L’anniversaire de Petite Ourse

fete1

Revenons dans le temps. Petite Ourse a eu 6 ans cet hiver. Et depuis, je me suis dit qu’il fallait absolument que je vous raconte ce party. C’est devenu un peu un classique, mes anecdotes d’anniversaire, non ? C’est notre petite tradition. Entre la jambe cassée de Petite Ourse la veille de sa fête d’anniversaire au thème « des petits animaux de la forêt » et « l’opération anti-poux » pré-anniversaire de Bébé Ours, les anniversaires de mes enfants semblent toujours coïncider avec des événements autant exceptionnels que fortuits. Et ça se poursuit !

Cette année Petite Ourse (qui est devenue une vraie créative des anniversaires, sérieusement) a choisi comme thème : l’Hiver. J’étais contente. C’était trop parfait. D’abord, il a fait hyper froid tout l’hiver. Tout l’hiver. Froid-froid-froid et interminable : c’était un vrai marathon d’endurance ! Le thème était donc totalement de circonstances. Ensuite, ce serait l’occasion pour moi d’utiliser mes petits bougeoirs scandinaves à motifs de flocons, mes linges à vaisselles à motifs de rennes et l’occasion pour tout le monde de s’habiller en combines de ski et chandails à motifs nordique. Grosses chaussettes. Écharpes et foulards. Bref, les photos seraient dignes des couvertures du catalogue des fêtes J.Crew, ceux où tout le monde va choisir son propre sapin dans la forêt enneigée sans manteau mais juste en chandails de laine et mitaines (ce qui ne fait absolument aucun sens mais qui demeure pour moi la référence ultime en matière de ultimate winter dressing).J.Crew Holiday 2006

J.Crew 2006

Cette année, la maison serait ordonnée (je m’y étais prise d’avance, il ne restait que le linge à plier-l’équivalent de trois paniers). Personne n’aurait la jambe cassée (et oui, Petite Ourse et moi avons fait du ski la veille en vraies intrépides), je préparerais tout la veille, au retour du ski, de sorte qu’au brunch d’anniversaire du matin je serais relax. Quiches, crêpes fines, viennoiseries et kouing amann (Petite Ourse est grande fan), chocolats chauds pour les enfants et cafés pour les parents…Ce serait sympathique comme tout. Et surtout, facile. Après tout, j’avais tout vu, non ?

Inspirée par le magnifique livre Tables de Fêtes d’Émilie Guelpa (un super beau livre plein d’idées), j’avais acheté trois roulettes de ruban dans des teintes froides pour accrocher du plafond (dans un esprit « glaçons qui pendent »), et, durant la dernière heure du cours de ski de Petite Ourse la veille, j’avais découpé des flocons de neige dans des filtres à café. Trois-cent flocons pour être exacte, sous l’œil amusé d’une skieuse voisine de table dans la cafétéria du chalet de ski. Bref, je mettrais des flocons partout, ce serait magnifique. Je récupèrerais la nappe aux teintes pastelle de ma maman. On ferait des jeux inspirés par le thème de l’hiver…Ce serait trop une belle fête, je le sentais ! Petite Ourse et ses amis seraient ravis.

Dernière heure au ski: Boucle d'Or se lance dans l'opération découpage de flocons de neige

Dernière heure au ski: Boucle d’Or se lance dans l’opération découpage de flocons de neige

Et c’est exactement ce qui est arrivé : Petite Ourse m’a aidée à accrocher les trois-cents flocons dans le salon. Papa Ours est allé chercher l’échelle pour que j’accroche les rubans du plafond. Bébé Ours a léché la cuillère quand j’ai fait le gâteau au chocolat la veille…Tout était dans l’ordre. Bon, je n’avais pas eu le temps de plier mes trois paniers à linge mais justement, j’ai le sens des priorités bien aiguisé : j’ai plutôt préparé mes bols de bonbon et biscuits. N’oublions pas non plus les guimauves en forme de flocons de neige (achetés en super vente après Noël), histoire d’agrémenter les breuvages chauds. À une heure du matin je n’avais pas touché aux paniers à linge mais je n’en faisais pas de cas : la maison avais l’air d’une tempête magique. Pas grave : les paniers à linge seraient cachés dans ma chambre.

Des flocons par-ci, des flocons par-là: il y en avait plus de 300!

Des flocons par-ci, des flocons par-là: il y en avait plus de 300!

Café

Les invités (vêtus de chandails nordiques, oh oui !) sont arrivés comme prévu. Il faisait un soleil hyper radieux. Tout le monde a aimé le décor et les flocons. Les enfants étaient contents de se retrouver et j’ai commencé à servir les cafés. Et là, on m’appelle au salon. C’est que, comme me le fait remarquer la maman de P.: « Euh, le plafond coule ». Goutte à goutte. Hmmmm, bizarre.… Le temps d’aller chercher un bol pour cette petite fuite et…c’est la chute d’eau totale. Le torrent. L’infiltration du siècle. Un véritable rideau d’eau se met à couler, juste au dessus de ma (très belle) table, à côté des rubans effets glaciers, tout près du kouing amann.

Je panique un peu. Papa Ours monte sur le toit. Décidément, pour mal faire, il fait un temps de printemps et toute la neige du toit semble fondre jusque dans mon salon. Mon amie prend le relais pour faire les cafés, pendant que je tapisse le plancher de veilles serviettes déteinte et de littéralement, tous les plats et moules que je possède. On déplace la table. Je monte voir Papa Ours qui enlève la neige sur le toit, à grands coups de pelle. « Il va me falloir un pic pour casser la glace. » Je mets alors mon manteau pour aller à la quincaillerie du coin et, en sortant en courant je croise d’autres invités en chandails nordiques qui arrivent chez moi. Pas possible. Je me console en me disant qu’il y a trois cents flocons de papiers et un super brunch pour les accueillir. Je suis en sueur dans mon chandail nordique à mon retour avec le pic à glace.

Donc Papa Ours a cassé la glace. Et nous avons enlevé la neige sur le toit. Et pendant ce temps là les enfants s’amusaient et les parents nous aidaient en se servant cafés et les crêpes. Mon amie A-M et ma maman ont pris le contrôle de la situation en agissant comme hôtesses intérimaires (merci, merci !). Ça n’a jamais vraiment arrêté de couler (sauf la nuit suivante, quand il y a eu du gel). À un certain moment, prise d’un élan créatif, j’ai même tenté d’absorber l’eau à même la fuite avec des couches de bébé (sans succès)… Et les invités, absolument charmants, qui ont voulu venir voir “mais d’où ça vient toute cette eau” on dû, eux aussi, enjamber le contenu de mes trois paniers de linge à plier déversés à même le sol de ma chambre. Mais bon, j’avais déversé ces paniers pour une bonne raison: c’était pour faire « des course en traineaux » dans la maison!

Courses

Courses de traîneaux dans le passage

L’ anniversaire de Petite Ourse aura été, outre l’innondation, hyper réussi. Le décor hivernal à petit budget fût un total succès (si on ferme les yeux sur le plancher couvert de récipients et serviettes). Nous avons joué à « J’ai froid aux pieds », un jeu qui consiste à voir qui peut mettre le plus de paires chaussettes en une minute (un vrai défi pour les petits). Nous avons fait un jeu d’observation sur le thème de l’hiver. Et nous avons joué au paquet musical-hivernal où, les enfants assis en cercle, vêtus de mitaines, se passent un paquet-cadeau au son de la musique de La Reine des Neiges et, lorsque la musique s’arrête, doivent enlever une couche de papier pour découvrir leur petite surprise. Les mitaines ajoutaient une touche rigolote à l’opération. Ah oui, et nous avons fait le jeu des boules de neiges : on bande les yeux de l’enfant qui doit, au moyen d’une cuillère, transférer le plus possible de boules de ouates dans un autre bol. Comme la ouate ne pèse rien, c’est un jeu à l’aveugle qui a suscité plein de rires.

Salade de fruits, cakes et granola maison

Salade de fruits, cakes, gâteau et granola maison

Biscuits flocons, glaçage au citron (faits par ma maman)

Biscuits flocons, glaçage au citron (faits par ma maman)

Cakes de chez Rhubarbe

Cakes de chez Rhubarbe

Serviettes

Serviettes de papier étampées de motifs pingouins

En fait, soyons honnêtes : je me serais totalement passée de cette spectaculaire infiltration d’eau devant tant d’invités, aussi compatissants étaient-ils. Mais finalement, au fil des semaines, lorsque nous avons dû entamer des intenses rénovations (histoire de refaire la toiture au complet), j’étais bien contente d’avoir un peu de soutien et de gentils encouragements de ces invités, témoins oculaires de l’infiltration (et…de mon linge à plier!). Quant aux petits, eux, ils ne se rappellent que des courses dans les paniers à linges et des flocons en guimauves. Ce qui, naturellement, me réconforte dans mon choix de priorités.

Et ce n’est pas fini ! Restez à l’affût pour ce qui s’est passé à l’anniversaire de Bébé Ours ! À suivre…

P.S. Dans le feu de l’action, j’ai complètement oublié de prendre en photo ma table et mes cascades de rubans glacés qui tombaient du plafond…