Teintinophile

Teintinophile

Comme la plupart d’entre vous, je suis Teintinophile. Oui, les produits pour le teint, je m’y connais. On me dit NC20 et j’ai immédiatement une image en teinte…euh…je veux dire en tête (un beige froid, assez pâle, genre, ma sœur au secondaire).  Ouaip, sans vouloir me vanter, je sais de quoi je parle.

Bon, je n’ai pas de mérite. Ma connaissance découle de ma quête personnelle. J’adore les produits pour le teint. Le teint parfait-diaphane-lumineux-travaillé-mais-naturel-zéro-défaut-invisible-moi-en-mieux-que-dis-je-moi-version-peau-parfaite…c’est le chemin que je tente d’emprunter chaque matin quand je m’assois à ma coiffeuse. Beaucoup de petites choses peuvent mal aller dans ma vie (une tache sur une robe, un petit retard, une connexion internet capricieuse, un dossier qui se complique, une tempête de neige…) mais, si j’ai le teint parfait, c’est déjà ça.  J’ai l’impression que l’univers est malgré tout un peu de mon côté. Oui, le teint parfait fait partie intégrante de tous mes Plans, c’est évideint. Le  teint, c’est la base, on le dit tout le teimps. Voici donc mes produits teint du momeint. (J’adore les rimes).

Ces jours-ci, je commence tous mes rituels peau parfaite avec la base pour le teint Sunday Riley, le Effortless Breathable Tinted Primer (disponible chez Sephora), une base soyeuse et lumineuse qui fait une peau toute parfaite, gorgée d’hydratation. Légèrement teintée mais quasi-translucide une fois appliquée (disponible en trois teintes), j’ai la teinte Light. Si la marque prétend que la base « oxygène » la peau, je n’ai rien remarqué de spécial au niveau de la respiration cellulaire de mon épiderme (sans blague): tout ce que je sais c’est que l’application subséquente du fond de teint se fait comme dans un rêve, sur une peau sans ridules, sans peaux sèches, sur une peau revitalisée et défatiguée. Bref, je suis contente comme tout de mon achat qui dure bien longtemps…vraiment, un tout petit peu de produit suffit. Enfin, je compte éventuellement essayer d’autres produits de cette belle marque souvent utilisée par les maquilleurs professionnels pour les défilés mais qui évoque pour moi surtout le teint parfait des belles californiennes en maxi-robe colorée qui vont choisir leurs légumes bio au farmers’ market. Si vous avez la même image mentale que moi vous saurez que ces filles ont vraiment un teint parfait sous la lumière crue de midi…D’ailleurs, toutes les teintes de la marque me font penser à Blake Lively…Je suis normale?

Côté fond de teint, M., la sœur de mon amie M. a été ultra-charmante et a offert de me rapporter des produits pour le teint Koh Gen Do (disponible chez Sephora) lors de son dernier voyage à San Francisco (merciiii!). Ah, Koh Gen Do…Connus en très grande partie grace à Emily Weiss d’Into the Gloss, ces fonds de teint asiatiques ont vite acquis le statut de produit culte dans la beautésphère. Et maintenant, enfin, je comprends pourquoi. D’abord, le Aqua Foundation.  Absolument impossible à décrire. Fluide mais couvrant, translucide mais unifiant. Toujours ultra-naturel, on a l’impression de ne rien porter du tout tant il est léger. S’il est davantage adapté aux peaux qui nécessitent une couvrance moindre, il suffit de venir ensuite camoufler les petites taches au correcteur si besoin est, de manière localisée. C’est ce que je fais et le résultat est toujours frais et rayonnant. Genre, la fille qui regarde au loin, sous des cerisiers en fleurs, sous une pluie de pétales au vent. Si vous avez la même image mentale que moi vous saurez que cette fille a le teint vraiment parfait.

Sinon, pour les jours où je suis vêtue de manière plus classique, où j’ai besoin de davantage de couvrance ou encore pour les grands soirs, j’ai le Moisture Maifanshi Foundation de Koh Gen Do également, qui lui, fait une peau parfaite grand luxe sans le moindre pore, sans la moindre ridule. J’apprécie le fait que malgré son opacité, il demeure naturel et donne l’illusion de translucidité. Excellente tenue, il m’arrive de l’utiliser également sous les yeux, sur une imperfection en camoufleur, ou encore, pour estomper l’apparence de rougeurs diffuses autour du nez… Mais entre vous et moi, je ménage mon tube car je ne sais pas comment je pourrai à nouveau m’approvisionner et que j’adore trop ce produit qui me fait un teint vraiment, vraiment de poupée. Un teint à la Diane Kruger qui va souper avec ses amies dans le Marais. Si vous avez la même image mentale que moi vous saurez que Diane Kruger a un teint trop sublime quand elle va souper avec ses amies dans le Marais. Que dis-je. Elle a un teint sublime tout le temps.

Bon, ensuite, il y a mon fidèle allié dont je vous ai parlé plusieurs fois déjà, mon intrépide Milou qui m’accompagne dans toutes mes aventures beauté…j’ai nommé, le cache-cernes Clé de Peau! Il est incomparable, il est merveilleux, il a le pouvoir de transformer un panda en ours polaire en moins de deux…Si vous avez la même image mentale que moi vous saurez que le panda/ours polaire a vraiment un contour de l’œil lumineux dont le rendu final est tout à fait bluffant de naturel.

Enfin, voilà pour mes essentiels du teint du moment! Vous êtes teintinopohiles aussi? Et…dites-moi, on a les mêmes images mentales en ce qui concerne le teint parfait?

La délicatesse

photo-38

Vous vous souviendrez, j’hésitais entre me mettre au sport ou limer mes ongles en amande (je veux dire, en terme de changement positif dans ma vie)… Eh bien, figurez-vous donc que j’ai opté pour les ongles en amande. Shocker!

Tout a commencé en lisant Marie-Claire UKles photos de Megan Fox…ses mains! Elles sont tellement, tellement délicates! Je les ai donc étudié un bon dix minutes, au moins. Après analyse, j’ai compris que c’était la forme de l’ongle qui changeait tout, qui donnait l’illusion de doigts plus fins, de mains de princesse qui ne touchent à rien. Alors, hier, avec Denise, j’ai fait le saut : je lui ai montré la photo de Megan et j’ai dit: «Je veux ça», avec du défi dans la voix. Denise a souri et a dit, «Oui…on me demande ça souvent ces jours-ci…» C’est vrai?

En effet, semble-t-il que les ongles en amande ont la cote ce printemps. Enfin, une bonne séance de limage et le vernis gel Samoan Sand d’OPI plus tard, je suis moi aussi totalement conquise. Il a suffi de changer la forme de mon ongle pour que toute ma gestuelle change; de comment je réponds au téléphone à comment je tiens le volant. Aucun doute, je bouge différemment. Comment je sors les biscuits émiettés de mon sac à main ou vaporise mon parfum… Chaque geste devient plus féminin, plus léger, plus gracieux, une excuse pour montrer mes jolies mains. Je me sens empreinte d’une féminité quasi-cinématographique. Mais une féminité moderne, genre, la fille qui a vu neiger*…Je suis trop, trop contente. Je sens que ce sera ma manucure été 2013.

Il ne faut donc qu’une bonne lime à ongle et un vernis nude (le Samoan Sand d’OPI, ma nouvelle teinte préférée au monde existe aussi en version vernis normal); voilà. C’est tout ce dont on a besoin pour changer sa façon de bouger, pour nous inspirer de nouvelles tenues et une attitude chaleureuse et compatissante. Un mini changement donc, qui a un impact retentissant sur le look, que dis-je, sur la vie, sur l’univers. Je me sens d’attaque. Bientôt, je me mettrai au sport, j’en ai la certitude. Et là, j’aurai de belles mains pour faire mes push-ups. Oui, en fait, mes ongles, considérons que c’est une étape préliminaire au sport. Un échauffement. Un pré-requis.

Dites-moi, je suis la seule à avoir limé ses ongles en amande?

*Parlant de neige, on annonce 10-15 centimètres de neige à Montréal aujourd’hui. Il va donc de soi que je porterai mon blush du découragement en signe de protestation constructive… Mais l’hiver ne finira-t-il donc jamais?

Elle et huile: c’est l’amour

Huiles à cheveux

J’adore me mettre de l’huile dans les cheveux. J’ai commencé très jeune avec « l’Huile chaude VO5 (chauffée!) revitalise les cheveux en profondeur. Pour les protéger des attaques quotidiennes, traitez-les, une fois la semaine ». Oui oui, c’est un extrait verbatim de la pub des années 80 que je connais par cœur parce que…elle jouait à chaque pause publicitaire de mon film chouchou, la Mélodie du Bonheur, que j’avais sur vidéocassette. Je suis la seule à me souvenir de cette pub (à part mon Goglu d’amour avec qui j’écoutais ladite vidéocassette?). Je disais… Ah oui, les huiles pour réhabiliter mes cheveux, un de mes plaisirs dans la vie. Appliquées avant mon shampoing (je fais une grosse tresse que je laisse poser 15 minutes de minima ou mieux, une nuit!), en soin sublimateur pré-mise en pli et aussi, bien sûr, quelques gouttes chaque matin avant de sortir le cheveu sain et lustré, les huiles font partie de mon quotidien.

Comme les huiles sont souvent un concentré d’agents actifs plus purs il est certain que leur prix reflète cette réalité. Plus dispendieuses, il va de soi, qu’un shampoing ou un produit coiffant, il importe d’être bien renseignée avant d’acheter. Je me remets encore de ma déception en constatant (et en me faisant confirmer par des sources dignes de confiance) que l’Élixir Ultime de Kerastase faisait virer mon blond au jaune pipi le temps de dire « Parce que je le vaux bien ». Trop nul. (Par contre, il fait les cheveux super doux, avis aux non-blondes!).

C’est pourquoi je vous présente donc trois huiles à cheveux que j’aime, trois valeurs sûres en ce qui me concerne. Il s’agit de produits professionnels que l’on peut acheter à excellent prix chez Mat & Max (ou sur leur e-boutique) un havre de bonheur pour celles qui aiment les produits coiffants. Je viens de découvrir et j’adore la super sélection (des marques qui ont fait leurs preuves mais aussi des petites lignes plus niche comme j’aime) à des prix bonbon. Je vais d’ailleurs régulièrement faire un tour sur leur site web histoire de me tenir informée des nouveautés capillaires, une genre de « formation continue » si vous voulez. Donc, je disais…mes huiles préférées.

L’Huile All-Soft de Redken: Conditionnée en flacon-pompe zéro-dégât, cette huile fleure bon le soleil et l’argan vanillée. Parmi les moins grasses que j’ai essayées, elle fait le cheveux bien doux et donne l’illusion instantanée de pointes parfaites. À plus long terme, j’ai remarqué que très clairement, la pousse de mes cheveux était accélérée (moi qui ai coupé pas mal au début de l’année, je retrouve mes longueurs en un rien de temps. Coïncidence? Hmm, il n’y a pas de coincidences dans la vie.) Pour finir, tout au long de ma cure, je trouvais mes cheveux beaux comme tout. Comme si chaque jour était a « good hair day ».

L’Huile Orofluido: Ahhh, l’huile Orofluido. Un mythe. Une légende. J’en rêvais depuis tellement longtemps et au final, le contentement aura été au rendez-vous. Un flacon gigantesque (je crois bien en avoir jusqu’à 85 ans) décoré des arabesques poétiques de la marque qui contient une huile complètement luxueuse, juste décadente. Tout dans ce produit est de qualité. Du parfum reconnaissable entre mille avec de la fleur d’oranger (une odeur complexe de nuit chaude en Espagne, ou l’on se promène dans les rues, oui oui), à la texture quasi-gélifiée qui gaine les cheveux toute en légèreté…Les cheveux plus secs ou abimés ne peuvent qu’aimer. Attention…un tout petit peu suffit. Par contre, je déplore le goulot qui handicape le juste dosage et encourage le gaspillage. Enfin, on oublie vite cet inconvénient mineur quand on a des cheveux rebondis et brillants (on s’essuie simplement les mains sur une serviette et hop, on passe à autre chose). J’adore.

L’Huile de karité Saryna Key: Enfin, pour finir, voici mon amour d’huile, celle qui a changé ma vie. Créée par le fondateur de Moroccan Oil, il s’agit d’une huile de karité laquelle contient une forte concentration de kératine naturelle pure. La kératine est cet agent miraculeux qui fait des cheveux faciles à coiffer, doux comme des boucles de poupée avec absolument zéro-frisottis, même malgré une certaine humidité. Cette huile me donne exactement le même look, le même effet à court terme que la fois que j’avais fait le vrai traitement à la kératine. Que dire, je suis époustouflée du résultat. Je n’ai qu’une envie, essayer le Boha Shea de la marque, le traitement qui contient le plus haut pourcentage de kératine naturelle (soit 60%)! Enfin, tous les pots de la marque ont une petite mention en hébreu dans le coin droit de l’étiquette qui se traduit par “In God we trust ». Parce que force est d’admettre qu’il y a des jours où le contrôle de nos cheveux nous échappe complètement et qu’il faut remettre tout cela en perspective. Il reste que ces jours-ci, ça m’arrive beaucoup moins souvent et à cet égard, Saryna Key est une véritable réponse à mes prières.

Comme je disais, il n’y a pas de coïncidences dans la vie.

C’est le printemps (dans mon étui à maquillage)

Makeup kitJuste au cas où vous auriez un petit doute, j’ai super hâte au printemps. Je trépigne, je sautille, je retiens mon souffle. Hâte de me promener au parc tout en bourgeons, hâte de faire du vélo avec Petite Ourse, hâte de nettoyer mon jardin, hâte d’aller manger une crème glacée chez Léo le Glacier mais surtout, hâte de mettre de jolies chaussures sans bas collants. Ômondieu que j’ai hâte! En attendant de passer en mode Officiellement-Printemps côté mode (du chiffon, du pastel, du peep-toe, du fleuri!), j’ai déjà fait fleurir mon étui.

Voici voici, mon petit kit beauté qui accompagne mes jours d’avril.

D’abord, ma poudre Poupoupidou T. Leclerc! Il s’agit d’une merveille de la collection éphémère Loved by You, un collection de jolie pin-up, parfaite pour les coquettes qui aiment les produits mythiques. Cette poudre, proposée dans la teinte unique “Nude“, me fait un teint absolument sublime. Elle matifie et unifie mon teint un peu hâlé; idéale pour les retouches durant la journée, elle semble véritablement réveiller mon teint fatigué, en lui donnant un hâlo perlé trop parfait. J’adore tout: le poudrier surdimentionné, sa teinte rose, bien sûr, mais surtout, mon teint de ballerine et l’effet clairement “assainissant” de ce produit sur mon épiderme. Enfin, avis à celles qui sont intéressées, elle n’est pas facile à trouver…C’est M., la maman de mon amie M., qui l’a trouvée à une pharmacie à l’extérieur de Paris, genre, 5 pharmacies plus tard. Un énorme merci!

Le mascara Diorshow Iconic Overcurl de Dior (une exclusivité Sephora pour le moment) qui me fait de super cils de biche, parfait pour accompagner mon teint de pin-up. On dit qu’il tient bien la courbe des cils et à cet égard, je n’en sais rien puisque mes extensions de cils sont déjà bien recourbées. Par contre, je constate qu’il me fait des cils bien épais, noirs de jais et duveteux malgré tout, sans flocons ni paquets, donc, j’adore.

Le blush Original Skin de Rouge Bunny Rouge, teinte Gracilis: mon dernier achat blush, mon nouvel amour. Vous savez combien j’ai été conquise par mon blush teinte Orpheline…Cette teinte est un rose froid tout doux, un rose vraiment ballet et fleurs en boutons qui me fait des joues plus que parfaites, jour après jour. Des joues de fille gracieuse, je me plaîs à imaginer. Je le porte avec…

Le baume à lèvres Sip of Pink Shimmering Luxe Lip Balm, de Rouge Bunny Rouge, suivi du gloss teinte Rhubarb Custard Glassy Gloss également de Rouge Bunny Rouge. Alors non, je ne suis pas commanditée par Rouge Bunny Rouge (omygod, ce serait trop cool!) (en même temps, j’aime bien être un électron libre, vive la liberté!) (bon, Papa Ours est mort de rire en lisant ce que je viens d’écrire sur mon “intégrité artistique” en parlant de gloss.) Donc, je disais, ah oui, je suis tellement amoureuse de Rouge Bunny Rouge, j’adore tout, tout, tout! Qualité hors pair et textures, teintes et produits vraiment intéressants et innovateurs. C’est le cas avec ce baume à lèvres rose d’or qui fait des lèvres lumineuses, comme si on regardait un coucher de soleil. Une lumière romantique discrète. Avec mon gloss Rhubarb Custard, rose-nude poudré, l’effet est exactement comme sur la photo de la marque (d’ailleurs, c’est exactement ce que la marque avait utilisé pour créer ce look- je le sais car je leur ai écrit au milieu de la nuit, hantée par l’interrogation). Que dire…je suis trop contente de cette combinaison très chic (Gracilis+Sip of Pink+Rhubarb Custard, portés avec mon fard à paupières Illusion d’ombres Chanel, teinte Émerveillée (une redécouverte)) qui rompt avec la routine.

Look "Mistral" de Rouge Bunny Rouge. Crédit photo: Rouge Bunny Rouge

Look “Mistral” de Rouge Bunny Rouge. Crédit photo: Rouge Bunny Rouge

Sinon, dans mon étui j’ai aussi…une lime à ongle Tweezerman, des papiers matifiants Boscia, un stylo anti-taches pour le vêtements Tide-to-Go, mon cache-cernes Clé de Peau (teinte 02), mon crayon à lèvres essentiel à ma survie Giorgio Armani teinte 12, mon Rescue Remedy de Bach, mon Lip Glow Dior (sérieusement, vous croyiez que je l’avais mis de côté? Jamais!), un mini flacon de Mermaid, des soies dentaires portatives Floss Sachet de Radius (so pratique!!), un baume à lèvres Dyptique (my new love! Il sent la France!), une éponge Beauty Blender (pour les retouches on the go), des menthes Altoids, le trop requinquant gloss Iconic de Dior teinte Diablotine (le même que Daphne Groeneveld porte dans la campagne publicitaire, avec le chandail jaune; je le sais car j’ai écrit un courriel pour vérifier) un peigne Mason Pearson, une crème à cuticules l’Occitane (géniale pour le jour car pas trop grasse) et la trop sublime crème Miel aux Mille Vertus Sanoflore qui sent les fleurs-vanille et fait la peau douce comme du satin. Ah oui, il y a aussi un élastique à cheveux, des bobby pins, des épingles à couche piquées sur un carton et une barrette en forme de boucle. Sans oublier un pinceau pour le blush et un pour la poudre et…un tube de rouge à lèvres absolument souverain dont je vous reparle bien vite. Vous reconnaissez le tube mystérieux?

Comme vous le constaterez, je suis aussi minimaliste dans mon étui à maquillage que quand je fais mes bagages…Notez tout de même que je n’ai pas pris mon nécessaire d’aquarelles ni de quoi faire des bulles de savon. En fait, ces jours-ci, je me maquille souvent dans le métro, dans l’auto, au bureau…réveil en retard oblige. Au moins, là, j’ai tout ce qui faut.

Vous, parlez moi de votre étui à maquillage du printemps. Je veux tout savoir…Allez, allez!

L’appel des sirènes

MermaidQuand j’ai eu vent de cette nouveauté, la gamme de parfum Mermaid, j’ai mis cap vers d’autres rives. Non. Pas pour moi. Surtout que la description complètement cryptique (“Romantic, Mysterious, Ethereal“…pfff…), comme une devinette du Minotaure, me laissait les sourcils froncés. J’allais résister, c’était décidé. J’ai mis mes mains sur mes oreilles et j’ai gardé mes yeux sur l’horizon du printemps, en avant toutes.

Mais le chant des sirènes s’est fait plus insistant. Le joli flacon. La petite touche rose-coquillage. Des critiques enchanteresses… L’idée d’un printemps clair et céleste s’est allumé en moi…Moi aussi je suis une romantique… Et puis, je veux être mystérieuse. Et aérienne et éthérée, diaphane, sublime… Alors, je me suis approchée doucement de Mermaid…J’ai pris une grande inspiration et…j’ai été happée. Littéralement.

Et depuis, j’ai sauté par-dessus bord, j’ai succombé, complètement hypnotisée, je baigne dans le mythe. Ce parfum, est mon nouveau sillage étincelant (avec mes parfums Lostmarc’h et aussi un autre, dont je vous reparle très vite). Une odeur de fleurs d’orangers et rien que ça. Une odeur qui tient et perdure, un produit de grande qualité, plus pur que pur. Disponible en parfum vaporisateur, en huile parfumée (idéale pour le sac) et aussi, en bougie, c’est la gamme rêvée pour les Circé qui chuchotent en nous. Une odeur complexe et ensoleillée, pure comme une ballade sous des arbres en fleurs, en robe de coton. Porteuse de mystère comme une bouteille à la mer. Des cheveux un peu mêlés, l’été, avec des tresses qui dégagent le devant du visage. Un parfum de peau qui ensorcelle, sous la voûte étoilée. Un teint frais, du propre, de la lumière, des jardins réchauffés par le soleil, près de criques magiques et de forêts secrètes…il y a tout cela dans ce parfum.

Sans oublier l’idée poétique de se savoir hypnotique comme une sirène… Enchanteresse comme une déesse qui chante pour elle-même et en oublie les marins.

Vous connaissiez la gamme Mermaid?

P.S: J’ai écris à la marque Mermaid et c’est trop mystérieux, vraiment plein de rêve. Une sirène m’a réécrit que la e-boutique de la marque livrait partout dans le monde, au Canada comme en Europe. Je passerai donc ma petite commande pour mon huile et la bougie. J’adore, j’adore, j’adore!

Du bio sous le soleil

Soleil bioDurant mes vacances, mes ours et moi nous sommes attelés à la tâche et avons testé des soins solaires bio. Comme vous le savez, je suis une grande inquiète de la vie qui se méfie de sa bouteille d’eau, du soleil et de l’eau du robinet…il est donc naturel que je veuille bien me protéger des rayons, naturellement (surtout quand on lit un article comme ceci, qui donne froid dans le dos). En matière de protection solaire, j’adhère à l’idée que “a good offense is the best defense”. Voici donc, mes armes belle peau et bio…

Donc, (de gauche à droite sur la photo) j’ai testé les produits Coola, le soin solaire familial Badger et le soin solaire Dr. Robin. Et j’ai préféré quoi? De loin, mais de loin, les soins Coola! Une merveille! Un rêve! Une fois que l’on a essayé, on ne pourra plus revenir en arrière, d’ailleurs, mes amies de Crèmes Etc. (les pros du bio) m’avaient mise en garde. Voilà, c’est terminé: j’ai vendu ma peau et celle de mes ours à Coola et nous nous en portons on ne peut mieux.

D’abord, ce que j’adore de Coola, c’est avant tout le produit pour le visage Unscented Matte Tint FPS 30, pour le visage. Comme une BB crème lissante (teintée à peine, juste pour dire qu’elle ne donne pas l’air d’un fantôme) qui fait une peau de rêve. Douce, soyeuse, non-grasse, recommandée pour les peaux normales ou mixtes: on peut se maquiller impeccablement dessus. Même les hommes l’adoreront. On peut la réappliquer facilement. Jamais blanchâtre, jamais fausse: c’est notre peau en mieux et c’est vraiment cela car cette crème va au delà de la simple protection en soignant véritablement grâce à son cocktail d’ingrédients bonne mine.  En plus, comme il s’agit d’une protection minérale, il n’est pas nécessaire d’attendre 30 minutes avant d’aller dehors. Le bonheur! Dès que j’aurai terminé ma crème Anthélios Roche-Posay, j’adopterai cette crème Coola, pour la ville comme les vacances. Coola foreva, yeah!

Pour le corps, c’est la lotion Coola Sport Mango Fresh ou rien. À l’épreuve de l’eau (80 minutes), hypoallergène, bio, sans parabènes ni nano-particules (comme tous les soins solaires Coola, d’ailleurs), je n’ai jamais eu la peau aussi belle sous le soleil, aussi hydratée. Texture complètement fondante, facile à étendre, membres lustrés…c’est ma crème parfaite pour le corps. Sans parler de son parfum: elle sent les vacances. Un vrai parfum solaire de plage. Jamais entêtant, jamais trop sucré: c’est le luxe exotique de s’étendre sur une serviette épaisse, au chaud, sous le soleil, un foulard Pucci dans les cheveux (ma vision idéale de mon moi-de-plage). Et, après la journée sous le soleil: c’est juste si on n’a pas envie de se retartiner de Coola après la douche tellement cette crème est divine! Bref, j’adore tout Coola, le nec plus ultra en soin solaire bio écolo.

Sinon, la Crème Badger Broad Spectrum FPS 34 était correcte comme tout, mais sans plus. Un peu collante, plus difficile à étendre, elle reste assez blanche et ne sent rien. Notre peau se portait bien après la plage mais personnellement, j’avais hâte de me rincer.

Et enfin, la Dr. Robin s’est révélée, elle, une vraie catastrophe: imaginez Bébé Ours couvert de l’équivalent d’un masque de zinc…mais sec. Des flocons de crème blanche,  impossibles à enlever sans savon. De la glue qui tache les vêtements. Et s’écaille au vent. Bref, une déception des plus totales qui m’a étonnée, puisque j’aime tant le soin hydratant de la marque.

Voilà pour notre compte-rendu des soins solaires bio, à mes ours et moi…Sans oublier Belle-maman Ours qui a essayé de faire partir les taches de la Crème Dr. Robin sur nouveau le coton ouaté Lacoste de Petite Ourse…sans succès.

Nous voilà revenus à Montréal, la routine a repris. Je suis pleine d’énergie, d’inspiration, motivée comme tout (j’ai lu Self magazine dans le métro, celui avec Gwyneth en couverture, ah, ah!) et j’ai même envie de me mettre au sport (n’importe quoi, c’est Self magazine qui parle). Sinon, plus réalistement j’ai envie de limer mes ongles en amande…c’est si délicat. Allez, je vous laisse avec les mots du célèbre joueur de hockey Wayne Gretzky (je suis une mine de proverbe aujourd’hui), histoire de me motiver à me mettre au sport  limer mes ongles en amande: “You miss 100% of the shots you don’t take.” Merci Wayne.

Bon, parlez-moi de vos soins solaires, histoire de prolonger un peu mes vacances…

La routine de soins d’un hiver éternel

Routine soin Hiver ÉternelÀ la demande de l’une d’entre vous (sarahlenwah!) je vous présente ma routine soins du moment. Bien sûr, je vous ai déjà présenté la plupart des produits qui en font partie, mais je voulais vous montrer comment je les combine, comment je les utilise. Il s’agit un peu de ma recette perso, pour un beau teint quand notre peau est à son plus bas, pour des raisons météorologiques.

Non, ma peau n’est pas en forme olympique ces jours-ci. Elle semble vraiment hyper dévitalisée, mes cernes quant à eux donnent à mon regard une ambiance “lunettes”… Quant à mes petites taches, j’ai l’impression d’en voir de nouvelles monter à la surface. Oui, je rêve d’une autre cure de peeling chimique au Spa Eternité, mais aussi, d’une bonne nuit de sommeil (sans présentation d’oeuvres artistiques par Petite Ours dont le flux inspirationnel jailli la nuit, de toute évidence). Moins de temps sous les néons, plus d’air frais, un peu de soleil. Voilà ce qui me ferait du bien. En attendant, je compense avec les crèmes et les soins: je recherche des résultats incontestables et relativement immédiats et aussi, un plaisir d’utilisation égoïste. Juste ça. Pas grand chose, donc. Le strict minimum vital.

Alors, voici, je commence par ma routine du soir:

Tous les soirs, je me démaquille avec mon fabuleux Nettoyant BB embellisseur de peau de Marcelle (dont je vous ai parlé ici). Un cocon de douceur, que j’enlève au coton avec mon Eau themale d’Avène et l’Eau Micellaire d’Uriage (qui sent trop bon), pour le contour de l’oeil. Une fois bien démaquillée, j’utilise mon Nettoyant BB Marcelle une seconde fois, avec ma brosse Clarisonic (tête de brosse pour peau délicate) humectée d’Eau Thermale, histoire de bien me débarasser de la crasse de la ville et des cellules mortes. Ah. J’adore le sentiment peau propre qui s’ensuit.

Avant le dodo, je me tartine ensuite de Sérum Vit-C Advanced Nightly Repair de la marque La Mav – une merveille au parfum ensoleillé d’agrumes qui m’aide (visiblement) à me débarrasser de mes taches pigmentaires et ridules. La Mav est une marque australienne bio dont tous les ingrédients ont été choisis avec soin pour être les plus purs et les plus performants. Donc pas d’agents diluants ou de préservatifs, que du bon, que du nourrissant, du substantif. D’ailleurs, quand j’ai lu l’histoire de la fondatrice (qui, dit-on, a la plus belle peau au monde, simple rumeur confirmée qui fait rêver), je me suis sentie totalement interpellée: c’est limite l’histoire de ma vie (enfin, pour la partie bébé/taches pigmentaires, ensuite, non, je n’ai pas ce sens aiguisé des affaires):

La Mav Skincare was created by Tarj Mavi, who, after suffering from skin pigmentation after the birth of her second child, was unable to find a skincare range that could deliver visible results but was free from harsh chemicals. Having worked in the research and development field for over 25 years, Tarj was able to utilise this knowledge, and combine it with a desire to create a completely organic skin care range that would deliver visible results whilst being gentle to the skin and environment. Tarj believes that no woman should have to sacrifice beauty for health. The products speak for themselves.

J’essaie de plus en plus de faire attention à ce que je mets sur ma peau, autant que possible et dans la limite du raisonnable (et du glamour). Cette marque a tout bon: les résultats, le plaisir et le chic- que demander de mieux! J’adore le conditionnement de mon sérum de nuit: un génial compte-gouttes de verre poli. En fait, règle général, j’adore le verre poli,je vous dis ça comme ça, au passage.

Sur mon Serum La Mav, j’applique la crème BioVA5 Daily Smoothing Cream également de La Mav, à l’hibiscus. Elle n’est pas ultra-ultra hydratante mais en revanche, cette crème donne énormément de lumière à la peau. S’il m’est arrivé de la remplacer dans les grands froids par ma Precious Oil M. Picaut (pas sur la photo), ces jours-ci, elle cette crème est parfaite.

Ensuite, depuis janvier, chaque soir, j’applique religieusement mon Soin contour de l’oeil revitalisant Jouviance qui m’aide dans ma quête du regard frais et reposé. Tout doux, bien hydratant, bien toléré, aucun doute, j’aime cette crème!

Et maintenant, pour ma routine du matinL

Au petit matin, je vaporise mon visage d’Eau thermale Avène pour me réveiller, ou encore, de mon Eau de rose Sanoflore, selon ce qui est à portée de main. J’applique ensuite mon Sérum Blue Plasma Dr. Perricone (qui, j’ai l’impression, améliore la tenue du maquillage), ma Steam Cream (pour les jours de froids normaux) ou ma crème Ictyane de Ducray (pour les jours de froids intenses) et enfin, ma crème solaire Anthélios de La Roche-Posay si je sais que je mettrai le nez dehors. Pour mon contour de l’oeil, j’ai reçu en échantillon le roller All about eyes Clinique en échantillon et…wow! So fresh, so stimulant. Texture fondante qui pénètre instantanément et illumine réellement la zone d’ombre sous les yeux. Parfait sous mon cache-cernes Clé de Peau!

Tous les soirs, avant de dormir, je me tartine les lèvres de Damascus Rose Beauty Balm de Badger : un baume à la rose qui sent si bon qu’on a l’impression d’avoir une pâtisserie orientale sous le nez. Ayant terminé mes deux pots de baume Sara Happ, j’ai résisté à l’achat d’un troisième en me rappelant mon obligation professionnelle de poursuivre mes recherches et d’essayer un produit différent. Celui-ci ne me déçoit pas, en fait, j’en suis absolument ravie: il s’agit d’un baume multi-usage que l’on peut appliquer sur les cuticules, le ventre, le visage, les seins et autres zones sensibles qui “évoluent avec le temps”.  D’ailleurs, le produit est né d”une belle histoire d’amour qui ne me laisse pas insensible:

Our Rose Oil is traditionally processed for the best quality: the blossoms are hand-picked before sunrise and distilled the very same day. It takes two and a half tons of fresh rose petals to make 16 ounces of this precious oil! Badger Bill developed this balm at the request of his wife, Katie, who was looking for a natural botanical formula “to keep my skin healthy as I change and evolve!”

Comme toujours, c’est beau, c’est bio… vive le blaireau!

Enfin, au rayon des soins spéciaux, une fois semaine, je fais chacun des masques suivants: le Green Apple de Juice, le Alaska Mud Mask et le Glam Glow dans le pot blanc. En temps réel on parle donc d’un masque à peu près tous les deux jours. J’adorerais trouver le soin du dont vous m’avez parlé du Dr. Hauschka (Steam Bath) pour mes bains de vapeur…mais il semble complètement introuvable à Montréal. Sinon, je me rends bien compte aussi qu’il me manque un masque hydratant. Je compte bien y remédier bientôt d’ailleurs, c’est sur ma liste. Pour l’instant, je me contente d’une couche épaisse de Cicaplast Baume B5 ou encore, d’une généreuse onction d’Huile M. Picaut avant le dodo dans un minimaliste esprit de frugalité. D’ailleurs, je suis certaine que vous le constaterez, ma routine beauté s’inscrit dans un total esprit de simplicité volontaire. Genre, il m’en faut très peu pour vivre. Soixante produits, une brosse Clarisonic, de l’eau thermale; tu parles, ma peau vit une vie d’ascète.

Vous, parlez moi de votre routine beauté? Quels sont vos ennuis de peau? Quels produits vous sauvent? Dites-moi tout!

Orpheline d’un printemps (le blush du découragement)

Orpheline Blush

Ah que l’hiver tarde à passer

Quand on le passe à la fenêtre

Avec de “si” et des “peut-être”

Et des “vaut mieux pas y penser”

(…)

Ah que le jour tarde à venir

Quand on se lève avec l’étoile

Et on a beau lever la toile

La nuit s’étire à n’plus finir

-Gilles Vigneault (Ah Que L’hiver)

Je vous l’ai dit que j’avais hâte au printemps? Mais vraiment, totalement super hâte? Genre que ma semaine “Gloire à l’Hiver” s’était terminée il y a, oh, je ne sais pas, plus d’un mois. À peu près entre le moment où notre souffleuse a rendu l’âme et le moment où les collections de printemps sont sorties en magasin? Oui, voilà un mois que je rêve de tulipes et de beaux jours, de soleil, de cardigan corail, de robes verre d’eau, de sandales et de manteaux fins. Du sorbet de chez Léo le Glacier (framboise-thym!), des promenades impromptues avec les Ours (sans milles épaisseurs vestimentaires) et bien sûr, les bourgeons dans les arbres. Ah, comme j’ai hâte au printemps!

Mais…regardez mes photos de ce matin: celles qui sont à Montréal vous le diront, il a encore neigé. Juste quand on pensait que c’était terminé.

C'est l'hiver

Le signe qui témoigne le plus de mon découragement face au printemps qui tarde: le fait que je change constamment de blush. Tous les deux jours, j’essaie de nouvelles combinaisons, je mélange et j’estompe…Je tourne en rond. Je cherche, j’expérimente. Je veux de l’éclat vitaminé, des joues de poupée, des joues à l’éclat oxygéné. Oui, je veux ce petit look inimitable de bonne mine de printemps. Puisque le printemps ne vient pas, moi je viendrai à lui; voilà.

Encore l'hiver

Ma dernière découverte: le blush Original Skin de Rouge Bunny Rouge, teinte Orpheline. Une texture si fine, si veloutée, qu’on a l’impression qu’il s’agit d’une texture crème-à-poudre. Fondant, luxueux, duveteux: c’est un vrai blush super plush qui donne un look très Sex and the City au visage. Orpheline est une teinte de fraise très franche qui donne véritablement un éclat hyper radieux. Même si la peau, en contraste, peut sembler un peu pâle, le rendu “joues roses à croquer” confèrent au teint l’incandescence laiteuse que j’imagine propre à d’Alice au Pays des Merveilles. Rien de moins.

More blush Orpheline

J’applique ce blush avec mon nouveau pinceau, un génial pinceau à blush (le SB2008) de Look Plus Cosmetics, ma marque fétiche de pinceaux qui a vraiment tout ce qui faut à bon prix! Ce pinceau assure une application parfaite à chaque fois et me permet de bien concentrer la couleur sur la saillie de la pommette puisqu’il est de la taille idéale. Je me rends compte que j’ai longtemps utilisé à tort des pinceaux à blush trop gros qui mettaient de la couleur partout. J’ai fait ça, oh, je ne sais pas, 15 ans de ma vie. Mais maintenant, c’est fini: j’ai le bon pinceau pour le blush qui pop.

Blush Orpheline

Enfin, dernier détail de mon blush qui me séduit: le nom écrit en russe sous le boîtier. Mon premier produit de beauté écrit en russe…Конечно я люблю…

Orpheline


Blush en rotation, envie de jus de fruits et de textures sorbet (pour les soins du visage et les desserts), des piles de magazines feuilletés, déchirés et marqués de post-its et une obsession sans fond pour les fleuris à motifs “herbier” aucun doute, je trépigne, je soupire. Boucle d’Or a trop hâte au printemps.

Vous, il fait quel temps chez vous? Quel est LE produit qui vous permet de patienter?

Soie du Soir

SoieJe vous en ai glissé un mot: dans un esprit total de princesse au petit pois je dors sur une taie d’oreiller de soie! J’ai reçu la mienne de mon Papa pour Noël: la sublime taie de soie charmeuse de la marque Branché, douce comme un carré Hermès aux motifs de rêves. D’abord, j’adore toutes les teintes boudoir proposées par la marque. Tout est magnifique. Mais surtout, traits moins frippés au réveil, peau plus lisse…on recommande de dormir sur une taie de soie pour prévenir les rides et ridules et aussi, faire durer la mise en pli. Les résultats sont instantanés: c’est comme si on avait boosté notre crème de nuit, comme si on avait dormi quatre heures de plus. Un excellent investissement, donc. Enfin, jolie surprise: la taie est vendue avec un bandeau assorti, so chic pour le bain ou lire dans son lit. Par contre, j’ai été un peu déçue de constater que la taie n’est qu’une pochette et non un véritable porte-feuille, mais, que voulez-vous, j’ai des standards un peu impossible en matière de linge de maison. Je suis comme ça. C’est un peu de famille…

J’ai reçu avec ma taie le masque Belle de Nuit de la même marque, toujours en soie charmeuse (mais non teinte du côté du visage), ce masque protège la peau délicate du contour de l’oeil durant la nuit tout en bloquant la lumière. J’ai aussi remarqué que depuis que je le porte, mes extensions de cils se portent mieux. Chaque détail du masque est étudié, tout est parfait, perfectionné: de l’élastique froncé qui est de la parfaite longueur, à la couture délicate. Le rêve! En ce qui concerne la prévention des rides sur mon contour de l’oeil à plus long terme, je vous en reparlerai dans cinq ans. En attendant, je me contente du fait que je dors bien, dans mon cocon de soie qui me donne des allures de diva (tellement Holly Golightly dans Breakfast at Tiffany’s!)

Bon, soie ou pas, il reste qu’entre vous et moi, je suis assez fatiguée le soir pour m’endormir dans un nid de brindilles, sur un vélo dans un cours de spinning ou même sur le plancher du garage. Ou bien sûr, ne pas remarquer qu’il y a une petite main qui m’offre une jolie oeuvre de pâte à modeler. Classique. Vous aviez remarqué ce détail sur la photo?

Longueur d’avance

slowpoke

“Rien ne sert de courir, il faut partir à point »

-Le Lièvre et la Tortue (Jean de La Fontaine)

En coquetterie comme en beauté, rien ne vaut une sage prévoyance. Pour le quotidien ou avant une grande fête, surtout quand on est fatiguée, qu’on sait qu’on sera pressée ou qu’on anticipe plusieurs impondérables; rien ne vaut un travail préliminaire. Dans les faits, j’appelle cela ma « longueur d’avance ». Un peu comme les livres de recettes qui mentionnent: “les profiteroles/la charlotte au fraises/le fondant au chocolat peut être préparées à l’avance et conservé(es) au frais.” Pour ma beauté aussi, donc, j’essaie de laisser le moins d’étapes possibles pour la dernière minute.

D’abord, j’anticipe mes besoins. Pourquoi attendre le moment où l’on devra éventrer le tube de fond de teint avec un couteau à steak pour s’interroger sur notre prochain achat? Non! Même si, inévitablement (par horreur du gaspillage), j’éventre effectivement tous mes tubes, quand je sens que j’arrive au dernier quart de produit, je commence à réfléchir sérieusement à son successeur. Ça me permet de rêver, de faire mes recherches, de ne pas faire de choix impulsif. Puis, une fois que j’ai fait mon choix, quand je tombe dessus en magasin, je le prends. Le tube attend ensuite sagement son tour dans mon tiroir, dans sa boîte, histoire d’éviter la tentation d’enchaîner trop hâtivement. Cette technique m’évite des sorties inutiles mais surtout, la transition gênante d’aller s’acheter du cache-cernes avec le look d’une insomniaque qui achète son premier tube à vie.

Head start

Ensuite, les cheveux. Si je sais que j’ai un événement spécial au calendrier, je prends d’ores et déjà rendez-vous avec Karine la veille pour ma couleur (si j’anticipe que ce sera le bon moment) et, dans tous les cas, ma mise en plis. Rien ne vaut les « boucles du lendemain »; un peu défaites, pas trop parfaites, juste ce que j’aime. Dans l’éventualité où il me faudrait arranger un peu mes cheveux moi-même avant ledit événement (dû à un sommeil un peu plus agité ou quelques flocons), il suffira alors de bien peu pour sauver ma coiffure (un léger coup de fer à friser aléatoire ou le lissage des mèches autour du visage)…Et voilà…beaucoup plus rapide que de laver, sécher et boucler les cheveux soi-même le jour même. Sinon, si vraiment un rendez-vous avec Karine n’est pas une option, alors, j’opte souvent pour un chignon de ballerine, qui cache à la fois repousse et mise en plis moyenne.

Pour les ongles, avant un événement, rien ne vaut le vernis gel. Si certaines craignent que de le faire en continu abîme l’ongle, pour ma part, je n’ai rien remarqué mais le réserve pour les grandes occasions. Cela me permet de faire ma manucure deux ou trois jours d’avance et de profiter d’ongles toujours parfaits le jour J. Parce que sérieusement, servir l’apéro avec des ongles encore humides de vernis, c’est nul. Sinon, si vraiment je ne puis sortir voir mon esthéticienne chérie, alors, j’applique mon vernis avant d’aller dormir la veille selon cette technique, histoire de me réveiller avec des ongles parfaits. Pour ce faire, il me faut un vernis de finition rapide. Mon produit chéri : le Top Coat INM d’Out The Door.

Ma longueur d’avance favorite ce sont mes extensions de cils Mise en Cils! Sans aucun doute, au quotidien, il s’agit de du truc qui me sauve le plus de temps chaque matin. Des cils bien longs, bien fournis, recourbés en tout temps et noirs comme si j’étais maquillée même au saut du lit? C’est ma réalité. Mon esthéticienne chérie Denise m’a plus récemment fait découvrir les extensions de Mise en Cils en soie, plus légères que les extensions régulières. Meilleure tenue donc, mais aussi, sensation de cils nus malgré un regard de girafe amoureuse. Le mascara devient donc optionnel, le recourbe-cils complètement obsolète… Le bonheur total dans la jungle urbaine!

C’est certain, tout va plus vite quand on a une belle peau. C’est pourquoi dès que j’ai un peu de temps, je mise sur les masques. Un masque hydratant en crème posé la veille de la réunion, voilà mon interprétation personnelle du proverbe « la nuit porte conseil ». Au matin, petit rinçage à l’eau thermale et off I go.

Un autre produit épatant qui me donne une autre longueur d’avance: le Nettoyant BB de Marcelle. C’est ma soeur, mon Gogs chéri (à qui l’on doit la craquante tortue déguisée du dessin; non mais sérieusement, je fonds!), qui m’a appelée un matin aux aurores pour m’en parler. Et elle avait raison: si j’étais au départ sceptique du concept (lasse comme je suis de tous les produits qui portent un nom à double lettres), j’ai tout de suite été conquise par ce lait démaquillant qui fait tout et est absolument parfait pour mon mode de vie sans eau. Mais surtout, j’adore qu’il est tout doux, sans huile (parfait pour mes extensions de cils, donc) et me fait une peau de folie en une seule étape. (Même si, oui, après m’être bien nettoyée le visage, je multiplie les étapes subséquentes. Enfin, ça reste un choix personnel et puis, là encore, je considère que mon Nettoyant BB m’a donné une longueur d’avance dans l’étape soin… Tout est une question de perspective, n’est-ce pas?).

Tout cela, c’est sans oublier bien sûr, le rasoir (qui permet d’avoir la peau imberbe à 5 minutes d’avis), la pierre ponce à passer sur les pieds la veille du jour «sandales » et la taie d’oreiller de soie, pour préserver la mise en plis.

Ne pas oublier de sortir les vêtements et les sous-vêtements la veille. Sinon, c’est inévitable: on ne trouvera que les culottes à motifs de pingouins au moment d’enfiler la robe cocktail nude… Ne pas oublier aussi de tout bien inspecter minutieusement et de repasser si nécessaire (les vêtements, pas les sous-vêtements! Je ne repasse jamais mes culottes à motifs de pingouins, tout de même!). Je prépare aussi mon sac à main  et idéalement, j’en fais le ménage du contenu aussi. Idéalement hein. Je trie mes factures, je jette les petits papiers et sors les 74 rouge à lèvres qui traînent au fond. Enfin, je passe la petite brosse anti-peluches sur mon manteau.

Finalement, histoire de ne pas vivre un moment de stress de dernière minute, je sors du tiroir de ma coiffeuse les pinceaux et produits que j’utiliserai le lendemain. Les avoir à la vue me permet de ne pas tout virer à l’envers alors que je suis déjà en retard en cherchant désespérément mon crayon Megan Fox. Mais surtout, cela me rend moins encline à oublier une tape cruciale de ma routine beauté alors que je ne suis pas encore bien réveillée (la base de teint, j’oublie toujours la base de teint!).

Mais sinon, s’il est déjà trop tard? Pour le teint, vive le fond de teint poudre, appliqué à l’éponge et/ou au pinceau: ma dernière obsession, celui de Sensai Kanebo, juste parfait et découvert grâce à mon amie M. Pour les yeux je me rabats sur mon crayon Twin Set Beige Ruban de Dior (appliqué dans l’auto), une merveille de polyvalence qui m’a sauvé plus d’une fois. Un blush « universel » (mon Shimmer Brick de Bobbi Brown a fait ses preuves et a un petit côté “habillé” qui donne l’impression que j’avais du temps devant moi) et enfin, un rouge à lèvres, le premier sur lequel je mets la main quand je pige dans mon sac. Mais, d’ailleurs..où sont mes 74 rouges à lèvres? Voilà pourquoi quand on fait le ménage de son sac à mains, on devrait toujours laisser au moins deux ou trois rouges à lèvres sans le fond de son sac. Ou 74. C’est une question de prévoyance. Pour ces jours où justement, la vie ne nous laisse pas le choix et qu’il faut courir!

Enfin, ma très prévoyante grand-maman, une fois que tout était bien prêt pour le lendemain me faisait toujours rire en proposant en blague: “On prend tout de suite notre petit déjeuner? Allez, comme ça, ça on sera prêtes pour demain…” Dans le même ordre on peut aussi dormir dans l’auto, se coucher en robe cocktail ou encore, boire du champagne au petit déjeuner. Histoire de prendre une longueur d’avance…

Vous avez d’autres petits conseils pour moi?

P.S: Parlant de longueur d’avance, Boucle d’Or accuse un sérieux retard dans les commentaires. Je m’en excuse et me rattraperai bien vite. En attendant, je vais me coucher (en pyjama-veston histoire d’être prête pour ma réunion)! Nul ne sert de courir…

Un teint post-yoga (sans yoga)

Un teint yogaToujours en pleine phase d’actualisation de mon Nouveau Plan, j’attaque maintenant l’étape “Teint Post-Yoga”… sans yoga. Je sais, moi non plus je n’aime pas les raccourcis dans la vie. Comme: un “corps de rêve en mangeant de la cochonnerie” ou le fameux “un cheveu d’apparence saine“. Non, idéalement, le corps de rêve on l’obtient en faisant du sport et en mangeant santé et le cheveu il est sain, point. Idem pour le teint de yoga qu’il faudrait obtenir par du yoga. Sauf que, présentement, pour moi, c’est tout simplement impossible et puis, tout le monde sait bien que Ad impossibilia nemo tenetur (à l’impossible nul n’est tenu“; je trouve qu’en latin ça fait plus “apothicaire”, genre, “j’ai lu ça dans mon grimoire”…petite référence à mon article d’hier donc).

Tarte Awakening & Energy

Donc, nous disions, motivée à actualiser mon Plan dès que possible, j’ai succombé au blush en bâton Tarte en crème teinte Awakening (ce qui signifie plus ou moins “illumination” ou « éveil »). Mon blush de yogi! La marque décrit d’ailleurs cette teinte comme un nude rosé-glowy, ce  qui ne saurait être plus juste. Je vous avais déjà parlé de la teinte de blush en bâton True Love de Tarte ici, mais celle-ci est vraiment très différente. Pas de couleur punchy passionnée cette fois, que de la douceur-neutre-parfaite pour le matelas de yoga (ou la salle de conférence). Des pommettes rosées-lustrées toutes douces, comme si j’avais eu un peu chaud et que j’avais oxygéné mon organisme par de bonnes respirations et de vivifiants mouvements d’étirement. Des joues de cette teinte parfaite de santé qui dénotent une certaine sérénité intérieure et d’une harmonie avec la nature. Genre je suis zen. Mais forte. Je sais! Les joues d’Uma Thurman dans Kill Bill 2 quand elle s’entraîne à  l’épée japonaise avec le maître Hattori Hanzo!  C’est exactement ça! Lumineux de santé. Genre, j’ai un style de vie ultra sain, ultra épuré. Genre, je croque dans une betterave plutôt que dans une pomme, voilà; c’est ma collation. Mais pas n’importe quelle betterave, hein, une betterave que je viens de cueillir à l’instant dans mon office-garden. Mais oui : mon office-garden; mon jardin de bureau…Quoi, vous n’avez pas de jardin de bureau??? Donc, tout ça pour dire que j’ai enfin trouvé mon blush teint de yoga et que juste ça, dans la vie, ça me détend follement.

Imaginez-vous combien j’étais contente donc,  quand j’ai aussi trouvé mon… rouge à lèvres de yogi. Oui, vous avez bien lu. Rouge à lèvres de yogi. Totale transcendance, je sais. Tarte a également lancé le gros crayon à lèvres Energy (juste le nom m’interpelle personnellement!) de la collection LipSurgence. Il s’agit d’une teinte rosée translucide mais intuitive dont le rendu est beaucoup plus soutenu que mon LipGlow de Dior adoré. Un vrai rose plein d’entrain, un rose vivifiant et oxygéné d’athlète. Il fait les dents super blanches et tient vraiment très longtemps. Enfin, avec mon blush yoga plus neutre, c’est la combinaison parfaite.

Tous les produits Tarte sont naturels. Formulation zéro-culpabilité bien zen, parfaite pour en paix avec soi-même, que dis-je, avec l’univers. En plus, le matin, mon maquillage est devenu hyper rapide : un petit coup de Awaken (appliqué à même le bâton) et d’Energy sur mes lèvres. Un petit fluff de fard Kitten de Stila sur les paupières et du mascara. Et voilà! J’ai l’air réveillée. J’ai l’air en pleine forme. J’ai le teint d’Uma Thurman dans Kill Bill. Une collègue m’a d’ailleurs demandé si j’avais changé un truc dans la manière de me maquiller. Bien sûr, l’espace d’un instant j’ai été tentée de lui dire que je m’étais simplement mise au yoga en lui offrant une betterave de mon jardin de bureau imaginaire. Mais je me suis bien vite rappelé mon mantra à moi («les filles cool partagent ») en lui montrant mes nouvelles acquisitions maquillage, histoire d’être sereine avec moi-même. À défaut de faire du yoga, je me dois bien ça.

Vous, vous avez un teint de yoga? Ou un jardin de bureau?

La pharmacie romantique

Pharmacie romantiqueUn petit article tout court, tout mini puisque, parlant de pharmacie…Boucle d’Or est enrhumée. Oh, rien de grave, bien sûr, mais des frissons et la gorge qui chatouille. Juste l’envie de rester au lit, alors que bien sûr, c’est impossible en ce mardi qui m’attend de pied ferme.

Sur la dernière page de mon Town & Country du mois d’avril (je sais, ça frôle l’obsession), il y a cette photo: une pharmacie à la patine ancienne, bien garnie de produits très chic qui semblent complètement hors du temps. J’ai passé genre, trente minutes à me délecter de chaque détail, à me perdre dans la photo. À imaginer que ce sont mes trucs et que oh, je suis super cool et bien reposée et que j’ai mille heures pour me préparer le matin… D’ailleurs, tiens, maintenant que je suis maquillée (en fait, mon teint de Clémence Poésy a besoin de presque rien, juste d’une noisette de crème Nivéa) je me dirige vers ma garde-robe super bien rangée et j’y choisis, oh, j’hésite… oui, finalement ce sera une robe de cocktail à crinoline de tulle parce que c’est parfaitement acceptable pour moi de porter ça au bureau. C’est bon pour ma crédibilité. Bon, vous voyez, je rêve complètement.

N’empêche, cette photo a intégré mon Nouveau Plan de suite! Oui: des produits au style “apothicaire ancien”. Genre, officine secrète et mythique. Des produits qui ont fait leur preuves, des flacons de verre, limite, sur une tablette, on pourrait aussi trouver la clé d’un jardin secret. Ooooh: jardin secret. J’adore. Oui, un joli désordre qui a malgré tout l’harmonie poétique des grands classiques. Le temps suspendu. Un pot de fleurs de printemps (des bulbes plantés par nous, jardinières urbaines que nous sommes) qui fleurissent nos jours. Quelque part, une radio qui craque joue un concerto en sourdine. Un bon café attend sur la table. Je vais travailler en robe de tulle. Oui, c’est parfait. Voilà, c’était une Boucle d’Or enrhumée qui vous présentait le plus récent volet de son Plan: la pharmacie romantique qui ouvre sur mille possibilités.

Glam Ménage du Printemps

Glam Glow TreatmentC’est ce moment de l’année: le moment où j’ai envie de tout nettoyer, d’aérer, d’ouvrir les fenêtres et de repartir à neuf. Un Nouveau Plan, une maison bien rangée et organisée, de bonne habitudes de vie… ma trilogie classique du Grand Ménage du Printemps.

C’est pourquoi, quand j’ai vu le nouveau traitement Glam Glow Super Mud Clearing Treatment, je n’ai pu résister…surtout que j’avais vraiment adoré sa version masque exfoliante dans son pot noir. C’était juste le produit qu’il me fallait pour mon grand ménage de printemps.

Alors…qu’en est-il? D’abord, force est d’admettre que je préfère de loin cette version, qu’elle est plus adaptée à ma peau sensible dévitalisée. Cette déclinaison du masque ne gratte pas, ne picote pas; absolument aucune sensation d’échauffement. Pas de “tingle-sexy” comme le dit la marque (n’importe quoi!). Non, ici, plutôt un complexe anti-acné et surtout, et c’est ce que je constate le plus: un agent qui semble resserrer les pores. Les acides lactiques, glycoliques et salicyliques atténuent l’apparence de mes petites taches, ce sont d’ailleurs mes acides de prédilection. Résultat? Une peau super lumineuse au grain serré, toute rebondie, comme une toile vierge. Pas de rougeurs, pas d’assèchement. Aucun doute: cette formule conviendra davantage aux peaux plus sensibles, aux peaux plus matures ou encore, aux peaux à problème. Un excellent investissement, donc, si on peut dire qu’un mini pot de boue (encore plus petit que celui du Glam Glow original, mais au même prix) peut effectivement être qualifié d'”investissement”. Non, mais sérieusement, il faudrait que je montre ma peau à mon comptable, il changerait d’avis garanti!

En plus, j’adore que ce masque me met dans l’esprit du grand ménage du printemps; un nettoyage en profondeur de la peau et un temps de pose d’environ 15 minutes qui me permet de ranger le tiroir à côté du lavabo… So glam!

L’École de la Beauté

High School Cool

L’inspiration pour cet article m’est venue en lisant mon Town & Country, le seul magazine auquel je suis abonnée. Gosh, j’adore cette revue!

Il y avait un article sur les rites de passages mais plus précisément, sur ce que l’on apprend en beauté au moment où l’on est à l’école. Vous savez, ces petits trucs que l’on se file entre collègues de classe, ces produits qui deviennent complètement cultes dans un groupe d’amies, ces trucs, recettes ou formules que l’on adopte alors que l’on est au secondaire et qui finalement restent avec nous toute notre vie?

T&C

Bon, bien sûr, dans Town & Country, par “école” on entendait des “prep boarding schools” (pensionnats privés ultra-exclusifs) sur la Côte-Est américaine où les filles jouent au lacrosse en blazer brodé aux armoiries de l’école. Pas vraiment ce que j’ai vécu…Par contre, le moment où l’on commence à se maquiller et à en discuter entre amies demeure universel. Et nous influencera longtemps.

Au secondaire aucune fille ne voulait admettre qu’elle se maquillait. C’était le moment de gloire de “Maybe she’s born with it (Maybe it’s Maybelline)“. D’ailleurs, mon article préféré à l’époque (celui que j’avais recopié à la bibliothèque dans mon journal intime) était sur le No-Makeup look, dans YM (Young and Modern) Magazine. Mes icônes du moment étaient Niki et Krissy Taylor, Cyndi Crawford, Drew Barrymore et Christy Brinkley. Je rêvais d’une robe Zum-Zum et d’une crème Biotherm. Et, comme à l’école toutes les filles avaient un esprit anti-partage (vraiment pas cool), il n’y avait que ma très bonne amie V. et mon Goglu qui savaient que je me maquillais.

YM

Par contre, j’avais la chance de faire partie d’une équipe de synchro où là, toutes les filles partageaient tout: des conseils de mise en pli aux tubes de mascara. Il y avait des filles plus âgées, que nous prenions comme modèles et il y avait les plus jeunes qui se joignaient à nous et que nous conseillions. J’y ai beaucoup appris, sur la vie, mais aussi en beauté. De Cindy j’ai adopté le recourbe-cils. De Tasha le shampoing à la banane The Body Shop qui faisait les cheveux tous doux. De Valérie le rouge à lèvres Toasted Almond de Cover Girl. Et bien sûr, je suis devenue super amie avec A-M qui m’a bien appris comment tout ranger mes produits et bobby-pins dans des petits sacs zip-lock quand on voyage.

Banana Shampoo

Le fait que mes amies de synchro et moi nous voyions chaque jour créait ce que j’imagine, est l’ambiance d’un pensionnat (sur la Côte Est-américaine, tiens!). Mais en même temps, chaque soir après la piscine, nous retournions à la maison où nous pouvions lire un magazine avec nos mère et piquer le rouge à lèvres de nos soeurs (sorry Gogs!). Bref, c’était idéal pour forger sa coquetterie!

Toasted Almond

Parmi les produits classiques de ma jeunesse, il y a eu longtemps le déodorant Dove (que je n’utilise plus maintenant que je suis passée au bio au grand bonheur de mes aisselles), le Sun-In que j’appliquais dans mes longueurs l’été, histoire de blondir un peu plus et de le mettre ensuite en valeur avec le Shampoing Klorane à la camomille et bien sûr, le système de soins basique 3-temps de Clinique que m’offrait ma grand-maman à mes anniversaires, avec la Crème de Huit Heures Elizabeth Arden.

High school

Parmi mes grands chouchous de l’époque qui en disent long sur le style et la beauté telle qu’elle était conçue dans l’ouest de l’île de Montréal dans les années 90,  il y avait les gloss BonneBell, dans des teinte de rouge brique, que j’estompais à outrance pour que ça devienne un « stain », les Almost Lipstick de Clinique (teintes Black Honey et la (défunte) Fruit Ice) et l’Ombre à paupière Taupe de Cover Girl qui était la teinte parfaite de « ma paupière mais en mieux » si telle chose existe. Il y a aussi eu au début le mascara transparent Great Lash que j’appliquais comme mascara, puis, un mascara Cil-à-Cil de Bourjois brun (rapporté de Paris par ma tante), puis, enfin, le mascara Marathon de CoverGirl qui était absolument inlavable et donc, idéal pour les entraînements de synchro. J’ai vite découvert la poudre, pressé puis libre- c’était devenu un peu mon secret de beauté numéro 1. Pour mes cheveux frisottés j’adorais le Serum Citré Shine (que j’achetais aux États Unis) et j’économisais constamment pour m’acheter du Pantène Pro-V et du gel douche Dew Berry au Body Shop pour rincer le chlore (je faisais une consommation industrielle de produits de douche vu que je…partageais tous mes produits avec mes amies!) Sinon, j’adorais aussi quand ma maman m’emmenait chez Madame Bellefontaine, sur la rue Bleury, une vielle boutique un peu bizarre spécialisée en produits à cheveux mais qui n’existe plus…

CitréShine

Il y avait aussi le rouge à lèvres teinte Rosewood de Body Shop et le parfum White Musk aussi. J’ai aussi porté le parfum Sunflowers d’Elizabeth Arden (avec une salopette en jeans, yeah!) et finalement, Paris d’Yves Saint-Laurent et Champs Elysée de Guerlain alors que les filles autour de moi trippaient Calvin Klein, Cool Water et Perry Ellis 360.

Sunflowers

En matière de rouge à lèvres, j’étais insatiable. J’ai longtemps eu une préférence pour le Toasted Almond de Cover Girl (à cause de Valérie), le Sable de l’Oreal, le Twig de MAC, le Cola de Lancôme, le All Heart de Clinique et le Skinlight de Revlon (j’avais tellement hâte qu’il arrive enfin dans mon Uniprix; je l’avais vu dans une revue et téléphonais constamment pour savoir s’ils l’avaient reçu). Il y avait aussi le complètement culte Lip Smakers de BonneBell teinte Dr. Pepper que j’utilise encore à l’occasion ; sa teinte de rouge-rose-collège est absolument inimitable et légendaire. Enfin, rayon blush, c’était le Prism de MAC ou le Pinch Your Cheeks d’Origins; mes deux chouchous jusqu’à ce que ma maman m’achète la poudre bronzante Dior (la dernière année de mon secondaire) suite à une grippe qui avait traîné trop longtemps…C’était mon tout premier produit Dior…le premier d’une longue liste.

Capture d’écran 2013-03-07 à 23.40.39

Finalement, rayon manucure, c’était ma Grand-maman qui m’approvisionnait : crème et durcisseurs Sally Hansen pour ensuite appliquer mon vernis Real Raisin de L’Oréal, que j’avais acheté pour copier A-M.

Et maintenant, parmi ces produits, y en a-t-il que j’utilise encore? La poudre bronzante Dior, bien entendu, toujours ma préférée pour les vacances, le Lip Smackers Dr. Pepper, of course, et bien sûr, le Black Honey Clinique n’a pas pris une ride au point où il en existe désormais une collection complète… J’ai récemment eu très envie de redécouvrir la teinte All Heart de Clinique et le gloss Air Kiss également de Clinique (comme une vague de nostalgie).

Black Honey

Et si j’étais au secondaire aujourd’hui, j’utiliserais quoi? Sans doute une BB Cream invisible (comme les nouvelles BB Cream Naked d’Urban Decay), je collectionnerais les teintures à joues comme le Tarte Cheek Stain, le BeneTint de BeneFit et le Aura de Hourglass. Je n’aurais d’yeux que pour la palette Naked d’Urban Decay (parfaite pour mon no-makeup look) et rangerais le tout dans une pochette à motifs de chatons Forever 21.  Pour mes cheveux, je serais tentée par le Hot Toddy de DryBar (qui zappe les frisottis) et bien sûr, les barrettes Hello Kitty. Ça, ma poudre bronzante Dior, mon Lip Glow et le mascara DiorShowDior toujours;  j’adore. Au rayon des fragrances, je pencherais sans doute vers l’anti-parfum Juliette has a gun Not a Perfume, ou encore, vers le très léger Petit Ange de Les Parfums de Nicolaï, doux comme tout. Ou peut être encore un parfum bien français, un grand classique comme l’Heure Bleue de Guerlain, pour bien marquer mon entrée dans le monde de la coquetterie. Oui, finalement, je crois que ce serait ce dernier. Que voulez-vous, on ne se refait pas, même à 15 ans…

Hot Toddy

Petit Ange

Vous, au secondaire, vos essentiels beauté? Ou, si vous y étiez aujourd’hui, vous porteriez quoi?

Histoire Perdue

Histoire perdue

“I am going to make everything around me beautiful -that will be my life.” -Elsie De Wolfe

C’était dans In Style UK, il y a super longtemps, il y a presque 10 ans. Le numéro avec Kristin Davis (Charlotte de Sex and the City) en couverture, vous vous en souvenez?

Il y avait un article sur le retour du style féminin, sur l’élégance avec un grand E. Des kitten heels, des cardigans et des robes cintrées. Mais aussi de l’élégance comme un art de vivre, comme une leçon de charme. On y discutait de fine porcelaine anglaise, de comment ranger sa coiffeuse (avec des jolies pièces de chez Penhaligon’s et Miller Harris), de sacs à main (le Speedy de Vuitton) et de sujets de conversations appropriés pour l’heure du thé (jamais de politique, d’argent ou de travail).  L’article était bien écrit, on entendait presque l’accent british. Il y avait des photos de Kate Moss prenant le thé dans un salon aux murs de tapisserie fleurie, avec sa maman, des photos de la campagne de pub pour les laines fines Pringle of Scotland avec Sophie Dahl, des photos de Victoria Beckham dans les rues de Londres tenant délicatement son sac Vuitton (celui avec la boucle). Il y avait aussi la frange romantique de Kylie Minogue (qui sortait avec Oliver Martinez à l’époque), des robes Calvin Klein dans des teintes de brouillard et de vapeur, du ruban et des barrettes. Sans oublier le rouge à lèvres Pout (que j’adorais et qui n’existe plus), la poudre pour le corps Kate Spade dans sa boîte jaune, du vernis coquelicot, des perles et des montres toutes fines aux bracelets de cuir, so very very Grace Kelly. Tout était teintes d’aquarelle, petits fours et fleurs sauvages…sur quatre pages! Des photos bien découpées et bien étiquetées, comme l’herbier de la coquette rêveuse, qui collectionne les idées et les belles images.

Cet article, je l’ai longtemps conservé. Le magazine avait des coins tous racornis; il avait pris tous les métros de Montréal, pris son bain et dormi dans mon sac d’école.  Quand j’étais un peu triste ou perdue, quand je me sentais seule ou que j’étais carrément de bonne humeur, je sortais mon précieux article et j’en lisais chaque mot, comme un poème, comme un mantra. En pyjama, je prenais la résolution de bien repasser mes jupes. En bonnet de bain Hello Kitty je rêvais de chignons et de peignes Mason Pearson. Quand j’allais magasiner, je me posais intérieurement la question : « et…qu’est-ce qu’en penseraient les auteurs de ton article? ». Ça me guidait dans mes choix, comme mon étoile polaire, ma boussole fashion.  Cet article aura sans doute été l’élément qui aura le plus influencé mon style, dans toute ma vie. Même si, bien sûr, il m’arrive de d’expérimenter avec le legging de faux cuir ou le short à paillettes, les classiques comme les perles et la jupe droite ne sont jamais bien loin. Cet article je le voyais comme la carte routière qui me mènerait vers un monde rassurant, comme mon invitation exclusive à devenir la femme que je voulais être. Je le connaissais par coeur avec ses petits mots nouveaux pour moi comme « albeit », « skirt-suit », « updo », « cinched waists » et « vanity ».

J’étais devant l’inconnu flou qui caractérise la jeunesse. Mais j’avais une certitude : j’allais aller à la conquête de demain en petite robe et chaussures à pois…avec la grâce de Grace Kelly et la disposition optimiste de Mary Poppins de surcroît.

Voilà des mois que je mets ma maison sans dessus-dessous à chercher ce fameux In Style, histoire de me rafraichir la mémoire, histoire de vous le présenter, de le photographier, de l’immortaliser. Rien. Je ne le trouve plus. Il a disparu. Peut-être qu’il fera à nouveau surface, qui sait. En attendant, j’essaie de me consoler en me disant que c’est peut être un signe. Signe que je sais maintenant ce que j’aime, un peu plus qui je suis et ce dont j’ai envie. Je me connais mieux. Comme les enfants qui finissent par perdre leur doudou finalement quand ils sont assez grands pour dormir tous seuls.

Vous, il y un truc qui a défini votre style? Un article, une photo qui vous a dramatiquement influencé?

P.S. Si jamais vous croisez dans une salle d’attente de dentiste ou un grenier le In Style UK avec Kristin Davis en couverture…pensez à moi… Please?

Le teint de Gisele

Beige de Chanel

Hier, dans le cadre d’un article d’un article vous présentant mon Nouveau Plan pour le printemps, je proclamais mon envie d’etre moi-même. Avec le teint de Gisele, en plus. Surtout son teint dans la nouvelle pub Chanel.

Vous savez bien : ce teint doré-miellé (pas vraiment bronzé) qui fait rêver à des vacances au soleil. Ce teint de fille reposée et en santé, dont la peau a juste été parfaitement réchauffée par les rayons. Un teint bien mat, sans effet de matière aucune. Un teint d’hiver grand luxe qui donne des airs de Chanel à la petite veste Zara et des airs de sac Hermes à notre sac à lunch? Le teint des belles qui voyagent, qui dorment mille heures, qui font du yoga en plein air au Costa Rica…Alors, ce teint… Je l’ai enfin!

Poudre Belle Mine Chanel

D’abord, que les choses soient claires hein : c’est uniquement dans l’optique de réaliser mon Plan sans délais indûs que j’ai fait l’acquisition de la Poudre Belle Mine Naturelle de la collection Beige de Chanel. Une histoire d’engagement personnel. De croissance intérieure. Celles qui n’y verront que la quête toute bête d’un teint abricoté, de toute évidence, seront passées à côté de  la gravité de la chose…

Poudre Chanel 2

Cette poudre est très différente des poudres soleil de ce monde. En fait, on ne peut la qualifier de poudre bronzante à proprement parler. Non, c’est un plutôt une poudre pressée ultra-fine, dans une teinte dorée parfaite. Une poudre nude. Elle est soyeuse comme tout, quasi invisible; elle ne fait que réchauffer, donner un flou chaleureux à la peau sans surcouche ou pigments apparents. Elle donne ce joli teint très naturel mais chic au possible qui est devenu la signature de Gisele au fil du temps. Mais surtout, c’est exactement LE produit dont j’avais besoin à ce moment-ci de l’année; le petit coup de pinceau qui réchauffe, la poudre qui estompe la fatigue et les rougeurs.  Des airs de vacances. Mon teint abricoté rêvé. Enfin! Jamais orange, jamais surchargé, jamais trop nacré, jamais Miss-Hawaian-Tropics, c’est le teint doré discret des vraie surfeuses.

Enfin, le pinceau en demie-lune dans le boîtier est étonnamment correct et peut, pour une fois, vraiment dépanner en cas d’urgence. Sinon, j’utilise un gros pinceau à blush bien touffu pour appliquer la poudre le long des os de mes joues, sur le front, un peu le nez et le long de la mâchoire en estompant vers le cou. Sans oublier que le poudrier est tellement, tellement chic, tout habillé de blanc. Vraiment, de toute évidence, avant son départ, Peter Philips aura voulu nous laisser le produit culte de demain entre les mains. Boucle  d’Or dit: pari réussi.

Poudre Chanel 3

P.S. : Disponible au Canada, dans les points de vente Chanel (quoique, j’ai dû demander, tout était derrière le comptoir et les testers n’étaient pas arrivés.) En France, je constate que ce sera disponible dès le 15 mars.

P.S.2: La Poudre Belle Mine Naturelle de Chanel est disponible en plusieurs teintes, de la plus claire-rosée à la plus foncée. À titre indicatif, j’ai opté pour la teinte 30.

Le (Nouveau) Plan

Le (Nouveau) PlanVous vous souvenez de notre dernier Plan, à V. et à moi? C’était à l’occasion de la rentrée…Bon, alors, depuis le 1er janvier, V. et moi on se promet d’élaborer un Nouveau Plan, chose que nous n’avons pu faire…qu’hier. C’est pourquoi, tel que vous le constaterez, j’ai revêtu mon chandail “Better late than Never” pour l’occasion. Poussette, biberons, magazines et maquillage, nous nous sommes retrouvées au Café Neve pour quelques heures et nous avons élaboré un (Nouveau) Plan tout réjouissant.

Le Plan (before)

Notre set-up avant notre Plan

V: Bon, alors, ce Plan, c’est un Plan pour… le printemps?

Moi: Hmm…Ou un Plan pour le Jour de l’An? On n’a jamais fait de Plan pour le Jour de l’An…

V: Oh oui! Pourquoi on ne ferait pas le point sur nos résolutions de début d’année? On pourrait en profiter pour se fixer de nouveaux objectifs?

Moi: Résolutions? Quelles résolutions? Attends, moi, je t’attendais, pour prendre mes résolutions. En plus, j’ai eu un début d’année tellement rock-n-roll que je serais portée à dire que de janvier à maintenant, ça ne comptait pas. Genre de limbo inter-résolutions.

V: En plus, le 1er de l’An c’est hyper aléatoire comme moment pour prendre des résolutions. Moi je dis que c’est maintenant, à l’aube du printemps, le bon moment pour repartir du bon pied. Le parfait timing, quoi.

M: Tellement vrai! Le premier de l’an, pfff, n’importe quoi. Le vrai premier de l’an, c’est quand on le sent, c’est viscéral. Tu as raison. Alors…Bonne année, donc! (On trinque avec nos lattes).

V: Oh oui, bonne année! Que cette nouvelle année te comble!

M: Bon, alors, en ce premier de l’an personnel, nous sommes réunies pour faire un Nouveau Plan! Boooon. Commençons. Nouveau Plan, nous voici, nous voili! La séance est ouverte.

(…)

M: Bon. Donc. Commençons.

V: Tu as des idées, pour commencer? Des genres de notes préliminaires? Une annonce inspirante à faire avant qu’on commence pour vrai?

M: Non, ça va. Je te laisse la parole. Allez, je suis à l’écoute.

V: (…) (Soupir en feuilletant un magazine.) Bon, moi, j’ai l’impression d’être à la croisée des chemins dans ma vie. Genre, c’est maintenant ou jamais.

M: (Sentiment de panique intérieur) Maintenant ou jamais que quoi?

V: Maintenant que je dois commencer à vraiment bien prendre soin de moi, sinon, j’ai l’impression que ça va se gâter. Bien manger, bien me crémer, bien dormir… Les bonnes habitudes de vie, si je ne les adopte pas maintenant, je sens que je serai super ridée et mal dans ma peau genre, demain! Je veux adopter les bons gestes aujourd’hui. For now and forever.

M: Oui, bonne idée. Bons gestes. Habitudes saines. Je note. Mais je serais aussi portée vers l’idée de “ne pas en faire trop”. Je suis trop fatiguée pour tout réinventer. Je veux juste…

V: (toute illuminée d’inspiration)…Tu veux juste…”ÊTRE”?

M: Ouiiii! C’est ça. Être. Je veux être moi, je veux de la simplicité. Je note: Juste être.

V: De la simplicité, oui, mais raffinée. Pas la simplicité “je m’en fous”. Non, la simplicité qui émane d’un art de vivre bien choisi. Simplicité raffinée.

M: Un nom me vient en tête, là… Gwyneth Paltrow??

V: Non, moi elle ne m’inspire plus.

M: Bon, moi non plus en fait.

V: Jessica Alba! Ou encore les belles actrices québécoises…

M: Oui, et Gisèle dans la pub Les Beige de Chanel! Genre look hyper naturel mais recherché…Un teint abricoté! Ou…Garance Doré! Ouiiiiii. L’apogée du chic français construit sur les bonnes bases…Allez, je note. Chic français.

V: Le chic français, on ne se trompe jamais avec ça…Mais tu sais, autant j’aime le chic français-ballerines-Repetto-et-t-shirt-bien-coupé-visage-frais, etc… J’aime aussi le look très dramatique des yeux smoky un peu hautains de New Yorkaise dans la nuit. Genre aristocrate urbaine qui finit ses pots de liner en deux mois. Mais que veux-tu, nous sommes des êtres de contradiction.

M: Je note: être de contradiction. Oui. Très inspirant. C’est super mystérieux. Pour moi, je veux plutôt un look frais post-yoga. Je sais, je ne fais pas de yoga, je n’ai pas le temps, ça me stresserait trop d’essayer de mettre ça à mon horaire.  Mais en même temps, si j’avais un look teint post-yoga, je suis certaine que ça me détendrait aussi. En fait, ça serait sûrement le meilleur moyen pour moi de m’initier au yoga. Des jus de fruits fraîchement pressés. De l’eau de coco. De la douceur. Je veux être plus cool avec moi-même. Je veux servir de bon exemple pour Petite Ourse. Juste prendre soin de moi pour être bien. Je veux revenir à la simplicité. Aux jouets classiques en bois pour les petits, par exemple.

Stila Convertible Color Sweet Pea

Stila Convertible Color dans la nouvelle teinte Sweet Pea

(Petite Ourse, en train de colorier, nous regarde d’un air méfiant, pas convaincue de l’idée de jouets en bois.)

Le Plan (après)

(…) Après l’élaboration du Plan

V: Bon, allez, assez sur la “Genèse de notre état d’esprit”…Concrètement, ça donne quoi tout ça?

M: D’abord, j’ai envie de cheveux un peu défaits tout doux. Je crois que je vais investir dans le Semi Sumo de Bumble Bumble. Les nouveaux rouges à lèvres Chanel Velvet ne me disent rien: déprime. Je veux de la lumière. Je veux avoir l’air reposée. J’ai très envie du nouveau Lip Sugar de Fresh, teinte pétale. Oui, moi, je veux du nude rosé glowy pour le printemps.

Fresh lip Sugar

Fresh Lip Sugar teinte Petal

V: Moi, je veux investir dans des pièces aux teintes d’aquarelle. De la dentelle, du champagne (comme une couleur, comme un breuvage). J’ai envie de poésie. De fleurs de cerisiers. Un petit look Twiggy pour donner du style à ma nouvelle coupe Pixie. Des robes trapèze bien courtes, le mascara Cils d’Enfer de Guerlain. Ah oui, et une robe jaune et le courage pour enfin aller me faire percer les oreilles.

Capture d’écran 2013-03-03 à 16.37.57

Cils d’enfer de Guerlain

Moi: Pour ma part, j’ai envie d’un manteau qui a du mouvement (comme celui-ci de Burberry Brit). Avec le Prep School Shirt de Current Elliot, des jeans skinny foncés et des lunettes Aviators Ray-Bans. Et pour les robes, j’ai envie de blanc, de crème, de trucs très “ladylike“. De l’élégance. J’adore celle-ci d’Alice and Olivia, et celle-ci aussi… Ouais, j’adore Alice and Olivia en général.

Robe RED Valentino

Robe Red Valentino

Oui, les robes, dans la vie, ça m’inspire plus que les pantalons cargo. J’adore cette robe aussi, et encore celle-ci.  Disons que je vais essayer de trouver des versions plus abordables, ce sera mon petit projet. Je pense à des sacs à main en cuir vernis comme dans la pub Gucci, avec un vernis assorti. Je pense à de jolis cardigans dans des teintes de jaune pâle, de vert d’eau, de corail-sorbet (j’en ai vu plein hier soir chez Forever 21, tous à moins de 25$). De l’incandescence (comme couleur, comme breuvage; mais non, c’est une blague!). Un teint ensoleillé de fin d’hiver (une teinte de mocha bien mat) et une bouche à peine rose givrée. Genre ski de printemps. Un truc qui dit: Ice Queen mais sympathique

Robe vert d'eau Club Monaco sur Shopbop.com

Robe vert d’eau Club Monaco sur Shopbop.com

V: Ouiiiii. Et un parfum de printemps que j’aurai choisi pour l’occasion. Des roses anglaises. De la porcelaine (pour boire le thé, comme objectif pour mon teint). Je veux être plus audacieuse pour mon look. Miser sur la culture. Avoir un chien. Tu crois que “Pastel” ça serait assez quatre-saisons comme nom pour mon futur chien?

Pub Joie Apparel

Pub Joie Apparel

Moi: Pourquoi pas… De la réorganisation! J’ai une vision de mes draps et nappes tous bien repassés, dans une armoire ancienne avec des petits sachets parfumés brodés à mes initiales. Un vanity qui a l’air sorti d’un poème anglais (avec de vieux flacons d’apothicaires), un bouquet de roses qui perd ses pétales… De gros nuages noirs dans la campagne anglaise. De la dentelle comme dans les pubs Joie. Le teint parfait de Katie Holmes dans les nouvelles pub Bobbi Brown. Et des bijoux délicats et sentimentaux superposés. L’Eau de l’Hermine Lostmarc’h. Sac à main bien organisé en tout tempsVernis Chanel teinte emprise. Cheveux bouncy défaits super doux. Look féminin au possible.

Robe Shellyanne Alice et Olivia sur Saks.com

Robe Shellyanne Alice et Olivia sur Saks.com

Pub Bobbi Brown avec Katie Holmes

Pub Bobbi Brown avec Katie Holmes

V: On se calme avec les nappes, draps et le sac à main parfaits… Je croyais que tu avais envie de t’en demander moins…Moi j’ai envie d’investir dans la ligne Algenist pour avoir un teint vraiment parfait. Je ne lis que du bien de ces produits. J’ai envie de cuisiner le dimanche et d’avoir de bons petits biscuits maison à déguster avec mon thé mardi après-midi. J’ai envie d’aller au musée, de porter cette jupe magnifique de Calypso St-Barth et d’aller me promener dans de grands espaces…Avec mon chien Pastel…

Calypso St-Barth

Calypso St-Barth

Moi: Un petit verre d’incandescence?

V: (Rires) Non, mais sérieusement, je suis toute inspirée.  I think this is really going somewhere!

Moi: Oui, ce que j’aime avec notre Plan, c’est qu’il est simple. Simplicité choisie. Pas besoin de se réinventer. Enfin, on pourra juste ÊTREÊTRE!

V: Que veux-tu, je t’avais bien dit que nous étions des êtres de contradictions…

P.S. Votre nouveau Plan, vous le partagez avec nous? 

P.P.S Un petit mot pour m’excuser de mon retard à répondre aux commentaires ces jours-ci. C’est toujours avec autant de joie (et un crayon et papier pour prendre des notes; vous avez de super idées) que je vous lis. Malheureusement, je manque un peu de temps et dois parfois choisir entre rédiger un nouvel article ou répondre aux commentaires. Mais je me promets de me rattraper bien vite. Merci d’être toujours là!

Le Bain de Madame Trompette

Le Bain de Madame TrompetteJ’adore ce livre pour enfants, d’abord, parce que c’est totalement l’histoire de ma vie : une maman éléphant qui veut juste « prendre son bain toute seule cinq minutes ». Mais qui se fait constamment interrompre par ses petits éléphants totalement adorables mais persistants tout de même. L’aînée lui lit Le Petit Chaperon Rouge. Quatre fois. L’autre lui joue un air de flûte pour l’amener à la détente. Et le bébé… comme vous pouvez le constater de l’illustration, c’est très généreusement qu’il lui prête tous ses jouets! À titre indicatif, le Bébé Éléphant est une copie conforme de Bébé Ours côté personnalité: ils ont d’ailleurs souvent le même bol de céréales renversé sur la tête en guise de chapeau.

5 minutes à soi

Mon bain, voyez-vous, j’y tiens. C’est mon moment à moi, ma bulle de silence, ma pause. Il ne dure souvent que quinze minutes, mais c’est juste ce dont j’ai besoin pour 1) être super propre (ça reste le but premier de l’entreprise, tout de même) et 2) être bien dans ma peau, bien dans ma tête, batteries rechargées et zen au possible. Oui, il m’arrive de me faire interrompre par des classiques « j’ai envie de pipi…» (« Vas-y viiite!  Puis au lit! »), ou des «Maman, j’ai crrrès soif dans mon ventre» (« Vas y, bois. Mais pas trop, sinon tu vas avoir encore envie de pipi ») et aussi des « maman, tu prends ton bain, toi? Parce que tu es crrrès sale? » (« Oui, je prends mon bain. Et je suis juste un petit peu sale.» ) sans oublier le plus alarmant “Maman, j’arrive pas à ouvrir ce pot de peinture à doigts? » («Quoi? Mais qu’est-ce que tu fais avec de la peinture à doigts au milieu de la nuit? Vas te coucher MAINTENANT! » )

Mais malgré tout, j’arrive très souvent à avoir mon petit moment à moi et c’est tant mieux puisque ce bain quotidien est assez vital pour ma santé mentale.

Ce jours-ci, comme je suis very fatiguée quand vient le soir (fin de l’hiver oblige), je vais à l’essentiel, je fais dans la simplicité. Je limite les « gros travaux » comme le brossage du corps à sec et souvent, je ne fais que flotter, dans le noir total, les yeux fermés. J’ouvre le store et je regarde par la fenêtre; c’est super beau. Regardez:

Ma fenêtre
(En passant, cette photo, je viens de la prendre. Ce soir. Le 27 février. Il y a une mini tempête de neige. Oh, comme j’ai hâte au printemps!)

Enfin, voici mes essentiels de bain du moment:

Bath time

-Le savon suédois Lanolin-Ägg-Tväl de Victoria: J’adore les savons en pain, ça, vous le saviez déjà. Maintenant que j’ai terminé ma réserve de savons de la Société Parisienne de Savons, lesquels j’ai tous plus adorés les uns que les autres soit dit-en passant, j’utilise ce magnifique pain suédois (qui existe depuis 1905!), à base de glycérine et de blancs d’oeufs. Il sent tout doux, nettoie bien et fait la peau douce sans l’irriter. J’aime l’idée de me savonner avec un savon qui vient de loin, d’un autre pays du nord (et donc au climat similaire)… le savon des belles venues du froid je me plais à penser (je m’invente plein d’histoires quand je suis dans le bain, d’ailleurs, c’est là que j’ai la plupart de mes éclairs de génie, mine de rien). Petit format, boîte de carton épais très chic, ce savon fait un super cadeau et est également parfait pour glisser dans la lingerie (puisque son parfum est parfaitement discret). Sur l’emballage on peut lire cette mention très inspirante:

For generations Swedish women have been mixing their own facial masks that contain glycerin, rose water and egg whites. Inspired by this we developed the popular Eggwhite Facial Soap. This unique facial soap with lanoline and rose water cleanses the pores and gives you a fantastic complexion. Open this box and find your way to fresh and healthy Swedish skin. In a modern way, we have captured the beauty recipe used by Swedish women for over 100 years.

Ce savon est recommandé pour le visage et même en masque. Par contre, comme ma peau est sensible et vu que j’ai fait le switch, j’hésite à essayer. Je vous dirais tout dès que je tenterai, promis!

-Le Gel à raser Tend Skin et mon rasoir Venus : Je vous avais présenté ce gel à raser ici et, je maintiens; c’est une merveille absolue de douceur. Il fait la peau douce comme jamais, et surtout, il est vraiment très, très apaisant. La texture fait un peu penser d’ailleurs à de la gelée d’aloès. Un rasage des jambes tel que je le conçois ne saurait se passer de mon Air Shave.

-Le Liniment Oleocalcaire : comme j’ai la peau du corps très sèche et qui démange, je verse quelques gouttes de ce mélange d’huile d’olive et de chaux dans l’eau de mon bain. Pour celles qui n’ont pas de liniment (comme celles qui sont au Canada), quelques gouttes d’huile d’amande douce, d’huile d’olive ou encore, d’huile de jojoba pourront également faire l’affaire et compenser l’aspect asséchant de l’immersion dans l’eau chaude. Il s’agit d’une mini précaution qui ne demande pas d’énergie (contrairement à une hydratation intégrale) mais fait une énorme différence au niveau du résultat peau douce et apaisée quand on sort du bain.

-Un soin hydratant pour après le bain : j’alterne entre ma plus que parfaite Huile maman-bio Sanoflore (que j’essaie d’ailleurs d’utiliser avec parcimonie, vu qu’elle n’est pas vendue ici) et la Lotion Soyeuse Suprême Nutrilux de Marcelle, une belle découverte bien de chez nous. Tous les ans, Marcelle a la bonne idée de lancer une gamme ultra-hydratante à ce temps-ci de l’année (au moment même où nos peaux sont mortes de soif) et à chaque fois, je ne suis pas déçue. Ultra satinante, très luxe pour le prix, j’apprécie le fait que ce produit est non parfumé et qu’on peut s’habiller immédiatement après. J’adore. Cette lotion est vraiment idéale pour quand on souhaite, comme moi, se poudrer un peu le corps et se parfumer sans attendre pour une peau de reine qui sent bon.

Voilà, quinze minutes, quelques produits, me voilà bien propre; je sors du bain. Je suis prête pour le dodo! Mon lit m’attend…mais…c’est quoi cette peinture partout?

Comme je vous disais : ma vie imite Le Bain de Madame Trompette. (« La Vie imite l’Art bien plus que l’Art n’imite la vie » disait Oscar Wilde…) Oui, mais moi, mes produits plus beaucoup plus glam!

P.S. Le Bain de Madame Trompette, Jill Murphy, Mijade.

De l’éclat

De l'éclat

Les femmes sont comme les perles, elles ont besoin d’être proches les unes des autres pour conserver leur éclat.

J’adore cette jolie phrase de Madeleine Chapsal, qui invite à la confidence entre coquettes et non à la rivalité, laquelle creuse les traits et n’apporte rien. Dans un total esprit de « filles cool qui partagent», je partage donc avec vous aujourd’hui mes alliés éclat du teint.

L’éclat. Je sais, j’en parle souvent. Même mon Goglu quand je lui parle de mes sujets d’articles me dit affectueusement : « Mais dis-moi, tu n’en as pas parlé, de l’éclat, oh, je ne sais pas, il y a deux jours? Ou trente secondes? » Oui, c’est tout à fait possible. Si certaines croient que dans la vie, on ne peut jamais être trop riches ou trop maigres (Wallis Simpson!), moi, en revanche, je suis d’avis qu’on ne peut jamais avoir assez d’éclat.

Ce que j’aime de l’éclat c’est que ça se joue à tous les niveaux. En commençant par l’intérieur, ce qu’on mange, comment on dort, notre style de vie. Ensuite, il y a la routine de soin, surtout, il ne faut pas la négliger celle-là! Vient ensuite l’éclat par subterfuge : le maquillage, un allié essentiel. Puis pour finir, il y a l’élément un peu aléatoire et mystérieux; la variable spontanée, le wild card qui brouille les pistes et sort un lapin d’un chapeau: un compliment, une journée spécialement chanceuse, des fous rires entre amies, le bonheur en général, les astres alignés, l’authenticité…  Oui, l’éclat, c’est un peu n’importe quoi. Tout de même, je maintiens que l’éclat ne vient pas aux mesquines ou aux méchantes même si elles se tartinent à grand mouvements circulaires de Crème de la Mer. Non, l’éclat, est l’apanage de la grâce, le glaçage de la gentillesse. Le privilège de celles qui ont une belle âme.

Cela étant dit! Les soins! Au delà de notre belle âme…tout de même. Les soins. Super important! Voici les miens:

Exfoliante Mousse Nettoyante Suki: Avec un nom aussi bien traduit, ça promettait plus ou moins (totalement digne d’Astérix chez les Bretons, ce nom!). Mais ce produit, c’est de la magie. Il s’agit d’une pâte exfoliante granuleuse à base de sucre et de citronnelle qui sent trop bon le citron. Véritable traitement de nettoyage en profondeur, grand gagnant plusieurs prix, je suis totalement conquise par ce nettoyant bio que je compte racheter…demain! On masse sur la peau humide, ça gratouille doucement, ça mousse, on rince et…Pouf. Le teint est clair. Il est parfait. Les peaux sèches ont disparu. Mes joues sont rosées, douce et hydratées juste comme il faut. Et on a très, très hâte à la séance du lendemain (ou surlendemain, pour les peaux plus sensibles) pour recommencer.  Je dis, c’est de la magique potion! (Je fais un génial accent d’Asterix chez les Bretons, soit-dit-en passant). Je l’achète sur Crèmes Etc., une très sympathique e-boutique de soins bio que j’adore.

Green Apple Peel Full Strength de Juice Beauty: Une très récente découverte que j’ai faite grâce à deux amies, ce soin bio, c’est de la dynamite. Bon à s’en lécher les lèvres, on applique la crème un peu collante sur une peau propre et on laisse poser dix minutes. Ça picotte un peu, on sent la peau rosir, on s’inquiète même la première fois… Puis on rince. Et là, encore une fois, on a l’impression de s’être délestée de sa vieille peau de cobra, d’avoir mué en version plus jolie, plus glowy. Les taches disparaissent, les marques d’imperfections passées aussi… La peau est parfaite, lumineuse. À peine rosée, certes, mais rosée comme on la veut toutes. Et bien sûr, là, j’ai soif de tout essayer chez Juice Beauty. (Petite note: ce masque existe également en version “Peau Sensible”)

Perricone MD Blue Plasma: Ce soin, je l’ai rapporté de Floride car la marque Perricone n’est pas commercialisée au Canada. Le Dr. Perricone, vous savez, ce dermatologue américain qui recommande de manger tellement de saumon sauvage que ce n’est juste pas possible à moins de devenir piscicultrice? Si son régime alimentaire n’était pas pour moi (j’ai lu son livre, j’ai essayé, mais vraiment, c’était juste trop de saumon sauvage!), j’ai succombé au Blue Plasma, un soin quotidien affinant non-acide qui contient, entre autres, une enzyme d’oeuf de…saumon sauvage (quelle surprise!). Non-acide rime donc avec zéro-irritation, zéro-rougeurs et font donc du Blue Plasma mon sérum éclat de prédilection pour les mois d’hiver où je sens tout de même ma peau plus fragile. Et pour l’éclat? Ça, éclat il y a. Au point où j’ai (presque) envie de me remettre à manger (que dis-je: élever, il semble que j’aie les aptitudes nécessaires…je me suis renseignée) du saumon sauvage…

Voilà pour mes compagnons éclat en ces ternes mois de fin d’hiver où mon teint est très gris-grogon. Bien sûr, en obsédée de l’éclat que je suis, j’attends vos recommandations éclat (et vos recettes de saumon sauvage!) avec impatience. D’ailleurs, peut être y a-t-il des piscicultrices parmi vous?…

L’Anti-Lundi

Anti-LundiPréparez-vous, cet article c’est n’importe quoi. Cet article, je l’écris parce que je me dis que si j’étais vous (tout en restant moi), je voudrais exactement ça: un article pour m’encourager le lundi matin. Pourquoi? Parce que j’ai horreur des lundis matin. Le dimanche soir, d’ailleurs, j’ai vraiment les bleus, c’est l’angoisse. Tenez, au moment même où j’écris ces lignes (toujours dimanche) j’ai limite des palpitations et je bois une infusion ancestrale (menthe poivrée) dans l’espoir d’avoir l’esprit clair et aguerri du yogi. D’ailleurs, je me demande si le yogi est stressé le dimanche soir…

Une solution que j’ai trouvée consiste à faire durer les petits plaisirs du weekend durant la semaine, histoire d’égayer les longues journées, histoire d’avoir hâte à quelque chose. Voici donc, en vrac, ce qui m’encourage en ce dimanchôsoir (si vous me voyiez, vous verriez mon expression faciale dramatique digne d’une peinture de Munch).

Alors, d’abord, je vous mets à jour! Ma semaine “Gloire à l’Hiver” est loin derrière moi! Là, c’est décidé, j’ai hâte à printemps et je transitionne en phase “Comment survivre à la fin de l’hiver/Omondieu, comme j’ai hâte au printemps!

Donc, pour me mettre un esprit ensoleillé, je me tartine d’auto-bronzant. Une envie soudaine m’a pris, comme ça. Une évidence spontanée et impérative de la vie ça ne se discute pas, hein. Je me suis donc tournée vers celui de Clarins qui est reconnu pour son hâle super naturel et, que dire: j’ai l’impression de revenir de vacances ou d’avoir fait une cure de luminothérapie ( coïncidence? I think not!). Un petit teint abricoté de belle Californienne, il n’y a pas à dire, c’est tellement remontant…J’applique la Gelée Auto-bronzante Express (vraiment non-grasse) sur mon visage et le Lait Auto-bronzant sur mon corps. C’était vraiment ce dont j’avais besoin.

Clarins Autobronzant

Ensuite, il faut que je vous dise, je suis totalement éprise de mon nouveau vernis Chanel teinte Éprise, un nude-rosé à peine irisé qui fait des ongles so-sixties, tellement flatteur. Dès que je le porte on me fait mille compliments. C’est mon vernis nude parfait du moment, celui qui va avec tout et me permet de me réinventer, version simple, pure, ballerines et trench et Eau de l’Hermine… Il me fait des doigts longs et fins (un peu comme ceux des anciennes Barbie, pour celles que ça peut éclairer…Quoi, ça n’éclaire personne?) et est idéal pour me mettre dans l’esprit de printemps.

Éprise de ChanelEnsuite, je viens de terminer une lecture absolument délicieuse, totalement touchante et vraiment réconfortante. Il s’agit du roman Ernest et Célestine -de Daniel Pennac. Enfant, j’adorais les histoires d’Ernest et Célestine de Gabrielle Vincent, que nous empruntions à la bibliothèque de Pointe-Claire. Quel bonheur de retrouver à nouveau ces personnages dans un vrai roman (où il nous appartient d’imaginer les aquarelles), une histoire d’amitié et d’amour, sur les attentes extérieures et les passions, pour les petites-grandes filles, pour les souris et aussi les ours. Ici, le film sera en salles le 1er mars et je sautille littéralement d’impatience.

Ernest et Célestine

Enfin, la grande petite-fille en moi a également eu le coup de foudre pour les magnifiques livres de la collection Belle et Boo (et tout le reste d’ailleurs, à découvrir sur le site web de Belle et Boo), une jolie petite fille et son lapin, dont les illustrations à l’ambiance oh-so-vintage me font totalement rêver. Vraiment, je ne me lasse pas de lire des (bons) livres d’enfant. C’est léger et on avec nos yeux d’adultes on y voit autre chose, une autre sagesse. Il y a certains soirs où c’est juste ce dont j’ai besoin.

Belle et BooParlant de plaisirs légers, j’adore la boutique en ligne Mélijoe qui propose tous les plus beaux vêtements pour enfants. Toujours le bon tissu, le bon motif, le bon jupon pour faire tourner les petites filles modèles et le pantalon parfait pour faire courir les petits capitaines adorables, on rêve de retourner en enfance pour avoir nous aussi la robe Chloé vert verre-d’eau. Oui, c’est en quelque sorte le Net-à-Porter de nos petits; juste ce qu’on aime, avec un vaste éventail de prix et que des pièces de qualité. Je ne vous dis même pas ce que je passe en temps sur ce site à rêvasser et à imaginer mes petits ours bien habillés et à leur créer des outfits et des look “en toute circonstances“. Je passerai une commande bien vite, je le sens.

Mélijoe

Voilà pour mes plaisirs de la semaine; ajoutons à cela des lunchs santé et savoureux (la recette de mes rouleaux de légumes arrive bien vite!), un nouveau démaquillant étonnant et merveilleux (je vous en reparle aussi), une routine éclat (du visage) et hydratation intense-intense (des pieds que je veux absolument doux-doux-doux) et…un ménage de sac à main pour bien commencer la semaine. Allez, grande respiration et courage! Bon lundi à toutes!

(Tous les conseils pour commencer la semaine de manière sereine et positive seront accueillis à bras ouverts. Des conseils? Des idées? Please???)

En toutes circonstances: date night

en toutes circonstances

Papa Ours et moi avons récemment eu une soirée en amoureux au resto. Oui, oui. Une soirée juste pour nous deux, sans chaise haute, ni bavettes, ni lingettes. Pas Petite Ourse qui nous indique par un mime ce qu’elle veut manger (« du poulet que je mange comme ça »- comprendre: une cuisse de poulet) et pas besoin de cacher les salières et poivrières parce que Bébé Ours les utilise comme des maracas. Ou en shampoing sec. Sur moi. Ahhh. Une vraie soirée d’amoureux, donc. Juste nous deux, à une table un peu à l’écart devant une grande fenêtre enneigée, pour se retrouver enfin. Le bonheur!

Voici donc mon choix de tenue pour cette belle soirée, histoire d’inspirer vos look pour ces moments qui réchauffent le cœur alors qu’il fait moins vingt dehors. Parce que oui, si idéalement, les petites robes, les jambes nues et les chaussures peep-toe vont droit au cœur (du moins, moi, c’est ce que je préfère porter! Surtout s’il y a du tulle. Et des paillettes…), il y a des soirs d’hiver où il faut faire un véritable brainstorm créatif. Mais surtout, où il faut prendre son courage à deux mains pour quitter le legging doudou et le gros chandail. (Ou pire, le Truc Vert.)

D’abord, le maquillage! J’ai opté pour un maquillage que j’appelle «Princesse Russe-Monica Bellucci-Fusion ». Bon, pas besoin d’entrer dans les détails, hein, le nom dit tout. C’est super évident. Teint parfait, yeux biens ombrés de Monica Belluci et une lourde frange de cils MAIS avec un éclat davantage hivernal que méditéranéen. D’abord parce que je ne suis pas bronzée. Ensuite parce que j’utilise des couleurs froides.

Yeux Date night

Paul & Joe

En premier lieu, précisons que j’ai travaillé mon teint comme décrit ici (je suis en train de terminer mes produits teint). Ensuite, sur mes yeux j’ai utilisé les fards de la collection Winter Wonderland de Paul & Joe. J’ai appliqué la teinte rosée-champagne sur l’ensemble de la paupière, puis, j’ai creusé le pli avec la teinte foncée (pot rouge de l’écureuil). J’adore cette teinte foncée un peu universelle et facile comme tout à estomper. Une révélation pour moi (la première ombre à paupières Paul & Joe que j’utilise.) J’ai appliqué beaucoup de mascara (mon Twist-Push-Up Marcelle) et j’ai donné à mes joues un éclat « Palais des Glaces » avec le Shimmer Brick Bobbi Brown dont je vous ai parlé ici.

Lips Date night

Sur mes lèvres, en vraie Monica Bellucci, j’ai opté pour un nude froid (mon Rouge Bunny Rouge Nothing Unknown), subtilement défini par mon crayon Armani 12. Puis, pour la petite touche glacée, j’ai estompé une goutte de gloss Pink Oyster Bobbi Brown au centre de la lèvre inférieure. Un petit pshiit de mon Lann-Ael Lostmarch…Voilà donc mes amies, comment on réalise le look Monica Bellucci-Princesse-Russe-Fusion!

Alice and OliviaIMG_2462

Rayon vêtements, étant souvent en noir, j’ai eu envie de couleurs pour changer. Ma petite robe Alice & Olivia! Absolument parfaite dans sa délicieuse teinte de lipstick punchy; je l’aime d’amour. Stretch, bien coupée, féminine, c’est tout ce que j’aime dans une robe et j’adore que je peux la porter hiver comme été, au bureau comme à une soirée. Ma conclusion est donc à l’effet qu’il s’agit d’un excellent investissement (encore une note marginale pour mon comptable) . Bas collants opaques, cuissardes (BCBGMAXAZRIA), sac Chanel 2.55 et boucles d’oreilles d’inspiration vintage complètent le look qui, au final, est assez classique. Les bottes sont le seul point en suspension, l’élément déstabilisant. Ah oui, le bracelet, lui, est de chez Henri Bendel (un endroit que j’adore mais ça, vous le saviez déjà!).

Date night 2

Maintenant, le manteau. Mon manteau. Mon premier manteau de fourrure. D’abord, précision : c’est de la fourrure recyclée! Une merveille- complètement sublime. Il est doux, mais doux… Entièrement fait de castor fantôme (le nom donné à de la fourrure de castor teinte brun chocolat, super riche, plein de reflets), il a une grosse capuche bordée de renard et des pompons. Le manteau appartenait à ma belle-maman, qui me l’a offert pour mon anniversaire. J’en ai été très touchée. Comme il ne m’allait pas et qu’il n’était plus au goût du jour, pour Noël, Papa Ours m’a offert de le faire “remodeler”. C’est une tâche énorme pour le tanneur qui doit démonter les peaux, les faire nettoyer, les retendre, faire un patron, les couper puis remonter le manteau. Ça a pris des semaines! Je suis tellement contente du résultat, tellement heureuse d’être autant au chaud, tellement fière de pouvoir jouer les belles de Dr. Zhivago (comme dans mon Plan); il fallait absolument que je vous en parle! Je le porte avec des gants de mouton retourné Uggs dans la meme teinte de chocolat chaud. Voilà, je suis bien dans la tempête et plus douce qu’un ewok. Un énorme merci à Papa Ours et sa maman pour ce cadeau inspiré! À toutes celles qui me lisent, Boucle d’Or dit : demandez autour de vous s’il y a des manteaux de fourrure qui traînent dans les greniers ou qui ne sont plus portés. Il peut suffire de peu pour les transformer et en faire la pièce phare de notre garde-robe l’hiver. Que ce soit en manteau ou en accessoire…La fourrure, ça reste un classique super chic et on ne peut plus chaud.

Mon manteau tout chaudDans mon sac j’ai apporté un petit cardigan de laine très fine noire, que j’ai roulé (pour les courants d’air) et aussi, bien sûr, gloss et mini poudrier de sac Caron. Mes cartes, mes clés, des menthes, une miniature de mon parfum…j’ai laissé les crayons de couleur et le verre à bec sur le comptoir (yay!) et suis partie le pas très, très léger. Nous avons pris un taxi. Mon cœur battait fort dans la nuit. Oh, vive les date nights!

Je suis la seule à adopter le look Monica-Bellucci-Princesse-Russe-Fusion pour ses date nights?

La Clé de la Beauté

Clé de PeauQuand j’étais plus jeune, je regardais les filles plus âgées (celles qui avaient l’age que j’ai maintenant, ah, ah) et je me demandais d’où venait ce look classe, flou chic, luxueux et effacé. Appelons cela le Flou-Chic-Luxe-Effacé, voulez-vous? Parce que du haut de mes seize ans, avec ma peau parfaite, mon gloss trop collant, mon sac d’école et tout le temps du monde pour me préparer le matin, je recherchais justement ce petit je ne sais quoi de «magnifique avec un minimum d’efforts ». Mais je n’arrivais pas à mettre le doigt sur quoi ou le comment.

Puis, il y a un peu plus d’un an, j’ai craqué et je me suis offert le fameux cache-cernes Clé de Peau, porté par les stars et encensé par les médias. Ce cache-cernes tient de la légende, c’est la chasse-gallerie de la beauté, le bonhomme sept heures de celles qui en dorment moins de cinq. On n’y croit qu’à moitié. Mais, en même temps, comme le Père Noël et les ventes privées de sacs Hermès, dans un total esprit d’aveuglement volontaire optimiste et rêveur on espère que ça existe vraiment.

(Vous croyez que je peux étirer encore plus l’histoire de moi qui achète un tube de cache-cernes?? Attendez, vous n’avez encore rien vu). Donc, je disais, j’ai succombé au Cache-cernes Clé de Peau, un peu dans un état second, vaguement optimiste. En payant (glurp!), l’espace d’un instant, j’ai eu un petit frisson d’effroi: la peur d’être déçue. Mais je vous rassure, le sentiment s’est évaporé (pouf!) instantanément quand des yeux inconnus et reposés m’ont fait un clin d’oeil dans le miroir. Les yeux brillants c’était les miens. J’avais l’air d’avoir rajeuni, dormi, fait une cure d’herbe de blé, fait du sport, être partie en vacances, appliqué un soin contour de l’oeil, prié le dieu du contour de l’oeil, vécu ma vie avec des lunettes de concombres. Oui, finalement, c’était l’achat de l’année.

Comment vous le décrire? Il est soyeux mais a une excellente tenue, il ne file pas, ne fond pas, ne plaque pas et n’accroche pas. Il est super hydratant, semble « repulper » les creux sous mes yeux, il couvre même les cernes les plus foncés (j’ai des yeux de panda insomniaque-junkie) et enfin, ce qui est essentiel, il dure toute la journée. Il a véritablement un effet lissant sublimant. Il éclaire. Il se fond parfaitement à la peau, se travaille comme un charme et il est toujours naturel. On peut aussi bien sûr, l’utiliser ailleurs sur le visage (sauf sur les boutons, à mon avis, il n’aura pas une adhérence suffisante pour cette utilisation). Enfin, le meilleur : c’est que le tube dure vraiment longtemps (je veux dire, point de vue amortissement budgétaire, c’est une note pour mon comptable). Oui, il est cher donc, mais il dure longtemps. Mais surtout (et c’est l’essentiel) c’est le cache-cernes de tous les temps. Enfin, à titre indicatif, j’ai la teinte 02, Beige.

Mais, ça n’est pas terminé! Vous vous rappelez ce fameux voyage où j’ai oublié mon Lip Glow et j’ai tenté de me sevrer? Je me suis dit, pour y parvenir, il te faut un tube qui t’emballe vraiment, un truc hyper spécial. Alors, j’ai craqué pour le Stylomine Rouge Éclat Confort de la marque Clé de Peau, teinte 209. Il s’agit d’un rouge à lèvres un peu translucide car hyper hydratant, dans une teinte gourmande de pivoine, à peine rehaussé de très fins pigments lustrés. Très, très lumineux, tout confort, il donne volume et couleur à mes lèvres, leur donne cet aspect jeune et gourmand. Non sans rappeler le Sérum de Rouge de Dior, le Stylomine Clé de Peau est un produit tout indiqué à celles qui ont envie de couleur, d’une beauté très fraîche et chic (du style, à porter avec l’Eau de l’Hermine, le trench et le t-shirt blanc, les cheveux défaits). Je l’adore, mon Lip Glow a de la sérieuse compétition. Enfin, le petit plus qui change tout : j’adore le tube très fin et long (et l’applicateur bien précis); un vrai étui de type stylo qui rappelle les Mont-Blanc et rend le geste on ne peut plus élégant. D’ailleurs, comme un stylo, on y glisse une recharge une fois la cartouche de rouge terminée. Par contre, une mise-en-garde s’impose : on ne peut tourner le tube que dans un sens, une fois que le rouge à lèvre est sorti (par « clics ») on ne peut le remettre dans le tube. Il faut donc procéder vraiment un clic à la fois (et le garder très, très loin des pattes des petits ours!)

Enfin, voilà, en vieillissant je me rends compte que j’ai enfin saisi le comment du flou-chic-luxe-effacé tant convoité durant ma jeunesse: des produits hors pair, véritable secrets d’initiées pour le teint et les lèvres. Des produits qui donnent une patine de qualité à notre image, comme un beau vernis sur un plancher un peu fatigué. En ce qui a trait à l’essence même de ce flou-chic-luxe-effacé, je pense que je commence à enfin mettre le doigt dessus : à avoir moins de temps pour se préparer, on va à l’essentiel, on estompe, on assume. La clé de la sagesse j’imagine; la clé de la beauté.

Allez, je suis la seule à aimer d’amour fou son cache-cernes?

Les joues de Coco

Coco Rochas

Depuis que je suis ado, je rêve d’os de joues angulaires, genre des cheekbones acérés comme des lames de ciseaux. Des joues hyper creusées en fait. Limite, des joues de fille malade. Et ma maman, elle, depuis que je suis ado, me répète que des belles joues rondes, c’est beaucoup mieux, c’est synonyme de santé, ça vieillit mieux, c’est beaucoup plus joli, tu es belle comme ça et en plus tu es intelligente et une belle personne et puis, c’est ce qui compte dans la vie et tu es une championne, je suis fière de toi et tout ce que les mamans disent toujours pour que l’on se sente bien. Même si elle a raison sur certain points (comme l’aspect jeunesse), ça ne me donne envie que d’une chose: des joues creusées. Eh oui, c’est comme ça.

Parmi les joues creusées de ce monde que j’adore, il y a celles de Kate Moss, celles d’Amber Valetta et celles de Coco Rocha, cette belle mannequin canadienne que j’ai d’ailleurs déjà rencontrée en vrai (ne lui posez pas de questions, il est absolument impossible qu’elle se souvienne de moi). Des pommettes bien hautes en saillie, un visage facetté comme un diamant et des cheekbones qui pourraient couper du verre: tout ce que j’aime dans la vie (et que je n’ai pas naturellement).  C’est pour ça que quand j’ai lu ses petits trucs pour des joues bien définies dans le In Style du mois de mars, j’ai essayé le tout le midi même sur mon heure de lunch dans la salle de bain. Et vous savez quoi? Je suis retournée m’installer à mon bureau avec des joues dignes d’une pub de sacs Longchamp! Oui. Oui. Pub de sacs Longchamp, moi.

Je suis bien ronde des joues et, avec le temps, j’ai fini par l’accepter. Je le sublime, je le met en valeur avec des blush Rose Romance, Pêche Promenade ou Bronze Biarritz et j’ai appris à en tirer profit. Et puis, c’est vrai que ça rajeunit drôlement, un visage rond. Par contre, il y a des moments dans la vie où j’ai besoin de « power cheekbones » comme on peut avoir besoin de talons YSL Tribute ou d’un veston bien structuré à épaulettes, je suis la seule?  Et la petite recette de Coco Rocha, peaufinée par moi-même au cours de la dernière semaine est tellement inratable que… mine de rien, j’attends mon appel téléphonique de Longchamp pour m’offrir ma propre campagne publicitaire. À moi, Boucle d’Or aux joues creusées.

Alors, pour le jour: comme Coco, j’applique un fond de teint mousse dans une teinte beaucoup plus foncé que le reste du visage, dans le creux de la joue, sous l’os, en veillant à bien l’estomper. Si Coco dit utiliser le fond de teint mousse de la marque l’Oréal, j’ai opté pour celui de Maybelline qui était en solde (teinte Honey Beige). Le fond de teint mousse est idéal pour créer ce jeu d’ombre le jour car il se fond parfaitement à la peau et on peu vraiment jouer avec les degrés d’estompe. Une belle découverte pour moi.

Quand vient le soir, je superpose une poudre beige-neutre matte toujours sous l’os, en estompant avec un pinceau propre. Si le Bone Beige de MAC a longtemps été mon favori en la matière, j’aime beaucoup la teinte Exposed de Tarte Amazonian Clay, qui a une tenue à tout casser et qui est moins froid (davantage comme sur la photo de Coco de gauche).

Enfin, de jour comme de soir, j’applique sur le haut de l’os mon nouveau fard illuminateur Diorskin dont je vous ai parlé ici: de la lumière crue en poudre. Tellement fine, tellement luxe: c’est le concentré de lumière inimitable qui nous donne l’air d’avoir une peau de groupie de dermato.

Alors voilà: maintenant on a le choix…Il y a des jours pour avoir les joues plus rebondies de  Scarlett Johansson et il y a des jours pour les joues de Coco Rocha. À nous de choisir. Sauf pour Petite Ourse: défendu de te creuser les joues! (Petite Ourse a un visage hyper rond adorable.) J’espère qu’elle ne voudra jamais les joues de la Coco Rocha du futur, oh non! Des belles joues rondes, c’est beaucoup mieux, c’est synonyme de santé, ça vieillit mieux, c’est beaucoup plus joli, elle est belle comme ça et en plus elle est intelligente et une belle personne et puis, c’est ce qui compte dans la vie et c’est une championne, je suis super fière d’elle… Ça me rappelle un truc…mais quoi?

Je suis la seule à avoir des besoins de power cheekbones?

Réchauffant et féérique

Lann-Ael Lostmarc'h

Vous vous souvenez, je vous ai glissé un mot sur mon nouveau parfum, une merveille câline et tout à fait irrésistible? Un vrai parfum d’hiver, tout doux, duveteux comme une ville blanche et juste féérique comme une forêt enneigée?

Il s’agit de Lann-Ael de la marque bretonne Lostmarc’h: mon dernier coup de coeur en matière de parfums.

Dans un flacon tout simple, au motif de dentelle, un jus doré absolument enchanteur, qui m’a conquise de même que toutes celles à qui j’ai fait sentir mon poignet au cours du dernier mois. C’est un parfum qui sent bon le sablé sans vraiment sentir la vanille, qui sent la peau sucrée, poudrée et laiteuse et très légèrement les pommes mais qui demeure très, très abstrait, et tout doux, aérien, léger comme tout. C’est un pique-nique dans les nuages, un bol de céréales chaudes, du savon, du lait chaud et le bonheur d’un gâteau des anges tout en un. Jamais entêtant, jamais trop gourmand, Papa Ours, dès la première fois où il l’a senti a décidé que ce serait mon parfum pour toujours. Rien que ça.

Après avoir lu sur le sujet, j’ai vu que certaines attribuent le côté envoûtant du parfum à un sort magique inspiré des légendes où les mortels ayant goûté le repas des fées n’ont jamais pu supporter à nouveau le goût de la nourriture humaine. Il est vrai que cette idée colle bien à ce parfum tout à fait charmant: une fois que l’on y a goûté, on ne peut l’oublier et le reste semble un peu fade.

À titre indicatif, l’odeur est non sans rappeler le parfum avec le papillon de Hanae Mori, mais en version très douce, sans agressivité ou amertume qui pique. Juste de la plume, de la dentelle, des moments de bonheur derrière une fenêtre enneigée, vêtue de laines fines dans des teintes d’aquarelle. C’est un parfum pur comme un grand verre de lait, l’idée que je me fais du parfum de l’oeuvre de Degas ou de la steppe de Laponie sous la neige. J’imagine des filles angéliques mais un peu dark et fortes le porter pour l’élément de contradiction, des filles aux jupons de dentelle et hauts de tulle. Mais aussi des filles qui lèvent la tête vers le ciel plein de flocons en souriant et marchent d’un pas résolu vers leur bonheur malgré la tempête. Bref, j’adore.

Eau de l'Hermine

Mais…ça n’est pas tout…Au moment où j’ai commandé mon parfum j’ai demandé un échantillon de l’Eau de l’Hermine, un autre parfum de la marque (qui a aussi créé l’Eau du Dimanche, qui elle, est trop unisexe pour moi). Et vous savez quoi? J’ai aussi eu un coup de coeur pour l’Eau de l’Hermine, un parfum également doux mais qui tend vers la fraîcheur, empreint de verdure, de propreté étincelante et adoucie de musc. Ce parfum me fait penser à un jardin oublié et secret derrière un château français, à une écharpe de vent dans le cou et à la promesse des rues vides tôt le matin. En Bretagne, l’Hermine est révérée depuis toujours comme un animal noble et pur et c’est véritablement l’aura qui se dégage de ce parfum: noblesse et pureté. Un parfum pour après le bain, un parfum pour bien commencer la journée, pour le chic minimaliste de ce t-shirt blanc et du trench, pour aller lire le journal au café du coin. Un parfum que je commanderai assurément éventuellement. En plus, vous vous imaginez bien, un autre point majeur m’a séduit… Vous pouvez deviner ce que c’est? Allez, je vous mets au défi… Quel est le dernier point qui m’a conquis selon vous?

P.S: À titre indicatif, j’ai acheté le mien sur Beauty Habit

Sweet Romance

So pretty

Faisant suite à mon article d’hier sur mon Truc Vert (vêtement confo mais 100% anti-séduction par excellence), poursuivons dans notre lancée plus ou moins glamour en causant d’un sujet un peu connexe: les rituels beauté qui ne sont pas romantiques.

Oui, oui, en ce jour de St-Valentin, quoi de plus approprié comme sujet de conversation que…mon appareil dentaire, mes rituels d’hydratation collante et mon bonnet de douche Hello Kitty? N’est-ce pas?

Glam-Glam

Paradoxales nous sommes: nous voulons paraître à notre meilleur en tout temps mais on voudrait aussi que ça semble naturel et instantané. Genre, mes belles boucles style mannequin Victoria’s Secret? Le résultat d’un passage devant une bouche d’aération dans le métro. Mon grain de peau fin? Des grandes respirations abdominales. N’importe quoi! C’est une illusion absolument impossible à maintenir à longue haleine.

Éventuellement, au fil du temps, notre chéri deviendra un peu complice de nos secrets de beauté. Et, c’est parfaitement normal. Il n’en demeure pas moins qu’il y a aussi certains rituels que l’on préfère garder un peu pour soi, par réserve et aussi pour garder notre aura de mystique.

Voici les miens:

  • Des chaussettes chauffantes: une merveille pour mes pieds glacés! Je les ai trouvées aux États-Unis: il s’agit de chaussettes de polar doublées et contiennent divers grains et herbes dans une pochette sous la plante des pieds. On peut les mettre à chauffer au micro-onde (un peu comme un sac magique) et elles libèrent un parfum “apaisant” (c’est à dire, ça sent le chaï dans toute la maison). À mettre avant le dodo parce que marcher avec est quasi impossible. Not so romantico comme look  et donc à conserver pour les soirées vraiment glacées.
  • Une bouillotte: Une belle bouillotte, même recouverte de laine bouillie, fait un peu grand-maman. Mais comme ça aide à faire chauffer les draps et que ça détend, c’est vite oublié.
  • Des rouleaux chauffants: J’adore mes rouleaux chauffants Rusk! Je les ai commandés à Karine après la naissance de Petite Ourse alors que j’avais peur d’avoir moins de temps pour mon fer à friser et, oh, comme j’avais bien anticipé! C’est mon outil de multitâche par excellence: souvent, je déjeune, me maquille et fais mon lunch avec mes rouleaux chauffants. Résultat: de belles boucles de mannequin Victoria’s Secret! Bien sûr, Papa Ours n’est pas dupe: ça n’est pas le résultat d’un passage devant une bouche d’aération dans le métro.
  • Mes gants d’hydratation en minou: Il s’agit de gants doublés de gel qui permettent à la crème et à l’huile de cuticule de bien pénétrer. Je les porte parfois pour m’endormir quand la peau de mes mains est très sèche, mais je finis toujours par les enlever au milieu de la nuit parce que j’ai trop chaud aux mains. Penser à appliquer son soin visage de nuit avant de mettre les gants.
  • Mes bandes White Strips pour blanchir les dents: Vous me connaissez, j’aime beaucoup ces bandes qui font les dents blanches à prix accessible. J’adore que l’on peut les porter devant un film, ni vu, ni connu, en lisant un livre ou en préparant le souper. Ça paraît un peu certes, et ça n’est pas confortable pour avoir une grande conversation mais parmi tous mes rituels beauté anti-romance, c’est sans doute le moins effrayant. Surtout qu’après, quand on se brosse les dents elles sont douces comme tout.
  • La Crème de Huit Heures d’Elizabeth Arden: Un grand classique auquel j’ai été initiée par ma grand-maman qui l’a utilisée toute sa vie sur son visage et ses mains. J’étais donc prédestinée à l’utiliser aussi. Elle est miraculeuse dixit Boucle d’or, elle est mythique. Mais elle sent la sorcière, dixit Papa Ours, elle sent le médicament. Le compromis est venu quand la marque a enfin lancé sa version non-parfumée. Je crois que nous n’étions pas le seul couple à avoir eu cette discussion.
  • La Pâte Grise Payot: Comme son nom l’indique, il s’agit d’une pâte grise opaque qui sent le souffre et assèche vraiment les imperfections dans la nuit, tout en donnant un super look picotté d’enfant qui a la varicelle et a appliqué de la calamine. J’attends que Papa Ours aie enlevé ses lunettes pour l’appliquer.
  • Les masques: En authentique masque-holique que je suis, la famille Ours ne remarque presque plus quand j’en porte un. Les masques, on s’y fait vite et, au rinçage, la peau est tellement belle que tout est excusé. Par contre, le combo masque-rouleaux-pédicure-blanchiment de dents, lui, est beaucoup plus violent pour les yeux. J’ai l’air d’une mascotte de carnaval ou d’un musicien multi-instrumentiste. J’attends donc d’être seule à la maison ou encore, que tout le monde dorme pour me transformer en beautysta totale (et jouer de l’harmonica et de la cymbale!).
  • La Clarisonic: Ma brosse pour le nettoyage en profondeur, à première vue, n’est pas anti-romance. Si je la mentionne ici c’est simplement que les bip-bip signalant de changer de zone à nettoyer énervent Papa Ours au plus haut point. C’est vrai que quand je m’arrête pour y penser, c’est très loin de l’image idéalisée de la fille qui se nettoie le visage devant une fenêtre, caressée des premiers rayon de soleil de la journée. Mais comme j’ai vu un changement énorme point de vue éclat grâce à ma Clarisonic, je me contente de faire un clin d’oeil dans le miroir ou de dire, “Oh, ma pagette!” quand ça sonne, en direction de Papa Ours. Tout ça, c’est sans mentionner mon fer FHI qui fait twi-twiiit quand il est chaud, et ma brosse à dents qui fait bzz-bzz.  Oubliez le musicien multi-instrumentiste: il y a une fanfare dans la salle de bain!
  • Mon appareil dentaire: il s’agit d’un appareil de type “plaque occlusive” qui empêche le grincement de dents la nuit, un genre de moulage de mes dents du bas qui me donne un drôle d’accent. Après tous les soins orthodontiques que mes parents m’ont offerts dans ma jeunesse, mes dents j’en prends soin autant que je peux, c’est non-négociable. En ce qui concerne la mise-en-bouche dudit appareil dentaire j’attends jusqu’à la dernière seconde, bien certaine que Papa Ours et moi avons terminé toutes nos conversations. Mais inévitablement, je conclus avec un “Che t’aime” vers minuit. En passant, c’est ma dentiste qui utilise le mot mise-en-bouche pour parler de mon appareil dentaire. Et ça me fait mourir de rire à chaque fois: ça ne rend absolument pas la chose plus glamour.

Et tout ça, c’est sans parler de mes petits expériences beauté ponctuelles, parfois fructueuses, d’autres moins… Comme la fois où j’avais eu la bonne idée de m’hydrater les mains et les pieds avec de l’huile de jojoba et de les envelopper de pellicule plastique alimentaire. Pour être ensuite surprise glissant les pieds comme un cosmonaute, dans le couloir, en chemin la salle de bain: eh oui, j’avais soudainement envie de pipi. Pas capable d’enlever la pellicule plastique sur mes mains. Help please? Ou de la fois où après une épilation à la cire, j’avais eu l’idée de remplacer l’huile d’azulène avec du diluant à peinture (l’important, c’est que ce soit “oil-based” je m’étais dit… Grave erreur, tel qu’en a témoigné mon bord du maillot irrité durant un mois). Ou de la fois où j’avais acheté le système de blanchiment de dents GLO, et portais un dentier bleu lumineux en allaitant. Ou la fois où je me suis couchée les cheveux oints d’huile d’olive, enveloppés d’un sac de plastique. Ou de la fois où une coiffeuse motivée a essayé de me donner une coupe Longueuil sans mon consentement…(Et où je l’ai menacée de poursuites intérieurement.)

Si chéri nous aime aussi naturelle qu’avec un maquillage élaboré, il nous aime surtout comme on est, nous. Parce que malgré les masques, les tiroirs qui débordent de produits et la tablette beauté dans frigo, vivre avec une coquette est plein de rebondissements. Même si nos rituels beauté sont parfois glamour et que parfois ils le sont moins. Et puis, une fois que l’on est bien propre, qu’on sent bon et qu’on est bien, le processus beauté semble bien loin, non?

Et chur che, che vous chouhaite une très bonne Chaint-Valentin!  (Oui, vous avez deviné qu’à l’heure tardive où je rédige ces lignes, j’ai déjà procédé à la mise-en-bouche de mon appareil dentaire. Oui, oui, mise-en-bouche.)

Vous, vos rituels beauté anti-romance ou moins glamour?

P.S. Vous avez remarqué que sur le génial dessin de mon Goglu je porte mon génial Truc Vert??

Un rouge-gorge m’a dit…

Dr. Robin

C’est l’histoire de tous mes hivers : il fait froid, la peau du corps démange, elle est sèche, un peu irritée (ou du moins irritable) et ce, de la tête aux pieds. Depuis peu, je constate que l’histoire se répète, fois trois : mes Petits Ours ont eux aussi une peau de crocro que leur crème habituelle ne semble pas soigner. Que faire? Qui appeler?

C’est un sympathique docteur rouge-gorge qui est venu à notre secours avec sa crème corps naturelle pour enfants, formulée spécialement pour la peau sensible et eczémateuse des tous-petits, mais qui fait le bonheur de ma peau sensible aussi.

Il s’agit de la Crème Dr. Robin («robin » signifie rouge-gorge en anglais), que j’ai commandée en prenant une chance, en mal d’un soin « nid douillet » pour notre peau d’hiver à toute la famille. Il va sans dire que j’ai été séduite à première vue, bien entendu, par… l’emballage. Non, mais sérieusement : un rouge-gorge déguisé en docteur? Je fonds, c’est trop, trop mignon. (Après mes baumes Badgers et mon kit Paul & Joe (dont je vous reparle très bientôt), avis aux marques: montrez-moi un mignon animal déguisé et…je craque.)

La crème Dr. Robin est un soin pour enfants naturel, sans produits chimiques à prix raisonnable (12$ pour 6 oz.). Élaborée par une dermatologue pédiatrique de la Californie, Dr. Robin, cette crème deviendra vite populaire, j’en suis convaincue. L’histoire veut le Dr. Robin était découragée lorsque lui venait le temps de recommander des produits pour les tous-petits (surtout des soins solaires, c’est ce qui a fait sa renommée); en effet, la majorité des produits sur le marché contiennent des agents irritants comme des phthalates, des colorants, des fragrances et autres produits chimiques. Elle s’est donc associée à un fabricant de la Californie pour créer un soin solaire à base minérale ainsi qu’un nettoyant et une crème. Tout simple, tout pur: trois produits d’hygiène. La ligne serait à la fois naturelle et respecterait l’épiderme des plus sensibles et eczémateux petits tout en restant sympathique pour les portefeuilles des grands. Moi je dis : pari réussi. Pour ma part, je suis absolument conquise par cette crème bonne conscience qui calme l’inconfort, ne colle pas et ne sent presque rien mais fait la peau bien douce, que ce soit la mienne et celle de mes petits ours.

Je commanderai très vite la crème nettoyante et le soin solaire (vous me connaissez, je suis une accro des soins solaires dont je tartine toute ma famille peu importe la saison) dont je vous donnerai des nouvelles très vite. En attendant, j’avais trop envie de vous présenter le docteur rouge-gorge, qui nous a tous redonné notre peau de printemps avant le temps…

P.S. À titre indicatif, j’ai acheté ma crème ici: Beauty Habit

Pretty Patineuse

PatinageOui, je sais, on a toutes terriblement hâte au printemps. On en rêve. On veut du corail et des petites jupes. On veut se promener sans bottes ni gants. Mais dans un esprit que je veux carpe diem au possible j’ai décidé de profiter des joies du moment présent, de me délecter de l’hiver. Cette semaine, je vous présenterai donc des articles en lien avec l’hiver, des idées pour le maintenant. En effet, à force de voir des articles sur les looks de printemps qui font rêver (mais ont l’air totalement incongrus avec la pelle et le foulard), moi je dis, pourquoi ne pas rêver de cils très longs sous un ciel de plomb et de joues à croquer sous les flocons. C’est l’hiver, profitons-en.

Mon inspiration du moment: la jolie patineuse. En fait, je sais que vous n’êtes pas dupes: la patineuse est un peu la ballerine de l’hiver… C’est donc une variation un peu plus glacée du look de la danseuse, où les superpositions de lainages fins sont à l’honneur et où le maquillage bonne mine est éclatant sous le soleil blanc.

Voici donc mes indispensables pour parfaire mon look du moment: le look de jolie patineuse!

Come skating!

À noter d’abord, le maquillage de la belle patineuse n’est pas à réserver pour les après-midi de patinage à Central Park ou au Parc Lafontaine. Nooooon. C’est un maquillage idéal pour les mois plus froids, pour le bureau comme pour le resto, car en fait c’est un maquillage qui se marie bien aux accessoires de l’hiver. Les lainages, les foulards, les cols roulés…autant de pièces qui gagnent à être jumelées à un maquillage qui évoque aussi le fait qu’il fait frisquet dehors. Mais surtout, quand il fait froid, je préfère toujours me ranger du côté d’un maquillage qui sera sublimé par les éléments et non affecté par le froid et le vent. Je m’explique: quand il fait froid, la peau rougit dès que l’on va dehors. Il y a des maquillages qui accentuent malheureusement cette réalité, comme de la poudre bronzante partout sur le visage, comme de l’ombre à paupière rosée ou givrée, comme du rouge à lèvres très rouge . Il vaut mieux jouer sur la lumière et notre teint pâle d’hiver et justement, nous accommoder des pommettes roses mordues par le froid.

Voici donc les produits que j’utilise pour arriver à mon look de patineuse…

Patineuse makeupD’abord, il faut bien s’hydrater, ça, tout le monde le sait. On en a parlé ici et ici, c’est une question à la fois de confort mais aussi pour éviter que le maquillage ne craque. Une récente découverte: la Steam Cream, une crème très pure (obtenue par un procédé de vapeur d’eau) qui a gagné plein prix et est utilisée derrière les défilés. Elle sent bon la lavande et le propre. Sa texture et son parfum est non sans rappeler la crème Hope in a Jar de Philosophy, seulement, je préfère de loin la Steam Cream qui est plus hydratante et davantage multi-usage (et bien sûr, j’adore aussi tous les jolis petits pots et poèmes). La Steam Cream est décidément vite devenue l’un de mes essentiels beauté!

Ensuite, (pas sur la photo), n’oublions pas la protection solaire. Je sais, il fait froid mais le soleil frappe toujours fort et les rayons se réfléchissent sur la neige. La crème solaire l’hiver est aussi essentielle que la crème hydratante, c’est mon avis.

Après avoir travaillé le teint (j’utilise toujours mon fond de teint Touche Éclat YSL et mon cache-cernes Clé de Peau), j’applique le Shimmer Brick de Bobbi Brown, teinte Rose, sur mes pommettes en remontant un peu vers les cheveux. C’est le blush le plus rosé-doux-lumineux-au-monde qui soit. Jamais granuleux, toujours naturel, ce produit est mon nouvel amour pour des joues plus-que-parfaites, pour un teint de fée quasi-irréel tant il est éclatant. Sérieusement, depuis que j’ai cette poudre, je reçois, genre trois compliments par jour du style: “Your skin looks amazing today.” Je sais. Ça tient de la magie. Thank you Bobbi.

Pour rehausser encore davantage l’aspect lumineux de mon visage, j’applique la géniale poudre champagne DiorSKin Nude Shimmer teinte 001 (une exclusivité Holt Renfrew) sur l’os des pommettes avec le petit applicateur éponge bien pensé. Les particules irisées sont si fines que le résultat en est toujours un de reflet discret ultra-élégant et non de maquillage “brillant”.

Patineuse

Vu que mes joues sont bien lumineuses, je joue la carte du mat pour les yeux: sur ma base de fard à paupières, j’applique la palette Urban Decay Basics* (exclusivement chez Sephora) qui contient des fards mats. Plus spécifiquement, j’applique la teinte W.O.S sur l’ensemble de la paupière puis, je définis le creux de la paupière et le coin externe avec la teinte Faint. Deux bonnes couches de mascara s’imposent ensuite, cela va de soi.

Enfin, sur mes lèvres, j’applique en base la teinture à lèvres Yum Berry Crush de Stila, un rosé bien mat et longue tenue, que je sublime ensuite du gloss Pink Oyster de Bobbi Brown, un rose givré romantique parfait pour l’hiver. Sur mes ongles, vernis Prelude to a Kiss de Deborah Lippmann, and voilà, je suis prête pour mes pirouettes!

Lips Patineuse

Swatches Patineuse

De gauche à droite: Palette Shimmer Brick Rose Bobbi Brown, DiorSkin Nude Shimmer 001, Yum Berry Crush Stila, Gloss Pink Oyster Bobbi Brown

Enfin, côté look, l’idée est d’être bien au chaud dans des matières douces et câlines, le tout, dans des teintes froides d’hiver…Rose chaton, Winter white, Crème vanille, Bleu glacé et gris minou, oui au blanc autour du visage, que ce soit un col sur dimensionné, un foulard ou un châle bien enroulé. J’aime bien les looks monochrome intégral, très Michael Kors (par exemple, un pantalon crème et un col roulé de la même teinte). Des boucles d’oreilles en petit brillants, des caches-oreilles (sur la photo, mes caches-oreilles Burberry) et des gants de laine (sur la photo, mes gants Chanel), autant de petits détails qui donnent le ton.Patins

Sans oublier, les petites touches de fourrures, qui évoquent le luxe et les promenades en calèche, que ce soit le manchon, les mitaines… ou des pompons de poil pour attacher les cheveux (je sais, c’est limite cliché mais sur une jolie queue de cheval, j’adore- j’en ai des blancs et des noirs).

Pour celles qui iront patiner pour vrai, j’adore l’idée de replier les chaussettes duveteuses sur les patins pour des pieds au chaud et un look old-school (voir photo ci-dessus), mais aussi, des leggings noirs avec des jambières de danse. Enfin, à défaut de porter une jupette qui a du swing je vous recommande un chandail de laine un peu long, qui couvre les fesses et saura donner du mouvement à vos arabesques.

Bon petit lundi d’hiver!

Patin au Parc LafontaineP.S. Comme vous pouvez le constater, Boucle d’Or est maintenant sur Facebook! Je ne m’y connais pas trop mais il semblerait que c’est tout simple et je vais vite apprendre (let’s hope!). En attendant, je vous invite à “Aimer” ma page. Pourquoi? Je n’en suis pas encore bien sûre…À bientôt, Votre amie (Facebook), Boucle d’Or

P.P.S: Vous avez d’autres idées pour un look de belle patineuse?

Des trucs en vrac

Des trucs en vracIl y a de cela quelques temps, j’étais en train de travailler bien tranquillement quand je reçois un courriel marqué « IMPORTANT!! » de ma maman. En gros, elle me disait qu’elle avait une rencontre importante dans quelques minutes et qu’elle avait les cheveux tellement plein d’électricité statique qu’elle avait « l’air d’avoir des antennes ». Ma réponse: enduire ses mains de crème à mains et lisser un peu les mèches folles avec le plat de la paume alors qu’elles sont fraichement hydratées. J’en ai profité pour lui conseiller de toujours garder une feuille d’assouplissant textile dans une pochette de son sac à main; en plus de parfumer le sac, c’est génial pour lisser ses cheveux quand on a une coiffure d’électrocutée.

Quelques minutes plus tard, ma maman me renvoyait un autre courriel marqué «IMPORTANT!! » où elle me disait : “Ma chérie. Tu devrais faire un article sur tous ces petits trucs. À méditer… Ta maman aux cheveux lisses.”

Alors voici voici, à la demande de ma maman, en vrac, quelques-un de mes petits trucs de beauté tout bêtes que vous connaissez sans doute, des trucs qui ne coûtent presque rien mais sauront un jour vous dépanner le jour où vous aurez des cheveux comme des antennes intersidérales ou du vernis jusqu’au coude …Donc!

Comment enlever le vernis foncé dans les moindres recoins des ongles : en versant un peu de dissolvant sur une brosse à ongles que l’on vient ensuite frotter doucement. Bien se laver les mains après, puisque le dissolvant est asséchant pour le pourtour de l’ongle.

Comment avoir un vernis bien appliqué : en retirant tout ce qui dépasse avec un pousse-cuticules en métal trempé dans du dissolvant, quand le vernis est encore humide.

Comment faire pour que la couche de finition du vernis ne devienne pas foncée dans son flacon à force d’usage : L’idéal est d’avoir deux flacons de couche de finition; un pour le vernis clair et un pour le foncé et d’éviter toute contamination-croisée. Oui, oui, j’ai bien dit contamination-croisée. Terme technique.

-Comment faire pour que le mascara soit moins liquide aux premières applications : en « pompant » la brosse quelques coups dans le tube, afin d’y introduire un peu d’air (pour le rendre un peu plus collant).

Comment faire pour hydrater ses cuticules au bureau sans graisser ses papiers (à la demande de Nausikaa63!) : en appliquant l’huile et en massant d’abord tout le pourtour de l’ongle (l’affaire de quelques secondes), puis, avec un mouchoir, en retirant l’excédent sur l’ongle et le bout du doigt uniquement (de sorte qu’il reste du produit sur le pourtour de l’ongle).

-Comment faire pour hydrater ses mains au bureau sans graisser ses papiers : en appliquant la crème et en essuyant ensuite les mains avec un papier mouchoir pour enlever le film trop gras.

-Comment avoir une mise en pli maison digne d’un salon de coiffure : en utilisant ses deux mains!

-Comment calmer une peau qui démange : en versant une demie tasse de bicarbonate de soude dans le bain, ou mieux encore, une tasse de flocons d’avoine.

Ce qui m’amène à…

Comment faire pour qu’il n’y ait pas de flocons d’avoine partout dans le bain : mettre les flocons dans un gant de toilette refermé avec un élastique à cheveux, que l’on laisse flotter dans l’eau chaude, comme une poche de thé.

-Comment exfolier ses lèvres : avec un peu de sucre humide et quelques gouttes d’eau, ou encore, avec une brosse à dents douce enduite de baume à lèvres.

Comment s’exfolier le corps sans dépenser plus de 5 dollars : en trempant un demi pamplemousse dans du sucre et en frottant le corps par mouvements circulaires. S’ensuit un rinçage tonifiant, préférablement à l’eau froide avec une pomme de douche.

-Comment faire pour que l’opération camouflage d’un bouton dure toute la journée sans avoir l’air plaquée : en appliquant une petite touche de base à fard à paupières (comme celle d’Urban Decay (Eden) ou la Prime Pot de Stila) avant d’appliquer le camoufleur et une mini touche de poudre. À noter, chacune de ces étapes devrait être accomplie avec un mini pinceau à poils raides. C’est essentiel. Sinon on a l’air d’avoir une tache de naissance.

-Lorsque la coiffure du jour nécessite des épingles à cheveux, en glisser quelques une dans votre poche ou votre sac; un coup de vent qui décoiffe est si vite arrivé.

Comment enlever les particules de fard à paupières qui tombent sur le visage sans tout défaire son maquillage : avec un morceau de papier collant, que l’on colle pour attraper les particules puis décolle délicatement.

-Comment détacher les ongles ou rendre les jaunes jaunis plus blancs : en les frottant avec de l’écorce de citron.

-Comment corriger les traits de crayon à yeux : avec un coton-tige imbibé de solution micellaire. Un peu de poudre et hop!

-Comment garder son collier de perles bien propre : en le portant et en le lavant avec soi. Éviter de les vaporiser de parfum.

-Comment hydrater son contour de l’oeil sans le sensibiliser : en tapotant doucement le soin avec l’annulaire (le doigt le plus faible de la main).

…Mais il y avait aussi : comment avoir des jambes parfaites, comment avoir des grosses boucles avec un minimum d’effort, comment avoir l’air reposée alors que l’on est insomniaque, comment se poudrer le corps sans en mettre partout, comment se faire un chignon avec une vieille chaussette, comment faire sécher ses ongles en dormant

Enfin, vous savez combien je suis la reine de la multitâche…Voici donc diverses activités qui peuvent être combinées sans conflit ni interférence, testé et approuvé par myself, Boucle d’Or :

Dans la salle de bains : vernis sur les orteils et, pendant qu’il sèche, mise en pli et blanchiment de dents.

Sur le tapis de yoga : méditation matinale (position assise) et rouleaux chauffants (on peut y ajouter un masque éclat ou même, pourquoi pas : des patch contour des yeux);

Au lavabo : brossage de dents, masque visage, exfoliation des mains.

Devant la télé : séchage de vernis des mains et pieds, masque visage et film. Ajoutons une tisane éclat du teint. Mais pas trop hein, sinon vous aurez envie de pipi et oh, oh, le vernis n’est pas sec… (comme je disais, je parle d’expérience).

Dans la douche : masque capillaire, exfoliation corporelle, rasage des jambes.

-Conduite automobile : blanchiment des dents, hydratation intense des lèvres (baume en couche épaisse);

-En dormant : hydratation intense des pieds, séchage du vernis des mains et mise en pli (en dormant les cheveux enroulés en chignons, la tête posée sur une taie de satin).

Dites-moi, vous avez d’autres conseils en vrac pour ma maman? Vous pourriez les écrire ci-dessous (en vous faisant un masque, en épilant vos sourcils et en ponçant vos pieds…)?

Impatiente que le Jour arrive

Jour d'Hermès

Il y des bonnes journées, il y a des mauvaises journées. Il y a des journées juste…rien du tout. C’est gris. C’est terne. Rien de spécial. Le temps passe à une vitesse de folie. Et finalement on se couche sans avoir le sentiment d’accomplissement souhaité. On s’endort, laissée un peu sur notre faim mais aussi épuisée, en espérant que demain sera mieux. Moins occupé, moins fou, moins gris.

Il y a quelques jours, c’était exactement ça. Je revenais du bureau d’une consoeur, avec une énorme (non, vraiment, j’insiste : ÉNOOORME) boîte de dossier dans les bras. J’étais stressée, j’étais débordée, cette journée était décidément grise. J’ai donc eu la logique (et très bonne) idée de traverser Ogilvy pour me trouver un taxi sur De La Montagne. Parce que oui, quand on est débordée et que l’on transporte une boîte grosse comme un mini-frigo, l’idéal, c’est d’aller dans un chic grand magasin où il y a des joueurs de cornemuse. Enfin, pour moi, ça m’a semblé évident dans le moment. Et là je suis tombée en plein sur… le nouveau parfum d’Hermès, Jour d’Hermès. Tellement chic avec son dodu flacon et son bouchon éclatant. Pétillant comme du champagne. Le printemps en bouteille. En passant, il ne sent pas du tout « jaune » au cas où vous vous posiez la question. (Quoi, je suis la seule à me poser cette question?)

Quand j’ai demandé à la conseillère si je pouvais l’essayer elle l’a vaporisé sur cette magnifique fine tuile de céramique estampillée Hermès, qu’elle a glissée dans une petite enveloppe carrée. Tellement, tellement poétique. Je suis donc repartie, avec mon ÉNOOOORME boîte de dossiers et mon petit trésor dans ma poche, comme un porte-bonheur. Dehors, il m’a semblé que le soleil pointait son nez. J’ai eu un regain d’énergie. Mon pas s’est fait tout léger. Finalement, ce serait une belle journée.

Je ne crois pas acheter Jour d’Hermès. Enfin, pas tout de suite. Il fait encore trop froid ici et aussi, j’ai un nouvel amour de parfum dont je vous reparle bientôt, un parfum vraiment sublime, rare et réchauffant. Par contre, Boucle d’Or se connaît. Dès que ce sera le printemps, dès qu’elle pourra se promener en trench et talons, les boucles au soleil elle rêvera de Jour d’Hermès. C’est inévitable. C’est doux et enthousiaste, mémorable et magnifique. Ça sent le premier vent du printemps. Celui qui sent bon. Celui qui apporte le changement et chasse le gris. Un nouveau jour tout lumineux. Oh, j’ai tellement, tellement hâte au printemps! Vous croyez que je serai capable de patienter?

Non, sérieusement, je suis la seule à avoir pensé que ça sentirait “jaune“? Allez…

Petit update: Une amie m’a écrit pour avoir davantage de précisions sur l’odeur “jaune”… Voici ce que je lui ai répondu:

“Pour le parfum, oui, la teinte ‘jaune’ ne m’inspire pas et j’avais peur que l’odeur soit associée à des images mentales « jaunes » (années 80, robes trop jaunes, fleurs jaunes, madames qui portent des blazers avec épaulettes…?), mais en fait, ça sent super lumineux, vaporeux. Ensoleillé. Mais j’aurais préféré que la teinte du jus soit rose bébé ou même un flacon givré blanc. On aurait mieux compris. En fait, il y a un élément qui cloche dans ce parfum comme un tout et je crois vraiment que c’est cette couleur jaune qui va en décourager plusieurs (même si, en plus, j’aime le jaune!). Mais c’est mon humble avis de fille qui décrit les odeurs avec des couleurs alors, tu vois, ça ne vaut pas grand-chose… Mais ça sent terriblement bon. J’ai toujours voulu un parfum Hermès mais n’ai jamais trouvé le bon pour moi. Celui-ci sera parfait pour les beaux jours. Vas vite demander une petite tuile….!”

Maman Élastique

Maman ÉlastiqueAprès la naissance de ma première, Petite Ourse, j’ai perdu tout mon poids de grossesse très vite, genre, en une fraction de seconde. Je ne mangeais vraiment pas assez. Je voulais me prouver que j’étais capable de vite me remettre à ma taille d’avant, comme un élastique qui reprend tout de suite sa forme. Je carburais à l’eau, au céleri et à pas grand chose d’autre. Je fondais, j’étais cernée (je sais, je suis toujours cernée mais croyez-moi, c’était bien pire!), je montais et descendais les marches mille fois (un lavage, un biberon, un bruit dans la chambre…), je faisais plein de promenades, j’allaitais, j’étais une mini, mini-maman au sourire tiré qui avait tout le temps le frisson. Tout ce que je voulais, c’étais avoir à nouveau mon corps d’avant. Non que mon corps d’avant eu été parfait, seulement, c’était mon seul repère. Je fondais, je fondais. J’étais faible mais en même temps, complètement sur l’adrénaline, tout allait trop vite. Tellement vite que j’ai passé tout droit, tout droit mon poids santé. J’étais carrément en dessous et ça n’était pas joli du tout. Ça n’était plus moi.

Parce que ce que personne ne m’avait dit (et je me dis qu’il faudrait d’ailleurs que j’écrive un livre là-dessus, tiens, pendant mes temps libres, entre ma broderie et mes cours de lancer du disque) quand j’ai eu un bébé c’est que, le corps allait changer. Mais vraiment totalement. Il ne serait plus jamais comme avant, ça n’était pas une question de chiffres, mais bien une question de géométrie, de proportions. Ça peut sembler évident, mais vraiment, moi, je ne savais pas. Je croyais qu’il suffisait de “perdre” le poids de la grossesse pour hop, être pareille qu’avant. J’aurais pu perdre encore du poids, fondre jusqu’à en devenir air et vent, mon corps d'”avant”, il est parti quand j’ai eu mon premier enfant. Ça n’est pas moins beau, moins ferme, moins bien, c’est juste vraiment différent.

Quand j’ai eu mon deuxième, Bébé Ours, cette fois, je savais ce qui m’attendait. J’étais plus sage, éclairée de mon expérience. Je voulais être en forme, avoir plein, plein de lait. Je voulais profiter. J’ai donc résolu dès le début d’être plus douce avec moi même, de prendre mon temps pour retrouver ma taille. Armée des bons conseils de la diététiste Louise Lambert-Lagacé (dans Comment nourrir son enfant (la recette du meilleur macaroni au fromage y est!) et Le défi alimentaire de la femme, deux livres qui avaient aidés aussi ma maman quand elle a eu ma soeur et moi, c’est dire combien ces écrits demeurent d’actualité), j’ai misé sur les bons aliments pour avoir de l’énergie, perdre mon poids petit à petit et aussi, profiter de la vie.

Et aujourd’hui?  Quinze mois après la naissance de Bébé Ours, je suis à nouveau bien dans mon corps. Certains de mes vêtements d’avant me font, alors que d’autres plus ou moins. Rien n’est parfait, rien n’est spectaculaire, mais surtout, je suis fière de moi. J’ai réussi le défi de penser à long terme, d’être indulgente envers moi même, d’être cool. Je vise avant tout le bien-être. Je mise sur donner le bon exemple à mes petits ours. J’essaie d’éviter les comparaisons avec d’autres filles, même si ça n’est pas toujours facile. Je mange pour être en pleine forme pour ma vie pleine de péripéties. Oui, je choisis judicieusement mes aliments, histoire d’être bien dans ma peau et dans mes jeans mais en même temps, j’essaie de ne pas tout calculer et de rester spontanée. Une question d’équilibre qui s’apprend lentement…En fait, l’équilibre, je me rends compte que c’est le travail de toute une vie, ça figurera toujours dans mes Plans. L’équilibre nous échappe puis on le rattrape, constamment. Un peu comme l’impossible intérieur de sac à main organisé et lumineux d’ailleurs…

Parce que l’on aie 16 ou 75 ans, zéro ou quinze bébés, nous sommes toujours trop dures avec notre corps. Physiquement et mentalement. Il est temps de se ménager un peu, de s’offrir de la douceur, de miser sur la santé mais surtout, la sérénité. D’ailleurs, il y a de cela quelques mois, l’une de vous m’écrivait pour discuter précisément du sujet du body-post-bébé et me disait qu’elle avait choisi de “prendre soin de son corps comme de son visage“. J’ai adoré cette idée. Le corps aussi a besoin d’être cajolé, d’être soigné. Il suffit que l’on crème son corps pour avoir le véritable sentiment que l’on se le réapproprie…Non, on n’aura pas des abdos définis après mais au moins, on aura la peau douce, qui sent bon, on aura le sentiment de faire quelque chose de positif. Quelque chose qui nous fait du bien. Moi, c’est sur cette idée que j’ai décidé de me concentrer.

P.S: J’aime beaucoup les huiles qui sont dans la photos. Pas parce qu’elles font des miracles côté transformation, juste parce qu’elles sont parfaitement enveloppantes, délicates et satinantes sans jamais être grasses. Je les recommande donc à toutes les filles, peu importe où elles en sont dans leur vie, bébés ou pas, pour peu qu’elles rêvent d’une belle peau confortable. L’infiniment sublime Huile Maman Bio Sanoflore sent tellement, tellement bon (un fruité-poudré tout doux), c’est mon plaisir de tous les soirs et je stresse à la seule pensée de finir mon flacon. Quant à l’Huile Mother’s Special Blend, elle ne sent rien du tout mais fait une peau de reine même aux plus sensibles d’entre nous.

En toutes circonstances: le match à la télé

en toutes circonstances

Cette fin de semaine, c’est le Superbowl. L’an dernier, je vous présentais mon look inspiré des cheerleaders, vous vous en souvenez? Cette année, j’ai eu envie de vous présenter mes looks de soirée match télé.

Parce que c’est inévitable: on est invitée à une soirée pour regarder un match de sport ou mieux, on organise une soirée pour regarder le match en famille ou entre amis. Football américain, soccer (football européen), hockey, basketball, même les Olympiques…autant avoir un mini plan de match pour la tenue et le maquillage.

Personellement, j’aime le football. Je ne le regarde pas à la télé (pas vraiment le temps…), mais je ne refuse jamais une occasion d’aller voir un match des Carabins (l’équipe de football de l’Université de Montréal, mon alma mater), les Alouettes (l’équipe de football de Montréal nommée en l’honneur du régiment de mon grand-papa) ou un équipe américaine (les Miami Dolphins, yeah!).

L’an dernier, j’ai eu la chance d’aller voir un match des Dolphins à Miami et c’est tellement over-the-top, tellement réjouissant; j’ai adoré! Sans parler de la géniale et oh-so-vintage chanson de ralliement de l’équipe (banjo et tout) qui évoque le sud des États-Unis et me met trop de bonne humeur. D’ailleurs, je l’écoute parfois en déjeunant histoire de commencer la journée bien motivée (pas une blague). Vous pouvez l’écouter ci-dessous (je vous suggère d’ailleurs de l’écouter en lisant mon article ou mieux, en vous préparant pour votre soirée):

En anglais il y a l’expression: “be a good sport” qui, signifie plus ou moins “sois cool, joue le jeu” et c’est l’attitude que j’essaie d’adopter lors de ces soirées match de sports. Oui, j’aime boire des bulles en jupe tutu mais je passerai aussi une excellente soirée entre amis, sur le divan, à grignoter et encourager l’équipe du jour. Be a good sport.

D’abord, rayon vêtements, il y a toujours l’excellente option du chandail d’équipe. On devrait toutes avoir un t-shirt de nos équipes chouchous, ça finit toujours par servir. On peut tout à fait mettre le chandail de n’importe quelle équipe (pourquoi pas…), pourvu que ce soit une équipe du même sport que le match (par exemple, on évite le t-shirt de hockey au match de football, sinon on a l’air confuse). Par contre, évitons de mettre le t-shirt de l’équipe rivale si on sait que cela créera une situation de controverse ou de confrontation. Be a good sport.

T-shirt d'équipe

T-shirt des Canadiens de Montréal, Jeans J-Brand

Sinon, il y a aussi l’option du t-shirt sympathique, du t-shirt qui fait sourire et initie les conversations. Super-héros (SpiderMan, Batman, Catwoman), jouets d’enfance (Fraisinette, Rainbow Brite, Sesame Street), émissions du passé (Petit Castor, Jem et les Hologrammes!) look vintage et usé, tout doux, l’idée, c’est de montrer qu’on ne se prend pas trop au sérieux. Jeans, grosses chaussettes, coton ouaté roulé aux manches mais vrai bijou: un look confo tout simple, sans prétention.

Captain America

Cookie Monster

Sinon, il y a aussi l’option toute simple du t-shirt blanc bien coupé avec des jeans avec un petit ruban dans les cheveux à la couleur de l’équipe favorite. On fait une joli boucle: voilà un look 100% fun et so cheerleader (surtout sur une queue de cheval rebondie et dynamique).

Superbowl

En ce qui concerne le maquillage et les cheveux, j’opte pour un look simple, très “beauté classique”. Ça n’est pas le moment pour tenter l’expérience du Rouge Velvet ou du Color Block…Des boucles bien rebondies (inspirées du look des mannequins Victoria’s Secret), une belle peau et des yeux bien définis. Comme  je ne veux surtout pas avoir l’air de la fille qui se maquille pendant des heures avant d’aller voir un match de football, je joue la carte du naturel sublimé en deux temps trois mouvements. Je réchauffe donc mon teint avec une poudre bronzante (histoire d’avoir un joli teint abricoté qui respire la santé) et j’utilise pour ce faire ma poudre bronzante Nude Tan de Dior (une merveille à laquelle je suis fidèle depuis un an), mais accentue mes pommettes avec un blush rosé lumineux (Paul & Joe Face Colour Teinte 10). J’illumine subtilement mes yeux avec le fard Kitten de Stila et crée de la définition en dessinant une ligne, au ras des cils supérieurs au pinceau avec le fard Black Cat de Stila également. Je viens ensuite estomper la ligne noire du Black Cat avec un pinceau propre afin de donner du flou au trait. Deux bonnes couches de mascara (love le nouveau Twist Push Up de Marcelle dont je vous reparle bientôt) et enfin, une petite touche de rouge à lèvres rose-pêche Colour Whisper de Maybelline qui n’a pas d’effet de matière (teinte Pin-Up Peach). Pour des ongles naturels, joli et girly juste ce qu’il faut: vernis Tutu de Dior.

En ce qui concerne l’inspiration, je me tourne vers les photos de Kate Upton dans Cosmopolitan (très all-american pretty):

Kate Upton CosmoKate Upton in Cosmo

Et aussi les photos des filles dans les pub Victoria’s Secret Pink qui ont l’air en pleine forme mais en même temps, pas trop maquillées non plus:

VS Pink

VS Pink

Enfin, je glisse toujours quelques magazines dans mon sac (pour les temps morts), j’apporte aussi un assortiment de jujubes et M&M (ou autres bonbons classiques) pour l’hôtesse…and voilà…Bon match mes amies!

P.S: Ma recette de guacamole géniale: 3 avocats bien mûrs pressés avec le jus d’une lime, sel et poivre et…(mon ingrédient secret!): une demie pomme verte coupée finement. On peut ajouter aussi un peu de coriandre fraîche au goût ou de la sauce piquante de piment (style Tabasco). Yum! À manger avec des chips de maïs…

P.P.S: Je vous laisse avec une vidéo maison de l’ambiance 100% awesome qui règnait lors du match de Miami… Préparez-vous, c’est vraiment maison comme vidéo mais on voit très bien la mascotte qui est sympathique comme tout.

P.P.P.S: Papa Ours (qui adooore le football) vient de me faire remarquer que nulle dans mon article part je mentionne les équipes qui jouent effectivement dans le Superbowl de demain. Il a bien raison…Donc, il m’informe que ce sont les San Francisco 49ers et les Baltimore Ravens. C’est tout de même bon à savoir. Merci Papa Ours!

Nu Habillé

Nothing Unknown

J’ai remarqué que bien souvent, dans la vie, tout ce qui a un double nom du même nom, c’est souvent génial. Je pense bien sûr à Duran Duran, au film Cours Lola Cours, à notre Tro Tro familial et aussi… à la géniale (et encore mi-clandestine) marque de maquillage Rouge Bunny Rouge que je viens de découvrir par l’entremise du parfait rouge à lèvres nude.

Les rouges à lèvres nude. Parlons-en. J’adore les rouges à lèvres nude. Je les adore sur tout le monde. Sauf sur moi. Chaque fois que dans la rue je croise une fille aux yeux enfumés et à la lèvre nude effacée, je me dis : « Ahh, Bingo! C’est ton look de demain! ». Mais le lendemain, une fois assise à mon bureau je me regarde dans le miroir, lèvres nude à souhait, et…j’ai l’air toute nue. Pas nue-nue. Juste nue genre, je n’ai pas fini de me maquiller. Genre, j’ai quitté en coup de vent et oublié mes 25 rouges à lèvres malgré les cinquante sacs que je trimballe. Nue genre mon nouveau slogan c’est « L’important c’est le dedans » et vraiment, le reste, c’est zéro important. D’ailleurs, tiens, un vieux tapis : génial ce sera ma jupe de demain tellement je me fous de mon look. Et, ça te dérange si je m’attache les cheveux avec la ficelle de ton rôti? Oui, vous avez tout compris. Ce nu là: le nu qui manque de finition. Le nu du n’importe quoi.

Oui, au cours de mon existence, j’ai trouvé des rouges à lèvres nude que j’aimais (tout plein, quand même), que j’ai adoptés au passage (souvent plus glossy, plus rosés, plus rose-pêche), mais le vrai nu, celui de la fille aux yeux enfumés qui vient de me croiser, il m’échappait. Vous savez, le nu parfait qui ne donne pas des lèvres appétissantes comme du ciment. Le nu pulpeux, sensuel, boudeur. Le nu chic, classique, cool, plein de contradictions. Genre Rock n’ Roll et Chanel. Le nu de façon Brigitte Bardot et Belle de Jour. Le nu habillé.

Nothing Unknown

Ce nu habillé, je l’ai enfin trouvé. Il est le mélange rêvé et improbable de beige, rose, pêche et mauve (oui, mauve). Les particules sont si fines que le rouge n’a pas l’air irisé du tout alors que malgré tout, il semble changer de couleur au gré de la lumière, comme animé de reflets subtils, vaguement incandescents. Hydratant, bonne tenue, tube chic, tout est là. Mais surtout, c’est mon nu habillé qui me va. À moi. Enfin.  Le nu de toutes les contradictions, le nu à porter avec des yeux enfumés et une robe plus chic que chic alors que Duran Duran joue à tue tête dans nos écouteurs. Vous savez, la fille aux yeux enfumés et à la lèvre nude-so-chic que vous venez de croiser? C’est moi maintenant.

P.S. : Je prédis un statut de produit totalement culte à ce rouge à lèvres dans…oh, je ne sais pas, 30 secondes? Comme le caches-cernes Clé de Peau, comme le blush Orgasm de Nars, comme le Baume de Rose de By Terry. Oui, c’est de ce calibre.

P.P.S: Oh mon dieu: une amie m’a fait remarquer que j’ai complètement omis de mentionner la teinte de mon rouge à lèvres. Il s’agit de la teinte Nothing Unknown de la gamme Colour Burst Lipstick de la marque Rouge Bunny Rouge. Mes excuses…

Boucle d’Or souffle ses bougies (et partage 24h chrono de sa vie)

1an.1Voilà! Boucle d’Or et les 3 Gloss a un an! Oh, la la, comme le temps file!

Oui, il y a déjà un an, réalisant ma résolution du premier janvier, je créais ce blogue, encouragée par mon entourage à qui je recommandais fond de teint et crèmes en disant sur un ton de totale confidence, sourcil levé, sourire en coin : “tu vois, si j’avais un blogue, j’en parlerais de ce produit…” Alors Boucle d’Or est née, de mes rêves, de tout ce que j’aime et aussi de mes (més)aventures beauté sans oublier les magnifiques dessins de mon Goglu adoré (Je t’m Gogs!).

Pour ce premier anniversaire, je me suis dit que ça serait sympathique que vous me suiviez une journée, histoire de vous faire voir c’est comment la vie de Boucle d’Or. Mais aussi que je puisse partager avec vous, les petits produits qui me suivent de minuit à midi. Préparez-vous, je me suis amusée à préparer un véritable photo-documentaire!

Prêtes? Alors-suivez moi…Bienvenue dans la vie de Boucle d’Or!

SO early!

5h15 – Mon réveil sonne. Oh mon Dieu, je ne serai jamais capable. Ça n’est pas humain. Je reprogramme le réveil à dans 10 minutes.

5h25- Mon réveil sonne. Courage. Non. Impossible. Je reprogramme le réveil à dans 5 minutes.

5h29 – Je commence à me réveiller, malgré tout, à force de reprogrammer. Je me concentre sur des pensées motivantes (comme ces gens qui doivent se lever au milieu de la nuit comme les médecins, les vétérinaires ou les boulangers). Je pense à quelque chose de réjouissant (peut-être mon article d’hier a-t-il reçu plein de commentaires? Mon nouveau gloss Bobbi Brown! La fête de Petite Ourse qui arrive!). Je prends une grande respiration et…

5h30- Mon réveil sonne super fort. Ça réveille Bébé Ours, of course. Vite, je lui donne un biberon, il se rendort: ouf! Mon chien incontinent se lève à son tour. Je me précipite pour le faire sortir. Ouf, il fait pipi dehors (et non sur le plancher de la salle de bain). Bon, pantoufles, robe de chambre (avec capuchon), je descends me faire un café. J’ai l’air de Yoda (teint vert et cernes).

Mmmm coffee!Pendant que mon café coule, j’en profite pour commencer à préparer mon lunch, les collations des Petits Ours pour après la garderie, mais aussi leur petit déjeuner et biberons qu’ils boiront dans l’auto.

Yum!

5h45: Je prends place au comptoir avec un café et mon petit déjeuner…Pour déjeuner, j’adore le granola de la Fourmi Bionique avec du lait d’amande. Je suis encore endormie (trop endormie pour écrire quoi que ce soit) alors j’en profite pour jeter un coup d’oeil à mes courriels (je ne réponds à rien le matin), la Presse, la météo et aussi, mes blogues chouchous. Pendant ce temps, je mange et je garde un oeil sur la soupe que je fais chauffer pour mettre dans mon Thermos pour mon lunch.

5h55: Mon lunch! Vite, je finis de tout préparer. Souvent une soupe pour me réchauffer, avec du quinoa ou une salade ou encore, des petits rouleaux de légumes (je vous donnerai bientôt ma recette!). Avoir un bon lunch est essentiel, sinon, je n’ai pas d’énergie, je n’ai hâte à rien, je suis forcée de sortir et dépenser et je culpabilise de manger n’importe quoi. So good!6h05: Je monte et m’installe à ma coiffeuse. Bon, au travail!Allez6h10: Un pshiiit d’eau pour me réveiller, crème, crème solaire et vite, j’attaque le teint! Mes chouchous du moment, comme vous le savez sont le Fond de Teint Touche Éclat Yves St-Laurent et le Cache-cernes Clé de Peau qui est simplement inégalé.

Le Teint6h15: Je passe à la case éclat (good-bye Yoda). Un blush crème (celui-ci), un enlumineur et un fluff de poudre (Caron forever!).

Get pretty

6h20: Maintenant les yeux. Comme je suis fatiguée ces jours-ci et que je n’arrive pas à être bien créative le matin, je me tourne inmanquablement vers une variation de toutes les palettes Naked d’Urban Decay réunies. Que ferais-je sans ces palettes? Une petite couche de mascara, je discipline mes sourcils et…c’est parti. Sans oublier: mon Prime Pot Stila, mon sauveur.

Naked

6h25: Mon nouveau déo, du parfum, de la crème de Jour Phyto

Deo

6h30: Je vais à la salle de bain. Je tente quelque chose avec mes cheveux. Finalement, aujourd’hui, ça c’est terminé en chignon. En passant, avis à celles qui rêvent d’un fer plat GHD comme le mien: ne gaspillez-pas vos sous, c’est le pire fer plat que j’aie jamais eu. On s’en reparle, tiens. Cheveux6h42: Je m’habille. Bon, je me change quelques fois en fait. Je ne trouve pas mes culottes dans ma garde-robe sans dessus-dessous malgré toutes mes bonnes intentions. Finalement, aujourd’hui, j’ai choisi ceci (en ayant une bonne pensée pour Jackie Kennedy, mon inspiration du jour):

Jackie

7h53: Comme je suis en bas, j’en profite pour faire un petit lavage…

Lavage...7h04: Je monte réveiller Petite Ourse. Doucement. Mon mantra; je suis un être de patience infinie.

7h09: Je commence à stresser. Je flatte Petite Ourse. J’allume les lumières. Je la chatouille. Je suis un être de patience infinie. Je lui explique qu’un Monsieur à mon travail se fâche si j’arrive en retard. Elle refuse de se lever. Je compte jusqu’à trois. Elle ne bouge pas. Je la prends dans mes bras et la sors du lit. Elle se réveille tout à coup et pleure qu’elle “veut faire le chemin tout-seul“. Elle retourne dans le lit pour refaire le chemin à l’envers. Grande respiration; je suis un être de patience infinie. Je pense à la force tranquille de Yoda. On choisit les vêtements. Elle choisit des chaussettes différentes. Je me rappelle mon mantra. Je fais ses tresses françaises pendant qu’elle regarde Tro-Tro sur le Ipad. Je la débarbouille. Et…c’est le tour de Bébé Ours (moins les tresses).

7h44: Tout le monde descend, je fais chauffer la voiture. On déblaie, on pellete. On s’habille, on prends tous les sacs, on s’installe et on pars. Je respire enfin! Vie professionnelle, j’arrive (avec soixante sacs)!

Tous les sacs

8h15: Après un arrêt à la garderie, me voici en chemin vers le bureau… Je traverse la montagne et croise l’écurie des chevaux de la police montée qui prennent l’air frais (ils ont même des manteaux par grands froids!). J’en profite pour téléphoner à mon Goglu et écouter la radio. Un petit moment à moi. Au feu rouge avant mon bureau, je me mets du rouge à lèvres, toujours avec mon crayon comme celui de Megan Fox.

Les chevaux

8h31: Me voici, me voili! J’entre dans mon bureau, j’allume ma chaufferette, j’ouvre mon ordi, je prends mes messages et après un petit courriel matinal à quelques amies…la journée commence.

(…) Je rédige des documents.

(…) Je retouche mon rouge à lèvres.

Bureau

Je ne vérifie jamais mon blogue du bureau car mes employeurs ne connaissent pas ma double vie. C’est mon petit côté Batman.

(…)

12h30: Oh, joie, je mange mon lunch préparé avec amour par moi! J’en profite pour commencer la rédaction de mon article du jour. Comme il fait froid dehors, je reste à mon bureau le midi.

(…) Je rédige des documents. Je mange un carré de chocolat. Je me dis qu’il faut que je pense à m’hydrater davantage de l’intérieur. Je me fais une infusion ancestrale, tiens.

(…) Je rédige des documents. J’abandonne le rouge à lèvres et me rabats sur mon Lip Glow et du baume à lèvres. J’hydrate mes cuticules. Constamment.

(…)

17h45: Je pars à la course! Je passe chercher les oursons à la garderie. Ils mangent leur collation dans l’auto.

18h45: J’arrive enfin à la maison et y retrouve Papa Ours qui a préparé un bon repas; il aime cuisiner. Je suis vraiment bien chanceuse. La maison sent bon. Je mets mon pyjama immédiatement!

19h00: Bébé Ours prend son repas. Débarbouillette-Bain-Berceuse-Dodo, il est exténué.

19h30: Repas avec Papa Ours et Petite Ourse. On se retrouve. Enfin! Clean-up de la cuisine, bain et pyjama de Petite Ourse. Une histoire (ou deux ou trois)… Puis, les négociations pré-dodo commencent. Mon mantra: je suis un être de patience infinie. J’en profite pour me faire un masque ou me blanchir les dents. Yodaaaaa!

21h30: Toujours en grandes négociations avec Petite Ourse qui se relève, qui fait dans le drame, qui joue, qui veut que je lui fasse un tour de magie, qui a soif, qui a envie de pipi, qui argumente, (“Maman; j’ai une bouche donc je parle!“). Elle sautille. Elle fait une cabane. Elle pleure. Elle prend une mine tristounette avec un sourire en coin. Je suis un être de patience infinie.

22h00: Un bain pour moi, enfin. J’adore toujours mon huile de bain d’hiver Green Beaver qui détend et réchauffe. Et je me savonne avec mon sublime savon Glycéril de la Société Parisienne de Savon. Pendant que je suis dans le bain, j’en profite pour me démaquiller, pour enlever mon vernis, pour m’exfolier ou poncer mes pieds. Ou souvent je fais juste barbotter, les yeux fermés. Très souvent.

Bath Time

22h20: Crémage en règle, poudre pour le corps, brossage de cheveux, Secret de Nuit Phyto et pshiit d’eau de toilette (Tartine & Chocolat avant le dodo), je termine ma journée au même endroit qu’elle a commencé, à ma coiffeuse. J’en profite pour appliquer mon soin du visage: depuis plus d’une semaine j’ai adopté les produits bio La Mav et, bien qu’il soit encore bien tôt pour rendre jugement, je dis de manière intérimaire: j’aime, j’aime! Je vous en dirai davantage bientôt!

Pré-dodo

22h30: Je me glisse sous la couette. Papa Ours et moi on se retrouve, on placote. J’en profite pour répondre aux commentaires et finaliser mon article. Je promets de ne pas me coucher trop tard mais…

23h30: Bon, voilà, tout est prêt, mon article est programmé. Tout le monde dort. Je me relève juste pour faire mon vernis.

Vernis23h45: Mon vernis est en mode séchage…Soudain, cri strident: Bébé Ours se réveille.

0h10: Bon, je refais le vernis de mon pouce et de mon index qui est tout défait. Inspirée, je me dis que je pourrais peut être laver mon four puisque je suis réveillée, histoire de maximiser. Je m’hydrate les mains, les cuticules et les pieds à la place. Je prends la sage décision de m’allonger, juste pour voir si je m’endors. Et…

Before bed

2h30: Oh, je me suis endormie! Bébé Ours se réveille. Biberon. J’en profite pour me réhydrater les mains avec ma géniale crème l’Occitane pour m’aider à me rendormir.

4h11: Bébé Ours est encore réveillé? Mon chien incontinent aussi. Pas possible. Baume à lèvres, tant qu’à être debout. Endormie, je regarde si mes lectrices d’Europe ont commenté mon article du jour. Je me rendors, souvent en souriant.

5h15: Le réveil sonne…et…me voici!

Oui, c’est un rythme busy-busy, un horaire occupé; comme le sont tous nos horaires à un moment ou un autre. C’est une vie que j’aime parce qu’elle me permet de faire tout ce que j’aime. Et quand on aime, on ne compte pas. On se met simplement en quête de cache-cernes.

Me voici donc un an plus tard, beaucoup de choses ont changé. Je ne suis plus en congé de maternité, j’ai perdu et trouvé un emploi, j’ai voyagé, j’ai fait des promenades, j’ai cuisiné, j’ai vécu des moments de stress, des moments gênants et mon dieu, j’ai essayé oh combien de rouges à lèvres et vernis. Boucle d’Or évolue, comme ses goûts et les modes, mais la constante dans sa vie c’est le bonheur que lui procure l’écriture et le partage de ses trouvailles avec ses amies coquettes qui la retrouvent ici.

Un énorme merci à vous toutes, fidèles lectrices, d’être au rendez-vous, toujours élégantes dans vos propos, toujours belles dans votre générosité. Vous m’encouragez, vous me faites découvrir des produits, vous venez de partout, de Suisse, de France, du Maroc, de Tunisie, d’Australie, de Nouvelle-Calédonie et de Suède.

Vous faites de cet espace un lieu de rencontre convivial et chaleureux où la recherche du sérum hydratant parfait prend des airs de fête. Et où le bonheur de partager sur les petits riens de la vie relève du mystique. Cheers!

Chic-nordique: bien dans sa peau malgré -45°C

Mal dans sa peauDur, dur par temps froid d’être bien dans sa peau. Elle tiraille, elle est sèche, elle rougit par plaques et elle manque d’éclat, sans compter que le maquillage se met vite à accrocher dans les petites écailles. Pas super pour le look zéro makeup: on a maintenant l’air d’un poisson qui s’est amusé avec une palette Laura Mercier. En plus, la peau sèche, ça vieillit de, je ne sais pas, trente mille ans style momie Toutankhamon! Oui, on s’hydrate à fond, mais en même temps, on ne veut pas tout débalancer l’épiderme ou luire avant même de se maquiller. Ou vivre le syndrôme-cheveux-qui-collent-dans-le-gloss au moindre coup de vent mais avec (horreur), notre visage.

Lac gelé

J’ai reçu cette semaine un courriel de ma bonne amie V. Vous vous rappelez de V., mon amie du Plan?

Hi BFF!

How are you surviving this cold cold week? C’est ma semaine “Ernest Shackleton, explorateur de l’Antarctique”, à chaque fois que je sors dehors, je suis en mode survie avec 4 paires de legging et mon look Agaguk. Le reste de l’hiver devrait être facile après ça…Au fait, aurais-tu une bonne crème à me conseiller?

Parce que oui, puisqu’il fait ici environ, oh, je ne sais pas, -60 000 degrés (non, je plaisante, il ne fait que -25°C et, comparé au -45°C de la semaine dernière (où ma voiture ne démarrait même pas), ça me semble tout à fait tropical), je me considère un peu une experte des crèmes “temps froid”. J’ai donc décidé de vous présenter mes crèmes cocon favorites et par la même occasion, de répondre à mon amie V. et tous les autres Ernest Shackleton de ce monde.
Moulin de la Pointe

D’abord, il y a ma fidèle et tant aimée Glaxal Base, une crème très neutre qui sent un peu la colle (mais on vient vite à s’y habituer et même à aimer et on finit par dire comme moi, “vive la colle!”), qui apaise les peaux les plus rouges, les plus irritées. C’est un peu l’onguent par défaut par excellence (elle est même la crème la plus recommandée pour les gens qui suivent des traitements de radiation): texture crème qui devient vite aqueuse, elle pénètre rapidement, ne colle pas et peut être utilisée sur le visage comme sur le corps. Mais surtout, elle a un effet calmant instantané. C’est la crème de nuit idéale après une journée de ski, la crème à appliquer sur les plaques rouges sur lesquelles tout chauffe, la crème que l’on peut mettre sur un nouveau-né comme sur des lèvres qui font mal. En plus, elle ne coûte pas très cher: moins de 15$. Dans toute ma famille, c’est vraiment une crème que l’on a dans sa pharmacie en tout temps, un grand classique de chez nous bien adapté au climat.

So cold

Une très récente découverte: mon amie M. (qui sait à quel point je suis fascinée par all things routine de soin Garance Doré-Dr. Planté) m’a envoyé la crème Ictyane HD de Ducray, qui ne se trouve pas ici, malheureusement. D’ailleurs, c’est à n’y rien comprendre puisqu’elle est hyper parfaite pour l’hiver montréalais! Texture très fine qui s’étend bien, elle gagne à être un peu travaillée par un massage du bout des doigts avant le maquillage. Oui, elle brille mais ça n’est rien qu’une touche de fond de teint ne peut pas maîtriser. En plus, c’est vraiment dur de faire mieux pour un look après-ski lumineux, suffit d’ajouter une touche de blush crème et du gloss et voilà, on revient d’Aspen (ce qui est parfait pour mon Plan). C’est vraiment une belle découverte pour l’hiver puisqu’elle peut être portée en crème de jour comme de nuit pour une hydratation optimisée around-the-clock. C’est d’ailleurs ce que je fais ces jours-ci et ma peau est, de toute évidence, en meilleur état que d’autres années. Merci Garance!

Il y a aussi le Baume Protecteur Druide, que j’adore depuis longtemps. À la base, c’est un baume pour protéger les fesses de bébé contre l’érythème. Mais sa composition naturelle neutre et la richesse de ses ingrédients en font un produit parfait pour toutes les parties délicates ou sensibilisées, pour tout le monde. En apparence, ce baume ressemble à de la gelée de pétrole (texture claire gélifiée) mais il n’en n’est rien: 100% des ingrédients sont d’origine naturelle et 60% issus d’agriculture biologique. Beurre de mangue et fleur de souci, parfum subtil tout doux, apparence glossy-silky, je l’utilise sur le visage de mes petits ours, sur mes jambes et aussi en gloss traitant. J’ai en effet toujours un mini-pot dans mon étui à maquillage: cuticules, lèvres, haut des pommettes en point de lumière rajeunissant (anti-peau de momie égyptienne), c’est mon baume multi-usage favori. Pas étonnant qu’il soit le meilleur vendeur de cette marque et soit aimé du Saguenay au Danemark!

Sans oublier le fameux Cicaplast Baume B5 de la Roche-Posay (qui n’est malheureusement pas disponible ici). Un baume bien gras que j’applique dans les moments de crise, les soirs de grand vents ou encore, en masque apaisant (je retire l’excédent avec un coton). Sinon, pour toutes les petites plaques qui tiraillent, les patch de peau de croco ou même les boutons qui mettent trop de temps à cicatriser, appliquez généreusement et hop, au lit.

Enfin, une belle découverte de cet hiver que je dois à la recommandation de l’une d’entre vous (merci Juliette!); j’aime toujours autant la Crème Nutritive compensatrice Riche d’Avène dont je vous ai abondamment déjà parlé ici… J’achève mon pot et, bien que j’aie plusieurs autres crèmes qui m’attendent, je trouverai difficile de ne pas la racheter tant elle m’a sauvée cet hiver.

Brrr

Voilà, pour mes crèmes spécial temps froid. Comme le dit mon amie V., ça devrait être moins pire maintenant; aucun doute, les beaux jours reviendront vite. Couvrez-vous bien et courage. C’était Boucle d’Or qui vous parle en direct de Montréal, en buvant un café dehors, le visage on-ne-peut-mieux hydraté. Courage.

OMG, so cold!

P.S.: Vous, vos crèmes Ernest Shackleton Explorateur de l’Antartique?

P.S.2: Les photos ont été prises dans mon village natal de Pointe-Claire (à 30 minutes de Montréal, je sais, mais “village natal” ça fait tellement plus exotique je trouve.)

P.S.3: Vous vous rappelez des dentelles fabriquées par mon arrière-arrière-Grand-Maman? C’est aussi elle qui a fabriqué cette magnifique couverture! Très chic-nordique, non?

Me and you, Widu

WiduJe rêve d’une brosse à cheveux Mason Pearson depuis…toujours je crois. Je suis née en rêvant à ces belles brosses anglaises, ces brosses totalement mythiques. Oui, elles sont bien chères, mais en même temps, une bonne brosse, ça dure des millions d’années, non? En plus, ça n’est pas comme s’acheter un truc hyper saisonnier dont on ne sert presque jamais, comme une sorbetière ou encore, des faux-cils à plumes. Une bonne brosse, on s’en sert tous les jours que crée l’univers. Malade, en forme, glam, en jogging, à trente ans comme à cinquante, on se brosse toujours les cheveux. Donc, voilà, je crois fermement en l’importance de l’investissement pour cet outil qui fera notre joie quotidienne et la beauté de notre crinière.

Le hic? Les brosses Mason Pearson n’étant pas vendues à Montréal, je ne peux pas les examiner avant. Il y a une telle sélection, tant dans les tailles que dans les mélanges de poils (nylon, sanglier, etc.) que je veux absolument rencontrer ma Mason avant m’engager pour les dix prochaines années, voire plus. Parce que, une vie à deux avec la mauvaise brosse, c’est long longtemps. À titre d’exemple, j’ai récemment succombé à la Tangle Teaser, une brosse aimée du monde entier semble-t-il. Eh, bien, vous savez quoi? Elle ne me va pas du tout, cette brosse. C’est à peine si elle effleure le dessus de mes cheveux, comme si on me flattait du plat de la main, comme un chat. Ça ne démêle rien du tout, ça ne stimule pas mon cuir chevelu, enfin, pour moi, c’est nul. Par contre, Petite Ourse, elle, demande cette brosse tous les matins pour sa mise-en-tresses. (Comme quoi chacune doit trouver la brosse qui lui convient). Pour ma part, j’adore la version Aqua Splash de cette brosse pour la douche qui me permet de bien enduire mes cheveux de Crème au Citron ou de Soin Nuanceur Christophe Robin.

Mais revenons à nos moutons. La brosse Widu. C’est la merveilleuse Merilee du site Beauty Habit qui me l’a recommandée. (Je vous reparlerai de Merilee et de Beauty Habit très bientôt, comptez sur moi). Je lui ai décrit mon type de cheveu et exposé mes craintes, mes hésitations à acheter la Mason Pearson (c’est-à-dire, je lui ai fait un résumé de ma vie, de mes rêves et ambitions, de tout ce que j’attends de ce monde et aussi d’une brosse à cheveux) et Merilee m’a dit: “Tu sais, je parie que tu aimeras la brosse Widu“. Widu?

Mais comme je fais hyper confiance à Merilee, j’ai fait le saut et vous savez quoi? Cette brosse et moi on file le parfait amour depuis. Oh, so happy!

Les brosses Widu sont des brosses italiennes fabriquées à la main selon des méthodes qui ont fait leur preuves. Elles sont entièrement en bois de charme issu de forêts gérées selon les principes de l’éco-responsabilité (bois certifié par le Forest Stewardship Council). Le grain du bois blanc est fin et doux et les brosses sont finies avec de l’huile de lin purifiée et de la cire d’abeille. Il y a une grande sélection de peignes et brosses parmi lesquels choisir, même des brosses de poils de sangliers (obtenus selon certaines règles d’éthiques)!

Ce que je préfère de ma parfaite Widu? La sensation de massage du cuir chevelu qui fait de mon moment de brossage quotidien un moment complètement divin (qui, en plus, encourage la pousse des cheveux). Pas d’égratignures de la peau, de tiraillage, pas de sensibilité. Ma Widu ne tire pas, ne casse pas les cheveux. En plus, elle est faite pour durer une vie! De toute évidence, les bonnes brosses poussent dans les arbres…

P.S: J’ai choisi la Large Rectangular Paddle Brush que j’utilise aussi pour ma mise en pli.

Vous, la brosse avec qui vous partagez votre vie?

La Crème des Déo

DeoNous avons déjà parlé de mes aisselles? Certes, je vous ai glissé un mot sur le sujet ça et là mais, je veux dire, avons nous parlé du sujet avec exhaustivité? C’est bien ce que je pensais. Voilà qui manque à votre culture! Qu’à cela ne tienne, vous saurez tout de mes aisselles sans plus attendre; à l’ordre du jour aujourd’hui nous explorerons le sujet avec énergie et diligence. Oui, il y a de fortes chances qu’après lecture, vous vous disiez: “…mais…tout ça pour ça?“. Vous aurez été prévenues, cet article sera une véritable dissertation sur mes aisselles.

Donc, mes aisselles. Parlons-en. D’abord, elles sont normales. Un peu sensibles. Épilées au laser. Des aisselles normales-sensibles quoi. Je ne transpire pas vraiment, à moins de sport intense (ergo, je ne transpire jamais) ou encore, de chaleur extrême. Mais, malgré tout, la stressée de la vie que je suis est depuis longtemps à la recherche du déodorant parfait. Parce que voyez vous, l’idée même de penser que je pourrais peut être transpirer me fait suer. Mais en même temps, je n’ai pas envie de porter un produit trop fort, asséchant ou sensibilisant et j’ai encore moins envie d’un produit chimique anti-sudorifique qui contient des sels d’aluminium. D’ailleurs, il faudrait que je vous fasse une vidéo de mon geste d’application de déo, un truc pas possible où je me tartine quasiment du coude à la côte. Juste par stress de peut être, ne pas avoir mis de déo partout sur mes aisselles et les zones y-attenantes.

Oui, je suis une stressée des aisselles et du déo. Je suis cette fille complètement parano qui, dès que ça sent la sueur dans un autobus bondé ou sur un dance floor, effectue une petite auto-vérification subtile ou encore, demande à sa meilleure amie, nettement moins subtile: “est-ce que je sens la transpiration, dis-moi, regarde, sois honnête, je vais faire un mouvement de bras comme ça, là et tu me dis, ok, 1, 2, 3…??

Et vous savez-quoi? Mes aisselles ne sentent jamais la sueur. Jamais. Mais ça ne m’empêche pas de stresser à fond. Donc, afin de réconforter mon esprit inquiet-imaginatif, j’ai depuis longtemps décidé d’aborder la question comme si j’avais un problème de sudation excessive. Genre médicalement rare. Un spécimen de la nature.

C’est donc avec cette démarche cartésienne que je me suis mise, il y a longtemps, en quête du déodorant parfait.

Et, j’en ai essayé tous plein. J’ai bien aimé celui de Tom’s of Maine. Ensuite, mon préféré jusqu’à tout récemment a été le déo non parfumé d’Hugo Naturals. Mais…dans ma quête, il manquait toujours quelque chose. Il y avait parfois ce sentiment collant de déo qui ne sèche jamais, qui donne froid. Ou encore ces résidus dans mes plis d’aisselles. Ou encore l’effet transfert-de-matière où les poils de mon chandail de cachemire noir vont se coller sur ma zone de déo de sorte que j’ai l’air d’avoir des aisselles où pousse du poil de lama. Génial.

Mais là, tout ça, c’est fini. J’ai trouvé la perle rare. La crème des déo. Le Déodorant en crème Soapwalla. Une merveille.

D’ailleurs, c’est l’une d’entre vous (laparisienne, merci!) qui me l’avait recommandé et avait piqué ma curiosité en mentionnant sa “tenue incroyable”. J’ai fait des recherches et j’ai découvert un produit complètement culte, un produit bio, un produit très pro.

Soapwalla est une petite marque bio de Brooklyn née dans la cuisine d’une femme à la peau sensible exacerbée par le lupus, qui a entrepris de créer des produits de soins qui n’aggraveraient pas sa condition. Les quelques produits qu’elle fabrique (elle-même, perso), sont tous bio et formulés avec des ingrédients de qualité alimentaire, sans ingrédients de synthèse comme les parabens ou le sodium lauryl sulfate.

Et ce déodorant? En fait, c’est une crème. Une vraie crème, dans un pot, que l’on applique avec les doigts. Au début, ça m’a fait bizarre d’utiliser mes mains, mais en fait, le geste est semblable à s’appliquer une crème corps ou un soin visage. C’est quoi cette histoire qu’on ne doit surtout pas toucher à nos aisselles à moins de tenir un bâton ou un spray?  Réapproprions-nous nos aisselles, je dis!

Donc cette crème est formulée de poudres de légumes ultra-fines, d’argiles et d’huiles essentielles de menthe poivrée, d’arbre à thé et de lavande. En pratique, c’est une crème inodore. On l’applique et ça sèche tout en transparence instantanément. Pas de fini collant. Pas d’aisselles de poil de lama. Jamais d’humidité, d’odeur ou de micro-climat chaud-humide. Et ça dure, ça dure, toute la journée mes amies. Et plus, à titre indicatif j’ai déneigé mon toit, été à une réunion ultra-stressante et porté mon manteau de fourrure à l’intérieur d’un centre d’achat surchauffé. Et? Rien. Mon front luisait mais mes aisselles, elles, étaient mattes. J’ai même stressé à fond à l’idée d’essayer un nouveau déo, vous vous imaginez! Et? Et finalement, je suis bien contente d’avoir fait le saut. Le saut Soapwalla.

Vivement que j’essaie d’autres produits de cette marque!

Vous êtes comme moi une parano du déo? Vous utilisez quoi?

*Pour celles au Québec, ce produit est disponible sur le site de Crèmes Etc., sinon, pour l’Europe, j’ai vu qu’il était vendu sur BazarBio.

Chérie d’amour

Dior Cherie BowLa collection de printemps Dior Chérie Bow. Vous l’avez toutes vues, oui. Je suis en retard de genre, mille ans. Vous avez même été nombreuses à m’écrire, à me dire : « Quand j’ai vu cette collection j’ai tout de suite pensé à toi, Boucle d’Or! » Et à chaque fois j’avais ce sentiment d’être entourée d’amies qui me connaissent bien, qui savent ce que j’aime et ce qui me va, un peu comme quand une copine m’envoie la photo d’une robe (tutu) dans une vitrine parce qu’elle sait que c’est juste trop mon style.

Oui, la Collection Cherie Bow de Dior c’est tout ce que j’aime dans la vie (au point où je me suis même demandée (dans un total moment de théorie de la conspiration), si Dior avait implanté une puce dans mon cerveau à mon insu pour lire dans mes pensées…Ça en expliquerait tant sur ma ruineuse addiction au Lip Glow…Enfin, je n’ai pas d’excuses, hein, vu que je n’ai pas de puce.) Donc, où en étais-je…? Oui, la collection parfaite pour moi. Une collection toute de rose poudré, de rose punché, de ruban de satin, boucles, tulle, ballerine, gris souris et palettes coquettes. Une collection pour se promener dans une roseraie dans une robe vaporeuse. Une collection à porter avec le trench du printemps ouvert pour qu’on sente bien le petit vent doux avec, en dessous, juste un simple t-shirt blanc tout pur (et un jeans, c’est sûr). Une collection pour attendre les beaux jours avec le visage frais et serein d’une danseuse de ballet en audition.

So chic, so perfect, so lovely, voici-voici mes éléments préférés de cette collection chérie.

D’abord, la palette Chérie Bow! J’aime que tous les essentiels (y compris le cake liner) soient rassemblés dans un seul et même étui qui contient à lui seul un look complet (hormis le blush) qui se suffit à lui-même, un look très poupée des années 60. Limite Valley of the Dolls. J’adore le petit rabat protecteur qui protège le gloss de particules de poudre. Tout est bien pensé, on le voit bien. En ce qui concerne les teintes de fard à paupières, elles sont ultra-flatteuses pour les peaux plus pâles, ultra-faciles à appliquer et porter : du rose et du gris tout doux, à rehausser d’un bon trait de liner noir et de gloss couleur chair-rosé. C’est simple, c’est frais et ça se glisse facilement dans un sac le temps d’une journée ou d’une weekend- tout est là pour être jolie et faire battre les coeurs.

Ensuite, le fameux crayon Twin Set; un crayon estompable à un bout, et à l’autre, un embout-éponge de fard à paupière lumineux (lequel est situé dans le bouchon). J’ai la teinte Gris Soupir (un anthracite enfumé) pour se faire des yeux mystérieux (je dois encore me pratiquer à trouver la bonne technique puisque je n’ai pas des grands yeux et que les fards foncés ont tendance à accentuer ce trait) et le Rose Cache-Coeur, un rose bonbon assez soutenu. Sur les yeux, je n’ai pas testé ce rose qui me semble vraiment trop intense (en plus le rose sur les yeux, ça n’est rien pour me donner l’air reposé moi qui ai déjà les yeux rouges). Par contre, ce crayon est sublime, sur…les lèvres et les joues. Ça n’a vraiment pas de sens comme c’est joli. J’applique le fard à paupières sur mes lèvres pour un look velouté-poudré-flou-romantique ma foi très victorien, ou encore, j’applique le crayon carrément en rouge à lèvres… et je me prépare à recevoir mille compliments. Enfin, j’applique également le fard à paupières sur le haut des pommettes en blush lumineux et là encore, c’est très beau, j’ai l’air de revenir d’une promenade. C’est vraiment mon nouveau produit multi-fonctions favori! Oubliez le Multiple de Nars, mon printemps s’inscrira sous le signe du Twin Set (le crayon et les cardigans…so chic, so Jackie!)

Le Twin Set sur les joues et les lèvres

Le Twin Set sur les joues et les lèvres

J’aime bien le blush Rose Bonheur, un rose franc, un rien fushia qui est parfait ces jours-ci pour me donner des looks de Winter Wonderland (idéal encore une fois sur les peaux claires) et surtout, j’adore, mais j’adore la palette de fards à paupières Rose Ballerine (c’est si rare que ça m’arrive mais j’utilise vraiment toutes les couleurs de cette palette). Enfin, il y a aussi les rouges à lèvres; j’ai jeté mon dévolu sur la teinte Charmante, un doux corail-rosé qui me donne bonne mine et fait les dents blanches. Love!

Espiègle

Espiègle

Candide

Candide

Dior  Charmante

Charmante

Enfin, j’ai hâte aux beaux jours pour pouvoir enfin porter le vernis Rosy Bow qui a l’air vraiment décalé avec mon manteau de fourrure et mes gants. C’est un vernis d’été pour quand on est bronzée, pour quand on est en petite robe, idéal pour les orteils je trouve. Surtout si on porte des lunettes yeux de chats et qu’on magasine les macarons… Juste y penser et je me couperais une frange années 60, style Françoise Hardy tiens, comme ça, à froid…

En attendant les beaux jours, je porterai donc cette collection dans un esprit ballerine au repos (oui, encore et toujours) ou encore jolie patineuse à Central Park (ma dernière inspiration du moment…d’ailleurs il me faut un manchon!!), des teintes douces, froides et classiques pour être féminine sous les arbres gelés, pour être pomponnée comme une jolie poupée.

Un message pour Dior: Ceci est un test. Je pense à votre prochaine collection. Alors, ce thème? Tik, tok. Vous lisez dans mes pensées?

(…) J’attends.

Poudrerie

PoudreriePoudrerie“, c’est le nom que les météorologues donnent à la petite neige fine qui virevolte  et est soulevée par le vent, de telle sorte que tout est vraiment tout blanc. Un peu comme ma salle de bain tous les matins et aussi très souvent le soir, quand je sors du bain.

Parce que je me poudre le corps. C’est un petit rituel quelque peu mis de côté par ma génération et à tort…c’est complètement divin! D’abord, ça coupe l’humidité. On peut même souvent se passer de déodorant…Exit donc la moiteur et la sensation de “froid” qui suit souvent l’hydratation l’hiver. Ensuite, ça sent bon. Et surtout, ça fait la peau plus douce qu’un jupon de satin. À la demande de l’une d’entre vous (Irène, that’s you!) je vous présente donc mes poudres pour le corps et mon mode d’emploi.

D’abord, je me poudre où? Pas de science exacte de la poudrerie pour moi; je me poudre ça et là, selon le temps dont je dispose, les circonstances, la température et mes envies. Il ne se passe pas une journée sans que je me poudre les aisselles, les pieds, derrière les genoux, sous les seins et sur les cuisses, histoire de sentir bon et de couper court à toute possible moiteur. Aussi, si j’en ai le temps et l’envie, j’aime bien me poudrer intégralement, histoire d’être bien douce de partout. En fait, s’il fait chaud, la poudre est particulièrement salutaire, voire même assainissante. Et s’il fait froid je la trouve nécessaire pour rester au chaud. En fait, j’utilise la poudre pour le corps toute l’année. C’est ma coquette de Grand-Maman qui m’y a initiée et depuis, je ne peux m’en passer.

Aussi, je me poudre toujours sur un tapis de bain! Sinon, la poudre qui tombe sur le carrelage de la salle de bain crée une surface ultra-glissante. Limite patinoire. À éviter.

Enfin, je me poudre avec une houppette de velours avec un mouvement de tapottement léger en prenant bien garde de ne pas me poudrer trop proche du visage ou d’inspirer la poudre. Et je lave régulièrement ma houppette; au moins une fois aux deux semaines en fait.

Alors, voici, voici mes poudres pour le corps:

Talborina de Santa Maria Novella (Melograno): Le luxe ultime en matière de poudre pour le corps, je n’ai jamais trouvé mieux. D’abord, j’adore la boîte recouverte d’une tapisserie ancienne, romantique comme une lettre d’amour écrite à la plume. Mais surtout, la douceur que cette poudre apporte à la peau est inégalée. J’avais choisi ce parfum parce que c’est le parfum de la (feu) Bond Girl Vesper Lynd mais en rétrospective il est un peu trop présent à mon goût et je choisirai la prochaine fois quelque chose de plus neutre. Quoiqu’il en soit, on ne peut pas se tromper avec Santa Maria Novella. C’est la marque parfaite pour se la jouer Juliette Capulet avant d’aller soupirer à son balcon sous les étoiles.

Johnson’s Baby Powder -Magnolia Petals: Une poudre à bon prix au parfum fleuri, je l’utilise surtout sur mes pieds ou dans mes chaussures. 100% constituée d’amidon de maïs (pas de talc), elle absorbe bien l’humidité et son contenant la rend facile à transporter. Pour moins de 5$, difficile de faire mieux.

Poudre pour le corps Youth Dew d’Estée Lauder: Cette poudre, c’était celle qu’utilisait ma grand-maman, dans ce très chic contenant qui ne se fait plus. J’aime son odeur pour les souvenirs. Des souvenirs tout doux. Je ne l’utilise pas mais j’ouvre la boîte régulièrement. C’est une poudre excellente, mythique même; avis à celles qui aiment les parfums capiteux, version soft.

Poudre dermophile Glycéril de la Société Parisienne de Savon: Mon nouvel amour! Une merveille ultra-fine qui sent bon le lait et le propre, la crème pour le corps et l’amande (ça reste très subtil) et qui fait la peau douce, si douce. En plus, elle est plus chic que chic sur ma coiffeuse avec sa jolie boîte so art deco! Très légèrement irisée (à peine), je l’utilise avec bonheur matin et soir. Par contre, je n’aime pas trop la houppette rigide qui fait un drôle de bruit et je l’ai substituée pour une vraie houppette de velours plus classique. Ça change tout. Recommandée même pour les peaux les plus sensibles, j’adore que cette géniale poudre soit déclinée dans toutes les fragrances de la marque de telle sorte que chacune pourra y trouver son bonheur. Vraiment, la Société Parisienne de Savon (SPS pour les intimes) est une société bientôt pas secrète du tout dont on veut toutes faire partie!

Borotalco de Roberts – Un talc de toilette qui a fait ses preuves et sent bon le propre et le frais. J’achève mon flacon (et j’ai perdu le bouchon) et j’ai été conquise par cette poudre qui calme les rougeurs, les démangeaisons et irritations (je l’ai même utilisée longtemps sur Bébé Ours). Une poudre pour imaginer l’odeur toute douce qui doit flotter dans les pouponnières en Italie. Love!

Voilà pour mes poudres pour le corps. Allez, on s’y met toutes histoire que la mode reprenne et que davantage de marques s’y mettent. Histoire qu’une vague de poudrerie s’abatte sur tous les comptoirs beauté, à mon plus grand bonheur.

Je suis la seule à aimer ce petit rituel peau de bébé? Vous avez d’autres marques à me conseiller?

Le peeling d’une vie

PeelingUne peau parfaite pour la nouvelle année! C’est, je crois, sur la liste de chacune d’entre nous; je me trompe? On veut toutes une peau plus lisse, plus éclatante, plus saine, un teint plus uniforme…une peau parfaite. Si les soins à domicile sont un excellent et nécessaire début à cette résolution, le Peeling Professionnel G.M. Collin à la Clinique Éternité, rue Bernard, est quant à lui, l’équivalent d’un bond de géant vers le teint rêvé. Oui, les bottes de sept lieux de la peau parfaite. La bonne fée qui, d’un coup de baguette magique nous donne le teint tant espéré.

Après 1 séance

Après la première séance

La Clinique Éternité. Soupir de bonheur. Située en face du Local B, sa réputation n’est plus à faire depuis longtemps. Il était donc tout naturel qu’un jour, je traverse la rue pour aller y prendre rendez-vous. L’endroit est coquet comme tout, sans prétention, chic comme je me l’imagine l’est un institut parisien, avec son mur de brique exposée, son beau plancher de bois, ses plafonds hauts et son ambiance feutrée. Autant vous le dire, c’est devenu mon château de princesse pour une peau parfaite. C’est Tiffany qui s’est occupée de moi durant ma cure et elle est vraiment d’une douceur et d’une attention qui méritent mention. Par une journée particulièrement froide, elle m’a même proposée de mettre mes bas-collants à la sécheuse le temps de faire mon soin! Quel bonheur que de retrouver des vêtements tout chauds après le traitement… Sans mentionner le génial couvre-matelas chauffant qui fait que l’on se glisse dans un lit de douce chaleur, sous une épaisse couette le temps de se faire dorloter le visage! Voilà, vous voyez, j’ai tout adoré chez Éternité.

Après 2 séances

Après la seconde séance

Comme je voulais une peau rayonnante pour les fêtes, on m’a conseillé une cure de Peeling Chimiques Professionnels G.M. Collin, laquelle j’ai commencée la dernière semaine de novembre. La cure se compose de 4 à 6 séances d’environ 40 minutes où le visage est d’abord démaquillé et bien nettoyé, puis, où la solution peeling est appliquée, et enfin neutralisée. La spécialiste termine ensuite la séance par l’application d’une crème adaptée ou, si l’on en fait la demande, par un masque hydratant apaisant. Le protocole de la cure est très spécifique: il alterne les types d’acide et le degré de concentration d’une séance à l’autre, selon les besoins. Ainsi, j’ai commencé par faire un Peeling Lactique (semaine 1), un Peeling Derm Renewal (Semaine 2), un Peeling Glycolique (Semaine 3) et un autre Peeling Glycolique (Semaine 4).

Voici toute l’information sur chacun des peelings: le Peeling lactique travaille à ralentir les premiers signes de vieillissement grâce à sa concentration en vitamines C et E. Quant au Peeling glycolique, il travaille à estomper les signes de photo-vieillissement. Pour sa part, le Peeling salicylique traite les peaux à tendance acnéique, et peut même être administré à des personnes dans la vingtaine. C’est également le traitement conseillé aux personnes désireuses d’éclaircir les signes visibles du photo-vieillissement.  Enfin, le Peeling Derm Renewal décongestionne la peau et stimule le renouvellement cellulaire grâce à sa concentration d’acide glycolique et d’arginine.

Après 3 séances

Après la troisième séance

Et alors? Ma maman qui m’avait hautement mise en garde de peur que je devienne “grande brûlée du visage” a été la première à me dire qu’elle n’en revenait pas et qu’elle songeait à tenter l’expérience. Les résultats sont carrément à couper le souffle. J’ai vu une différence encore plus marquée au niveau de mes taches pigmentaires qu’après mes séances de laser ou de lumière intense pulsée, c’est dire! Partout où je vais, on me dit: ” Wow! Ta peau est belle. C’est ton nouveau fond de teint Touche Éclat YSL?” Mes joues ont retrouvé leur éclat comme les joues d’une petite fille. Pores évaporés, teint crémeux qui nécessite un minimum de maquillage, rides estompées…Y-a-t-il quelque chose que ce peeling ne fait pas? C’est vraiment un soin souverain pour commencer l’année du bon pied ou être au meilleur de notre glow pour une soirée ou une fête.

Après 4 séances

Après la quatrième séance

Et, point de vue sensibilité: ai-je été affectée? Étonnement non. Pas de rougeurs, pas de desquamation, le lendemain, j’étais au travail avec une belle peau, plus rebondie au grain serré, certe, plus rosée, un peu coquine, mais jamais sensibilisée ou compromise. Outre le très léger picotement ressenti lors de la neutralisation le soin est agréable comme tout, un vrai moment de bonheur au chaud où l’on peut se détendre, confiante que l’on sortira de chez Éternité avec une sublime peau.

Voilà, j’ai la tête dans les nuages de pouvoir commencer l’année avec une peau de princesse. Un vrai conte de fée qui ne disparaîtra pas à minuit, maintenant que j’ai Éternité de mon côté.

Pour celles qui sont à Montréal, voici les coordonnées de la Clinique Éternité que je ne saurais trop vous recommander:

Éternité: 1220, av Bernard, Outremont, QC H2V 1V6, 514-271-5524

(Coût: 260$ pour une cure de 4 séances.)

Sinon, pour celles qui n’ont pas accès à ce lieu aux milles promesses toujours tenues, rendez-vous sur le site de G.M. Collin pour connaître le point de vente le plus près de chez vous…

Classe Neige

Bottes BaffinCeci n’est pas un article sur comment rester élégante quand il fait froid ou quand il neige. Non. Parce qu’il y a des jours (ou des conditions climatiques) où l’élégance prend un peu le banc de neige comme on dit. Non, aujourd’hui, je vous donne mes conseils pour être bien au chaud, bien confo l’hiver, histoire de ne pas détester cette saison.

Rue enneigée

Préambule: bien sûr, il y a moyen d’être élégante quand il fait froid. Par contre, ça sera un article pour un autre jour. Aussi, avertissement, cet article, quoiqu’il pourra s’adapter à d’autres localités, est spécifique au Québec. Parce que tous les froids, toutes les neiges ne sont pas pareilles. La poudreuse de Ferney (dans les Rocheuses) n’est pas la neige de Mont-Tremblant. Et le froid de Norvège n’est pas le même qu’en Sibérie. À titre d’exemple, je connaissais une fille qui avait grandi sur la base navale de Mourmansk en Russie, au nord du cercle polaire arctique, dans la mer de Barents. On y gèle, inutile de vous le dire, ça ne se compare même pas à ici! Mais, quand elle est arrivée à Montréal, elle a eu des maux de dents terribles en raison du froid, qui est ici, humide. Il y a donc beaucoup de facteurs qui entrent en jeu…Voici donc, ma petite recette pour le froid et la neige de chez moi.

D’abord, les bottes. Je suis complètement over les bottes Sorel qui ne gardent même pas les pieds au chaud et dont le caoutchouc craque et laisse s’infiltrer l’eau. Mais surtout, je suis lasse de les voir sur les pieds de toutes les filles. Cette année, je me suis offert des bottes Baffin, une vraie merveille. Grosses semelles, imperméables et chaudes comme ça n’est pas possible. Je n’ai jamais été aussi bien dans mes bottes. Jamais. Mes Baffin, je les adore, c’est vraiment mon achat chouchou de l’hiver!

Parc Lafontaine

Ensuite le manteau. Il faut un manteau bien chaud, un manteau à capuchon à rebord de poil. Pourquoi? Parce que quand il neige, le poil “capte” les flocons et vous en aurez moins dans les yeux et le cou. Pour ma part, j’ai choisi un Rudsak bien coupé à énorme capuchon, qui me permet d’être à la fois sport et élégante sans être nécessairement en manteau de fourrure (que je réserve pour les grands soirs).

Manteau Rudsak

Ensuite, il faut empêcher les courants d’air! Foulard de laine bien serré, gants (des gants de cuir pour conduire, des mitaines chaudes pour la marche) et chapeau, idéalement avec du poil (love mon Canada Goose, love mon chapeau LaBaie) aussi (histoire de capter les flocons). Je laisse toujours une paire de mitaines chaudes dans mon coffre à gants (pour ces moments où je sors du bureau et dois pelleter ou déneiger l’auto). J’y ai aussi une petite pelle et des “tracks”. Essentiel.

Autres petits trucs: je mets des chaussettes Hunter dans mes bottes par dessus mes vraies chaussettes ou bas collants (pour ces moments où l’on enlève les bottes et mouille inévitablement les chaussettes du jour avant de mettre ses chaussure) et, super truc de mon amie A-M: on peut mettre des leggings noirs sur les bas collants (que l’on retire en arrivant au bureau, ni vu, ni connu).

Enfin, crème à mains avant les mitaines (pour effet spa), bouteille d’eau dans le sac (la neige donne soif), lunettes de soleil (pour contrer l’effet blanc-aveuglant), mouchoirs  et baume à lèvres sont autant d’essentiels du froid.

Pour les promenades avec Bébé, oubliez la poussette (qui reste coincée): je ne saurais trop vous recommander la luge Pelican avec sa bulle pour prévenir que Bébé ne devienne tout enneigé.

Luge PelicanEnfin, petit conseil de mes médecins: l’air frais est, contrairement à la croyance populaire, un véritable remède. Quand Bébé Ours tousse: je l’habille et sors dans le froid et il arrête de tousser comme par magie. Quand je suis congestionnée, il n’y a rien comme une bonne marche dans l’air glacé pour libérer les poumons et donner un coup de fouet bien-être. Oui, c’est tout un travail que de sortir mais, une fois habillée, dans la ville cotonneuse et silencieuse, l’hiver peut être une joie.

Promenade

Enfin, une note aux jeunesses qui me lisent. J’ai longtemps mis le look avant le confort, voire, avant la santé. Je sortais de mes cours de nage synchro, à moins 30, cheveux mouillés, sans chapeau, manteau ouvert. Mes cheveux devenaient instantanément des glaçons. J’ai aussi déjà marché en sandales dans la neige (15 pas, d’un taxi à une soirée, un soir de jour de l’an)…Mais au fil des ans j’ai appris que d’être bien, au chaud, malgré le froid, c’était vraiment génial. Mais aussi que, une fois arrivée à destination, mes cheveux étaient plus beaux si j’avais porté un chapeau. Et mes mains étaient moins craquée si j’avais porté des mitaines. Sans oublier que je suis malade moins souvent. Je vous exhorte donc à vous habiller convenablement quand il fait froid. Je vous promets que vous n’en serez que plus jolie. Et en plus, vous aurez l’air aussi intelligente. Voilà, c’était mon conseil de maman pour vous les jeunes coquettes!

Sinon, si vous avez d’autres conseils à partager pour rester bien au chaud et profiter de l’hiver, je suis preneuse!

Encre de Chine

Lou-Ling

Après le 1er de l’an, une question existentielle m’a frappée de plein fouet : quel vernis porter en janvier? Bah, oui. Noel est passé, je met de côté mon vernis ultra-rubis pailleté. Mais en même temps, il est encore trop tôt pour le wishful thinking des vernis aux couleurs de fleurs…

Brainstorm et questionnement s’ensuit (c’est-à-dire lecture de magazine en faisant claquer les pages par frustration.).

Et là, j’ai senti jaillir un flux inspirationnel dans mon plexus solaire. Voilà ce qui serait parfait : un vernis de brocade et de velour! Ouiiiiii. Un vernis somptueux, sombre et impérial. Un vernis intense comme les journées courtes de l’hiver, tourmenté mais lustré aussi. Il s’accorderait parfaitement à mon nouveau Plan (dont je vous reparle très vite) où, entre autres choses je veux être impitoyable mais sympathique (ce qui, dans les faits signifie ultra-pro au travail (tailleurs bien coupés & teint impeccable abricoté) mais cool dans la vie (jeans skinny bien coupés & teint impeccable abricoté).

Donc oui, le chic de l’encre à mes doigts. Une teinte qui irait avec tout. Aqueuse mais profonde. Lustrée et hypnotisante. C’est n’importe quoi? Pas tant que ça. Quand j’ai vu cet article j’ai arrêté de respirer. Ça y est : j’avais trouvé. Il s’agit de Lou-Ling de Guerlain. La parfaite teinte foncée de cherry-cola légendaire, un grenat de dynastie, un aubergine-foncé de ninja. Un vrai vernis d’encre de Chine pour écrire son histoire du bout des doigts. Voilà, c’est décidé, Lou-Ling, sera ma signature de janvier.

Vous, votre vernis du premier mois de 2013? Il est comment?

Bombe d’Alaska!

Masque AlaskaL’hiver, mes activités favorites sont sans conteste, les promenades sous les flocons, la lecture bien au chaud, le ski (quand je m’y remettrai post-oursons, cette année je l’espère), cuisiner soupes et potages et…mes soirées beauté. Oui. Je parle de ces soirées bain (long trempage en lisant un magazine tout gondolé)-gommage corps-massage drainant-bain de vapeur-exfoliation-masque-vernis-masque-pédi-soin-tisane-dodo… Des soirées un peu rien du tout, des soirées qui font un bien fou.

Depuis peu, j’ai une nouvelle bombe avec moi à ma soirée des masque, une bombe d’Alaska: le Glacial Facial d’Alaska Glacial Mud Co. Il s’agit d’un masque de boue pure puisée dans le delta de la Copper River en Alaska (connue depuis longtemps par les amérindiens de la tribu Eyak de la région comme une ressource précieuse et guérisseuse). C’est une boue riche, douce et onctueuse comme du beurre, qui contient énormément de sédiments et minéraux essentiels à la peau. Ceux-ci sont ensuite enrichis d’herbes sauvages bios locales et de vitamines E et B5 pour l’hydratation.

Et ça donne quoi? Ça donne un masque tout en un (nettoyant, exfoliant, purifiant, hydratant), qui contient à tous les types de peau. Ça donne un masque confortable, qui me donne l’air de Batman quand il sèche (dixit Petite Ourse). Un masque qui ne tiraille pas et ne picotte pas. Mais surtout, ça donne un teint clair comme je n’ai jamais vu, comme un ciel glacé, comme une nouvelle journée pleine de promesse. Mes ridules, mes taches, mes imperfections, tout, tout disparaît. Ma peau devient instantanément claire, mes pores complètement invisibles, mes joues roses comme un coucher de soleil. Oubliez la ruée vers l’or en l’Alaska. L’or, il est dans ce pot. Un or à tartiner sur la peau. Une bombe je vous dis.

PS: En plus, la compagnie est ultra-écoresponsable à multiples niveaux et très engagée. Un grand plus pour un produit déjà sublime en soi.

P.S. À titre indicatif, j’ai acheté le mien ici: Beauty Habit

Bienvenue dans mon bureau

WelcomeMais oui, vous pouvez entrer. Je vais vous montrer tous mes produits qui me permettent de passer à travers ma journée et de maximiser mon temps. Bien sûr, pour la photo, j’ai tout sorti…Aussi, sachez que si vous venez me rencontrer demain vous ne serez pas accueillie par un flocon d’huile à cuticules. Non, je range la plupart de mon matériel de beauté dans mes tiroirs. Personne, hormis la blogospère entière, n’a besoin de savoir que j’ai deux baumes à lèvres avec moi, un mat et un glossy. J’ai d’ailleurs un premier tiroir mi-vanity, mi-bureau-en-gros. C’est mon tiroir favori, inutile de vous le dire.

Alors, voici, voici, mon matériel de beauté, version The Office.

D’abord, mon Baume Stress Soother de Badger, qui sent bon la tangerine et le romarin. Je l’applique sur mes tempes ou mes mains quand je sens le stress qui monte ou encore, j’ouvre simplement le pot et j’inspire profondément. Ça me calme toujours. En plus le mignon blaireau méditatif au doux regard contemplatif sur le contenant me fait toujours sourire.

Ensuite, la crème Baume du Jardinier du Couvent des Minimes. Une merveille. Elle fait mes mains plus douces que douce et son parfum d’agrumes sent le propre et a un effet énergisant. Cette crème est sans aucun doute la meilleure que je n’aie jamais essayé, ex aequo avec celle de l’Occitane au karité. C’est ma gâterie de milieu d’après-midi.

Il y a aussi des huiles à cuticules. Oui, si j’étais sur Facebook mon statut dirait immanquablement au moins 6 fois par jour: “Boucle d’Or hydrate ses cuticules“. C’est un engagement que j’ai pris envers mon esthéticienne Denise. J’alterne entre celle de CND Solar Oil et celle de Butter London, Handbag Holiday (qui sent beaucoup trop fort le salon de bronzage à mon goût).

Enfin, il y a aussi des menthes X-Pur (qui enrayent la nocive acidité de la bouche qui affecte l’émail), le Baume à lèvres Dr. Hauschka, le Baume à lèvres Aerin (selon que j’aie envie de mat ou de lustré, respectivement), une lime à ongles, mes rouges à lèvres du jour et enfin, des compléments alimentaire du célèbre Dr. Crisafi, incluant une teinture d’herbes que je mélange à l’eau que je bois au fil de la journée, dans ma géniale bouteille Tayeka.

Vous, dites-moi, quels produits de beauté avez-vous avec vous au bureau?

L’Aura de l’enchantement

Aura
Parmi mes multiples et très variées quêtes dans la vie (certaines plus superficielles que d’autres, j’en conviens) il y a …ce petit point de lustre bienheureux sur le haut de l’os de la joue: comme si la lumière m’avait choisie personnellement comme chouchou. Vous savez, comme une marque d’enchantement. Comme des ailes d’anges pliées sous ma camisole. Un signe extérieur de mon éclat intérieur. Ce que l’on appelle souvent the Glow.

Le Glow en question, j’y travaille à chaque jour, chaque nuit. À chaque heure, non, à chaque minute! Je bois de la tisane, je mange des légumes colorés, je traite ma peau, je fais des peeling, j’utilise un fond de teint lumineux, j’éclaire ma maison aux chandelles…La quête du Glow fait partie de mon existence comme je respire; je ne me rends même plus compte. Parfois j’ai un Glow, parfois il n’est pas au rendez-vous… Le Glow est évasif, voyez-vous, il est conditionnel. Il est capricieux.

Aura pas estompé

Aura pas estompé

Sauf que là, j’ai enfin du Glow…en pot. Un Glow à appliquer au doigt, sur le haut de ma joue ou sur l’os du sourcil à la fin de mon maquillage. Un Glow magnifique et parfait, jour après jour. Un Glow sur qui je peux compter quand j’ai pris l’avion, pas dormi, mangé n’importe quoi, bu deux verres de champagne et me retrouve peau nue sous l’éclairage des produits laitiers à l’épicerie.

Aura estompé

Aura estompé

Ce Glow, c’est ma nouvelle Aura, de Belmacz : une crème illuminatrice multi-usage qui contient de la poudre de vraies perles et de la feuille d’or 24 carat qui donne un éclat souverain. Je l’applique tant sur mes lèvres que mes joues ou mes paupières : le résultat est toujours mieux que dans mes rêves tout en restant naturel. Comme une patine lumineuse. Comme le petit coup de pinceau plus pâle qui change tout dans une peinture impressionniste. J’adore tout de mon Aura : la texture (crémeuse-baume qui hydrate et protège), le parfum délicat (Paris au printemps, je me plais à penser), la teinte parfaite de lingerie rose poudrée-neutre. Sans oublier le mignon petit pot (qui s’ouvre comme un écrin mais le mien m’a glissé des mains en le sortant de la boîte- typical me) et la tenue parfaite qui fait que je suis toujours aussi enchantée de mon éclat à 19h30 que quand j’entre au bureau. Bien sûr, mon petit pot me suit partout, je l’aime trop.

Donc, au plaisir de vous retrouver sous l’éclairage du rayon des produits laitiers à l’épicerie : vous penserez que la lumière m’a choisie comme chouchou. Puis vous me reconnaitrez à mon Aura. Aucun doute, c’est bien moi.

Vous connaissiez ce produit?

Miroir, Miroir…

Time

On a toutes besoin d’un miroir de sac, d’un petit miroir pour réappliquer du rouge à lèvres, de la poudre ou même, ne serait-ce que pour vérifier discrètement si on a quelque chose entre les dents. Pas super glamour, je sais, mais essentiel, malgré tout. Mi-talisman, mi-porte-bonheur, parfois un peu bijou, c’est souvent un petit objet un peu précieux que l’on se fait offrir et que l’on garde longtemps, longtemps.

Miroirs, miroirs

Voici mes deux nouveaux coups de coeur en la matière: le miroir de sac Paul & Joe (offert par ma maman) et le miroir compact édition limitée Disney Cinderella de Sephora (que j’ai moi-même offert à ma soeur).

Le miroir Paul & Joe. Soupir. Ça faisait des années que j’en rêvais. Tout fin, tout plat, laqué et travaillé façon art déco…On pourrait croire qu’il a appartenu à une belle d’avant-guerre ou même servi à des retouches de rouge à lèvres dans un speakeasy durant la prohibition…

Paul & Joe mirror

Ce que je préfère? Le fait que j’arrive à y voir mon visage en entier (ce qui me permet de vérifier l’équilibre d’ensemble de mon maquillage d’un coup d’œil) mais qu’il demeure malgré tout léger et très peu encombrant. En plus, on peut l’ouvrir et le poser pour qu’il fasse office de mini-vanity. Bref, c’est un miroir chic et pratique comme tout qui ne se démodera pas de sitôt. J’ai soudainement très envie de retoucher mon gloss en public.

Inside

Pour mon Goglu adoré, qui aime les coups de baguette magique et les belles histoires, j’ai choisi le magnifique miroir compact de la collection limitée Disney Cinderella de Sephora*. Loin d’être pour les enfants, c’est une collection pour les grandes rêveuses de ce monde et ce miroir est à mon sens le produit phare de la ligne avec son apparence de montre de poche enchantée. On croit y voir de la brume sous la lune, on entend presque les douze coups de minuit, on rêve de bal et d’amies souris…Puis, on ouvre le boîtier et on lit l’inscription d’une délicatesse infinie sous le miroir: « Time for your moment » Parce qu’il est toujours temps de se faire belle. Bibbidi-Bobbidi-Boo!

Vous, vos miroirs de sacs, ils sont comment? Pratico-pratiques ou plein de souvenirs?

*Disponible exclusivement chez Sephora

La Pura Vida

Pura VidaDepuis peu, je suis totalement obsédée par les bracelets Pura Vida, fabriqués au Costa Rica, qui bénéficient diverses bonnes causes. Ces jours-ci (et sur la photo), d’ailleurs, je porte les bracelets de la collection au profit du Cancer du Sein. Sinon, pour la vie de tous les jours (et le bureau), j’adore le petit bracelet rouge avec la barre dorée, si Gwyneth Paltrow dans sa simplicité. Le service de la marque est excellent, la commande arrive promptement et, à surveiller, il y a souvent des promotions. J’aime l’idée d’un petit bijou tout simple, un peu bohème, un bijou qu’on enlève pas, un bijou de peau. Ça me fait penser aux bracelets d’amitié (d’ailleurs, j’en ai offert un à toutes celles que j’aime), aux bracelets des camps d’été, aux bracelets des surfeuses. Tellement parfait pour la plage, en maillot…Love, love!

P.S: J’adore aussi les élastiques à cheveux de la marque, de jolis bandes un peu style “élastiques de culottes” qui ne tirent pas et n’abîment pas mes boucles. Et il y a plein de teintes…

Tuto chignon-chaussette pour la nouvelle année!

Chignon chaussetteÇa y est…c’est déjà la fin de l’année 2012. Bien sûr, je mijote des nouveaux Plans à tout casser, des nouvelles idées de looks, j’ai tout plein de produits miraculeux à vous faire découvrir et je me sens vraiment inspirée pour une version de moi améliorée…J’ai aussi mille histoires à vous raconter. Mais en attendant, je vis le calme après la tempête. Littéralement.

En plus des dossiers à finaliser, de la fatigue des fêtes, du ménage post-Noël, des valises à faire, du déblayage d’entrée durant des heures durant… je suis passée de ceci:

Tempête et ceci:Major storm

à ceci:

Palmier!

et cela…

Mes pieds in Florida!Ouf, ouf! Enfin, au chaud, en Floride. Quel bonheur! Quelle manière de terminer l’année! Si j’avais prévu de vous écrire des articles d’avance pour durant mon absence, de répondre à tous vos commentaires, de me faire un pédicure avant de partir, je vous faire un vidéo sur tout ce que j’emportais en voyage…tout, tout ce que j’avais prévu s’est envolé avec la poudrerie qui a tombé jeudi dernier, une tempête record, la “tempête du siècle”. Je suis bien déçue mais que dire: c’est un imprévu et je compte bien me rattraper dans la nouvelle année. À titre indicatif de l’état de n’importe quoi dans lequel j’ai quitté Montréal, sachez que j’ai oublié…mon Lip Glow de Dior. Je sais, je sais. C’est le sevrage total; j’en tremble.

En attendant, pour commencer le nouvel an avec un chic chignon décoiffé mais volumineux, un peu style mannequin qui attend son tour pour passer à la chaise de la maquilleuse avant un défilé, je vous propose le génial chignon-chaussette! C’est une découverte que je dois à mon amie A-M!

Total esprit de frugalité, donc, pour commencer la nouvelle année. Genre je suis pure. Je suis minimaliste. Mon appartement est un espace de dialogue entre le blanc et la lumière. Je n’ai besoin de rien dans la vie pour être jolie. Une simple brosse et…une vielle chaussette! Et, voyez le résultat, super coiffure:

Chignon chaussette

Boucle d’Or vous souhaite une splendide nouvelle année. Au plaisir de vous retrouver bien coiffées, bien maquillées, bien dans votre peau, bien dans vos rêves, projets et aspirations en 2013.

Gros becs et bonne année!

Votre amie, Boucle d’Or.

P.S: Pour la semaine qui suivra, je miserai sur repos, farniente et moments en famille, je suis certaine que vous comprendrez. Si j’en ai la chance, je vous ferai de minis articles en photos un peu en vrac sur ma vie ces jours-ci, entre les moments où je rechargerai mes batteries. Dans tous les cas, rendez-vous après le 9 janvier pour les vrais articles de substance.

P.S. 2: La chanson du vidéo est de la Bolduc, mais chantée par Ariane Moffatt: Ça va venir  découragez-vous pas…parfaite pour commencer la nouvelle année dans la bonne humeur!

En toutes circonstances: la nuit de Noël

en toutes circonstancesLa nuit de Noël est une nuit magique et chargée d’anticipation. En revanche elle est également souvent trop courte; on y arrive exténuée du rush d’avant les fêtes, d’avoir tout préparé la veille. Et puis… tout le monde est là! Et on prend des photos! On immortalise notre semblant de (dé)coiffure et notre no-makeup look qui pour une fois est un vrai no-makeup look. Comment se réveiller fraîche pour ce grand jour sans faire impatienter les petits qui trépignent et les grands qui ont hâte de vous retrouver pour le café? Voici, voici, les petits trucs de Boucle d’Or.

Produits Nuit de NoëlD’abord, la veille on prépare notre peau, on maximise l’hydratation. De mon côté, ces jours-ci, je poursuis avec mon protocole de soins Karin Herzog: Crème Vita-A-Kombi 1, suivie 5 minutes plus tard de l’huile Vita-Kombi-Oil. Ma peau aime, de toute évidence: grain de peau serré, peau plus éclatante, éclat, je comprends que Kate Middleton ait succombé.

Au matin, brossage de dents, d’abord et avant tout, puis, pshiit d’eau de rose (en ce moment, celle de Sanoflore) pour réveiller le teint et enlever l’excédent de produits de soins.

Un peu de touche éclat sous les yeux et les contours du nez, une touche du lumineux Blush Bourjois teinte Rose d’Or 34, rehaussé de la Touche illuminatrice Bourjois Rose Essentiel 97 (sur le haut de l’os des joues et les paupières). Hop, un peu de mascara, hop, une touche de Gloss d’Armani, teinte pink 502 (LE gloss que Megan Fox porte dans cette pub – je tiens ça de source sûre!) et enfin, avant de sortir de sa chambre: un petit pshiit de parfum de peau, un parfum tout doux qui sent bon le réveil et encore un peu les rêves. Mon nouvel amour absolu en la matière: l’Huile parfumée Fleur de Riz Dot & Lil, une petite marque de Montréal que j’adore. Cette huile fait le décolleté hydraté et sent bon le lait chaud et le linge doux. Papa Ours en est fou.

Point de vue mode, c’est du sérieux. C’est la journée de l’année ou le vêtement de nuit est élevé au rang d’outfit proprement dit. On veut être bien et se sentir jolie, on veut être classe et festive…tout en étant en pyjama. C’est pourquoi j’aime bien mettre une jolie camisole (ici Calvin Klein), sur laquelle je superpose un cardigan fin (Forever XXI) et des pantalons de coton dans la même palette (Victoria’s Secret). J’ajoute à cela de vrais bijoux que j’aime significatifs pour ce grand jour (ici, collier de perles roses fait par ma grand-maman, photos de Marcel et Marguerite montées en mini pendentifs et collier Tiffany’s offert par Papa Ours à Noël il y a deux ans. L’idée? C’est une façon pour moi de me sentir près de tous ceux que j’aime.

Pyj & cardiBjoux

Version plus…Noël, j’ai également un vrai pyjama de Noël en tissu gaufré thermal, rayé dans les teintes de rouge (Victoria’s Secret). Oui, c’est un peu too much. Mais il est super confo et me met totalement dans l’esprit des fêtes. Ça aussi, ça compte. Avec des grosses chaussettes, (ici GAP), et une veste de laine à grosses mailles pour boire un chocolat chaud, difficile de faire mieux. (La petite tache blanche sur mon pyjama n’est pas de la peinture, c’est l’usure du miroir ancien).

Pyj de Noël!Enfin, version plus lounge, dans des teintes de rose et gris, pantalons de coton Forever XXI  (mes pantalons d’intérieur favoris au monde -il sont tous doux et font un beau derrière…pour moins de 15$), haut thermal Victoria’s Secret et grosses chaussettes La Baie. Les chaussettes c’est en attendant d’avoir…des pantoufles pour Noël (enfin, je me croise les doigts).

Rose et grisVoilà qui met fin à mon marathon de circonstances des fêtes: Boucle d’Or en pyjama. Et j’ai bien l’intention de ne pas m’habiller sous aucun prétexte et de simplement changer de pyjamas pour quelques jours, histoire de bien me reposer. Je suis d’ailleurs chez ma maman avec mes ours et c’est un pur bonheur que de retrouver sa maison d’enfance. Bon allez, je vous laisse: je suis en pyjama, il est 1 heure du matin et ma maman m’a fait une toast pour m’aider à dormir. Et vous savez quoi: elle porte du rouge à lèvres. Ça vous étonne?

D’autres petits trucs pour être la plus belle la nuit de Noël?

En toutes circonstances: les fêtes en famille ou avec les amis

en toutes circonstancesToujours dans mon marathon des circonstances des fêtes, je vous présente aujourd’hui version article tout mini (cadeaux à envelopper obligent), mes looks pour les fêtes de famille ou soirées entre amis.

Famille-Amis

Gloss-Liner

D’abord, coté maquillage, toujours la même base du moment, laquelle vous trouverez décrite ici, laquelle je rehausse comme suit: j’apporte de la définition à mon regard avec la palette Fairy Golds Dior (j’adore les deux teintes du bas), puis, je trace un trait de liner longue tenue Maybelline Eye Studio le long des cils du haut, avec le pinceau fin qui est vendu avec. Deux bonnes couches de mascara (toujours mon échantillon Shocking Yves St-Laurent), puis, j’applique sur le haut des os des joues le fard Kitten Smudge Pot Stila de manière plus marquée en fondant bien, pour cet éclat de visage éclairé aux chandelles. La touche finale: au centre des lèvres, une goutte de gloss Lamé Gold de Dior, qui fait des lèvres pulpeuses et à peine étoilées. Enfin, pour être belle jusqu’au bout des ongles, je me tourne vers mon vernis rubis parfait Leading Lady d’Essie ou encore, mon vernis Diorific Diva, dont je vous ai parlé ici.

Eu égards à mon look pour mon souper de famille, j’opte cette année pour du rouge et du noir (moins salissant pour les petites mains qui se régalent de bûche)… Ici, top basique en coton cap-sleeves noir (le même qu’ici), jupe à bandes rouge BCBGMAXAZRIA et bas collants en molleton Secret (love, love!). J’ajoute mes chaussures teinte géranium Christian Louboutin et un serre-tête acheté chez Henri Bendel à New York…voilà, un petit look simple, confo (jupe stretch!) et ludique. Blair Waldorf rencontre Minnie Mouse. Enfin, j’assume.

FamilleSerre tête

Pour une fête entre amis, c’est là qu’on sort le grand jeu, qu’on s’amuse, superpose les accessoires, mélange les genres, qu’on raconte une véritable histoire avec notre look! J’adore réfléchir à mes outfits pour ce genre d’événements. Je fais un brainstorm une semaine d’avance. J’essaie mes robes, je feuillette des revues. J’en fais un véritable acte créatif. Donc, voici mes deux looks version sortie entre amis (sans les accessoires car au moment où j’ai fait les photos, Petite Ourse s’était endormie dans mon lit et je n’ai pas osé entrer dans ma chambre). Donc…Version LBDD’abord, la version Petite Robe Noire…Une robe Forever 21 (29$!) que j’ai depuis trois ans (à noter, la marque propose souvent des modèles similaires) et qui me vaut tout plein de compliments chaque fois que je la porte. Jupe style tutu, elle est entièrement en tulle et parfaite pour danser. Autre point que j’aime: elle a des bretelles assez larges pour cacher convenablement les bretelles d’un soutien-gorge. L’idéal. Je la porte avec des sandales Christian Louboutin et des jambes nues (rehaussées de BB Cream et d’un peu de poudre irisée au centre, recette ici), des boucles d’oreilles qui brillent et une grosse bague Swarovski et voilà: princesse jusqu’à minuit.

Version plus douce, une robe nude de tulle gaufré BCBGMAXAZRIA (encore une fois: bretelles larges pour cacher un soutien-gorge digne de ce nom, un bon point), chaussures en cuir vernis chair Bakers et boucles d’oreilles grosses perles. J’ajoute une pochette couleur neige et je décoiffe un peu mes boucles: voilà, je suis dans le flou, dans le doux, je m’imagine que je suis dans une pub Tiffany style la fille unique au monde avec sa beauté bien à elle, qui sait jouer du piano et décore son sapin l’air tout calme, avec sa robe nude vous l’avez deviné…DouceEt maintenant, passons aux choses sérieuses: Boucle d’Or en pyjama et crème de nuit a des cadeaux à envelopper. Vous, comment vont vos préparatifs? Quelles sont vos tenues pour vos sorties entre amis ou vos soupers de famille?

En toutes circonstances: les fêtes au bureau

en toutes circonstances

Le temps des fêtes est une véritable enfilade de circonstances, un belle brochette de party, d’opportunités et de moments pour lesquels il vaut mieux être prête. Sérieusement.

À preuve, jeudi dernier, je me préparais pour la fête du bureau. Un lunch. Dans un resto méditéranéen. Avec mes collègues et mes patrons. Je voulais être chic mais sans prétention, moi-même mais en mieux, tout en étant humble et respectueuse (c’était durant Hanukkah et plusieurs collègues et clients sont de confession juive)… Hmmm…Que mettre? Comment se maquiller? J’ai fait mille brainstorm, j’ai essayé toute ma garde-robe (et laissé en pile au fond) et puis…rien. Je ne savais pas trop. Puis, ça a cliqué d’un coup: Professionnel-rencontre-Festif. Voilà! J’avais trouvé mon mantra! Et une fois que j’ai mon mantra, tout va.

Voici donc comment recréer cette rencontre entre Professionnel et Festif! J’en profite pour vous présenter les produits qui me suivront tout le temps des fêtes, mes chouchous du moment.

Maquillage base fêtes 2012 D’abord, inutile de vous le dire, le jour J, je me suis levée 15 minutes plus tôt (vers deux heures du matin, donc…non, j’exagère mais je me lève vraiment trop tôt dans la vie, c’est terrible) et j’ai fait ma petite routine pré-party, décrite ici.

Ensuite, hop, le teint: un teint lumineux et léger pour gérer la lumière naturelle ambiante du resto (n’oubliez pas que c’était un lunch!). Ça n’est plus un secret: j’ai craqué pour le Teint Touche Éclat d’Yves Saint-Laurent qui m’attire plein de compliments (de ma maman). Sous les yeux j’applique le Cache-cernes Smashbox High Definition, suivi de la Touche Éclat d’Yves St-Laurent, qui ouvre le regard de manière impressionnante. Beaucoup de filles pourront utiliser la Touche Éclat seule sous les yeux, en revanche, mes yeux de panda à moi ont besoin de davantage, c’est pourquoi je l’utilise uniquement pour son apport lumière. Toujours dans un esprit de luminosité (pour un look après-ski subtil…mes patrons aiment le ski, je me suis dit que ça parlerait à leur subconscient), j’ai appliqué sur le haut de l’os des joues le High Beam de Benefit, puis, sur les pommettes, mon fameux blush Paul & Joe tout doux.

Sur les paupières, un peu de ma base Urban Decay Primer Potion, suivie du Smudge Pot teinte Kitten de Stila, la version crème de mon fard tant adoré. Deux bonnes couches de mascara Yves Saint-Laurent Shocking (échantillon reçu avec mon Touche Éclat…j’aime bien) et bien sûr, je ne sors jamais sans un peu de Prime Pot Stila (teinte Putty) sur la muqueuse interne de l’oeil.

Enfin, j’ai donné de la définition à mes lèvres avec le crayon de Megan Fox (what else?) et…je les ai colorées avec le gros crayon Nars teinte New Lover, une véritable révélation pour moi. Ce crayon, c’est vraiment l’amour à la Platon style le Phèdre: la réminiscence de la beauté véritable. (Pffff. N’importe quoi!) Sinon, en langage plus simple: c’est une teinte qui me va super bien.

Sur mes ongles, j’ai longuement hésité entre Like a Virgin de Deborah Lippmann et Marilyn Diorific de Dior…pour opter pour le second, un rouge parfait pour égayer ma tenue toute noire.

Enfin, à noter, j’ai glissé dans mon sac mon poudrier à picots Caron qui contient un peu de poudre libre Caron (translucide) sous un tamis et une mini-houppette en duvet de cygne, histoire d’estomper la brillance du front vers midi. Cette poudre est parfaite pour ne pas étouffer la luminosité du teint Yves-St-Laurent. En plus, elle sent la femme mythique. So Platon.

photo 1-4En ce qui concerne ma tenue, j’ai opté pour des paillettes (c’est Noël, tout de même!) sur le top (vu que je serais assise toute la durée du repas, je voulais que mes paillettes se voient). Ici donc, top Joe Fresh, jupe crayon Zara et veston BCBGMAXAZRIA… Sans oublier, boucles d’oreilles Chanel.BO OfficeSi j’avais eu un cocktail ou un souper, j’aurais plutôt porté les festivités sur ma jupe et mes chaussures, comme ceci…Avec un top simple tout noir sous le veston (et jamais de décolleté au bureau, never-ever), au cas où il ferait soudainement chaud. Dans ce look, jupe intégralement en paillettes (j’adore l’effet mouillé), t-shirt “cap-sleeves”, veston et chaussures de paillettes, tout BCBGMAXAZRIA. Et  boucles d’oreilles Chanel.

More festiveJe sais ce que vous en pensez…c’est trop coloré! Enfin, j’étais super à l’aise avec mon look faux-après ski Professionnel-rencontre-Festif et mon rouge à lèvres style la beauté selon Platon.

À très bientôt pour d’autres En toutes circonstances version fêtes!

En attendant, j’ai un vin et fromage au bureau vendredi (midi)…Vous avez un autre mantra pour moi? Diane Kruger-version-avocate-de-louage-commercial-qui-mange-du-fromage? Hmm…un autre brainstorm s’impose. Vous, vous vous habillez comment pour les fêtes du bureau?

Mes amis avant une fête

Mes amisQue ce soit un souper chez mon père, une soirée avec des amies ou un lunch de Noël au travail, je compte toujours sur quelques alliés avant une fête. Un peu comme les joueurs de hockey se laissent pousser la barbe durant les séries éliminatoires, de mon coté, j’ai un petit rituel qui me donne confiance en moi et laisse présager que de beaux moments sont imminents. Concentrée, je suis comme un boxeur avant un match. Je sais ce qui me réussit, je sais comment me sentir au meilleur de ma forme. Mi-superstition, mi-recette éprouvée, voici, voici, je vous présente mes amis de pré-party.

Donc, d’abord, je fais un gommage intégral. Je me sens légère comme une plume après (normal, je viens de perdre 5 livres de peau morte, enfin, c’est ce que je me raconte), ma peau est tellement plus douce et elle réfléchit mieux la lumière. J’utilise parfois un gommage adapté (comme le gommage Crushed Cabernet de Caudalie) mais quand je me sens d’humeur frugale (comme right now), je me tourne vers mon gant exfoliant de type Renaissance (le mien est de la marque Naturelle d’Orient) sur lequel je saupoudre du sucre. C’est divin et ça ne coûte presque rien!

…Pendant ce temps, je fais un masque hydratant. Sur une peau propre, j’applique en couche épaisse un masque neutre apaisant et hydratant qui redonne à ma peau son rebondi et son éclat et apaise les rougeurs. Présentement je termine mon masque Skin De-Stress de Lise Watier que j’ai vraiment adoré, sinon, j’aime aussi le Masque Hydratant Apaisant d’Avène. Le top du top? Faire une sieste pendant le temps de pause (pas toujours possible, j’en conviens). À noter, une fois le masque enlevé avec du coton et de l’eau thermale, je passe sur le visage un coton imbibé de solution micellaire (comme celle de Bioderma) ou d’eau florale, histoire que le maquillage ne “glisse” pas.

Je fais également un gommage des lèvres, histoire qu’elles soient douces, pulpeuses et surtout que le rouge à lèvres n’accroche pas. Oui, on peut utiliser un peu de sucre ou encore une vieille brosse à dent et du baume à lèvres sauf que…comme vous le savez, je suis complètement accro à mon Lip Scrub de Sara Happ. Que voulez-vous, je suis comme je suis.

Enfin, pendant tout ce temps je laisse poser sur mes dents des bandes blanchissantes Whitestrips, pour que mon sourire soit plus blanc que blanc. Si je fais une cure de bandes Whitestrips (14 jours) une fois par année, le reste du temps je maintiens mon sourire en faisant des retouches avant une fête ou encore en séchant mes cheveux.

Parmi mes autres amis sur lesquels je compte avant une fête il y a les ampoules coup d’éclat (pas sur la photo, il faut absolument que je pense à en racheter), l’huile à cuticules appliquée plusieurs fois avant l’événement en question (ces jours-ci j’utilise la Solar Oil) et la base de teint Lisse-Minute de Clarins, dans son gros pot rouge, qui fait une peau sublime.

C’est mon petit rituel pre-party, mes alliés bonne mine, éclat et fraîcheur qui font que je me sens assez au meilleur de moi-même. Une fois que je suis propre (de partout), blanchie (des dents), illuminée (du teint) et adoucie (du corps) je suis prête à passer à la case maquillage et habillage…

Dites-moi, je suis la seule à avoir une routine pré-party aussi bien établie?

Doigts lactés

photo-24Mon vernis ces jours-ci: le vernis Deborah Lippmann, teinte Like a Virgin; une laque lustrée teinte lait moussé. C’est mon nouveau chouchou, mon grand ami, la teinte de vernis qui remplace toutes les autres ces jours-ci: le Mademoiselle d’Essie, le You Callin’ me a Lyre d’OPI, le Sarah Smile de Deborah Lippmann, autant de favoris un peu délaissés…

J’ai toujours adoré les vernis Deborah Lippmann: texture, petit pinceau tout fin, opacité idéale, lustre qui se voit de la planète Mars (c’est vraiment le point crucial pour moi, mes ongles vu de Mars)…Oui, ce vernis est dans une autre catégorie. Mais là, que dire, la teinte est plus-que-parfaite; elle fait le doigt fin, soigné et élégant, elle s’harmonise à toutes les tenues et rehausse l’éclat des bijoux. Un petit blanc laiteux élégant comme tout, so very Park Avenue. Et comme tout ce qu’on aime…il est ultra-difficile à trouver (j’ai trouvé mon flacon chez Murale, à la Place Ville-Marie).
Ongles lactésVous, quels sont vos vernis du moment?

P.S. Oui, le petit présentoir sapin a été réalisé par mon Goglu, immédiatement après avoir vu la vidéo de l’une d’entre vous, Laura, dans les commentaires ici. À midi, elle me textait pour me dire qu’elle avait fait plein de présentoirs! Et elle n’est pas la seule. Et elle m’a offert celui dans la photo. Magnifique, non?

Cher Père Noël

Lettres du Pôle Nord

Mes lettres du Père Noël


J’ai cru au Père Noël jusqu’à… très tard. En fait, j’y crois même un peu encore aujourd’hui.  Je veux y croire, dans un petit coin de mon coeur. Même quand mes amies n’y croyaient plus, il y avait une petite partie de moi qui disait: “mais…pourquoi pas…”. Bien sûr, je le gardais pour moi, comme mon petit rêve secret. Et mes nuits de Noël n’en n’étaient que plus magiques.

Mes parents ont longtemps aidé à cette croyance au Père Noël. Ma soeur et moi lui écrivions et il nous répondait sur du papier rare et fin, d’une écriture inconnue (ma soeur et moi avions comparé avec l’écriture de papa et maman et…non), avec plein de brillants et des autocollants de lutins et d’étoiles. On ne peut pas imaginer plus magique. D’ailleurs, j’ai encore plusieurs de ces lettres.

Plus que de nous promettre des cadeaux, le Père Noël faisait le point avec nous sur nos forces et les points à améliorer. Il nous proposait des pistes de solution, des plans, parfois bien concrets, parfois carrément féériques et farfelus. Comme durant ma période de peurs nocturnes (qui dure toujours, enfin, je me suis améliorée mais…), le Père Noël m’avait assuré qu’il avait mandaté spécialement son lutin Oeil-Ouvert pour veiller sur moi la nuit. Et ça avait suffit pour me rassurer. Oui, le Père Noël était devenu un allié, un ami. Alors, pourquoi cesser d’y croire?

J’ai arrêté depuis un bon moment de lui écrire, par contre, je lui fais toujours une petite lettre mentale que je ne partagerai pas ici, vu son caractère un peu personnel…

Par contre, au rayon des cadeaux, je lui demanderais quoi au Père Noël? Voici, voici, je partage donc ma (pas si petite) liste d’idées cadeaux. Qui sait, peut-être qu’elle vous inspirera aussi?

Beauté

Neem Nail Oil Dr. Haushka; trop chère pour que je me l’achète moi-même, cette huile a tout d’un vrai cadeau. J’aime le petit flacon pompe pratique pour le bureau ou la table de nuit.

Neem Nail OIl

La Crème à Mains à la rose Jurlique;

-Le duo Sara Happ Lip Slip et Scrub Red Velvet; (aucune explication requise je pense)

-Le Spray visage Queen of Hungary Mist d’Omorovicza; j’ai été tentée dès que j’ai lu le mot “Queen”, mais les ingrédients et ses effets incomparables en ont fait un véritable secret d’initiées…

Queen of Hungary

-Le Baume Belmacz “Aura”: un baume multi-usage inspiré de “l’amour, du plein air et du soleil”. Complètement culte, ce produit qui contient de la perle broyée et de la feuille d’or peut être appliqué sur les lèvres, les pommettes en point de lumière ou sur les paupières, pour donner ce je ne sais quoi de poétique et lumineux à la peau.

Belmacz Aura

Hiver

-Une couverture chauffante; dès que je suis fatiguée, c’est irrécupérable, je deviens froide de partout et ça m’empêche de dormir. Récemment, au spa, j’ai découvert le bonheur de se glisser dans une couverture chaude. En plus, elle était blanche unie (et non avec un motifs de loup hurlant à la pleine lune, yeah!). Chic comme tout, elle serait parfaite pour mon lit. Je vais m’informer  d’où elle vient (la blanche, pas celle avec le loup).

-Une tuque rouge La Baie à motifs alpin et pompons: la quintessentielle tuque colorée pour se promener dehors, faire un bonhomme de neige ou aller glisser. Trop classique. Tuque

-Des pantoufles Uggs. je n’ai plus de pantoufles (usées durant mon congé de maternité). Et j’ai envie de quelque chose d’ultra-haud et d’ultra-confo. Taille 8 (avis aux intéressés).

-Un Thermos pour mettre des aliments (et non simplement des liquides). Cela me permettrait de diversifier mes lunch au bureau (lesquels sont constitués d’une alternance soupe-salade depuis juin…).

Gâteries

J’adore recevoir quelques gâteries… Quand je fais les courses pour la famille, il s’agit toujours des petites choses que je laisse de côté à la fin, à la caisse, quand je vois le prix de la facture qui grimpe… Par exemple:

-du thé (pour mes journées), un bon Earl Grey d’une marque à découvrir;

-de la tisane pour mes soirées (j’aime les tisanes Provence d’Antan), qui sont délicieuses mais malheureusement, assez chères (environ 15$ la (jolie) boîte!);

-du bon chocolat, peut être de chez Les chocolats de Chloé? Enfin, de n’importe où, je ne dis jamais non à du chocolat. Sérieusement.

-de la bonne confiture et de la marmelade. Je rêve d’un pot du maître confiturier Simon Turcotte, de Ste-Marcelline…

-des noix, des bonnes noix, j’adore! J’en mange un peu chaque jours, pour les bons gras, les protéines et le bonheur que ça m’apporte en général. J’aime les noix de macadamia, qui sont aussi très chères;

-de la bonne huile d’olive (première pression à froid, un peu piquante), un vinaigre balsamique vieilli, de la fleur de sel, des herbes de Provence, une bonne vinaigrette…autant de petits bonheurs pour mon quotidien…et ensoleiller les salades de mes lunchs.

-Sans oublier des savons fins bien emballés ou des bougies parfumées. Une collègue m’a déjà offert une bougie parfumée l’Artisan Parfumeur. Un cadeau grandiose que je ne suis pas prête d’oublier.

Catégorie Intérêts multiples

-Livre La Fiancée Américaine d’Éric Dupont– il me faut un bon roman pour les vacances…

La Fiancée Américaine

-Livre Beauty de Lauren Conrad;

-des jolis crayons et un petit cahier pour noter mes idées (j’adore les cahiers de la collection polka dots de Clairefontaine à motifs fleuris inspirés de tissus);

-Le livre de recettes Soup Soupe à la maison, de Caroline Dumas (histoire d’avoir de l’inspiration pour mes lunchs à mettre dans mon Thermos!);

-Une recharge pour mon agenda; et

Un Pop Phone rose pâle, pour placotter avec mes amies, old-school, en écoutant Weezer.

Mon sapin

Mon sapin!

Voilà pour ma petite liste, exclusion faite des catégories mode, trop compliqué pour le Père Noël (cette robe, cette robe et cette jupe! ) et luxe total (une illustration de mon amie imaginaire Garance Doré, de la lingerie Agent Provocateur (trop hâte d’aller voir la nouvelle boutique montréalaise chez Holts!), des chaussures (en ce moment, je rêve à celles-ci et celles-ci) et un bracelet en émail Hermès…Ah oui, et une machine à café Nespresso U, pour me réveilller dans la bonne humeur. Ah oui, et de l’énergie à plus finir, du temps, du temps du temps, pour tous ceux que j’aime et moi aussi. Et je veux bien que le lutin Oeil-Ouvert vienne veiller sur moi aussi dans mes moments de stress et d’incertitudes…

Vous, vous partagez votre liste avec Boucle d’Or? Le Père Noël, vous y croyez un peu?

Étincelante

So clean!Il y a un peu plus d’un mois, j’ai fait un soin du visage qui a changé un peu ma vie et ma peau (oui, oui!). Et ça, sans produits ni achats. Enfin, presque. Je vous en reparlerai davantage très bientôt, histoire de créer chez vous un suspense insoutenable qui vous suivra partout et vous empêchera de dormir. L’art de la narration, je maîtrise, voyez-vous.

Donc, parmi mes découvertes: le Professional Cleansing Gel de Karin Herzog! Il s’agit d’une pâte nettoyante, à masser et faire fondre sur le visage, qui dissout les impuretés et le maquillage de la journée. Je l’utilise de la même manière qu’un lait (puisque j’adhère toujours à mon switch-belle-peau): c’est à dire que je retire le gel avec de l’eau thermale (ma Soin d’Eau) et du coton.

Et c’est un véritable soin confort: ma peau tiraillait un peu ces derniers temps après le nettoyage, chose désormais du passé. Je laisse donc poser la matière à la texture baume-douceur qui sent bon le lait vanillé, puis, je retire doucement. Ma peau, de toute évidence, adore: elle est éclatante, rebondie et rosée aux bons endroits. Avis à celles qui aiment le Cleansing Balm Eve Lom- ce produit y est mille fois supérieur. D’ailleurs, depuis que j’utilise mon Cleansing Gel, j’ai un peu l’impression de ne jamais avoir adéquatement nettoyé ma peau auparavant et cela m’effraie même un peu, vous vous imaginez bien.

Seul hic, le produit contient de l’huile minérale, ce qui me plaît (beaucoup) moins. Par contre, force est d’admettre que pour l’instant, ce nettoyant me convient parfaitement: ma peau est absolument étincelante. D’ailleurs, on me fait tout plein de compliments et mon fond de teint reste éclatant et invisible toute la journée (au lieu de s’installer dans mes “écailles” de peau sèche). Étincelante, je vous dis.

Suis-je la seule à adapter mon nettoyant aux saisons?  Sinon, vos derniers coups de coeurs démaquillage?

P.S. Un petit mot à chacune d’entre vous: je suis un peu dépassée par le travail et prisonnière de mon manque de temps général ces jours-ci. Je vous assure que je lis avec bonheur (et fous rires) chacun de vos commentaires. Je prends en note vos recommandations et réfléchis à vos problématiques et demandes spéciales. Jour et nuit. Par contre, je me rends bien compte que j’ai pris un petit retard par rapport aux commentaires, vu que ma priorité est la rédaction d’articles…Je vous assure que je vais tenter de me rattraper et de répondre à vos questions très vite. Et n’hésitez pas à me relancer s’il s’agit d’une urgence-beauté ou si je semble vous avoir oubliée. Je vous assure que ça n’est pas de la mauvaise volonté: Boucle d’Or est simplement un peu débordée (et cernée) ces jours-ci. Mais au moins ma peau est étincelante grâce à mon super nettoyant. C’est déjà ça. Allez, bonne journée à toutes!

The B- word

Extrait des Carnets d'une Coquette Raisonnable, Hélène Millerand

Extrait des Carnets d’une Coquette Raisonnable, Hélène Millerand

Ah, le mot qui commence avec la lettre B. Je l’ai toujours détesté: Budget. Avec l’âge, je suis devenue plus raisonnable (mais encore, dirait Papa Ours), mais sinon, aucun doute, je suis davantage cigale que fourmi. Ma coquette grand-maman disait d’ailleurs: “L’argent, c’est rond, il faut que ça roule“! Sans être irréfléchie ou déraisonnable, il reste que je considère toujours qu’un rouge à lèvres est un excellent investissement. Pas de dépréciation possible avec un rouge à lèvres: au contraire, c’est un achat que l’on apprécie plusieurs fois par jour!

Plusieurs filles justifient leurs achats beauté en disant “mais moi, je n’achète presque pas de vêtements.” Le problème pour moi, c’est que j’adore aussi les vêtements. Et les chaussures. Et les accessoires. Enfin, tout ce qui touche de près ou loin au look…Longtemps, je me suis dit: “Oui, mais moi, par contre, je n’aime pas la technologie“. Ça fait une différence ÉNORME point de vue budget. Sauf qu’un blogue, un MacBook Air et un IPhone plus tard, je me prends à rêver d’appareils photo et de cours d’informatique. Bon, la no-techno n’est plus une excuse possible pour moi, donc. Par contre:

-Je ne suis pas fan d’astronomie. Un télescope, ça coute cher j’imagine. Et puis, on doit constamment vouloir le nouveau modèle. Un vrai gouffre financier! Au fait, ça coûte combien un télescope? Ça serait bien au chalet je trouve…

-Je ne fais pas de véhicule tout-terrain. Ça aussi, ça doit coûter cher. Et puis, il y a les assurances, les vêtements adaptés…Et une bonne protection solaire. Bon, nous voilà revenues à une dépense beauté. On ne s’en sort pas, de toute évidence.

-Je ne collectionne pas le verre-au-mercure. Je m’en félicite: ça coûte ultra-cher et puis, avec mes petits ours, ça ne durerait pas longtemps.

Boooon. Pas si mal tout ça! Le problème c’est que ce sont les intérêts qui coûtent cher. Pas les intérêts-intérêts, je parle des choses qui nous intéressent. Et comme je suis intéressée par plein de choses dans la vie, la mode, le jardinage, la lecture, la cuisine, la crème hydratante, et bien, c’est normal, ma vie coûte plus cher que si je prenais plaisir à regarder un mur blanc en mangeant une branche de céleri. C’est normal. J’imagine que c’est le prix à payer pour être une personne intéressante, vive et émerveillée de tout, hein?

l'objet de la dépense

Non, blagues à part: j’essaie d’être raisonnable en terminant tous mes pots, en mélangeant du Joe Fresh avec du Rebecca Taylor, en alternant les J Brands avec les jeans du Garage (étonnamment amazing!) en demandant des échantillons partout (j’ai de ces méthodes) et surtout, en ne dupliquant pas les achats (pas d’achat de fond de teint si j’ai déjà du fond de teint à la maison, never!). Et aussi, oui, en planifiant mes achats. Le B word. Il est essentiel malgré tout. Je l’ai apprivoisé.

Je vous propose donc aujourd’hui des extraits tirés de mon livre “Les carnets de la Coquette raisonnable” sur la dépense justement. Quoi de plus approprié à l’approche des fêtes? Histoire de déculpabiliser un peu…

La coquette n’est pas l’élégante. Son but n’est ni social, ni professionnel.. Elle ne cherche ni à paraître, ni à tenir un rang, ni à faire du profit. Elle cherche à plaire et à se plaire.

Plutôt cigale que fourmi, la coquette aime l’argent pour le dépenser en robes, souliers et colifichets.

La coquette n’est pas sérieuse, en tout, elle est du côté de la dépense. Même raisonnable, la coquette est dépensière. Sa raison s’exerce dans d’autres domaines que ceux de la prévoyance.

Une vraie avare ferait une bien mauvaise coquette. Son plaisir est forcément ailleurs.

La coquette prend son temps. Quand elle en a, elle le préserve; quand elle en manque, elle en trouve. Le temps, c’est comme l’argent, les unes se débrouillent pour en avoir toujours. les autres sont toujours à court. Mystères inexpliqués.

On peut faire une coquette avec peu d’argent, on n’en fait pas sans loisirs. On aura compris que son seul vrai luxe, celui auquel elle ne renonce pas, c’est le temps à soi, denrée périssable par essence, rare, précieuse, difficilement compatible avec la réussite, incompatible avec le goût du pouvoir, souvent assimilée par les ignorants à du temps perdu.

-Hélène Millerand, Les Carnets d’une Coquette Raisonnable

Enfin, parlant de dépenses, de mon côté, je serai à la vente de ma joaillière chouchou ce dimanche qui aura lieu à la Coop des Bons Voisins. Je compte d’ailleurs m’acheter…ceci! Ou cela… Enfin, je devrai être raisonnable… Soupir. Mais il reste que c’est un meilleur investissement qu’un télescope, non? Au plaisir de vous y retrouver!

Au fait, je suis la seule à être davantage cigale que fourmi?

P.S. Vous trouverez toutes les informations sur la vente Marianne Cantin ici… J’y serai toute la journée!

Des joues de poupée

GermaineLes joues de poupée: voilà un maquillage que j’adore. Plus encore que le rouge à lèvres, j’aime le blush. Enfin, disons qu’ils sont tous deux ex aequo dans mon coeur- impossible de choisir. Mais il reste que s’il est une certitude pour moi dans la vie, c’est que j’aime le blush.

Le bon blush est plein de sous-entendus parce qu’il imite l’émotion ou feint l’action. Un léger retard, la course à la sortie du métro, un cours de yoga chaud, un compliment qui va droit au coeur, l’excitation des premiers flocons… Avec le bon blush, on ne sait pas trop mais on sent qu’il s’est passé un truc. Et moi, j’aime les histoires. Réelles ou inventées.

Alors, j’essaie toujours que mon blush raconte quelque chose. C’est le minimum à demander à son blush, non?

02

Mon dernier conte de fée en la matière? Le Creamy Cheek Powder de Paul & Joe, teinte 02. Il s’agit d’un rose-doré parfait, crémeux à souhait, qui fait de vraies joues de poupée. Je l’applique au doigt sur mon fond de teint (le Coup d’Éclat d’Yves St-Laurent (je termine mon échantillon de luxe, stress!) est parfait, puisqu’il n’est pas trop épais), de la pommette à la tempe, en le fondant bien comme il faut. Ce que je préfère: ce blush tient vraiment toute la journée mais demeure un blush crémeux, qui donne un aspect ultra-hydraté, un peu flou-féérique (rien de moins!). Et le boîtier me fait rêver.

Poudrier

Tous les matins, j’applique mon blush et je retiens mon souffle. Mon visage s’illumine d’un coup, mes joues deviennent rebondies et lustrées, comme les joues d’une poupée. Je deviens une poupée de porcelaine, qui attend sa petite fille, le matin de Noël, sous le sapin. La magie opère. Ce sera une belle journée.

Poupée-blush

Enfin, pour celles qui comme moi, aiment les histoires: la poupée sur la photo est la poupée de ma Grand-maman (quand elle était petite). Toute sa jeunesse, elle l’a appelée Germaine, croyant que c’était vraiment son nom. Puis, elle a appris l’anglais et elle a compris que sur la fesse de la poupée il était plutôt écrit “Made in Germany“. Peu importe. Germaine a gardé son nom.

Et vous, votre blush, il raconte quelle histoire aujourd’hui?

P.S. Joyeux anniversaire Goglu de mon Coeur! Je t’aime!

Comment se maquiller quand on porte des lunettes

Comme vous commencez à connaître un peu tout mon arbre généalogique, j’ai quelque chose à vous dire: aujourd’hui, c’est l’anniversaire de ma maman! Oui, l’anniversaire de ma maman adorée, la maman de Boucle d’Or, une maman d’Or. La fête de celle qui me fait toujours pouffer de rire quand je lis ses courriels, avec qui je flâne sur des sites beauté à plus finir, avec qui je partage un amour de tout ce qui est look chalet, scandinave et ski vintage, mais aussi des journées intenses de ménage, de popotte, de magasinage et de lire des revues ensemble dans son lit en encerclant ce qu’on aime. Celle qui cherche sans cesse “des projets, vu qu’on n’a rien que ça à faire, hein?“, comme faire un coussin pour ma coiffeuse, faire un foulard à grosse maille (type snood), faire une recette de piperade basquaise, aller acheter des volailles bio à la ferme d’Angèle, aller se promener au Vermont et j’en passe, il y en a trop. Celle qui est toujours sur mon équipe et ne tarit jamais en encouragements. Je fais un dessin: “Mais! Tu devrais illustrer des livres!“. Je fais un gâteau: “Mais, on dirait qu’on est dans un grand restaurant!“. Je magasine: “Mais, je voudrais que tu m’aides me choisir un sac à main, tu t’y connais, toi!“. Toujours le bon mot pour me faire rire, sourire, reprendre confiance en moi, refaire confiance à la vie. Dès qu’elle me voit, elle me prend par le bras et me dit: “allez, viens, on va se créer un beau moment!” Il n’y a pas plus merveilleux que ça, je vous dis.

En guise de cadeau de fête anticipé, je réponds à l’une de ses interrogations beauté les plus importantes dans la vie, celle qui revient constamment dans ma rubrique courrier des lecteurs (signé Ta maman), j’ai nommé, comme se maquiller quand on a des lunettes.

C’est une excellente question, d’ailleurs. Je porte moi-même des lunettes pour lire très longtemps, seulement, je ne me suis jamais interrogée sur comment me maquiller en conséquence puisque je ne peux pas avoir deux maquillages par jour, cela va de soi.

Par contre, comme ma maman porte des lunettes tout le temps, pour elle, ça devient une véritable considération, un accessoire-signature. Comment en jouer? Comment rehausser notre look globalement et trouver le juste équilibre? Voici, voici, Mom, donc, des petits conseils pour t’aider.

Les règles générales

D’abord, on lave les lunettes. Ça aide à voir clair dans tout cela et, des traces de doigts, ça n’est jamais flatteur ni très chic.

Ensuite, on soigne nos sourcils. Idéalement, on prend rendez-vous avec une professionnelle du sourcil (je ne saurais trop recommander une petite visite à Pascale du Local B) pour aider à déterminer l’arche et jouer de la pince et du ciseau. Si on fait tout soi-même, je vous conseille de vous inspirer de ceci, ceci et de cela, mais surtout, d’éviter la sur-épilation. L’essentiel est de surtout “nettoyer” en enlevant les petits poils égarés puis de bien brosser les sourcils vers le haut.

Enfin, on recourbe les cils, ça ouvre le regard, ça fait des yeux de biche. Le petit plus qui change tout? Un peu de Prime Pot Stila sur la muqueuse, au ras des cils inférieurs. Vous vous en souvenez?

Quand on est myope

Comme les verres qui traitent la myopie donnent l’illusion de yeux légèrement plus petits, on mise sur tout ce qui donnera l’illusion du contraire. Un peu de cache-cernes bien estompé sous les yeux (je recommande une formule légère et lumineuse comme celui de Smashbox) et une petite touche de fard enlumineur ou d’ombre claire (comme l’ombre à paupières teinte 90 Blanc Diaphane de Bourjois, mythique)  dans le coin interne de l’oeil. En ce qui concerne le fard à paupières, Maman, je ne saurais trop recommander le petit kit Big Beautiful Eyes de BeneFit qui explique tout très bien, l’alternative la plus rapprochée de moi qui te maquille. De jolis fards neutres et discrets, pas de pigments qui se logent dans les ridules, juste tout ce qu’il te faut dans une jolie-mini palette. Enfin, pour les grands soirs, on pourra toujours ajouter un trait de crayon sur la paupière du haut uniquement ou encore plus facile pour les novices, on trace le trait sous les cils de la paupière du haut (entre l’oeil et les cils) avec un liner gel-crème et un pinceau (comme ceci). Enfin, on termine le tout avec deux bonnes couches de mascara recourbant ou volumisant comme le Fairy Drops Scandal Queen (chez Sephora) qui maintient vraiment la courbure des cils (formulé pour les cils raides asiatiques).

Quand on est presbyte ou hypermétrope

Comme les verres peuvent avoir un effet loupe, on mise sur un maquillage tout en transparence, sans surcharge ou lourdeur. On oublie donc le mascara à la Twiggy (qui aura l’air d’une frange d’araignées mortes au ras des cils- pretty!) et on préconise plutôt les brosses comme celle du DiorShow New Look que j’adore, ou encore celle du Lash Blast de Cover Girl, un super tube à petit prix. Pour les fards, le plus flatteur est d’aller vers un maquillage lumineux, à la fois naturel mais chic comme tout. Toujours chez BeneFit, je recommande le petit kit Peek-a-Bright Eyes, qui contient tout ce qu’il faut pour sublimer et définir les yeux sans trop de matière.

Ensuite

Enfin, ensuite, on définit les joues comme on veut et on se maquille les lèvres, en teintes de lingerie, en rouge qui claque ou même en bois de rose. En fait, on s’amuse, on fait comme on en a envie, on oublie nos lunettes.

Parions que ma maman ira, elle, vers les teintes de prune-bordeau version tenue jusqu’en 2025, juste au cas où on irait sonner à sa porte tôt le matin lui souhaiter joyeux anniversaire. Je me trompe maman?

Je t’aime! Bonne fête!

En cadeau de fête pour ma maman, appel à tous: vous avez d’autres recommandations pour celles qui portent des lunettes?

En toutes circonstances: la petite fête au resto

Samedi soir, Papa Ours et moi étions invités à une petite fête pour une amie au resto. Je me suis dit que ce serait l’occasion parfaite donc de partager mon look avec vous, d’autant que les fêtes de fin d’année approchent que les soirées se multiplient. C’est toujours le moment de l’année où l’on est divisée: autant on aurait envie de s’acheter une nouvelle tenue pour la fête de vendredi, autant on comprend qu’il vaut mieux être raisonnable et garder nos sous pour les cadeaux. C’est également pourquoi j’ai eu envie de faire avec ce que j’ai, mais d’apprêter le tout différemment.

Alors, comme j’étais un peu fatiguée, j’avais envie de noir (une valeur sûre, qui rehausse le blond), d’un vêtement qui a fait ses preuves et d’un minimum d’accessoires. Non, ce soir, je n’essaierais pas de jouer les Olivia Palermo avec mille bijoux dépareillés. J’ai donc opté pour une petit robe noire sans bretelles à décolleté en coeur (BCBGMAXAZRIA, d’il y a 1000 années-mode, ce qui est encore pire que les années-lumière!) et de bas-collants opaques Secret. En rétrospective, j’aurais dû mettre un bas plus fin…Je note pour la prochaine fois.

Comme j’ai toujours tendance au frisson dans les restos l’hiver, j’ai ajouté un petit cardigan  de tricot de coton fin (Forever XXI), lequel j’ai cintré avec un foulard Hermès (modèle Cliquetis) avec un gros noeud sur le devant. J’adore faire ça! Ça donne une véritable unité au look et, quand on ne porte que u noir, ça permet d’injecter dans le look la petite dose de couleur. Voyez ma styliste personnelle qui arrange mon look pour ma séance photo:

Encore une fois, petites bottes BCBGMAXAZRIA à clous, bracelet Tiffany Locks et boucles d’oreilles en grosses perles (pour rehausser le blanc de mes yeux). Pour l’extérieur, petite veste de laine à manches bouffantes (il ne faisait pas assez froid pour le manteau de fourrure de castor recyclée) (BCBGMAXAXRIA), foulard de laine à col de lapin (Holt Renfrew) et sac noir Mulberry (modèle Baywater). Sur mes ongles: mon adoré vernis Diorific teinte Diva de Dior, pour mettre en relief mon petit côté existentiel-glamour (genre “moi, je lis Heidegger sur mon Ipad en écoutant Florence and the Machine” même si, en vérité, c’est plus “Moi je lis Flare avec de l’huile à cuticules et des gants de coton en regardant Up all Night“).

En ce qui concerne le maquillage, j’avais envie de facilité et de simplicité. Exit donc le maquillage à grand déploiement (liner Bardot ou rouge à lèvres précis, qui demande une surveillance de tous les instants et la main stable d’une neurochirurgienne). J’ai plutôt été dans le flou-flatteur, disons. Donc, j’ai travaillé mon teint avec mon fond de teint Flower Perfection de Bourjois et du cache-cernes sous les yeux (Clé de Peau). J’ai défini mes joues avecle blush crème Penny Lane de Nars, sur lequel j’ai posé en touches-lumière le Smudge Pot Stila, teinte Kitten, lequel j’ai également appliqué dans le coin interne de l’oeil pour réveiller mon regard.

Sur mes yeux, j’ai appliqué la pallette Fairy Gold de Dior qui a officiellement remplacé ma palette Naked d’Urban Decay ces jours-ci. Sur la paupière entière j’ai appliqué l’ombre du coin bas gauche, puis, j’ai défini le coin externe de l’oeil avec l’ombre du coin bas droit de la palette. Puis, comme c’était le soir, j’ai appliqué sur toute la paupière mobile l’ombre blanche irisée du centre pour un effet poudre d’étoiles filantes. Über-chic.

Sur mes lèvres, j’ai été au plus simple: mon fidèle Lip Glow Dior qui est devenu un peu une partie de moi-même, mais lequel j’ai ajouté le Ultra-Gloss Dior teinte 424, Flash, un doré-lamé étincelant qui fait la lèvre pulpeuse et festive-urbaine. Petit pshiit de Mûre et Musc de l’Artisan Parfumeur et voilà, la nuit était à moi.

Un manteau pour ma peau

Je vous en ai glissé un petit mot hier: je viens de découvrir la Crème Nutritive Compensatrice Riche d’Avène, laquelle m’a été recommandée par l’une d’entre vous qui est pharmacienne, Juliette. En effet, maintenant que j’ai officiellement terminé mon tube de Crème des Saisons Sanoflore, je me cherchais une crème doudoune, une crème qui tiendrait ma peau au chaud et en préviendrait la déshydratation qui la guette tous les hivers. Et quel bonheur: j’ai découvert une crème riche et onctueuse que ma peau boit d’une trait et qui a un effet apaisant visible. Pas de promesses infinies ici, pas de grandes déclaration: cette crème hydrate au possible, cette crème me redonne une belle peau de printemps, elle est non-comédongène, hypo-allergène, elle est recommandée aux peaux sensibles et ne coûte pas trop cher. Je l’applique tous les matins, avant d’aller travailler et malgré les intervalles chaud-froid, le maquillage et les moments de stress, ma peau reste belle et je me sens bien dans ma peau qui ne tiraille pas du tout.

Par contre, les fins de semaine de grand froid, quand je sais que je serai à l’extérieur plus longtemps, je protège ma peau avec la Cold Cream d’Avène, qui elle, est bien collante et bien luisante mais qui, une fois maquillée, est vraiment superbe. Elle me donne le parfait éclat de peau de plein air, elle me donne mon look après-ski tant recherché (avec un blush crème, je suis l’incarnation même de mon Plan)! C’est vraiment un petit tube pratique à avoir chez soi; plaques de peau sèches, cuticules, point de lumière sur les pommettes…ses applications sont multiples et son parfum, vraiment tout doux et enveloppant, comme un lait chaud. D’ailleurs, tous les matins, j’en tartine le visage de mes Petits Ours en prévision de la promenade. Un gros bisou qui sent bon et off you go!

Vous, vous vos manteaux pour la peau?

Des Obligations (de la beauté)

Petit cours de droit, application beauté en ce lundi matin! Donc, en droit (du moins, en droit québécois, mais mon amie M. me confirme que ça existe aussi en droit français), il y a deux types d’obligations: les obligations de moyens et les obligations de résultat.

Eu égard à l’obligation de moyens, il suffira pour le prestataire de l’obligation de démontrer qu’il a agit avec diligence, qu’il a déployé les efforts nécessaires. Même si l’objectif visé n’est pas atteint, si les efforts y étaient, il sera relevé de son obligation. Il aura “réussi”.

Par contre, en ce qui concerne l’obligation de résultat, la simple constatation que l’objectif visé n’a pas été rencontré constituera son défaut. Peu importent les efforts. Peu importent la diligence, si l’objectif visé n’est pas rencontré, c’est la catastrophe, “l’échec”.

Et…je me faisais la réflexion ce weekend (en me tartinant un masque n’importe comment…oui, j’ai des réflexions juridiques en me faisant des masques) que la beauté, c’est un peu comme ça. Bien sûr, on aimerait toutes toujours rencontrer tous les objectifs beauté que l’on se fixe, c’est à dire, être toujours parfaites, sous tous les angles et tous les éclairages mais que ça ne prenne pas de temps du tout parce que, holà, on a une vie, tout de même. Évidemment, si c’était le cas, on serait toutes des robots-Barbie-zombies, malades de pression alors, ça serait vraiment terrible. Enfin. Vous êtes perdues dans ce que je vous raconte?

Allez, venez, Professeur Boucle d’Or vous a inscrit à son cours de droit. Pas besoin de code civil, ni de cahier. Aujourd’hui je vous explique les obligations de la beauté!

Les obligations de moyens:

J’ai remarqué que souvent, les obligations de moyen de la beauté sont connexes au maquillage, au paraître, donc, au superficiel. Il subsiste tout de même quelques exceptions que nous verrons plus loin (notamment, mais non limitativement, le teint!)… Donc, je disais…Ah oui, les obligations de moyen.

D’abord, les soins: Oui, il faut choisir un soin bien adapté à sa peau. Oui il faut l’utiliser régulièrement. Mais non, on n’est pas tenue d’absolument faire le petit massage indiqué dans le feuillet à chaque fois. Et oui, notre peau s’en remettra si on saute une journée de sérum. À preuve: elle se porte même très bien lorsque l’on fait la jachère. À titre d’exemple, ces jours-ci, mon soin adapté est la Crème Vita-A Kombi de Karin Herzog le soir et le matin, mon sérum Uriage Isofill suivi de la Crème Nutri compensatrice d’Avène (recommandée par l’une d’entre vous, Juliette!).

Les masques. On peut appliquer un masque hydratant en crème de nuit, on peut appliquer un masque purifiant de manière localisée sur un bouton. On peut faire une soirée des masques ou encore, faire un mini-masque le temps de son bain. Les masques s’adaptent, les masques sont des points bonis à notre routine, le petit coup de pouce dont notre peau peut avoir besoin. Par contre, quand on a une bonne routine de soins, on ne sera coupable de rien du tout si on laisse un peu les masques de côté. Tout est une affaire de bon sens et d’équité. En l’espèce, ces jours-ci, crevée comme je suis, je fais le masque Sugar Face Polish de Fresh de temps en temps dans mon bain quand j’ai besoin d’un peu d’éclat et, une fois semaine, je laisse poser le Masque Hydratant Apaisant d’Avène.

Les cheveux. On ne peut pas être coiffées comme à la sortie du salon quand on sort d’une pluie horizontale. Impossible. Non. Il suffit d’avoir un élastique dans sa trousse pour faire une belle couette un peu messy-messy, ou encore un chic chignon n’importe quoi à la Garance Doré et voilà! Le strict minimum pour voir devant soi et donner l’apparence d’une tentative de coiffure. Je ne vous dis pas d’aller faire votre photo de passeport ce jour là mais au moins, ça passe côté effort. Personnellement, mes alliés dans ma démonstration d’une certaine diligence sont: des bobby-pins (pour dégager le visage, style Olivia Palermo), un élastique noir (pour faire un chignon lâche style mannequin à son casting (en un peu moins glam, j’en conviens)) et quand tout va très mal, mon beignet pour faire un gros chignon avec de la laque. Ça récupère tous les dossiers (cheveux) épineux.

Enfin, le maquillage. À l’impossible, nul n’est tenu (Ad impossibilia nemo tenetur). C’est aussi vrai en beauté. Oui, on veut toutes des joues rebondies et rosées, ou les lèvres rebondies d’Angelina Jolie…mais on va faire ce que l’on peut avec les ressources disponibles. À titre d’exemple: mon cache-cernes ne cache pas tous mes cernes. C’est impossible. Il me faudrait de la peinture à l’huile avec un agent comblant, style, pour les clôtures extérieures. Non, peu importe la marque ou le produit, mes cernes sont plus ou moins là, une zone d’ombre, un sillon un peu creusé sous mes yeux, témoin de ma vie de busy-bee. Oui, je cherche le produit qui saura améliorer mon état. Non, je n’abandonne pas la cause. Mais en attendant, je me contente de mon cache-cernes Clé de Peau et d’un peu de poudre fond de teint Dior: voilà mon effort! Idem pour l’ombre à paupières ou le liner. Oui, en théorie, on prend bien le temps de se maquiller le matin. Mais en même temps, règle générale, il importe surtout de démontrer qu’un certain effort a été fait entre le lit et l’ordi. Un peu de blush (ces jours-ci j’adore mon Tarte True Love, qui m’apporte le look frais que je n’ai tout simplement pas), une touche de fard en crème appliquée au doigt sur les paupières (j’adore mon Eye Gloss Dior teinte 560, collection été 2012 et prie pour ne jamais le terminer) ou encore, du baume teinté à lèvres (Dior Lip Glow ou encore, Éclat Minute Embellisseur Lèvres Clarins…) Et voilà, les efforts déployés sont ceux d’une personne raisonnable: on n’a rien à se reprocher! Après, le reste du chemin on le fait au niveau de la coolitude avec soi-même.

Et maintenant, passons aux obligations de résultat. Là, c’est du sérieux. Pression totale.

Le teint. Nul besoin qu’il soit parfait, nul besoin qu’il soit zéro-défaut. Par contre, si on choisi de se maquiller le teint, il faut absolument que les produits soient de la bonne teinte. Pas d’approximation possible. Et estompons, estompons, estompons. Enfin, pas de surcharge de produit. À trop vouloir en faire, finalement, on gâche tout. Dernier conseil: toujours faire une inspection finale dans une lumière crue, naturelle de préférence. Bien sûr, on oublie si c’est la nuit. Comme je disais: À l’impossible nul n’est tenu.

Le rouge à lèvres rouge. Eu égard au maquillage, c’est la seconde exception qui ne souffre pas la moindre irrégularité. Le rouge à lèvres rouge se doit d’être parfait. On doit constamment faire le suivi de notre rouge à lèvres, on en est le gardien légal, on en est responsable. Sans nous, notre rouge à lèvres rouge est capable de tout et n’importe quoi, y compris des pires crimes. Une seule solution, après avoir mangé, bu, embrassé ou même simplement papotté, on en vérifie l’état dans un miroir de poche, on prend le pouls de sa délinquance. Advenant l’éventualité (inévitable) où ce dernier se serait estompé: on se retire promptement et on y remédie sans attendre, avec un peu de crayon à lèvres, un mouchoir et une nouvelle application minutieuse. Nous voilà repartie. Mes outils essentiels pour m’acquitter de mon obligation avec succès lorsque je porte du rouge à lèvres rouge: mon crayon Dior Universel qui empêche le rouge de filer et une touche de poudre libre translucide Caron sur mes lèvres (en dessous) qui font que le produit tient plus longtemps.

La propreté et l’hygiène. Cela va de soi: c’est la base de tout. Il suffit d’un bon savon pour le corps, d’un démaquillant, d’un shampoing, d’un déodorant, d’un coupe-ongles et de la méthode d’épilation de notre choix. C’est tout. Une bonne douche ou un bain quotidien, un savonnage vigoureux. On soigne nos extrémités en coupant les ongles droits-arrondis. Ensuite, oui, on peut faire un gommage, mettre du vernis, faire pénétrer une huile parfumée, pour le plaisir, pour le bien-être et pour la plus-value ajoutée (peau satinée, sillage de princesse, ongles laqués chic)… Mais pour les jours de grande fatigue il importe de se rappeler la base de notre obligation pour aller à l’essentiel et se satisfaire de son simple accomplissement. En l’espèce, mes essentiels hygiène ces jours-ci sont constitués du savon Savonnia de la Société Parisienne de Savons, de mon déodorant Hugo, mon génial Professionnal Cleanser Karin Herzog (je vous en reparle très bientôt!) mon Shampoing Pureology Essential Repair, mon rasoir Venus Embrace, de la poudre parfumée Talco Profumato Santa Maria Novella et une lime à ongles Revlon. C’est tout.

Voilà, mesdames, le cours est terminé! Prochain cours: Preuve et Procédure (du démaquillage). Allez, je plaisante. Avis à celles qui sont au Barreau: n’utilisez surtout pas mon article pour vous préparer à l’examen (sauf pour vous faire un masque pendant que vous étudiez). Et bien sûr, n’hésitez pas à me soumettre d’autres exemples d’obligations de moyen et de résultats pour mon futur Code de la Beauté annoté. En attendant, j’ai confiance que vous graduerez toutes Summa Cum Laude.

En toutes circonstances: premières neiges

Aujourd’hui on attend les premières neiges. Même s’il ne d’agira sans doute que de petits flocons qui virevoltent, c’est toujours un moment un peu magique.

Mon look pour cette grande journée au ciel gris souris et à l’air glacé? Le voici: legging American Apparel (j’aime la taille ultra-haute style pantalon de yoga qui fait que les culottes (aujourd’hui à petits motifs de flocons!) ne pas exposées dès que l’on se penche pour ramasser quelque chose) et haut en tricot de coton noir à manches longues super doux GAP en combine doudou, agréable contre la peau. J’adore ces petits hauts super pratiques! Gros chandail Michael Kors à col surdimensionné amovible (mon nouvel amour), bas Wig Wam, en dessous de mes Chaussettes Hunters, Bottes d’équitation Burberry et gants Chanel! J’aime mélanger les lainages et les teintes de gris, crème et grège pour un effet vraiment tout doux, style total look de lapin des neiges.

Enfin, pour le maquillage, j’ai opté pour mon fond de teint Flower Perfection Bourjois, posé sur ma Cold Cream Avène (pour protéger ma peau à tendance sèche). Sur les joues, un peu de poudre bronzante Dior Nude Tan 002 et enfin, sur mes lèvres, le Rouge Caresse de l’Oréal teinte 172, Blushing Sequin, le petit rose parfait.

Sur mes yeux, j’ai estompé un peu au doigt mon Smudge Pot Kitten de Stila, redécouvert hier à mon plus grand bonheur (je vous en reparle très bientôt!) et deux bonnes couches de mascara Mise-en-Cils.

Alors voilà, mes petits ours et moi sommes tout prêts, tout bien habillés (tuque Rudsak!) pour notre trilogie du samedi: déjeuner-parc-courses. À conclure avec un bon chocolat chaud avant la sieste et des biscuits…de chez Café Neve of course!

En espérant que la prochaine fois où Boucle d’Or vous écrira Montréal sera tout blanc!

Dites-moi, chez vous, quel temps il fait? Vous êtes habillées comment?

Récidiviste

Il y a quelques jours, j’avais rendez-vous au Local B, pour mes ongles et la classique épilation (vous remarquerez que j’ai la bouche bien fermée sur la photo, anecdote ci-dessous). J’avais apporté mon tout nouveau tout beau vernis Diorific teinte Diva qui fait un ciel d’encre au bout des doigts. Tellement, tellement chic, avec ses micro-particules irisées, comme des étoiles lointaines, comme un reflet de trou noir. Des doigts de fée maléfique. Un peu chic gothique. L’antipode du flat black. Just gorgeous. Oui, vraiment, (Dior) j’adore. La texture de ces vernis Diorific est en effet spectaculaire: ultra-opaque dès que le pinceau touche l’ongle, très longue tenue, lustre d’enfer…Oui, ce vernis sait tout faire. Et que dire du flacon-boule tellement, tellement chic sur ma coiffeuse. Mon seul commentaire négatif serait à l’effet que justement, l’embout du pinceau dudit flacon boule (tout petit, tout rond) est difficile à manier. Par contre, j’adore la forme du pinceau lui-même, qui, Denise vous le confirme aussi, est très facile d’utilisation et rend la perfection d’application à la portée de toutes, même les plus maladroites d’entre nous.

Donc, Denise fait mes ongles, puis mes ongles d’orteils (j’avais enlevé mes bas-collants au préalable cette fois- voyez comme l’itinéraire parcouru hier me montre le chemin de demain). Magnifique. Je suis en mode “transformation”. Je regarde mes ongles tout brillants, envoûtée de cette fille cool que je suis soudainement. Je vis la mise en application de mon Plan. Mains en position de séchage international, j’essaie de me détendre, je ferme les yeux. Et là, je suis foudroyée d’un éclair de génie. Je vais maximiser mon temps de pause. Ouiiiii, être multi-tâche! (Ode intérieur à la femme du XXIème siècle qui jongle tant d’impératifs et d’impondérables.) Quelle splendide idée: je vais me blanchir les dents pendant que mes ongles sèchent!

J’ai toujours dans mon sac des bandes White Strips Advanced pour ces “temps mort” de la vie (trajet en auto, overtime à réviser un contrat). Donc, je demande gentiment à Denise “d’ouvrir mon sac à main et de juste voir si au fond, là, il y a des White Strips“. Bien sûr, Denise ne trouve pas tout de suite lesdites White Strip dans le désordre habituel de mon sac à main (désolée A-M!). Il faut donc qu’elle sorte un peu du surplus qui encombre mon sac, comme…des lunettes de soleil style Kanye West (reçues par Petite Ourse lors d’une fête d’enfants), 78 factures, trop de rouges à lèvres… Sans oublier que des comprimés au fond du sac c’est louche (levure de bière en cure pour mes ongles et cheveux). Et du thé en vrac dans un petit sac de plastique ça l’est encore plus (Algothé de Kusmi pour me reminéraliser, j’ai besoin d’être reminéralisée…) Ouais, avec mes lunettes Kanye, mon sac hurle “party girl!”. Au moins j’avais aussi la documentation prise à la pharmacie Votre Tension Artérielle et Vous, ce qui rééquilibrerait un peu le portrait dans l’éventualité où je perderais mon sac. Enfin, Denise a finalement trouvé les bandes White Strips…et elle  les a gentiment collé sur mes dents pendant que mes ongles prenaient bien le temps de sécher.

Inutile de vous dire que j’ai quitté le Local B avec des ongles sombres et parfaits de diva, un sourire plus blanc, la joie d’être une femme à facettes multiples en ce XXIème siècle…et un autre joyau à classer dans la catégorie “moments d’intimité avec mon esthéticienne”.

Vous aimez joindre, comme moi, l’utile à l’agréable?

SOS: mal aux lèvres

C’est la saison: les lèvres sont sèches, elles craquent, elles font mal. Une seule solution: les traiter comme il faut, avec une bonne dose de soin adapté qui soulage et protège.

Voici donc quelques-un de mes baumes infirmiers favoris, ceux auxquels je fais appel quand l’heure est grave.  À noter, cette liste ne saurait prétendre à l’exhaustivité: il y a d’autres baumes que j’adore et que je mentionne pas ici, notamment (mais sans restreindre la généralité de ce qui précède), mon soin pour maman allaitante Lansinoh, mon Baume d’hiver Green Beaver et mon…(suspense insoutenable) Lip Slip! Vous croyez que j’en ai suffisamment parlé? On croirait que je suis l’actionnaire majoritaire de Sara Happ. I wish. 

Allez, bienvenue dans mon hôpital à lèvres, je vous présente mes gardes-malade les plus attentionnées.

D’abord, le Baume Nourricier Sanoflore: une récente découverte, rapportée d’un voyage de France par mon amie J. Un joli petit pot qui contient un baume épais, sans goût et quasi-non parfumé, qui apporte un réconfort immédiat aux lèvres. Ce baume est chic comme tout sur ma table de nuit: au matin, mes lèvres sont encore satinées de baume, la sensation d’échauffement apaisée. Une belle découverte pour moi qui adore aller à la rencontre de baumes à lèvres de contrées lointaines (je fais une étude comparative).

Il y a aussi le Bâton Hydra-Stick au cold-cream nutri-protecteur (lèvres et joues) de Mustela, une petite merveille que j’ai découvert quand j’ai eu Petite Ourse. J’adore le délicat parfum de bébé fleuri et le fini non-collant. Seul bémol: le fini un peu blanchâtre (à réserver pour la nuit, donc).

Autre super baume qui ne coûte presque rien mais que j’ai toujours chez moi pour les cas de craquages douloureux (notamment ceux qui surviennent à la commissure des lèvres à la suite d’une prise d’antibiotique): le Lip Medex de Blistex. Zéro glamour, zéro bio, parfum un peu eucalyptus (sensation fraîcheur glacée, si je peux m’exprimer en vocabulaire de pub de pâte à dents), ce baume fait des miracles. Quand rien ne fonctionne, que l’on désespère, que l’on écoute Everybody hurts en se tartinant les lèvres de Vaseline en couche épaisse en lisant Nietzsche, ce baume change tout. C’est la lumière au bout du tunnel. D’ailleurs, ma coquette et skieuse Grand-Maman adorait également Blistex pour les cas extrêmes de lèvres vraiment échauffées et gercées, ce qui n’est pas peu dire.

Enfin, un produit complètement culte que j’ai redécouvert grâce à plusieurs d’entre vous: l’Homéoplasmine des Laboratoires Boiron. Un vrai baume de douceur qui calme les rougeurs et irritations des lèvres (et accessoirement, des narines quand on est enrhumée…en fait, il a mille utilisations, ce baume). Et que dire du subtil parfum un rien vanillé (mais pas sucré; ici, on fait plutôt dans l’essence de vanille pure)…Une merveille. Par contre, je déteste ce tube de métal qui, inévitablement, perce pour laisser s’échapper le produit par mille trous, façon passoire graisseuse. À quand un tube en plastique et…un mini-tube tout mignon format baume à lèvres? Oh, j’en veux un!

Et vous vos baumes à lèvres ces jours-ci? Ça n’est pas pour moi: c’est pour mon étude comparative.

Le Chemin vers Ithaque

Boucle d’Or est toujours en quête d’organisation. Toujours. C’est son mythe de Sisyphe, son Graal, ses Mystérieuses Cités d’Or. Je n’y arrive jamais mais me réconforte en me rappelant le poème Le Chemin vers Ithaque du poète grec Constantin Cavafy (“l’essentiel d’un voyage n’est pas son but mais le voyage lui-même“- le rangement de salle de bain a besoin de poésie ne trouvez-vous pas?), donc je range, je réorganise puis, je recommence tout au fur et à mesure que mon désordre personnel inévitable reprend le dessus.

Mon dernier petit truc pour faire chic, maximiser l’espace et avoir tout à porter de la main? Des de gros bocaux de verre et des plateaux.

Dans un plateau d’argent qui était à mon arrière grand-maman (et a besoin d’un bon polissage, yes maman!) j’ai mis mes essentiels de tous les matins: eau thermale, solution micellaire (j’adore celle-ci de Reversa, avec son flacon-pompe pratique et rechargeable), du Collosol (que j’utilise en tonique le matin après mon eau thermale et aussi, pour débarbouiller mes petits ours), mon Phyto-Lisse et ma crème de jour Phyto 9, que j’applique sur mes cheveux tous les matins. Il y a aussi le Baume pour bébés protecteur Druide (que j’utilise sur mes lèvres, mes mains et mes jambes, mais aussi en crème de jour pour mes Petits Ours pour les protéger du froid) et ma poudre pour le corps Santa Maria Novella, que j’ai transférée dans une ancienne boîte à poudre Estée Lauder qui était à ma grand-maman, avec sa grosse houppette de velours. Je me poudre le corps tous les matins, c’est un rituel que j’adore et est mis de côté à tort par ma génération.

J’ai aussi dédié un bocal de verre à mes brosses et peignes. J’adore particulièrement ma brosse ronde Shu Uemura en poils de sanglier pour quand j’ai envie de belles boucles, sinon, j’ai aussi tout un assortiment de brosses et peignes que je cherche constamment.

Dans un autre bocal, j’ai mis mon coton hydrophile pré-découpé, ultra-pratique. Je ne comprends toujours pas pourquoi ce type de coton n’est pas vendu ici. Dans une bonbonnière ancienne j’ai mis mes disques démaquillants en coton Shiseido et enfin, dans un contenant de métal, les cotons-tige.

Dans un plateau de plastique glissé sur la tablette du bas, je range tous mes vernis- il me suffit de tirer le plateau pour choisir la teinte du jour. Auparavant, j’avais mis mes vernis dans le gros bocal derrière. Sauf que c’était inévitable: je voulais toujours la teinte qui était au fond. Enfin, dans une pochette de tissus, j’ai rangé mes outils de soins des mains (pinces, limes, ciseaux) ainsi que mes produits de soins à ongles et cuticules (huile, couche soin, durcisseur, crème à mains et couche de finition). Comme ça, je n’ai qu’à attraper ma pochette et mon vernis pour aller me faire une séance manucure devant la télé avec Papa Ours en fin de soirée.

Puisque ce système aura une durée de vie de oh, je ne sais pas, 17 jours maximum, vous avez d’autres idées de rangement pour m’aider à simplifier mes matins et ma salle de bain? Vous faites comment chez vous?

Opération Saumon Enjoué


Suite à ma conversation imaginaire avec une espionne, l’une d’entre vous, Coralista, m’a envoyé ce message dans les commentaires de la Section Demande Spéciale:

Bonjour super agent !
Votre nouvelle mission si vous l’acceptez : Recherche désespérément blush couleur abricot stop.
Ce message s’auto détruira dans 30 secondes !

Ce à quoi j’ai répondu:

Bonjour Coralista! Mission acceptée. Cette conversation n’a jamais eu lieu. Je te reviens sous peu. Nom de code: saumon enjoué. Roger that!

Donc, aujourd’hui, entre deux dossiers à terminer, je vous présente mon rapport de mission d’agent secret. (Notez, il va de soi qu’avec le pseudo Coralista, je n’allais pas proposer à mon interlocutrice le blush du même nom de BeneFit, même si cela reste, dans les faits, une excellente option. Ça serait comme suggérer un martini à James Bond – zéro original.)

De gauche à droite: Bourjois Rose Coup de Foudre, Tony Moly Petite Coral, Too faced Who’s your poppy?, Something Special de MAC, Petunia Convertible Colour de Stila

Blush Rose Coup de Foudre Bourjois: Une merveille que j’adore, qui sent bon la violette et qui a une excellente tenue. Je ne m’en lasse pas. Ce blush donne un réel éclat de joues rosies par l’amour ou l’émotion. Culte, à mon sens.

Blush Petite Coral 03 de Tony Moly: Ce blush pêche-rosé conviendra aux teints plus clairs, pour un effet joues “pétales de fleurs”, style fée du sous-bois. Je l’applique réellement avec la petite houppette pompon qui donne un très joli effet poupée, tout en se fondant de naturel. Très frais.

Blush Who’s your Poppy de Too Faced: Ce blush est vendu à l’unité également, bien qu’il soit ici présenté dans la palette Dream que j’avais achetée l’hiver dernier. Ce fard à joue a été pour moi la plus belle découverte du coffret: il ressemble beaucoup au blush Orgasm de Nars mais en moins granuleux et moins orangé, donc en mieux. Dès que je suis un peu bronzée, c’est mon blush fétiche pour avoir des joues de mannequin brésilienne.

Blush Crème Something Special de MAC: J’apprécie ce blush pour le fait qu’il ne contient aucun pigment irisé mais confère malgré tout aux joues un aspect “glowy” du fait de son lustre crémeux qui, malgré tout, ne colle pas. Il a une excellente tenue et sa texture fondante et facile à travailler fait de lui mon allié pour les événements en plein air ou en lumière crue. Mariages, promenades, pique-niques: ce blush a vu beaucoup d’après-midi ensoleillés et ça ne fait que commencer.

Convertible Color Stila, teinte Petunia: J’en suis à mon second blush Petunia, ce qui, pour moi, en dit très long. Que dire: ce blush est une légende confirmée. Je l’avais découvert dans la revue Seventeen adolescente et depuis que je l’ai enfin, j’ai compris l’engouement général. Pop et bonne mine, naturel et oxygéné: c’est vraiment la teinte post petit jogging, la teinte grand bonheur, la teinte des premières fleurs. Je l’utilise également sur mes lèvres, avec une peu de baume.

Enfin, il y a le Orange Blossom de Laura Mercier, qui, au moment de la photo était dans mon sac à main et que j’adore aussi pour sa teinte et sa texture poudrée douce. J’aime aussi son petit boîtier tout plat. Souvent, quand je suis trop fatiguée pour réfléchir, c’est le blush que je prends, sans me poser de question. Il livre toujours la marchandise.

Voilà, pour mon compte-rendu de mission. Je file avant d’être repérée! Opération Saumon enjoué complétée avec succès.

Vous avez d’autres suggestions “Saumon Enjoué” pour Coralista?

Bonheur Boréal

Parmi mes odeurs de la vie favorite, il y a celle des plants de tomates, celle du linge lavé qui sèche sur la corde à linge, celle de mes oursons endormis, celle des madeleines au four, celle de la crème solaire et…celle des conifères.

J’adore tout ce qui sent le sapin, la sève de pin, le cèdre, la forêt…Ça sent l’hiver, ça sent le chalet, le ski, et aussi, un peu Noël, en bref, tout ce que j’aime. D’ailleurs, dans le temps des fêtes, j’adore me promener près des marchés de sapins pour humer l’odeur et aussi acheter plein de branches pour les mettre dans de l’eau, en bouquet pour parfumer la maison.

En ce qui concerne mes soins, les verts conifères intègrent également ma routine puisque l’hiver, j’apprécie spécialement leur vertu délassante et enveloppante. Voici donc mes aurore boréales, mes bonheurs boréals.

D’abord, le Fantastic Face Wash d’Ursa Major, une marque du Vermont que j’adore (j’aime la marque et le Vermont). Vous vous en souviendrez, je vous en avais parlé ici: il s’agit d’un merveilleux nettoyant légèrement exfoliant qui sent bon la forêt des Green Mountains. Comme j’ai fait le switch et n’utilise plus d’eau pour laver mon visage, j’utilise désormais mon Fantastic Face Wash uniquement en traitement coup d’éclat, une fois de temps en temps. Par contre, je l’utilise en gel douche et croyez-moi, ma peau est plus douce qu’une peau d’ours.

J’ai ressorti mon Huile de Bain d’hiver Green Beaver, un mélange d’huiles de sapin baumier du Canada, d’épinette noire et de bouleau bio, qui me détend, me décongestionne et m’apaise quand je suis congelée et fatiguée à la fin de la journée. J’adore ce produit et n’en déplore que la petitesse du flacon, bien qu’il ne faille quelques gouttes de produit pour que toute la salle de bain sente bon la forêt de sapins.

Il y a aussi la crème pour les pieds Gehwol Fusskraft red à la sève de pin qui réchauffe et fait des pieds tout doux. Avoir des pieds hydratés l’hiver n’est pas une mince affaire mais j’y arrive sans peine avec cette crème que j’applique tous les soirs au coucher.

Enfin, ça n’est pas un produit de beauté mais…j’adore la bière d’épinette, que je buvais avec mon Grand-papa qui aimait aussi bien ça. Malgré le nom, ce breuvage ne contient  pas d’alcool et s’apparente davantage à un soda gingembre mais à la gomme et aux aiguilles d’épinette. C’est une recette ancestrale crée par les amérindiens. Au lunch un dimanche midi avec un petit sandwich: difficile de faire mieux. J’ai essayé plusieurs marques mais ma favorite demeure la bière d’épinette Marco, que j’achète chez Frite alors!

Enfin, pour parfumer ma maison, j’adore aussi les bougies de chez Bath & Body Works, comme la Winter et la Evergreen

En attendant Noël et les promenades glacées, je rêve de forêts de givres et de premiers flocons avec mes produits de forêt boréale.

Je suis la seule à aimer l’odeur d’une ballade dans une forêt de sapins?

Rouge du Souvenir

Je vous ai souvent parlé de ma Grand-maman, Marguerite, mais moins de mon Grand-Papa, qui pourtant, a toujours été mon complice, mon compagnon, mon âme-soeur. D’ailleurs, c’était son surnom: mon Âme-Soeur. On se moquait gentiment de moi aux soupers de familles: “Voudrais-tu aider ton Âme-Soeur à faire la vaisselle par hasard?“. J’étais toujours partante. Mon Âme-Soeur était trop cool, trop drôle et tellement, tellement sage.

Grand-Papa fait déjeuner Boucle d’Or

Il n’avait peur de rien: un jour ma soeur et moi avons trouvé un bébé canard au bord de la mer. Il nous a conduit à un vétérinaire dans un autre état pour que, inquiètes protectrices des animaux que nous sommes, puissions le faire examiner par un professionnel de la santé animale. Finalement,  le bureau étant fermé, nous avons remis le canard à la mer et il est reparti en nageant, gaiement, retrouver ses parents canards…Donc tout ça pour…un souvenir magique de road trip avec Grand-Papa avec un bébé canard dans l’auto, à arrêter en chemin “parce qu’il a soif je pense“.

Mon Grand-Papa a servi dans l’aviation, dans l’Escadrille 425-Les Alouettes, un escadron de bombardement formé durant la Seconde Guerre Mondiale dans le but de regrouper principalement des aviateurs canadiens français (leur devise? “Je te plumerai!“).

Enfin, toute ma vie, chaque novembre, mon Grand-Papa nous épinglait des coquelicots au manteau et nous parlait de ses souvenirs, pour que nous n’oublions pas, ma soeur et moi. Que nous n’oublions pas que malgré la vie, les beaux Noëls, les crèmes glacées à Ocean Park dans le Maine, il y avait eu une période où tout avait basculé. Et où lui et d’autres s’étaient battus.

Tous les ans, dès le début novembre, je cherche les tables des vétérans où l’on peut faire un don pour les anciens combattants. Et je porte fièrement le mien en ayant une bonne pensée pour mon Grand-Papa qui me manque.

J’en profite aussi pour faire fleurir la teinte rouge coquelicot subtilement ailleurs dans mon look, tout en restant respectueuse et chic. Donc, voici, voili mes produits:

-le Rouge à lèvres d’Armani, teinte 401: même s’il est un peu trop intense pour le jour au bureau (sa petite teinte orangée lui donne un côté un rien pin-up), ce rouge à lèvres est, je considère, absolument culte. Les lèvres de Betty Draper dans Mad Men saison 1? Ne cherchez plus.

-le Rouge à lèvres Diorific de Dior, teinte Diva: après mon fameux Marilyn qui ne me quitte plus, il me fallait aussi le Diva que j’aime tout autant mais me semble un peu plus sage. Bon, par sage, entendons-nous: on m’a encore offert un café gratuit! Oui, ces rouges à lèvres se remboursent d’eux-même en latte du matin. Un excellent achat, donc.

Rouge Caresse L’Oreal teinte Cardinal Plume: découverts grâce à mon Goglu de soeur adoré, j’ai été moi-aussi conquise par la texture zéro-produit qui fait des lèvres ultra-douces. Petit prix, couleur 100% lovely; que demander de plus?

Vernis Diorific, teinte Marilyn et Vernis Deborah Lippmann teinte Supermodel: mes deux vernis rouge-coquelicot parfait, qui, sur des ongles courts, sont du plus joli effet.

Et vous, vos produits rouges coquelicots, à la veille du Jour du Souvenir?

Comment obtenir un échantillon de luxe

Dimanche dernier, je suis allée chez Sephora avec la ferme intention de ne rien acheter.

Rien du tout.

Je suis une femme résolue. Pleine de contemplation. Un rien me suffit dans la vie. La sagesse, tiens: voilà mon fond de teint. Le bonheur? J’en fais mon rouge à joues. Je suis frugale.

Mais…

Je meurs d’envie d’essayer le nouveau Fond de Teint Touche Éclat d’Yves St-Laurent. C’est viscéral. Comme un démon en moi. Par contre, comme vous le savez, j’ai une politique personnelle aux termes de laquelle je dois utiliser un flacon complet avant d’ouvrir un nouveau produit. Sauf circonstances particulières.

Mais justement, vu ces “circonstances particulières” (voyages, amies en voyage, cadeaux d’amies qui n’aiment pas leurs produits, changements de saisons…), j’ai présentement plusieurs produits en cours. Ce qui fait que mathématiquement parlant, je pourrai sans doute vous dire ce que je pense du Touche Éclat quand j’aurai 60 ans et qu’on sera à l’ère du maquillage moléculaire. Génial.

Donc, je suis entrée chez Sephora. Interdiction d’acheter quoi que ce soit, vu mes politiques perso. Et là, j’ai été foudroyée par un éclair de génie: j’allais demander un échantillon du Touche Éclat! Mais oui, c’est tout simple. Je demande un échantillon à une préposée. Je ne sors même pas mon porte-feuille. Je repars guillerette avec juste un peu de fond de teint. Pour vous dire ce que j’en pense. Je ne l’achète jamais. Le crime parfait, quoi.

D’ailleurs, sans le savoir, toutes les conditions matérielles étaient réunies pour que mon plan se réalise. Les astres étaient alignés. Voyez:

D’abord, mes Petits Ours étaient dans une poussette louée, en forme de camion de pompier, ultra-longue, énorme. Le style qui arrache le coin de l’étalage à chaque virage. Un vrai traîneau de Père Noël.

Ensuite, mes Petits Ours mangeaient de la crème glacée. Fondue. Dans un bol. Sans cuillère. En fait, les cuillères, on les avait perdues entre la Baie et Sephora. Donc en fait, mes deux oursons buvaient leur crème glacée. Au chocolat.

Enfin, la veille, j’avais fait mon ménage de garde-robe. Celui-là même où j’ai quasiment dû retoucher mes photos before. Cernes, teint gris, cheveux électrocutés de fille qui a passé la nuit sur la corde à linge. Un éclair de folie dans les yeux. Légèrement instable.

Donc, je m’approche de la conseillère Sephora avec mon traîneau de Père Noël collant, l’éclair de folie dans les yeux. Bébé Ours pleurniche. Petite Ourse est debout dans le traîneau et se fait un maquillage de guerre avec du liner Laura Mercier turquoise. J’essaie de prendre le contrôle. J’abandonne; trop fatiguée.

Alors je regarde la conseillère dans les yeux avec un air de défi lui dis sérieusement: “Bonjour! j’aimerais avoir un gros, gros échantillon de fond de teint Touche Éclat s’il-vous-plaît.” Pas d’explications. Pas d’excuse de peau sensible. Affirmation. Force tranquille. Tigre accroupi.

La conseillère me regarde. Elle absorbe la gravité de la situation…et puis…

…elle me fait un énorme échantillon de fond de teint! Énorme! J’en ai pour trois semaines. Un cadeau du ciel.

Voulait-elle éviter un désastre de crème glacée, l’éclat d’une cliente insomniaque ou simplement me faire plaisir, je ne le saurai jamais.

Quoi qu’il en soit, je suis repartie victorieuse de n’avoir rien acheté. Trop forte! Je devrais donner des cours d’économie familiale, tiens. Je pourrais écrire un livre, avoir un talk-show…Je porterais mon nouveau fond de teint que je n’ai pas payé. Ce serait l’histoire qui fait ma renommée, le point de départ de ma carrière d’as de l’économie. Vraiment, quelle frugalité.

Sauf que…ensuite, j’ai dû aller chez Zara pour acheter deux petits outfits à mes oursons trempés-collés de crème glacée. Deux paires de pantalons, des chandails, des chaussettes…Des lingettes.

Et puis là, voilà cela fait une semaine que j’utilise le Touche Éclat et il est tellement, tellement prodigieux que je me dis que je ne peux pas, absolument pas attendre d’avoir 60 ans pour me l’offrir en toute légitimité. Une pure merveille.

Alors si on considère que je pense déroger à mon règlement personnel très bientôt et que l’on comptabilise aussi les deux petits outfits Zara…je me dis que finalement, le livre sur la frugalité, ça n’est pas moi qui l’écrirai. Mais au moins, j’aurai le teint rêvé.

Vous avez d’autre petits trucs pour soutirer des échantillons aux vendeuses?

There’s no place like home!

Hier soir, j’avais rendez-vous au Local B, pour mes cheveux, mais aussi mes ongles (et aussi mes orteils; ce qui explique que je ne porte pas de bas collants dans la photo- anecdote ci-dessous). Denise, mon esthéticienne préférée au monde (parce qu’elle est hyper minutieuse, qu’elle partage ses bonnes idées de recettes (rôti et Yorkshire pudding!) et travaille bien comme ça n’est pas possible, je vous assure) m’a montrée la nouvelle collection d’Essie, la collection d’hiver. Et là, j’ai tout de suite su que je voulais la teinte Leading Lady, sur mes doigts et mes orteils. C’est la teinte exacte des chaussures de rubis de Dorothée dans le Magicien d’Oz: identique. Un rouge profond pailleté, ultra-chic, un peu sombre, totalement hypnotique. Complètement magnifique.

D’ailleurs, on a commencé par faire mes mains. Puis, j’ai sur le champ décidé que je voulais faire mes pieds aussi. Absolument. Là, maintenant.

Sauf que j’avais oublié que je portais…des bas-collants.

Genre, taille ultra-haute. Limite, costume de la femme chat, totale culotte d’haltérophile.

Et là, telle que je me trouvais, mes mains étaient en mode séchage.

Enfin, vous imaginez la suite: Denise qui m’aide gentiment à enlever mes bas-collants (“mais elle est où la taille??” “ohhhh, je vois, ils montent très haut”) et moi qui me tortille pour l’aider, les mains bien devant , doigts écartés en position de séchage international. Enfin.

Mais, je regarde mes doigts et mes orteils ce matin, complètement magiques, et je me dis que ça valait vraiment le coup. En plus, c’est vendredi, alors dès 17h30, soyez assurées que je claquerai mes chaussures en quittant le bureau en en disant moi aussi: “Take me home!”.

Dites BOO aux boutons!

En ce jour de l’Halloween, je vais vous parler de mes tactiques pour faire peur aux indésirables.

On a toutes parfois des boutons. C’est normal. Eh oui. (Même Garance Doré.)

Même si en vieillissant, j’en ai de moins en moins (je considère que ça fait partie de la justice naturelle de la vie) j’ai, au fil des ans, développé un véritable protocole pour traiter avec les intraitables.

D’abord, précisons que les peaux qui sont aux prises avec des irruptions cutanées fréquentes devraient prendre rendez-vous avec un dermatologue sans attendre. Pas parce que c’est grave. Juste pour avoir l’heure juste, avoir le sentiment d’être prise en charge et surtout, arrêter de dépenser sur n’importe quoi. En fait, nous devrions toutes voir un dermatologue, histoire d’en finir avec les auto-diagnostics qui coûtent cher, décapent le grain de peau et minent la confiance en soi. En plus, souvent, même si les produits prescrits sont zéro glamour, ils ont l’avantage d’être couverts par les assurances. Dans l’intervalle, on peut toujours s’amuser avec un beau blush, un lait corps parfumé ou des chaussures démentes. Et puis, un beau teint, c’est un beau teint, peu importe le contenant de la crème de soin qui l’a facilité (j’essaie de me convaincre moi-même hein).

Aussi: pas touche au bouton! On traite en surface. On pense à autre chose. On passe à autre chose. Pas facile, je sais. Mais les extractions maisons laissent parfois des marques qui prennent des années à s’estomper.

Alors, on camoufle, on sourit, on met un collier ultra-intense. Il n’y a en fait que nous qui y accordons une importance si major. Qu’on se le dise: nobody cares.

Enfin, en ce qui concerne ma trousse de secours, mon arsenal de produits pour faire peur aux boutons, voici:

-La Solution Hexomedine: Je demande à toutes mes amies qui vont en France de m’en rapporter un flacon (disponible en pharmacie)- c’est magique! J’imbibe le bout d’un coton-tige et tapote le bouton plusieurs fois par jour avant de le traiter. Ici, l’équivalent le plus proche est Baxedin je crois. Mon truc ultime: imbiber un peu de coton et le “coller” sur le bouton où il sèchera toute la nuit (sexy!). Au matin, souvent il ne reste plus rien. C’est un miracle.

-La Crème anti-boutons Neo-Strata: Elle n’abîme pas l’épiderme en surface mais fait dégonfler même les boutons les plus costauds presque immédiatement après l’application. J’aime que ce soin soit entièrement translucide.

-Le Masque triple action Keracnyl de Ducray: Quand je sens que des fantômes de boutons rôdent (une fois par mois, fatigue extrême, stress ou démaquillage bâclé), je fais ce masque ultra-purifiant. Et si un bouton est bien installé, je pose le masque sur lui toute la nuit (re-sexy!). J’adore toute la gamme Keracnyl de Ducray, qui est, à mon sens la meilleure marque anti-acné. J’ai d’ailleurs très souvent été sauvée par le Keracnyl Stop-Boutons. Enfin, avis aux Québécoises, j’ai appris aujourd’hui que les produits Ducray sont désormais parfois cachés derrière le laboratoire. Il suffit de les demander.

-Enfin, une fois que le bouton en tant que tel est parti, j’applique toujours un onguent d’hydro-cortisone 0.5% (une très, très fine couche), qui, j’ai remarqué, aide à la cicatrisation. Je ne suis pas médecin et je ne saurais dire si, médicalement c’est recommandé, par contre, j’ai remarqué qu’avec cet onguent les petites peaux sèches et la rougeur (et même l’enflure résiduelle) disparaîssent comme par enchantement. (Bravo à moi qui vient de dire que l’auto-diagnostic est à proscrire).

Enfin  il y a aussi le EradiKate de Kate Somerville et deux autres produits dont j’ai entendu le plus grand bien (mais que je n’ai pas testés): la Pâte Grise Payot et le Control Gel d’Aesop.

Vous avez d’autres solutions à partager pour faire peur aux boutons?

Joyeuse Halloween à toutes!

*Celles de ma génération auront reconnu Slimer de Ghostbusters! J’adore les années 80!

So long, farewell, auf Wiedersehen, au revoir!

Je suis en train de terminer un tube de Crème des Saisons de Sanoflore, une crème que j’ai adoré comme ça faisait longtemps que je n’avais pas autant aimé une petite crème de jour. Rapportée de France par une amie voyageuse durant l’été, cette crème a fait mon bonheur dès le premier jour où j’ai tout laissé tomber pour elle. Parfum vanille-fleurs blanches tout doux, texture fondante (qui me rappelle la Crème Sorbet de Caudalie mais en plus crémeuse), éclat immédiat, la peau s’engorge d’eau pour rester belle jusqu’au dodo. J’aime la texture qui ne peluche pas sous le fond de teint ou l’écran solaire, faisant ainsi d’elle la base de teint idéale.

Août, septembre, octobre…Je l’ai appliquée matin et soir (et même aussi parfois durant la sieste en couche épaisse, comme un masque, pour un effet coup d’éclat aux résultats marqués); cette crème a véritablement été mon amour de la fin de l’été.

Par contre, toute bonne chose a une fin…Je termine mon tube juste au moment où il commence à faire froid, juste au moment où la Crème des Saisons n’est plus en mesure de garder ma peau (à tendance sèche-déshydratée) au chaud. J’enrichis donc le peu de crème qui me reste d’Huile M. Picaut ou d’Essence Merveilleuse (également de Sanoflore) avant de dire adieu à mon tube pour vrai…jusqu’à l’été prochain. Parce que oui, on se retrouvera, on se l’est promis.

Dans l’intervalle, je ne saurais trop recommander cette crème à celles à la peau davantage normale ou même normale mixte. Je sais aussi qu’il existe également une version de cette crème plus adaptée aux mois plus froids, la Crème des Saisons Enrichie (…”pour entrer dans l’automne sans perdre en beauté” dit le site de la marque…j’adore!) par contre, je ne l’ai jamais testée. Enfin, avis à celles qui n’ont pas accès facilement à Sanoflore, je viens de trouver ce site qui livre partout dans le monde (bien que je n’aie pas encore tenté l’expérience).

Je suis la seule à dire au revoir à sa crème d’été?

*Pour celles qui ont pensé que je signais mon dernier article, le titre fait plutôt référence à mon film réconfort préféré: The Sound of Music!

Bobo, les eaux?

Autant je suis contente d’avoir fait le Switch (ma peau aussi me dit merci), autant je culpabilise un peu intérieurement.

Parce que, depuis que je n’utilise plus l’eau du robinet pour me laver le visage, j’achète de l’eau thermale. Et je compare mentalement les mérites de chacune avant de choisir. C’est justifié une fois que l’on connaît, que l’on sait combien la peau reflète réellement les bienfaits des eaux utilisées.

Par contre, de l’extérieur, j’en conviens, ça peut faire un peu…bobo.  Du style, “atelier de dégustation d’eau” où l’on entend des trucs pas possibles comme “je perçois comme une évocation de rosée évaporée en saveur tertiaire“…N’importe quoi.

C’est pourquoi ça me gêne un peu de parler d’eau. De l’eau c’est de l’eau, non?

Mais au risque de paraître un peu bobo, je réponds non. Certaines eaux sont plus apaisantes que d’autres, alors que d’autres un effet un peu coup de fouet rafraîchissant. Ce sont véritablement des eaux thérapeutiques, des remèdes prescrits par les dermatologues et autres professionnels de la santé. Enfin, moi, aucun doute, je suis convertie.

Voici donc mes eaux coups de coeur:

L’Eau Avène (pas sur la photo): So classique, si facile à trouver. Apaisante et anti-rougeurs, je l’aime et l’achète dès qu’elle est soldée chez Jean Coutu.

L’eau Uriage: J’adore, mais j’adore cette eau qui goûte la Vichy Celestin et fait le teint uniforme et radieux et sans attendre. Dommage qu’elle ne soit pas vendue ici- tout comme toute la marque Uriage d’ailleurs.

L’eau Soin d’Eau*: Mon dernier coup de coeur en matière d’eau thermale: cette eau qui vient de Basse Normandie! Ultra-apaisante, cette eau est plus que parfaite: elle fait une belle peau, elle a un flacon un peu rétro. Et puis…la simple pensée que je me lave le visage à l’eau thermale de Bagnole-de-l’Orne me fait sourire. Dur, dur de faire plus bobo!

Je vous donc laisse avec la bande-annonce des Bobos, l’émission sur un couple branchouille du Plateau Mont-Royal qui me fait bien rire. D’ailleurs, ce sera notre déguisement d’Halloween à Papa Ours et moi.

Allez, parlez-moi de vos eaux. Comme dans un atelier de dégustation, il n’y a pas de mauvaises réponses. Et n’ayez pas peur d’être bien imagées.

* Je l’achète chez PH Santé Beauté, rue du Parc. J’irai d’ailleurs y faire un soin du visage et lecture de peau très bientôt. Je vous en donne des nouvelles!

Des nouvelles de mon Plan: Phase 1

Je me suis dit que vous mourriez sans doute d’envie de savoir comment allait la mise en application de mon dernier Plan…Bon, allez, j’admets: j’avais besoin d’un incitatif, d’un coup de pied dans le derrière. Ça manquait d’imputabilité mon histoire… Alors voici-voili, aujourd’hui un rapport sur l’exécution de mon Plan à ce jour.

Phase 1Objectif général: Belle New-Yorkaise bien organisée au style de vie sain et au look impeccable. Les cheveux brillants, mise en valeur des yeux et joues sculptées. Un rien Mad Men, je pense à des longues journées, des bloc-notes, mais aussi à des lunch de chez Prêt-à-Manger, à des réunions derrière des portes vitrées. Avec un bar à eau (dont une au concombre!) dans un joli pichet.

Inspiration: Olivia Palermo (moins les soirées) et Gwyneth Paltrow dans son livre de recette (moins le yoga, plus le chocolat). Un peu d’Ivanka Trump mais aussi Holly Golightly, c’est évident, c’est New York. Sans oublier que je veux rester moi dans tout ça…

Alors, alors: un look de bureau digne de ce nom a besoin d’un Veston Productif. Avec des poches. Qui cache un peu les fesses. C’est plus chic. Celui-ci est de Zara et il était vraiment abordable. Pratique comme tout, j’aime le tissu un peu coton. Par contre, seul bémol, je trouve qu’il manque de corps au niveau des épaules. Enfin, ça reste un super veston, que je porte avec jeans comme avec une jupe. Si on roule les manches on se sent encore plus efficace.

Sous le veston, un petit haut sympathique. Un haut qui dit: “le veston est ultra-productif mais moi je fais la fête“. C’est contradictoire, on adore. En fait, il suffit d’un petit détail: un frison, un liseré de paillettes, des boutons…Ou même, à défaut, un collier un peu spectaculaire. Ce top est de Wilfred, une marque que j’adore. À noter, le top, on le rentre dans la jupe pour avoir la taille bien fine et une silhouette un peu lady.

La jupe: longueur respectable mais pas non plus chaperon. Suffit qu’on l’aime et qu’elle soit assez confortable pour notre longue journée de fille occupée qui boit de l’eau au concombre entre ses infusions. Personnellement, je n’aime pas trop les jupes doublées dont le tissu glacé me donne froid. Je préfère les jupes de laine, à bandes ou encore en jersey. Celle-ci est de Zara (soldée), un bon basique.

Ne pas oublier les bas collants bien opaques (et ainsi plus chauds); j’ai eu un récent coup de coeur pour ceux de la marque Secret au fini Suède qui durent longtemps. Enfin, pour brouiller un peu les cartes et donner une petite touche cool-dark à la Leigh Lezark, j’ai ajouté des bottillons cloutés (BCBGMAXAZRIA).

Pour aller dehors, manteau surdimensionné à la Olivia Palermo, bien classique avec son col rond. J’ai ce manteau rouge cerise depuis des années (BCBGMAXAZRIA) et c’est toujours un plaisir de le ressortir dès qu’il fait un peu frais. Très Mad Men avec sa manche bouffante; on peut ajouter de longs gants pour conduire (en écoutant Xavier Cugat, why not!).

Puis, il y a mon sac: ladylike et porté dans la saignée du coude (Mulberry), sur lequel j’ai ajouté une petite touche ethnique pour l’aspect “ouverture sur le monde“. Non, je plaisante, bien sûr, j’aime surtout la petite touche de couleur qu’apporte cette jolie pièce russe vintage. Touche finale, do not forget: des lunettes de soleil énormes et noires qui font des yeux de chat (Chanel).

Mais, nous n’avons pas parlé de la base, de la fondation sur lequel tout le Plan est érigé: le teint parfait! Toujours le fond de teint Dior Nude pour moi, que j’applique avec le pinceau plat de la marque – le teint est instantanément sublimé, photoshoppé, même sous la lumière la plus crue. Je sculpte ensuite mon visage avec le blush teinte Nude de Chanel, une merveille introuvable au Canada achetée aux Etats Unis (avis à celles qui écoutaient The OC il y a mille ans: c’était la teinte de blush très California girl de Marissa Cooper).

Pour les yeux, j’applique la teinte Sin de la palette Naked 1 d’Urban Decay (sur toute la paupière mobile), pour ensuite apporter de la définition avec le fard Shale de MAC (un mauve-gris) qui fait paraître mes yeux plus noisette. Beaucoup de cils (ici, les faux-cils Flirty de Quo) et de mascara, puis mon classique Lip Glow Dior rehaussé de mon nouvel amour, le Baume de Ferté Guerlain. On n’oublie pas les ongles: c’était à prévoir j’ai aussi la version vernis de mon rouge à lèvres Diorific teinte Marilyn. Trois mots: Oh, my goodness! Ce vernis est sans doute mon rouge favori à vie. C’est le rouge laqué poupée russe parfait.

Enfin, côté coiffure, j’ai opté pour la coiffure signature d’Olivia Palermo, expliquée ici.

Enfin, en ce qui concerne mon style de vie sain et pur, j’ai fait le riz de Gwyneth au chou frisé pour accompagner ma ratatouille, j’ai bu maintes infusions ancestrales (l’effet est visible sur mon teint, je vous assure) et j’essaie toujours de me coucher plus tôt en ayant une bonne pensée pour l’humanité. Vous savez, plus de sommeil c’est ultra-important si je veux être en forme pour aller boire de l’eau de concombre à ma réunion derrière des portes vitrées.

Et vous, dites-moi, comment va l’application de votre Plan?

Baume des bourrasques

Vous le savez, sans me vanter, j’ai acquis au fil du temps, une certaine expertise en matière de baumes à lèvres. C’est un peu mon domaine de prédilection, disons. Le Baume d’Hiver Green Beaver, le Baume Lip Slip de Sara Happ et le Baume Lèvres Nourricier Sanoflore: voilà mes top trois baumes à lèvres depuis un bon moment. Sauf qu’il y a des hic.

Premier hic: Ces baumes de mon top trois ne sont pas tous facilement accessibles de partout (j’en connais plusieurs en Europe qui rêvent du Lip Slip en soupirant). Sinon, le Baume Green Beaver semble être ultra-local, vendu uniquement au Canada (sans compter que la marque ne répond pas à mes courriels). Enfin le Baume Nourricier Sanoflore, quant à lui, n’est pas vendu au Canada. Si ça continue comme ça, il faudra bientôt faire des cartes géographiques avec quel baume il faut acheter où; complètement fou. Cela dit, tout se trouve par internet. Mais en même temps, quoi de mieux que de rêver à un baume à lèvres qui vient de loin-loin-loin, je vous le demande? J’adore rêver à des baumes à lèvres non-disponibles chez moi.

Bon, mais il y a un deuxième hic.  Encore plus majeur que la non-disponibilité du produit: quand il vente mes cheveux collent dans les baume à lèvres précités (que j’aime malgré tout très fort). Alors là, on touche un point sensible, vous en conviendrez.  En automne, ça devient une considération essentielle, même. Je veux de l’hydratation. Je veux des lèvres douces, rosées, satinées. Mais je veux des lèvres qui ne collent pas. Absolument pas; sinon, c’est la mort de ma mise en pli (qui, vous le savez, dure le temps d’un voyage Montréal-Trois-Rivières).

Mon dernier coup de coeur, le Baume de la Ferté de Guerlain. Une merveille créé par la marque il y a des lustres, en 1878 (à l’origine pour les mamelons), qui contient benjoin et tannins, tous deux cicatrisants, antiseptiques  et protecteurs. Ce baume ne colle pas, on dirait même qu’il “sèche”, pour prendre un fini opaque-satiné (oui, comme les bas collants) longue tenue. Il est de la plus jolie couleur au monde: un petit pêche-rosé (la parfaite teinte de ballerine) qui rehausse la couleur naturelle des lèvres. Et enfin, il sent divinement bon la vanille fleurie, le luxe en tube et le bonheur des promenades d’automne quand il y a de grands vents, que les joues sont glacées et que l’on réfléchit justement à son Nouveau Plan.

Enfin, oui, il est assez cher mais il en faut si peu que j’estime qu’il durera très longtemps- c’est donc un excellent investissement! Sans compter qu’il est disponible partout dans le monde…

Vous le connaissiez?

Le Plan


Mon amie V. et moi on se connaît depuis presque toujours. À 11 ans, on était dans la même équipe au camp de survie en forêt de l’Arboretum Morgan, puis, on ne s’est plus lâchées. En septembre elle était dans ma classe au primaire, puis, on est allées à la même école secondaire, ensuite à John Abbott College, toutes deux en Liberal Arts, puis à la même université. Entretemps, on est aussi devenues voisines, on a pris l’autobus ensemble mille fois, on a étudié encore plus (en lisant des magazines aussi), on a fait ô combien d’exposés oraux (sur Montségur, la tragédie cathare (en costumes, s’il vous plaît), sur Guernica (aussi en costumes…), sur Heidegger, (oui, en fait, on était toujours déguisées pour les exposés, on adorait les costumes!).

Une autre constante dans notre amitié qui dure depuis 20 ans: les Plans. Dès que ça ne va pas mais aussi quand ça va très bien, aux changements de saison ou simplement quand on est fatiguées, lasses ou en manque d’inspiration, on fait des “Plans”! Vous vous souvenez, je vous avais déjà parlé de mon amour pour les Plans.

Mais un Plan, c’est quoi? C’est d’abord et avant tout l’occasion d’une rencontre. Un Plan ne se prépare pas au téléphone. Non. On prend un café, une bonne soupe ou un verre de  vin. Et puis, on apporte tout ce qui nous inspire, un peu sur le principe du Show and Tell des écoles anglophones. Enfin, on prend des notes et on conserve le Plan, comme un mantra, pour nous rappeler les grandes lignes de notre inspiration du moment, comme les minutes d’un conseil d’administration: on veut se rappeler les grandes décisions. C’est aussi l’occasion de fous rires, de conversations un peu décousues et superficielles qui n’avancent à rien (en apparence hein, parce qu’intérieurement il y a tout un cheminement!) et de grandes envolées inspirationnelles.

Depuis la rentrée, mon amie V. et moi on se dit qu’il faudrait vraiment s’y mettre et faire un Nouveau Plan. Je me suis donc dit que ça serait sympathique de vous inclure dans le processus…Donc, samedi soir dernier, mon amie V. et moi nous sommes attelées à la tâche. Dialogue de notre rencontre, donc.

V: Bon, c’est parti mon kiki!

Moi: Oui, Nouveau Plan, nous voici, nous voili!

V: J’ai apporté plusieurs Plans passés, histoire qu’on se remémore nos grandes lignes. J’ai aussi rechargés tous mes anciens téléphones portables où on avait sauvegardé des notes. Comme ça, on a une bonne base!

Moi: Super! Bon, alors, numéro un, j’ai une image dans ma tête. Une image d’un moi qui a un style de vie ultra sain et pur. Dans cette optique, je nous ai donc fait une soupe claire de feuillage. Que de l’eau et des feuilles.

V: (moyennement enthousiaste): Mmmm… Génial! Bon, allez, on s’y met. Champagne avec la soupe de feuillage? 

Moi: Volontiers. Alors, pour l’automne, j’ai vraiment envie d’un teint parfait abricoté. Oui, le teint parfait, ce sera la base de mon moi réinventé. Je veux le Touche Éclat et le Fond de Teint Touche Éclat d’Yves St-Laurent. 

V: Moi aussi! Alors, je note: Teint parfait, abricoté. OK. Quoi d’autre? Moi, j’ai envie d’être davantage ouverte sur les enjeux de la société et de boire plein d’infusions. Des infusions, c’est vieux comme le monde, ça a fait ses preuves, non?

Moi: Oh, oui, des infusions ancestrales. Je note. Quoi de mieux pour mon teint parfait! Mais sinon, quoi d’autre?

V: (Soupir…Grand moment de réflexion sans grande révélation) Et si on repassait en revue nos plans antérieurs pour nous inspirer? Alors:

Janvier 2011: 

-Vie pure et simple (comme Gwyneth dans son livre de recette);

-Profiter des bonheurs simples de la vie;

-Boire du thé; (tiens, ça n’est pas nouveau cette idée des infusions)

-Un teint abricoté; (ah, tiens, ça aussi, ça revient…)

Ensuite, printemps 2012, j’ai:

-S’accepter telle qu’elle et miser sur un mode de vie sain (comme les filles dans Shape magazine);

-Être posée et pleine de grâce. Avant de réagir impulsivement, se demander si Audrey (Hepburn) ou Grace (Kelly) agirait comme on s’apprête à le faire. Ça peut nous guider à être une grande dame.

-Ne pas laisser le stress ou l’anxiété prendre racine en notre jardin intérieur. Jamais. (Oh, comme c’est bien dit. On était en forme ce jour là, dis donc!)

-Avoir un style chic mais pas trop réfléchi; 

-Après, on avait noté des mots en vrac comme ça: équilibre, confort, Diane Kruger, Lauren Conrad, épanouissement, lectures qui nourrissent l’âme, émerveillement, country club chic, rose anglaise et teint abricoté. (Bon, ça semble vraiment être un élément clé on dirait.)

Moi: Oh, j’aime rose anglaise. Je me vois, petites blouses un peu dentelle, grosses mailles dans des teintes pastelles, un teint pâle, des lèvres bois de rose et un parfum de peau. Un peu Rachel Weisz dans cet ancien cover de Vogue et de Bella Heathcote sur le Vogue Australie. Ça pourrait être un bon look de weekend, non? Avec des jeans. Trop romantique. Genre Kate Moss à son mariage version hiver sans le mariage mais avec un foulard.

V: Ouiiii!…et la semaine on pourrait être ultra-new-yorkaises avec les cheveux bien lisses, le sac à main dans la saignée du coude (pas sur l’épaule) et un maquillage joues-creusées et yeux définis. Avec un grand latte Starbucks, de belles lunettes de soleil et des gants de cuir. Un mot, un nom: Olivia Palermo. 

Moi: J’adoooore! Et pour l’hiver, je pense aussi à Lara dans Docteur Zhivago, beauté glaciale, bien emmitoufflée (d’ailleurs, ça me fait penser: il me faut le rouge à lèvres Hue de MAC). Un snood à grosse maille, de la fourrure. De belles mitaines.  Des robes courtes avec de gros bas collants en laine (comme sur le site de Hush).

V: Oui! Genre belle moscovite intemporelle qui sait comment s’habiller pour les températures glaciaires. Un mix de la belle Katia au teint parfait (abricoté) de BOP (Le Voleur et l’Enfant) et de Natalia Vodianova en général.

Moi: …Des joues bien roses de poupée russe et un peu de lustre sur l’os de la joue comme après le ski. Ça donne bonne mine. Oh, après-ski!!! Trop inspirant le look après-ski! Genre “je fais du ski à Kitzbühel en manteau Montcler, et j’ai un teint abricoté.”

V:et tu bois une infusion ancestrale, peut être? Attend, mon téléphone sonne.

Moi: Ton téléphone du passé?

V: Non, mon téléphone du présent. Bon, je ne réponds pas parce qu’on est en plein flux inspirationnel, là.

Moi: Comme tu dis, oui.

V: Alors on disait…après ski! Je pense à du vin chaud avec de l’anis étoilé. Je pense à  cuisiner des scones avec de la farine bio. Ce qui me ramène un peu à Gwyneth Paltrow, j’en conviens, c’est circulaire…Mais c’est pas tout: je veux bien dormir pour…

Moi: …pour être plus productive au bureau?

V: Mais non! Je veux bien dormir pour avoir un beau teint. Pour avoir un mode de vie sain, pour être en forme. Je regarde ma petite soeur C. (qui est à John Abbott College) et qui est toute belle, toute naturelle, une jolie tresse, un peu de baume à lèvres…j’adore ce look d’étudiante!  Je veux aussi mettre mes limites au travail, je veux avoir les pieds au chaud; des nouvelles bottes peut être?

M: Des nouvelles bottes ou un nouveau manteau, ça donne le goût de l’hiver. Un truc dans  les teintes de brun chocolat ou de chameau-caramel, un peu surdimensionné à la Max Mara mais avec de la fourrure. Oui…j’adore.

V: Avec un maquillage un peu féérie d’hiver pour accueillir les premiers flocons. Comme quand Carrie se promène à Paris. Tu te rappelles, cette scène-clé où elle retrouve son collier? Les joues bien roses et beaucoup de mascara? 

Moi: Oh, oui, oh oui. Merveilleux! Avec la Belle et le Bad Boy de McSolaar qui joue en bande sonore et la Tour Eiffel. D’ailleurs, je trouve la nouvelle collection de Paul & Joe ultra-inspirante, genre bal des flocons de neige, genre pique-nique avec les animaux de la forêt enchantée! Alors…

V: Alors je pense que c’est bon pour l’instant. Je te fais une photocopie et t’envoie le Plan demain par courriel. Vite, il faut aller se coucher, histoire de vraiment mettre en pratique notre nouveau plan.

Moi: Trop d’accord! Mais, attends…Tu as un peu faim toi?

V: Affamée! Mais t’inquiète pas, je savais que tu me ferais le coup de la soupe au feuillage: j’ai des biscuits aux chocolate chips de Café Neve. Bon, super le Plan, je suis vraiment inspirée!

Moi: (sautillante) Moi aussi! Moi aussi!

(…)

Lundi matin. Je suis au bureau, look total Olivia Palermo et teint abricoté à souhait. Je texte V., histoire de voir comment va la mise en application de notre nouveau Plan.

Texte de Moi: Hey, V! Comment va ton style de vie ultra sain de New Yorkaise qui met des limites au bureau avec des joues d’après-ski? Moi, ça va très bien…Tiens, là, justement,  je bois une infusion.

Texte de V.: Ça va très bien pour moi aussi! Mais dis-moi, ton infusion? Est-ce qu’elle est ancestrale? Parce que ça, c’est vraiment le détail super important.

Je pouffe de rire et résiste une envie de lui texter que justement, je viens de déterrer ma tasse d’argile en chantant un hymne aux castors. Les cheveux aux vents. Des bottes Mukluks aux pieds. Style la belle amérindienne, Isabel 2, de Legends of the Fall. Totalement Canadian Chic, un peu coureuse des bois…Oh la la, je suis trop inspirée!

Une chance que mes amies sont là pour me rappeler que d’être bien inspirée, c’est bien, mais que d’être bien entourée, c’est encore mieux! Mi-poupée russe, mi-ballerine au repos, pas trop superficielle, bien dans ma peau, des fous rires et une bonne dose d’humour, des tisanes ancestrales entre amies et des bisous à Papa Ours…sans oublier un teint abricoté, voilà mon Plan pour l’automne.

Et vous, votre Plan à vous?

Demain matin, Montréal m’attend

Il y a des matins où, comment dire, j’ai besoin d’une motivation extérieure à moi-même pour attaquer mon programme du jour. Un peu comme, lorsque je n’arrive pas à réveiller Petite Ourse, que je suis déjà en retard et que je finis par dire: “allez, viens, si tu te lèves, j’ai une surprise.” (La surprise? Sa toast coupée en forme de papillon ou en maison- je vous le conseille vivement, ça change tout). Enfin. Il y a des matins comme ça où j’ai vraiment envie de rester sous la couette. Et où, vous l’avez compris, moi aussi, il me faut “une surprise” pour avoir envie de partir conquérir le monde.

Cette promesse de quelque chose de spécial, d’une journée un peu enlevante (malgré l’agenda endormant), je l’ai trouvé en la collection Grand Bal de Dior, plus précisément en le nouveau rouge à lèvres Diorific.

Tube doré précieux, texture mi-matte, longue tenue (même ma mère est d’accord) confort et haute pigmentation: c’est du rouge à lèvres mes amies! Déclinées en quatre teintes bien vives, les nouveaux rouge à lèvres Diorific font une bouche magnifique, une bouche de Jessica Rabbit pour envoyer des bisous soufflés, une bouche qui, oui, donne envie de sortir du lit le matin.

Mon amie M. m’a bien fait rire: quand je lui ai dit que je portais mon nouveau rouge à lèvres Dior au bureau (et que j’étais un peu nerveuse puisque d’habitude je suis davantage Lip Glow et co.), en vraie parisienne elle m’a dit: “Mais non,voyons, ce que j’aime justement des nouveaux rouges Diorific c’est que vu leur texture satinée ça reste discret.” Discret, oui. C’est le mot. J’adore.

J’ai la teinte Marilyn et c’est vraiment le rouge à lèvres grand luxe qui fait une bouche qui dit Stop! Stop, regardez-moi. Stop, cette journée m’appartient. Stop, j’étais la prochaine en ligne, ce latte est pour moi. Quoi? C’est la maison qui me l’offre? Oh, thank you so much!

Stop, c’est ma vie. Stop, j’en profite. Stop, ce rouge à lèvres est magnifique, je sais. Stop, arrêtez de me demander mon autographe. Oui, Montréal m’attend.

Allez, je me sens d’attaque. Oui, il y a des jours (souvent les vendredi) où je dois me raconter un peu n’importe quoi pour démarrer ma journée. Je suis la seule? Sinon, vous avez d’autres conseils pour se motiver par l’entremise de son look?

Un trésor venu de loin

Hier soir, en revenant du bureau, une surprise m’attendait à la maison: un paquet de merveilles de mon amie de longue date et collègue avocate en France, M.

Pour mon anniversaire, mon amie a rassemblé tout plein de produits de beauté qui me faisaient rêver, mais aussi, d’autres que je ne connaissais pas (elle s’y connaît en beauté, M!): l’Eau démaquillante Uriage, le Serum Isofill Uriage (recommandé par sa dermatologue, vous savez combien j’aime les dermatos des autres) et la Crème Lavante au Citron de Christophe Robin. Enfin, deux petites boîtes mystérieuses: des pains de savon fins de la Société Parisienne de Savons, dont les emballages art déco me rappellent vaguement ceux de la marque italienne Valobra, mais dont les parfums sont infiniment plus enveloppants. J’adore, mais j’adore les savons en pain: mousse plus riche, parfum souvent complexe, emballages de papier plissé en soleil…Quel plaisir à utiliser! J’ai reçu le Greco Deco et le Savonia qui sentent bon comme ça n’est pas possible. Ça sent le voyage au long cours sur un paquebot dans les îles grecques, les jupons de coton qui sèchent dehors l’été, le jardin de ma mère le matin, mais aussi une valise que j’ouvre à Paris. Juste ça.

Pour l’instant, je n’ai rien déballé, je regarde mes petits produits sur ma coiffeuse, comme des promesses de moments tout doux, à moi et à venir. Comme des souvenirs du futur. J’adore tout. Je suis comblée.

Je pense à mon amie très loin qui est allée magasiner pour moi, en pensant à ce que j’aime, mais aussi à mes besoins capillaires et épidermiques. À cette même amie qui m’envoie des idées de bricolage pour mes petits ours (ses enfants ont le même âge que les miens), avec qui je partage conseils juridiques, sa recette de soupe aux carottes (la meilleure au monde!), des photos de nos nouvelles bottes et les histoires toutes simples qui font la vie.

Oui, vous avez tout compris, mon trésor très loin, c’est mon amie.

Je vous reviens très vite pour vous parler de mes nouveaux produits. En attendant, je vais aller flâner sur le site de La Société Parisienne de Savons, tiens.

Un énorme merci à mon amie M. pour ce magnifique et très touchant cadeau d’anniversaire!

Une peau confo

Cet article fait suite à une demande spéciale de mon Goglu, dont la peau du corps est sèche et démange. En fait, j’ai le même problème. Chauffage, bas collants, bains chauds et changement de saison; autant de facteurs qui contribuent à me faire une peau aussi douce que, oh, je ne sais pas, un paillasson. Sans parler des démangeaisons…

Alors, voici donc mes recommandations.

Dès que les températures baissent, je fais attention à ne pas utiliser des produits trop parfumés ou de mauvaise qualité (mieux vaut ne rien mettre du tout que de mettre un truc douteux, telle est ma devise en tout temps). Je mise plutôt sur les huiles que les lotions, et applique mon soin dès que je sors du bain, sur une peau humide. Mais surtout, histoire de calmer ma peau qui pique, je verse un sachet de poudre traitante Aveeno (100% avoine colloïdale) dans l’eau de mon bain et y trempe une quinzaine de minutes. Avis à celles qui n’ont pas accès à cette marque, une poignée d’avoine dans l’eau du bain fait également l’affaire. L’avoine est reconnue comme apaisante et ce traitement est recommandé pour celles qui souffrent d’eczéma, d’irritation à l’herbe à puces, de piqûres et même pour les Petits Ours. Et il fait la peau ultra-douce. D’ailleurs, quand j’étais enceinte, je faisais une pâte que j’appliquais en masque sur ma bedaine qui piquait.

Enfin, un soin qui me sauve à tous les ans dès qu’il fait plus froid: une crème qui contient de l’urée. L’urée est une merveille pour la peau. Attendez, je vais vous raconter une histoire. Ma mère avait un oncle qu’elle adorait, un oncle très, très près de la nature, il connaissait les chants des oiseaux, savait appeler les orignaux, en somme, il connaissait les secrets de la forêt. Il s’appelait Mon Oncle Ambroise. Donc, Mon Oncle Ambroise, quand il était petit, avait été gravement brûlé dans un feu. Il avait failli en mourir. Son parrain, un Amérindien, l’avait soigné en lui faisant des cataplasmes de crotte de poule (riche en urée). Et sa peau avait miraculeusement cicatrisé.

L’urée est également ultra efficace pour traiter les peaux sèches qui démangent car elle aide à exfolier les squames, en plus d’être un excellent humectant. Résultat: la peau toute sèche tombe pour en révéler une toute neuve, toute belle; une peau confo. Enfin, dernière note: sur la plante des pieds une crème d’urée est également toute indiquée et souvent recommandée par les pédicures médicales. Idem pour les cuticules. J’utilise la crème de marque Uremol (concentration 20%), en vente libre mais toute crème d’au moins 10% d’urée apportera un confort immédiat marqué. Non, ça n’est pas ultra-glamour comme tube (ni comme texture, laquelle est un peu collante, comme la crème Formule Norvégienne Neutrogena je dirais), en revanche, une peau qui accroche et gratte ça ne l’est pas non plus.

Mais dites-moi, vous avez d’autres trucs pour la peau-sèche-qui-pique à partager avec mon Goglu (et moi-même)?

Dans la trousse de maquillage de Boucle d’Or

Il s’en sont passées des choses depuis mon ancien article sur ma trousse: le printemps et l’été ont passé, je suis retournée au travail après mon congé de maternité, j’ai fait le ménage de mon sac à main (ça a duré 30 secondes) et j’ai un petit coin à moi, pour ne nommer que ceux-là…

Autant j’essaie d’en faire le maximum à la maison avant de partir (entre mon café-préparation de mon lunch/réveiller et habiller une Petite Ourse molle et endormie qui veut mettre un maillot de bain et une cape de Batman ou rien/changer mes bas collants car je viens de faire une maille en mettant les chaussures de Bébé Ours, essuyer le pipi de mon chien incontinent mais adorable), il m’arrive des trucs que je n’aurais jamais cru possible.

Par exemple.

Mon réveil sonne, je le prends dans mes mains et je dis: “Oui, allô!“, complètement paniquée. Sauf que ça n’est pas un téléphone, mon réveil. C’est un cadran. Branché dans le mur.

Prendre mon déjeuner tellement endormie que je n’allume pas la lumière. Je mange dans le noir total. En silence. Le temps de me réveiller.

Arriver au coin de la rue et me rendre compte que j’ai oublié de mettre du cache-cernes. Oublié. Une coquette comme moi. Pas possible. Ça doit être parce que je me suis aussi maquillée dans le noir. Le temps de me réveiller.

Sortir de la garderie et me rendre compte que j’ai oublié mes clés sur la chaise-haute. Dans le local. Re-crise pour les Petits Ours qui pensent que la journée est finie et qu’on retourne à la maison.

Bon, inutile de vous le dire, j’arrive au travail à la seconde près. En entrant, j’affiche mon sourire serein du style “Bonjour chère équipe, je viens de lire les dernières jurisprudence en matière de baux commerciaux. Oui, pour le plaisir des yeux et de l’âme.” Jeune perle du monde professionnel que je suis, hein.

J’entre dans mon bureau. Je ferme la porte. J’enlève mon manteau. Je m’assois. Et là, je prends une gorgée de café.

Je sors mon miroir. Et là, j’attaque la finition. Un peu de poudre, du rouge à lèvres. Oui, du cache-cernes (maintenant qu’il fait clair, cela s’impose). Je peigne mes sourcils. Mes cheveux. Grande respiration. Ça y est! Ma journée peut commencer.

Alors, cela va de soi, mon petit kit est plus rempli qu’avant. Voici, voici!

D’abord, mon rouge à lèvres du moment, la teinte Sunday Morning, d’Aerin, un petit nude tout doux, soyeux comme tout. Ensuite, ma palette Aerin (j’ai celle de Weekend mais rêve de celle pour la semaine de travail, la Weekday), qui contient deux ombres, un fard illumineur doré et le plus joli blush au monde, un pêche rosé. C’est vraiment tout (enfin, presque tout ce dont j’ai besoin). Un petit pinceau style kabuki (celui-ci venait avec la poudre solaire Dior), mon élixir de Fleurs de Bach Rescue Remedy (pour les moments de stress), un petit tube de crème à mains l’Occitane au Karité (la meilleure, sans contredit). Sans oublier aussi: un format voyage de la BB Cream Erborian, mon génial gloss Aerin teinte Perfect nude (j’adore la texture et la teinte), le Lip Slip de Sara Happ, le fond de teint poudre Dior (acheté selon vos recommandations) et…oui, un cache-cernes! Comme vous le voyez, mon Clé de Peau (qui m’a coûté la peau des fesses) dure longtemps, quel soulagement! Enfin, un échantillon de mon Eau de Bonpoint et un contenant où j’ai mis un peu de Mûre et Musc de l’Artisan Parfumeur (pour ma retouche parfum, après le lunch). Un mascara noir (le Misencils fait durer mes extensions et fait un regard de velours), mon fameux crayon Armani (pour une bouche comme celle de Megan Fox!), et un crayon à sourcils MAC (pour mes sourcils et aussi, des fausses taches de rousseurs, si j’en ressentais le besoin)… Enfin, il y a aussi mon nouveau baume à lèvres (pas sur la photo, une merveille dont je vous parle bientôt). Et voilà, j’ai tout ce qu’il me faut pour me sentir bien dans ma peau. Dans ma jolie trousse Aerin, dont le format est ultra-pratique.

Bon, allez, je vais aller réviser les dernières jurisprudences en matière de baux commerciaux. Oh, mais j’allais oublier, juste avant: il me faut un petit coup de Dior Lip Glow! And voilà!

Vous, dans votre étui, il y a quoi?

Gloss Perfect Nude Aerin

Rouge à lèvres Sunday Morning Aerin

Blush Aerin

De gauche à droite, rouge à lèvres Sunday Morning, Gloss Perfect Nude, blush Aerin (Innocence), illuminateur (Innuendo)- de la palette Weekend

Boucle d’Or devient mince…

du cheveu! Oui, oui! Parce que si je me laisse aller, mes cheveux prennent vite la forme d’une pyramide floue. Très, très loin des sept merveilles du monde, je vous assure.

La texture naturelle de mes cheveux, conjuguée à l’air humide de l’automne (et à cette petite pluie fine qui semble venir de dessous mon parapluie, en mouvement ascendant- mais qu’est-ce que ce cauchemar de la mise en plis?), font de l’automne ma saison cheveux-over-volumineux. Trop de cheveux, trop de volume, trop de frisottis…Pas du tout joli. Version longue, blonde et électrique de Dora l’Exploratrice, si on veut. C’est nul.

Mais ça, c’était avant que je découvre le Oleo-Relax Slim de Kerastase, une crème de lissage amincissante de volume qui me fait le cheveu doux comme tout, ultra-lisse, comme repassé, que je me fasse des grosses boucles ou que je les sèche raides comme des baguettes. Pas de sensation de lourdeur, pas de touché collant ou cireux- juste le merveilleux sentiment que les cheveux sont propres et que la cuticule de la matière est bien refermée, imperméable à l’humidité. La mise en plis est brillante, lustrée comme quand on sort de chez le coiffeur et surtout, elle dure longtemps, longtemps. Sans compter que le temps de séchage est un peu réduit, ce qui, pour moi, est un point important, vu que j’ai quasi le temps de lire Guerre et Paix en me séchant les cheveux; c’est tout un projet.

Enfin, voilà, ce produit m’a sauvé: une noisette de cette crème sur mes longueurs avant le séchage suffit pour que je garde une coiffure jolie, même sous le parapluie.

Dites-moi, je suis la seule à avoir un problème de silhouette capillaire ces jours-ci? Vous avez d’autres petits trucs à partager?

Concours Fleurs d’Octobre

“Les femmes et les fleurs ont partie liée, dans la littérature poétique et romanesque, dans l’art de la parure, dans la science des parfums, dans la décoration des maisons.

On donne des fleurs aux femmes, en hommage, en marque de reconnaissance, de respect, de dévotion et d’amour. On glisse dans les bouquets des lettres et des bijoux.

Les femmes aiment les fleurs chez elles et sur elles.

La mode n’est plus aux fleurs artificielles. Sur ce point, comme beaucoup d’autres, la coquette tient bon et persiste le soir à orner ses robes de fleurs aux pistils craquants et glacés, en velours et en soie, note colorée poétique et sensuelle.

La fleur artificielle est un art. La coquette reconnaît sans se tromper la fleur artisanale fabriquée dans des ateliers par des ouvrières spécialisées, à la fleur produite en série, raide, en tissu dont les pétales sont tous semblables…”

Les Carnets d’une coquette raisonnable, Hélène Millerand

J’ai toujours adoré les fleurs, surtout pour égayer mes coiffures, pour un petit look un peu victorien, un peu royauté anglaise, à mi chemin entre le vrai chapeau et les fleurs sauvages de la campagne en couronne, moins tout-aller, tout de même. C’est pourquoi quand j’ai vu mon Goglu, à mon anniversaire, avec ce joli chignon décontracté, piqué d’une fleur fabriquée par ma joaillère chouchou (en vente au Local B), je me suis dit qu’il fallait absolument que je vous en parle. C’est l’antidote parfait au chandail en grosse maille un peu désolant, à la grisaille de l’automne, aux arbres nus d’octobre. Un peu Kate Middleton, un peu ballerine, petite touche pastel, poétique, romantique, en somme, tout ce que j’aime: ces fleurs sont vite devenues mon jardin ensoleillé d’octobre.

À l’occasion de mon anniversaire, j’ai donc décidé de vous offrir un concours: quatre de ces jolies fleurs fabriquées à la main à Montréal par Marianne Cantin, fixées sur une épingle à cheveux, sont à gagner. Chacune des gagnantes se verront expédier une de ces fleurs, où qu’elles résident dans le monde. Pour participer, il suffit de laisser un petit commentaire ci-dessous et de me décrire comment vous porterez votre fleur, le tout avant minuit le 17 octobre, 2012, heure de Montréal. En chignon, derrière l’oreille, sur un bandeau…donnez-moi vos idées. Comment fleurirez-vous votre coiffure cet automne?

Les gagnantes seront établies par tirage Random.org et annoncées vendredi le 19 octobre, ici même. Bonne chance!

Un an de plus: Forever Young

Un joli cliché pris par Papa Ours en ce grand jour!

“Personne ne reste jeune, mais on vieillit plus ou moins mal. Une vieille qui se tient droite et marche d’un pas allègre fait plaisir à voir.

Aux gens âgés la gaieté tient lieu de beauté.

La gaieté s’apprend de bonne heure.  C’est la vertu majeure de la coquette.

La coquette raisonnable qui aurait un tempérament fondamentalement mélancolique ne peut s’imaginer.

(…)

Jeune, comme tout le monde, elle demande l’impossible; ensuite, elle modère ses exigences. C’est là qu’elle devient raisonnable, sauf devant une paire de chaussures.

La coquetterie élevée au rang de règle est un moyen parmi d’autres d’exister.”

Les Carnets de la Coquette Raisonnable, Hélène Millerand.

Ça y est: c’est mon anniversaire! J’ai toujours adoré, mais adoré mon anniversaire. On est  la reine du jour, nos amies et la famille nous téléphonent, tout est un peu magique. Je ne suis pas de celles qui désespèrent sur le fait qu’elles vieillissent d’un an ou même cachent leur âge: au contraire. J’aime que l’on me dise que j’ai l’air jeune pour mon âge! Je suis cette fille qui sourit quand on lui chante “bonne fête”, qui planifie le voeux des bougies une semaine d’avance et filme l’arrivée de son gâteau. Je regarde autour de moi, ceux que j’aime et qui m’aiment, année après année, mon Papa Ours et mes petits ours et je me dis, “oh la la, quelle chance!“. Le bonheur.

La carte de fête de mon Goglu: un goglu de fête festif!

Par contre, il va de soi que je veux conserver la fraîcheur de la jeunesse le plus longtemps possible. Oui, les années passent, le regard devient plus fatigué, le teint un peu brouillé, le cache-cernes moins facultatif. Mais j’ai des petits trucs pour garder la jeunesse de mon côté. Aujourd’hui, je vous présente donc mes petits conseils pour avoir l’air d’un Spring chicken, malgré le fait qu’aujourd’hui, non, ça n’est pas mon Sweet Sixteen.

D’abord, mes produits chouchous pour ces matins où je me rends bien compte que je n’ai plus 17 ans: d’abord, le teint! Une base, c’est indispensable. Le produit pour le teint tient mieux, ne file pas dans les ridules et le naturel est lui, garanti. Ma perle rare: le Lisse-Minute de Clarins, qui fait un teint de poupée, plus-que-parfait. Par souci d’exhaustivité, je poursuis tout de même mes études sur le sujet: j’utilise présentement un échantillon de la base Shiseido (satisfaisante) et j’aime aussi la base Capture de Dior. Pour les yeux: rien au monde n’équivaut le Primer Potion d’Urban Decay. Rien.

Après le teint, le blush crème. Bien rose, un peu lustré, appliqué sur le haut des pommettes pour un effet promenade en plein air, très bonne mine. Par contre, comme la tenue est moins bonne que pour un blush poudre, penser à apporter le produit avec soi pour les retouches. Mes classiques: le Convertible Color Stila, teinte Petunia, et le blush crème Estée Lauder Collection Mad Men (sortie le printemps dernier).

Pour réveiller un peu le regard, j’applique une ombre irisée sur la paupière mobile, en insistant un peu dans le coin interne de l’oeil. Mon dernier coup de coeur? Le trio Regard Lumière Graphique Glow de Dior (teinte 551), deux ombres de la même teinte champagne (dont une plus brillante) et un cake eyeliner noir- une merveille. Deux bonnes couches de mascara noir (le Effet Faux-Cils d’Yves St-Laurent, quand mon budget le permet, est mon favori) sur des cils recourbés et voilà: on a à nouveau des étoiles dans les yeux!

Sur les lèvres, histoire de redonner du pulpeux à notre bouche et de douceur à notre visage j’adopte ce petit truc: un rouge à lèvres de teinte gourmande (ici le Rouge Automatique teinte 162 de Guerlain) appliqué uniquement au centre des lèvres puis estompé au doigt. J’enduis ensuite mes lèvres de baume à lèvres et tout se mélange pour donner une bouche d’ange, toute douce, un peu façon chérubin dans une peinture impressionniste (j’ai de ces références). Quand j’ai envie de me sentir vraiment jeune je choisis un baume trendy à bon prix, comme le Baby Lips de Maybelline que je glisse ensuite dans la poche arrière de mes J Brands. Sinon, j’aime bien le Néosporin, ultra-traitant et le baume B.Kamins. Sur ma liste, moins ado: le très chic Baume de la Ferté Divinora de Guerlain dont on dit le plus grand bien.

Sinon, quand j’ai envie de me sentir à nouveau comme au secondaire (où je cherchais les produits au rendu le plus naturel possible), je me tourne vers les produits que j’utilisais effectivement au secondaire, comme le mi-rouge à lèvres Clinique, teinte Black Honey, désormais culte et ultra-joli. Et si jamais, au hasard de vos courses vous trouvez la teinte Petal Lips (le petit pot à appliquer avec un pinceau éponge) de Aubrey Organics: n’hésitez pas. Ma soeur et moi n’utilisions que ça avant d’avoir 20 ans.

Enfin en ce qui concerne les soins du visage, démaquillage méticuleux et routine constante sont les deux préceptes auxquels j’adhère. Je protège aussi ma peau du soleil religieusement avec une crème (SPF 50), tous les jours, peu importe le temps qu’il fait, hiver comme été. Depuis fin août, je gâte ma peau avec l’Essence Merveilleuse Sanoflore, une véritable merveille tout droit sortie d’un conte de fée ou d’un jardin enchanté et qui assure un teint rose et reposé au réveil…comme si on avait mis la fontaine de jouvence en bouteille. Un elixir de Cendrillon, oui, qui fait effet toute la nuit, même passé minuit. Bibbidi-Bobbidi-Boo!

Quand j’ai envie d’une véritable pause jeunesse ou encore, en coup de fouet avant une soirée, rien ne vaut le Baume Beauté Éclair de Clarins (d’ailleurs il faut absolument que je le rachète!). Je le pose aussi en soin de nuit, en couche épaisse, si je me couche tard. Au réveil, le teint est bien lisse et défroissé, comme si on avait fait la grasse matinée!

Enfin, autres petits conseils en vrac: toujours soigner ses cheveux pour préserver une belle brillance qui a tendance à tenir avec l’âge et la fatigue (j’adore la Crème aux Fleurs Leonor Greyl, mais elle est chère). Aussi, à défaut d’avoir le temps ou l’énergie pour s’appliquer un vernis, il importe tout de même de garder de jolies mains soignées et hydratées. Pour un petit coup d’éclat aux doigts, rien ne vaut un soin ciblé pour les cuticules. Pourquoi ne pas craquer pour la Love Me Oil de Ciaté?

Vous le savez, j’adore les barrettes, qui donnent un petit coup de jeune (look de collégienne) et font un peu “lifting”. Il en va de même pour la queue de cheval rebondie, qui remonte subtilement les traits et dégage bien le visage. J’adore les élastiques Lululemon– résistants et ludiques, pour les weekends. Version plus chic, il y a les fabuleux cubes à cheveux Vuitton (qui semblent être malheureusement discontinués).

Enfin, un beau jean, un sens de l’humour et quelques bonbons, voilà tout ce qu’il faut pour se sentir jeune à nouveau l’espace de quelques instants…quoique je ne retournerais pas dans le temps pour rien au monde. Je suis beaucoup mieux dans ma peau en vieillissant!

Dites-moi, je suis la seule à être comme ça?

Sinon, je vous laisse avec une photo d’un trésor d’enfance retrouvé: mon livre Le Gentil Facteur, offert pour mes 8 ans et adressé par ma maman à…Boucle d’Or. Comme vous voyez, j’étais prédestinée. Bon, allez, je vous laisse. Une journée magique m’attend: aujourd’hui, j’ai 33 ans!

Oh, Snap!

Je vous l’avais déjà dit, j’ai toujours adoré le savon des garagistes, le SNAP*! Une histoire d’amour qui a commencé à la garderie (pour enlever la peinture, après la murale) et qui, encore aujourd’hui, perdure. Je l’utilise sur mes mains, pour bien les nettoyer et les rendre douces comme du satin, mais aussi sur mes pieds, en exfoliation avec la pierre ponce, c’est souverain. Tous les soirs, c’est mon petit rituel douceur qui permet à l’hydratant de bien pénétrer. Et c’est magique : la peau devient belle, douce et rosée comme celle d’un bébé, just like that, in a snap.

Il s’agit en fait d’un mélange de glycérine (qui hydrate et dissous les saletés), de lanoline, et de « pierre ponce », pour bien gratouiller. Ce qui m’a fait dire que…l’on pourrait facilement préparer un équivalent au SNAP soi-même. Un peu de sable des vacances et de la glycérine afin que la mixture devienne une pâte. Ajoutons quelques gouttes d’huile essentielle, pour le plaisir des sens (le Snap sent l’arbre à thé mais on pourrait imaginer une version eucalyptus ou même géranium). On met le tout dans un joli contenant, non, mieux, un bocal antique. Et voilà : le parfait remède aux pieds secs de l’hiver qui accrochent dans les draps et aux mains malmenées par le froid.

Quand les mains sont sales, trop sèches ou encore, que l’on a envie d’un soin « patte douce » on masse un peu de mixture sur les mains et les pieds (j’aime bien en profiter pour masser mes avants bras et mes mollets, pour un vrai sentiment de détente), puis, on rince à l’eau tiède. La peau sera douce comme celle d’une reine, enduite d’un très fin film protecteur de glycérine. On se tartine ensuite généreusement d’hydratant et on peut même ajouter gants et chaussettes avant de se glisser sous la couette. Et voilà, c’était mon petit truc pour des extrémités soignées, sans le prix de ces produits de « manucure express » ou des exfoliants ciblés. À noter, ce savon (sans les huiles essentielles) peut être utile aussi pour les mains de « post-projet crayon feutre» des petits. Petite Ourse me demande tous les soirs « le savon avec le sable » et je suis la première à admettre que mon bain, une fois vide, a un peu l’air d’une plage. Oh, Snap!

Vous, vos petits trucs pour des mains et pieds de fée?

*Pour celles qui ont envie d’acheter le produit original, notez que j’achète mon Snap à la pharmacie (mais dans le rayon des produits ménagers), ou encore, chez Canadian Tire.

Le vernis d’un lundi gris

Dur, dur de reprendre le rythme les lundis matins…surtout quand il fait gris, ou pire, encore noir dehors au réveil, ce qui est mon cas.

Ma solution? Saupoudrer dans ma vie de petits plaisirs simples, de petits détails qui me font sourire.

En ce lundi, c’est ce vernis, le Raise Your Glass de Deborah Lippmann: un vernis magenta crème subtilement pailleté, créée exclusivement pour Holt Renfrew à l’occasion de son 175ème anniversaire. Parce que oui, s’il y a le bleu Tiffany et le rouge Ferrari, il y a aussi désormais le Magenta Holt Renfrew, cette teinte parfaite de rose enthousiaste comme les sacs de la boutique.

Ce que j’aime de ce vernis? Les paillettes semblent “descendre sur l’ongle” à l’application (au lieu de rester en surface et donner un relief irrégulier-ce dont j’ai horreur), ce qui fait l’ongle bien lisse mais juste assez festif. Ultra-brillant, un peu bonbon, very luxe, c’est un vernis réjouissant, un vernis de fête qui est aussi très classe pour le bureau, surtout avec du noir.

J’ajoute à cela mon cahier parfaitement assorti Pantone Universe pour prendre des notes à la réunion du lundi matin, une bonne salade maison dans mon lunch et mes talons favoris…Voilà, c’est déjà un meilleur lundi.

Vous, vous avez des petits trucs pour ensoleiller les journées d’automne?

*** J’adore tous les jolis produits créés exclusivement pour fêter cette belle boutique qui est véritablement passée à l’histoire canadienne. Les ballerine Ferragamo! La robe Alice & Olivia! Même les petites bouteilles de Diet Coke roses…Happy birthday Holts!

Ma peau comme un champ

Ça a commencé avec deux d’entre vous (dînette23 et laparisienne) qui me mentionniez que vous laissiez votre peau se reposer de temps en temps: un bon démaquillage mais pas de soins. Puis, Dr. Planté, la dermato de Garance Doré lui conseillait de laisser un peu sa peau tranquille, de la respecter. Comme vous vous en doutez, la dermato de Garance Doré pourrait me convaincre de me tartiner le visage avec de la confiture, je serais à l’écoute. Je bois littéralement les conseils de cette parfaite inconnue, que dire, je suis comme ça: saine.

Donc, laisser un peu sa peau tranquille. En langage dermato-agriculteur on dit: “laisser sa peau en jachère“. Oui, comme pour les champs. Alors j’ai essayé (pas la confiture, la jachère).

Au début, je me sentais un peu coupable de ne pas dorloter ma peau à gouttes d’huile précieuse ou de petite crème. J’ai donc décidé de faire coïncider ma jachère avec le soir de la semaine où j’étais le plus crevée (souvent le jeudi) ou encore, le soir de ma mise en plis pour ne pas graisser mes cheveux fraîchement lavés (souvent le dimanche). Et vous savez quoi? Ma peau me dit merci. Pas de tiraillements, pas de gras luisant. Juste une belle peau au réveil. Un peau normale. Équilibrée. Et ça, sans rien, sans effort.

Je suis la seule à laisser la nature à elle-même de temps en temps?

* Si mon beau-père me lit, je sais qu’il se demande: mais pourquoi ne pas faire coïncider cette fameuse jachère avec, oh, je ne sais pas, quand elle vient nous rendre visite au chalet (au lieu d’apporter un sac de sport rempli de produits)??? Ma réponse: j’adore profiter de la nature pour me refaire une beauté. Je suis comme ça: paradoxale. Mais saine.

Le crayon de Megan

Crédit: Jalouse Magazine

Il y a un produit que j’ai sur moi en tout temps, absolument, peu importe les circonstances: mon crayon à lèvres soyeux Giorgio Armani, teinte 12. Observer les étoiles? Crayon 12. Ménage du garage? Crayon 12. Mariage d’une amie? Crayon 12. Signer un document légal? Crayon 12. Pas sur le document voyons, sur mes lèvres, of course!

Mon histoire d’amour avec ce crayon a commencé lorsqu’une connaissance m’a confiée que Megan Fox (aux lèvres toujours parfaites) utilisait ce crayon avec tous ses maquillages, peu importe la teinte de rouge à lèvres utilisée. Un peu comme une condition essentielle lors de ses tournages et séances photos. Alors d’abord, mise au point: par connaissance j’entends la conseillère du comptoir Giorgio Armani chez Holt Renfrew, que je connais désormais parce que avant elle était chez Stila et ensuite chez Dior, et… enfin, à force d’y aller, on se connait et on s’adresse par notre prénom. Donc, je disais…Elle m’a fait cette précieuse confidence.

J’étais sceptique: un crayon un peu rose-nude, rien de spécial. À la base, je n’aime pas trop les crayons contour, sauf circonstances particulières (comme rouge à lèvres très rouge). Mais je l’ai essayé. Et là: transformation. Mes cils semblaient plus long. Mon regard plus intense. L’arc de cupidon romantique, mes joues plus creusées. J’avais ce petit je ne sais quoi de mystérieux de Megan Fox. Ce petit truc indéfinissable qui est devenu un peu la signature de ses maquillages. Soyeux comme tout, il permet de jouer avec les degrés d’estompe mais conserve malgré tout une tenue irréprochable, sans assécher.

Crédit: pub Giorgio Armani

Et depuis, ce crayon me suit partout. Toujours bien estompé, pour définir surtout l’arc de cupidon, toujours naturel. Que je porte du rouge, mon Lip Slip, mon Dusty Rose de Burberry ou encore mon Lip Glow de Dior, mon crayon 12 n’est jamais bien loin. Indéfinissable. Insaisissable. Indispensable. Ce crayon me transforme en version plus fatale de moi-même. Il est devenu une condition sine qua non de ma présence.

Tournages (je veux dire ménage), appels téléphoniques avec mon agent (oui, bon, en fait je veux dire clients), tapis rouge (nettoyer les tapis…) rien manger au resto (mmm… un souper au resto!), oui,absolument, le Crayon Soyeux Giorgio Armani 12 n’est jamais bien loin.

That’s right, appelez-moi Megan. Non, en fait, ne m’appelez pas; appelez plutôt mon agent…

 

Vous, vous avez un crayon à lèvres indispensable?

**Ci-dessus, de gauche à droite, avec le rouge à lèvres teinte 401 (Giorgio Armani),  avec le Lip Glow de Dior et le Rouge Coco teinte Mademoiselle .

Badigeonnée de Badger!

Il y a une petite marque que j’adore pour son efficacité toute simple. l’odeur de ses produits et ses formulations naturelles: Badger!

J’aime tout de cette belle marque familiale: les jolis petits contenants en métal au blaireau emblématique (trop mignon, après un hérisson je veux maintenant un blaireau!), son histoire et la passion de ses fondateurs.

Oui, je suis toujours un peu séduite d’avance quand le produit a été créé pour répondre au besoin du fondateur. J’aime la philosophie “on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même“, souvent garante de qualité mais qui en dit long sur la passion et le courage du fondateur. Je me dis: “s’il y a cru à ce point, au point de se lancer dans le vide, de tout risquer: j’embarque aussi.” Et ici, je suis bien contente d’avoir sauté dans le vide- un blaireau m’a attrapé et a soigné ma peau et mon âme avec des baies, des huiles et des fleurs. Oui, comme dans une belle légende amérindienne.

L’aventure a commencé quand le fondateur, Bill Whyte, un charpentier de la Nouvelle-Angleterre (aux penchants de botaniste) a eu envie de créer un baume pour soigner ses mains crevassées par l’hiver rude du New Hampshire (près de mon Vermont adoré). Après avoir trouvé la formulation parfaite, il a fait essayer la préparation par ses collègues du domaine de la construction et le produit a connu un tel succès, qu’il a eu envie de le commercialiser pour répandre la bonne nouvelle. Après s’être questionnné longuement sur le nom parfait, le blaireau lui est venu à l’esprit, comme par magie. Coincidence? Le  blaireau est l’animal totem de la guérison dans les légendes amérindiennes: cueilleur de racine, il a une connaissance intrinsèque du secret des herbes et racines de la forêt, le parfait symbole donc, pour cette entreprise de recettes et de potions.

C’est ainsi que Badger est né, en 1994. Au fil du temps, la marque a agrandi l’éventail des produits proposés, a rendu ses formules plus performantes et surtout, a fait le bonheur de ma peau et de celle de ma famille. Tout cela, en étant fidèle à ses idéaux de commerce équitable, d”agriculture biologique, écoresponsable, en ayant une philosophie d’entreprise vraiment remarquable (en implantant notamment le programme Babies at Work, qui permet aux parents d’emmener les bébés au travail).

Parmi les produits que j’adore: d’abord et surtout, les petits baumes aromathérapeutiques comme le Sleep Balm (“pour les blaireaux poétiques et autres vagabonds inquiets“, comme le dit si joliment la marque). Car oui, bien que je n’aie jamais été aussi fatiguée de ma vie, malgré tout, j’ai souvent de la difficulté à trouver sommeil. Trop de trucs dans ma tête ou encore le sentiment que je vais me faire réveiller par un petit ours incessamment, font que mon corps semble avoir adopté une attitude “à quoi bon?” par rapport au laisser-aller que suppose l’endormissement. Comme je refuse de prendre quoi que ce soit de médicamenteux, ce baume délicieusement parfumé massé dans mon cou, derrière mes oreilles et sur mes poignets est idéal. Il est littéralement à côté de mon lit. J’adore également la version pour les petits de ce baume Night Night, que j’utilise pour apaiser mes Petits Ours avant le dodo, en faisant fondre une noisette de baume dans mes mains pour leur masser la poitrine et le dos. Miraculeux!

Je vous avais déjà parlé de mon produit pour les cuticules ici, le Cuticle Balm (finalement, c’est vraiment mon produit préféré pour les cuticules, aucun doute), et de mon Baby Balm ici, que j’utilise en soin hydratant pour le corps. J’aime bien les baumes à lèvres également (celui au Cocoa Butter surtout) et rêve d’essayer la nouvelle huile de beauté pour le visage à la rose.

À noter, Badger est également reconnu pour ses soins solaires et ses…produits anti-moustiques tout naturels qui sentent vraiment très bon. Je crois bien investir cet hiver dans le baume à mains Hardworking Hands (la baume “original”), et dans le baume anti-maux de têtes et décongestionnant (j’ai le rhume, ce baume, il me le faut!). Ah oui, et l’huile pour le corps à l’orange me fait vraiment rêver également… Pour les futures et nouvelles mamans, la marque propose une huile non-parfumée, idéale pour prévenir les vergetures et aussi se faire la peau douce avant et après bébé, malgré la grande sensibilité aux odeurs de cette période.

J’aime cette marque autant pour l’efficacité hors pair de ses produits à petits prix que pour la poésie de ses idées et les jolis dessins des blaireaux sympathiques. Parce que oui, poésie il y a: les parfums sont tellement nature que l’on sent presque le vent de la forêt souffler, faire virevolter les feuilles ou encore grand-mère saule nous porter conseil et nous apaiser. L’authenticité est là, à chaque application qui fait la peau douce. Le bonheur est là, à chaque soupir de bébé enfin endormi.
Avouez, vous aussi vous voulez un petit blaireau maintenant!

(La bonne idée oubliée) Des barrettes c’est chouette!

J’ai toujours aimé les barrettes. Toujours. Dès que j’en vois une que j’aime, je l’achète. Une barrette, on n’a pas besoin de l’essayer, c’est toujours de la bonne taille, ça ne coûte pas trop cher et ça se garde longtemps. J’ai des barrettes qui étaient à ma grand-maman, d’autres à ma maman, certaines, je les ai achetées à gros prix chez Henri Bendel à New York, d’autres viennent de marchés aux puces et de ventes de garage, sans compter les barrettes que j’emprunte parfois à Petite Ourse. Une jolie barrette, quand on a l’impression que tout le monde connaît nos combinaisons d’outfit par coeur, il n’y a rien de mieux pour se sentir “toute neuve”.

Je ne sais pas si c’est le vent d’automne qui arrive, les mèches échevelées et les cheveux au vent que j’anticipe, ou peut être la photo de Léa Seydoux dans un Marie-Claire de cet été (ci-haut) mais je suis d’humeur vraiment barrette ces jours-ci. Je me suis donc dit que je vous présenterais mes coiffures barrettes en photo, faute d’avoir le temps de faire un tuto-vidéo.

L’avantage de la grosse couette dans une barrette (beaucoup plus jolie en vrai que sur la photo ci-haut, je vous assure) est de répartir la masse des cheveux à l’horizontale de sorte que l’on a l’air d’en avoir beaucoup plus qu’en réalité. Le rendu fait changement de la queue de cheval classique; j’aime le côté très sophistiqué mais aussi, un peu Barbie à la couette rebondie qui fait du patin à roulettes (dans le bon sens du terme). Par contre, pour ne pas tomber dans un look trop preppy, il faut vraiment casser le look: à porter donc avec un legging de cuir et un haut vaporeux et non une veste matelassée de chez Talbot’s à motifs d’outardes, cela va sans dire.

Le look de la barrette sur un seul côté, un peu derrière l’oreille (ci-haut) m’a d’ailleurs été inspiré par la photo de Léa Seydoux- c’est tendre, mais aussi frais et un peu rajeunissant je dirais même. Mais surtout, ça se réalise en moins de deux et on peut vraiment s’amuser avec les variations: tant au niveau de la matière (en crêpant un peu pour donner du flou, ou en lissant le cheveu à l’extrême par exemple) que du style de l’accessoire (ici, barrette à 1$ mais on pourrais tout aussi bien imaginer ce look pour une soirée avec une barrette-bijou style art-déco).

Enfin, séparés sur le côté, cheveux courts, longs, frisés ou attachés, les barrettes sont vraiment chouettes! 


Je suis la seule à aimer autant les barrettes?

Un petit coin à moi

“La coiffeuse est un meuble dont la coquette a besoin. Elle est placée dans sa chambre, face à la fenêtre, avec son tabouret. Il y a des tabourets de coiffeuse comme il y a des tabourets de piano. Le tabouret est un siège qui oblige à se tenir droit.

Elle peut, bien sûr, se maquiller et se coiffer devant la glace du cabinet de toilette, mais l’avantage de la coiffeuse est de n’appartenir qu’à elle. On ne regarde pas plus dans les tiroirs d’une coiffeuse qu’on ne fouille dans les poches des vêtements ou les tiroirs d’un secrétaire.

Du reste, il y a quelquefois dans les coiffeuses anciennes des compartiments secrets, souvent logés derrière le miroir.

La coquette, comme chacun sait, parle beaucoup à sa coiffeuse qui lui répond par son reflet. La coiffeuse est sa directrice de conscience, sa confidente, son ange gardien.

C’est un meuble dont elle fait l’acquisition quand elle est jeune et qu’elle garde toute sa vie, si Dieu le veut.”

Les Carnets d’une coquette raisonnable, Hélène Millerand

C’est chose faite: j’ai mon petit coin à moi, ma coiffeuse. J’en rêvais depuis tellement longtemps. Un petit paradis avec un tiroir, pour mettre mes produits chouchous, loin des mains curieuses de mes Petits Ours. Une table pour me préparer le matin, pour rêvasser, pour me pomponner mais aussi, pour poser mon ordinateur si j’en ai envie.

Parce que oui, si mes produits on depuis longtemps envahi la salle de bain, j’avais envie d’une vraie table au dessus vitré pour mettre les plateaux et miroirs de mon arrière grand-mère (la maman de Marguerite) d’un meuble à l’utilité remplie de poésie pour prendre mon temps et tracer mon eyeliner en station assise s’il-vous-plaît.

C’est chose faite: j’ai trouvé mon bonheur chez IKEA dimanche dernier. La coiffeuse est issue de la collection MALM et le tabouret s’appelle INGOLF. Alors non, ça n’est pas une coiffeuse dix-huitième en bois fruitier, par contre, elle s’accorde parfaitement au reste du mobilier de la chambre qui fait plutôt dans le moderne épuré. Et surtout, elle n’est pas trop encombrante tout en étant très logeable. Ma maman et moi allons coudre un joli coussin (j’aimerais trouver un tissu à motif blanc et gris) pour le tabouret (avec un petit volant). Et je compte bien m’acheter un miroir lumineux pour pouvoir me maquiller aux aurores, alors que Papa Ours dort encore sans avoir besoin de tout allumer). En attendant, la mini lampe JANSJÖ fait parfaitement l’affaire.

Et pour dans le tiroir, il n’y a que mes chouchous ultimes qui y ont place: mon Lip Slip, mes bijoux de tous les jours, mon fond de teint Dior Nude, des gloss Chanel, crèmes Sanoflore et La Roche-Posay, mon macérat et mes Météorites.

Pour le dessus de la coiffeuse, place aux jolis flacons de verre ou de métal: mon Beige de Chanel, le Secret de Nuit de Phyto, l’Eudermine de Shiseido, la poudre Caron, le Concentré de Lait et mes vernis du moment. Tout cela, dans le plateau de mon aïeule, avec son miroir assorti à côté (pour examiner les boucles du derrière de la tête, avec l’autre miroir). Comme toutes les coquettes avant moi, ma coiffeuse m’attend et me rappelle de prendre le temps. Prendre le temps pour moi, le temps de faire une parenthèse avant et après ma journée, entre le monde extérieur et le monde intime. Mes cotons m’attendent dans la bonbonnière de ma maman et l’eau de rose patiente dans mon tiroir. Et la fillette de porcelaine offerte par la Fée des Dents en rite de passage (mon premier cadeau “fragile”) veille sur mes matins endormis, les coups de pinceaux pleins de promesse, mes nuits réparatrices, mais aussi sur mes rêves, mes souvenirs et ces petits riens qui font aussi le bonheur.

Vous, vous avez un coin de beauté juste à vous? Sinon, vous l’imaginez comment?

Pas de chat, plié

Vous  le savez, j’adore tout ce qui est ballet (je vous en avais déjà parlé lors de mon tuto chignon). Ça a commencé en lisant Martine Petit Rat de l’Opéra et Angelina Ballerina, puis ça a continué lors de mes cours avec Madame Simpson au Stewart Hall et ça continue encore…J’aime tout, l’ambiance, le son du piano et bien sûr, le look. En commençant par la palette de teintes, qui est celle que je préfère dans la vie, tant pour la déco que pour mes vêtements; des blancs bien froids, des beiges lumineux, des roses doux et pêches discrets. La ballerine est une source d’inspiration constante pour moi; sa grâce, l’intemporalité de son look mais aussi sa simplicité… Aussi, je suis toujours à la recherche d’éléments pour m’aider à m’amuser avec les notions du look de la ballerine (joli blush, bandeaux, gloss frais rose tutu) tout en restant moderne. Je ne veux pas avoir l’air de sortir tout droit du Lac des Cygnes. Non, je dirais plutôt que je recherche le look “Ballerine qui sort de sa répétition à Moscou” (oui, si j’étais ballerine je danserais pour les ballets Bolchoï). Des jeans skinny et des ballerines, un joli chignon et un haut en jersey, ou encore, un cache-coeur et des joues bien pimpantes. Tout est dans le dosage, dans la mesure. Oui, et dans le port de tête aussi.

Chignon de ballerine pour Kate Middleton (Credit: via Le Boudoir de Marie-Antoinette)

J’ai d’ailleurs cru comprendre que je n’étais pas la seule à penser comme ça. Le commentaire de l’une d’entre vous, Irène, a résonné dans mon coeur avec une grande justesse, je ne saurais mieux dire:

“Pour moi aussi, la seule présence d’un mot de la famille du “ballet” me pousserait presque à l’achat, pour peu qu’il y ait d’autres adjectifs précieux comme “tendre”, “éclat”, “crème”… c’est le drame !”

Alors aujourd’hui, toutes à la barre pour répéter ensemble et revoir ces classiques tendres du monde de la danse. Un, deux et trois!

Gros chignon et ruban gros grain- tout ce que j’adore!

Première Position: Le Teint

Il me faut un teint parfait, parfait, parfait, mais en même temps, frais, frais, frais! La fraîcheur de la jeunesse mais la perfection de l’initiée. Deux options que j’adore: Le Fond de Teint Flower Perfection de Bourjois Paris (“Grain de peau lissé sublimé 16 heures!”) et  le Fond de Teint Nude de Dior (“Teint Éclat Effet Peau Nue”). Mes deux très grands chouchous du moment. Enfin, on termine avec un peu de poudre, pour fixer mais aussi pour donner cet éclat velouté à la peau: les Météorites de Guerlain (qui sentent bon la violette) sont un excellent choix. Sinon, difficile pour moi de faire plus ballet que la poudre Caron et sa houppette rose en duvet de cygne.

Look de ballerine chez Zac Posen 2010

Deuxième Position: Les Yeux

Pour les yeux, je privilégie les ombres un peu irisées qui font écho aux paillettes et aux flocons de neige de la valse des flocons de neige dans Casse-Noisette (ma scène préférée au monde je crois, voir à 18 secondes) :


J’adore l’Illusion d’Ombre teinte 81 Fantasme de Chanel, bien blanche, qui donne un aspect mouillé lumineux à la paupière. J’aime aussi les Extraits d’Ombre Intense de Bourjois, Teinte 01 et 03, selon mon envie du jour. Sinon, autre alternative: j’applique un fard nu mat sur la paupière entière, puis, je trace une belle ligne avec mon crayon Super Liner de l’Oréal, que j’adore. Enfin, je recourbe les cils et j’applique deux bonnes couches de mascara. Pour encore davantage de mystère on peut s’amuser avec des faux-cils (pour un look très Louis Vuitton)!

Louis Vuitton P/E 2012

Troisième Position: Les joues et les lèvres

Oui, j’étais bien excitée à l’idée du bâton Nars multi-usage teinte Undress me (“the perfect ballerina pink with shimmer!”), mais il est beaucoup trop pailletté, donc on oublie de ce côté. Ainsi, je suggère plutôt de se tourner vers le bâton multi-usage Nars teinte Copacabana (pour le haut des pommettes), ou encore, la Touche illuminatrice de Bourjois, teinte Rose Essentiel, qui avait été lancée dans le cadre de la Collection Ballerine, ô coïncidence. Pour des joues roses comme des chaussons de pointe, je recommande le blush Dandelion de Benefit mais rêve du blush longue tenue Rosy Outlook de MAC.

 

Pour les lèvres, je me tourne vers mon Lip Sugar Rosé de Fresh, sur lequel j’applique une touche de Lip Slip, ou encore, la teinte Paper Lantern de MAC, qui est l’équivalent le plus semblable à un défunt gloss MAC, teinte En Pointe (Collection Danse, 2006) et que j’adorais.

Miranda Kerr a tout bon

Quatrième Position: Les Ongles

Pour des ongles brillants et jolis juste ce qu’il faut, j’adore mon dernier achat, le 167 Ballerina de Chanel, le légendaire Ballet Slippers d’Essie, mais aussi, le Barre my Soul et le You Callin’ me a Lyre d’OPI, tous deux issus de la Collection NYC Ballet du printemps dernier. Enfin, la teinte Sarah Smile de Deborah Lippmann, créée avec Sarah Jessica Parker, est vraiment un rose ballet parfait ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait que SJP est une ancienne ballerine.

La campagne Bourjois Ballerine (Printemps 2011)

Cinquième position: Tout le reste!

Enfin, pour finir, on s’amuse à combiner d’autres petits éléments du look ballerine: une jupe style tutu pour sortir (avec un haut tout simple et un minimum de bijoux, pas de chignon mais des talons), des jeans skinny et des ballerines (j’adore celles de Repetto mais surtout, celles de Pretty Ballerina. Sinon, je trouve aussi chez Zara. À noter, on peut également faire semeller par un cordonnier des vrais chaussons, ce que j’ai déjà fait, une fois où je ne trouvais pas ma taille dans le joli rose), des lainages minces en superposition sur le haut du corps pour un look confortable et câlin idéal pour les journées de weekend plus fraîches (et pour rester au chaud lors de l’échauffement). À noter, j’aime bien m’approvisionner directement dans les boutiques de danse. J’adore aussi les bandeaux de ballet, que j’utilise de mille et une façons, avec une nette préférence pour ceux de chez Lululemon (le Skinny Satin Pirouette, le Prettiest Pirouette et le Slipless), qui ont toutes une petite bande de silicone à l’intérieur pour maintenir le bandeau en place. J’aime également m’amuser avec une jolie fleur en tissu, un ruban gros grain ou un serre-tête bijou, histoire de référencer un peu la danse autrement, mais de les mélanger avec d’autres élément plus neutres. Mon parfum de ballerine: Ellenisia de la maison anglaise Penhaligon’s: avec la jolie boucle rose de son flacon et son odeur magique de pluie d’automne et de répétitions.

Enfin, petites camisoles (style haut de maillot) et vestes douces un peu déboutonnées, camaïeu de lainages gris souris sur t-shirt blanc mince et leggings noirs…sans oublier…de porter des chaussons de ballet en guise de pantoufles. Ajoutez des jambières et de la musique et vous ferez des arabesques en moins de deux.

Sinon, vous avez d’autres idées ou suggestions pour m’aider à perfectionner mon look de ballerine au repos?

La Reine des Bisous

Ma maman m’a récemment offert la Crème Douceur Bonne Mère, une nouveauté  de chez  LOccitane, une petite merveille qui parfume ma bulle de bonheur à moi et mes Petits Ours. Ça sent le propre, ça sent le lait, ça sent aussi un peu l’amande et ça fait la peau douce, douce. Non que l’on aie besoin de cette crème pour être une bonne mère, ni même de quoi que ce soit d’autre, sinon que du temps et des bisous… ce que le joli livre La Reine des Bisous de Kristien Aertssen nous rappelle au fil de ses pages. Merci à mon amie M. pour cette belle découverte, et à ma maman (qui est ma Reine des Bisous à moi et a généreusement consacré son dimanche à m’aider à assembler des meubles IKEA) pour cette perle des crèmes.

Sur ce, gros becs…j’ai des bisous parfumés à aller donner à mes Ours.

Bleuet Parfait

Il y a un produit que j’ai toujours chez moi, parce qu’il coûte peu cher, mais aussi qu’il peut être utilisé de diverses manières: l’Eau de Bleuet. Je l’utilise tous les soirs, souvent les matins aussi et invariablement en cas de catastrophe maquillage. Voici, voici, je vous présente mon amie.

Précisons d’emblée (petit cours de botanique ici) que par “bleuet”, on parle de cette fleur que l’on appelle ici la centaurée et non du petit fruit bleu, qui lui est une variété nord-américaine de la myrtille européenne. Malgré tout et accessoirement, je vous donnerai ma recette de confiture de bleuets à la fin de l’article (une confiture de fruits, pas de fleurs), histoire de vraiment semer la confusion (mais vous verrez, elle est délicieuse!). Enfin, en anglais cette fleur est appelée cornflower et je trouve que ce nom lui va bien car l’eau a une très faible odeur de maïs, de céréales. Je vais donc aussi vous donner ma recette salade de maïs mexicaine… Mais nooooon, je plaisante. Enfin, je n’aime pas trop cette odeur de maïs mais comme elle est vraiment très subtile, qu’elle s’estompe presque aussitôt et surtout, que le produit est efficace, je passe outre à ce petit hic en faisant ni une ni deux.

Donc, je disais…mon Eau de Bleuet! Je choisis la mienne 100% pure, biologique. Celle de la marque Divine Essence est abordable et d’excellente qualité (non reconstituée, sans conservateur, ni émulsifiant), en plus d’être certifiée par Ecocert Canada et d’avoir un embout vaporisateur. J’aime bien cette marque, soit dit en passant. Enfin, pratique comme tout; elle est vendue à deux pas de chez moi à l’épicerie Rachelle-Béry. Par contre, que dire de cette étiquette motif de short de surf…Dude, what’s up? Enfin. Je cache le flacon dans mon tiroir.

1ère utilisation: pour démaquiller mes yeux en douceur

Comme j’ai des extensions de cils, j’évite à tout prix les produits qui contiennent de l’huile, laquelle dissout la colle. J’aime bien les solutions micellaires mais plusieurs contiennent de l’alcool, picotent la muqueuse ou encore, sont un peu chères (comme celle d’Avène ou de NéoStrata qui sont super bien). Mon Eau de Bleuet fait donc office de démaquillant doux. J’en applique généreusement sur des cotons que je laisse poser sur mes yeux, puis, pshiit d’eau thermale. Je passe le coton en mouvement descendant quelques fois (en ajoutant de l’eau thermale au besoin) et puis il ne reste plus rien. Mes paupières ne sont pas rouges, le contour de l’oeil n’est pas sensibilisé et je n’ai pas les yeux qui larmoient. Par contre, je tiens à le préciser: je ne maquille pas les yeux en smoky waterproof. Cette routine de démaquillage conviendra donc à celles qui ne se maquillent pas beaucoup les yeux.

2ème utilisation: pour corriger les bavures lors du maquillage des yeux

Le crayon d’eyeliner qui dérape, le flocon de mascara qui tombe sur le cache-cernes…Qu’à cela ne tienne, mon arme magique qui me permet de corriger l’accro sans tout reprendre à zéro, vous l’avez deviné: de l’Eau de Bleuet, vaporisée sur un coton-tige. Plus idéale que du démaquillant l’Eau de Bleuet, contrairement à ce dernier, ne laisse pas de film gras sur la peau, lequel devient apparent lorsqu’on poudre par la suite.

3ème utilisation: lorsque la nuit a été trop courte

Dès que j’ai des poches ou une certaine enflure sous l’oeil, que ce soit au réveil, avant une soirée ou après une soirée, j’imbibe deux cotons d’Eau de Bleuet, je les mets au congélateur cinq minutes si j’ai le temps, puis, je les laisse poser sur mes yeux un instant. Déjà, après deux minutes, on voit une différence marquée; les cernes s’estompent, les yeux dérougissent et surtout, les paupières dégonflent. Sinon, lors du temps de pose d’un masque, on peut se reposer les yeux ainsi également, en s’allongeant et en pensant à rien…ce que je  recommande chaudement mais fais moi-même rarement. Mais je devrais!

Et maintenant, voici ma petite recette de confiture de bleuets (inspirée de celle de Josée Di Stasio) qui est simplement parfaite; acidulée jusque ce qu’il faut, sucrée et croquante…Sans oublier, facile comme tout à réaliser.

Confiture croquante aux bleuets 

Ingrédients

  • 1/3 tasse de sucre
  • 1/3 tasse d’eau
  • 1 c. à soupe de fécule de maïs
  • 1 c. à soupe de jus de citron
  • 2 c. à soupe de zeste de citron 
  • 2 tasses de bleuets frais ou congelés;
  • 2 c. à soupe d’amandes effilées grillées 

-Mélanger dans une casserole l’eau, le sucre et la fécule de maïs. Porter à ébullition.

-Y ajouter le jus et le zeste de citron et les bleuets. Laisser mijoter un peu pour ramollir les fruits (lesquels doivent rester entiers).

-Retirer du feu puis y ajouter les amandes. Servir tiède ou froid…

Cette merveille se mange sur du pain le matin, en même temps que l’on laisse poser les cotons d’eau de bleuet sur les yeux, pour un déjeuner totalement thématique! Mais aussi, sur du yogourt ou du gruau ou encore…sur de la crème glacée. Yum! 

Soie et satin: la lingerie de peau Dior Nude

Une peau nue et parfaite, resplendissante et d’apparence naturelle sous tous les éclairages, voilà ce que je recherche toujours un peu dans la vie, mine de rien. Je rêve du grain de peau de Clémence Poésy, de l’éclat des mannequins dans les pubs Chloé (oui, je sais, je parle encore de Clémence Poésy) et…bon, vous avez compris je pense. Oui, je veux une peau parfaite, même dans lumière crue d’un matin glacé d’automne, je veux des lèvres teinte pétales de gloire-du-matin, même dans l’éclairage peu glorieux d’une salle de conférence.

C’est pourquoi quand j’ai entendu parler de la nouvelle Collection Nude de Dior aux teintes toutes douces de dentelles anciennes, de ruban de satin et de tulle de crinoline j’ai arrêté de respirer tant j’ai cru à la télépathie entre mon for intérieur et le Groupe LVMH! C’était exactement ce dont j’avais envie pour la rentrée! On avait lu dans mes pensées!

D’abord, le Fond de teint Éclat Peau Nue. Juste le nom…je fonds. Il s’agit d’un produit conditionné en pompe sans-air dans un joli flacon en verre, donc vraiment hygiénique et davantage longue durée. Et sur la peau? Une texture mi-fluide, mi-crème, qui se fond à la peau comme par enchantement et lui confère une luminosité étonnante. On a l’impression d’une couvrance légère tant la texture est douce mais on remarque vite que tous nos petits défauts ont disparu, comme voilés d’un filtre avantageux, comme sur des photos anciennes. Il reste que le rendu est résolument moderne dans la manière où le visage réfléchit la lumière une fois le produit appliqué: le visage semble facetté, le haut de l’os des joues est hydraté et éclatant et la peau se fait parfaite mais transparente et ce, des aurores au crépuscule. J’adore. À noter, j’applique le produit au pinceau plat à fond de teint qui fait vraiment un teint sublime, zéro pores et zéro produit apparent. Pour terminer, j’applique un petit fluff de poudre Caron (à la houppette), ou encore, un peu de ma poudre BB Annabelle avec le pinceau Dior à fond de teint poudre. À moi le teint de rêve.

Mon autre coup de coeur de la collection: les Dior Rouge Nude -teintes Twill, Charnelle et Indiscrète (de gauche à droite sur la photo). Il s’agit de rouges à lèvres tout doux, à la texture baume mais à l’effet de matière tout de même quasi inexistant, qui fondent sur les lèvres en y déposant un léger film de couleur crème. Ici, la palette est naturelle, grand luxe, comme une écharpe de laine, comme les chaussures caramel de la duchesse Kate. On ne peut pas se tromper, on ne peut qu’aimer; j’ai moi-même jeté mon dévolu sur Charnelle (le petit rose santé et timide parfait) et Indiscrète (le beige Brigitte Bardot par excellence). Ces deux tubes merveilleux ne quittent plus mon sac à main; j’alterne entre eux. Sinon, j’ai aussi le Twill, qui, bien que fort joli (un caramel riche) me rappelle trop le Sable de l’Oréal, que je portais à l’école secondaire et réveille mes angoisses d’ado. Par contre, la teinte Swan me tente énormément…un joli rose tutu qui évoque pour moi le ballet du Lac des Cygnes. Vous vous imaginez!

Teinte Indiscrète

Enfin, puisque je n’avais pas suffisamment de vernis teinte lingerie j’ai également succombé au joli 413- Grège, un petit beige neutre qui me fait des longs doigts de pianistes et est non sans évoquer le Malaysian Mist d’OPI que j’adore, mais en moins rosé. Sans oublier mon fameux 715-Dune, un beige-gris crémeux qui, je le parie, sera sur toutes les mains cette saison. Difficile de faire plus chic, difficile de faire plus chaud; ce vernis a tout d’une veste de laine confortable, il va avec tout et réchauffe le look.

Teinte Charnelle

Voilà pour mon compte-rendu de cette nouvelle collection; Hanna, je sais que tu attendais cet article avec impatience! Ah, et au fait; appelez-moi Clémence. Oui, oui, mon teint est si parfait que ça. Oh, Dior. J’adore.

Teinte Twill

Sinon, vos produits peau nue chouchou?
*Les dentelles des robes (sous les produits) ont été faites par mon arrière-arrière grand-mère. Magnifique, non?
**Je me cherche une poudre fond de teint, en compact. Des suggestions pour Boucle d’Or?

La beauté comme une maison heureuse (Chez ma maman)

On a toutes (trop souvent) envie d’être parfaite, moi la première. On s’en demande: on voudrait avoir les cheveux impeccables, style post-salon-de-coiffure alors que l’on est plutôt post-pluie-sans-parapluie, on voudrait un teint de poupée alors que l’on est grippée, on voudrait avoir l’air reposée alors que l’on dort deux heures par nuit. Mais aussi, on veut cuisiner tous les repas soi-même (des nouvelles recettes, tout de même, inspirées des magazines!), avoir une maison bien rangée jusque dans les moindres recoins, avoir du temps à soi, faire des biscuits pour les collègues du bureau pour vendredi, avoir des projets pour nous, perdre le poids de la grossesse avant même d’accoucher, mais aussi on veut des ongles laqués et brillants après le jardinage et être juste un peu plus grande…Et pourquoi ne pas aussi apprendre à lire les hiéroglyphes en cette ère de mondialisation?

Comme si la perfection technique allait nous apporter un surplus de beauté, comme si la perfection partout était la clé du bonheur. Mais la vraie beauté, comme le bonheur, il est imparfait. Ça m’a frappé un après-midi d’août chez ma maman, alors qu’elle avait amené Petite Ourse au parc. Seule avec Bébé Ours dans la maison où j’ai grandi, je redécouvrais toute sa beauté. C’est une maison centenaire, qui a du vécu, meublée de meubles “de coeur”, qui craque un peu mais qui fleurit aussi. Une maison où on a envie de s’asseoir, où on peut emmener son chien et des enfants, sans crainte de quoi que ce soit, une maison où l’on étend son linge et où l’on partage les petits riens, les grandes joies et la salle de bain.

C’est une maison très belle, non dans la perfection, mais dans la petite planche de la cuisine, dans les souvenirs, dans les moments qu’elle a vécu, dans les joies, les grands vents, les pannes d’électricité, les bricolages, les rénovations, les verglas et les Noëls. Une maison qui me fait dire que la beauté c’est avant tout ça: être bien avec soi-même et garder ceux que l’on aime au chaud dans les beaux jours et la tempête. Il y aura des jours où l’on sera plus à notre avantage (comme une maison après un bon ménage, avant que la visite arrive) mais aussi des journées où l’on fera semblant qu’il n’y a personne quand on sonne. Et c’est très bien comme ça.

Si les maisons dans les magazines me font rêver dans leur perfection lumineuse, comme les mannequins des pubs posées sous un éclairage étudié, il reste qu’une maison habitée qui a vu des rires, des soupers entre amies, qui a mangé des glucides et des bonbons à l’occasion sera toujours plus jolie à mon sens. Même si elle n’a pas dépensé une fortune toute sa vie en Crème de la Mer. Pour peu que l’on lui donne un peu d’amour, que l’on soit un peu cool avec elle. Alors non, on n’est peut-être pas parfaite. Mais au moins, on est “habitée”.

Alors en ce petit lundi matin, si oui, je voudrais idéalement être au meilleur de moi-même avec mon lunch santé, mon eyeliner, mon veston repassé, mon auto sans miettes de croissants entre les coussins et mon teint zéro-défaut, je me dis que l’essentiel n’est pas là. Pourvu que je sois bien. Et que je passe une belle journée.

La beauté passe aussi par l’indulgence envers soi-même. Bon lundi à toutes!

La récolte de tomates patrimoniales de ma maman!

Même le cabanon a des petits rideaux de dentelle!



L’Empreinte de l’Ange

“C’est ici, dit-il, que l’ange pose un doigt sur les lèvres du bébé, juste avant la naissance. Chut ! – et l’enfant oublie tout. Tout ce qu’il a appris là-bas, avant, en paradis. Comme ça, il vient au monde innocent…”.

-Nancy Huston, L’empreinte de l’Ange

J’ai toujours trouvé que définir l’arc de cupidon (le point creux sous le nez, au centre de la lèvre supérieure) faisait une énorme différence dans la finition de mon maquillage. J’ai essayé et aimé plusieurs produits: le Crayon Cupidon de Guerlain, un peu de fard Kitten de Stila, mon fameux crayon Armani

Cet automne, j’ai craqué pour la nouvelle proposition de Dior, qui a lancé le crayon Contour Universel, une merveille totalement translucide, pour maintenir gloss et rouge à lèvres bien en place. Ce crayon s’accorde à toutes les teintes de rouges à lèvres et toutes les peaux et permet de vraiment bien définir “l’empreinte de l’ange” tout en gardant un look d’ingénue. Le paradis je vous dis.

Sinon, vous avez d’autres petits trucs pour mettre en valeur vos lèvres sans avoir l’air trop maquillée?

L’ABC de la rentrée

Si certaines profitent de la nouvelle année pour prendre leurs résolutions, moi, je considère que la rentrée est le vrai bon moment pour se réinventer: au retour des vacances, au changement de saison, au moment où les magazines sortent leur version maxi, où les marquent lancent les nouveautés…on a envie de neuf mais surtout d’une version de soi un peu renouvelée.

Même si Boucle d’Or n’est plus étudiante depuis longtemps, septembre rime toujours avec quelques nouveaux stylos, un beau cahier et, oui, un nouveau rouge à lèvres. Je veux partir du bon pied, bien faire les choses mais aussi, me remonter un peu le moral à la veille de l’automne.

Aujourd’hui, je vous présente donc mon abécédaire abrégé de la rentrée, avec au programme certains produits testés et d’autres nouveautés qui me font rêver, histoire que l’on mette en commun notre savoir et que l’on soient toutes premières de classe.

Toutes les marques s’y mettent à la rentrée: les collections de l’automne nous attendent dans les grands magasins, on met de côté les teintes ensoleillées de corail et rose pop pour les substituer à des teintes plus soutenues ou sophistiquées. Voici celles qui m’inspirent:

Dior Lip Blush teinte Charnelle: un petit rose un brin années 60 à la texture vraiment toute douce dont je vous reparlerai davantage très bientôt. Je l’adore.

Rouge G, L’Extrait de Guerlain, teinte Colère– le rouge pomme de tire parfait pour des lèvres de pin-up…

Sephora Pantone Universe Lip Luster teinte Claret Red– Les photos sur le site de Sephora m’inspirent, mais reste à voir le rendu sur les lèvres…Enfin, je suis bien curieuse.

Brillant à lèvres à la rose Dot & Lil, un petit baume à la rose tout naturel d’une marque montréalaise que j’adore… la touche de finition idéale pour les petits matins où j’ai envie de fraîcheur, de naturel…et de beaucoup bisous de mes Ours.

C’est la folie des fonds de teint ces jours-ci, j’ai envie d’essayer toutes ces nouveautés prometteuses proposées par des marques que j’aime. Comme…

-Le Naked d’Urban Decay, qui promet un effet peau nue;

-Le teint Touche Éclat d’Yves St-Laurent: sera-t-il aussi mythique que son stylo correcteur? La vidéo de Ruth me porte à croire que oui…

-Le Nude de Dior: essayé et adoré! Je vous en reparle davantage très bientôt mais j’adore ce fond de teint que j’applique au pinceau et me fait une peau de jeune collégienne.

Enfin, pas une nouveauté du tout mais j’ai reçu d’une amie voyageuse le Flower Perfection de Bourjois et je ne peux qu’être d’accord avec vous toutes qui me l’avez chaudement  recommandé- c’est un génie en bouteille.

Le hâle de l’été qui s’estompe, j’ai envie de joues fraîches, de joues de plein air, qui jouent tantôt la carte de la santé, tantôt celle de la sophistication… Voici donc les blushs qui sont sur ma liste:

-Le blush crème Aerin, tellement, tellement chic.

-Le blush Terre de Sienne de Dior (dont je raffole et vous ai déjà parlé ici);

NARS The Multiple teinte Undress Me: un gros bâton crème multi-usage à utiliser surtout sur les points de lumière et décrit comme “the perfect ballerina pink with silver shimmer“. Vous avez deviné: j’étais conquise au mot “ballerina“.

Exit les teintes pop aux teintes de popsicle: j’ai envie d’ongles laqués de chair, de grège, de rouge et de bourgogne…Voici donc mes vernis de prédilection:

So Laque Ultra Shine de Bourjois (teinte 29, Dangereusement Rouge)- un rouge noir everso chic sur des ongles courts qui me donnent l’impression d’être un espion;

Chanel, teinte Ballerine: ce petit rose bébé qui va avec tout dont je ne saurais me passer…Vous avez deviné: j’étais conquise au mot ballerine” “Chanel”.

Dior, teinte Dune: un grège doux comme une écharpe en cachemire, chic comme un manteau Max Mara. Je suis convaincue que c’est LA teinte de l’automne.

Deborah Lippmann, teinte Lady is a Vamp: le rouge crème sanguin porté par Anne V. sur la couverture de Vanity Fair. On ne fait pas pluc chic…ni plus fatal.

L’air plus frais nous permet de porter à nouveau de vraies fragrances, moins aqueuses, moins aériennes. Si certaines retrouveront avec bonheur leur parfum signature, d’autres en profiteront pour partir à la découverte de leur nouveau sillage.

Pour ma part, ma maman m’a offert le Concentré d’Eau de Bonpoint, qui sera ma fragrance des coup de vents et des pluies d’automne; un parfum frais comme j’aime qui sent le blanc, le propre et la peau. Parfait sous le foulard.

Sinon, dans parmi les nouveautés, je suis bien curieuse d’aller sentir L’Eau Rose de Diptyque et le Parfum d’Extase de Marchesa (dont j’adore les robes et admire la grande beauté et le style princesse-rock de la fondatrice et co-designer Georgina Chapman. Enfin, en vraie Garanceophile que je suis, je veux maintenant aller essayer le Mûre et Musc de l’Artisan Parfumeur. Comme je n’habite pas à Paris, je me dis que je peux me permettre de le porter.

Le changement de saison signifie aussi souvent qu’il devient nécessaire d’adapter un peu sa routine de soin au climat changeant, souvent en dopant l’hydratation. Pour ma part, je profite de l’automne pour booster ma routine anti-taches, en continuant avec mes masques chouchous: le Glam Glow Mud Mask et le Tomatox deux fois semaine. Sinon, le Mela D Pigment Control de la Roche-Posay, fraîchement arrivé à Montréal est sur ma liste d’achats éventuels. Pour l’instant, question d’être raisonnable (et exhaustive dans mes tests), je termine mes flacons et les sachets d’échantillons avant de commencer des petites merveilles reçues en cadeau. Sinon, la gamme Isofill d’Uriage, recommandée par le dermato de ma bonne copine M. en France (qui a une peau comme on en veut toutes) me tente terriblement.

Bon, je parle en terme d’objectif, bien sûr, je suis loin d’avoir des cheveux parfaits. Mais j’y travaille, croyez-moi. Au retour des vacances, les pointes sont souvent cassées, les longueurs déshydratées et mon blond, jaune poussin. C’est devenu ma petite routine de la rentrée: tous les ans, en septembre, je prends une grande respiration et me fais couper les cheveux pour vrai (pas juste un millimètre des pointes pour ensuite demander à Papa Ours s’il remarque quelque chose, je parle d’une vraie coupe). Je prends également rendez-vous pour un soin en salon (comme le Fusio-Dose de Kerastase qui donne des résultats vraiment épatants) et me fais un masque à la maison un lavage sur deux. J’adore la nouvelle ligne Precious Oil de Pureology (dont je vous reparlerai bientôt) et j’ai eu un échantillon de la Crème Lavante au Citron de Christophe Robin qui est absolument démente. Pour corriger mon blond, je fais confiance à Karine et, à la maison, à mon Kromask Silver. Je rêve bien sûr du soin nuanceur Blond Pur de Christophe Robin. Enfin, au moment de ma mise en pli, à la maison, je vaporise sur les mèches du contour du visage un peu de spray éclaircissant Go Blonder de John Frieda qui réveille très subtilement la lumière dans mes cheveux. Sans oublier mes produits Phyto, auxquels je suis fidèle: ceux-ci et ceux-là.

Voici des petites idées en vrac pour redonner de l’enthousiasme à votre démarche:

-on prépare une nouvelle liste de lecture pour le Ipod;

-on organise son sac à main

-on fait le ménage de notre garde-robe en faisant l’inventaire de nos besoins (hein maman, tu es fière?);

-on fait aussi le ménage de nos trousses de maquillage pour éviter la surcharge: j’ai très envie de palettes pour avoir tout les essentiels sur moi – celles d’AERIN auxquelles je rêve la nuit, bien sûr (Papa, si tu me lis, c’est ce que j’aimerais pour mon anniversaire mais il faut les commander du site web alors si tu veux on le fera ensemble vu que je doute fort que tu aies un code d’utilisateur Estée Lauder…), celle de Dior Au Naturel a l’air très bien également et j’aime aussi beaucoup la Golden Fall Jungle de Dior (surtout pour son gloss teinte sucre d’orge vraiment parfait).

-on prépare notre petit déjeuner la veille (bon, pas les toasts quand même) et on le mange la veille pour prendre de l’avance. Je parle ici de gruau, fruits (on les lave et coupe), portion de yogourt ou fromage préparée, café dans la cafetière… On sort les assiettes. Rien de tel le matin quand on n’est pas réveillée que de n’avoir qu’à appuyer sur un bouton ou mélanger les ingrédients. J’ai essayé hier la recette de poires pochées à la gousse de vanille de Victoria Beckham (Glamour US de Septembre) et c’est facile, santé et délicieux!

-on réorganise notre agenda et cahier de numéros de téléphones. J’adore mon MomAgenda pour gérer les obligations familiales;

-on réorganise la maison par petite zone: durant mon bain, je fais le tri des produits à côté de moi, pendant que je fais chauffer la soupe, je fais le ménage des épices et huiles à côté du poêle. Pas de ménage éléphantesque et décourageant à entreprendre: on fait ce qu’on peut quand on a le temps et l’envie. Déjà, ça nous semble moins gros.

-on imprime des photos des vacances pour égayer notre bureau et garder les beaux moments près de nous quand on se sent loin de tout ce qui est vraiment important;

-on s’achète une boîte à lunch et des contenants- histoire d’être écologique (exit les sacs en plastiques jetables), économe et surtout, de manger santé. Sur ma liste d’achats: un Thermos afin de pouvoir me régaler de mon potage et de mes fruits dans un parc et pouvoir vraiment faire le vide, loin du bureau.

Avoir un plan, ça change tout, ça donne de l’inspiration, une orientation, ça donne, oui, de l’espoir. Je vous reparlerai davantage de ce sujet très bientôt. En attendant, voici quelques petites idées, pour être au mieux de sa forme en cette période difficile, souvent propice aux rhumes et petits malaises mais surtout, aux bleus post-vacances:

-On prend des vitamines: une multi-vitamine adaptée à nos besoins, de la vitamine D, pour compenser le peu d’exposition solaire et fixer le calcium sur les os, mais aussi, des Omega 3 EPA pour le moral.

-On se couche à une heure raisonnable. Je sais, plus facile à dire qu’à faire mais un petit rituel pré-sommeil, une bruine d’oreiller, un carnet sur la table de nuit (pour faire une liste puis mettre le cerveau à off). On limite les écrans avant le dodo (dit par la blogueuse ça a une super crédibilité) et on se rabat plutôt sur un bon livre pour atteindre notre objectif. Et puis, l’argument ultime: le sommeil est le meilleur ami de la beauté.

-On s’inscrit à un cours ou une activité: n’importe quoi, pourvu qu’on aie hâte d’y aller. Moi, le cours qui me fait envie ces jours-ci: ballet classique avec un vrai piano. Je sais, quelle surprise.

-On réfléchit à notre image, à la fille que l’on voudrait être. Pas juste côté look mais aussi, globalement. Le Petit Traité des Grandes Vertus d’André Comte-Sponville peut être une belle lecture à faire parallèlement à cet exercice.

-On fait des petits changements: j’aime bien changer la couleur de l’encre avec laquelle j’écris (passer de bleu à mauve ou encore de noir au “bleu des mers du sud” pour se croire encore en vacances), adopter la plume fontaine ou le crayon à mine, changer de sorte de confiture, de sorte de crème à mains…Des petits riens qui changent tout le quotidien.

Enfin, voilà pour mes petits conseils. Bien sûr, le retour des vacances est un moment difficile. Il faut se donner du temps, mettre à notre agenda des items agréables auxquels on a hâte et sur lesquels on peut garder le cap quand tout dérape.

Mais il faut aussi se rappeler que la rentrée c’est un nouveau début et donc une belle occasion.

Et sinon, pour ces matins vraiment trop insupportables, je fais semblant d’être la CEO d’une multi-nationale. Je mets mes talons les plus hauts. Je lève la tête. je prends une grande respiration. Je souris. Et je me dis avec conviction: “Allez, au travail. Le monde moderne a besoin de mon cerveau.” Comme ça, bien humblement.

Courage…Et bonne rentrée!

Duo Dodo

Chacune a son petit rituel pré-sommeil. Un livre, un peu de télé, un bain chaud, un lait chaud… Quand ma soeur et moi allions dormir chez notre grand-maman elle faisait chauffer sa petite soupe aux légumes et c’était magique! Comme une ambiance de sleep-over party santé et réconfortant.

Pour Boucle d’Or il y a un nouveau duo, offert par sa très généreuse amie M., qui a intégré sa petite routine du soir: après le bain, le brossage de cheveux et de dents, je me tartine tout le corps du Concentré de Lait Raffermissant et Lissant l’Amande de l’Occitane, un beurre généreux qui hydrate et me fait la peau plus douce que douce. Son parfum, un rien vanillé, me rappelle l’odeur d’un parfum que j’adorais mais qui ne se fait plus, Jour de Fête de l’Artisan Parfumeur, vous vous en souvenez? Et…est-ce que ça raffermit? Hmm…Vous savez ce que je pense des produits raffermissants… Et…est-ce que c’est divin? Complètement. Absolument.

Puis, pour terminer, je me parfume au Tartine & Chocolat, une eau de senteur pour bébé bien connue en France qui sent le propre et le frais, parfume un peu mes draps et mon pyjama. Son parfum se mélange vraiment très, très bien à celui de mon Concentré de Lait, pour créer une odeur de peau douce vraiment parfaite.

Vous, vous avez un parfum de sommeil?

Le Jardin des Merveilles

Je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit, mais j’adore le Vermont. Aussi, si je ne connaissais les produits Tata Harper que de nom, quand j’ai su qu’ils étaient fabriqués dans une ferme laitière convertie en laboratoire et fabrique, tout près de Middlebury dans le Vermont, avec des ingrédients du jardin de Tata herself…Il fallait absolument que j’en sache plus. Et, plus j’en ai appris, plus j’étais fascinée. Par sa passion, par sa conviction mais aussi par son idée romantique de la beauté et son style de vie qui semble si sain. Tata cite souvent sa maman en disant “la beauté est un style de vie et non une corvée” et je ne peux que souscrire à cette vision englobante de la beauté et de la coquetterie. En fait, je trouve sa marque tellement inspirante qu’elle me donne vraiment envie d’être une meilleure version de moi-même: j’ai envie de bien m’alimenter, d’aller faire du canot, de mettre un chapeau de paille et de jardiner loin des écrans et des magasins…Mais qui est Tata Harper? C’est une (très, très belle) jeune femme (à la beauté naturelle comme j’en rêve) qui, après avoir vu son beau-père lutter contre un cancer, s’est questionnée sur les produits chimiques de notre vie quotidienne et plus précisément, de nos produits de soin. Après maintes années de recherches et d’études, elle a créé sa propre ligne de produits, qu’elle fabrique dans la ferme qu’elle partage avec son mari, leurs trois enfants et des animaux trouvés qu’elle a soignés. (J’adore.) Certains ingrédients sont importés de loin (Afrique, forêt tropicale…), alors que d’autres proviennent du magnifique jardin de sa ferme de 12,000 acres. Tous les produits de sa gamme sont 100% naturels, non-toxiques et organiques, sans produits chimiques de synthèse et ont des vertus aromathérapeutiques. Tata Harper encourage d’ailleurs les consommateurs à s’informer auprès de la base de donnée Skin Deep, un chien de garde qui répertorie les ingrédients toxiques ou “à risque” dans les produits de beauté. Les huiles essentielles utilsées par la marque sont les meilleures sur le marché, dit-on. La marque est écologique à toutes les étapes de la fabrication du produit (pas de “greenwashing“), même la ferme fonctionne à l’électricité du Vermont, laquelle est produite par…des vaches! Les très chic et luxueux emballages sont recyclables et fabriqués de matières recyclées et la marque vise la carbo-neutralité. Oui, on est dans l’écologique de luxe, aucun doute: cette marque est d’ailleurs la marque chouchou de Gwyneth Paltrow et de Julianne Moore, on ne s’en étonne pas. Mais c’est maintenant…la mienne aussi.

J’ai donc succombé d’abord au produit phare de la marque: La Floral Hydrating Water.  Un petit pshit léger, gorgé d’acide hyaluronique de qualité médicale et de vitamine C anti-oxydante et sans alcool, à appliquer comme premier geste le matin et dernier geste le soir. Il sent bon, bon, bon (mais rien d’entêtant) et me fait un teint de folie. Je m’étais dit: “Allez, tu l’essaies juste une fois puis, tu termine ton flacon de lotion en cours...”, sauf que je suis complètement accro à mon eau Tata Harper. J’ai eu aussi la chance d’avoir tout plein d’échantillons ce qui m’a permis de tester plusieurs produits à court terme. Récit.Le Rejuvenating Serum: il s’agit d’un sérum anti-âge riche en collagène à appliquer sous le soin, avant la nuit, pour des joues rosées et rebondies au réveil. Il sent bon (absolument indescriptible), comme la Floral Hydrating Water mais en plus soutenu et la peau l’absorbe d’un trait. Au matin, quel bonheur de se trouver le teint clair comme si on avait pris l’air la veille. Vraiment, complètement hallucinant. À noter, ce sérum a gagné une myriade de prix et récompenses et c’était vraiment mérité, je le confirme.Resurfacing Mask: La très critique masquoholique en moi a adoré – un masque dont la texture est semblable à celle d’un sérum tenseur ou d’un masque à peler très fin qui contient de l’argile rose, des extraits de betterave (pour l’hydratation) mais aussi des enzymes de pomme grenade (pour l’exfoliation) et du saule blanc (pour contrer la rougeur). On l’applique et on laisse poser 20 minutes. Puis, on rince et…on ne peut qu’aimer.Replenishing Nutrient Oil: On dit de cette huile que c’est la multivitamine quotidienne de la peau – protection ultime contre les éléments, on l’applique après tout, tout, tout (c’est à dire l’eau, le sérum et la crème), pour un éclat marqué et cette petite touche lumineuse sur le haut des pommettes.Rebuilding Moisturizer: Encore un produit au parfum divin de champs et d’air pur, j’ai apprécié cet hydratant pour sa texture soyeuse et non-grasse, qui, force est d’admettre, est sans doute la meilleure crème que j’aie jamais eu la chance d’essayer de toute ma vie. Résultats vraiment très marqués dès le premier jour: la peau semble respirer et dire merci. Vraiment.Enfin, à la boutique où j’ai découvert ces produits (lors de mon voyage à Toronto, je vous en reparlerai), j’ai pu essayer un autre produit de la marque que je n’aurais jamais cru qui pourrait me plaire. J’ai été raisonnable sur le coup, j’ai résisté l’achat, mais depuis, il hante mes nuit et je regrette vivement de ne pas l’avoir acheté: le Stress Treatment, un flacon à bille contenant une huile parfumée (aux huiles essentielles ) à garder sur soi et rouler dans le creux de ses mains dans les moments d’angoisse. On respire cinq fois et… on se calme. La préposée de la boutique me l’a fait essayer dans la boutique et j’ai vraiment ressenti un délassement général intense, comme une bouffée de calme m’envahir. Et puis, ça sentait tellement, tellement bon. Depuis, j’y pense souvent et je cherche des équivalents ça et là mais en vain…

Bon, mais le hic dans tout ça, le (petit) nuage qui plane près de ce merveilleux jardin? Le hic pour moi, c’est le prix. C’est vraiment très cher- entre 45$ et 150$ environ. De magnifiques produits que je compte bien m’offrir lors d’une occasion spéciale, mais qui malgré tout, restent bien dispendieux pour la vie de tous les jours. Entre les achats de la rentrée, le phare avant de l’auto à changer, l’envie d’un nouveau manteau et aussi…la vie en général. Par contre, sur le blog de Tata Harper on prend le temps d’adresser pourquoi les prix sont ce qu’ils sont (formulations exclusives, aucun agent de “remplissage” (“filler”) mais plutôt que des agents actifs, produits frais, processus de fabrication écologique, etc.), ce que j’ai apprécié et m’a vraiment éclairé et fait aimer encore plus les produits.Mais bon, en attendant mon anniversaire ou une petite visite à la ferme de Tata Harper au Vermont, je me contente d’utiliser avec parcimonie mon eau hydratante en rêvant à ce mode de vie plus pur, plus doux. Une ambiance de vacances tous les jours de l’année, du grand air pour toute la famille, oui, un mini-cheval, mais aussi cette acceptation de soi qui ne vient souvent qu’avec la réalisation personnelle. Parce que vous savez, je pense que c’est aussi ça le secret du teint absolument parfait de Tata Harper; elle s’investit dans un projet qui lui tient à coeur. Et ça je trouve ça tellement, tellement beau.

*Les photos (sauf celles de la Floral Hydrating Water, qui sont de moi) proviennent de Vanity Fair et du site de Tata Harper, qui a aussi un blogue que j’adore). 

** Petite mise-à-jour: En terminant mon article mon flacon m’a glissé des mains pour se fracasser sur le plancher. Ô tristesse. Bon, un petit voyage au Vermont s’impose.

Le lipstick de Rosie

Ça faisait un moment que ça m’obsédait: la couleur des lèvres de la belle actrice anglaise, Rosie Huntington-Whiteley. J’ai cherché, cherché, je ne vous dis même pas. Je suis complètement fixée sur la jolie teinte bois de rose que Rosie affiche comme une signature: en robe du soir, relax dehors, avec des yeux de chats, dans la pub du maquillage Burberry pour lequel elle est l’égérie… Romantique et naturel, bonne mine et ultra-chic, il me fallait absolument le même.

C’est avec bonheur que je vous annonce que j’ai finalement trouvé, lors de mon voyage à Toronto, au comptoir de maquillage Burberry chez Holt Renfrew! Il s’agit du Lip Cover de Burberry, teinte Dusty Rose. Un peu plus rosé que le Rouge COCO teinte Mademoiselle de Chanel, texture un rien gélifiée très agréable et ultra adoucissante, ce rouge a une tenue étonnante et hydrate véritablement mes lèvres. Il me fait les dents blanches, le teint clair, la démarche légère. Il est parfait. C’est mon rouge lovely, mon rouge Rosie.

Cheveux tirés, ou même en jogging, ce rouge me va. Je l’aime. Il devient ma signature. C’est comme ça quand on trouve le bon rouge à lèvres – il fait soudainement soleil dans notre coeur, on sent le tube un peu lourd et précieux dans notre poche, la semaine de travail qui passe nous semble moins moche. On sent qu’on a un puissant allié de notre côté; un vrai Transformer. Et maintenant, c’est mon tour- on me demande aussi la teinte de mon lipstick.

Et vous, votre Optimus Prime en tube, votre rouge à lèvres chouchou du moment: c’est quoi?

Spécifique pour quand ça pique!

L’épilation en général est un vrai problème, surtout si on a la peau le moindrement sensible. Rougeurs, irritations, folliculites et poils incarnés sont les partenaires silencieux de l’entreprise “peau lisse”.

Si auparavant ma peau a toujours bien réagi, que ce soit à l’épilation à la cire ou au rasoir, depuis (et surtout pendant) mes grossesses*, tout a changé. Aïe, aïe, aïe. J’étais soudain devenue sujette à ces petits points rouges et aux petites bosses sur les jambes et surtout, sur les bords du maillot. Un drame pour une possédée de l’épilation comme moi, vous vous imaginez.

Mon amie H., qui elle a ce problème depuis toujours m’a donc récemment parlé de son arme secrète pour remédier (très efficacement) à ce problème: la marque Tend Skin!

Le produit phare de la marque c’est la Solution. Oui, c’est un peu comme une solution après-rasage qui picote (et qui contient de l’alcool), mais, disons-le, elle est miraculeuse et ce, peu importe la méthode d’épilation. Elle apaise immédiatement la sensation d’échauffement, les rougeurs et prévient, à plus long terme, les petits poils incarnés. Si, autrefois, on perdait beaucoup de produit à l’appliquer au coton (qui absorbait tout), la marque commercialise désormais le produit dans un flacon à bille rechargeable (avec un bouchon anti-fuite pour les déplacements). Brillant. L’astuce? Une fois que l’on a le flacon à bille on achète uniquement le gros format pour le re-remplir. J’adore. Enfin, c’est un produit qui plaira vraiment à tous: hommes, femmes, esthéticiennes comme novices de l’épilation à domicile (je pense à celles qui utilisent la cire chaude qui déborde au micro-onde et qui laisse des traces collantes partout sur le plancher et que je ne vous recommande pas du tout par expérience personnelle. Hein maman; ta cuisine a été longtemps collante…).

La marque a également développé une gamme complémentaire toute aussi excellente. Un gel à raser, dont la texture aqueuse, non moussante est assez étonnante – votre rasage n’aura jamais été aussi puissant, douceur assurée. Par contre, il faut renoncer au geste de rasage qui enlève une mousse blanche sur les jambes, “ligne par ligne”. Non, zéro mousse ici. Le truc développé par mon amie H. pour une peau encore plus douce? On applique le gel bleu avec un gant de crin (de type Renaissance) et hop, on passe immédiatement le rasoir. Ma préférence personnelle va au Venus Embrace de Gillette.

Ensuite, il y a aussi l’hydratant. Un hydratant pas trop cher qui sent délicieusement bon (comme un mélange subtil de crème solaire et de vanille pas trop sucrée). Mais c’est surtout la texture qui est intéressante: comme un gel fouetté, non sans rappeler la texture de la Crème Skin Trip (de Mountain Ocean) et celle d’Hugo, que la peau boit d’un trait et qui la laisse douce comme du satin. Pour un effet peau de princesse, aucun doute, c’est la crème qu’il nous faut. Le site mentionne que la marque a sorti cette crème à la demande générale du public, qui avait soif d’une crème corps crée par Tend Skin. Je trouve simplement amusant que la marque soit allée au delà de cette simple demande pour créer un soin “Waterproof“. Mais ça veut dire quoi une crème Waterproof? Pourquoi pas pare-balle tant qu’à y être? Enfin, de ce côté, je n’ai rien remarqué, si ce n’est que ce soin offre une action anti-feu immédiate marquée et une douceur délicieuse prolongée. Zéro peau de crocro, lisse comme dans une pub, mes jambes semblaient s’exclamer “regardez, nous sommes douces comme tout!

On me dit que cette marque est vendue chez certaines esthéticiennes, sinon, mon amie H. commande régulièrement du site de la marque et reçoit son colis très promptement (sous deux ou trois jours), à sa plus grande satisfaction. Je compte d’ailleurs passer moi-même une commande très bientôt.

Enfin, après mon chien assoiffé de gloire, je vous présente le hérisson familial: Arthur Harrison. Il s’appelle Arthur comme…dans Emilie! J’adore ces livres.

*Dernière petite note pour les femmes enceintes: j’aurai aimé qu’on me le dise mais l’épilation est devenu un enfer de folliculites et rougeurs pour moi durant mes grossesses. Je ne sais pas pourquoi, mais c’était comme ça et, après en avoir parlé autour de moi, je me suis rendue compte que je n’étais pas la seule. J’aurais bien aimé connaître cette marque à ce moment là, inutile de vous le dire.

En toutes circonstances: un sac à main lumineux et organisé pour la rentrée

Pour beaucoup, demain rime avec rentrée! C’est le cas pour Boucle d’Or (soupir) qui retourne au travail après de belles vacances avec la Famille Ours.

Vous le savez, avoir un intérieur de sac à mains organisé et lumineux fait partie de ces objectifs qui me laissent rêveuse dans la vie. Un peu comme on dit: “un jour, je vivrai dans une ferme avec des animaux et j’aurai un mini-cheval mais je