Vivre avec moins (de lumière)

moins-de-lumiereCes jours-ci, se réveiller le matin est vraiment, vraiment difficile. Mon alarme sonne à 5h, 5h05, 5h07, 5h10, 5h15, 5h19, 5h24 et 5h30.

Je sais, je sais: je ferais mieux de juste dormir jusqu’à 5h30 mais j’ai besoin de me préparer mentalement, dans un demi-sommeil. Il fait tellement noir. Il fait tellement froid. J’ai tellement, tellement envie d’hiberner.

La fin de semaine dernière, on a changé l’heure. Pour moi, cela marque le début officiel de ma carence en lumière que je vis tous les hivers. Au fil des ans, j’ai développé des petits trucs, des petites façons de faire qui m’aident à avoir plus d’énergie, moins de rhumes et meilleur moral quand il fait froid et que je suis en mal de lumière. Il va de soi que chacune est différente et qu’il lui appartiendra de voir ce qui fonctionne pour elle. Dans cet article vous trouverez le fruit de mes trouvailles personnelles et aussi, un compendium de solutions glanées lors des mes recherches Google désespérées de février dernier, lorsque rien n’allait plus et que j’avais juste hâte au printemps.

Je vous propose un article en deux partie: Partie 1- Concrètement et Partie 2 – Mentalement.

Donc, concrètement:

Les vitamines – On dirait que plus il fait noir tôt, plus je suis en manque de vitamines. J’ai beau manger bien comme il faut, plein de fruits (et je n’aime même pas les fruits), de légumes, rien n’y fait. Comme tout le monde, je prends de la vitamine C, surtout quelques jours avant un gros événement, quand je sens que je suis fatiguée ou que je suis sur le point d’être enrhumée. Les vitamines C effervescentes sont celles que que préfère et j’essaie aussi de faire des jus d’oranges frais (avec un presse-jus, pour la famille), pour bien commencer la journée. Il n’y a rien comme un jus d’orange frais: c’est le secret d’une bonne journée même si ça m’éclabousse partout et que j’ai de de la pulpe dans le creux des coudes quand je déjeune. Mais la vitamine C, ça n’est pas assez. Au plus noir de l’hiver, quand mon moral commence à être affecté, souvent, l’anxiété embarque. (Ça vous dirait un article sur l’anxiété?). L’anxiété commence doucement et je ne m’en rends pas trop compte mais, tout à coup, mon coeur bat vite, j’ai de la difficulté à respirer et ça tourbillonne dans ma tête. La vitamine qui a TOUT changé pour moi? La vitamine B. Je prends celle-ci, de Jamieson: le complexe B100. Cette vitamine me garde calme, me garde focus, équilibrée et lève le voile de noirceur qui s’abat dans ma tête quand il n’y a plus de lumière. J’en prends toute l’année maintenant. C’est magique. Je prends aussi une Vitamine D et une multivitamine, sur recommendation de mon médecin.

La lumière – J’ai aussi une lampe de luminothérapie depuis l’an dernier. Un petit 20 minutes, tous les matins quand j’arrive au bureau pendant que je réponds à mes courriels et je me sens de super humeur. Je me sens comme WALL-E quand il se recharge dans le film et que son système redémarre. L’effet “soleil d’été brillant” qui entre dans les yeux et se reflète sur ma peau fait toute la différence; c’est très énergisant. Pour compenser le manque de lumière j’essaie aussi de me tenir près des fenêtres, d’ouvrir grand les rideaux et d’aller me “mettre au soleil” quelques minutes quand c’est possible dans un endroit vitré (bibliothèque municipale, verrières de tours à bureaux, près des fenêtres à la cafétéria au chalet de ski, etc., bref, n’importe où de super lumineux). Si à la maison il y a un endroit où il y a de la lumière directe, je crois que ça vaudrait la peine de l’aménager en petit coin “bain de soleil” pour aller refaire le plein de lumière au creux de l’hiver-on pourra y lire, faire la sieste, prendre son café, etc.

La chaleur – Il n’y a rien de pire quand il fait froid que d’avoir froid. Et, à l’inverse, je pense qu’il n’y a rien de plus délicieux quand il fait froid que d’être au chaud. J’ai appris à me réchauffer de l’extérieur et de l’intérieur, moi qui ai toujours froid. Quand j’arrive au bureau, tous les matins, je branche ma chaufferette et ma bouilloire. Boire de l’eau chaude (ou du thé, ou de la tisane ou de l’eau chaude-citron) toute la journée me fait un bien immense et en plus, c’est bon pour le teint. Dans mon bureau j’ai aussi plein de châles que j’enveloppe autour de mes épaules ou met sur mes genoux quand je travaille; les châles sont les doudous des adultes- c’est essentiel. À la maison, idem: je reste cozy avec des jambières de laines, des grosses chaussettes, des pantoufles en mouton, des cardigans à grosses mailles et une robe de chambre en coton ouaté (sexy!). La clé, pour ne pas avoir froid au réveil le matin, c’est de laisser la robe de chambre, les pantoufles et les pantalons de jogging épais à côté du lit. À côté. Pas sur la chaise de l’autre côté de la chambre, il faut pouvoir étendre le bras les yeux fermés et enfiler tout ça en dessous des couvertures, sans sortir du lit. Je vous promets que le réveil sera plus facile. Enfin, je ne vous parle même pas de manteaux, mitaines, tuque et foulards. En Norvège, il y a un proverbe: “Il n’y a pas de mauvaise météo. Juste de mauvais vêtements.” (Je vous avais dit que j’avais fait des recherches Google). En gros, il faut investir, il faut s’habiller chaudement. Il faut accepter qu’on aura 10 livres de plus en laine, duvet et tricots et qu’on est loin de la silhouette fluide de la robe en chiffon du mois d’août. Mais on s’en fout: on sera bien comme tout pour attendre l’autobus. Pour me réchauffer de l’intérieur, il n’y a rien comme les bains fumants (tous les soirs) et les saunas, lorsque c’est possible. Mon rêve serait d’ailleurs d’avoir un sauna infrarouge dans ma maison (et quoi encore). Cette année j’ai commencé à faire du sport de manière régulière et j’ai vraiment l’impression que le workout m’aidera à me réchauffer. Le yoga chaud serait aussi une excellente option. Enfin, quand je sors au resto et que je porte des bottes à talons très chic (mais moins chaudes), je mets des chauffes-pieds dedans et je garde des chauffes-mains dans les poches de mon manteau.

img_6797

Les aliments – On sait toutes que pour être bien, il faut bien s’alimenter. Cela étant dit, toutefois, l’hiver, la dernière chose dont j’ai envie c’est d’une salade de pousses printanières fraîchement sortie du frigo. Alors oui, je mange santé mais surtout, je mange chaud,  notamment des “salades chaudes”: de la courge rôtie sur un lit de verdure et de quinoa, un artichaut bouilli avec sa vinaigrette, de la ratatouille ou des légumes vapeur cuits à l’asiatique (dans un panier en bambou) avec des graines de sésame. J’aime aussi les soupes et potages, les lattes de matcha et les laits chauds au miel avant le dodo. Je trouve aussi le livre “Eat Pretty” de Jolene Hart inspirant car il explique, selon les saisons, les aliments à privilégier pour prévenir les carences et propose quelques recettes.

Stay warm

Le sommeil – Quand il y a moins de lumière, j’ai besoin de davantage de sommeil. J’ai envie de lire, de flâner au lit, de me coucher plus tôt, de faire des siestes. La ville semble au ralenti et cela me permet d’écouter ma fatigue et de donner suite à mon envie de me blottir dans mon lit. Avant je le combattais. Maintenant, j’en profite; je m’offre un beau nouveau pyjama tous les automnes, je sors les couvertures et je fais mon nid avec une pile de lecture, une bonne crème de nuit et des draps repassés. Le petit truc qui change tout: le couvre-matelas chauffant qui fait que le lit est déjà réchauffé quand on va se coucher. Le bonheur.

À très vite pour la partie 2! Et courage pour le changement d’heure! N’hésitez pas à venir compléter ma liste de trucs en ajoutant les vôtres!

Mon gentil petit fantôme

gentil-petit-fantome

L’heure vient de changer: novembre est bien là, avec son soleil pâle, sa pluie glacée et sa noirceur qui arrive quand je suis encore au bureau. Les vacances d’été me semblent à des millions d’année et mon teint pâle me le confirme. J’ai l’air d’un fantôme.

J’adore avoir une peau plus dorée durant l’été. Mais durant l’automne, l’hiver (et aussi une bonne partie du printemps, enfin, presque toute l’année donc), j’ai apprivoisé mon fantôme. Pas d’auto-bronzant pour moi, pas de poudre Terracotta à l’extrême et encore moins de spraytan ou de bronzage en cabine. Tout cela est beaucoup trop compliqué, trop dur à gérer et aussi, je ne suis jamais satisfaite du naturel des résultats, trop faux. En plus, un faux bronzage de vacances avec un manteau d’hiver à col de fourrure, quand on est blonde, c’est limite “Barbie Ski Fun in Aspen”. Just. Too. Much. Vivre avec sa pâleur fantomatique quand on est naturellement très pâle est beaucoup plus facile et le résultat plus naturel. Et, pourvu que l’on aie travaillé le teint adéquatement, le teint blanc d’hiver peut être super joli. Loin de la peau dorée sexy, ce teint est plus romantique, émotif et doux, avec des échos victoriens. Côté mood, c’est une dentelle vintage comparé à du latex. Plus Lovely Clémence Poésy, et moins Hot Emilie Ratajkowski.

Mais bon, ça n’est pas parce que j’ai décidé de vivre avec ma pâleur naturelle que je me lève le matin et que je sors de la maison, glorieuse, avec mes cernes et ma pâleur jaunâtre en exposition. Nooooon. J’optimise. J’illumine. J’embellis. J’ai apprivoisé mon fantôme! Voici comment:

Friendly ghost

D’abord, le teint. J’applique la base Le Blanc de Chanel sous le fond de teint. C’est un fluide embellisseur sans pigments irisés (ce qui est très rare), qui illumine sans blanchir et qui corrige les pigments trop jaunes ou rouges de mon teint. Pour celles qui parlent un langage techno, c’est comme si on corrigeait la peau avec un filtre à photo qui rend un peu plus flou, neutre et un peu plus lumineux. Et il n’y a pas de brillants. Jamais blanchâtre, le Blanc donne un effet hydraté juste parfait (lire perfectly dewy) et un rendu peau de perle vraiment naturel.

Pour un peu plus d’éclat, je mélange une part égale de fond de teint au Becca Shimmering Skin Perfector SPF 25+, teinte Pearl. Ce produit est irrisé, mais ça reste très subtil une fois sur la peau, même sous la lumière du jour. Le Shimmering Skin Perfector fait une vraie peau radieuse, très, très lumineuse et le flacon dure longtemps car le produit est très concentré. Pour continuer avec les références techno, j’avais lu quelque part que ce produit donne un effet semblable à quand on clique pour plus de luminosité (“brightness“) sur notre téléphone ou ordi. C’est exactement cela. Et c’est magique.

Ces jours-ci, pour un effet encore plus jeune fille scandinave, j’applique uniquement une poudre illuminatrice beige rosée sur le haut des hauts des joues. J’adore la DiorSkin Nude Air Dior Luminizer qui donne un petit peu de teint (à peine rosé doré, comme un coucher de soleil sur de la neige) mais qui ne fait pas un pop de couleur en soi. C’est parfait pour les jours où je n’ai pas envie de blush. Je trouve que la poudre illuminatrice et les gros chandails forment un duo parfait de la vie. Je ne sais pas pourquoi.

Enfin, pour que le tout reste glowy et garde son effet suprêmement hydraté, il m’arrive de faire des retouches au Skin Glossing Pencil de Nudestix, sur les os des joues, sur l’arc de cupidon. C’est un crayon sans brillants, sans couleur, qui crée un effet doucement patiné, un gloss translucide subtil pour la peau. Le résultat est un incontestable air de jeunesse et de fée des flocons (dans le meilleur sens possible). Je n’arrive plus à m’en passer. Mention spéciale pour le pratique taille-crayon intégré dans le capuchon.

Voilà comment j’ai apprivoisé ma pâleur fantomatique. Bien sûr, au cours de l’hiver, il y a des moments où je remets tout en question. Je google les autobronzants. Je ressors ma poudre Terracotta. Je rêve d’avoir des jambes dorées, les pommettes rosies de soleil en terrasse et je rêve d’avoir le décolleté café au lait de la belle Emilie Ratajkowski. Puis je me rappelle Barbie Ski Fun in Aspen. Pour moi, ça ne marche juste pas. Et je me réjouis de retrouver mon gentil petit fantôme. Qui est, au final, très glowy dans son genre à lui.