Mon gentil petit fantôme

gentil-petit-fantome

L’heure vient de changer: novembre est bien là, avec son soleil pâle, sa pluie glacée et sa noirceur qui arrive quand je suis encore au bureau. Les vacances d’été me semblent à des millions d’année et mon teint pâle me le confirme. J’ai l’air d’un fantôme.

J’adore avoir une peau plus dorée durant l’été. Mais durant l’automne, l’hiver (et aussi une bonne partie du printemps, enfin, presque toute l’année donc), j’ai apprivoisé mon fantôme. Pas d’auto-bronzant pour moi, pas de poudre Terracotta à l’extrême et encore moins de spraytan ou de bronzage en cabine. Tout cela est beaucoup trop compliqué, trop dur à gérer et aussi, je ne suis jamais satisfaite du naturel des résultats, trop faux. En plus, un faux bronzage de vacances avec un manteau d’hiver à col de fourrure, quand on est blonde, c’est limite “Barbie Ski Fun in Aspen”. Just. Too. Much. Vivre avec sa pâleur fantomatique quand on est naturellement très pâle est beaucoup plus facile et le résultat plus naturel. Et, pourvu que l’on aie travaillé le teint adéquatement, le teint blanc d’hiver peut être super joli. Loin de la peau dorée sexy, ce teint est plus romantique, émotif et doux, avec des échos victoriens. Côté mood, c’est une dentelle vintage comparé à du latex. Plus Lovely Clémence Poésy, et moins Hot Emilie Ratajkowski.

Mais bon, ça n’est pas parce que j’ai décidé de vivre avec ma pâleur naturelle que je me lève le matin et que je sors de la maison, glorieuse, avec mes cernes et ma pâleur jaunâtre en exposition. Nooooon. J’optimise. J’illumine. J’embellis. J’ai apprivoisé mon fantôme! Voici comment:

Friendly ghost

D’abord, le teint. J’applique la base Le Blanc de Chanel sous le fond de teint. C’est un fluide embellisseur sans pigments irisés (ce qui est très rare), qui illumine sans blanchir et qui corrige les pigments trop jaunes ou rouges de mon teint. Pour celles qui parlent un langage techno, c’est comme si on corrigeait la peau avec un filtre à photo qui rend un peu plus flou, neutre et un peu plus lumineux. Et il n’y a pas de brillants. Jamais blanchâtre, le Blanc donne un effet hydraté juste parfait (lire perfectly dewy) et un rendu peau de perle vraiment naturel.

Pour un peu plus d’éclat, je mélange une part égale de fond de teint au Becca Shimmering Skin Perfector SPF 25+, teinte Pearl. Ce produit est irrisé, mais ça reste très subtil une fois sur la peau, même sous la lumière du jour. Le Shimmering Skin Perfector fait une vraie peau radieuse, très, très lumineuse et le flacon dure longtemps car le produit est très concentré. Pour continuer avec les références techno, j’avais lu quelque part que ce produit donne un effet semblable à quand on clique pour plus de luminosité (“brightness“) sur notre téléphone ou ordi. C’est exactement cela. Et c’est magique.

Ces jours-ci, pour un effet encore plus jeune fille scandinave, j’applique uniquement une poudre illuminatrice beige rosée sur le haut des hauts des joues. J’adore la DiorSkin Nude Air Dior Luminizer qui donne un petit peu de teint (à peine rosé doré, comme un coucher de soleil sur de la neige) mais qui ne fait pas un pop de couleur en soi. C’est parfait pour les jours où je n’ai pas envie de blush. Je trouve que la poudre illuminatrice et les gros chandails forment un duo parfait de la vie. Je ne sais pas pourquoi.

Enfin, pour que le tout reste glowy et garde son effet suprêmement hydraté, il m’arrive de faire des retouches au Skin Glossing Pencil de Nudestix, sur les os des joues, sur l’arc de cupidon. C’est un crayon sans brillants, sans couleur, qui crée un effet doucement patiné, un gloss translucide subtil pour la peau. Le résultat est un incontestable air de jeunesse et de fée des flocons (dans le meilleur sens possible). Je n’arrive plus à m’en passer. Mention spéciale pour le pratique taille-crayon intégré dans le capuchon.

Voilà comment j’ai apprivoisé ma pâleur fantomatique. Bien sûr, au cours de l’hiver, il y a des moments où je remets tout en question. Je google les autobronzants. Je ressors ma poudre Terracotta. Je rêve d’avoir des jambes dorées, les pommettes rosies de soleil en terrasse et je rêve d’avoir le décolleté café au lait de la belle Emilie Ratajkowski. Puis je me rappelle Barbie Ski Fun in Aspen. Pour moi, ça ne marche juste pas. Et je me réjouis de retrouver mon gentil petit fantôme. Qui est, au final, très glowy dans son genre à lui.

Année lunaire

Année lunaire

D’abord, je vous offre mes meilleurs vœux pour la nouvelle année. Que 2016 soit magique !

Bien que je ne sois pas très horoscope, ni influence cosmique, j’ai récemment constaté une réelle coïncidence de produits à ascendance lunaire…sur mon vanity ! Voici donc les produits qui brillent dans le ciel de mon quotidien ces jours-ci :

Le Nettoyant Blue Moon Tranquility Cleansing Balm de Sunday Riley : Ce nettoyant, je l’avais à l’œil depuis que j’en avais entendu parlé, dès son lancement, et j’ai profité de mon rabais Sephora pour le tester. Enfin un nettoyant plus riche de la part de Sunday Riley, cette marque qui ne m’a jamais déçue. Et effectivement, j’adore ce produit : une texture baume à s’enfiler à la fin d’une journée, véritable concentré fondant, texture relevée de ce qui semble être un rien de sucre granulé, odeur sucrée fleurie à tomber… Ce baume nettoyant fait fondre tout le maquillage, apaise les sens et le teint, dissipe les derniers nuages de fatigue du visage… Le résultat : un teint clair, une peau rebondie, un net sentiment que les astres s’alignent enfin, épidermiquement parlant. Idéal pour les peaux plus sèches, pour les climats plus froids, pour les teints qui recherchent du réconfort et de la sérénité en fin de journée, ou encore, en véritable traitement hydratant-éclat (à laisser poser 20 minutes). Fort dispendieux, certes il est, mais je me réconforte en me disant qu’il n’en faut que très peu et que le pot devrait me durer des lunes.

Le Masque Moisturizing Moon Mask de Glossier : Une superbe découverte à petit prix, pourvu que l’on puisse mettre la main dessus ! En effet, pour le moment Glossier, la marque-bébé d’Emily Weiss, fondatrice d’Into the Gloss n’expédie malheureusement qu’aux États Unis. Ce masque est un vrai geyser d’hydratation, une source pure qui regonfle, calme et reconstitue la peau. Facile comme tout à utiliser, invisible, limite sans rinçage, c’est mon masque « ni vu ni connu », mon shooter beauté secret : dans l’avion, pour souper en famille un soir de semaine, à laisser poser le temps de faire une recette ou même toute une nuit- on croirait à une crème épaisse, vite absorbée qui ne laisse que la peau lustrée et rosée. Parfait pour quand on a envie de masquer et de poursuivre ses activités…

La Luna Sleeping Night Oil de Sunday Riley : Il est rare que je rachète des produits : ce blogue me pousse à toujours essayer autre chose pour pouvoir tout vous raconter. La Luna Sleeping Night Oil est une exception à cette règle, j’en suis à mon second flacon (ici, plus petit que le précédent car j’ai opté cette fois pour le coffret Power Couple, histoire de tester aussi le Good Genes). Du rétinol dans une huile bleue comme le ciel juste avant les étoiles, qui fait une vraie peau de reine. En fait, c’est le seul rétinol que ne m’aie jamais irrité (ma dernière expérience rétinol a donné lieu à une véritable crise épidermique me forçant à expliquer au prof de ma fille qui me regardait me gratter le visage, les yeux ronds lors de la rencontre parents-professeurs: « J’ai une allergie… ». Oui, it was that bad.). Donc, ici, un rétinol balancé par une huile, à la fois regénérateur et apaisant. Un rétinol qui, sans pour autant avoir le punch d’un big bang (et les irritations qui vont souvent avec), se révèle néanmoins un peu comme le secret de l’univers pour les peaux plus sensibles et ce, dès les premières nuits. J’en applique tous les soirs et j’en suis ravie !

La poudre illuminatrice Becca Shimmering Skin Perfector, teinte Moonstone : Ah, les fameux illuminateurs Becca. Ils ont un statut légendaire et avec raison. Leur grain est ultra-fin, ils sont diaphanes, délicats, célestes…lumineux sans être poudreux, clairs sans être crayeux, magnifiques sans être perceptibles…J’ai la teinte Moonstone, un blanc-doré qui donne une lumière de lys et réveille le teint : je m’en sers une journée sur deux, souvent seul, pour un look « teint épuré de princesse suédoise baigné par l’éclat de la lune », mon idéal teint du moment.

Le livre Your Illustrated Guide to becoming one with the Universe, de Yumi Sakugawa : Des dessins délicats comme des dentelles pour illustrer à la manière d’une bande dessinée en noir et blanc comment être en harmonie avec le cosmos. De vrais conseils, distillés par petites phrases lourdes de sens et légères à la fois, qui résonnent comme des poèmes. À méditer et apprivoiser…Parfait pour bien commencer l’année ! J’adore !

Enfin, coïncidence cosmique ou non : j’ai aussi très envie d’un bijou en pierre de lune, d’un chandail de laine tout doux blanc-rosé comme une pleine lune et de vernis à ongle teinte blush avec plein de minuscules brillants, histoire d’avoir un sillage céleste au bout des doigts…

P.S. (Vous excuserez mon silence de ces derniers jours; il y a des moments où je ne me sens rien de pertinent à dire, où je me sens davantage observatrice que dans le feu de l’action, c’est comme ça. Il y a des moments où je me dis que le temps passe juste trop vite, que mes petits deviennent grands trop vites, que je me dois d’être là, à chaque minute, chaque seconde où je ne travaille pas. Je sais que vous comprenez. Puis, il y a des moments qui surgissent, comme des surprises : tout le monde dort, une eau chaude-citron devant moi, l’ordi devant la fenêtre, le bonheur de vous écrire revient comme une marée. Quel bonheur! Je tenais à vous le dire, mais bon, après j’en (re)parle plus.)