Mon gentil petit fantôme

gentil-petit-fantome

L’heure vient de changer: novembre est bien là, avec son soleil pâle, sa pluie glacée et sa noirceur qui arrive quand je suis encore au bureau. Les vacances d’été me semblent à des millions d’année et mon teint pâle me le confirme. J’ai l’air d’un fantôme.

J’adore avoir une peau plus dorée durant l’été. Mais durant l’automne, l’hiver (et aussi une bonne partie du printemps, enfin, presque toute l’année donc), j’ai apprivoisé mon fantôme. Pas d’auto-bronzant pour moi, pas de poudre Terracotta à l’extrême et encore moins de spraytan ou de bronzage en cabine. Tout cela est beaucoup trop compliqué, trop dur à gérer et aussi, je ne suis jamais satisfaite du naturel des résultats, trop faux. En plus, un faux bronzage de vacances avec un manteau d’hiver à col de fourrure, quand on est blonde, c’est limite “Barbie Ski Fun in Aspen”. Just. Too. Much. Vivre avec sa pâleur fantomatique quand on est naturellement très pâle est beaucoup plus facile et le résultat plus naturel. Et, pourvu que l’on aie travaillé le teint adéquatement, le teint blanc d’hiver peut être super joli. Loin de la peau dorée sexy, ce teint est plus romantique, émotif et doux, avec des échos victoriens. Côté mood, c’est une dentelle vintage comparé à du latex. Plus Lovely Clémence Poésy, et moins Hot Emilie Ratajkowski.

Mais bon, ça n’est pas parce que j’ai décidé de vivre avec ma pâleur naturelle que je me lève le matin et que je sors de la maison, glorieuse, avec mes cernes et ma pâleur jaunâtre en exposition. Nooooon. J’optimise. J’illumine. J’embellis. J’ai apprivoisé mon fantôme! Voici comment:

Friendly ghost

D’abord, le teint. J’applique la base Le Blanc de Chanel sous le fond de teint. C’est un fluide embellisseur sans pigments irisés (ce qui est très rare), qui illumine sans blanchir et qui corrige les pigments trop jaunes ou rouges de mon teint. Pour celles qui parlent un langage techno, c’est comme si on corrigeait la peau avec un filtre à photo qui rend un peu plus flou, neutre et un peu plus lumineux. Et il n’y a pas de brillants. Jamais blanchâtre, le Blanc donne un effet hydraté juste parfait (lire perfectly dewy) et un rendu peau de perle vraiment naturel.

Pour un peu plus d’éclat, je mélange une part égale de fond de teint au Becca Shimmering Skin Perfector SPF 25+, teinte Pearl. Ce produit est irrisé, mais ça reste très subtil une fois sur la peau, même sous la lumière du jour. Le Shimmering Skin Perfector fait une vraie peau radieuse, très, très lumineuse et le flacon dure longtemps car le produit est très concentré. Pour continuer avec les références techno, j’avais lu quelque part que ce produit donne un effet semblable à quand on clique pour plus de luminosité (“brightness“) sur notre téléphone ou ordi. C’est exactement cela. Et c’est magique.

Ces jours-ci, pour un effet encore plus jeune fille scandinave, j’applique uniquement une poudre illuminatrice beige rosée sur le haut des hauts des joues. J’adore la DiorSkin Nude Air Dior Luminizer qui donne un petit peu de teint (à peine rosé doré, comme un coucher de soleil sur de la neige) mais qui ne fait pas un pop de couleur en soi. C’est parfait pour les jours où je n’ai pas envie de blush. Je trouve que la poudre illuminatrice et les gros chandails forment un duo parfait de la vie. Je ne sais pas pourquoi.

Enfin, pour que le tout reste glowy et garde son effet suprêmement hydraté, il m’arrive de faire des retouches au Skin Glossing Pencil de Nudestix, sur les os des joues, sur l’arc de cupidon. C’est un crayon sans brillants, sans couleur, qui crée un effet doucement patiné, un gloss translucide subtil pour la peau. Le résultat est un incontestable air de jeunesse et de fée des flocons (dans le meilleur sens possible). Je n’arrive plus à m’en passer. Mention spéciale pour le pratique taille-crayon intégré dans le capuchon.

Voilà comment j’ai apprivoisé ma pâleur fantomatique. Bien sûr, au cours de l’hiver, il y a des moments où je remets tout en question. Je google les autobronzants. Je ressors ma poudre Terracotta. Je rêve d’avoir des jambes dorées, les pommettes rosies de soleil en terrasse et je rêve d’avoir le décolleté café au lait de la belle Emilie Ratajkowski. Puis je me rappelle Barbie Ski Fun in Aspen. Pour moi, ça ne marche juste pas. Et je me réjouis de retrouver mon gentil petit fantôme. Qui est, au final, très glowy dans son genre à lui.

3 thoughts on “Mon gentil petit fantôme

  1. Tiens, moi aussi, j’ai remarqué un changement dans mon teint cette semaine. Le doré-automne-c’est-la-fin-de-l’été-allons-cueillir-des-pommes a été remplacé par des cernes et une peau un peu moins éclatante. Comme j’ai été obligée de mettre de coté certains produits (dont mon crayon Touche éclat et ma poudre Les Beiges), je cherche de nouvelles facons d’apprivoiser mon fantôme.
    D’ailleurs, si quelqu’un a des suggestions bio pour illuminer le teint, ce serait grandement apprécié.

  2. Tres jolie illustration et le petit fantôme est juste adorable! Et cela fait plaisir a lire quand une femme adopte sa vraie couleur de peau et l’aime comme elle est. Bon novembre!

Comments are closed.