Faire peau neuve (devenir papillon)

GommageÇa y est! Le printemps est vraiment là: les lilas sont en fleurs! Le bonheur. Of course, qui dit printemps dit aussi jupes sans avoir froid, chandails sans manches et envie globale de faire peau neuve. Ci-dessous, une revue de quelques exfoliants corps chouchous pour nous permettre de sortir de notre cocon et de se sentir enfin papillon.

D’abord, petite note générale: Ne sous-estimons jamais les vertus euphorisantes d’un bon gommage corporel. Jamais. Quand on se sent un peu gonflée, un peu raplapla, un peu terne, un peu vieille-peau, un peu rien du tout la première étape vers la solution devrait toujours être le gommage. D’abord, ça fait un bien fou. Ensuite, ça fait la peau douce, hyper lisse. Et puis, c’est psychologique mais on se sent toute légère, un peu comme après la coupe de cheveux d’un millimètre qui change tout. Sans parler de la circulation sanguine qui est activée, des endorphines libérées (je présume hein, mais notons que je ne suis pas médecin), tant et si bien qu’on peut limite considérer le gommage corporel comme une séance d’exercice. Oui, oui. Mais pour cela il faut un gommage bien actif, tonique. Pas un mouvement nonchalent tout mou de se frotter un peu les bras avec une débarbouillette un rien râpeuse. Mettons-y du nerf bon sang! Frottons! Activons-nous! Et puis, soyons méticuleuses!

Ma technique? Je commence vers le bas et j’effectue des mouvements ascendants en frottant toujours vers le coeur. J’y vais par zone. Et justement, à la fin, je me concentre sur certaines zones: ventre, derrière, coudes, genoux, pieds, cuisses. C’est souverain. L’idéal c’est de commencer le tout à la brosse sèche ou au gant Renaissance, pour ensuite, rincer notre corps tout poussiéreux et peaufiner au gommage en crème hydratant. C’est la touche soin parfumée qui termine ce grand chantier en beauté et ensuite, nous prépare à bien s’hydrater.

Au rayon des exfoliants, notons:

-L’exfoliant luxueux à l’amande sucrée de SoapWalla Kitchen qui sent bon le gâteau aux amandes. Bien texturée, cette pâte parfumée fait la peau douce et ne fond pas immédiatement au contact de la peau, permettant ainsi une salvatrice friction qui saura réveiller les épidermes qui hibernent encore.

-La Pommade Exfoliante pour le corps Diptyque: Oh la la, c’est du gommage mes amies! Bon, ici c’est hors de prix (d’où le fait que je n’ai testé qu’en format échantillon) mais ce gommage fait une peau de reine et son parfum “savon-fleuri” (cette super description est de moi!) colle langoureusement à la peau, pour notre plus grand bonheur. Un must pour celles qui peuvent se le permettre!

-Le gommage Buddy: (essayé en format échantillon) Bon, c’est un bon gommage mais j’ai aussi un peu l’impression que c’est aussi un peu un truc qu’on peut trouver dans sa cuisine. Pâte de cacao, de thé vert ou de charbon activé (avec quelques autres ingrédients tout simples), du sucre, de l’huile, …c’est surtout grâce à sa campagne de pub sexy sur Instagram que Buddy fait tourner les têtes. J’ai de la difficulté avec le prix quand je considère la simplicité du produit. Pas que je préfère nécessairement payer plus cher pour du plus compliqué (en fait, oui, un peu) mais payer cher pour du aussi simple je trouve ça assez crève-coeur. Le facteur plaisir est moyen: rien de divin et les granules de sucre fondent vite. Et puis, le sac est assez petit quand on considère l’ampleur de la surface à exfolier…Bref, en ce qui me concerne, c’est en gommage visage que le Buddy m’a plu le plus. Là, rien à redire: une simplicité qui assure et fait une peau de pêche et une pêche d’enfer. (Disponible ici et chez Victoria Park). Pour ça, j’ai totalement adhéré.

-Enfin, la crème de la crème en matière de gommage pour moi: le Gommage au sucre fouetté de Lalicious, parfum Lavande (édition limitée, snif!). Cette marque, je refusais de lui porter un intérêt depuis un bon moment, je ne sais pas trop pourquoi. En fait, non, je sais: le licious dans le nom me rebutait alors, je choisissais d’ignorer le buzz général. Puis, j’ai eu besoin d’un gommage alors je me suis résolue à demander un échantillon. Et omigod, je suis retournée la même semaine me procurer le plein format! Ce qui distingue principalement ce gommage c’est d’abord son intensité d’hydratation: on peut carrément se passer de soin par la suite tant la peau est satinée. Mais notons la texture irrésistible, qui, sans pour autant être véritablement “fouettée”, est assez aérienne, gratouille juste comme il faut et, surtout, surtout, fait une peau de reine qui conserve son parfum fleuri-sucré (cette super description est encore de moi. J’ai vraiment le vocabulaire descriptif aujourd’hui!). J’adore!

Voilà pour mon topo gommage du printemps! Des idées, des conseils, des recommandations pour aider les chenilles à devenir papillon? Faites-m’en part ici et bon gommage les amies!

Retour aux couches

ZincJe suis récemment tombée sur une recommandation beauté inhabituelle. Et vous savez combien j’aime les recommandations inhabituelles…(Enveloppement des mains et pieds crémés dans de la pellicule alimentaire Saran Wrap? J’ai testé. Le citron plein de sucre en exfoliant corporel? J’adore. Se rincer les dents au peroxyde? J’en ai encore des frissons-plus jamais!) Alors, quand j’ai lu qu’utiliser de la crème d’oxyde de zinc en crème de nuit ou en masque donnait des résultats hallucinants, je n’ai fait ni une ni deux et je suis revenue aux couches, épidermiquement parlant. Mais d’abord, je réponds aux questions anticipées de l’auditoire.

Pourquoi en crème de nuit ou en masque? Parce que c’est la nuit que les cellules se regén…Non, sérieusement: parce que c’est une crème blanche, hyper opaque, qu’elle donne l’air de Le Cri d’Edvard Munch et qu’à moins d’être un lifeguard motivé des années 80, il ne faut surtout pas être vue en publique avec du zinc partout sur le visage.

Et, le zinc, c’est gras? Bon, soyons honnêtes: c’est loin d’être mat, hein. C’est du beurre. MAIS, avant que les peaux plus grasses ou acnéiques passent outre, considérons  ceci: le zinc est recommandé par certaines études et professionnels pour traiter l’acné, justement. Puissant antibactérien, il prévient les lésions futures et traite les irruptions existantes. Il est même parfois recommandé pour celles qui cessent les traitement oraux de type Accutane. En fait, la crème Zincofax que j’utilise contient 19% d’oxyde de zinc dans une base de gelée de pétrole, rien de plus. C’est un peu dégoûtant comme mélange mais force est d’admettre que ça apaise les rougeurs et fait une super belle peau. Je compte toutefois rester à l’affût de d’autres crèmes contenant du zinc à peut-être plus haut pourcentage dans d’autres types de bases. Ceci n’était qu’une expérience…

Et, c’est confortable du zinc partout sur le visage? Bon, c’est pas du Darphin qui sent bon, c’est pas le look le plus glamour au monde et ça colle totalement. Bref, c’est zéro génial. Mais depuis quand on baisse les bras devant la promesse d’une peau de rêve, hein?

Et, quid du matin? On s’attend à quoi? Au matin, ma peau est étonnamment et nettement plus claire, le teint est très, très uniforme, la peau défripée. Je n’en revenais pas! Je me trouvais l’air drôlement reposée, bien que j’avais vraiment mal dormi. Ma peau était gorgée d’hydratation, encore grasse, aussi, je l’ai lavée à l’eau chaude et au nettoyant Purpose (ce que je ne fais jamais le matin). En fait, pour celles qui se maquillent vous n’aurez pas le choix de vous rincer le matin, sinon j’ai l’impression que tout maquillage appliqué subséquemment glissera et fondera. Pour le reste, je suis plus que convaincue! J’ai donc résolu de dormir en mode bébé deux fois semaines de minima tant les résultats sont bluffants. J’ai honte de l’admettre mais ça fonctionne mieux que certains masques et autres crèmes de luxe pour lesquels j’ai déjà craqués (alors qu’un pot de zinc ne coûte pas la peau des fesses, contrairement à d’autres options crèmes de nuit moins efficaces).

D’autres recommandations? Oui:  cherchez une crème qui détient un bon pourcentage d’oxyde de zinc. Et pour éviter de sentir la nursery, choisissez une version sans parfum “poudre de bébé”. Celle-ci de Zincofax est inodore. Et appliquez la quand la maisonnée sera couchée, idéalement (look Le Cri oblige).

Et, les cheveux, ils collent dedans? Oui, les cheveux ils collent dedans totalement. Il faut ABSOLUMENT dormir les cheveux attachés, une serviette sur l’oreiller. Enfin, pas besoin de bavoir ou de pyjama une-pièce, mais, je suggère une jolie couverture et un bon lait chaud avant le dodo pour une recette complète qui nous ramènera un peu en enfance et nous redonnera assurément notre peau de bébé. Ça je recommande chaudement!

Je suis la seule à dormir le visage plus blanc que blanc? Si vous testez, s’il vous plaît, faites moi part de vos impressions! Qui ira s’acheter de la crème d’oxyde de zinc aujourd’hui?

La beauté selon Soeur Gisèle

Soeur GisèleCoucou après une bien longue absence! Comme toujours, quand je vous reviens après un petit moment, je me sens un peu le souffle court, tout sort en même temps: dernières découvertes beauté, déceptions en flacons, nouveaux petits trucs appris ça et là et dernières inspirations…Autant de mots qui se bousculent dans ma tête dans un désordre aussi complet que tous les produits qui attendent leur article, entassés en joli bric à brac sur ma coiffeuse. D’abord: mes excuses pour ce silence – les journées de travail sont longues et, le soir, j’essaie de vraiment faire le vide pour bien dormir. J’essaie aussi de me coucher tôt (pour une fois!) et, je dois le dire: ça fait une énorme différence sur mon sentiment d’équilibre de vie, même si vous écrire régulièrement me manque.

Puisque je ne sais pas par où commencer, je me suis dit, autant commencer par un sujet tout autre, un sujet de coeur. Cet article, je voulais nous l’offrir pour Noël, puis, pour la St-Valentin. C’est un article tout plein d’amour puisque j’aime son sujet et que son sujet est très aimé: Soeur Gisèle. Et là, cet article arrive, tout près de la fête des mères et je me dis que ça n’est pas plus mal parce que justement, il y a milles façons d’aimer.

Soeur Gisèle, 86 ans, a habité dans le couvent des soeurs de la congrégation Notre-Dame, près de la maison où j’ai grandi depuis 35 ans. Elle nous a vu grandir. Elle connaissait nos noms. Elle nous parlait lors de ses nombreuses promenades. Elle se rappelait des noms de nos amies, des amies de nos amies, des activités que nous avions faites, elle nous posait des questions, traçait des liens, au fil de nos histoires. Elle était toujours de bonne humeur, pleine de questions, intéressée et enjouée. Ma soeur et moi avons toujours senti qu’elle nous traitait d’une manière spéciale, avec une attention particulière. Elle nous invitait au couvent à l’Halloween (où nous avions droit à de la tire Ste-Catherine fait maison et autres gâteries hors du temps préparées par les soeurs). Elle nous a fait visiter le moulin, elle a demandé au curé qu’il nous fasse monter dans le clocher, elle nous faisait signe de la main en marchant dans le parc, de loin. Puis, j’ai grandi et j’ai déménagé en ville. Je la recroisais et elle me posait autant de questions. Ensuite, j’ai eu mes enfants et elle s’intéressait aussi à eux…Son amour et sa délicatesse n’avaient pas de fin. Puis, cet automne, ma maman m’a dit que la congrégation allait déménager dans une autre ville, pas très loin. Ça nous a fait un choc. Gisèle et les soeurs étaient nos voisines depuis toujours.

Ma soeur et moi sommes allées à la messe d’au revoir des soeurs, où nous avons découvert que Soeur Gisèle avait été une source d’amour pour nous deux et nos parents…mais aussi pour tout le Village. Le curé la surnommait même “La Mairesse” puisqu’elle connaissait tout Pointe-Claire: de l’histoire du Village aux noms des enfants en bas de 36 ans. Le maire lui-même, a plaisanté que Soeur Gisèle lui avait toujours donné de la sérieuse compétition…C’était très émouvant de voir tout le village dire adieu aux soeurs, de leur dire merci et aussi, leur rendre hommage. Elles y étaient depuis le début du siècle! Puis, la messe terminée, Bébé Ours m’a lâché la main et il est allé prendre celle de Soeur Gisèle, spontanément, lui qui l’avait seulement rencontré quelques fois. Main dans la main, ils se sont éloignés vers le couvent et j’ai gardé mes distances pour leur laisser ce petit moment. C’est le pouvoir des grands coeurs, je me suis dit: ils sont magnétiques.

Soeur Gisèle et Bébé Ours

Bébé Ours tient la main de Soeur Gisèle

Le mois suivant, grande surprise en ouvrant le calendrier souvenir patrimonial sur les Soeurs de la Congrégation Notre-Dame: en décembre, Bébé Ours est de la photo, collé à Soeur Gisèle, entouré de toute la congrégation. Je ne sais pas comment il a fait, mais il s’est incrusté dans la photo. Ses yeux plein d’admiration sont le plus beau témoignage que la gentillesse est la plus belle des qualités et que la beauté transcende souvent l’idée qu’on s’en fait. Je me suis donc dit qu’une entrevue avec Soeur Gisèle s’imposait, ce qu’elle a gentiment accepté! Voici donc un article où nous causons amour et (oui, oui!) petits pots!

Moi: Depuis que je suis petite, je te vois parler aux gens du village, comme une maman qui couve ses petits. Pourquoi?

Soeur Gisèle: Parce que j’aime les gens. En se parlant on s’apporte quelque chose de bon, des idées, du courage et de l’amour.  La vie n’est pas toujours facile. Quand la vie va trop vite, on peut avoir tendance à oublier l’humain dans nos rapports. Il ne faut pas, ça donne froid. Quand je rencontre les gens j’essaie de faire en sorte qu’ils se sentent aimés. Je trouve ça important.

C’est quoi, pour toi, la plus belle des qualités?

Je pense que c’est d’être ouvert aux autres et de savoir se saluer, pour reconnaitre que l’on n’est pas seul. C’est comme ça qu’on peut commencer à donner et à aimer. Te souviens-tu quand on se croisaient dans la rue? C’était quelques minutes, mais c’était un peu d’amour. C’est précieux. Il faut provoquer ces moments d’amour.

C’est quoi pour toi la beauté?

La beauté est partout mais la vraie beauté est surtout de savoir la voir, de la reconnaître. C’est cette capacité de savoir s’émerveiller devant la beauté qui est belle. Et c’est ce qui nous apportera de la joie et du bonheur, toujours et à tous les âges, peu importe la vie que nous menons.

C’est quoi pour toi le bonheur?

Le bonheur, il est immédiat. Il ne faut pas chercher ailleurs ou dans longtemps, le bonheur il est ici et il est tout petit. Le bonheur est autour de nous, dans les petits gestes, dans les attentions, dans la vie…Arrêtons de nous évader de milles façons, profitons de ce moment, ici et maintenant.

Et dis-moi, tu as des secrets de beauté ou des produits qui te rappelles des souvenirs?

Mon meilleur secret de beauté c’est le bon air, l’odeur du bon sapin. Tu sais que j’ai grandi à la campagne?

Non, je ne savais pas…Et dis-moi, Gisèle, tu as des produits de beauté en pots que tu souhaites partager?

Ah oui, attends, je vais chercher mes produits (rires)…Alors, j’aime les savons et plus particulièrement ceux de la marque Yardley. Ça sent la nature. Pour ce qui est des crèmes, je m’en sers moins souvent qu’avant; ma préférée est celle à la vitamine E. Pour le reste, je pense que tout est dans le coeur et dans le coeur des autres.

Yardley Savon Vitamine E cream

Voilà, tout est dit: avoir bon coeur, c’est le secret de beauté de Soeur Gisèle. Et la rencontrer, au hasard d’une promenade, c’est une belle inspiration bonté.

P.S. Soeur Gisèle a passé à Radio-Canada! Écoutez l’entrevue ici!