Late to the (Instagram) party

late to the partyBoucle d’Or est sur Instagram! Je sais : je suis super en retard à la fête. Depuis le temps que plusieurs d’entre vous essayiez de me convaincre, j’ai enfin fait le saut! Pourquoi maintenant? Pourquoi suis-je si tardive? Qu’est-ce qui m’a convaincue? Voici mon billet de retard :

Je suis en retard à la fête parce que :

Je suis peureuse : Yup, je suis assez peureuse pour certaines choses, surtout pour ce que je ne connais pas. J’avais peur que mes oursons puissent prendre mon iPhone et, hop, d’un clic, aller mettre ma vie sur Instagram. Sans filtre. J’avais peur que mon identité secrète soit mise à jour par un simple commentaire. (Mais en même temps, on se calme, ça n’est pas non plus comme si je suis agent secret.)

J’adopte toujours tout tardivement : Je suis en retard pour beaucoup de choses dans la vie, même si, dans les faits, je suis très ponctuelle. Je ne surfe jamais les modes, je suis celle qui est sur la plage, regarde au loin et attend que la vague revienne lui casser sur les pieds. Je tiens rarement à être la première à faire quoi que ce soit. (Ma devise est souvent : « I will learn from your mistakes »). J’ai voulu une poupée Cabbage Patch Kids après que toutes mes amies en aient eues une (il n’en restait plus au magasin). J’ai appris à faire la roue et la split après que toutes mes copines aient essayées (et que plusieurs se soient blessées). J’ai appris à conduire à 29 ans, super-enceinte, parce que je n’avais plus le choix….Et je suis tellement contente de l’avoir fait! Comme vous le savez, au début il me fallait ma barrette de conduite (pour éviter les cheveux dans les yeux), mes chaussures de conduites (des ballerines) et un silence de bibliothèque mais maintenant…Je conduis partout, je me stationne dans des minis espaces, je mets la musique à fonds et je conduis en talons…J’en déduis donc qu’il m’arrive souvent d’aimer ce qu’il m’a pris du temps à apprivoiser. Peut être que ce sera la même chose avec Instagram?

Je suis romantique: Pourquoi être sur Instagram? C’est juste sooooo moderne, ça manque un peu de poésie, non? En plus, je me demandais si ça serait une autre application, un autre truc à gérer dans ma vie déjà très électronique. Je reçois des messages textes, des courriels, des commentaires via le blog (ce que je préfère!), et il m’arrive de ne pas arriver à être au dessus de tout et de culpabiliser sur le temps de réponse. Le rêve de l’Inbox Zero au coucher, je ne l’ai jamais réalisé. J’avais donc peur de ne pas arriver à bien « être sur Instagram », point de vue disponibilité. Et en plus, je ne prends pas des super photos. Et mon mari n’est pas un photographe professionnel qui ne demande qu’à capturer mon look du jour et saura me donner une aura de mannequin alors que je suis juste fatiguée devant ma porte de garage en route vers le bureau.  Règle générale, c’est juste moi, mon iPhone et un très mauvais éclairage…j’avais peur du résultat. J’avais aussi peur de ne rien avoir à mettre sur Instagram. Je ne pense pas que vous souhaitiez voir les photos de mon ménage de contenants de plastiques (aucun couvercle ne correspondait aux contenants, aucun!!) ou de la soupe aux nouilles du soir…Alors, comment faire quelque chose qui me ressemble mais qui ne soit pas non plus un tissu de rêve? Je ne veux pas que ma vie devienne un photoshoot. Je ne veux pas “mettre en scène” des moments, je veux les vivres, même si rien n’est parfait visuellement. Et aussi, j’avais peur de devenir distraite, de ne plus être dans le moment, de m’inquiéter pour des trucs superficiels comme le nombre de « Likes » alors que la vraie vie est juste devant moi, de devenir un mauvais exemple pour mes enfants, complètement zombie accro à la technologie…Vous voyez : j’ai peur de tout.

Je suis secrète : Watching you, watching me, watching you…” Se savoir regardée, c’est un peu intimidant, non? Mais bon, je me rassure en me disant que l’internet est un endroit sûr où les gens ne sont que bien intentionnés, n’est-ce pas?

Mais…je suis tout de même venue parce que :

J’aime trop l’idée d’un contact dans les deux sens! On pourra vraiment partager, ce sera trop cool ! Moi aussi j’aurai un petit aperçu de vos vies, de ce que vous aimez, de vos découvertes beauté ! Ça ne sera plus seulement moi qui vous parle de mon ménage de contenants de plastiques…Much better, non?

Cela nous permettra de rester en contact lorsque je n’arrive pas à écrire! Entre le travail, les devoirs de Petite Ourse, le blog, et juste la vie en général, il m’arrive de ne pas écrire et ce, parfois pendant plusieurs semaines… J’ai toujours l’impression dans ce temps-là de ne pas savoir par où commencer pour reprendre le fil et recommencer à écrire. Je me dis qu’avec Instagram, on pourra rester en contact durant mes pauses, ce qui sera trop bien ! Vous verrez que je n’ai pas tout simplement arrêté de m’hydrater la peau mais que je n’ai simplement pas eu le temps de vous écrire comment je m’hydrate la peau en détails. Yay!

C’était nécessaire pour demeurer informée! On n’a plus le choix si on veut être à l’affût! Sinon, comment savoir que les rouges à lèvres #HotLips de Charlotte Tilbury sont sur le point de changer nos vies?

Ce sera fun! Point final. Mon amie E. était tellement, tellement enthousiaste quand elle me parlait d’Instagram que c’est devenu contagieux. Car oui, je suis peureuse ET hyper influençable.

Alors, me voilà sur Instagram ! Je suis tellement excitée ! Et j’ai plein de questions! Par exemple, je suis la seule qui, quand elle entre dans la section « bibliothèque photo» dans Instagram, a toujours la photo la plus anti-glamour à l’écran ? Genre, la photo de la grille de valeurs nutritionnelles du pot de yogourt ou la capture d’écran du GoogleMap sur comment se rendre au garage? Et je suis la seule qui a peur de déranger les autres en les interpellant avec un @? J’imagine que je vais m’habituer…Alors joignez-vous à moi (et à mes 19 followers, yeah !) : Boucle d’Or a mis sa plus belle robe, ses talons et elle vient d’arriver à la fête sur la pointe des pieds. Mieux vaut tard que jamais, non?

 (P.S. Vous me trouverez @goldilocks.boucle_dor).

Et puisque je suis contre les photoshoots: voici ma photo avant mon #ménage de contenants de plastiques!

Avant...

Avant…

 

La beauté du Yukon

Welcome to la yourte

La vue de la yourte

Vous vous rappelez de ma soeur, (mon Goglu) adoré? L’été dernier, elle est allée au Yukon, avec sa petite famille. Territoire hyper sauvage et paysages qui donnent le vertige, c’est un coin où tout le monde a un chien (pour avertir de la présence d’ours) et où le visuel est vraiment digne d’un film d’aventure.
Of course, il fallait que je fasse une petite entrevue avec ma soeur sur la beauté au Yukon, histoire de tout vous raconter et surtout, de vous montrer.
Oh hello

Oh, hello!

Sortir de la yourte

La vue de la yourte

-Qu’est-ce qui t’a le plus impressionnée au Yukon?
Les vastes étendues de nature où rien n’a été touché sont partout. Tout, tout, tout est sauvage. Et la gentillesse des gens au Yukon est étonnante: on sent que le temps n’a pas le même sens qu’en ville. Les gens prennent le temps de dire bonjour, de s’intéresser, ils demandent à connaître un peu de ton histoire, à savoir pourquoi tu es là. Il y a un réel intérêt pour les inconnus de passage, comme si, le seul fait de se retrouver dans ce lieu retiré nous donnait quelque chose en commun. Ils ont un peu raison.
North
Toundra

La toundra

-Quels produits de beauté t’ont suivis?
Mon nettoyant, avec lequel je me lave le visage le soir pour me démaquiller et mon sérum Le Body Shop que j’applique le soir sur une peau propre. Le matin, je m’aspergeait d’eau froide (et elle est très froide, brrrr!) et je me maquillais légèrement pour rester le plus naturelle possible. Sinon, un maquillage plus soutenu aurait trop détonné avec ce genre d’environnement.
Come with me to Yukon

Yukon essentials – dans des baies d’églantier

-Des constats beauté lors de ce voyage? 
Oui, là bas, j’ai remarqué que les gens sont plus naturels dans leur manière de s’arranger. Rares sont les masques de maquillage, mais toujours j’ai senti beaucoup de chaleur. La plupart des gens misent sur un look plein-air: des joues hâlées par le soleil, les cheveux attachés (à cause du vent) et un mode de vie actif. Beaucoup de choses sont dites avec le regard. J’ai souvent senti sur moi des regards bienveillants qui me réchauffaient le coeur. J’ai aussi eu des moments où je me suis sentie un peu superficielle avec mon mascara et ma timidité urbaine. Là-bas les coeurs sont grands ouverts.
Tabasco

“Let’s call you Tabasco”

Montagnes

Bienvenue à Carcross, Yukon

-Parles-moi de tes découvertes beauté? 

Ouiiiiii! Alors, j’ai découvert Aroma Borealis, un petit magasin sur la rue principale à Whitehorse qui propose des produits naturels et préparations maison. La propriétaire a écrit des livres sur les herbes boréales et je plonge régulièrement dedans (The Boreal Herbal: Wild Food and Medicine Plants of the North). J’adore sa vision de la nature! Et je t’ai acheté un savon de mousse de lichen et de la tisane!

 

Souvenirs du Yukon

Souvenirs beauté rapportés par ma soeur: de la tisane de baies d’églantiers (excellente pour le teint!), du sirop de baies d’églantiers fait par ma soeur, du savon de baies de genèvre et mousse de lichen (so exfoliant!)

Et j’ai aussi adoré le magasin général de la rue principale de Carcross qui propose un vrai bric-à-brac, y compris des produits de beauté sur des tablettes pleines de boîtes vintage. Totalement ton genre.
Yukon beauty General store
-Des souvenirs en vrac? Qu’est-ce que tu rapportes dans ton coeur et ta valise?
J’ai cueilli plein de baies d’églantier le dernier jour, que j’ai rapportées à Montréal (dans l’avion) pour faire du sirop. J’avais une vraie récolte dans mes sacs! Sur la crème glacée c’est dément mais là-bas on recommande d’en prendre une cuillerée tous les matins puisque c’est plein de vitamines. Pour une partie du voyage nous avons dormi dans une yourte magnifique (Travelling Light Yukon) et c’était aménagé comme dans la vraie histoire de Boucle d’Or. Les déjeuners dans la maison principale étaient juste parfaits. Ça fait réaliser qu’on n’a pas besoin de grand chose.
Yourte outside

Welcome to la yourte

Yourte magnifiqueCome inside

Yourte vanity

Vanity nordique de rêve

YourteYum breakfast

J’ai appris à être patiente, à faire de la route longtemps pour aller au bord d’une rivière, pour juste lancer des cailloux. J’ai marché beaucoup, j’ai vu des aigles voler en cercle et aussi, j’ai vu briller plein, plein d’étoiles et d’aurores boréales, j’ai eu peur de milles ours que j’imaginais au tournant des sentiers, j’ai juste été dans le moment, sans avoir trop conscience de rien d’autre, ce qui est toujours énorme. Un chien venait immanquablement à notre rencontre partout où l’on était, et on leur donnait des noms inventés: Tabasco, Grosse Guimauve, Banjo…
Un autre chien

“Nous t’appellerons Grosse Guimauve parce que…Parce que.”

Tabasco

Et toi tu seras Tabasco!

Je me suis nourrie de beaux paysages, de gentillesse sans double-sens et de tisanes d’herbes locales. Et j’ai eu froid, froid, froid: d’ailleurs, il a neigé au mois d’août:
De la neige en août

De la neige au mois d’août!

Et tu as vu un ours? 
Non…mais mon mari oui! L’ours a mangé son lunch! Sinon, j’ai souvent entendu japper les chiens du coin, ce qui nous fait dire que les ours n’étaient jamais loin.

Lipstick On

Lipstick OnPshit, le parfum. Clic-clac, le tube de rouge à lèvres. Une fois que le rouge à lèvres est mis, il y a comme un déclic, non? Ça y est, on est prête. Le rouge à lèvres, c’est le serrement du noeud qui boucle la boucle. C’est le point du point sur le i dans “me voici”. On referme le tube. On lève les yeux. On croise notre regard dans le miroir. Ça y est: on peut replonger dans le monde.

J’ai toujours adoré les odeurs de cosmétiques classiques, et plus particulièrement les parfums de rouges à lèvres. J’aime leur mix olfactif de tous les “v”: violette, vanille, vamp, vintage, volutes de poudre…Comme un concentré parfumé du moment intime qui vient juste avant que l’on fasse face au monde. J’ai cherché et exploré plusieurs parfums de rouges à lèvres…Seul problème, ça n’était jamais la bonne teinte. French Kiss de Guerlain me paraît trop hot pink dans sa description (et il est trop cher!) et Lipstick Rose de Frédéric Malle est juste trop magenta électrique, limite fluo…(et il est trop cher!) Ça ne m’allait juste pas.

Moi je cherchais plutôt un parfum de rouge à lèvres qui sentait comme une teinte que je porterais: un rose blush, charnel, fleuri mais secret, vintage mais edgy. Pas trop éclatant, pas trop mat, juste assez présent, nu et un peu laiteux et poudré juste comme il faut: un parfum facetté qui reste tout près de la peau.

Lipstick On de Replica (Maison Martin Margiela*) m’a d’abord attiré par son nom. “Lipstick On” c’est à la fois un appel à l’action (dans le sens de “Je suis forte”/”Je veux être forte“) et une affirmation. Dire “Lipstick On” c’est aussi dire: “Je suis prête.” Un peu comme “Game On“.

Puis, je l’ai senti. C’était tout ce que j’espérais et mieux: de la cire, des fleurs, de la vanille délavée, de la poudre de Météorites (de Guerlain), du rose blush, un peignoir de soie et un store qui laisse passer juste assez de lumière pour que la chambre soit dorée. Ça sentait le moment magique et intime, quand clic-clac, on referme notre tube de rouge à lèvres, on presse les lèvres ensemble et que, grande respiration, on se sent prête à faire face à la journée. Je crois bien que j’ai trouvé mon prochain parfum.

Ce que la marque dit du parfum: Huile de bergamote, accord d’héliotrope, huile de néroli, absolue de fleur d’oranger, concrète d’iris, huile de galbanum, absolue de fève tonka, extrait de vanille de bourbon, huile de patchouli (je ne la sens pas du tout et j’ai horreur du patchouli!) Style: Fleuri. Oriental. Poudré.

Ce que moi je sens aussi: du Cherry Coke, de la poudre Guerlain, du lait chaud, du rouge à lèvres Revlon, du maquillage pour enfant Tinkerbell (je suis une fille des années 80), le visage des poupées Corolle et un peu de savon (qui fait que le tout n’est pas trop sucré). Style: Romantique. Satiné. Rêveur.

*Disponible chez Sephora et La Baie Centre-Ville (Montréal). Sur la photo, un échantillon.

Big in Japan


Big in Japan - the perfect blushDepuis toujours, je suis mystifiée par le je-ne-sais-quoi des mannequins J.Crew. Elles sont belles en ce qu’elles ont l’air reposées, super brillantes, pleines de personnalité et vraiment cool, mais surtout, elles ont l’air de s’amuser. Je voudrais totalement être leurs amies. Jenna Lyons a parfaitement articulé ce que j’aimais sans arriver à mettre le doigt dessus quand elle dit: “There has to be something that’s a bit undone” (pour que ce soit sexy). Et je suis totalement d’accord.

Capture d’écran 2016-05-13 à 22.56.07

Le sexy à la J. Crew: beaucoup de naturel et plein de couleurs (Crédit photo J. Crew)

Capture d’écran 2016-05-13 à 22.56.25

“…a little bit undone”. (le chic un peu défait). J’adore. (Crédit photo: J. Crew)

Alors quand Jenna Lyons donne LE secret du blush utilisé lors des photoshoots J.Crew, elle a toute mon attention. Et même si ce précieux produit n’est disponible qu’au Japon, je ne laisserai pas ce genre de détail m’arrêter. Il s’agit du Canmake Cheek Cream et, dans les mots de Jenna, c’est un trésor. Littéralement, elle dit: “It’s a treasure“. Et oui, j’ai totalement arrêté de respirer en lisant cela.

Capture d’écran 2016-05-13 à 22.59.36

Un éclat brillant…(Crédit photo: J. Crew)

The glow J.Crew

…avec un rouge à lèvres de pin-up. (Crédit photo: J.Crew)

Comme mon amie A-M partait faire du ski au Japon, je lui ai demandée de m’en rapporter un, if possible. Et comme je n’étais pas certaine du numéro de la teinte du blush dans la photo de Jenna (que j’ai indiquée par une flèche sur la photo textée à mon amie A-M), elle est revenue avec…4 blush! 四!!!

Canmake Cream Cheek

Canmake cream cheek (dans le sens des aiguilles d’une montre, en commençant à midi): teinte CL01, 14, 13 et 05.

Et, c’est vrai: ces blush sont de véritables merveilles. Ils restent lustrés sans être collants, font des joues glowy qui durent toutes la journée et on peut en mettre un petit rien sur les lèvres, sous le baume. Jamais plaqués, poudreux, ils ne mettent pas en relief les irrégularités de la peau et au contraire, semblent lisser. Mini-boîtiers de plastique légers, on dirait du maquillage d’enfant pour jouer à la princesse. J’utilise les miens pour les jours où j’ai envie de beauté hyper naturelle au bureau, pour ces samedis matins de t-shirt froissés et jeans ou pour aller faire du sport. C’est totalement le genre de produit bonne-mine qui donne un petit coup de fouet au teint quand on est fatiguée et qu’on n’a envie de rien. Ce qui est encore mieux: l’utiliser avec un fard illuminateur (hello RMS Living Luminizer) et un rouge à lèvres super pop.

Canmake Cheek Cream

Canmake Cream Cheek (de gauche à droite): 05, CL01, 14 et 13.

Parmi tous mes blush Canmake, mon favori est justement la teinte hyper vitaminée CL01, qui, j’en suis quasi-certaine, est la teinte chouchou de Jenna Lyons aussi. (On devrait totalement être amies). C’est un vrai rouge-rose de pomme de tire, de blush de fille dans une pub de Coca-Cola des années 50, une vraie teinte de punch aux fruits sans fruits dedans, complètement magique. C’est le blush parfait pour un look un rien sexy mais totalement undone. Exactement comme j’aime.

La palette parfaite

Charlotte Tilbury Instant Look in a PaletteVous savez combien j’aime les produits Charlotte Tilbury – entre les rouges à lèvres et les fards à paupières, je commence à avoir une vraie collection…au fond de mon sac à main. Il est super lourd même quand j’essaie de voyager léger! Une réunion (très probable), un party (possible mais rare) ou un voyage improvisé (je rêve)…peu importe, toujours prête est ma devise! Aussi, quand j’ai su que Charlotte allait lancer une palette tout-en-un (la Instant Look in a Palette) basée sur le look de Kate Moss lors de son mariage (*soupir*) pour être prête en moins de 5 minutes: je savais que c’était pour moi.

Encore une fois, Charlotte a réussi son pari. J’aime et j’utilise chacune des teintes de la palette et la qualité de chacun des produits est à la hauteur du standard Charlotte Tilbury. Ici, pas de formule quatuor avec 3 fards naturels mais un vert Hulk perdu qui fait de la poudre partout sur les autres teintes même si on n’y touchera jamais. Non, décidément, en ce qui concerne cette palette, aucun fard n’est laissé pour compte: I love everything!

D’abord, il y a trois teintes pour les yeux (le Eye Brighten (un rose mat clair), le Eye Enhance (un rose-beige irisé) et le Eye smoke (un beige chamois mat). Les fards sont soyeux, bien pigmentés et des merveilles à appliquer. Le truc qui manque à mon avis: une teinte plus foncée, comme un brun chocolat pour les soirées car le Eye Smoke reste assez pâle et sera loin de faire un regard enfumé au peaux le moindrement foncées ou bronzées…Pour creuser les joues ou agir à titre de poudre bronzante il y a le fard Face Bronze (mi-mat), et pour créer un point de lumière sur le haut des pommettes ou l’arc de cupidon, le Face Highlighter (irisé et magnifique, comme l’intérieur d’un coquillage). N’oublions pas les deux teintes de blush: le Cheek Swish (rose antique) et le Cheek Pop (rose guimauve), qui font des joues d’amoureuse romantique tout en transparence.

Comparaison Charlotte Tilbury

Et si, en fille raisonnable, vous vous demandez si vous avez vraiment besoin de la palette puisque vous avez déjà par exemple le Filmstar Bronze and Glow, le blush Love Glow ou le quatuor de fards à paupières The Sophisticate (les produits les plus similaires à mon avis), j’ai le regret de vous dire que la palette propose des produits qui diffèrent tout de même des autres produits de la marque. Par exemple, je préfère la teinte de contour (le Face Shape) dans la palette au Filmstar car le fard y est plus mat, la teinte moins dorée et donc plus naturelle pour créer un effet d’ombre. Pour le blush, les teintes de la palette sont moins corail que le Love Glow (c’est à dire moins Orgasm de Nars pour celles qui parlent ce langage) toute en restant chaudes, ce qui leur confère un petit côté plus chic. Et pour les yeux, la teinte Eye Brighten est beaucoup plus rosée, plus douce que la teinte claire dans The Sophisticate. En plus, tout avoir dans la même palette, c’est trop pratique, non? Enfin, pour dissiper les doutes voyez le tableau comparatif ci-haut que j’ai préparé pour illustrer mes propos.

À noter toutefois, les carrés de blush de la palette sont assez petits, ce qui fait qu’on a tout avantage à utiliser un pinceau plus fin que ceux habituellement recommandés pour le blush (celui-ci est too fluffy). Le pinceau powder and sculpt de Charlotte Tilbury serait à mon avis parfait…Par contre: mention spéciale pour le miroir pleine grandeur qui permet une vraie mise en beauté en action avec une vision d’ensemble du visage. Ça change des mini-mini poudrier où l’on ne voit, par exemple, qu’un oeil à la fois mais pas les deux en même temps. Comment savoir si notre eyeliner est symétrique, hein?

Charlotte Tilbury

En gros, c’est là la palette absolument parfaite qui me permet d’alléger mon sac ces jours-ci. Je ne fais qu’ajouter un (ou 10) rouges à lèvres, un baume à lèvres, un eyeliner, un mascara (le nouveau mascara Legendary Lashes est magique), des gouttes pour les yeux, un cache-cerne, une poudre, mon parfum, ma crème à main, une lime à ongles, trois pinceaux et un aiguisoir et tadaaaa! Je me sens très Kate Moss lors de son mariage mais surtout, prête à toutes les éventualités de la journée! (Bien que mon sac ne soit pas, au final, beaucoup plus léger)…

Dites-moi que je ne suis pas la seule dans cette situation? Vous avez milles produits dans votre sac? Avez-vous essayé cette palette? Elle fait rêver, non?

Un Plan sans argent

Le Plan- Printemps 2016

Vous êtes toute maintenant familières avec mes Plans, vous avez été nombreuses à m’écrire pour me demander de faire un Plan de Printemps…(Pour celles qui sont nouvelles et ne connaissent pas les Plans, voir ici, ici, ici, ici, ici

Mais c’est quoi un Plan? Un Plan c’est une mini-réinvention de soi, tout en restant soi-même of course, teintée de nos inspirations du moment et de nos envies sur le long terme. Les Plans sont toujours les bienvenus dans la vie, surtout après un changement majeur comme un nouvel emploi, un amour, une maladie, une rupture, un bébé, etc. Mais vous remarquerez que les Plans plus spontanés coïncident souvent avec les changements de saison. Les Plans les plus majeurs, eux, sont ceux des équinoxes: l’automne (hello, September issues des magazine et nouveaux stylos pour la rentrée), et le printemps (par ici les jupes teintes bonbon pour revivre après un hiver de jeans et de chandails de laine merino).

Attention, il ne faudrait surtout pas confondre un Plan avec (*frisson*) un makeover. Si le makeover s’attaque uniquement au superficiel, le Plan commence au plus creux de son coeur avec plein de questions: “Qui voudrais-je être?”, “Qu’est-ce qui me touche?”, “Quelle poème je veux vivre?”, “Qu’est-ce qui fait mon bonheur?”, “Comment revenir à l’essentiel?”, “Qu’est-ce que j’admire?” ou “Qu’est-ce qui me ferait plaisir?” Le Plan c’est l’exercice nécessaire de tresser nos rêves à la réalité et de chercher ce point unique de rencontre entre qui on est et toutes les possibilités infinies de ce qu’on pourrait et souhaiterait être. My God, je pourrais écrire un livre sur le sujet: j’adore les Plans!

Ce printemps, je vous propose un Plan différent: un Plan sans argent! Mais attention, il n’est pas pour autant étranger à l’investissement…Parce que oui, les Plans, même s’ils sont loin d’être frivoles, impliquent souvent de petits achats. Parce que quand on décide qu’on sera la fille mystérieuse au manteau rouge qui lit Anna Karénine sur un banc de parc et qu’on n’a pas de manteau rouge…enfin, vous voyez où je veux en venir. Puis il y a un nouveau juge à lèvres ou des chaussures…Souvent un Plan commence avec des petits achats, ce qui est très bien comme ça.

Mais les grandes lignes d’un Plan peuvent ne rien coûter et créer tout autant de changement. À preuve: voici mon Plan sans argent! No money, no problem!

-On ne touche plus à nos sourcils: C’est ce que je fais présentement (ma mère adore!): je n’épile que les poils complètement off-track. Oui, c’est un peu la broussaille mais c’est totalement la mode les sourcils fournis. Je les brosse vers le haut et je les définis un peau au crayon. Les quelques nouveaux-venus m’aident à transitionner vers des sourcils plus épais durant la repousse. Se laisser pousser les sourcils ne coûte rien mais l’impact est majeur. Parlez-en à Natalia Vodianova.

-On range nos tiroirs (et on fait des découvertes): Sortons tout, tout, tout, pour trier, ranger et…oh, mais c’est quoi ce blush trop parfait! Et ce rouge à lèvres oublié…Soyons honnêtes: on a de l’overstock. Allez, on finit nos tubes.

-On écrit des lettres, des vraies: Le plaisir de recevoir une vraie lettre, par la poste, est amplifié par la rareté de la chose, non? Prendre le temps d’écrire chaque semaine à quelqu’un dans notre vie, de près ou loin, prendre et donner des nouvelles, coller un timbre et regarder notre lettre être avalée par la boîte aux lettres…Je veux être une fille qui écrit des lettres.

-On mise sur les détails: Changer de côté la séparation de nos cheveux, apprendre de nouvelles tresses, superposer les colliers qu’on possède déjà ou les porter comme bracelets- tant de possibilités!

-On porte nos vêtements différemment: J’ai longtemps porté un cardigan à l’envers parce que j’avais vu une pub Hermès d’un chandail boutonné dans le dos. J’avais totalement l’impression d’avoir une nouvelle tenue! (Mais attention, ne pas essayer avec les chaussures ou culottes.)

-On n’oublie pas les rubans: En bracelets, en ceinture, tressés dans les cheveux, noués sur la courroie d’un sac…les rubans sont magiques!

-On se met totalement en forme: Pour soi, pour les endorphines, pour bien dormir, pour défouler… Aller courir avec de la bonne musique dans les oreilles, on peut toutes se le permettre.

-On fait pousser quelque chose: un noyau d’avocat, un bulbe de fenouil, des graines de fleurs sauvages, des plans de tomates, c’est tellement réjouissant et ça invite le printemps.

-On mise sur une hygiène spartiate: Imaginons la peau de notre corps si on l’exfoliait vraiment, si on l’hydratait vraiment avec diligence? Si on crémait nos pieds et mains chaque soir, si on en massait nos jambes comme dans les feuillets Clarins, après quelques coups de brosse dans les cheveux, si on prenait des bains d’huiles (d’olive) et de lait 3,25%, si on se frictionnait au sucre et au citron? Oui, on n’a vraiment besoin de rien…

-On boit de l’eau: Because l’eau = glow. L’eau, c’est la recette universelle teint clair. Ça tombe bien, ça coûte rien.

-On cultive une vertu à fond: Imaginons les trois fées de La Belle au Bois Dormant. Si on pouvait choisir une vertu pour soi, qu’elle serait-elle? Gardons cette vertu en tête, cultivons-la, laissons-la guider nos actions.

-On nourrit son âme: Lire (des livres en papier), écouter des podcasts (j’adore mais j’adore Mystery Show et aussi Stuff you missed in History Class), aller au musée, aller marcher, écouter de la musique, faire du ménage, cuisiner et épurer…

-On fait semblant: Quand la routine est un peu trop grise, faire semblant c’est tout ce qu’il me faut pour remettre de la poésie dans ma vie. Faire le souper un mardi soir alors que les oursons se chamaillent dans le salon? Je mets un tablier, j’écoute de l’opéra (je n’aime même pas l’opéra) et j’imagine que je suis une belle mama de Venise (genre, Monica Bellucci) qui prépare la pasta de ses bambinis – déjà c’est plus cool. Ça me fait rêver de voyages, de paysages, ça me sort de mon quotidien- je suis dans ma bulle. Faire semblant, je recommande chaudement.

D’autres idées pour des Plans qui ne coûtent presque rien?

Le tissu de mes étés

Le tissu de mes étésRencontrez mes amis qui me rendent visite tous les étés: Gingham et Seersucker! Ces matières font partie de tous mes étés d’une manière ou d’une autre; jupe, robe, nappe à pique-nique ou maillots…, ils sont toujours au rendez-vous. Je ne sais pas, il y a quelque chose dans les beaux jours qui font ressortir la pin-up en moi, en quête de classiques: polka-dot bikinis, jupes en point d’esprit blanches, tout ce qui est jaune soleil, rompers à motifs de palmiers retros et robes à encolures en coeur ou taillées en tablier (j’ai d’ailleurs mon oeil sur cette robe)…Cette année, J.Crew m’a touché droit au coeur avec sa sélection: résultat, j’ai déjà mes maillots! (Le maillot une-pièce en gingham est ici, le bikini en seersucker ici, le bikini en gingham rose est de Janine Robin, acheté chez Brise du Sud sur St-Denis). Il ne me manque que mes lunettes de soleil en coeur. Ne vous en faites pas, j’en ai déjà!

What’s up Wanderlust

thumb_IMG_6244_1024 Ah, Wanderlust: c’était comment? Par ces jours encore trop froids (sérieusement, le printemps, il est où? Je porte encore des bas collants!! Uncool.)  retournons sous le soleil du mois d’août, pour mon topo sur cet événement que j’ai adoré! (Pour celles qui ne sont pas familières avec Wanderlust, il s’agit d’un festival nomade yoga-plein-air-musique-bien-être, qui célèbre la pleine conscience et la joie. Papa Ours dit que c’est “un festival de hippie” mais noooon- c’est parce qu’il n’y est jamais allé. (Vous pouvez lire ce que j’en ai dit ici, ici et ici).

thumb_IMG_6279_1024 C’était donc la seconde année que j’assistais à Wanderlust Tremblant, à Mont-Tremblant (évitons la confusion). L’an dernier j’y étais allée pour une seule journée avec mon amie A-M, qui cette année n’a pu m’accompagner car elle faisait du ski en Argentine. Cette année j’avais décidé d’y aller deux jours tant j’avais adoré mon expérience de l’année précédente et ce, même si je serais seule. Mais, ma soeur, en voyant mon article pré-inscription, m’a vite téléphonée pour me dire qu’elle viendrait avec moi. Hiiiiii, SO fun!

Vite, la préparation. Nous avons décidé qu’il nous fallait des COURONNES DE FLEURS! Et un bon lunch maison (c’est à dire, commandé à un resto de Montréal). Nous nous sommes inscrites en ligne. Ma soeur s’était d’abord inscrite sous son vrai nom, puis, quand je lui ai fait remarquer que son nom serait visible à tous sur le site web, elle a décidé d’en changer pour un nom “plus créatif”. Elle a brainstormé pendant 15 minutes au téléphone (“Oh oui, je vais être…Yogi Migratoire! Oh non, Yogi Dans le Désert! Oh non, je vais être…“). Vous savez, ma soeur a un vrai don pour donner des noms, elle avait même donné un prénom à son store de fenêtre quand on partageait la même chambre (PlasticoMagie, no less). Quand elle a eu finalement choisi le nom le plus farfelu/gênant du monde, je lui ai fait remarquer qu’elle devrait aussi se présenter à chaque entrée de cours sous ce nom à un humain qui prendrait sa présence. Oups. Révision du nom- on recommence le tout le processus pour trouver le Faux Nom Normal mais Spécial Parfait qui fait quand même naturel.

thumb_IMG_6266_1024

Nous avons ensuite choisi nos activités: un cours de méditation et beaucoup de cours de yoga. Nous voulions aussi des temps libres pour se promener sur le site (et oui, magasiner- les shorts de yoga qu’on y vend y sont top et font un derrière parfait!).

La veille de Wanderlust, en partant vers le Nord, nous sommes arrêtées au resto Aux Vivres prendre des bols Dragon pour notre “lunch maison” et nous nous sommes couchées tôt, au chalet, pour être bien reposées et partir avec le soleil levant le lendemain. Mais comme j’ai supplié ma soeur d’essayer mon nettoyant, mon masque, mon exfoliant, ma crème contour des yeux, mon sérum, ma crème de nuit et mon baume à lèvres et de me donner toutes ses impressions sur chaque produit, il était passé minuit quand on s’est endormies.

Le matin, avec l’aube, nous avons mis nos leggings et créé un maquillage léger et glowy (“blissed out yogi” était mon thème personnel) sur une bonne couche d’écran solaire et hop: en route pour Tremblant.

En passant, je vous signale que ma soeur a davantage de rouges à lèvres que moi dans son sac! Photo à l’appui:

Les rouges à lèvres de ma soeur - tous dans son sac!

Les rouges à lèvres de ma soeur – tous dans son sac!

Ah oui et en chemin nous avons croisé… un renard!! Ce qui, bien entendu nous avons interprété comme un signe non-équivoque que le renard était notre animal totem.

Un renard croise notre chemin!

Un renard croise notre chemin! Are you my totem animal?

À Wanderlust nous étions trop excitée (presque trop pour faire du yoga). Le site était magnifique, le concept beaucoup plus raffiné que l’année précédente. Il y avait davantage de tentes, plus d’indications, une carte détaillée du site, un magazine Wanderlust nous était remis…Bref, nous étions hyper bien accueillies.

Nous avons débuté notre cours de yoga du matin (hanches et torsions) sous le soleil. Le soleil dans les yeux, au coeur des montagnes, chaque mouvement nous semblait important. Et quand nos regards se croisaient à l’envers, on souriait; faire du yoga avec sa soeur c’est juste top, surtout hanches et torsions parce qu’on se met dans de drôles de positions.

thumb_IMG_6276_1024

Ma soeur trouve la parfaite roche plate pour faire un pique-nique.

Nous avons ensuite décidé de prendre le téléphérique pour aller dîner en montagne. Nous avons marché longtemps, en flip-flops, sous le soleil pour trouver le petit coin parfait. Toutefois, une fois assises sur notre parfaite grosse roche plate au bord d’un ruisseau étincelant nous avons constaté que…nous n’avions pas d’ustensiles! Nous avons bien entendu interprété cela comme un message non-équivoque de l’univers nous disant de revenir à nos sources et de manger nos carottes et betteraves râpées pleines de vinaigrette avec nos mains. No probem. Bon, nous n’avions pas de serviettes de table non plus. Ce que nous avons compris comme un signe évident qu’il vaut mieux ne pas faire de pique-nique en montagne. Je me sentais tout de même vraiment hippie quand des randonneurs nous croisaient et nous regardaient manger notre pique-nique avec nos mains.

The perfect lunch!

The perfect lunch!

En après-midi nous avons fait du yoga sous le soleil, en musique, nous avons flâné au petit marché (mention spéciale à ma super nouvelle camisole “Hanging’ with my omies” achetée chez Inner Fire), nous avons chanté le OM collectif en vague dans les montagnes, nous avons suivi le trop génial cours de méditation de Lyne St-Roch (qui est si sympathique!), sans oublier notre cours de yoga dans le noir, sous les blacklights, vêtues de blanc sur les beats d’un dj. So fun!

Wanderlust, the book

Wanderlust, the book

N’oublions pas que nous avons pris le temps de feuilleter le livre Wanderlust (trop génial) dans l’herbe, en se promettant de le lire un peu toute l’année pour “rester dans l’esprit d’ici”. Nous avons fait des bracelets dans la grande tente en écoutant DJ Drez et nous sommes reparties heureuses, sereines, pleines d’amour et de paix et d’équanimité (c’est tellement l’important l’équanimité). Nous nous sommes jurées de revenir tous les ans, en petit rendez-vous entre soeurs, et de brainstormer dès maintenant à nos faux-noms pour l’an prochain.

thumb_IMG_6321_1024

Le lendemain, je suis retournée à l’événement, seule. Ça m’a permis de constater combien l’événement est aussi bien pour les personnes qui y vont seules qu’entre amies.

J’ai eu un coup de coeur énorme pour le cours de yoga avec Amanda Giacomini et son mari, DJ MC Yogi, un duo ensoleillant! Le cours a commencé par un conte bouddhiste raconté par Amanda, puis, des enchaînements de yoga, de la danse, le tout sur les beats mi-reggae, mi-hypnotiques de DJ Drez et de MC Yogi. C’était très différent, magique, j’aurais aimé que ma soeur puisse vivre ça! (cliquer ici pour avoir une idée de l’ambiance).

thumb_IMG_6317_1024

Le canard que j’ai croisé …

Je me suis ensuite promenée toute seule et j’ai croisé…un canard. Et j’ai perçu cela comme un signe absolument non-équivoque de l’univers qui me disait que le canard était aussi mon animal totem.

thumb_IMG_6375_1024

Mon cours avec Dharma m’a fait beaucoup réfléchir. Et puis, en fin de journée, je me suis retrouvée au beach party de clôture de Wanderlust, un cours de yoga/danse sur la plage, où la bonne humeur était à l’honneur et où, face au lac et sous le soleil, j’ai senti que mon énergie avait exponentiellement augmenté au cours du weekend. J’ai dansé sous le soleil comme jamais (Peace Sign, Give Love, Dancing in the Sun– autant de chansons de MC Yogi qui me remettent dans le moment que j’ai téléchargées à mon retour)! J’ai sautillé, fait le pont, le cobra, le guerrier, j’ai fermé les yeux et j’ai vraiment oublié qui j’étais, ce que je faisais, si ma ponytail était frizzy (elle l’était) et j’ai oublié d’être peut être gênée à l’idée que quelqu’un pouvait me regarder danser. Ce genre de trucs ne m’arrive jamais à moi. Si c’est ça être hippie, c’est assez cool! (Mais ça n’est PAS un festival de hippies!)

thumb_IMG_6383_1024

Puis, dernières respirations sur mon tapis de yoga, les yeux fermés. Quand je les ai ouverts il y avait ce message d’intention sur mon tapis (chacun en avait un différent): Prendre le temps de savourer mon café. Et comme je n’y arrive toujours pas (je fais milles autres trucs en même temps), je me dis que je n’ai absolument pas d’autre choix que de retourner à Wanderlust cette année (pour 4 jours!), on est d’accord? Ma couronne de fleurs est déjà prête! D’ailleurs, les inscriptions ont déjà commencé

P.S. Autres petites notes essentielles: Ci-dessous, ma soeur vous envoie sa recette de craquelins-maison, la parfaite collation que nous avons grignotée au cours de notre journée à Wanderlust! N’attendez pas pour l’essayer, tout le monde adore!
biscuits 'WANDERLUST'Et voici mon lineup beauté pour la réalisation de mon maquillage de yogi comblée:

thumb_IMG_6331_1024

Gauche à droite: Un stylo-feutre liner pour rehausser mes freckles (marque inconnue, mais meilleur équivalent ici)/Glossier Perfecting Skin Tint (medium)/Charlotte Tilbury Cheek to Chic Blush (Love Glow), IT Cosmetics Vanity Lipflush (je ne recommande pas: je préfère de loin le Lip Glow de Dior), Glossier Coconut Balm Dotcom (baume à lèvres et éclat général).