mes Plans sont maintenant davantage une conversation intérieure avant de me coucher qu’un brunch animé autour de scones et de cafés. Mais le but est le même: se redéfinir un peu, affiner son grain de peau, ses goûts et retrouver son âme de manière rêveuse et authentique. Voici donc en vrac mes quelques idées que je mijote, comme une soupe d’automne, tranquille, réchauffante et pleine de promesses.

D’abord et avant tout, cet automne, je vibe Pêche en Alaska: un gros chandail de laine crème à mailles torsadées qui gratte un peu (ça fait partie de l’expérience de pêche, avec des pastilles pour la toux Fisherman’s Friend d’ailleurs, tiens, je note), les joues roses à cause du brouillard froid et salin et de la buée qui sort de la bouche tant l’air est givré. Voilà ce dont j’ai envie! Ce chandail, qui ressemble à celui affectionné par Grace Kelly, m’apparaît le parfait alliage de chic et de viking mais sinon, La Baie, Gap et L.L. Bean ont toujours de belles options. Je le porterais avec des jeans foncés ou des leggings et, les weekend, ce serait mon chandail de prédilection pour aller cueillir des pommes ou sabler un meuble en plein-air (si une telle éventualité devait se présenter). Idéalement, j’adorerais aussi les Bean Boots de L.L.Bean, mais comme ça fait trois ans que je vous en parle et que je ne les ai toujours pas achetées, j’arrête d’en parler.

Parlant de choses que j’arrête: j’arrête avec la torture de la fille qui veut être “bonne en tout”. Pourquoi je regarde constamment le compte Instagram d’Ivanka Trump? Pourquoi? D’abord, je me disais que c’était pour de l’inspiration #Womenwhowork mais au final, je me rends compte que je ne fais que stresser en voyant que 1) elle s’entraîne dans son salon avec ses enfants avec le sourire 2) sa maison est impeccablement rangée  3) elle planifie les repas du vendredi soir le dimanche soir précédent parce que la famille est so important to her et sa fille cuisine le dessert toute seule (alors que le vendredi, moi, je n’ai qu’une envie: commander des dumplings en écoutant le dernier épisode de Brooklyn 99 enregistré!) 4) elle est tout sourire le matin avant d’aller travailler, genre radieuse comme dans une pub de yogourt et 5) elle performe au travail alors que de son côté, son bébé lit le journal en pratiquant son mandarin (so cute!) Au fait, rien de tout cela est une blague: son bébé parle vraiment le mandarin. Ses enfants jouent aussi du piano et Ivanka fait de l’escalade, court des marathons et gagne même des médailles! J’essaie donc de décrocher. Idem pour les livres de recettes aux belles photos mais trop compliqués, pour les livres sur le rangement qui nous disent que nos chaussettes stressent si on ne les flatte pas dans le sens de la fibre, pour les bonnes idées “fermier de ville”, tricot dans le métro et arrangement floral rustique en déjeunant, idem pour le Martha Stewart Living des Fêtes qui apprend à faire des rennes en paille avec du ruban rouge comme en Norvège, pour les livres sur comment bien élever ses enfants avec un système à trois tirelires pour leur apprendre les investissements à court et long terme et la charité…Oh my God! Autant j’adore, mais j’adore ce genre de lectures, autant j’apprends aussi à connaître mon propre seuil de sensibilité par rapport à ce genre de message (il est très grand: je suis une vraie éponge!) qui au delà de l’élan d’inspiration initial, me tire vite vers un sentiment d’inéquation global. Je compte donc limiter ce genre de lectures avant de devenir une vraie boule de stress au bureau en pensant à mes décorations de citrouilles, à mon tian de légumes et au fait que mes enfants aiment davantage le bricolage que l’art post-moderne. (Cela étant dit, le livre sur le rangement m’interpelle vraiment). Un peu comme je ferme les yeux devant un film violent, je choisis de fermer un peu les yeux à toute la “perfection” (entre guillemets, hein, car on sait bien qu’il y a des équipes derrière) de ce monde, à tous les comptes Pinterest inspirants qui demandent une semaine de vacances pour réaménager sa salle de lavage avec des beaux paniers en osier et des épingles à linge sculptées à la main, à tous ces comptes Instagram de femmes qui travaillent et semblent aussi tout faire très bien sans le moindre doute, la moindre aide ni la moindre fatigue. Je dis stop car je connais mes limites.

Point de vue attitude générale, je me sens inspirée par une maman brésilienne que je croise à la garderie. Elle a littéralement le soleil dans la voix et sa bonne humeur est totalement contagieuse. Elle porte des couleurs vitaminées l’hiver. Elle a les joues hâlées. Elle dit toujours bonjour comme si nous étions à de grandes fêtes de retrouvailles (alors qu’on s’est croisées le matin) et elle s’émerveille de tout, tout, tout (“ahhhh, comme le local est bien décorrré!“)! J’ai envie d’être plus comme elle, la voix chantante et le bonheur apparent. J’ai envie de garder un peu de l’été avec moi, dans ma garde-robe et sur mon teint. Sur ma liste d’automne il y a donc des chandails de laine ou cachemire (mes chouchous sont ceux de La Baie, pour le rapport qualité-prix) mais en des teintes de rose foncé, de mauve doux, de bleu ciel ou de nuit étoilée. Je compte aussi m’amuser un peu avec ma poudre bronzante Beige de Chanel même s’il fait sombre dehors. Qui a dit qu’il ne faisait pas soleil?

C’est contradictoire, je sais, mais je suis aussi complètement obsédée par la marque canadienne Kit and Ace (le dernier bébé de la famille des fondateurs de Lululemon) qui ont créé de sublimes basiques urbains confortables (que du noir, du gris et du beige) dans des fibres luxueuses et complètement doudou (hello le cachemire lavable à la machine!). J’adore tout ce que j’ai acheté de la marque et là, j’économise pour ce châle qui sera juste trop parfait le matin dans mon bureau glacé.

Parlant de noir et de contradictions, j’ai aussi envie de blanc, de clarté, de grand ménage et de moins de tout. Moins de choses dans mes tiroirs, moins de moules dans l’armoire, moins de choix, moins de désordre. Ma routine beauté reflète cette envie aussi: une bonne crème de jour (Glossier,Tolériane Ultra), de nuit (je suis une convertie à la Clarité de Vivier ou à la Luna Oil de Sunday Riley), une solaire, un parfum et un savon. Bien sûr il y aura toujours quelques masques et exfoliants (et tout ce qui vient de May Lindstrom!), mais généralement, je constate que je n’utilise que ce qui m’enthousiasme. Alors pourquoi m’encombrer de tubes efficaces mais déprimants? Je pense à un col roulé blanc aussi (ça serait bien pour mon look scandinave) et à des boucles d’oreilles en perles. Un fard blanc nacré dans le coin interne de l’oeil (ça réveille), des gouttes pour les yeux une fois de temps en temps et une crème pour le corps câline (Crème de Corps de Khiels ou Lait aux agrumes de Biotherm).

Point de vue maquillage j’ai envie de yeux félins pour le soir (Charlotte Tilbury, tes Nocturnal Cat Eyes tombent à point!), de yeux clairs et naturels pour le jour (Buxom Mink Magnet) de lèvres mi-mattes rosées (Tom Ford Spanish Pink) et de points de lumière dramatiques sur l’os de la joue (je refuse d’utiliser le mot “strobing“). Une grosse tresse défaite, des bottes cavalières, un vernis rouge à la Olivia Palermo et des grosses lunettes solaires noires qui font un peu des yeux de chats- voilà ce qui m’interpelle. J’ai envie de quelque chose de simple, de chic et de lumineux. D’ailleurs, avec des chandails de laine rustiques, le maquillage lumineux me semble être le contrepoids idéal, non? Ça me semble assez scandinave comme combinaison (ce que je recherche toujours), et puis, c’est très fée des neiges et donc tout à fait de saison.

Parlant de scandinavie, j’ai envie de cuisiner scandinave, de décorer scandinave et de porter un parfum plus scandinave, simple et enneigé. Je vais aller voir du côté de Byredo (maintenant chez Holts de Montréal, par transfert des autres boutiques du Canada) pour ce dernier besoin! Et je vaporise mon bureau du parfum d’ambiance Jardin de Givre, une super trouvaille à petit prix chez Simons (dans la section La Lingère)!

J’ai aussi envie d’être plus dans le moment- de vraiment, vraiment laisser mon Iphone dans mon sac à main quand j’entre dans la maison. De donner toute mon attention à ceux que j’aime, sans alerte La Presse/courriel du bureau/texto d’une amie/suggestion GetTheGloss qui m’appelle et m’aspire vers le monde virtuel alors que tout ce qui compte est à quelques centimètres de moi, plein de vie et d’amour. Je suis persuadée que je serai plus sereine si j’arrive à ainsi décrocher.

J’ai aussi envie d’avoir hâte, de voir quelque chose de beau au calendrier. L’an dernier je suis allée voir le ballet Alice au Pays des Merveilles de Christopher Wheeldon (recommandé par l’une d’entre vous!) à Ottawa avec Petite Ourse et ce fût magique! Petite Ourse et moi en avons parlé des mois d’avance et nous en parlons encore. Outre Noël et les anniversaires je trouve important de mettre à l’agenda des petites bulles qui disent “Souper avec ma soeur!”, “Exposition”, “Marche en Montagne”, “Marché Jean-Talon!” ou même juste “Promenade dans ma ville et chocolat chaud”, autant d’excuses pour se motiver à sortir, à voir des gens et à aller prendre l’air quand il fait froid, ce qui n’est pas facile à faire durant l’hiver mais s’avère toujours salutaire.

Enfin, pour finir, parmi les résolutions qui découlent de mon Plan, notons aussi de manière générale que j’ai envie de prendre le temps. Prendre le temps de m’assoir devant Cendrillon avec les oursons, prendre le temps de lire un vrai livre avant de me coucher, prendre le temps de respirer, de vider mon sac à main le soir pour en sortir les crayons sans bouchons, les reçus Jean Coutu et miettes de biscuits. Prendre le temps d’être avec ceux que j’aime sans distraction, de replier la jupe qui n’allait pas ce matin et qui est restée sur la chaise, d’attendre que mon vernis sèche avant…de me lancer dans la fabrication de rennes en paille comme en Norvège. Non, je plaisante. Je veux apprendre à attendre que mon vernis sèche point. Sans lire un magazine, sans regarder mes courriels, sans regarder la télé. Apprendre à attendre que mon vernis sèche, immobile, tranquille et bien.

C’est un plaisir que de vous retrouver! Vous avez fait un Plan d’automne? Si oui, racontez-moi pour m’inspirer et pour que je vous pique des idées!

Prochain arrêt: Wanderlust Tremblant

Hike

Vous vous en souvenez: j’avais adoré mon expérience à Wanderlust Tremblant l’été dernier, ce super festival bien-être qui a lieu dans les Laurentides, à Mont Tremblant. Je renouvelle donc l’expérience cette année avec bonheur! Je viens d’ailleurs de choisir tous mes cours: méditation du matin et marche en montagne, cours de yoga divers et même…cours de yoga néon (dans une atmosphère black lights avec musique!). Mais non, je n’ai pas opté pour la course en montagne “Bienvenue aux Enfers!”…

Les festivals Wanderlust se disent être des “festivals de la vie”. Si ça vous semble trop chakras, auras et encens détrompez vous: c’est un festival rassembleur qui mise sur le bien -être et le bonheur. Leur mission: créer un environnement qui permet de voyager, pratiquer le yoga, écouter de la musique, bien manger, être vert, apprécier l’art et créer une communauté qui vit dans la pleine conscience. Plus concrètement? On s’y sent comme une enfant en colonie de vacances, avec même des cours de hula hoop! Enfin, cette vidéo décrit mieux que moi Wanderlust (et me donne très hâte à l’édition de cette année!):

Comme vous savez, il existe tout plein de festivals Wanderlust dans le monde (dont un au Vermont qui me tente beaucoup, moi qui adore le Vermont!). Il y en a à Hawaï, dans les Rocheuses, en Californie, et ce, tout au long de l’année. Je nous compte tellement chanceux que, non seulement Wanderlust se pose à Mont-Tremblant tout près de chez nous l’espace d’un weekend, mais surtout que ce festival coïncide avec la fin du mois d’août. C’est le moment idéal pour “retrouver son nord intérieur”, pour se recentrer avant la rentrée et refaire ses énergies pour repartir en beauté, forte et les joues roses de bonheur. J’avais absolument adoré ce festival qui se déroulait sous les premières lumières de l’automne, dans l’air pur de la montagne: flâner vers la tente pour y aller voir les spectacles d’accro yoga, boire un thé glacé après une randonnée, le cours de yoga suspendu…On n’a d’ailleurs pas besoin d’être accro du yoga, du sport ou de la méditation pour profiter de Wanderlust, ni même d’être en grande forme (j’en suis la preuve!): il suffit d’avoir envie de se retrouver un peu, de se ménager une parenthèse santé/beauté intérieure, de se permettre de recharger ses batteries autrement pour vraiment tirer profit de cette belle fin de semaine. Il y règne une ambiance cool, sereine où tous sont les bienvenue, mais aussi, où on vous laisse tranquille si vous avez envie de vous retrouver avec vous même un peu. Enfin, tout cela pour vous dire que j’y serai! Il reste d’ailleurs des places pour celles qui, comme moi, auraient laissé leur inscription à la dernière minute…c’est par ici!

P.S. Wanderlust Tremblant: 20-23 août 2015, Mont-Tremblant, Qc.

Retrouver son nord intérieur: Wanderlust Tremblant

W7Je vous en avais parlé dès mon inscription: j’avais trop hâte à Wanderlust Tremblant! Alors…c’était comment? Quelle belle journée! Mon amie A-M et moi, de bon matin samedi le 23 août, nous étions sur le site de Wanderlust, vêtues de l’uniforme non-officiel (mais omniprésent) de l’événement: c’est à dire en leggings noir Lululemon. (Sérieusement, TOUTES les filles étaient en leggings noir Lulu.) Peu importe…premier arrêt: le cours d’OMGYM, du yoga suspendu. Qu’est-ce que le OMGYM? Un cours de yoga où l’on est retenu par du tissu de parachute et même où l’on est carrément suspendu à l’envers, c’est un yoga qui étire tout en douceur, un yoga qui joue avec les sens de l’orientation et de la perspective, mais surtout, un yoga qui oxygène et régénère l’esprit. Comme après un head-stand, comme quand tout le sang va à la tête…même principe. Après avoir la tête en bas quelques minutes on voit clair comme tout, et on a aussi l’impression d’avoir grandi de quelques centimètres!! Oui, j’ai totalement envie d’investir dans une structure OMGYM, de l’installer dans mon salon, ne serait-ce que pour la trop relaxante position “cocon”.

Hike

Le paysage du Passion Hike, la randonnée de Jessica Humphries

Second arrêt: la marche en montagne Passion Hike avec Jessica Humphries, qui…allait au collège avec moi (on était dans le même groupe d’orientation en forêt! On avait fait la randonnée ensemble dans les Adirondacks!). D’abord, c’était un plaisir de la retrouver, c’était aussi super inspirant de voir qu’elle fait un travail qui la passionne depuis toujours. Au fil de la randonnée, Jessica nous invitait tantôt à la réflexion, à des exercices de conversation mais aussi, à méditer en silence près des chutes d’eau, pour nous aider à nous rapprocher de nos passions. J’ai également appris que Jessica conseille sur la mise en forme dans le plaisir (cours de raquette! course en forêt!) et qu’elle élabore des plans de mise en forme, en intégrant des notions de plein air. Elle conseille également à Tremblant sur les randonnées à faire dans le coin, je pense d’ailleurs à la contacter pour nous aider à planifier une petite randonnée familiale. Enfin, motivante et enthousiaste comme elle est, je suis certaine que Jessica serait l’alliée idéale d’une remise en forme véritable. J’y pense… W3 Petite pause lunch ensuite, A-M et moi avons mangé une salade dans le village piétonnier avant que j’accompagne A-M à son cours de Yoga sur Paddleboard (Pop Yoga SUP avec Marie-Ève Bertrand). Je croyais que j’y étais inscrite aussi, mais de tout évidence, je n’avais pas bien complété le processus d’inscription en ligne (ça m’apprendra à m’inscrire à un cours de yoga en faisant du lavage en appliquant mon tonique visage en parlant à A-M au téléphone.) Déception donc, à ce niveau puisque le cours était complet-mais je me suis vite réjouie de pouvoir profiter de ce petit moment pour me promener sur le site, explorer, profiter des spectacles et aller boire un thé glacé David’s Tea. En me  promenant, j’ai eu un coup de coeur énorme pour le spectacle de HANNAH (à écouter ici), une productrice musicale pleine de talent qui chante et joue du violon. À noter, elle a d’ailleurs partagé la scène dans le passé avec des géants de la musique: les Rolling Stones, Kanye, Moby…Sa musique est totalement hypnotique, une musique pour être bien, respirer, une musique de nymphe dans la forêt…J’ai adoré, c’était magique. Je suis également restée longtemps à regarder le cours de yoga sur musique Meghan Currie, une prof pleine de fous rire, d’énergie et d’étincelles qui donnait son cours en plein air, sur la Place St-Bernard. La prochaine fois, c’est décidé, je m’inscris à son cours! Juste à regarder, j’étais conquise et pleine de bonne humeur.

W8

Atelier pour enfants de bricolage avec granola

Je n’ai pas vu le temps passer: vite, j’ai retrouvé A-M devant la petite chapelle pour un cours du Consciousness Explorers Club, un duo canadien dynamique qui encourage, initie et fait connaitre la méditation (l’un d’eux donne notamment des cours à l’équipe de Google entre autres, l’autre est médecin urgentologue). En fait, ça n’était qu’une conférence pré-pré-initiation, très en surface, mais j’aimé leur manière de présenter la méditation, très simplement, de manière accessible. Comme un moyen pour retrouver le silence dans notre cerveau et faire taire ces bruits sourds qu’on ne remarque même plus, un peu comme celui du frigo dans la cuisine.

W5

Le d’Om

A-M et moi, le visage plein de soleil, sommes ensuite allées nous promener vers le D’Om, la magnifique yourte (vraiment, c’était magique, je veux habiter dans une yourte). Oui, on y vendait des vêtements Lululemon (quoi d’autre!), mais aussi, des petits accessoires Wanderlust. Il y avait une station pour faire des bijoux de perles, des tapis et fauteuils pour prendre le thé, des yogi-accrobates qui faisaient des présentations. Au centre, dans un gros arbre, le DJ était à l’honneur, entouré d’une centaine de lanternes. Coup de chance, nous sommes arrivées juste à temps pour voir le spectacle de Quixotic, absolument dément!

W2

Dans le D’Om- Quixotic

A-M et moi étions ensuite inscrite à un cours de cuisine végétarienne. C’est le seul cours qui nous a déçu: la professeure ne donnait pas vraiment un cours de cuisine mais bien un cours magistral sur les bienfaits du végétarisme. Et…il nous semblait qu’elle lisait d’un livre. Comme le ton était monotone et comme nous venions de renouer avec l’importance de “suivre nos passions” (merci Passion Hike), nous avons quitté avant la fin pour aller faire un peu de magasinage.

W6

Leggings Inner Fire. Regardez ma photo: on dirait que des leggings ont des pieds!

Bracelets Pura Vida (il y avait même un bracelet “Wanderlust”), Thés David’s Tea, station pour enfants de bricolage avec granola (so mignon!!), carillon géant qui résonnait dans la montagne et eau de coco… il y avait de quoi s’amuser! Nous avons aussi découvert les leggings de yoga de la marque de Vancouver Inner Fire, absolument magnifiques avec leur motifs de forêt boréale ou encore, de ciel étoilé. Idem pour les super mignons tops aux messages comme “I came for the Vinyasa” ou “Chillin’ with my Omies“. Le paradis de la yogi branchée, quoi. A-M et moi avons ensuite été prendre une petite collation de tire d’érable sur neige, avant d’aller discuter dans un pré, en attendant le souper et le spectacle de soirée.

W9

Comptoir de perles

En gros, ce fût une journée parfaite, ressourçante, qui met le rose aux joues et donne milles idées et bons plans. On en ressort avec un sentiment de force, de bonne humeur, la conviction que l’équilibre est là, en nous, et qu’il suffit de s’écouter un peu.

Wanderlust 1

Capteur de rêves coloré- love!

Les petits moins: je trouve que c’est le genre d’événement qui gagnerait à être exclusif à ses participants et fermé au public, ce qui n’était pas le cas: les yogis en luon côtoyaient les touristes avec appareil photo. J’aurais également adoré qu’il y aie des stations de nourriture végé, voire, des camions de bouffe de rue (camion La Panthère Verte, où étais-tu?) au lieu de devoir apporter son lunch ou d’être contraint de se tourner vers les restos du Village. Enfin, une station de tresses françaises (du type Assembly LA) pour calmer les crinières au vent aurait été, à mon sens, plus utile que le comptoir de dessins au henné et m’aurait comblée. W4 Mais, au final, j’ai absolument adoré mon expérience Wanderlust. Même les plus novices ou wannabe yogi comme moi s’y sentiront les bienvenues, tout comme les avancées et professeurs de yoga qui y reçoivent des formations également. Et puis, le visuel de l’événement était vraiment très léché: tout était charmant, jolies nappes, tables décorées de bocaux remplis de bouquets de fleurs sauvages, jeux de Jenga géants…Seul constat: une journée c’est beaucoup trop court. J’aurais voulu faire plus de cours, essayer le parkour, le hula hoop avec Shakti Sunfire, faire un cours avec Shiva Rea…Il y avait tellement d’activités tentantes! Wanderlust, on en ressort plus recentrée, pleine de bonnes résolutions, légère comme une enfant, mais surtout mieux équipée pour replonger dans le quotidien. C’est l’escapade idéale au moment de la rentrée d’ailleurs, pour réfléchir à un Plan, pour repenser un peu son chemin et se refaire des énergies. Je surveille d’ailleurs les autres événements Wanderlust: celui du Vermont (vous savez combien j’aime le Vermont! Je pourrais même y porter un blush Tata Harper!!) me tente bien, ou, en rêvant totalement, celui de Whistler dans les Rocheuses…

Wanderlust essentiels

Mes essentiels beauté Wanderlust

P.S. Ah oui, j’oubliais: mes essentiels Wanderlust: des lingettes pour bébé (pour nettoyer les mains pleines de terre, après le cours de yoga), du gel aseptisant, une crème hydratante lumineuse Jouer Luminizing Moisture Tint, parfaite), un blush “éclat intérieur” (Dr. Perricone No-Blush Blush), le Lip Sugar Tulip de Fresh pour des lèvres un peu pop rosées mais hydratées, de la poudre protection solaire, du déo Soapwalla et des barrettes ou un bandeau (la brise des montagnes qui souffle dans la frange est trrrès distrayante quand on essaie de penser à rien). Enfin, mon sac Go-Lightly était parfait pour me promener sur le site, les mains libres.

Passeport éclat: Boucle d’Or s’inscrit à Wanderlust Tremblant

Wanderlust 2014Ça y est! Je viens de m’inscrire au très attendu festival Wanderlust, qui aura lieu du 21 au 24 août à Mont Tremblant. Car oui, si des éditions du festival Wanderlust avaient déjà lieu à Stratton au Vermont, à Aspen au Colorado, à Whistler dans les Rocheuses et à Oahu à Hawaii, une édition Wanderlust a aussi lieu à Mont Tremblant en version nature-nordique. J’ai trop hâte! Au menu : des séances de yoga en plein air, sur la montagne ou à fleur d’eau, des cours de cuisine végé, des conférences données par des invités issus diverses sphères mais unis par leur quête d’harmonie (gérants d’entreprises vertes, yogis, auteurs, spécialistes du bien être…), des concerts et spectacles en pleine nature et des repas santé cuisinés avec des produits locaux. Ne serait-ce que pour son village piétonnier, lové au creux de la montagne, le village de Mont Tremblant était déjà un attrait en soi. Mais la promesse de pouvoir y faire des randonnées pédestres méditatives, à l’aube et au coucher du soleil ou encore, d’y découvrir la faune et la flore, de faire des excursions sur des ponts suspendus aux arbres, de pratiquer le yoga sur un paddleboard au milieu d’un lac ou de manière très collective sous le soleil du matin, ça m’enthousiasme au plus haut point! Je me sens d’ores et déjà très inspirée et, je ne crois pas qu’il y ait meilleur moyen de faire une petite pause avant d’attaquer septembre et la rentrée.

Ali Kaukas

Crédit photo: AliKaukas (via Wanderlust)

Mon amie A-M (grande adepte du yoga, grande aventurière!) m’accompagnera pour me guider dans cette aventure, pour éponger mon front quand je serai à bout de souffle et surtout pour le facteur complicité! On va tout vous raconter! Que ce soit sur les produits qui iront dans notre sac de sport à notre expérience globale Wanderlust Tremblant, Boucle d’Or vous racontera tout, depuis son legging Lululemon et ses soixante barrettes (cheveux frisés naturels obligent)! Ah oui, autre détail que j’adore : Wanderlust est très familial dans son offre. En effet, il propose un super programme Wanderkind, où je compte inscrire Petite Ourse… Cela nous permettra de faire du yoga ensemble avec des cours adaptés comme le cours Conseil d’un arbre qui nous apprendra à bien nous enraciner “pour grandir vers le ciel”.

Crédit photo: Wanderkind

Crédit photo: Wanderlust

Crédit photo: Connie @ Grisley Images via Wanderlust

Crédit photo: Connie @ Grisley Images via Wanderlust

D’ailleurs, avis à celles qui sont intéressées par ce festival, il reste des billets mais les activités se remplissent vite! Au plaisir de vous y croiser peut être…si jamais vous croisez une blonde essoufflée avec soixante barrettes, venez donc me dire bonjour!

Connie @ Grisley Images via Wanderlust

Connie @ Grisley Images via Wanderlust

Logistique d’une relaxation

Relax, baby!

Dans une vieille boîte de carton, mes essentiels détente…à portée de main!

Bon, je sais, je ne suis pas vraiment the référence anti-stress (écris-je en mordillant mes lèvres) mais…j’y travaille. Pour régler le stress, l’anxiété et les petits soucis, rien ne vaut une bonne routine relaxante avant d’aller au lit. Bon, cela étant dit, la relaxation, surtout avant le dodo, c’est toute une logistique! Parce que une fois les pieds crémés, on ne veut pas avoir à se relever pour aller voir si on a bien éteint le four. Et une fois que les cuticules sont hydratées, on ne veut pas soudainement avoir à mettre le système d’alarme (quoique, en même temps, ça permet une hydratation expresse des mains le matin en sortant de la maison- je l’ai testé!). Nooon, il y a un ordre à respecter pour la relaxation pré-dodo. Une organisation. Voici la mienne, avec au passage la présentation de certains produits adaptés et favoris.

D’abord, la tisane. Je ne sais pas mais boire un breuvage chaud avant le dodo, ça me détend terriblement. Et puis, boire une tisane dans le bain c’est encore mieux! C’est comme la version spa-santé du cocktail dans la piscine. J’adore. Parmi mes cocktails de prédilection il y a le « À la rescousse de Maman » de David’s Tea et aussi, la tisane du sommeil de Provence d’Antan.

Roques O'Neil Detox Himalayan Salts

Crédit photo: Roques O’Neil Thérapie

Ensuite, on se détend mieux quand on est propre. Il importera à chacune de déterminer si le bain ou la douche lui convient davantage (perso, je souscris totalement à la philosophie japonaise à l’effet de laquelle  “la douche prépare à l’action et le bain à la relaxation” (je paraphrase) c’est pourquoi, moi, je préfère le bain). Parmi les avantages du bain, il y a celui de pouvoir y diluer des huiles essentielles et des sels, notamment. Ces jours-ci j’utilise le mélange Anti-Stress de Divine Essence qui sent assez citronné (bof, il est bien mais sans plus). Mais…sur ma liste il y a les huiles de bain de l’expert autrichien Kneipp (qui sont utilisées dans la célèbre et austère clinique santé Mayr, en Autriche (vue dans Vogue!) et les sels himalayens (Roques O’Neil Therapie Himalayan Detox Salts, pour le nom exact!) qui, dit-on, vous endorment quasiment sur le champ. Et puis, j’aime bien l’idée de prendre mon bain en rêvant à l’Himalaya! Alors, dans le bain, on barbotte, on ferme les yeux. Mais surtout, pas de masque ou de rasage ou de gommage, rien. On ne fait rien. On prend des grandes respirations en essayant de ne penser à rien. Comme au yoga (c’est à peu près tout ce que j’ai retenu de mes 4 cours, d’ailleurs, il faut vraiment que j’y retourne!), quand l’esprit se met à vagabonder, on se recentre sur la respiration. Encore et toujours.

Sinon, pour les jours où j’ai trop la flemme de prendre un bain intégral, le bain de pieds est une excellente alternative! Dans un fond de bain, je fait couler un peu d’eau chaude et j’y dissous un peu de poudre Gehwol à bain de pieds. Divin! On lit un roman en même temps et puis après, les pieds sont hyper détendus et tous doux! Mais bon, le sel de mer fait aussi totalement l’affaire!

Ghewol

Crédit photo: Gehwol Canada

Une fois bien épongée, à la sortie du bain, on se crème, en prenant soin d’avoir son pyjama à proximité (pour ne pas avoir froid). Pour cette étape, personnellement, mon chouchou à vie a été la crème Concentré de Lait de l’Occitane, mais comme elle coûte vraiment la peau des fesses, je me tourne vers d’autres options plus abordables. Cliniderm, Avène, Avril et  l’huile de coco bio Adara (je met le flacon dans mon bain le temps de mon trempage comme ça, le produit a le temps de se liquéfier). Je compte aussi essayer le lait d’Uriage une fois que j’aurai terminé ces flacons.

Bon, une fois en pyjama, bien au chaud, on applique une huile aur le visage (ou un soin adapté mais personnellement, je trouve les huiles délassantes). J’adore la gestuelle de l’huile De Mamiel (bien parfumée, on la met dans ses mains avant de l’appliquer et on prend de grandes respirations, d’ailleurs, je commence l’huile d’automne ce soir!) mais, peu importe le produit, je trouve important de bien masser le produit sur le visage pour activer l’éclat. J’ai aussi lu que d’exercer une bonne pression entre les sourcils (sur notre «3ème oeil») serait hyper bénéfique pour activer la circulation sanguine (et donc, stimuler l’éclat, oh, oh!). Comme c’est un geste vraiment relaxant (on dirait que tous les noeuds se dénouent), je l’ai adopté dans ma routine du soir. Parmi mes huiles spécifiques de nuit, je vous ai présentée mon huile Aurélia qui sent bon la rose et la lavande. Il y a aussi mon Essence Prodigieuse Sanoflore (j’arrive au bout du flacon), que j’ai beaucoup aimée… Et puis, récente découverte, l’huile Mun Skin No. 1 Akrani qui contient de l’huile de figue de barbarie et a de grands pouvoirs hydratants. Je vous en reparlerai davantage une fois que je l’aurai utilisée à plus long terme. Enfin, pour celles qui veulent économiser ou ont la peau hyper-sensibilisée, l’huile d’églantier bio est toujours une excellente option.

Mun Skin No. 1 Akrani

Crédit photo: Mun Skin

Une fois hydratée de la tête aux pieds, je vous suggère de faire la dernière ronde nocturne: pipi, ronde de sécurité (alarme activée, four éteint, sonnerie de cellulaire fermée, bougies parfumées éteintes, portes barrées, etc…), dernier bisous aux petits endormis s’il y a lieu. On s’assoit sur le côté du lit et, on met son appareil dentaire (avant de se crémer les doigts- je l’ai appris à mes dépends!). On se crème les pieds (tellement relaxant!) en se massant bien la voûte plantaire malmenée. J’adore la crème Laufwunder Callus Cream qui, à elle seule si elle est appliquée tous les soirs, fait les pieds super doux et ce, sans pédicure. J’applique mon baume à lèvres (ces jours-ci c’est l’onguent Bariéderm d’Uriage, qui en fait, en une crème pour les fissures mais qui est juste excellente en baume de nuit), un petit spray relaxant ou une touche de baume de nuit (Badger Night Night ou Sleep Balm) puis, huile à cuticules (Vapor Organics) et crème à mains (Crema per el Mani de Santa Maria Novella– la crème de la crème). Grande respiration. Ahhhh, so détendue. Alors, on se glisse dans les draps frais en fermant les yeux et…AAHHHHH! Mais qu’est-ce que c’est que ça???! Mais, pourquoi il est là ce cochon en plastique? Qu’il est laid en plus! Alors, voilà, je vous recommande aussi de bien inspecter votre lit avant de vous y glisser pour éviter de vous coucher sur des petites voitures ou un pot de colle mal fermé, histoire de bien préserver votre état de détente.

Cochon de plastique

Bonne relaxation!