Raccourci vers un meilleur style de vie

MIYU hydrate miCes jours-ci, mon style de vie est comment dire…Normal. Juste normal. La semaine tout est plus ou moins santé, la fin de semaine il y a un verre de vin après le ski et aussi, un vrai dessert. Ces jours-ci il n’y a pas de sport intense ou de jus vert quotidien, mais bien de la confiture et des cafés, des réveils difficiles (il fait si noir!) et des soirées qui passent trop vite. Bref, comme toujours, la vie prend le dessus et c’est très bien comme ça. Mais il y a toujours place à l’amélioration. Comme boire de l’eau. Comme m’oxygéner. Comme nourrir mon âme avec des livres mythiques ou méditer sur la vie. C’est sur ma liste mais comme pour le moment ça n’est pas réaliste, j’essaie de me trouver des petits raccourcis vers un meilleur style de vie.

La jolie marque canadienne MIYU Beauty, c’est exactement cela: un condensé de bien être dans une petite pause, mon raccourci vers une version améliorée de mon style de vie.

Partant de la prémisse que 20% du vieillissement est programmé de manière génétique mais que 80% est tributaire de notre style de vie, MIYU Beauty propose depuis 2013 des manières simples de suppléer à nos petits écarts pour arriver à avoir un teint plus éclatant. Inspirée de la médecine traditionnelle chinoise mais intégrant des technologies modernes (la fondatrice a travaillé au sein de grandes marques de beauté), MIYU propose des solutions de beauté globales histoire de venir équilibrer un peu nos styles de vies moins que parfaits.

MIYU Beauty c’est donc deux duos s’adressant à deux styles de vie (plutôt qu’aux types de peau), chacun étant formé d’une Essence de beauté et d’un Thé de Beauté. On peut aussi, bien sûr acheter les produits séparément et il y a des petits formats. Il y a deux déclinaisons: le hydrate mi  (gagnant du prix de l’Innovation beauté canadienne en 2014) et le de-stress mi et dans chacun on retrouve les ingrédients phares de la marque tels le thé vert (antioxydant), la pivoine blanche (éclat) et la perle (préservation de la jeunesse). Sans parabens, phtalates, sulphates colorants ou parfums synthétiques, les produits sont certifiés Leaping Bunny et Sans Cruauté.

En ce qui me concerne, j’utilise l’Essence de Beauté hydrate mi (pour les peaux qui ont soif!) et c’est un coup de coeur des plus total. À mi chemin entre une bruine de beauté un peu tonique et un véritable sérum à la japonaise, cette essence est pour moi une nouveauté à part entière. Elle hydrate comme c’est pas possible et fait des joues toutes rosées et rebondies. Je ne saurais m’en passer! Sous et sur le maquillage, avant le dodo et deux ou trois fois par jour au bureau: l’essence hydrate mi me suit partout. La gestuelle recommandée (vaporisation puis, pressions) est réminiscence des méthodes d’application de l’Orient, et le résultat en vaut vraiment la peine puisque la peau est au final rosée et hyper dewy (c’est-à-dire éclatante lustrée). J’adore.

Je suis fidèle au protocole complet MIYU en buvant également leur tisane de beauté qui, avec ses pétales de roses, ses extraits de poires des neiges, de baies de goji et roiboos (sans caféine) est un vrai délice et me donne l’impression de prendre une petite pause bien-être au cours de l’après-midi alors que je suis devant l’ordi. Un petit pshiit de hydrate mi et un bon thé: voilà, l’après-midi passe déjà beaucoup plus vite!

Vous, vous avez des petits produits qui vous donnent l’impression d’équilibrer un peu votre style de vie? Tisanes, masques, huiles de bain, programmes de sport…je suis preneuse de tous vos conseils!

Trois crèmes, un sucre

Trois crèmes Mes mains l’hiver c’est un vrai mystère: on les regarde les yeux ronds, ébahis par leur texture velcro. Leur fini pomme de pin. Leur teinte rose râpeuse…Ce qui laisse perplexe? C’est qu’avec la quantité de crèmes que j’ai (j’ai quelques tubes et pots, pour celles qui ne me connaissent pas: j’aime les crèmes) je n’arrive pas avoir des mains de satin. Le hic, en fait, c’est que je me lave les mains vraiment souvent, j’applique tout plein de gel aseptisant, je mets du liquide lave-glace à -27 degrés dans l’auto, sans gants, et…puis j’ai parfois l’impression d’avoir atteint un point de non-retour par rapport à mes mains. Sans compter qu’il vient un moment où plus rien ne fonctionne, où tout ce que l’on applique chauffe et brûle, nous oblige à rincer, ça re-chauffe alors et…ne reste plus qu’à baisser les bras!

Cette année toutefois, je me suis promise que cela ne m’arriverait pas! No way: cette année je me prends en main! Parce que disons-le, à quoi bon rêver de la Foreo (une petite machine qui nettoie le visage et donne un massage anti-âge) quand on n’a même pas trouvé la bonne crème à mains, je vous le demande! C’est le monde à l’envers! Au fil d’entrevues avec mon entourage, des produits observés sur les bureaux de collègues ou dans les salles de bains d’amies et aussi, de tests en pharmacie, je suis ravie aujourd’hui de vous dire que mes mains se portent toujours plutôt bien pour un 21 janvier! Voici donc les produits qui m’aident à y arriver!

(De gauche à droite): GlyceroDermine – le top du top, ma grande championne. Cette crème à mains coûte trois fois rien (dans les 3$) et fait des mains de princesse! Recommandée par les professeurs des étudiants en médecine (qui se lavent tout le temps les mains), cette crème est devenue absolument indispensable dans ma vie. Collante à l’application, elle prend vite un fini velours au toucher sec, qui protège et traite. Partie la peau de crocro, fini la peau de velcro, il est difficile de ne pas devenir accro… Personnellement, j’achète la version “Inodore” car j’applique par-dessus un peu de lotion assortie à mon parfum, histoire de m’aménager une petite pause parfumée au cours de la journée. Attention, cette crème est disponible chez Jean Coutu, mais pas Pharmaprix, bizarrement…

La Crème à mains de Huit Heures d’Elizabeth Arden: voilà une autre super crème à mains qui soigne et répare sans donner une sensation de surchauffe ou de brûlure aux mains irritées. Seul bémol pour l’utilisation au bureau: son parfum, qui sent vraiment fort le médicament (plus que la Crème de Huit Heures, je trouve) et, drôlement, le gingembre. “Tu as mangé des nouilles chinoises?” “Euh, non, c’est ma crème à mains…” Oui, c’est du vécu…À réserver donc pour ces moments de coquetterie un peu ermites (parfait pour accompagner le masque Glam Glow, par exemple, ou les chaussettes hydratantes Bliss).

La crème à mains Royal Apothic: cela faisait un bon moment que je voulais l’essayer car, tombée sous le charme de son emballage très “tapisserie florale victorienne” (j’adore!), elle avait en plus été plébiscitée par Victoria Beckham comme la “best handcream ever“. Je n’ai pas été déçue! Parfum délicatement floral, texture superfine et satinée, cette crème bien qu’assez légère, est un vrai régal à utiliser. Ça n’est pas un poids lourd de l’hydratation, non, mais c’est un petit tube tout mignon qui sent vraiment bon et qui saura nous faire les pattes plus douces que celle d’un lapin! Parfait pour le sac à mains, je ne saurais trop recommander cette crème d’apothicaire anglais à motif de tapisserie floral vintage! Oui, musique à mes oreilles que cette dernière phrase- tapisserie, floral, anglais, vintage et crème à mains sublime…c’est presque trop… what’s not to love? Disponible chez Murale.

Enfin, après avoir exploré mes trois crèmes, parlons du sucre! Une fois les mains un peu moins irritées, j’ai pris l’habitude de m’exfolier, aux trois jours, délicatement les mains avec une cuillerée à soupe de sucre mélangée à une noisette de crème hydratante (n’importe laquelle). Quel merveilleux exfoliant bon marché! On masse une petite minute, on rince puis on éponge et oh, merveille des merveilles la peau des mains est visiblement plus douce et surtout, plus réceptive au soin.

Vous avez des crèmes à me recommander pour m’aider à continuer à prendre soin de mes mains? Vous, vous y arrivez comment à garder de jolies mains en plein hiver?

De la chaleur

Fleur Wood 1Il y a des moments dans la vie où l’on a besoin de chaleur au coeur: un beau pyjama, des gros bas, une couette bien chaude et surtout, un livre comme un baume, qui soigne et reconstitue.

Le sublime livre de la designer australienne Fleur Wood, Food Fashion Love (Penguin, 2014), est exactement cela: un condensé de bonheur imprimé. Depuis que je l’ai reçu à Noël (merci mon Goglu!), je ne cesse de l’ouvrir, un peu tous les soirs, comme pour me réchauffer l’âme. À mi chemin entre le scrap-book vintage, le journal intime et le livre de recettes, cet ouvrage soigné et romantique transporte, inspire et fait rêver en poésie, glaçage et dentelles anciennes. Comment ce méli-mélo de belles photos et d’idées viennent-elles se mettre ensemble pour former un tout cohérent aussi inspirant? Je n’arrive pas à l’identifier clairement mais aucun doute, Fleur y arrive brillament. Divisé en chapitres aussi bric-à-brac que charmants, on passe des fleurs et de la nature à l’amour et l’art de prendre soin de soi et de ceux que l’on aime, de l’arc-en-ciel aux brillants (oui, oui, glitter! Glitter!), de la nostalgie, à l’inspiration et à l’âme. J’adore.

Fleur Wood Food Fashion Love

On y découvre des photos anciennes, des pensées, des recettes familiales (je veux trop faire sa recette de cake au earl grey!), des astuces pour étamper des mots sur du glaçage (mais pourquoi n’y ais-je pas pensé?) et même une recette de sorbet aux brillants (glitter! Oh my God, j’aime tellement le glitter!). Partout où l’on pose les yeux dans ce livre, on se perd, comme dans un jardin anglais fou-fou mais magnifique, comme dans des souvenirs mélangés, plein de nostalgie et d’amour. Ce livre est tellement beau, tellement réchauffant que dès la première page, on sent le cocon de sérénité et de chaleur se tisser, en motif ancien et délicat, autour de notre coeur. Bref, le bonheur.

Fleur Wood 2

Autant vous le dire, j’ai déjà commandé son livre précédent, Food Fashion Friends et que je l’attends impatiemment! Je vous en donne des nouvelles!

P.S. Est-ce que c’est moi où le nom Fleur Wood est juste trop beau?

P.P.S. Est-ce que c’est moi où il est assez rare que les mots Food et Fashion se côtoient comme deux sujets parallèles dans un titre de livre ou même, dans la vie tout court?

P.P.P.S. Pour celles au Canada, le livre Food Fashion Love est disponible chez Anthropologie alors que le Food Fashion Friends se commande sur Indigo.

Les crèmes de Charlotte

Magic!Je vous avertis: cet article vous donnera envie de passer sans attendre une petite (ou grosse) commande de produits Charlotte Tilbury! Maquilleuse bien connue, amie des célébrités et initiée des défilés, son nom évoque un maquillage yeux de chats, le parfait rouge à lèvres peau nue à la Kate Moss (sa grande amie!) ou encore, ses compacts motif art deco et tubes or rose étincelants. Bref, Charlotte Tilbury est une maquilleuse de renom qui a récemment lancée sa ligne de maquillage. Voilà pour les présentations, maman. Maintenant, dans tous mes futurs articles je parlerai de Charlotte comme d’une grande copine, c’est bon? Je disais donc que c’est une grande maquilleuse. C’est pourquoi je me suis moi-même étonnée quand j’ai choisi (là, maintenant, il y a quelques instants) de vous parler de ses crèmes avant même d’aborder son maquillage. On y viendra, au maquillage, c’est promis, on ne pourra pas faire autrement: je suis obsédée.

Au début, les crèmes de Charlotte étaient ce qui m’attirait le moins sur le site de la marque. Je sais, je sais, elle est célèbre pour sa préparation secrète, la Magic Cream, qu’elle utilise sur les mannequins et superstars sous le maquillage, en base préparatrice. On lui demandait même de préparer son mélange pour achat, ce qui, dit-ont, lui aurait donné l’idée de la commercialiser…En ce qui me concerne, j’avais peur que le produit me déçoive, qu’il surfe sur une vague d’avis trop enthousiastes et ne livre pas la marchandise. Et puis, le pot était si cher (100$) que je préférais me lancer dans le maquillage qui me faisait envie (c’est à dire, tout le reste sur son site web) avant d’investir dans une “base qui ne se voit pas de toute manière et est absolument non nécessaire.” (Je disais ça pour me convaincre, on s’entend.)

Mais tout a changé quand j’ai reçu un petit mini pot de la Magic Cream, la base/soin de maquillage de Charlotte Tilbury. Oh. My. God. Divin. Et vraiment difficile à décrire. D’abord, il s’agit d’une crème à texture totalement fouettée, hyper onctueuse, sans effet soyeux-silicone. Blanche comme neige, la crème fond littéralement dans la peau à l’application et instantanément les joues semblent devenir rosée, la peau est lumineuse. Hyper hydratante mais sans effet trop gras, la crème semble littéralement regonfler la peau de l’intérieur et la sublimer, instantanément: on est dans le soin plus que dans la base de maquillage. De la pure magie. Bon, je n’ai pas encore commandé le plein format, mais cette crème est totalement sur ma liste de rêves à court terme.

En ce qui concerne le Multi-Miracle Glow, il s’agit d’une crème multi-usages, qui peut faire office de super hydratant, de masque de nuit et aussi, de baume de nettoyage. Bon, je n’ai pas testé la dernière application, vu le mini format échantillon que j’ai sous la main, mais pour ce qui est de l’hydratant et du masque, je confirme, c’est dément. Je l’utilise autant sous le maquillage qu’en masque éclat. D’abord, le parfum tout doux, qui sent bon la frangipane et fait rêver de vacances est parfait. Mais surtout, la texture, qui glisse parfaitement, lisse, pulpe, fait rosir et accroche la lumière rend vite accro. Jamais je n’oserais gaspiller ce baume sur mes cuticules (comme mon amie Charlotte indique qu’il est possible de le faire), c’est sur le visage qu’il faut appliquer cette merveille. Avec le format que j’ai (environ un double dé à coudre et demi) je l’utilise avec grande parcimonie, comme si c’était un précieux et rare élixir de jouvence. Que dis-je, c’est exactement cela. Vivement ma prochaine commande Charlotte Tilbury pour les pleins formats! Je sens que 2015 s’annoncera very Charlotte Tilbury pour moi.

P.S. Vous avez essayé ces crèmes? Je meurs d’envie de connaître vos avis critiques/success story/ témoignages déchirants/ histoires d’amour avec ces produits.

P.S. Pour celles au Québec, les produits de Charlotte Tilbury sont disponible sur Beautylish (service impeccable, vous tiendrez vos produits dans vos mains dans 3 jours max!) ou Net-à-Porter. Sinon, le site Charlotte Tilbury livre aux États-Unis et en Europe.

En 2015 je prends soin de ma peau

Crème Cera di CupraQuand on m’a demandée, en vacances, ma résolution pour 2015, c’est sorti tout seul: “je vais bien prendre soin de ma peau!” Juste voir le visage des gens autour de moi me faisait sourire intérieurement. Ils se demandaient si c’était pour vrai, si moi, la fille qui a une routine de soin digne d’une cérémonie de thé à la japonaise, moi, la fille dont le protocole épidermique est plus blindé que le Pentagone, si moi, j’allais en faire encore plus pour chouchouter ma peau. (L’inquiétude se lisait sur mon entourage, inutile de vous le dire). Bien sûr que c’est une blague! Prendre soin de ma peau ça ne prend pas de volonté du tout. C’est limite machinal: une seconde nature. La clé, toutefois, réside dans le plaisir qu’on y trouve et dans les résultats qui nous motivent à continuer. Sinon, on se demande vite pourquoi on fait tout ça (le classique pourquoi? de la philosophie épidermaliste, c’est bien connu). En ce qui me concerne, j’ai un nouvel allié qui m’accompagne dans ma routine beauté et m’évite ce genre de questionnements aliénants.

J’ai découvert cette crème, la Cera di Cupra, grâce à l’une d’entre vous (merci I.!) qui a gentiment portée à mon attention cet article. Le lendemain, j’étais déjà à la recherche de cette crème, la crème des jolies filles italiennes et de leur grand-mères et de leurs amies pas italiennes et de… Bref, d’une crème complètement culte dans certains cercles d’initiées. Il me la fallait! Coups de téléphone, recherche internet, j’y mets de l’énergie et ça porte fruit! Le lendemain soir, je me tartinais le visage d’une noisette de crème fondue entre deux doigts: un film assez gras qui sent trop bon la poudre et les tiroirs de robes de nuits. Ça sent le bébé, la crème quintessentielle, le classique, ça sent comme une cousine exotique de la Nivéa. Et le lendemain: la peau est douce, rebondie, regonflée: le rose aux joues est au rendez-vous, le maquillage devient minimal. J’adore, mais j’adore cette crème! Bon, à noter: mentionnons que c’est une crème qui vise davantage les peaux sèches ou encore, que c’est une crème qui protège bien les peaux des conditions extrêmes. Je l’utilise tous les soirs, après la lotion P50 de Biologique Recherche (on en a débattu ici), ou encore, le Tonique au Lotus et à la Fleur d’oranger de Paï (une merveille!). Je compte aussi l’utiliser pour le ski ou encore, dans les grands froids (comme aujourd’hui en fait- j’aurais dû y penser!). En tout état de cause, ma peau est à son meilleur ces jours-ci: de sorte que certains se demanderont si vraiment, ma résolution est de me mettre à bichonner ma peau pour changer. (Mais noooon.)

Alors, note de première importance: pour celles qui sont à Montréal, on peut se procurer cette crème pour environ 17.00$ (de mémoire) chez Milano (l’épicerie italienne sur St-Laurent). Mais attention! Il faut demander à voir Josie car cette crème n’est pas sur les tablettes (je sais, c’est plein de suspense, n’est-ce pas?). Je vous conseille de téléphoner à Josie avant pour vérifier son horaire (ou encore, lui parler pour vous assurer des stocks- j’ai pris les deux derniers tubes il y a deux semaines). Vous voyez comme je ne baisse jamais les bras: je nous ai trouvé un contact à Montréal pour de la crème Cera di Cupra!

P.S. Il est beau mon nouveau pyjama, non?