Vivre avec moins (de lumière)

moins-de-lumiereCes jours-ci, se réveiller le matin est vraiment, vraiment difficile. Mon alarme sonne à 5h, 5h05, 5h07, 5h10, 5h15, 5h19, 5h24 et 5h30.

Je sais, je sais: je ferais mieux de juste dormir jusqu’à 5h30 mais j’ai besoin de me préparer mentalement, dans un demi-sommeil. Il fait tellement noir. Il fait tellement froid. J’ai tellement, tellement envie d’hiberner.

La fin de semaine dernière, on a changé l’heure. Pour moi, cela marque le début officiel de ma carence en lumière que je vis tous les hivers. Au fil des ans, j’ai développé des petits trucs, des petites façons de faire qui m’aident à avoir plus d’énergie, moins de rhumes et meilleur moral quand il fait froid et que je suis en mal de lumière. Il va de soi que chacune est différente et qu’il lui appartiendra de voir ce qui fonctionne pour elle. Dans cet article vous trouverez le fruit de mes trouvailles personnelles et aussi, un compendium de solutions glanées lors des mes recherches Google désespérées de février dernier, lorsque rien n’allait plus et que j’avais juste hâte au printemps.

Je vous propose un article en deux partie: Partie 1- Concrètement et Partie 2 – Mentalement.

Donc, concrètement:

Les vitamines – On dirait que plus il fait noir tôt, plus je suis en manque de vitamines. J’ai beau manger bien comme il faut, plein de fruits (et je n’aime même pas les fruits), de légumes, rien n’y fait. Comme tout le monde, je prends de la vitamine C, surtout quelques jours avant un gros événement, quand je sens que je suis fatiguée ou que je suis sur le point d’être enrhumée. Les vitamines C effervescentes sont celles que que préfère et j’essaie aussi de faire des jus d’oranges frais (avec un presse-jus, pour la famille), pour bien commencer la journée. Il n’y a rien comme un jus d’orange frais: c’est le secret d’une bonne journée même si ça m’éclabousse partout et que j’ai de de la pulpe dans le creux des coudes quand je déjeune. Mais la vitamine C, ça n’est pas assez. Au plus noir de l’hiver, quand mon moral commence à être affecté, souvent, l’anxiété embarque. (Ça vous dirait un article sur l’anxiété?). L’anxiété commence doucement et je ne m’en rends pas trop compte mais, tout à coup, mon coeur bat vite, j’ai de la difficulté à respirer et ça tourbillonne dans ma tête. La vitamine qui a TOUT changé pour moi? La vitamine B. Je prends celle-ci, de Jamieson: le complexe B100. Cette vitamine me garde calme, me garde focus, équilibrée et lève le voile de noirceur qui s’abat dans ma tête quand il n’y a plus de lumière. J’en prends toute l’année maintenant. C’est magique. Je prends aussi une Vitamine D et une multivitamine, sur recommendation de mon médecin.

La lumière – J’ai aussi une lampe de luminothérapie depuis l’an dernier. Un petit 20 minutes, tous les matins quand j’arrive au bureau pendant que je réponds à mes courriels et je me sens de super humeur. Je me sens comme WALL-E quand il se recharge dans le film et que son système redémarre. L’effet “soleil d’été brillant” qui entre dans les yeux et se reflète sur ma peau fait toute la différence; c’est très énergisant. Pour compenser le manque de lumière j’essaie aussi de me tenir près des fenêtres, d’ouvrir grand les rideaux et d’aller me “mettre au soleil” quelques minutes quand c’est possible dans un endroit vitré (bibliothèque municipale, verrières de tours à bureaux, près des fenêtres à la cafétéria au chalet de ski, etc., bref, n’importe où de super lumineux). Si à la maison il y a un endroit où il y a de la lumière directe, je crois que ça vaudrait la peine de l’aménager en petit coin “bain de soleil” pour aller refaire le plein de lumière au creux de l’hiver-on pourra y lire, faire la sieste, prendre son café, etc.

La chaleur – Il n’y a rien de pire quand il fait froid que d’avoir froid. Et, à l’inverse, je pense qu’il n’y a rien de plus délicieux quand il fait froid que d’être au chaud. J’ai appris à me réchauffer de l’extérieur et de l’intérieur, moi qui ai toujours froid. Quand j’arrive au bureau, tous les matins, je branche ma chaufferette et ma bouilloire. Boire de l’eau chaude (ou du thé, ou de la tisane ou de l’eau chaude-citron) toute la journée me fait un bien immense et en plus, c’est bon pour le teint. Dans mon bureau j’ai aussi plein de châles que j’enveloppe autour de mes épaules ou met sur mes genoux quand je travaille; les châles sont les doudous des adultes- c’est essentiel. À la maison, idem: je reste cozy avec des jambières de laines, des grosses chaussettes, des pantoufles en mouton, des cardigans à grosses mailles et une robe de chambre en coton ouaté (sexy!). La clé, pour ne pas avoir froid au réveil le matin, c’est de laisser la robe de chambre, les pantoufles et les pantalons de jogging épais à côté du lit. À côté. Pas sur la chaise de l’autre côté de la chambre, il faut pouvoir étendre le bras les yeux fermés et enfiler tout ça en dessous des couvertures, sans sortir du lit. Je vous promets que le réveil sera plus facile. Enfin, je ne vous parle même pas de manteaux, mitaines, tuque et foulards. En Norvège, il y a un proverbe: “Il n’y a pas de mauvaise météo. Juste de mauvais vêtements.” (Je vous avais dit que j’avais fait des recherches Google). En gros, il faut investir, il faut s’habiller chaudement. Il faut accepter qu’on aura 10 livres de plus en laine, duvet et tricots et qu’on est loin de la silhouette fluide de la robe en chiffon du mois d’août. Mais on s’en fout: on sera bien comme tout pour attendre l’autobus. Pour me réchauffer de l’intérieur, il n’y a rien comme les bains fumants (tous les soirs) et les saunas, lorsque c’est possible. Mon rêve serait d’ailleurs d’avoir un sauna infrarouge dans ma maison (et quoi encore). Cette année j’ai commencé à faire du sport de manière régulière et j’ai vraiment l’impression que le workout m’aidera à me réchauffer. Le yoga chaud serait aussi une excellente option. Enfin, quand je sors au resto et que je porte des bottes à talons très chic (mais moins chaudes), je mets des chauffes-pieds dedans et je garde des chauffes-mains dans les poches de mon manteau.

img_6797

Les aliments – On sait toutes que pour être bien, il faut bien s’alimenter. Cela étant dit, toutefois, l’hiver, la dernière chose dont j’ai envie c’est d’une salade de pousses printanières fraîchement sortie du frigo. Alors oui, je mange santé mais surtout, je mange chaud,  notamment des “salades chaudes”: de la courge rôtie sur un lit de verdure et de quinoa, un artichaut bouilli avec sa vinaigrette, de la ratatouille ou des légumes vapeur cuits à l’asiatique (dans un panier en bambou) avec des graines de sésame. J’aime aussi les soupes et potages, les lattes de matcha et les laits chauds au miel avant le dodo. Je trouve aussi le livre “Eat Pretty” de Jolene Hart inspirant car il explique, selon les saisons, les aliments à privilégier pour prévenir les carences et propose quelques recettes.

Stay warm

Le sommeil – Quand il y a moins de lumière, j’ai besoin de davantage de sommeil. J’ai envie de lire, de flâner au lit, de me coucher plus tôt, de faire des siestes. La ville semble au ralenti et cela me permet d’écouter ma fatigue et de donner suite à mon envie de me blottir dans mon lit. Avant je le combattais. Maintenant, j’en profite; je m’offre un beau nouveau pyjama tous les automnes, je sors les couvertures et je fais mon nid avec une pile de lecture, une bonne crème de nuit et des draps repassés. Le petit truc qui change tout: le couvre-matelas chauffant qui fait que le lit est déjà réchauffé quand on va se coucher. Le bonheur.

À très vite pour la partie 2! Et courage pour le changement d’heure! N’hésitez pas à venir compléter ma liste de trucs en ajoutant les vôtres!

Ma liste d’idées cadeaux

Idées cadeauxQuel plaisir que de vous retrouver! Le tourbillon des fêtes a bel et bien commencé et il ne manque plus que…la neige. Le sapin est prêt, les lettres au Père Noël sont postées, les bulbes plantés, le grand ménage commencé, le chien a son rendez-vous pour se faire toiletter…bref, c’est vraiment, vraiment presque Noël. Il ne reste plus qu’à cuisiner un peu et aller chercher ça et là les petits cadeaux pour ceux qu’on aime.

Voici quelques petites idées;

Simple Studs

Pour ma soeur d’amour: Non, non, je ne gâche pas la surprise, c’est elle qui m’a guidée vers cette idée. Les boucles d’oreilles Simple Studs. Des bijoux plein de poésie, fabriqués à partir de pierre brutes, au Canada. Ma soeur et moi avons eu le plaisir de rencontrer la créatrice à Wanderlust et sommes tombées sous le charme de ses créations. La touche qui fait fondre? Chaque pièce est accompagnée d’un petit flacon qui contient un message inspirant sur les propriétés des pierres du bijou en question.

-Pour papa: Un chandail de lainage tout doux, des livres, la série Cosmos: A Spacetime Odyssey sur l’espace et l’univers…

Véritable Crème de Laponie de Polaar

-Pour maman: Plutôt que de donner un seul et gros cadeau, je privilégie souvent plusieurs présents plus petits qui pourront ensoleiller plusieurs facettes de sa vie. Un roman à lire durant les vacances, des bougeoirs repérés ensemble mais achetés en cachette, un livre de nouvelles recettes, un rouge à lèvres longue tenue (oui, ma maman est toujours accro à la chose), un baume à lèvres bien gras pour compenser l’usage dudit rouge à lèvres longue tenue, une crème de soin visage, des nouvelles chaussettes à jolis motifs, un foulard tout doux…Je sais, je sais, ça n’est pas trop précis mais comme elle me lit je me dois de rester floue. L’idée est de donner des choses qui évoquent nos souvenirs communs (par exemple, la Crème de Huit Heures adorée par ma grand-mère), nos goût communs (les pays scandinaves! la confiture! le rustique! l’odeur de linge propre!) et les moments passés ensemble au cours de l’année et fous rires (comme toutes les fois qu’elle s’exclamait “Indeed!” en hochant la tête d’approbation à n’importe quel moment de la conversation lors de notre récente escapade à Burlington.

StikkiPeaches BatBond

Bat Bond par Stikki Peaches, un artiste montréalais

-Pour chéri: Une oeuvre de street art pour la maison (passez par la Station 16, un endroit que j’adore!), de beaux verres à ses initiales, une petite desserte pour son coin bar, une trousse de toilette remplie de produits à découvrir ou de son parfum, un cabaret style “scout” pour les weekends au chalet…

-Pour les petits: J’adore créer des “boîtes bricolage” maison en mettant tout le nécessaire à la création dans une jolie boîte en métal…Boutons, pompons, colle en bâton, ciseaux, brillants, papiers à motifs et crayons…Voilà un cadeau qui occupe et qui, de par ses petites pièces, a tout d’un coffre à trésor.

Bobbi Brown Caramel Set

-Pour belle-maman: J’aime souvent offrir un “moment beauté” avec elle. Peut être qu’elle cherche une palette de fards à paupières, l’eye-liner à la Audrey Hepburn, le parfait vernis ou juste une bonne crème? J’achète le produit (et quelques petites autres gâteries complémentaires) et propose une mini-session “papotons beauté/faisons des essais/et pourquoi pas un manucure”…Avec limonade, magazines et petits qui tournent autour et veulent tout essayer aussi, c’est toujours bien sympathique.

-Pour beau-papa: Il demande toujours “du temps avec nous”, ce qui est un merveilleux cadeau dans les deux-sens, trop cool. Mais cette année, il a découvert… Eminem! Hé hé, je sens que je vais bien m’amuser!

Deborah Lippmann Treat Me Right Set

Cadeau d’hôtesse: Pour peu que je connaisse bien la personne, j’aime bien offrir quelque chose d’un peu plus personnel que la classique bouteille de vin. Un petit kit “chaussettes hydratantes, crème pour les pieds et popcorn” pour une soirée en douceur devant la télé ou encore un duo crème à mains, baume à lèvres et roman; autant de petits plaisirs qui dureront longtemps après la fête.

-La règle d’or des contenants: On dit que si l’on se fait offrir un plat ou contenant avec de la nourriture dedans, il ne faut jamais redonner ce contenant vide. J’adore cette règle! Aussi en cette période de fêtes, mieux vaut faire provisions de sablés, biscuits, bonbons et carrés, de jolis papiers (pour mettre au fond du plat) et de rubans de tissus et ficelles colorées pour redonner les contenants bien remplis, comme de précieux cadeaux.

À très vite avec ma wishlist à moi! Bon jeudi en ce sprint avant les fêtes!

La beauté selon Soeur Gisèle

Soeur GisèleCoucou après une bien longue absence! Comme toujours, quand je vous reviens après un petit moment, je me sens un peu le souffle court, tout sort en même temps: dernières découvertes beauté, déceptions en flacons, nouveaux petits trucs appris ça et là et dernières inspirations…Autant de mots qui se bousculent dans ma tête dans un désordre aussi complet que tous les produits qui attendent leur article, entassés en joli bric à brac sur ma coiffeuse. D’abord: mes excuses pour ce silence – les journées de travail sont longues et, le soir, j’essaie de vraiment faire le vide pour bien dormir. J’essaie aussi de me coucher tôt (pour une fois!) et, je dois le dire: ça fait une énorme différence sur mon sentiment d’équilibre de vie, même si vous écrire régulièrement me manque.

Puisque je ne sais pas par où commencer, je me suis dit, autant commencer par un sujet tout autre, un sujet de coeur. Cet article, je voulais nous l’offrir pour Noël, puis, pour la St-Valentin. C’est un article tout plein d’amour puisque j’aime son sujet et que son sujet est très aimé: Soeur Gisèle. Et là, cet article arrive, tout près de la fête des mères et je me dis que ça n’est pas plus mal parce que justement, il y a milles façons d’aimer.

Soeur Gisèle, 86 ans, a habité dans le couvent des soeurs de la congrégation Notre-Dame, près de la maison où j’ai grandi depuis 35 ans. Elle nous a vu grandir. Elle connaissait nos noms. Elle nous parlait lors de ses nombreuses promenades. Elle se rappelait des noms de nos amies, des amies de nos amies, des activités que nous avions faites, elle nous posait des questions, traçait des liens, au fil de nos histoires. Elle était toujours de bonne humeur, pleine de questions, intéressée et enjouée. Ma soeur et moi avons toujours senti qu’elle nous traitait d’une manière spéciale, avec une attention particulière. Elle nous invitait au couvent à l’Halloween (où nous avions droit à de la tire Ste-Catherine fait maison et autres gâteries hors du temps préparées par les soeurs). Elle nous a fait visiter le moulin, elle a demandé au curé qu’il nous fasse monter dans le clocher, elle nous faisait signe de la main en marchant dans le parc, de loin. Puis, j’ai grandi et j’ai déménagé en ville. Je la recroisais et elle me posait autant de questions. Ensuite, j’ai eu mes enfants et elle s’intéressait aussi à eux…Son amour et sa délicatesse n’avaient pas de fin. Puis, cet automne, ma maman m’a dit que la congrégation allait déménager dans une autre ville, pas très loin. Ça nous a fait un choc. Gisèle et les soeurs étaient nos voisines depuis toujours.

Ma soeur et moi sommes allées à la messe d’au revoir des soeurs, où nous avons découvert que Soeur Gisèle avait été une source d’amour pour nous deux et nos parents…mais aussi pour tout le Village. Le curé la surnommait même “La Mairesse” puisqu’elle connaissait tout Pointe-Claire: de l’histoire du Village aux noms des enfants en bas de 36 ans. Le maire lui-même, a plaisanté que Soeur Gisèle lui avait toujours donné de la sérieuse compétition…C’était très émouvant de voir tout le village dire adieu aux soeurs, de leur dire merci et aussi, leur rendre hommage. Elles y étaient depuis le début du siècle! Puis, la messe terminée, Bébé Ours m’a lâché la main et il est allé prendre celle de Soeur Gisèle, spontanément, lui qui l’avait seulement rencontré quelques fois. Main dans la main, ils se sont éloignés vers le couvent et j’ai gardé mes distances pour leur laisser ce petit moment. C’est le pouvoir des grands coeurs, je me suis dit: ils sont magnétiques.

Soeur Gisèle et Bébé Ours

Bébé Ours tient la main de Soeur Gisèle

Le mois suivant, grande surprise en ouvrant le calendrier souvenir patrimonial sur les Soeurs de la Congrégation Notre-Dame: en décembre, Bébé Ours est de la photo, collé à Soeur Gisèle, entouré de toute la congrégation. Je ne sais pas comment il a fait, mais il s’est incrusté dans la photo. Ses yeux plein d’admiration sont le plus beau témoignage que la gentillesse est la plus belle des qualités et que la beauté transcende souvent l’idée qu’on s’en fait. Je me suis donc dit qu’une entrevue avec Soeur Gisèle s’imposait, ce qu’elle a gentiment accepté! Voici donc un article où nous causons amour et (oui, oui!) petits pots!

Moi: Depuis que je suis petite, je te vois parler aux gens du village, comme une maman qui couve ses petits. Pourquoi?

Soeur Gisèle: Parce que j’aime les gens. En se parlant on s’apporte quelque chose de bon, des idées, du courage et de l’amour.  La vie n’est pas toujours facile. Quand la vie va trop vite, on peut avoir tendance à oublier l’humain dans nos rapports. Il ne faut pas, ça donne froid. Quand je rencontre les gens j’essaie de faire en sorte qu’ils se sentent aimés. Je trouve ça important.

C’est quoi, pour toi, la plus belle des qualités?

Je pense que c’est d’être ouvert aux autres et de savoir se saluer, pour reconnaitre que l’on n’est pas seul. C’est comme ça qu’on peut commencer à donner et à aimer. Te souviens-tu quand on se croisaient dans la rue? C’était quelques minutes, mais c’était un peu d’amour. C’est précieux. Il faut provoquer ces moments d’amour.

C’est quoi pour toi la beauté?

La beauté est partout mais la vraie beauté est surtout de savoir la voir, de la reconnaître. C’est cette capacité de savoir s’émerveiller devant la beauté qui est belle. Et c’est ce qui nous apportera de la joie et du bonheur, toujours et à tous les âges, peu importe la vie que nous menons.

C’est quoi pour toi le bonheur?

Le bonheur, il est immédiat. Il ne faut pas chercher ailleurs ou dans longtemps, le bonheur il est ici et il est tout petit. Le bonheur est autour de nous, dans les petits gestes, dans les attentions, dans la vie…Arrêtons de nous évader de milles façons, profitons de ce moment, ici et maintenant.

Et dis-moi, tu as des secrets de beauté ou des produits qui te rappelles des souvenirs?

Mon meilleur secret de beauté c’est le bon air, l’odeur du bon sapin. Tu sais que j’ai grandi à la campagne?

Non, je ne savais pas…Et dis-moi, Gisèle, tu as des produits de beauté en pots que tu souhaites partager?

Ah oui, attends, je vais chercher mes produits (rires)…Alors, j’aime les savons et plus particulièrement ceux de la marque Yardley. Ça sent la nature. Pour ce qui est des crèmes, je m’en sers moins souvent qu’avant; ma préférée est celle à la vitamine E. Pour le reste, je pense que tout est dans le coeur et dans le coeur des autres.

Yardley Savon Vitamine E cream

Voilà, tout est dit: avoir bon coeur, c’est le secret de beauté de Soeur Gisèle. Et la rencontrer, au hasard d’une promenade, c’est une belle inspiration bonté.

P.S. Soeur Gisèle a passé à Radio-Canada! Écoutez l’entrevue ici!

La parfaite Etiket

EtiketIl y a quelques semaines, j’ai fait un soin du visage chez Etiket, la petite boutique beauté so luxe, ultra-spécialisée du Montreal chic. Vous vous souvenez? C’est là que j’avais interviewé Tata Harper! Si la vitrine et l’emplacement géographique impressionnent (Sherbrooke Ouest, un peu passé le Ritz, Tiffany’s et Holts, près des boutiques d’art inaccessibles), il suffit de passer la porte pour être bien accueillie, mise à son aise et reçue en toute simplicité. Mes oursons m’accompagnent même souvent durant mes escapades et appellent même Paule et Ariane, deux employées qui y sont souvent le samedi, par leur prénom. « On va voir Paule et Ariane? Encoooore? » Euhhh, oui. Mais cette fois, j’y suis allée toute seule, histoire de me détendre pour vrai et de ne pas stresser quand Bébé Ours me demande, un flacon d’Amouage entre ses petites pattes : « Peux sentirrrr? ».

Vous savez, on dit qu’il est recommandé de faire un soin du visage à tous les changements de saison. C’est ce que je m’étais motivée à faire…l’automne dernier. Mais avec Noël, le ski, la jambe cassée de Petite Ourse et juste la vie in general, voilà, finalement, j’ai remis ça au printemps. Et j’ai eu envie de vous raconter c’était comment.

Je sais, je sais, beaucoup d’entre vous habitez loin et n’ont sans doute pas accès à cette charmante boutique qui offre la crème des soins esthétiques. Mais comme j’ai appris plein de choses, je me suis dit que vous pourriez tout de même bénéficier de mon récit. Et puis, ça fait rêver, non? Sans compter que quand vous viendrez à Montréal, vous aurez déjà la bonne adresse pour avoir le teint frais et le sourire aux lèvres.

Etiket

D’abord, l’espace : une vaste pièce feutrée, ambiance petit salon – du blanc, de l’ivoire, des teintes neutres, un régal de douceur pour les yeux. Paule m’a tout de suite mise à l’aise avec son attitude charmante et positive lors du démaquillage (toujours mon moment gloups où je me sens ultra-vulnérable). Une conversation légère, qui laisse place à la détente si on en a envie, mais qui ouvre aussi la porte pour lui poser mille questions. Ce que j’ai fait, of course. Paule a une expertise hors pair : elle a la chance de travailler avec un large éventail de produits, les meilleurs appareils et d’évoluer dans l’univers de la fine pointe dermatologique. Bref, je veux trop devienne mon amie!

Paule et moi avons convenu de faire un soin personnalisé mais Etiket a tout plein d’options…Suite au constat que ma peau était sèche et déshydratée, Paule m’a demandée si je connaissais la Clarisonic. Je lui ai expliqué que oui, j’en avais une; le premier, premier modèle, acheté en 2007 qui n’existe même plus. Elle a vraiment l’air d’un téléphone, mais bon, elle fonctionne. J’ai expliqué à Paule que comme ma peau avait été très sèche récemment, j’avais cessé de l’utiliser de peur d’aggraver la situation. Au contraire, m’a expliquée Paule! Cette petite brosse sonique permet un meilleur démaquillage (et une légère exfoliation), ce qui permet à la peau de mieux absorber crèmes et sérum. Pourvu que j’utilise la tête de brosse pour peau sensible ou délicate, je devrais me remettre à l’utiliser afin d’aider un peu ma peau à prendre le dessus. Ah bon? Mais voilà, après 1 mois d’utilisation, je confirme : Paule avait raison!

Comme j’ai fait un soin personnalisé Paule a choisi des produits issus de la marque Skin Medica, une marque novatrice, ultra-efficace, qu’elle avait envie de me faire découvrir (dont le fameux Sérum Essential TNS). Paule m’a aussi présentée diverses options d’écran solaire. J’étais tentée par celui de Consonant, une crème soyeuse, naturelle, teintée FPS 30, malheureusement en rupture de stock à ce moment-là. Autre excellente alternative à ses yeux, surtout pour les peaux plus grasses : l’écran solaire de Skinceuticals, celui qu’elle-même affectionne pour protéger son teint, parfait, soit dit en passant. Enchaînement de masques, petit massage, repos…Une heure après, le soin terminé, le visage qui m’a souri dans le miroir n’avait plus la même peau. Joues roses, aucune rougeurs, rebondi retrouvé et lustre d’hydratation juste comme j’aime…Les résultats du soin étaient apparents et mon teint semblait ultra-reconnaissant.

Ah oui, j’en ai profité pour demander à Paule si ça valait le coup d’investir dans une machine à vapeur professionnelle (pour me faire des soins vapeur à domicile,  comme chez les esthéticiennes). Ça me chicotait depuis un bon moment, j’étais très tentée. Mais Paule a réprimé un petit fou rire : « Une machine à vapeur professionnelle? Non, vraiment, ça n’est pas nécessaire; la vapeur n’est utile que pour les extractions ». Papa Ours était tout heureux de cette dissuasion, inutile de vous le dire.

Enfin, en sortant, Ariane a effectué un petit maquillage avec les produits de la marque GloMinerals (coup de cœur! Je vous en reparle!), qui peuvent être appliqués immédiatement après le soin. En vrai pro Ariane devinait tout de suite ce qui m’irait, anticipait les produits et teintes que j’aimerais, puis, elle m’expliquait comment appliquer les produits selon ma morphologie à moi. Ariane donne d’ailleurs des cours aux acteurs du Théâtre d’Aujourd’hui pour leur apprendre à se maquiller pour la scène. Son talent pour simplifier et vulgariser est évident. J’ai déjà planifié de lui demander de m’apprendre à faire un smokey eye adapté à mes petits yeux très prochainement.

Enfin, quel bonheur de reprendre la rue Sherbrooke la tête haute, le teint parfait…avec une nouvelle wish list en tête. Alors, pour répondre à mes oursons : oui, oui, on retournera sans doute bientôt chez Etiket. Encore.

P.S. Vous avez fait un soin du visage au printemps? Vous avez une Clarisonic? Ou une machine à vapeur? (Si oui, je veux TOUT SAVOIR!).

Inspiration Casse-Noisette

Casse-NoisetteOh la la, quelle semaine mes amies! C’est une véritable tempête qui s’abat sur moi (de neige et aussi, de choses à faire au bureau). Tout s’est vraiment enchaîné à un rythme fou cette semaine (et j’imagine que ça doit être pareil pour vous aussi), ce qui explique le calme plat au niveau des articles sur mon blogue. Mais malgré tout, j’ai pensé à vous! Of course! Comme mon Goglu et moi avions des billets pour aller voir le sublissime spectacle Casse-Noisette des Grands Ballets Canadiens (édition 50ème anniversaire), j’ai laissé un petit message à la responsable des communications des Grands Ballets. Un genre de sympathique et casualhello, je suis “journaliste” (beauté) et j’ai des billets pour la représentation de jeudi et j’adorerais pouvoir poser quelques questions beauté aux artistes pour fins d’un article…” Ton zéro assuré, voix enrouée. Comme on ne m’a pas rappelée (étonnant n’est-ce pas, après mon percutant message vocal), mon Goglu et moi on a pensé se faire des “passes de journaliste” nous-même avec mes cartes d’affaire (sur la photo). Enfin, finalement, on était un poil trop timides pour se lancer (et aussi, on pouffait de rire juste à pratiquer ce qu’on pourrait dire à la sécurité). Mais bon, on s’est tout de même mise dans la tête de capter tout ce qu’on pouvait des petits trucs beauté des ballerines. Du haut de notre siège, troisième rangée de la mezzanine, dans la pénombre de la Place des Arts. Génial, non?

D’abord, première inspiration: je veux, je veux, je veux une robe de nuit à-la-Clara pour le temps des fêtes! Le temps des fêtes c’est LA période de l’année où l’on risque d’être le plus photographiées de bon matin, en pyjama. Autant donc être élégante dès l’aube. Inspirée par la robe de nuit toute blanche de Clara dans le Casse-Noisette du Royal Opera House (avis à celles qui regarderont la vidéo, je parle de la robe de nuit de Clara quand elle est au royaume du Casse-Noisette uniquement), je me suis mise dans la tête de trouver une robe de nuit semblable, toute blanche, encolure comme un maillot de danse, et jupe à mille plis. Parfaite pour faire des arabesques sous le sapin!  J’ajouterais un joli kimono de soie rose poudré, des boucles d’oreilles un peu brillantes et un gloss rosé: voilà le look parfait pour les matins enchantés. Mais bon, après avoir fait maintes recherches: une robe de nuit mille plis, classique, col en u, façon ballet Casse-Noisette, ça ne court pas les rues. Résultat? Je cherche toujours! D’ailleurs, si vous avez des idées (ou même des patrons de couture) je suis preneuse!

Ensuite, autre constat: un chignon, c’est chic! Oui, je sais, ça peut sembler l’évidence même. Mais en ce temps des fêtes où les soirées se bousculent et où n’est pas toujours au top niveau énergie, il faut savoir trouver des solutions faciles pour les mises en pli défraîchies. Juste voir tous ces chignons classiques m’a donné envie de m’en faire un le lendemain, pour avoir moi aussi un long cou de cygne et la grâce de la fée dragée. Pour celles qui ne savent pas trop comment s’y prendre pour réaliser un chignon de ballerine, pas de soucis: j’explique tout ici.

Enfin, autre envie: une peau de lait zéro défauts. Dans le creux de l’hiver, on se prendra toutes à rêver de soleil, de hâle couleur latte, de poudre bronzante et d’auto-bronzant…Mais stop. Les ballerines ont la peau laiteuse, claire comme tout, mais surtout, hyper lumineuse! Alors, au lieu de miser sur l’impossible ou le compliqué (soit, une peau bronzée), j’ai la ferme envie de jouer la carte de la peau perle: une lotion lumineuse sur le corps (comme celle-ci, de Burt’s Bees) pour camoufler un peu les imperfections et habiller la peau grise-pâle d’un éclat digne des grands ballets. Idem pour le visage: un fond de teint clair (la teinte de notre peau en fait, vaut mieux ne pas trop s’en éloigner), rehaussé d’enlumineur sur le haut de l’os des joues et des sourcils, même sans blush, ça sculpte le visage et donne de l’éclat. Je me mords trop la lèvre pour ne pas encore vous parler de mon Living Luminizer de RMS (Ohmygod!! Il est GÉNIAL!!). Voilà, c’est dit.

    Casse-Noisette                Casse-Noisette 2

Voilà pour nos constats Casse-Noisette à mon Goglu et à moi! Ah oui, et j’adore trop la nouvelle collection Agatha Casse-Noisette. J’adore le visuel, la touche slave, les coiffures, les maquillages, les bijoux, tout! Je sens que ce sera mon inspiration pour mes looks du temps des fêtes!

Casse-Noisette 3

Vous, votre inspiration pour votre look et maquillage des fêtes? Quels sont vos produits incontournables? Qu’est-ce qui vous fait rêver côté beauté? Un ballet, un roman,  une pub, un film?

Ma pause-dîner avec Tata Harper

Tata & me

Se faire vaporiser le visage d’Essence Florale par Tata Harper herself? Je rêve!

Devinez quoi? J’ai récemment rencontré Tata Harper pour vrai! Vous savez, cette grande prêteresse du soin bio établie au Vermont dont je vous ai déjà parlé ici, celle qui règne sur le jardin des merveilles avec ses flacons verts et jaunes précieux? Elle était de passage à la boutique Etiket (ma caverne d’Ali Baba à moi!) à l’occasion du lancement de sa dernière gamme de soins (The Supernaturals) et, je ne pouvais absolument pas manquer cela! Comme je ne peux pas m’absenter du bureau pour aller parler onguents et petits pots (I wish), j’ai pris ma pause lunch plus tard ce jour-là et j’ai foncé à l’autre bout de la ville pour aller au moins juste la rencontrer. Je suis arrivée sous la pluie, une moitié de carotte encore dans la bouche (j’ai mangé mon lunch dans l’auto), complètement essoufflée mais just so happy! L’image-type de la groupie sautillante qui n’arrive pas à y croire. Oh my God, Oh my God: j’allais rencontrer Tata Harper!!!!!!!!…..!!!!! Hiiiiiii!

Etiket

Tata Harper était bien là, installée dans le douillet décor de la boutique mais j’ai bien failli ne pas la reconnaître…Elle portait un leggings de cuirette et un coton ouaté à paillettes. Ça m’a fait un choc. Je suis bête: je m’attendais à quoi? À ce qu’elle porte une chemise de chanvre et une couronne de fleurs? Une chemise à carreaux et un chapeau d’agriculteur? Secrètement, oui. Mais finalement, de voir Tata comme ça, en fille normale au look urbain et même ultra-glam, c’est hyper rassurant. J’ai eu tout à coup l’impression que sa belle peau (sa peau est juste démente…tellement parfaite!) était à la portée de toutes- pas juste celles qui habitent dans des vastes plaines fleuries.

Revenons donc à la peau de Tata Harper. Si j’avais eu quelconque doute quant à l’efficacité de ses produits (cela dit, pour avoir testé, je n’en n’ai absolument AUCUN), tout cela aurait été dissipé en voyant la peau de Tata. Un grain serré, un éclat rosé, pores invisibles…La poster-child pour le bio, pour les grandes respirations, pour le plein-air. Une peau d’ange avec zéro maquillage apparent (elle avait maquillé ses yeux mais son teint semblait vraiment tout nu). Bref, j’étais vraiment convaincue. Mais je me suis secouée: j’avais des questions à lui poser!

Je lui ai d’abord demandé une question égoïste: si j’avais à m’acheter un seul (“just one!“) de ses produits, quel serait celui qu’elle recommanderait à une fille un peu fatiguée au teint gris asphalte? Sa réponse est venue sans attendre, comme une exclamation: “This one!“. Elle parlait bien sûr de son masque régénérant (Resurfacing Mask) qui donne un éclat souverain à tous les teints. “Même aux peaux les plus sensibles?” Oui, même aux peaux les plus sensibles. D’ailleurs, pour la première utilisation, elle suggère même de le laisser poser toute la nuit (j’ai essayé, c’est effectivement magique). Ou sinon, elle le recommande également avant une soirée mais aussi en faisant du sport, du yoga et en prenant son bain. En effet: la chaleur amplifie l’efficacité du soin.

Resurfacing Mask

Et, Tata, quel est son produit préféré à elle? Sans hésiter, le Sérum Regénérant (Rejuvenating Serum) qui constitue une excellente base de teint (très aimée des maquilleurs, il aide à la tenue du maquillage) et a littéralement toutes les vertus. En plus, il sent juste trop bon la nature. (Tata m’en a d’ailleurs massé une goutte sur le dessus de la main et de retour au bureau j’ai passé mon après-midi à caresser ma main (so soft!) et à la sentir (mmmm!)).  Il ne se passe pas une seule journée depuis que Tata aie créé ce sérum sans qu’elle ne l’applique et, selon ses dires il a complètement transformé sa peau. Un soin de collagène qui ralentit le vieillissement et donne de l’éclat, cette merveille figure en effet parmi les meilleurs vendeurs de la marque. Et bien sûr, il y a l’Eau Florale Hydratante (Hydrating Foral Essence) qui regonfle littéralement la peau (gorgé d’acide hyaluronique, zéro huile, zéro alcool, bio à 92% et naturel à 100%) et permet de d’hydrater l’épiderme tout au long de la journée, même quand on est maquillée (plutôt que d’appliquer une crème sur son maquillage, ce qui en fait, est impossible…j’ai déjà essayé). C’est le petit truc anti-âge/éclat par excellence et à voir la peau de Tata, je le crois. Cette bruine c’est du bonbon! Vous vous souvenez combien je l’avais adorée avant de casser mon flacon?

Rejuvenating Serum

Une autre question: la protection solaire. Comme les produits de Tata Harper ne contiennent pas de facteur de protection solaire, que suggère-t-elle? Quelle est la meilleure manière de protéger sa peau sans jeter les bienfaits de ses soins à l’eau? D’abord, selon Tata, rien ne vaut une protection physique comme un chapeau (ha, ha, je savais bien qu’elle portait parfois un chapeau!). Mais aussi, mieux vaut rester dans le bio. Tata aime les écrans de Vivesana qui font vraiment office d’écran de type parasol.

Floral Hydrating Essence

D’autres conseils pour avoir une belle peau? Tata réitère qu’elle voit une énorme différence sur son teint quand elle ne boit pas ses huit verres d’eau quotidiens. Sans oublier que le teint se porte mieux quand on a une vie équilibrée, qu’on utilise des produits actifs (et non-toxiques, cela va de soi) et qu’on fait des traitements de gommage hebdomadaires pour enlever les cellules mortes…

Enfin, le temps passait et comme Cendrillon, je regardais l’heure, anxieuse: il fallait que je me dépêche de retourner au bureau. Alors j’ai posé mon ultime question à la belle Tata Harper: si je ne pouvais planter qu’une seule chose dans mon jardin, une seule, que me recommanderais-tu pour avoir une belle peau? Tata a réfléchi un peu puis a conclu : « de la bourrache ». Après l’avoir cueillie et fait sécher, la tête en bas, en remplir un pot Masson, bien serré en compactant bien la bourrache (utiliser feuilles, tiges et fleurs, même les graines). Couvrir le tout d’huile de jojoba (que Tata Harper prononce à l’espagnole « hro-hro-ba », j’adore!) qui convient à la majorité des types de peau. On referme le bocal, bien serré, et on met le pot à macérer sur le rebord d’une fenêtre, au soleil. Deux semaines plus tard, on passe au tamis en pressant bien les plantes et on verse notre huile dans un joli flacon. Et voilà, on a une « fabulous body oil », comme le dit Tata, c’est à dire un macérat huileux de bourrache aux vertus regénérantes et restructurantes. Cette véritable merveille fera la peau du corps douce mais aussi servira d’huile à cuticules et d’huile à cheveux.

Anti-Stress

J’ai remercié Tata et j’ai quitté Etiket avec une main qui sentait bon le Rejuvenating Serum Tata Harper, un visage bien hydraté à l’Essence Florale et surtout, le sentiment d’être riche des conseils obtenus lors de cette rencontre so inspirante. Et aussi, oui, bon, je l’avoue, avec la certitude que je reviendrais très vite acheter le Sérum et le Masque, et aussi, le traitement Aromatic Anti-Stress (il est sur ma liste depuis plus d’un an, souvenez-vous!). Parce que moi aussi je veux être une belle au glow bio en leggings de cuirette comme Tata. Le comble du cool, quoi!

La délicatesse

photo-38

Vous vous souviendrez, j’hésitais entre me mettre au sport ou limer mes ongles en amande (je veux dire, en terme de changement positif dans ma vie)… Eh bien, figurez-vous donc que j’ai opté pour les ongles en amande. Shocker!

Tout a commencé en lisant Marie-Claire UKles photos de Megan Fox…ses mains! Elles sont tellement, tellement délicates! Je les ai donc étudié un bon dix minutes, au moins. Après analyse, j’ai compris que c’était la forme de l’ongle qui changeait tout, qui donnait l’illusion de doigts plus fins, de mains de princesse qui ne touchent à rien. Alors, hier, avec Denise, j’ai fait le saut : je lui ai montré la photo de Megan et j’ai dit: «Je veux ça», avec du défi dans la voix. Denise a souri et a dit, «Oui…on me demande ça souvent ces jours-ci…» C’est vrai?

En effet, semble-t-il que les ongles en amande ont la cote ce printemps. Enfin, une bonne séance de limage et le vernis gel Samoan Sand d’OPI plus tard, je suis moi aussi totalement conquise. Il a suffi de changer la forme de mon ongle pour que toute ma gestuelle change; de comment je réponds au téléphone à comment je tiens le volant. Aucun doute, je bouge différemment. Comment je sors les biscuits émiettés de mon sac à main ou vaporise mon parfum… Chaque geste devient plus féminin, plus léger, plus gracieux, une excuse pour montrer mes jolies mains. Je me sens empreinte d’une féminité quasi-cinématographique. Mais une féminité moderne, genre, la fille qui a vu neiger*…Je suis trop, trop contente. Je sens que ce sera ma manucure été 2013.

Il ne faut donc qu’une bonne lime à ongle et un vernis nude (le Samoan Sand d’OPI, ma nouvelle teinte préférée au monde existe aussi en version vernis normal); voilà. C’est tout ce dont on a besoin pour changer sa façon de bouger, pour nous inspirer de nouvelles tenues et une attitude chaleureuse et compatissante. Un mini changement donc, qui a un impact retentissant sur le look, que dis-je, sur la vie, sur l’univers. Je me sens d’attaque. Bientôt, je me mettrai au sport, j’en ai la certitude. Et là, j’aurai de belles mains pour faire mes push-ups. Oui, en fait, mes ongles, considérons que c’est une étape préliminaire au sport. Un échauffement. Un pré-requis.

Dites-moi, je suis la seule à avoir limé ses ongles en amande?

*Parlant de neige, on annonce 10-15 centimètres de neige à Montréal aujourd’hui. Il va donc de soi que je porterai mon blush du découragement en signe de protestation constructive… Mais l’hiver ne finira-t-il donc jamais?

Elle et huile: c’est l’amour

Huiles à cheveux

J’adore me mettre de l’huile dans les cheveux. J’ai commencé très jeune avec « l’Huile chaude VO5 (chauffée!) revitalise les cheveux en profondeur. Pour les protéger des attaques quotidiennes, traitez-les, une fois la semaine ». Oui oui, c’est un extrait verbatim de la pub des années 80 que je connais par cœur parce que…elle jouait à chaque pause publicitaire de mon film chouchou, la Mélodie du Bonheur, que j’avais sur vidéocassette. Je suis la seule à me souvenir de cette pub (à part mon Goglu d’amour avec qui j’écoutais ladite vidéocassette?). Je disais… Ah oui, les huiles pour réhabiliter mes cheveux, un de mes plaisirs dans la vie. Appliquées avant mon shampoing (je fais une grosse tresse que je laisse poser 15 minutes de minima ou mieux, une nuit!), en soin sublimateur pré-mise en pli et aussi, bien sûr, quelques gouttes chaque matin avant de sortir le cheveu sain et lustré, les huiles font partie de mon quotidien.

Comme les huiles sont souvent un concentré d’agents actifs plus purs il est certain que leur prix reflète cette réalité. Plus dispendieuses, il va de soi, qu’un shampoing ou un produit coiffant, il importe d’être bien renseignée avant d’acheter. Je me remets encore de ma déception en constatant (et en me faisant confirmer par des sources dignes de confiance) que l’Élixir Ultime de Kerastase faisait virer mon blond au jaune pipi le temps de dire « Parce que je le vaux bien ». Trop nul. (Par contre, il fait les cheveux super doux, avis aux non-blondes!).

C’est pourquoi je vous présente donc trois huiles à cheveux que j’aime, trois valeurs sûres en ce qui me concerne. Il s’agit de produits professionnels que l’on peut acheter à excellent prix chez Mat & Max (ou sur leur e-boutique) un havre de bonheur pour celles qui aiment les produits coiffants. Je viens de découvrir et j’adore la super sélection (des marques qui ont fait leurs preuves mais aussi des petites lignes plus niche comme j’aime) à des prix bonbon. Je vais d’ailleurs régulièrement faire un tour sur leur site web histoire de me tenir informée des nouveautés capillaires, une genre de « formation continue » si vous voulez. Donc, je disais…mes huiles préférées.

L’Huile All-Soft de Redken: Conditionnée en flacon-pompe zéro-dégât, cette huile fleure bon le soleil et l’argan vanillée. Parmi les moins grasses que j’ai essayées, elle fait le cheveux bien doux et donne l’illusion instantanée de pointes parfaites. À plus long terme, j’ai remarqué que très clairement, la pousse de mes cheveux était accélérée (moi qui ai coupé pas mal au début de l’année, je retrouve mes longueurs en un rien de temps. Coïncidence? Hmm, il n’y a pas de coincidences dans la vie.) Pour finir, tout au long de ma cure, je trouvais mes cheveux beaux comme tout. Comme si chaque jour était a « good hair day ».

L’Huile Orofluido: Ahhh, l’huile Orofluido. Un mythe. Une légende. J’en rêvais depuis tellement longtemps et au final, le contentement aura été au rendez-vous. Un flacon gigantesque (je crois bien en avoir jusqu’à 85 ans) décoré des arabesques poétiques de la marque qui contient une huile complètement luxueuse, juste décadente. Tout dans ce produit est de qualité. Du parfum reconnaissable entre mille avec de la fleur d’oranger (une odeur complexe de nuit chaude en Espagne, ou l’on se promène dans les rues, oui oui), à la texture quasi-gélifiée qui gaine les cheveux toute en légèreté…Les cheveux plus secs ou abimés ne peuvent qu’aimer. Attention…un tout petit peu suffit. Par contre, je déplore le goulot qui handicape le juste dosage et encourage le gaspillage. Enfin, on oublie vite cet inconvénient mineur quand on a des cheveux rebondis et brillants (on s’essuie simplement les mains sur une serviette et hop, on passe à autre chose). J’adore.

L’Huile de karité Saryna Key: Enfin, pour finir, voici mon amour d’huile, celle qui a changé ma vie. Créée par le fondateur de Moroccan Oil, il s’agit d’une huile de karité laquelle contient une forte concentration de kératine naturelle pure. La kératine est cet agent miraculeux qui fait des cheveux faciles à coiffer, doux comme des boucles de poupée avec absolument zéro-frisottis, même malgré une certaine humidité. Cette huile me donne exactement le même look, le même effet à court terme que la fois que j’avais fait le vrai traitement à la kératine. Que dire, je suis époustouflée du résultat. Je n’ai qu’une envie, essayer le Boha Shea de la marque, le traitement qui contient le plus haut pourcentage de kératine naturelle (soit 60%)! Enfin, tous les pots de la marque ont une petite mention en hébreu dans le coin droit de l’étiquette qui se traduit par “In God we trust ». Parce que force est d’admettre qu’il y a des jours où le contrôle de nos cheveux nous échappe complètement et qu’il faut remettre tout cela en perspective. Il reste que ces jours-ci, ça m’arrive beaucoup moins souvent et à cet égard, Saryna Key est une véritable réponse à mes prières.

Comme je disais, il n’y a pas de coïncidences dans la vie.

Orpheline d’un printemps (le blush du découragement)

Orpheline Blush

Ah que l’hiver tarde à passer

Quand on le passe à la fenêtre

Avec de “si” et des “peut-être”

Et des “vaut mieux pas y penser”

(…)

Ah que le jour tarde à venir

Quand on se lève avec l’étoile

Et on a beau lever la toile

La nuit s’étire à n’plus finir

-Gilles Vigneault (Ah Que L’hiver)

Je vous l’ai dit que j’avais hâte au printemps? Mais vraiment, totalement super hâte? Genre que ma semaine “Gloire à l’Hiver” s’était terminée il y a, oh, je ne sais pas, plus d’un mois. À peu près entre le moment où notre souffleuse a rendu l’âme et le moment où les collections de printemps sont sorties en magasin? Oui, voilà un mois que je rêve de tulipes et de beaux jours, de soleil, de cardigan corail, de robes verre d’eau, de sandales et de manteaux fins. Du sorbet de chez Léo le Glacier (framboise-thym!), des promenades impromptues avec les Ours (sans milles épaisseurs vestimentaires) et bien sûr, les bourgeons dans les arbres. Ah, comme j’ai hâte au printemps!

Mais…regardez mes photos de ce matin: celles qui sont à Montréal vous le diront, il a encore neigé. Juste quand on pensait que c’était terminé.

C'est l'hiver

Le signe qui témoigne le plus de mon découragement face au printemps qui tarde: le fait que je change constamment de blush. Tous les deux jours, j’essaie de nouvelles combinaisons, je mélange et j’estompe…Je tourne en rond. Je cherche, j’expérimente. Je veux de l’éclat vitaminé, des joues de poupée, des joues à l’éclat oxygéné. Oui, je veux ce petit look inimitable de bonne mine de printemps. Puisque le printemps ne vient pas, moi je viendrai à lui; voilà.

Encore l'hiver

Ma dernière découverte: le blush Original Skin de Rouge Bunny Rouge, teinte Orpheline. Une texture si fine, si veloutée, qu’on a l’impression qu’il s’agit d’une texture crème-à-poudre. Fondant, luxueux, duveteux: c’est un vrai blush super plush qui donne un look très Sex and the City au visage. Orpheline est une teinte de fraise très franche qui donne véritablement un éclat hyper radieux. Même si la peau, en contraste, peut sembler un peu pâle, le rendu “joues roses à croquer” confèrent au teint l’incandescence laiteuse que j’imagine propre à d’Alice au Pays des Merveilles. Rien de moins.

More blush Orpheline

J’applique ce blush avec mon nouveau pinceau, un génial pinceau à blush (le SB2008) de Look Plus Cosmetics, ma marque fétiche de pinceaux qui a vraiment tout ce qui faut à bon prix! Ce pinceau assure une application parfaite à chaque fois et me permet de bien concentrer la couleur sur la saillie de la pommette puisqu’il est de la taille idéale. Je me rends compte que j’ai longtemps utilisé à tort des pinceaux à blush trop gros qui mettaient de la couleur partout. J’ai fait ça, oh, je ne sais pas, 15 ans de ma vie. Mais maintenant, c’est fini: j’ai le bon pinceau pour le blush qui pop.

Blush Orpheline

Enfin, dernier détail de mon blush qui me séduit: le nom écrit en russe sous le boîtier. Mon premier produit de beauté écrit en russe…Конечно я люблю…

Orpheline


Blush en rotation, envie de jus de fruits et de textures sorbet (pour les soins du visage et les desserts), des piles de magazines feuilletés, déchirés et marqués de post-its et une obsession sans fond pour les fleuris à motifs “herbier” aucun doute, je trépigne, je soupire. Boucle d’Or a trop hâte au printemps.

Vous, il fait quel temps chez vous? Quel est LE produit qui vous permet de patienter?

Un bateau pour le bonheur

Bota Bota

Ça me fait toujours un peu sourire. Il y a des méthodes de soin qui n’existent carrément plus (comme la thérapie par les sangsues par exemple, d’ailleurs, tiens, je me demande pourquoi) alors que d’autres rituels perdurent toujours alors qu’à première vue, ils pourraient sembler tout aussi farfelus.

C’est le cas avec la thérapie par les bains. Alterner le chaud, le froid, le sec, le humide… le bikini dehors en plein hiver… Ça peut sembler ancestral comme méthode. Médicalement non-fondé même. Mais comme c’est « ancestral », totalement dans l’esprit des « remèdes d’apothicaires d’antan » (ma nouvelle lubie) et que j’ai pris (encore une fois) une résolution «mieux-être» et de « juste être » lors de mon Nouveau Plan…la fin de semaine dernière j’avais rendez-vous.Entree Bota Bota

En effet, il y a plus d’un an, Papa Ours et moi avions reçu un certificat cadeau pour le spa nordique Bota Bota (merci A. et A.!). Vous savez, le spa ultra-design sur l’ancien traversier de Sorel-Berthier, amarré au Vieux Port, près des écluses et des silos à grains. Un spa qui fait autant rêver les architectes (les hublots!) et les beautystas (le forfait manucure-martini!) que les âmes en quête de mieux-être urbain (le contraste du bruit de l’eau qui coule et des constructions industrielles portuaires!). Oui, ce spa, je n’en n’entendais que du bien. Sauf que…à choisir entre une sieste le samedi après-midi ou le maillot dans la neige…je choisissais toujours la sieste.Le chemin

Enfin, samedi dernier, je me suis ressaisie! Papa Ours et moi avions donc rendez-vous pour un massage et pour le circuit bains.

Bota Bota la passerelle

On accède au Spa Bota Bota par une passerelle et un petit chemin, entre les canaux. Le bateau est là devant nous. On est en manteau et au loin, on distingue des gens en maillot sur le pont. On frissonne et on se dit que nous, no way, jamais de la vie, on ne se mettra pas en maillot dehors. Je tiens à la vie, moi.

Bota Bota Outside

Quand je suis entrée, j’ai été saisie par le beauté des lieux. Tout est vitré. On ne voit que le fleuve (gelé en partie), les bateaux amarrés et au loin, le Centre Ville. Les préposées sont vêtues de marinières et d’espradrilles et les cases électroniques pour ranger nos effets ont l’air toutes droit sorties d’une cale de paquebot. Tout a été pensé pour s’inscrire sans l’esprit de cette détente engourdie que j’imagine propre aux voyages au long cours sur la mer. Hublots gigantesques matelassés (assez grands pour s’y coucher) pour se prélasser en regardant le fleuve, hamacs qui se balancent dans la salle de repos, gros coussins et chaises longues sur le pont. Même dans les salles de massage, tout est vitré (miroir sans tain) de sorte que l’on voit toujours l’eau, peu importe où l’on est. J’ai adoré les murs peint en noir mat et les petits escaliers de grillage en colimacon qui permettent d’accéder aux différents ponts et au bistro. Genre sous-marin glamour. Silos à grains

Puis, il y a les bains. Les bains extérieurs qui ont vue imprenable sur l’eau, les bateaux et Habitat 67. Il y des bains bien chauds avec une chute où l’on se prélasse avec bonheur. Il y a aussi des bains glacés (intérieurs et extérieurs) à alterner avec la chaleur. Plusieurs saunas secs aux énormes fenêtres donnant sur le fleuve et aussi, mon coin favori: le sauna humide. Un vrai sauna humide où l’on ne voit rien; que de la buée chaude, qui décongestionne et perle sur le peau. Ça fait un bien immense! Ça m’a d’ailleurs rappelé à mon premier rituel de beauté hebdomadaire: le bain de vapeur. Une bouilloire, un saladier, des fines herbes et une serviette, hop- rien ne vaut l’éclat obtenu à la suite d’un bain de vapeur. C’est souverain et ça ne coûte rien. Je me suis d’ailleurs remise à ce petit rituel depuis ma visite au Bota Bota, mise devant l’évidence des résultats incontestables sur ma peau et mon niveau d’énergie.

Iced Bota Bota

Enfin, j’ai finalement essayé tous les bains, chauds, froids, tout l’après-midi, plusieurs fois. Je me suis même endormie au soleil en maillot- le bonheur! Mon massage a été divin lui aussi, très différent de ce que j’ai connu dans le passé. Mille fois plus reposant que ma classique sieste du samedi, vivifiant comme une vacance, j’ai eu l’impression de revenir de loin, de revenir bien. Je me suis promis de vite retourner au Bota Bota, idéalement, tous les mois, histoire d’arrêter un peu le temps et de m’offrir une bulle de bien être, tel qye stipulé dans mon Plan. Enfin, pour la prochaine fois, j’ai pris des notes pour mon sac: j’emporterai ma bouteille d’eau, un roman et des magazines. Un baume à lèvres, un écran solaire et une eau de coco à boire après…voilà, Boucle d’Or planifie déjà son prochain voyage!

Me at Bota
Vous aimez les spas nordiques? Ou la thérapie par les sangsues? Ou les bains de vapeurs? Vous connaissiez cet endroit magique?

P.S: Ce qui est dommage c’est que le décor ferait des photos magnifiques. Malheureusement, il y a interdiction formelle de prendre des photos, ce que je trouve à la fois compréhensible et essentiel pour un climat de détente.

P.P.S: Parlant de climat de détente: j’ai adoré l’ambiance “bulle perso” qui règne à ce spa. Chacun fait son truc. Personne ne s’observe, ne se regarde. On peut décrocher réellement confiant que les yeux des autres sont fermés et somnolents. Love!

P.P.P.S: Je tiens à préciser (pour ma maman notamment) que mon rhume de cette semaine avait commencé avant ma visite au spa. Aucun lien à faire, donc, si ce n’est que la vapeur a même soulagé ma congestion.

P.P.P.P.S: Comme je vous le disais ici, quand ça a deux noms, ça risque d’être bon…Donc, je confirme: le Bota Bota n’échappe pas à la règle.

L’Anti-Lundi

Anti-LundiPréparez-vous, cet article c’est n’importe quoi. Cet article, je l’écris parce que je me dis que si j’étais vous (tout en restant moi), je voudrais exactement ça: un article pour m’encourager le lundi matin. Pourquoi? Parce que j’ai horreur des lundis matin. Le dimanche soir, d’ailleurs, j’ai vraiment les bleus, c’est l’angoisse. Tenez, au moment même où j’écris ces lignes (toujours dimanche) j’ai limite des palpitations et je bois une infusion ancestrale (menthe poivrée) dans l’espoir d’avoir l’esprit clair et aguerri du yogi. D’ailleurs, je me demande si le yogi est stressé le dimanche soir…

Une solution que j’ai trouvée consiste à faire durer les petits plaisirs du weekend durant la semaine, histoire d’égayer les longues journées, histoire d’avoir hâte à quelque chose. Voici donc, en vrac, ce qui m’encourage en ce dimanchôsoir (si vous me voyiez, vous verriez mon expression faciale dramatique digne d’une peinture de Munch).

Alors, d’abord, je vous mets à jour! Ma semaine “Gloire à l’Hiver” est loin derrière moi! Là, c’est décidé, j’ai hâte à printemps et je transitionne en phase “Comment survivre à la fin de l’hiver/Omondieu, comme j’ai hâte au printemps!

Donc, pour me mettre un esprit ensoleillé, je me tartine d’auto-bronzant. Une envie soudaine m’a pris, comme ça. Une évidence spontanée et impérative de la vie ça ne se discute pas, hein. Je me suis donc tournée vers celui de Clarins qui est reconnu pour son hâle super naturel et, que dire: j’ai l’impression de revenir de vacances ou d’avoir fait une cure de luminothérapie ( coïncidence? I think not!). Un petit teint abricoté de belle Californienne, il n’y a pas à dire, c’est tellement remontant…J’applique la Gelée Auto-bronzante Express (vraiment non-grasse) sur mon visage et le Lait Auto-bronzant sur mon corps. C’était vraiment ce dont j’avais besoin.

Clarins Autobronzant

Ensuite, il faut que je vous dise, je suis totalement éprise de mon nouveau vernis Chanel teinte Éprise, un nude-rosé à peine irisé qui fait des ongles so-sixties, tellement flatteur. Dès que je le porte on me fait mille compliments. C’est mon vernis nude parfait du moment, celui qui va avec tout et me permet de me réinventer, version simple, pure, ballerines et trench et Eau de l’Hermine… Il me fait des doigts longs et fins (un peu comme ceux des anciennes Barbie, pour celles que ça peut éclairer…Quoi, ça n’éclaire personne?) et est idéal pour me mettre dans l’esprit de printemps.

Éprise de ChanelEnsuite, je viens de terminer une lecture absolument délicieuse, totalement touchante et vraiment réconfortante. Il s’agit du roman Ernest et Célestine -de Daniel Pennac. Enfant, j’adorais les histoires d’Ernest et Célestine de Gabrielle Vincent, que nous empruntions à la bibliothèque de Pointe-Claire. Quel bonheur de retrouver à nouveau ces personnages dans un vrai roman (où il nous appartient d’imaginer les aquarelles), une histoire d’amitié et d’amour, sur les attentes extérieures et les passions, pour les petites-grandes filles, pour les souris et aussi les ours. Ici, le film sera en salles le 1er mars et je sautille littéralement d’impatience.

Ernest et Célestine

Enfin, la grande petite-fille en moi a également eu le coup de foudre pour les magnifiques livres de la collection Belle et Boo (et tout le reste d’ailleurs, à découvrir sur le site web de Belle et Boo), une jolie petite fille et son lapin, dont les illustrations à l’ambiance oh-so-vintage me font totalement rêver. Vraiment, je ne me lasse pas de lire des (bons) livres d’enfant. C’est léger et on avec nos yeux d’adultes on y voit autre chose, une autre sagesse. Il y a certains soirs où c’est juste ce dont j’ai besoin.

Belle et BooParlant de plaisirs légers, j’adore la boutique en ligne Mélijoe qui propose tous les plus beaux vêtements pour enfants. Toujours le bon tissu, le bon motif, le bon jupon pour faire tourner les petites filles modèles et le pantalon parfait pour faire courir les petits capitaines adorables, on rêve de retourner en enfance pour avoir nous aussi la robe Chloé vert verre-d’eau. Oui, c’est en quelque sorte le Net-à-Porter de nos petits; juste ce qu’on aime, avec un vaste éventail de prix et que des pièces de qualité. Je ne vous dis même pas ce que je passe en temps sur ce site à rêvasser et à imaginer mes petits ours bien habillés et à leur créer des outfits et des look “en toute circonstances“. Je passerai une commande bien vite, je le sens.

Mélijoe

Voilà pour mes plaisirs de la semaine; ajoutons à cela des lunchs santé et savoureux (la recette de mes rouleaux de légumes arrive bien vite!), un nouveau démaquillant étonnant et merveilleux (je vous en reparle aussi), une routine éclat (du visage) et hydratation intense-intense (des pieds que je veux absolument doux-doux-doux) et…un ménage de sac à main pour bien commencer la semaine. Allez, grande respiration et courage! Bon lundi à toutes!

(Tous les conseils pour commencer la semaine de manière sereine et positive seront accueillis à bras ouverts. Des conseils? Des idées? Please???)

Impatiente que le Jour arrive

Jour d'Hermès

Il y des bonnes journées, il y a des mauvaises journées. Il y a des journées juste…rien du tout. C’est gris. C’est terne. Rien de spécial. Le temps passe à une vitesse de folie. Et finalement on se couche sans avoir le sentiment d’accomplissement souhaité. On s’endort, laissée un peu sur notre faim mais aussi épuisée, en espérant que demain sera mieux. Moins occupé, moins fou, moins gris.

Il y a quelques jours, c’était exactement ça. Je revenais du bureau d’une consoeur, avec une énorme (non, vraiment, j’insiste : ÉNOOORME) boîte de dossier dans les bras. J’étais stressée, j’étais débordée, cette journée était décidément grise. J’ai donc eu la logique (et très bonne) idée de traverser Ogilvy pour me trouver un taxi sur De La Montagne. Parce que oui, quand on est débordée et que l’on transporte une boîte grosse comme un mini-frigo, l’idéal, c’est d’aller dans un chic grand magasin où il y a des joueurs de cornemuse. Enfin, pour moi, ça m’a semblé évident dans le moment. Et là je suis tombée en plein sur… le nouveau parfum d’Hermès, Jour d’Hermès. Tellement chic avec son dodu flacon et son bouchon éclatant. Pétillant comme du champagne. Le printemps en bouteille. En passant, il ne sent pas du tout « jaune » au cas où vous vous posiez la question. (Quoi, je suis la seule à me poser cette question?)

Quand j’ai demandé à la conseillère si je pouvais l’essayer elle l’a vaporisé sur cette magnifique fine tuile de céramique estampillée Hermès, qu’elle a glissée dans une petite enveloppe carrée. Tellement, tellement poétique. Je suis donc repartie, avec mon ÉNOOOORME boîte de dossiers et mon petit trésor dans ma poche, comme un porte-bonheur. Dehors, il m’a semblé que le soleil pointait son nez. J’ai eu un regain d’énergie. Mon pas s’est fait tout léger. Finalement, ce serait une belle journée.

Je ne crois pas acheter Jour d’Hermès. Enfin, pas tout de suite. Il fait encore trop froid ici et aussi, j’ai un nouvel amour de parfum dont je vous reparle bientôt, un parfum vraiment sublime, rare et réchauffant. Par contre, Boucle d’Or se connaît. Dès que ce sera le printemps, dès qu’elle pourra se promener en trench et talons, les boucles au soleil elle rêvera de Jour d’Hermès. C’est inévitable. C’est doux et enthousiaste, mémorable et magnifique. Ça sent le premier vent du printemps. Celui qui sent bon. Celui qui apporte le changement et chasse le gris. Un nouveau jour tout lumineux. Oh, j’ai tellement, tellement hâte au printemps! Vous croyez que je serai capable de patienter?

Non, sérieusement, je suis la seule à avoir pensé que ça sentirait “jaune“? Allez…

Petit update: Une amie m’a écrit pour avoir davantage de précisions sur l’odeur “jaune”… Voici ce que je lui ai répondu:

“Pour le parfum, oui, la teinte ‘jaune’ ne m’inspire pas et j’avais peur que l’odeur soit associée à des images mentales « jaunes » (années 80, robes trop jaunes, fleurs jaunes, madames qui portent des blazers avec épaulettes…?), mais en fait, ça sent super lumineux, vaporeux. Ensoleillé. Mais j’aurais préféré que la teinte du jus soit rose bébé ou même un flacon givré blanc. On aurait mieux compris. En fait, il y a un élément qui cloche dans ce parfum comme un tout et je crois vraiment que c’est cette couleur jaune qui va en décourager plusieurs (même si, en plus, j’aime le jaune!). Mais c’est mon humble avis de fille qui décrit les odeurs avec des couleurs alors, tu vois, ça ne vaut pas grand-chose… Mais ça sent terriblement bon. J’ai toujours voulu un parfum Hermès mais n’ai jamais trouvé le bon pour moi. Celui-ci sera parfait pour les beaux jours. Vas vite demander une petite tuile….!”

Chic-nordique: bien dans sa peau malgré -45°C

Mal dans sa peauDur, dur par temps froid d’être bien dans sa peau. Elle tiraille, elle est sèche, elle rougit par plaques et elle manque d’éclat, sans compter que le maquillage se met vite à accrocher dans les petites écailles. Pas super pour le look zéro makeup: on a maintenant l’air d’un poisson qui s’est amusé avec une palette Laura Mercier. En plus, la peau sèche, ça vieillit de, je ne sais pas, trente mille ans style momie Toutankhamon! Oui, on s’hydrate à fond, mais en même temps, on ne veut pas tout débalancer l’épiderme ou luire avant même de se maquiller. Ou vivre le syndrôme-cheveux-qui-collent-dans-le-gloss au moindre coup de vent mais avec (horreur), notre visage.

Lac gelé

J’ai reçu cette semaine un courriel de ma bonne amie V. Vous vous rappelez de V., mon amie du Plan?

Hi BFF!

How are you surviving this cold cold week? C’est ma semaine “Ernest Shackleton, explorateur de l’Antarctique”, à chaque fois que je sors dehors, je suis en mode survie avec 4 paires de legging et mon look Agaguk. Le reste de l’hiver devrait être facile après ça…Au fait, aurais-tu une bonne crème à me conseiller?

Parce que oui, puisqu’il fait ici environ, oh, je ne sais pas, -60 000 degrés (non, je plaisante, il ne fait que -25°C et, comparé au -45°C de la semaine dernière (où ma voiture ne démarrait même pas), ça me semble tout à fait tropical), je me considère un peu une experte des crèmes “temps froid”. J’ai donc décidé de vous présenter mes crèmes cocon favorites et par la même occasion, de répondre à mon amie V. et tous les autres Ernest Shackleton de ce monde.
Moulin de la Pointe

D’abord, il y a ma fidèle et tant aimée Glaxal Base, une crème très neutre qui sent un peu la colle (mais on vient vite à s’y habituer et même à aimer et on finit par dire comme moi, “vive la colle!”), qui apaise les peaux les plus rouges, les plus irritées. C’est un peu l’onguent par défaut par excellence (elle est même la crème la plus recommandée pour les gens qui suivent des traitements de radiation): texture crème qui devient vite aqueuse, elle pénètre rapidement, ne colle pas et peut être utilisée sur le visage comme sur le corps. Mais surtout, elle a un effet calmant instantané. C’est la crème de nuit idéale après une journée de ski, la crème à appliquer sur les plaques rouges sur lesquelles tout chauffe, la crème que l’on peut mettre sur un nouveau-né comme sur des lèvres qui font mal. En plus, elle ne coûte pas très cher: moins de 15$. Dans toute ma famille, c’est vraiment une crème que l’on a dans sa pharmacie en tout temps, un grand classique de chez nous bien adapté au climat.

So cold

Une très récente découverte: mon amie M. (qui sait à quel point je suis fascinée par all things routine de soin Garance Doré-Dr. Planté) m’a envoyé la crème Ictyane HD de Ducray, qui ne se trouve pas ici, malheureusement. D’ailleurs, c’est à n’y rien comprendre puisqu’elle est hyper parfaite pour l’hiver montréalais! Texture très fine qui s’étend bien, elle gagne à être un peu travaillée par un massage du bout des doigts avant le maquillage. Oui, elle brille mais ça n’est rien qu’une touche de fond de teint ne peut pas maîtriser. En plus, c’est vraiment dur de faire mieux pour un look après-ski lumineux, suffit d’ajouter une touche de blush crème et du gloss et voilà, on revient d’Aspen (ce qui est parfait pour mon Plan). C’est vraiment une belle découverte pour l’hiver puisqu’elle peut être portée en crème de jour comme de nuit pour une hydratation optimisée around-the-clock. C’est d’ailleurs ce que je fais ces jours-ci et ma peau est, de toute évidence, en meilleur état que d’autres années. Merci Garance!

Il y a aussi le Baume Protecteur Druide, que j’adore depuis longtemps. À la base, c’est un baume pour protéger les fesses de bébé contre l’érythème. Mais sa composition naturelle neutre et la richesse de ses ingrédients en font un produit parfait pour toutes les parties délicates ou sensibilisées, pour tout le monde. En apparence, ce baume ressemble à de la gelée de pétrole (texture claire gélifiée) mais il n’en n’est rien: 100% des ingrédients sont d’origine naturelle et 60% issus d’agriculture biologique. Beurre de mangue et fleur de souci, parfum subtil tout doux, apparence glossy-silky, je l’utilise sur le visage de mes petits ours, sur mes jambes et aussi en gloss traitant. J’ai en effet toujours un mini-pot dans mon étui à maquillage: cuticules, lèvres, haut des pommettes en point de lumière rajeunissant (anti-peau de momie égyptienne), c’est mon baume multi-usage favori. Pas étonnant qu’il soit le meilleur vendeur de cette marque et soit aimé du Saguenay au Danemark!

Sans oublier le fameux Cicaplast Baume B5 de la Roche-Posay (qui n’est malheureusement pas disponible ici). Un baume bien gras que j’applique dans les moments de crise, les soirs de grand vents ou encore, en masque apaisant (je retire l’excédent avec un coton). Sinon, pour toutes les petites plaques qui tiraillent, les patch de peau de croco ou même les boutons qui mettent trop de temps à cicatriser, appliquez généreusement et hop, au lit.

Enfin, une belle découverte de cet hiver que je dois à la recommandation de l’une d’entre vous (merci Juliette!); j’aime toujours autant la Crème Nutritive compensatrice Riche d’Avène dont je vous ai abondamment déjà parlé ici… J’achève mon pot et, bien que j’aie plusieurs autres crèmes qui m’attendent, je trouverai difficile de ne pas la racheter tant elle m’a sauvée cet hiver.

Brrr

Voilà, pour mes crèmes spécial temps froid. Comme le dit mon amie V., ça devrait être moins pire maintenant; aucun doute, les beaux jours reviendront vite. Couvrez-vous bien et courage. C’était Boucle d’Or qui vous parle en direct de Montréal, en buvant un café dehors, le visage on-ne-peut-mieux hydraté. Courage.

OMG, so cold!

P.S.: Vous, vos crèmes Ernest Shackleton Explorateur de l’Antartique?

P.S.2: Les photos ont été prises dans mon village natal de Pointe-Claire (à 30 minutes de Montréal, je sais, mais “village natal” ça fait tellement plus exotique je trouve.)

P.S.3: Vous vous rappelez des dentelles fabriquées par mon arrière-arrière-Grand-Maman? C’est aussi elle qui a fabriqué cette magnifique couverture! Très chic-nordique, non?

Le peeling d’une vie

PeelingUne peau parfaite pour la nouvelle année! C’est, je crois, sur la liste de chacune d’entre nous; je me trompe? On veut toutes une peau plus lisse, plus éclatante, plus saine, un teint plus uniforme…une peau parfaite. Si les soins à domicile sont un excellent et nécessaire début à cette résolution, le Peeling Professionnel G.M. Collin à la Clinique Éternité, rue Bernard, est quant à lui, l’équivalent d’un bond de géant vers le teint rêvé. Oui, les bottes de sept lieux de la peau parfaite. La bonne fée qui, d’un coup de baguette magique nous donne le teint tant espéré.

Après 1 séance

Après la première séance

La Clinique Éternité. Soupir de bonheur. Située en face du Local B, sa réputation n’est plus à faire depuis longtemps. Il était donc tout naturel qu’un jour, je traverse la rue pour aller y prendre rendez-vous. L’endroit est coquet comme tout, sans prétention, chic comme je me l’imagine l’est un institut parisien, avec son mur de brique exposée, son beau plancher de bois, ses plafonds hauts et son ambiance feutrée. Autant vous le dire, c’est devenu mon château de princesse pour une peau parfaite. C’est Tiffany qui s’est occupée de moi durant ma cure et elle est vraiment d’une douceur et d’une attention qui méritent mention. Par une journée particulièrement froide, elle m’a même proposée de mettre mes bas-collants à la sécheuse le temps de faire mon soin! Quel bonheur que de retrouver des vêtements tout chauds après le traitement… Sans mentionner le génial couvre-matelas chauffant qui fait que l’on se glisse dans un lit de douce chaleur, sous une épaisse couette le temps de se faire dorloter le visage! Voilà, vous voyez, j’ai tout adoré chez Éternité.

Après 2 séances

Après la seconde séance

Comme je voulais une peau rayonnante pour les fêtes, on m’a conseillé une cure de Peeling Chimiques Professionnels G.M. Collin, laquelle j’ai commencée la dernière semaine de novembre. La cure se compose de 4 à 6 séances d’environ 40 minutes où le visage est d’abord démaquillé et bien nettoyé, puis, où la solution peeling est appliquée, et enfin neutralisée. La spécialiste termine ensuite la séance par l’application d’une crème adaptée ou, si l’on en fait la demande, par un masque hydratant apaisant. Le protocole de la cure est très spécifique: il alterne les types d’acide et le degré de concentration d’une séance à l’autre, selon les besoins. Ainsi, j’ai commencé par faire un Peeling Lactique (semaine 1), un Peeling Derm Renewal (Semaine 2), un Peeling Glycolique (Semaine 3) et un autre Peeling Glycolique (Semaine 4).

Voici toute l’information sur chacun des peelings: le Peeling lactique travaille à ralentir les premiers signes de vieillissement grâce à sa concentration en vitamines C et E. Quant au Peeling glycolique, il travaille à estomper les signes de photo-vieillissement. Pour sa part, le Peeling salicylique traite les peaux à tendance acnéique, et peut même être administré à des personnes dans la vingtaine. C’est également le traitement conseillé aux personnes désireuses d’éclaircir les signes visibles du photo-vieillissement.  Enfin, le Peeling Derm Renewal décongestionne la peau et stimule le renouvellement cellulaire grâce à sa concentration d’acide glycolique et d’arginine.

Après 3 séances

Après la troisième séance

Et alors? Ma maman qui m’avait hautement mise en garde de peur que je devienne “grande brûlée du visage” a été la première à me dire qu’elle n’en revenait pas et qu’elle songeait à tenter l’expérience. Les résultats sont carrément à couper le souffle. J’ai vu une différence encore plus marquée au niveau de mes taches pigmentaires qu’après mes séances de laser ou de lumière intense pulsée, c’est dire! Partout où je vais, on me dit: ” Wow! Ta peau est belle. C’est ton nouveau fond de teint Touche Éclat YSL?” Mes joues ont retrouvé leur éclat comme les joues d’une petite fille. Pores évaporés, teint crémeux qui nécessite un minimum de maquillage, rides estompées…Y-a-t-il quelque chose que ce peeling ne fait pas? C’est vraiment un soin souverain pour commencer l’année du bon pied ou être au meilleur de notre glow pour une soirée ou une fête.

Après 4 séances

Après la quatrième séance

Et, point de vue sensibilité: ai-je été affectée? Étonnement non. Pas de rougeurs, pas de desquamation, le lendemain, j’étais au travail avec une belle peau, plus rebondie au grain serré, certe, plus rosée, un peu coquine, mais jamais sensibilisée ou compromise. Outre le très léger picotement ressenti lors de la neutralisation le soin est agréable comme tout, un vrai moment de bonheur au chaud où l’on peut se détendre, confiante que l’on sortira de chez Éternité avec une sublime peau.

Voilà, j’ai la tête dans les nuages de pouvoir commencer l’année avec une peau de princesse. Un vrai conte de fée qui ne disparaîtra pas à minuit, maintenant que j’ai Éternité de mon côté.

Pour celles qui sont à Montréal, voici les coordonnées de la Clinique Éternité que je ne saurais trop vous recommander:

Éternité: 1220, av Bernard, Outremont, QC H2V 1V6, 514-271-5524

(Coût: 260$ pour une cure de 4 séances.)

Sinon, pour celles qui n’ont pas accès à ce lieu aux milles promesses toujours tenues, rendez-vous sur le site de G.M. Collin pour connaître le point de vente le plus près de chez vous…

Classe Neige

Bottes BaffinCeci n’est pas un article sur comment rester élégante quand il fait froid ou quand il neige. Non. Parce qu’il y a des jours (ou des conditions climatiques) où l’élégance prend un peu le banc de neige comme on dit. Non, aujourd’hui, je vous donne mes conseils pour être bien au chaud, bien confo l’hiver, histoire de ne pas détester cette saison.

Rue enneigée

Préambule: bien sûr, il y a moyen d’être élégante quand il fait froid. Par contre, ça sera un article pour un autre jour. Aussi, avertissement, cet article, quoiqu’il pourra s’adapter à d’autres localités, est spécifique au Québec. Parce que tous les froids, toutes les neiges ne sont pas pareilles. La poudreuse de Ferney (dans les Rocheuses) n’est pas la neige de Mont-Tremblant. Et le froid de Norvège n’est pas le même qu’en Sibérie. À titre d’exemple, je connaissais une fille qui avait grandi sur la base navale de Mourmansk en Russie, au nord du cercle polaire arctique, dans la mer de Barents. On y gèle, inutile de vous le dire, ça ne se compare même pas à ici! Mais, quand elle est arrivée à Montréal, elle a eu des maux de dents terribles en raison du froid, qui est ici, humide. Il y a donc beaucoup de facteurs qui entrent en jeu…Voici donc, ma petite recette pour le froid et la neige de chez moi.

D’abord, les bottes. Je suis complètement over les bottes Sorel qui ne gardent même pas les pieds au chaud et dont le caoutchouc craque et laisse s’infiltrer l’eau. Mais surtout, je suis lasse de les voir sur les pieds de toutes les filles. Cette année, je me suis offert des bottes Baffin, une vraie merveille. Grosses semelles, imperméables et chaudes comme ça n’est pas possible. Je n’ai jamais été aussi bien dans mes bottes. Jamais. Mes Baffin, je les adore, c’est vraiment mon achat chouchou de l’hiver!

Parc Lafontaine

Ensuite le manteau. Il faut un manteau bien chaud, un manteau à capuchon à rebord de poil. Pourquoi? Parce que quand il neige, le poil “capte” les flocons et vous en aurez moins dans les yeux et le cou. Pour ma part, j’ai choisi un Rudsak bien coupé à énorme capuchon, qui me permet d’être à la fois sport et élégante sans être nécessairement en manteau de fourrure (que je réserve pour les grands soirs).

Manteau Rudsak

Ensuite, il faut empêcher les courants d’air! Foulard de laine bien serré, gants (des gants de cuir pour conduire, des mitaines chaudes pour la marche) et chapeau, idéalement avec du poil (love mon Canada Goose, love mon chapeau LaBaie) aussi (histoire de capter les flocons). Je laisse toujours une paire de mitaines chaudes dans mon coffre à gants (pour ces moments où je sors du bureau et dois pelleter ou déneiger l’auto). J’y ai aussi une petite pelle et des “tracks”. Essentiel.

Autres petits trucs: je mets des chaussettes Hunter dans mes bottes par dessus mes vraies chaussettes ou bas collants (pour ces moments où l’on enlève les bottes et mouille inévitablement les chaussettes du jour avant de mettre ses chaussure) et, super truc de mon amie A-M: on peut mettre des leggings noirs sur les bas collants (que l’on retire en arrivant au bureau, ni vu, ni connu).

Enfin, crème à mains avant les mitaines (pour effet spa), bouteille d’eau dans le sac (la neige donne soif), lunettes de soleil (pour contrer l’effet blanc-aveuglant), mouchoirs  et baume à lèvres sont autant d’essentiels du froid.

Pour les promenades avec Bébé, oubliez la poussette (qui reste coincée): je ne saurais trop vous recommander la luge Pelican avec sa bulle pour prévenir que Bébé ne devienne tout enneigé.

Luge PelicanEnfin, petit conseil de mes médecins: l’air frais est, contrairement à la croyance populaire, un véritable remède. Quand Bébé Ours tousse: je l’habille et sors dans le froid et il arrête de tousser comme par magie. Quand je suis congestionnée, il n’y a rien comme une bonne marche dans l’air glacé pour libérer les poumons et donner un coup de fouet bien-être. Oui, c’est tout un travail que de sortir mais, une fois habillée, dans la ville cotonneuse et silencieuse, l’hiver peut être une joie.

Promenade

Enfin, une note aux jeunesses qui me lisent. J’ai longtemps mis le look avant le confort, voire, avant la santé. Je sortais de mes cours de nage synchro, à moins 30, cheveux mouillés, sans chapeau, manteau ouvert. Mes cheveux devenaient instantanément des glaçons. J’ai aussi déjà marché en sandales dans la neige (15 pas, d’un taxi à une soirée, un soir de jour de l’an)…Mais au fil des ans j’ai appris que d’être bien, au chaud, malgré le froid, c’était vraiment génial. Mais aussi que, une fois arrivée à destination, mes cheveux étaient plus beaux si j’avais porté un chapeau. Et mes mains étaient moins craquée si j’avais porté des mitaines. Sans oublier que je suis malade moins souvent. Je vous exhorte donc à vous habiller convenablement quand il fait froid. Je vous promets que vous n’en serez que plus jolie. Et en plus, vous aurez l’air aussi intelligente. Voilà, c’était mon conseil de maman pour vous les jeunes coquettes!

Sinon, si vous avez d’autres conseils à partager pour rester bien au chaud et profiter de l’hiver, je suis preneuse!

Force majeure

DétailsIl y a de ces petits détails au niveau de l’apparence, qui changent tout. Non, je ne parle pas de traits de crayons techniques ou de Prime Pot sur la muqueuse de l’oeil (quoique, ça aussi, ça change tout, hein), non, aujourd’hui, j’approche la question à l’envers. C’est que, voyez vous, j’ai eu une révélation le 27 décembre. Vous vous souvenez, c’était cette journée: La tempêteUne journée de tempête historique. Une journée où, enfin revenue de chez ma maman pour Noël, j’ouvre mon courrier et découvre une lettre qui m’informe que je n’ai pas payé mes immatriculations de voiture. Rouler avec ma voiture est illégal. Mais c’est impossible. Je sais que j’ai payé. Je trouve même ma facture où j’ai écrit “Payé” de mon écriture du devoir accompli. Booon. Mais j’appelle tout de même le Bureau des Immatriculations. Et là on m’informe qu’ils n’ont pas reçu le paiement et “qu’il me suffit de me rendre à un point de service pour faire le paiement et voilà, ma situation sera régularisée.” Aussi simple que ça. Je regarde dehors. Pas une voiture. Rien. Montréal hiberne. Comme je pars le lendemain en vacances (et que nous avons absolument besoin de la voiture, des sièges d’auto des oursons et tout pour aller à l’aéroport), je prends une grande respiration. C’est la sieste des oursons. Ma maman est là. Je me dis, “Ça tombe bien, je dois aller chercher un médicament sur ordonnance” (pour mon doigt qui est infecté dû à une coupure de popotte de Noël). Une pierre, deux coups, donc. Je mets mon kit Canada Goose. Mes bottes Baffin. Je suis en jogging. J’ai un sac à dos. Je glisse mon doigt infecté dans ma mitaine en faisant une grimace. Il me faudrait des raquettes aussi mais too bad, je n’en ai pas. Je sors dehors, direction de l’Avenue Mont-Royal. Première étape, pharmacie où j’arrive hors d’haleine de ma marche en neige profonde.

En payant mon médicament, je trouve dans mon sac des billets de loterie reçus à Noël. Ho, ho, je me dis: je vais tout de suite les valider: imaginez, si je gagne, je pourrai m’acheter quelques rouges à lèvres de plus en vacances. Et effectivement, je gagne: 80$!

Deuxième étape: trouver un taxi! Je marche un peu sur Mont-Royal, puis, remonte St-Denis. J’ai de la neige partout: dans mes bottes, les cheveux, le poil de mon chapeau. L’horreur. Enfin, un taxi solitaire passe devant moi. Et me fait signe d’embarquer. Ô joie.

Enfin arrivée, la jolie fille derrière le comptoir me regarde enlever mon chapeau de poil glacé, mon col, mon foulard, mes mitaines. Soit elle habite carrément au Bureau des Immatriculations, soit elle est arrivée avant la tempête, ça n’a pas de sens. Mon doigt infecté est tout raide, dressé entre elle et moi.

Je farfouille dans mon sac à main en désordre, doigt infecté dressé, je sors ma lettre. Au passage, des cartes d’affaires d’amies avocates se dispersent sur le comptoir, comme si j’étais une criminelle qui a toute une équipe légale derrière elle. Whatever.

Bonjour Madame: j’ai reçu cette lettre, je ne comprends pas, ça n’est pas DU TOUT mon genre. D’habitude, je paie tout de manière ultra-diligente. Vraiment…” Elle me regarde de ses yeux froids, l’air de dire: “tout le monde dit ça.” Zéro sympathie. Elle a même l’air…de me juger. Je souris. 

Je sors ma carte de crédit. Elle me dit: “Ah, non, c’est argent comptant ou débit seulement.” Choc -j’arrête de respirer. Ma carte de débit est dans la poche de mon autre manteau, de mon manteau fashion. Je commence donc à compter mes sous avec mon doigt tout raide, mon vernis de Noël écaillé. Comme la préposée le fixe avec intensité je m’explique, désinvolte: “Je me suis coupée en cuisinant“. Elle me regarde, pas rassurée. Je stresse intérieurement. Je n’aurai jamais assez de liquide sur moi. Je sens qu’elle perd patience. Et soudain, éclair de génie! Je m’exclame, la voix un peu haute: “Ah! oui! J’ai des sous!!  Tout à l’heure, j’ai été faire vérifier mes billets de loterie!” En le disant j’ai eu conscience que ça n’aidait pas mon image. Peut être voudrais-je aussi payer avec des bouteilles consignées? Nettoyer un peu leur plancher? Leur laisser ma montre en gage? Peu importe, je jubile. Elle me regarde de haut. Je paie. Je m’en vais. Je lui dis au revoir, tout sourire, en la saluant de mon doigt dressé.

En sortant, je passe à la salle de bain: yeux de panda, cheveux fous-fous, cernes d’évadée de prison, vernis écaillé, maquillage fondu par zones d’exposition… Je comprends la préposée de m’avoir jugée. Moi aussi, je me serais jugée, aucun doute. Surtout avec l’histoire des billets de loterie. Je n’ai jamais été aussi anti-glam. Mais là, il y a force majeure, vraiment.

Car voyez-vous, il y a de ces détails qui changent tout: un coup de peigne (et si besoin est, un chignon ou une couette), du cache-cernes, un peu de blush, du mascara. Pas besoin d’être parfaite tout le temps. Juste le minimum pour être prise au sérieux. La beauté et la coquetterie servent aussi à ça.

Ça vous est déjà arrivé des situations pareilles?

Tuto chignon-chaussette pour la nouvelle année!

Chignon chaussetteÇa y est…c’est déjà la fin de l’année 2012. Bien sûr, je mijote des nouveaux Plans à tout casser, des nouvelles idées de looks, j’ai tout plein de produits miraculeux à vous faire découvrir et je me sens vraiment inspirée pour une version de moi améliorée…J’ai aussi mille histoires à vous raconter. Mais en attendant, je vis le calme après la tempête. Littéralement.

En plus des dossiers à finaliser, de la fatigue des fêtes, du ménage post-Noël, des valises à faire, du déblayage d’entrée durant des heures durant… je suis passée de ceci:

Tempête et ceci:Major storm

à ceci:

Palmier!

et cela…

Mes pieds in Florida!Ouf, ouf! Enfin, au chaud, en Floride. Quel bonheur! Quelle manière de terminer l’année! Si j’avais prévu de vous écrire des articles d’avance pour durant mon absence, de répondre à tous vos commentaires, de me faire un pédicure avant de partir, je vous faire un vidéo sur tout ce que j’emportais en voyage…tout, tout ce que j’avais prévu s’est envolé avec la poudrerie qui a tombé jeudi dernier, une tempête record, la “tempête du siècle”. Je suis bien déçue mais que dire: c’est un imprévu et je compte bien me rattraper dans la nouvelle année. À titre indicatif de l’état de n’importe quoi dans lequel j’ai quitté Montréal, sachez que j’ai oublié…mon Lip Glow de Dior. Je sais, je sais. C’est le sevrage total; j’en tremble.

En attendant, pour commencer le nouvel an avec un chic chignon décoiffé mais volumineux, un peu style mannequin qui attend son tour pour passer à la chaise de la maquilleuse avant un défilé, je vous propose le génial chignon-chaussette! C’est une découverte que je dois à mon amie A-M!

Total esprit de frugalité, donc, pour commencer la nouvelle année. Genre je suis pure. Je suis minimaliste. Mon appartement est un espace de dialogue entre le blanc et la lumière. Je n’ai besoin de rien dans la vie pour être jolie. Une simple brosse et…une vielle chaussette! Et, voyez le résultat, super coiffure:

Chignon chaussette

Boucle d’Or vous souhaite une splendide nouvelle année. Au plaisir de vous retrouver bien coiffées, bien maquillées, bien dans votre peau, bien dans vos rêves, projets et aspirations en 2013.

Gros becs et bonne année!

Votre amie, Boucle d’Or.

P.S: Pour la semaine qui suivra, je miserai sur repos, farniente et moments en famille, je suis certaine que vous comprendrez. Si j’en ai la chance, je vous ferai de minis articles en photos un peu en vrac sur ma vie ces jours-ci, entre les moments où je rechargerai mes batteries. Dans tous les cas, rendez-vous après le 9 janvier pour les vrais articles de substance.

P.S. 2: La chanson du vidéo est de la Bolduc, mais chantée par Ariane Moffatt: Ça va venir  découragez-vous pas…parfaite pour commencer la nouvelle année dans la bonne humeur!

Inside Out

Inside OutLa beauté en commençant par l’intérieur, Boucle d’Or y croit. S’il n’est pas toujours facile de boire ce demi litre d’eau citronné tiède à jeun au réveil (teint clair! bien être!), je le fais. Parce que je vois des résultats concrets mais aussi, parce que j’en ressens les bienfaits. Idem pour mon granola auquel j’ajoute des graines de lin moulues, pour mes infusions ancestrales ou pour les 302 légumes que je mange chaque jour (j’ai une énorme boîte à lunch!). J’adore les légumes, je n’ai aucun mérite (par contre, je ne suis pas très fruits).

Lors de mon soin du visage qui a changé la vie (hé hé, je vous fais languir), il a été porté à mon attention que je laisse trop souvent les protéines de côté…à tort; ce sont les “blocs de construction de l’organisme”. J’ai donc immédiatement résolu d’y remédier (quand ma peau est en cause je suis très réactive!), en intégrant davantage de protéines maigres dans mon alimentation. J’ai renoué avec les noix, avec le beurre d’amande mais aussi avec la volaille (cette grande oubliée de mes menus par manque de temps). Ma maman m’a donc emmenée à la ferme Les Volailles d’Angèle, à St-Esprit-de-Montcalm (environ à 40 minutes de Montréal), une ferme ancestrale qui propose des volailles certifiées biologiques élevées librement (avec de l’espace pour se promener), sans antibiotiques. Les canards de Barbarie sont même surveillés par une caméra en circuit fermé (mes petits ours ont adoré)! Mais au delà de la technologie d’espionnage des canards, ce qui change tout pour moi, ce sont les petits plats mi-cuisinés, congelés, offerts à bon prix et faciles à apprêter (parfois même les produits sont pré-cuits, en sachet à faire bouillir). Pilons de dinde fumée, poulet découpé prêt à mariner ou mettre en soupe, roulé de dinde pomme-érable; autant de délicieuses recettes santé qui m’aident pour les petits soirs de semaine, font que la maison sent bon la cuisson et donnent même des restants pour le lendemain midi. Toute la famille se régale, mes oursons mangent avec appétit et moi…je donne à mon organisme “mes blocs de construction”. Je compte d’ailleurs retourner faire des provisions à la ferme prochainement-mon congélateur se vide à vue d’oeil!

Du côté des légumes et un peu suite à mon Plan, je suis abonnée depuis septembre au Jardin des Anges, une géniale compagnie qui livre à la maison ou au bureau des fruits et légumes bio chaque semaine. Pour ma petite famille j’ai opté pour le panier duo (qui contient des fruits et légumes), auquel j’ajoute quelques légumes de mon choix, mes classiques, comme les avocats, les concombres, les carottes, les pousses de tournesol et la luzerne et le panais (vu que les paniers diffèrent constamment). Quand il n’y a personne dans la maison, je place une glacière dans ma cour ou sur mon balcon et c’est un réel bonheur de revenir à la maison du bureau le soir. C’est vraiment Noël, je me sens comblée: mes légumes m’attendent, m’invitent à cuisiner, à chercher des recettes, à faire des potages, des purées, des crudités et à croquer dans une pomme, tout simplement. Les poireaux sont un peu couverts de terre, le miel est foncé et sent l’automne et je peux même commander mon pain sans blé au quinoa. Et surtout, je découvre: topinambours, rabioles…autant de légumes vers lesquels je n’allais pas spontanément auparavant (et surtout, encore moins un mardi soir avant de faire le souper) mais que j’aime bien maintenant. L’ail est super frais, les fruits goûteux, la laitue sent le jardin; bien manger ne m’a jamais autant semblé aussi appétissant. Enfin que dire du service: je fais tout en ligne, je peux annuler ou modifier ma commande jusqu’à environ 48 heures avant, il n’y a pas d’engagement. J’adore!

Voilà, ce sont mes derniers petits trucs pour manger santé malgré ma vie occupée. Bien sûr, j’aime bien aussi prendre une petite bière un vendredi soir ou un cupcake (pas ensemble, hein). Parce que même si ça n’est pas nécessairement plein de “blocs de construction”, le bonheur, ça se lit aussi sur le visage.  Et ça aussi ça compte.

Vous, vos petits trucs pour manger santé?

Le vernis d’un lundi gris

Dur, dur de reprendre le rythme les lundis matins…surtout quand il fait gris, ou pire, encore noir dehors au réveil, ce qui est mon cas.

Ma solution? Saupoudrer dans ma vie de petits plaisirs simples, de petits détails qui me font sourire.

En ce lundi, c’est ce vernis, le Raise Your Glass de Deborah Lippmann: un vernis magenta crème subtilement pailleté, créée exclusivement pour Holt Renfrew à l’occasion de son 175ème anniversaire. Parce que oui, s’il y a le bleu Tiffany et le rouge Ferrari, il y a aussi désormais le Magenta Holt Renfrew, cette teinte parfaite de rose enthousiaste comme les sacs de la boutique.

Ce que j’aime de ce vernis? Les paillettes semblent “descendre sur l’ongle” à l’application (au lieu de rester en surface et donner un relief irrégulier-ce dont j’ai horreur), ce qui fait l’ongle bien lisse mais juste assez festif. Ultra-brillant, un peu bonbon, very luxe, c’est un vernis réjouissant, un vernis de fête qui est aussi très classe pour le bureau, surtout avec du noir.

J’ajoute à cela mon cahier parfaitement assorti Pantone Universe pour prendre des notes à la réunion du lundi matin, une bonne salade maison dans mon lunch et mes talons favoris…Voilà, c’est déjà un meilleur lundi.

Vous, vous avez des petits trucs pour ensoleiller les journées d’automne?

*** J’adore tous les jolis produits créés exclusivement pour fêter cette belle boutique qui est véritablement passée à l’histoire canadienne. Les ballerine Ferragamo! La robe Alice & Olivia! Même les petites bouteilles de Diet Coke roses…Happy birthday Holts!

Exit through the View Shop

Vous reconnaitrez en ce titre une petite référence à mon amour pour le street art (oui, je parle du génial film Exit through the Gift Shop). C’est un fait, Boucle d’Or adore l’art de la rue, tout plein de poésie et de mystère, qui s’accommode des structures urbaines et semble apparaître en une nuit, comme par magie. J’aime l’art des grands comme Banksy, Vhils, Shepard Fairey mais aussi, celui qui a tout commencé avant son temps, Keith Haring et son bébé lumineux. Sans oublier l’art des artistes inconnus, sur les murs de ma ville, sur les silos à grains du Vieux Montréal et sous les viaducs; fascinants points de repères éphémères, nouvelle surprise au coin d’une rue achalandée, qui surgit tout d’un coup, pour mon plus grand bonheur.

J’ai eu un peu le même sentiment de surprise, quand mon trop cool Goglu de soeur, toujours au fait de tout ce qui est top tendance, m’a parlé d’un nouveau magasin, rue Ste-Catherine, le View Shop, doté d’un département de beauté asiatique (oui, vous avez bien lu, un département). En fait, j’ai arrêté de respirer tellement j’étais sur un nuage. Mais depuis quand il existait ce magasin? Comment se fait-il que je n’en aie pas entendu parler? Le soir même, je me rendais donc à cette adresse remplie de promesses.

Et je n’ai pas été déçue: tout plein de belles marques qui nous viennent de loin (dont beaucoup découvertes présentées par le blogue Modjo, notamment), surtout des soins coréens (les marques Face Shop, Skin Food, Tony Moly (mais malheureusement pas le Appletox Peel; espérons qu’il arrivera bientôt), La Neige, Etude House et Aqua Moist, pour ne nommer que celles-là), mais aussi, beaucoup de faux cils, des vernis, des BB creams (oh la la, c’est vraiment le paradis de la BB cream!), et un bar à verres de contact “esthétiques” (avec notamment les verres de contacts qui font les yeux ronds de poupée). Il y a aussi un comptoir où l’on peut acheter tous les magnifiques masques My Beauty Diary à l’unité pour moins de 5$ et des thés en vrac, dans de gros bocaux. Il y a un tout petit peu de maquillage, des gloss surtout. Bien sûr, je rêve d’y voir bientôt arriver davantage de maquillage, comme celui de Skin Food (le blush Sugar Cookie!) et de Majolica Majorca. Oui, je me croise vraiment les doigts à ce sujet.

Enfin, il a y  vraiment de quoi s’amuser (pour se gâter soi-même ou faire des cadeaux vraiment magiques (notamment, pour les bas de Noël!)), surtout que les prix sont plus que raisonnables et les emballages, tellement jolis, vraiment, complètement à tomber par terre. Sans compter que pour moi, qui suis toujours à la recherche de soins blanchissants, j’y ai l’embarras du choix; presque tout est blanchissant… Je vous laisse donc avec un petit aperçu de mes achats, sur lesquels je reviendrai très bientôt davantage, photos avant-après à l’appui, puisque j’hallucine complètement sur le rapport qualité-prix de ces produits.

Enfin, le magasin vend d’autres produits, des petits crayons, étuis à IPhone, contenants de plastiques pour dîner, même des lampes…Mais pour être honnête, je n’ai pas porté attention; le tout m’a semblé un peu hétéroclite et à mon sens, c’est vraiment pour le département beauté que cette boutique vaut le déplacement. Par contre, une mention spéciale au personnel qui est très sympathique et d’excellent service et conseil (ce qui se révèle tout de même essentiel puisque la plupart des inscriptions sur les produits ne sont pas traduites!).

Je tenais donc à partager cette adresse avec vous, surgie comme une oeuvre de Banksy, au milieu de la nuit, mais qui depuis, ensoleille ma ville et ma routine de soin. Et surtout, qui éclaircit mon teint.

View Shop1972, rue Ste-Catherine Ouest, Montréal, (514) 989-9699

Les produits de beauté à rapporter du Québec (Partie 1)

Plusieurs d’entre vous m’avez demandé d’écrire un article sur les produits de beauté à rapporter du Québec (Marie, Solenn…), le voici enfin! J’ai regroupé mes produits préférés en trois catégories: les produits 100% québécois (faits ici ou encore des marques établies ici), les produits canadiens (partie 2, à venir bientôt) et ensuite les autres produits (souvent américains) qui sont disponibles ici et qui, selon mon expérience, sont très aimés des voyageuses coquettes de passage (partie 3). J’y ai ajouté d’autres petites choses, mes coups de coeur à moi, que je rapporterais aussi si je venais de loin et qui me font aimer le Québec.

From Québec avec amour

Green Beaver: Une marque verte, Ecocert et sans gluten que j’adore, surtout pour sa gamme d’hiver et son fameux baume à lèvres que j’ai couronné comme le meilleur au monde (rien de moins). Vraiment, je n’ai jamais été déçue par le castor vert! (Dans les magasins d’aliments naturels comme Rachel Béry, Aliments Papillons (à Pointe-Claire), Ki et Thuy). Bon, je viens de me rendre compte que cette marque vient d’Ontario mais trop tard, ma photo est prise…Ça commence bien!

Druide: Une autre marque de produits écologiques et biologiques québécois, que j’affectionne pour ses produits de qualité à prix très raisonnables. J’aime particulièrement l’Huile Protectrice pour Bébé, qui sent divinement bon, et le Baume Protecteur Bébé, un baume multi-usage qui vient à bout des peaux les plus sèches et fragiles. (Dans les magasins d’aliments naturels comme Rachel Béry, Ki et Thuy).

Lise Watier: Une marque que je connaissais mal jusqu’à tout récemment et c’est malheureux car la qualité des produits est excellente. Un snobisme mal fondé de ma part, alors que Lise Watier a tout bon. Son Masque Destress, dont je vous avais parlé ici, m’a donné le goût d’en connaître davantage, puis, après avoir parlé à plusieurs d’entre vous, j’ai été conquise par la Palette Correctrice Portefolio (vraiment inégalée, elle doit être dans le sac de toutes les Québécoises cette palette), la Crème Age Control Supreme (au thé du Labrador: pas testée par moi personellement mais on me dit qu’elle fait des miracles) et aussi, le Rouge Gourmand dans la mythique teinte Sucre d’orge. Sans oublier le très connu Parfum Neiges et toutes ses déclinaisons (bien que je ne porte pas ce parfum, il faut le reconnaître, il est très aimé). Le produit que je n’ai pas encore testé mais qui me fait trépigner d’excitation? Contre toute attente c’est le Duo Shadow & Glitter Fard à paupières et paillettes (teintes Smoky Purple ou Golden Taupe): dans le couvercle, une base collante à appliquer sur la paupière, sur laquelle on vient ensuite apposer la poudre très irisée avec le pinceau en silicone de la marque. Moi qui ne suis pas très “paillettes” sur les yeux d’habitude, je dois admettre que le rendu n’est pas “rave” du tout, ni années 80, mais plutôt yeux de chats à la Olivia Wilde. Pour une soirée ou une aura de mystère, j’adore! (Dans les pharmacies et chez La Baie)

Le fameux Portefolio de Lise Watier

Marcelle: Nous sommes bien chanceuses, nous les Québécoises d’avoir droit à cette belle marque abordable qui mise davantage sur la qualité des produits que sur les emballages et les égéries venues de loin. Chez Marcelle j’aime la Crème Hydratante Essentielle et la Poudre Blush Multi-Couleurs (et aussi le Cube 3D, qui est malheureusement une édition limitée). J’aime aussi la BB Crème mais comme je vous avais dit, je déplore son manque de protection solaire. J’adorais la gamme Climatik qui protégeait des éléments (le baume à lèvres et la crème à FPS) mais on m’informe que cette ligne a été discontinuée. Dommage… À noter aussi que les démaquillants pour les yeux Marcelle sont les plus vendus au Canada. (En pharmacie)

La palette lumineuse Multicouleurs de Marcelle

Annabelle: Chez Annabelle (un segment plus “jeune” du groupe Marcelle), dont la nouvelle égérie est nulle autre que Marie-Mai, je ne saurais trop insister sur le nouveau Mascara Le Big Show, mon nouveau mascara chouchou! L’essayer c’est l’adopter! Mini-prix pour des cils bien étoffés. (En pharmacie)

Vetvik: Je suis complètement obsédée par la marque Vetvik depuis que j’ai croisé Randi Vetvik, la présidente de la marque au Local B: longs cheveux blonds, teint transparent, visage d’ange, tout ce que j’aime… je n’avais qu’une question: “qui est-elle?“. Karine a répondu à toutes mes questions (j’étais trop timide pour aller me présenter). Au retour chez moi, je google la marque et là, c’est l’amour. Depuis tant d’années je cherchais un sac pour le travail (pour mon ordi, mon Ipad, mes mémos, mes livres…), à la fois fonctionnel et directionnel, côté mode. Cette marque est une réponse à mes prières secrètes, au besoin silencieux de toutes ces belles femmes qui ont un tailleur couture, des Brian Atwood aux pieds mais qui traînent un horrible sac Targus, mortes de honte, faute d’options fashion pour leur matériel de travail. Je rêve d’un sac Brasilia et d’une pochette London.

La pochette London de Vetvik

Enfin, à lire l’histoire de l’éblouissante Randi et à voir son impressionnant curriculum d’études, un de mes mantras (une phrase du film Legally Blonde) m’est venu en tête: “Always believe in a woman with a Harvard Law Degree and a French manicure“. Comme quoi être intelligente c’est bien mais intelligente et jolie, c’est extra.  Les sacs Vetvik peuvent être commandés sur le site de la marque, lequel indique également les points de vente.

Le Brasilia de Vetvik

Reversa: Une marque québécoise bien connue pour son expertise sur le photo-vieillissement et pionnière dans l’utilisation de l’acide glycolique à libération controllée. Et puis, qui ne se rappelle pas ses pubs avec les dalmatiens aux taches disparues? Mes coups de coeurs de la marque? Les soins anti-taches de nuit, que j’utilise en cure une ou deux fois par année pour des résultats étonnants. (En pharmacie)

Cliniderm: J’adore cette marque qui a développé une expertise en produits non-irritants. Quand je manque de mon fameux Purpose, je me tourne invariablement vers le Nettoyant Doux de la marque (lequel est mille fois meilleur que Cetaphil et Spectrogel). J’aime également la Crème apaisante. Les emballages ne sont pas très glamour, certes, mais les prix sont honnêtes et les résultats sont au rendez-vous. (En pharmacie.)

NeoStrata: J’adore le nouveau Nettoyant Micellaire de la marque qui ne contient pas d’alcool mais de l’extrait de concombre et fait capituler même le rouge à lèvres le plus tenace (avis à toi maman, qui utilise des produits vraiment indélébiles!). Les Crèmes adoucissantes (qui exfolient avec différents degrés d’acide glycolique) et la Solution Peeling Peau Neuve sont également d’autres incontournables de ma salle de bain sur lesquels je reviendrai bientôt. (En pharmacie)

Marianne Cantin, joaillière: Ma joaillière chouchou chez qui je dépenserais absolument tous mes sous si j’étais un peu moins raisonnable. Je vous en avais parlé un peu ici. Bonne nouvelle: ses créations sont maintenant disponibles au Local B et bien sûr, dans sa e-boutique.

La bague Thé aux Fleurs de Marianne Cantin, joaillière. Je la veux!

Elle Québec, Clin d’Oeil et Loulou MagazineDes magazines bien de chez nous, bien écrits et aux articles d’actualité. Quand je voyage, je lis toujours des magazines “locaux”, cela fait partie de ma manière de visiter les lieux. Et puis, c’est génial pour les recommandations resto et sortie. J’apprécie particulièrement Clin d’oeil pour son expertise en beauté alors que je me tourne davantage vers Elle Québec pour tout ce qui est mode. Enfin, j’aime Loulou pour son petit côté “guide magasinage”. Et puis, sa Directrice du contenu multi-plateforme (Julia Cyboran) est tellement sympathique; on ne peut qu’aimer. En fait, à choisir entre tous ces magazines, je prends les trois.

Jouviance: La marque de soins élaborée par le très célèbre dermatologue du gratin québécois, Dr. Sylvestre. Sa Crème Antiâge Rajeunissante est vite devenue mythique, je ne l’ai testée que par échantillon mais je rêve de me l’acheter. En revanche, j’ai testé le Nettoyant Ecopurifiant, (découvert grâce à la journaliste beauté Dali Sanschagrin dans son livre De toute beauté!) et il est, je confirme, également une merveille! (En pharmacie)

Bleu Lavande: J’aime l’huile essentielle de cette marque qui cultive la lavande en Estrie et la gamme Petit Ange que j’utilise avec mes petits ours. Je suis peut être un peu conquise d’avance parce que j’y suis allée avec ma maman et Petite Ourse (le site est absolument magnifique et la limonade y est délicieuse), mais peu importe, pour un bain relaxant, il n’y a rien de mieux. (La Baie, certaines boutiques Bleu Lavande et e-boutique)

Ferme de l’âne du St-LaurentEncore une belle découverte que je dois à la journaliste beauté Dali Sanschagrin: les savons au lait d’ânesse biologique de Port-au-Persil, dans Charlevoix! En fait, le lait d’ânesse est très apaisant, doux et neutre. Ce savon est venu à bout de mon eczéma et des croûtes de lait de Petite Ourse. Avis à celles qui ont une peau plus que sensible, donc: c’est le produit qu’il vous faut! Je l’utilise pour mon visage, le rasage du bikini et toutes les zones sensibles. Je suis dois d’ailleurs me réapprovisionner bientôt sur la boutique virtuelle de la marque mais je rêve d’y aller en personne. La marque propose aussi une ligne de soins (que je n’ai jamais testée) et on peut aussi acheter… des ânes! Ah, le rêve!

David’s Tea: Mon essentielle tisane éclat du teint: The Glow/La Rayonnante qui est un véritable délice, à rapporter en quantités industrielles! (Boutiques David’s Tea et e-boutique)

Fairmount Bagels: Les meilleurs bagels à Montréal, à manger tout chauds avec du fromage à la crème. Mmm!

Blank: Des t-shirts “fièrement gossés au Québec” comme le dit la marque. Enfin, au delà du petit slogan accrocheur, vous savez ces t-shirts blancs basiques parfaits à la coupe digne d’une photo de Garance Doré? C’est ceux-là qu’il vous faut.

Boulangerie Pagé (7, avenue de L’Église, à St-Sauveur)Pour les beignes au levain (“sourdough“) et les biscuits main à la mélasse. Des souvenirs d’enfance pour beaucoup de Québécois, je pense. Ça fond dans la bouche. Ça goûte les vacances. À essayer absolument.

Et puis, il y a aussi, les épices à steak Schwartz (“Montreal Steak Spices“), l’incomparable masque Trilogy de la marque IDC et les trop confortables pantoufles Garneau. Il y a aussi les bottes Sorel et Pajar et les manteaux d’hiver en général pour celles que ça pourrait intéresser. Sans oublier les souvenirs de longues promenades dans les rues très animées de Montréal, rouler vers le nord très tôt le matin en écoutant Radio-Canada et en buvant un bon café dans un Thermos, le souvenir d’être allée prendre une bière d’ici à une terrasse ensoleillée avec des amies (comme au Réservoir, à Montréal), des ballades en forêt, un livre ou un disque de Fred Pellerin, une partie de pêche et aussi, (il le faut bien), aller manger une poutine à La Banquise tard dans la nuit.

Alors voilà qui conclut cette partie 1 des produits à rapporter du Québec. À tantôt pour les parties 2 et 3!

Je suis invitée chez mon ami Jean

Oui, Boucle d’Or est invitée chez Jean Coutu. À un événement à la pharmacie, pas à souper à la maison du célèbre pharmacien, bien sûr! À la demande de l’une d’entre vous (newtown, oui, oui, c’est toi!), je vais bientôt commencer une petite série sur le Montréal de Boucle d’Or, pour vous présenter mes lieux de prédilection, mes hot spots. Parmi ceux-ci il y a la pharmacie Jean Coutu, que j’adore et dont je parle souvent. Petite note: je dis “pharmacie” mais c’est qu’au Canada, on n’a pas la notion de para-pharmacie. Par souci de clarté, donc, je tiens à préciser que Jean Coutu fait à la fois pharmacie et para-pharmacie.

J’adore Jean Coutu, donc, mais pas n’importe lequel. Mon Jean Coutu préféré c’est celui situé au 501 Mont-Royal Est, devant le métro Mont-Royal, à côté de la bibliothèque. Il n’est pas très loin de chez moi et je peux y aller à pied. C’est une belle promenade en longeant la rue St-Hubert, le trottoir y est large et c’est parfait pour la poussette. Ensuite, je traverse la rue Mont-Royal et je passe me prendre un petit café au lait chez Flocon (oui, et parfois aussi un de leur fameux biscuits aux chocolate chips), que je prends pour emporter, vu que ma poussette a un porte-gobelet. Puis, je vais tranquillement boire mon café en allant butiner les nouveautés chez mon ami Jean Coutu. Le bonheur. D’ailleurs, je me réjouis toujours un peu lorsque je manque de couches ou de lait pour bébé: une petite promenade s’impose! Bien sûr, comme je suis en congé de maternité, j’essaie d’être raisonnable mais qu’importe que j’achète ou reparte les mains vides, je suis toujours de bonne humeur quand je quitte cet endroit.

J’aime cette succursale spécifique pour deux raisons: d’abord, elle tient des marques que l’on peut difficilement trouver ailleurs à Montréal (ce qui m’évite des voyages au Centre-Ville et plus spécifiquement, chez Ogilvy). Si cette succursale tient des produits bien français (comme ceux de Caudalie, Nuxe, Avène, Clarins, Le Petit Marseillais, Roger Gallet, Biotherm, Lancôme, La Roche-Posay et Phyto), elle met aussi de l’avant d’autres belles marques plus locales (Lise Watier, IDC, Jouviance, Marcelle, Annabelle, Cliniderm, NeoStrata), le tout, sans compter les classiques de pharmacie: Cover Girl, Revlon, Maybelline, Physicians’ Formula, Rimmel,  Olay, Neutrogena, Cetaphil, The Balm certains vernis Essie

Oui, côté “concept de magasin”, on constate que le magasin a un peu d’âge (et que dire de l’enseigne néon jaune qui fait vraiment resto des années 80). Mais je dois admettre que je préfère mille fois ce petit côté “magasin de quartier” avec des étagères bien remplies à celui des nouvelles “Galeries Beauté” Pharmaprix qui se veulent vraisemblablement wannabe-Sephora dans une ambiance de clinique médicale glamour. Mais surtout, j’adore l’équipe à ce Jean Coutu. Celles qui travaillent au rayon des cosmétiques sont attentionnées mais sans jamais trop se montrer insistantes et elles arrivent toujours à me proposer une solution adaptée à mes besoins. C’est sans gêne que je leur ai déjà demandé “une alternative moins chère” et j’ai aussitôt été bien redirigée. Et enfin, ce que j’adore le plus c’est qu’elles me laissent bien prendre mon temps et tout regarder sans jamais me presser ou me demander douze mille fois si “elles peuvent m’aider“. Et puis, il y a une pharmacienne, je ne connais pas son nom, qui est très, très jolie et qui a la voix tellement douce. Elle connaît bien les produits La Roche-Posay et m’a souvent donné d’excellents conseils pour ma peau (notamment quand j’étais enceinte, pour mes taches pigmentaires). Et puis, elle trouve toujours le bon mot pour me rassurer quand les Petits Ours sont malades. Le slogan “Chez Jean Coutu on trouve de tout…même un ami!“, il est drôle mais il reste vrai. Quand je vais chercher une prescription j’espère toujours que ce sera elle au comptoir, qu’elle me donnera ses petits trucs enfants et belle peau.

Alors, donc, j’ai été invitée à un événement Journée Passion Beauté qui se tiendra dans mon Jean Coutu: ce vendredi, 4 mai de 14h à 21h. Il y aura des cadeaux avec achats, des prix de présence, des petites bouchées et des rafraîchissements. Les experts de Lancôme, Clarins, Biotherm, Lise Watier, Shiseido, La Roche-Posay, Avène, Vichy, Nuxe et Caudalie seront sur place pour répondre aux questions (ça tombe bien, j’en ai plein: comment traiter mes cernes qui ne sont plus juste foncés mais creusés (l’horreur)? Comment traiter mes taches qui semblent ressortir depuis que j’ai terminé l’allaitement? Et aussi, j’ai besoin d’un gel douche pas cher mais réjouissant à utiliser.) Enfin, ce à quoi j’ai le plus hâte, ce sont les Soins du visage complets Caudalie qui seront donnés en haut, dans une petite pièce. Il y aura aussi des mini-facials IDC, des maquilleurs et des masseurs sur chaise.

Comme il y a tout plein de cadeaux avec achats, c’est le bon moment de craquer pour les produits qui étaient sur ma liste. Je vais donc en profiter pour m’acheter mon Huile Prodigieuse de Nuxe que vous m’avez tant vantée. En attendant d’avoir le parfum (qui ne viendra malheureusement pas ici), je vais me tartiner de cette belle huile qui sent le soleil et fait la peau douce…

Je vais aussi aller jeter au coup d’oeil aux nouveaux Cubes 3D de Marcelle (celui avec les teintes roses uniquement (à gauche sur la photo) me fait vraiment envie) ainsi que succomber au Concentré Nourissant de Caudalie que j’avais beaucoup aimé dans le passé (pour tenter de remplacer ma Precious Oil M Picaut, maintenant que j’ai terminé ma bouteille, ô tristesse). Ah oui, et il me faut un gel douche pas cher mais réjouissant.

Cet événement est ouvert à toutes, pour les soins, il suffit de prendre rendez-vous. L’ambiance sera à la fête et bien sûr, j’y serai! Si vous repérez mon collier, venez donc me dire bonjour. Après l’événement on pourrait aller prendre un café chez Flocon pour comparer nos achats…Allez, on se voit chez mon ami Jean!

Si vous avez des recommandations à me faire, côté achats, je suis preneuse!

Pharmacie Jean Coutu

501, Mont-Royal Est

Montréal (514) 521-3481