Alpenglow

 

-Faina, the girl whispered.

-What’s that, child?

-My name, it’s Faina.

-What does it mean? Mabel asked.

The girl bit her lower lip, and frowned.

-You must see it, to know.

(…)

-That’s what my name means, Faina said, still pointing.
-Mountain?
-No. That light. Papa named me for the color on the snow when the sun turns.
-Alpenglow, Mabel whispered.

The Snow Child, Eowyn Ivey

 

Tout a commencé avec le livre The Snow Child (traduit en français: “La Fille de l’Hiver“), de l’Alaskaine Eowyn Ivey. On y parle de l’Alpenglow. Je ne connaissais pas ce phénomène atmosphérique/optique par lequel, une bande rose-rouge apparaît à l’horizon ou sur les montagnes, du côté opposé du soleil.  Et c’est devenu mon obsession teint du moment: des joues rosées santé, lumineuses comme dans la lumière d’un soleil couchant (idéalement dans l’ombre des montagnes de l’Alaska).

Crédit photo: Ron Niebrugge

À l’ère du contouring et des ombres qui sculptent-sculptent-sculptent les os pour nous faire un visage taillé-taillé-taillé comme un diamant mais souvent plus gris, plus sombre, totalement dans l’ombre, je me rebellent en recherchant de la douceur, de la rondeur et du rebondi et surtout, de la couleur lumineuse. Je me positionne plein soleil et j’accepte mes joues bien rondes.

Alpenglow est un concept abstrait, très loin du maquillage. C’est une poésie de montagne qui conjure des rêves de promenades et de voyages, d’air qui claque les joues et de foulards à motifs de flocons, tricotés maison. Ces jours-ci, c’est ce qui m’inspire. Des joues roses-rouges lumineuses, jumelées à un chandail de laine pâle un peu ouateux c’est un look tout doux, bonne mine, adapté aux températures plus fraîches. Sans compter que c’est facile, rapide et ça n’a pas l’air ridicule avec une tenue plus douillette.

Crédit photo: Stefano De Rosa

C’est un maquillage qui s’articule principalement autour du blush et des fards lumineux. Pour le créer, je préfère les textures crème qui se superposent facilement, se fondent à la peau et qui ont d’emblée une certaine luminosité. Parmi les blushs, je reviens sans cesse et toujours au fard Convertible Colour de Stila, teinte Lillium. C’est mon grand préféré, un rose-beige naturel, facile à travailler, il peut avoir un fini ultra-chic porté avec un maquillage plus étoffé, comme il peut être cozy-confo le samedi en habit de jogging. À appliquer sur les pommettes en remontant vers les tempes, au doigt. J’adore aussi le Crème Fresh Tint for Lips and Cheeks de Le Métier de Beauté, teinte Poppy– très semblable au blush Stila, il est encore plus fondant, plus lustré et plus rosé. Une petite merveille pour quand on a envie d’un vrai soleil couchant sur les joues. Enfin, les blush Glossier inspirés du ciel, les Cloud Paints, sont aussi parmi mes préférés- je mélange sur le dos de ma main les teintes Beam et Puff, que j’étale au doigt sur les pommettes. Les tubes, tout petits, se glissent bien dans la trousse de maquillage pour les retouches en cours de journée.

Enfin, touche essentielle pour avoir un teint vraiment baigné de lumière alpine: le fard illuminateur posé sur le haut des joues et des sourcils, et aussi sur l’arc de cupidon. Mon grand préféré est celui de Charlotte Tilbury, le Beauty Light Wand teinte Spotlight qui maintient son fini lustré toute la journée et dont la teinte n’est ni dorée ni bleutée. Par contre, je trouve qu’il y a très peu de produit dans le flacon pour le prix. Une option plus raisonnable est le bâton Haloscope teinte Quartz de Glossier, dont je ne me lasse pas. Autre option, plus dispendieuse et totalement luxe: le Skin Fetish 003 Nude Shiny Stick de Pat Mc Grath Labs, qui, avec ses deux embouts (un fard illuminateur irisé, un bâton de baume) permettent de jouer sur la brillance et le lustre à l’infini.

Enfin, comme mon obsession Alpenglow/beauté scandinave/fille du froid ne semble pas aller nulle part, j’ai l’oeil sur ce nouveau blush/illuminateur de la marque Kosås, teinte Longitude Zero. La marque décrit ce duo de poudre pressée comme: The new rouge duo. An iconic pink rose through the lens of the cool, moody northern light. A modern wind-kissed flush.

Mon coeur saute littéralement un bond.

Parce que comme toujours, comme avec le sublime The Snow Child, comme avec l’Alpenglow, pour moi, la beauté commence souvent avec les mots.

Je ne saurais trop vous recommander la lecture de ce livre qui donne des frissons mais aussi envie de froid et de flocons.

Si vous avez des recommandations de produits de beauté reine des sommets/fée des flocons/beauté nordique- pensez à moi et laissez-les dans les commentaires.

P.S. J’ai trouvé cette jolie animation qui donne envie de lire encore plus le livre- au cas où je ne vous aurais pas convaincue…

 

P.S.2 Cet étui à poudre pour le visage Paul and Joe m’inspire aussi terriblement- merci à l’une d’entre vous (FrenchPapilles!) qui l’a gentiment porté à mon attention:

4 thoughts on “Alpenglow

    • Oh merci Liza! Moi aussi ça me manque d’écrire. Je viens de mettre à jour l’article en constatant que ce livre a été traduit en français! “La fille de l’hiver”! Bonne journée!

  1. Quel bonheur de recevoir ce nouveau post après si longtemps. Comme toujours j’apprécie le style d’écriture et les découvertes que vous proposez. Merci!

    • Merci beaucoup Moosealevres! Bonne journée! Je viens de mettre à jour l’article: le livre existe en français! “La Fille de l’Hiver”. Magique.

Leave a Reply