Passeport éclat: Boucle d’Or s’inscrit à Wanderlust Tremblant

Wanderlust 2014Ça y est! Je viens de m’inscrire au très attendu festival Wanderlust, qui aura lieu du 21 au 24 août à Mont Tremblant. Car oui, si des éditions du festival Wanderlust avaient déjà lieu à Stratton au Vermont, à Aspen au Colorado, à Whistler dans les Rocheuses et à Oahu à Hawaii, une édition Wanderlust a aussi lieu à Mont Tremblant en version nature-nordique. J’ai trop hâte! Au menu : des séances de yoga en plein air, sur la montagne ou à fleur d’eau, des cours de cuisine végé, des conférences données par des invités issus diverses sphères mais unis par leur quête d’harmonie (gérants d’entreprises vertes, yogis, auteurs, spécialistes du bien être…), des concerts et spectacles en pleine nature et des repas santé cuisinés avec des produits locaux. Ne serait-ce que pour son village piétonnier, lové au creux de la montagne, le village de Mont Tremblant était déjà un attrait en soi. Mais la promesse de pouvoir y faire des randonnées pédestres méditatives, à l’aube et au coucher du soleil ou encore, d’y découvrir la faune et la flore, de faire des excursions sur des ponts suspendus aux arbres, de pratiquer le yoga sur un paddleboard au milieu d’un lac ou de manière très collective sous le soleil du matin, ça m’enthousiasme au plus haut point! Je me sens d’ores et déjà très inspirée et, je ne crois pas qu’il y ait meilleur moyen de faire une petite pause avant d’attaquer septembre et la rentrée.

Ali Kaukas

Crédit photo: AliKaukas (via Wanderlust)

Mon amie A-M (grande adepte du yoga, grande aventurière!) m’accompagnera pour me guider dans cette aventure, pour éponger mon front quand je serai à bout de souffle et surtout pour le facteur complicité! On va tout vous raconter! Que ce soit sur les produits qui iront dans notre sac de sport à notre expérience globale Wanderlust Tremblant, Boucle d’Or vous racontera tout, depuis son legging Lululemon et ses soixante barrettes (cheveux frisés naturels obligent)! Ah oui, autre détail que j’adore : Wanderlust est très familial dans son offre. En effet, il propose un super programme Wanderkind, où je compte inscrire Petite Ourse… Cela nous permettra de faire du yoga ensemble avec des cours adaptés comme le cours Conseil d’un arbre qui nous apprendra à bien nous enraciner “pour grandir vers le ciel”.

Crédit photo: Wanderkind

Crédit photo: Wanderlust

Crédit photo: Connie @ Grisley Images via Wanderlust

Crédit photo: Connie @ Grisley Images via Wanderlust

D’ailleurs, avis à celles qui sont intéressées par ce festival, il reste des billets mais les activités se remplissent vite! Au plaisir de vous y croiser peut être…si jamais vous croisez une blonde essoufflée avec soixante barrettes, venez donc me dire bonjour!

Connie @ Grisley Images via Wanderlust

Connie @ Grisley Images via Wanderlust

Petit manifeste pour ne pas se perdre

dont forget to... - copie

Ne pas perdre la feuille d’autorisation pour la sortie scolaire

Ne pas perdre de vue que je suis en réunion ce matin là

(et donc non dispo pour passer au garage pour faire changer les essuie-glaces)

Ne pas perdre les bananes qui traînent sur le comptoir depuis une semaine

Au fait, ais-je perdu la recette du pain aux bananes de Tante Aline?

Ne pas perdre le billet du nettoyeur, veston à aller chercher- note à moi-même d’ailleurs

Ne pas perdre le carton d’invitation pour la fête de la petite Sophie

Ne pas perdre mon russe

D’ailleurs, tiens, je ne le pratique pas assez

Ne pas perdre les règles de grammaire toutes simples; comment écrire les chiffres en lettres et aussi, comment faire le pluriel de noms doubles (des essuie-glaces? Des essuies-glaces??)

Ne pas perdre le post-it avec la date de rendez-vous chez le vétérinaire

Ne pas perdre la contravention de stationnement

Ne pas perdre le fil des négociations dans ce dossier

Ne pas perdre la mémoire, ne pas perdre les souvenirs

Ne pas perdre l’attention : ressaisis-toi et écoute ce monsieur- l’assurance-vie c’est important!

Ne pas perdre mon regard d’enfant

Ne pas perdre patience avec les enfants- grande respiration

Ne pas perdre une minute, un instant : ça passe trop vite, les enfants sont déjà grands

Ne pas oublier que j’ai quelque chose dans le four

Ne pas perdre le nom des étoiles et constellations que je connaissais par cœur avant

Lever la tête (c’est beau, le cosmos)

Ne pas perdre l’envie de bricoler, de lire, d’écrire, de planter

Ne pas oublier où j’ai planté quoi, surtout

Ne pas perdre l’intérêt pour les petites choses : les cartes de remerciements, le thé d’après-midi, les camisoles bien pliées, les rouges à lèvres inédits

Ne pas perdre de vue ce qui est important, la famille, l’amour, l’instant présent

Ne pas me perdre dans le quotidien fou-fou

Ne pas perdre mon temps sur internet, alors que je pourrai être en train de lire Limonov

Ou de pratiquer mon russe

Ou le pluriel des noms doubles (le mystère des essuie(s)-glace(s) continue)

Ne pas me perdre dans des listes sans fin ou non réalistes (pas que ce soit mon genre de toute façon)

Ne pas perdre de vue que l’été arrive bientôt, que ce sera le temps des maillots…

Ne pas me demander de perdre 1 kilo avant, parce que…

Parce que je connais le nom des étoiles et le chemin vers l’important

Et que j’ai choisi de ne pas me perdre

De ne pas perdre.

 

Cet été, je boycotte toute les crèmes ventre plat/régimes pré-maillot/lotions anti-capitons. Vous ne trouvez pas que nous en avons assez dans la tête comme ça? J’ai assez de choses importantes que je souhaite ne pas perdre pour ne pas me demander en même temps d’en perdre d’autres de manière superficielle. N’importe quoi. Continuons avec notre style de vie sain et profitons!

Vous signez mon manifeste pour ne pas se perdre (avec votre pseudo, bien sûr!)? Des essuie-glaces avec ça?

 

Recette de bouchées de fraises au cheesecake

IMG_2750Je vous avais promis la recette de fraises au cheesecake, un dessert qui a fait absolument fureur à l’anniversaire de Bébé Ours: la voici! À l’approche du temps des fraises, cette recette s’impose comme toute indiquée : surtout qu’elle a l’avantage d’être légère, fraîche et aussi, de rester jolie sur un plateau, le temps d’un party. Enfin, avis à celles qui ne sont pas grandes cuisinières : cette recette est pour vous! Elle tient en effet davantage du bricolage que de la popote comme telle, mais le résultat est si adorable, si délicieux, qu’on vous prendra pour un vrai cordon bleu.

Bien que l’on puisse tout préparer et assembler jusqu’à 24 heures à l’avance, en ce qui me concerne j’ai préféré été contrainte d’ assembler les fraises le jour même de la fête à l’ultime dernière seconde (merci les poux d’avoir chamboulé mon horaire!). À noter toutefois, les fraises restantes ont été délicieuses le lendemain et le sur-lendemain, bien qu’elles aient toutefois été un peu plus molles.

Cette recette a été adaptée de diverses recettes glanées çà et là, et, à noter, l’idée de la petite feuille de menthe est de moi (j’aimerais que ce soit consigné au procès-verbal). Bon, mais sans blagues, non seulement je trouve que la petite feuille de menthe ajoute énormément d’un point de vue visuel mais c’est également un heureux mélange de saveurs. Enfin, à noter, si j’ai utilisé une douille (embout étoile) pour garnir les fraises, à défaut, on pourrait très bien utiliser un petit sac de plastique à sandwich en coupant un coin.

Ingrédients

  • Environ 500g de grosses fraises;
  • Environ 250 g de fromage à la crème du commerce (j’utilise le léger);
  • 4 cuil. à table de sucre en poudre (ou dit sucre à glacer), au goût;
  • 1 cuil. à thé de vanille;
  • Environ une 1/2 tasse de biscuits graham émiettés (comme ceci ou ceci); et
  • De la menthe fraîche.

Préparation

-Couper le haut des fraises pour enlever la queue.

-Couper le bout des fraises afin qu’elles puissent tenir debout.

-Avec une petite cuillère (j’utilise une cuillère de bébé), enlever le cœur de la fraise sans en percer le fond. Réserver les fraises.

-Dans un grand bol, avec une spatule, défaire le fromage à la crème pour qu’il devienne crémeux.

-Ajouter le sucre en brassant bien, idem pour la vanille.

-Verser le mélange dans un poche à douille, puis, remplir l’intérieur des fraises de mélange.

-Saupoudrer de miettes de biscuits graham, garnir d’une ou de deux feuilles de menthe.

-Réfrigérer jusqu’au moment de servir.

Bon appétit! Bon party!

P.S. Beaucoup d’entre vous attendiez aussi le tuto de mon Goglu sur comment faire un tipi (tel que vu à la fête de Petite Ourse). En fait, elle m’informe qu’elle a suivi le tuto (tipi pour chats, mais en plus grand) du blog de Boat People, un très cool blog/boutique de Québec qui est une vraie mine d’or.

Berry pretty pour le lundi

Berry lundiCela faisait trop longtemps que je voulais un baume à lèvres teinté Estelle & Thild. D’abord, parce que c’est suédois (more sur mon obsession ici. En passant ma maman et moi on est même devenues accro aux linges à vaisselles suédois, magnifiques et ultra-écologiques. Au fait, ça vous dirait que je fasse un article sur ces linges à vaisselle trop géniaux? Ne vous sentez surtout pas obligées de dire oui…). Donc, je disais? Ah oui, les baumes Estelle & Thild. J’avais également très envie de les essayer parce qu’il est écrit “Stockholm” dessus (je sais, je sais, ça va un peu avec le point suédois précité). Aussi, ce sont des produits Ecocert et les baumes teintés figurent parmi les meilleurs vendeurs de la marque. Et enfin, aussi, parce que, bon, les baumes teintés et moi, c’est limite une histoire d’amour roman-fleuve qui s’étend sur mille ans et que je ne suis pas prête d’en voir la fin.

Mais bon, comme Estelle & Thild n’est pas disponible facilement ici, il a fallu que je demande à une bonne amie en France (ils sont disponibles au Bon Marché). Et aussi, que je fasse mon choix de teinte in abstracto. Pas facile-facile car il n’y a pas beaucoup de photos sur le web. Finalement, je m’en suis remise à ladite bonne amie, car il n’y a rien comme voir tout ça en vrai, n’est-ce pas? Et c’est une chance, car moi qui hésitais entre la teinte Perfect Peach et la teinte Raspberry Pink; il s’est avéré qu’en vrai la teinte pêche était très translucide et n’aurait apporté aucun éclat. Nul! Mon amie a donc finalement choisie la teinte Raspberry et elle n’aurait pu mieux choisir, à mon avis:

Estelle & Thild Raspberry Pink

Parfait alliage rose bébé/baies écrasée, c’est exactement le genre de gloss champagne rosé aux sous-nuances un rien bleutées qui donne vraiment bonne mine et reste naturel. À peine irisé (pigments très fins), texture luxe laquée, ce gloss donne à la bouche tout le pulpeux gourmand nécessaire pour rehausser parfaitement un teint hâlé d’été. Il est absolument splendide avec la Terracota de Guerlain, la poudre Beige de Chanel et aussi, le Buriti Bronzer de RMS Beauty. Autant je l’apprécie avec une robe soleil le weekend, autant c’est le petit tube que je dégaine dans le stationnement quand j’arrive au bureau, pour ensoleiller mon complet gris-building et mon teint gris-trottoir sous le soleil du lundi matin. Ultra-hydratant, tout confort, tenue typique de celle d’un gloss, le seul point négatif de ce produit, à mon sens, est son parfum un peu jus de canneberges/sorbet aux framboises, vraiment trop fruité à mon goût. Mais bon, pour des lèvres juteuses, laquées d’un rose parfaitement adorable et aussi, disons-le, un petit tube étampé “Stockholm”, vous l’aurez deviné, c’est un petit détail que je ne remarque même plus.

Vous avez un produit incontournable du lundi matin? Ou juste incontournable? Ou un produit étampé “Stockholm”?

P.S. Avis à celles en Amérique, les produits Estelle & Thild sont disponibles sur Net-à-Porter (mais attention, tout n’y est pas dispo) et Beautybay.com

Débranchée

Fers et co.J’accuse mon fer plat. J’accuse mon fer à friser et aussi mon séchoir. Je blâme l’hiver interminable et l’humidité printanière. Ils sont tous responsables de mes cheveux cassés, fragiles, de mes pointes fourchues et frisottis indomptables. Car oui, avec l’hiver qui s’est éternisé et l’humidité froide qui a perduré, je l’admets, j’utilisais un appareil chauffant chaque matin. Oui, vous avez bien lu : chaque matin. Certains coiffeurs célèbres considèrent que, si on attribue 2 points au séchoir et 3 points aux fers (quels qu’ils soient), alors, du moment que l’on dépasse 5 points par semaine on entre dans une zone de danger. On comprendra donc que, selon la même logique, je marche dans un vrai champ de mines depuis un bon moment, capillairement parlant. Et ça se voit. Un changement s’impose donc.

Alors, j’ai pris une résolution. Une résolution pas facile-facile, ultra exécutoire, sans issues,  sans opting-out. Elle ressemble à ce que j’ai souvent lu dans les magazines, en roulant les yeux et faisant « pffff, n’importe quoi! ». Mais voilà, il faut ce qu’il faut, je suis rendue là. Voici :

  • Autant que possible, je vais essayer de laisser sécher mes cheveux tout seuls. À l’air libre. Bon, je sais ce qui arrive quand je fais ça, c’est une décision que je prends donc en toute connaissance de cause. Mes cheveux séchés à l’air libre, ça donne des boucles électrocutées informes et une tête pyramidale. Même mon autorité parentale semble affectée quand j’ai les cheveux séchés au naturel, comme si mes oursons ne me reconnaissent pas. Ou trouvaient que je ressemble à la mascotte du Centre des Sciences, ambiance cheveux à la Albert Einstein. Je vais donc me faire une couette. Ou une tresse. Ou un chignon. Enfin bref, je vais attacher mes cheveux pour m’endurer. Et aussi, je vais demander à Karine de m’aider à trouver des bonnes idées coiffure. (Au fait, ça vous dirait que je partage?) L’idée derrière tout cela? Me donner les bons outils pour réussir, pour m’aimer plus frisottée et aussi, pour ne pas évoquer une surfeuse qui mange des kale chips sur la plage alors que je suis en tailleur, en réunion, en train de boire mon café. Gros défi.
  • Advenant l’éventualité où l’engagement ci-haut décrit ne serait pas réalisable par la partie soussignée (je suis réaliste, tout de même) cette dernière procédera alors comme suit. Je m’engage à me faire une mise en pli bien faite vite faite (« en douceur», en protégeant bien mes cheveux avec un produit adapté), puis, à vivre avec le résultat jusqu’au prochain shampoing. Même si je suis coincée sous un orage. Même si mes oursons m’aspergent avec l’arrosoir. Même si mes cheveux collent dans mon cou en dormant…Advienne que pourra, je vivrai avec le résultat! Encore une fois, tresses, couettes et chignons seront là pour moi.
  • Sur la recommandation de Karine, je vais aussi m’attacher les cheveux de manière lâche pour dormir, sur ma taie en soie. Pourquoi? Parce que, elle m’assure, la tête sur l’oreiller qui se retourne crée une usure substantielle du cheveu, laquelle peut facilement être évitée. Idem pour le chapeau et le spray protection solaire : je serai hyper assidue!
  • Enfin, je vais soigner mes cheveux à grands coups d’huile quotidienne (celle-ci) et de traitements Kerastase Fusio-Dose au Local B. Je viens d’ailleurs de faire un traitement (j’aime qu’il s’agisse d’un traitement rapide comme tout) et le résultat est, comme toujours, vraiment encourageant! Mes cheveux sont déjà beaucoup plus doux et brillants et ils ont l’air un peu moins malades. Je compte donc continuer comme avec le Fusio-Dose mensuellement et aussi, poursuivre avec une routine capillaire grands soins à la maison. (N’hésitez pas à me faire vos recommandations!).

Bon, même si, à ce jour j’ai craqué deux fois pour le fer plat (c’était ma photo de passeport, tout de même!), je compte prendre du temps cet été pour réapprivoiser un peu mes cheveux. Devenir cette fille un peu plus relax, qui s’assume et s’accepte un peu plus et fait la paix avec sa texture de cheveu naturelle. Au Palais de Justice la semaine dernière j’ai croisé une avocate aux cheveux bien bouclés naturels, très imparfaits. Et j’ai adoré! Depuis quand être professionnelle rime absolument avec cheveux zéro-frisottis, lissés à l’extrême? Je refuse de croire que le frisé-séché-à-l’air-libre-style-bonhomme-de-neige ne peut pas avoir sa place dans le monde des affaires et je compte bien explorer ce domaine cet été. Bon, il est entendu que j’aurai un élastique à cheveux (ou deux, ou trois, des bobby pins et des barrettes…) à portée de main. Tout le temps. Mon objectif? Accueillir septembre avec des cheveux qui auront une mine de vacances et se seront refait une santé. Et aussi, avec le sentiment que le lissage est un choix qui m’appartient, et non une obligation imposée. Cet été sera l’été des cheveux naturels, cet été sera celui des vacances des appareils. Avec moi? On débranche?

P.S. Vous avez des recommandations à me faire point de vue produits? En fait, mes cheveux sur le dessus de la tête cassent à environ 10 centimètres de mon cuir chevelu. Comme vous pouvez vous l’imaginer, c’est d’un chic dingue ce dégradé improvisé, surtout quand ça se met à frisotter avec l’humidité, juste sur le dessus…

L’anniversaire de Bébé Ours

fete bebe oursVous vous souvenez de l’anniversaire de Petite Ourse? Une belle fête où une surprise de la vie avait été au rendez-vous? Alors, d’abord, je vous donne des nouvelles de Petite Ourse : elle est maintenant complètement rétablie, sa convalescence a fait d’elle une championne aux jeux de cartes, elle adore sa poupée American Girl, elle a fait plein de dessins de remerciements aux radiologistes et médecins qui l’ont soignés et elle a très hâte de retourner en ski. Mais surtout, et je dis ça pour tous les parents à qui une chose semblable arrive : elle a pris beaucoup de maturité, de sagesse. Il faut donc voir le beau côté de la vie (c’est important, hein). Car oui, on grandit sans doute beaucoup plus dans l’adversité que quand tout va parfaitement, dans le calme plat. Ahhh, vive la pensée positive. La sagesse inspirante. Et maintenant, permettez-moi de vous raconter l’anniversaire de Bébé Ours.

Cette fois, tout le monde était en forme. Et la maison aussi, pour une fois. D’abord, le thème.

Au début, j’ai pensé aux dinosaures. Bébé Ours aime les dinosaures. Oh oui, je pourrais décorer le gâteau avec un mini-t-rex saupoudré de sucre glace avec un chapeau de fête en pâte d’amande. Et envoyer des cartes dans le style « C’est la fête de Bébéoursorus! » Ouiiiii, et on chercherait des fossiles et on boirait de l’eau saumâtre (euh non, pas d’eau saumâtre, je m’emballe.))

Mais quand j’ai fait part de mon idée à Bébé Ours, il a répondu : « Non pas ninosaures. Peur! Veux voitures». Bon, je respecte. Il développe ses goûts. Il s’affirme.

« Ah, tu aimerais une fête de voitures? »

« Non, camions! », il a dit.

Dans un éclair d’inspiration, j’ai proposé: « Oh, j’ai une bonne idée! Tu n’aimerais pas plutôt avoir une fête du Petit Prince, ton histoire préférée? » (Je me disais, je vais décorer la maison en désert, avec des petits bouquets de roses et on aura des lunettes de pilotes d’avion et…) Alors comme lisant dans ma pensée over-enthousiaste, Bébé Bébé Ours m’a répondu : « Non, pas Ti Prince. Peur renard. ». Boooon, ok, pas de renard, pas de ti-Prince.

Alors il a dit « Veux Cars ». Hmmmm, Cars, tiens, ça m’inspirait moyennement. Je comprends qu’il s’affirme mais…

Alors, pour changer ses idées j’ai suggéré: « Et une fête où le thème c’est toi, juste toi-toi-toi, ça te va? » Alors il a souri. Ouf, ouf, ouf. Alors voilà : j’allais organiser une fête d’enfants toute simple, ambiance…fête d’enfant classique. Rien de plus simple. Bon et oui, j’allais acheter aussi des serviettes de table de Cars, tout de même, c’est SON anniversaire.

IMG_2718

À deux semaines de la fête, tout rentrait dans l’ordre. J’allais faire mon fameux Coca Cola Cake (recette ici), décoré de bougies voitures (pas de ninosaures, promis, même s’il semblait aimer les ninosaures à nouveau puisqu’il dormait en tenant un apatosaure dans sa main). J’avais les serviettes de table Cars, les jeux étaient organisés, le menu planifié. Ce serait un barbecue dans la cour. On serait 21. Il ferait beau. La maison serait à l’ordre puisque j’attaquais projet après projet tous les weekends, depuis le printemps. Il ne me restait plus que la pharmacie (classer les flacons et jeter les produits périmés), trouver les morceaux de casses-tête manquants (bonne chance), nettoyer le jardin et faire toiletter le chien. Les papiers d’impôt étaient enfin classés (enfin!), le linge tout plié (mon combat dans la vie), la pâte à biscuits au frigo… Cette fois, je serais en forme, la maison serait ordonnée, mes cheveux seraient brillants et les enfants reposés. Ohhhh, oui, tout serait parfait, je le sentais.

Gâteau

À une semaine de la fête, je raconte une histoire à Bébé Ours. Et là, je remarque qu’il se gratte la tête. Se pourrait-il que…Je passe ma main dans ses cheveux et…oh!! Non! Un poux! Oh mon dieu, mon dieu. Ne pas s’alarmer. Grande respiration. Nonchalante, je demande à Petite Ourse si je pourrais juste « regarder dans ses cheveux pour voir ». Et là, en quelques coups de brosse c’est confirmé : les oursons ont des poux. Léger découragement. Il est 8h30, un dimanche soir. Mes enfants ont des poux.

Bon, je sais, ce n’est rien. C’est pas grave! C’est rien du tout des poux. Je le sais en mon for intérieur. C’est pas la gale ou l’ebola. Limite, c’est très Ernest et Célestine. Le grand classique du milieu scolaire. Il faut en rire. (Soupir). Mais je ne ris pas, j’ai même un peu le vertige. Que faire? Attendre à demain pour les traiter? Non, il n’y a rien comme le moment présent. Just do it.

Alors, Papa Ours alerté (et examiné dans un état de panique totale, puis rassuré : ouf, il n’a rien), me voilà dans la voiture. Il est 9 heures du soir, direction pharmacie. En habit de jogging et queue de cheval, je me croise les doigts : moi en jogging qui achète un soin anti-poux…c’est écrit dans le ciel, je vais rencontrer mon ancienne de collègue de bureau ultra-glam. Ou cette fille que j’avais rencontrée dans l’avion. Ou l’employée du bureau des immatriculations… Ça me pique, oh my god, ça me pique. Je me sens sale. Et je suis découragée de l’ampleur de la tâche que je pressens devant moi. Mais bon, on grandit sans doute beaucoup plus dans l’adversité que quand tout va parfaitement, dans le calme plat n’est-ce pas?

Arrivée à la pharmacie, j’attends mon tour. Un peigne-fin de métal est caché sous un magazine dans mon panier. « Oui, madame, je peux vous aider? » « Euh oui, en fait, c’est que…je voudrais…comment dire… j’ai vu un… (chuchotement, yeux horrifiés)…poux vivant. VIVANT! Donc, je résume: mes enfants ont des poux. J’aimerais acheter le traitement. Celui anti poux-anti-lentes recommandé sur le site du gouvernement, vous savez? J’ai besoin de 3 traitements, merci. » Il me demande si j’ai trois enfants. Euh, non. Le troisième traitement, c’est pour moi. «Et, dites-moi, madame, vous avez trouvé un poux vivant sur vous, dans vos cheveux?  À vous?» « Non, en fait, aucun…Mais, je préfère ne pas prendre de chance. C’est impossible que je n’en n’aie pas. IMPOSSIBLE! Je suis toujours collée sur mes enfants. Et puis, ça me pique, monsieur, ça me pique!!! » (Regard suppliant). Le pharmacien me regarde, impassible. « Oui, madame, mais d’abord, ce qu’il faut savoir c’est que les poux, c’est extrêmement psychologique. Tenez, rien qu’à vous parler, ça me pique aussi. Et aussi savoir que les traitements anti-poux ne doivent pas être faits à moins que l’on aie trouvé un poux vivant dans les cheveux car sinon, les poux deviennent résistants, ils deviennent des super-poux. Les traitements ensuite ne fonctionneront plus, comme pour les antibiotiques. » Bon, je prends donc une grande respiration. Je ferai donc comme le pharmacien me conseille : un examen méticuleux de mes cheveux AVANT de traiter.

Le pharmacien m’a donc vendu le traitement de marque Nix en m’expliquant bien l’importance de refaire le traitement après 7 jours, de manuellement enlever les poux et les lentes aujourd’hui, mais également quotidiennement pour les prochains 10 jours. Je devrais aussi laver tous les draps, les vêtements, les sacs d’école, manteaux et chapeaux, passer la balayeuse sur les meubles rembourrés et les plancher, passer la vadrouille, nettoyer les brosses et peignes, enlever les housses des sièges d’auto, porter une amulette préhistorique, faire une danse disco dans mon salon et…enfin, je ne suis pas couchée.

Arrivée à la maison, mes oursons sont tout excités du programme inattendu de la soirée.(«Non, finalement, on ne se couche plus, les amis! On fait un shampoing spécial puis, je vous peigne les cheveux pendant que vous regardez la télé en culotte »). Yayyyyy!! J’enduis donc leur tête du produit, comme une huile, puis, le passe chaque mèche au peigne fin pour enlever les poux et les lentes. Ils n’en n’ont pas beaucoup, c’est une chance. Petite Ourse prend vite goût à la chose, observant les bibittes à la loupe, en vraie entomologue. « Tu ne vas pas les tuer hein maman, elles ne vont pas mourir? On va les remettre dans la nature pour qu’elles retrouvent leur maman. » Euhhh, on verra Madame Jour-de-la-Terre. Bébé Ours se crispe à chaque coup de peigne, pleurniche. Il est minuit et quart quand tout le monde est savonné, rincé, (tressée pour Petite Ourse) que les draps sont changés et que les doudous sont dans la laveuse. J’en suis à mon troisième cycle de bouilloire, pour faire tremper les brosses, peignes et barrettes dans des chaudrons à coup de 10 minutes et je continue, animée du désir de voir la fin. C’est le moment de mon examen de tête à moi. Je peigne mes cheveux mèche par mèche au-dessus du bain, par chance, il n’y a rien. Mes cheveux cassent, tombent. C’est nul le peigne fin, surtout pour les cheveux matures ou colorés. Je repense à ma coloration fraîche de trois jours : l’odeur un peu chimique a dû me protéger. Ouf, c’est déjà ça. Je commence à faire des piles avec les vêtements qui ont été exposés, les couvertures, les manteaux, les capuchons et petits foulards; très vite, il y a des montagnes devant ma machine à laver. Il y a aussi le tunnel en tissus…Il y a aussi les tipis en tissus. Les sacs de toile utilisés pour aller au chalet. Il y a les carpettes et les brosses de Barbie que Petite Ourse utilise aussi sur Bébé Ours pour le coiffer en extra-terrestre. Les combinés de téléphone. Mes pinceaux à maquillage (ça aime les pinceaux à maquillage les poux? Je ne sais plus mais je ne prends pas de chance.) My God. Il est 2 heures du matin quand j’ai lu tout sur les poux sur internet. La laveuse marche encore. Je m’endors et ça ne me pique même plus tant je suis fatiguée.

Finalement, je suis venue à bout de cette saga. Bébé Ours a eu un bel anniversaire avec des dinosaures gentils, des camions, des voitures, pas de renards et encore moins de poux. La maison était encore une fois, en état d’organisation moyenne et mon cheveu, lui, un peu moins que brillant. Mais il y avait des biscuits en forme de 3, un beau gâteau au glaçage coulant et un Bébé Ours, qui lui, avait les cheveux ET les yeux brillants. Et il était tout content que cet anniversaire soit organisé autour de lui-lui-lui. Napkins de Cars compris.

Et on est tous ressortis de cette histoire grandis….Enfin, on s’en est surtout sorti. Ça me suffit.

Smores pop

Des sucettes “smores” festives, trop fun et facile à faire. C’est ce que Bébé Ours a préféré.

Cookies

Les biscuits en chiffre, obligatoires à chaque anniversaire. Le glaçage était au citron et j’ai adoré!

IMG_2728

Un jeu de mikado géant fait maison, avec  des branches peintes (préparé par ma maman). Je crois qu’elle s’était inspirée de quelque chose de semblable, vu sur internet, mais je ne retrouve plus le lien.

IMG_2740

Le classique jeu de la pêche aux cadeaux. Dans un panier à linge, toujours.

IMG_2747

Le fameux gâteau rose, pour ceux qui ont envie d’un dessert plus fruité. La recette est ici.

IMG_2750

Des mini cheesecakes dans des fraises. Super facile à réaliser et surtout, un vif succès!

P.S. Je me suis rendue compte que certains pensent encore que les poux n’arrivent qu’aux gens sales, démunis ou qui n’accordent pas d’importance à leur toilette. C’est totalement faux! (Signé la fille qui a 68 blush crèmes, 101 pains de savons et 8 gels exfoliants).

P.P.S. Avis à celles qui sont aux prises avec un problème de poux : investissez dans un peigne fin de métal. Oui, il est certes plus cher, mais ses dents ne seront pas cassées après, oh je ne sais pas, deux coups de peigne. Et puis, voici la référence anti-poux que j’ai utilisée, (site du gouvernement, ici).

P.P.P.S Et, dites-moi, est-ce que vos cheveux vous piquent en ce moment? (Rappelez-vous : c’est totalement psychologique!)

Marathon d’éclat, 5è volet: Tic-Tac-Glo

Glo Minerals

Voici mon 5è volet dans ma série de 60 articles sur l’éclat. Il n’en reste que 55, les choses avancent donc bon train, yay!

Mais nooon, c’est le der-nier volet, promis! (pour maintenant, du moins).

Entrons donc dans le vif du sujet, sans préambules. Je ne sais pas pour vous mais ces jours-ci, j’entre dans une phase « glow californien » de mon existence, point de vue maquillage. (J’ai eu des phases Marie-Antoinette, club de plein-air, yeux de chats…) En fait, c’est depuis un mois environ. Je suis OB-SÉ-DÉE. Je me maquille de la même manière tous les jours, matin comme soir. Zéro originalité. Zéro expérimentation. Je suis comme un enfant qui vient de découvrir les sandwiches au beurre d’arachide et qui ne veut que ça. Tout le temps.

Tous a commencé quand Ariane de chez Etiket a retouché mon maquillage après mon soin (vous vous souvenez? Je vous en avais glissé un mot ici.). J’ai adoré mon look. Et c’est ce qu’Ariane m’avait donné comme look, justement, avec les produits de la marque GloMinerals : un glow californien.

Voici donc les produits que j’ai découvert avec elle, lesquels j’ai eu tôt fait de me procurer, histoire de vivre avec l’éclat naturel et perpétuel de oh, je ne sais pas, l’enfant dermatologique de Jessica Alba/Kate Bosworth/Rosie Huntington Whiteley.

D’abord, je commence par le teint. De tous les produits GloMinerals, le fond de teint Luxe FPS 15 est celui dont j’aime le moins la composition mais dont le rendu me fait totalement fermer les yeux (il contient du silicone). À noter, je n’ai eu aucune imperfection: ma peau le tolère donc très bien. Mais surtout, il faut le dire, ce fond de teint fait un teint PAR-FAIT. Il lisse, il illumine, il défatigue, il tient bien, il comble les ridules et pores dilatés…Bref, je l’adore. Au départ, je m’étais dit que je le garderais pour les occasions spéciales, quand les circonstances (ou la lumière) demandent un épiderme grand luxe. Certes, j’essaie d’être raisonnable et de ne pas l’utiliser tous, tous, tous les jours, mais force est d’admettre que c’est vraiment très difficile. J’ai la teinte « Brûlée » qui est un peu plus foncée que ce que je prends habituellement (pour accommoder mon teint doré au Addition-Éclat Clarins) et pour les beaux jours j’estime que ce sera la teinte et texture parfaite.

Une fois que j’ai appliqué mon fond de teint, j’applique la poudre Perfection Powder, une poudre translucide à appliquer avant tout le reste, pour un teint qui ne semble pas maquillé mais qui est absolument perfect. Oui, je suis aussi restée étonnée : une poudre à appliquer avant les fards crème? Et oui, et après aussi, pour matifier un peu. Cette poudre translucide fait tout et c’est un produit très populaire, semblerait-il, chez Etiket. Ce que j’aime? Comme elle ne matifie pas entièrement, elle permet de garder le petit lustre d’hydratation, ce petit éclat qui donne bonne mine et accroche la lumière.

Je passe ensuite par la case cache-cerne, avec le camoufleur deux teintes (Golden). En fait, je me suis rendue compte que mon masque de grossesse avait laissé sous mes yeux une hyper-pigmentation, style masque de raton, qui, bien qu’à prime abord on puisse croire qu’il s’agisse de cernes creusés, sont plutôt des ombres de style melasma. Ce que cela a changé? Ma manière de me maquiller : un peu de produit sur un pinceau fin, que je passe sur les petites taches…et voilà, c’est loin d’être parfait mais c’est déjà beaucoup mieux. Enfin, j’applique une petite touche de la nuance plus claire vers le coin interne de l’œil, pour avoir l’air plus reposée et attirer le regard sur mes yeux, loin de mon masque de bandit. (Haut les mains!)

Je maquille ensuite mes yeux, avec la nuance Harvest, un bronze doré qui fait un regard chaud mais reste assez classique. J’adore la texture de ces fards poudre minéraux, vraiment très pigmentés, tellement soyeux qu’on a presque l’impression de fards crèmes. La teinte Harvest est vraiment polyvalente mais, je compte me procurer la teinte Banana sous peu, pour les jours où j’ai envie d’encore plus de subtilité.

Enfin, mes deux produits les plus chéris : le Bâton multi-usages (teinte Dollface) et le gloss teinte Rose Gold. Ce duo donne au maquillage cet éclat que prend le visage au bord de la mer, à l’heure du coucher de soleil, après une journée d’air frais. Simplement magique. J’applique au doigt le blush crème sur le haut des pommettes et le rendu est plus que naturel, complétement peau de pétale, très joue de bébé. Quant au gloss, j’adore la texture hydratante soyeuse et son parfum un rien mentholé. Mais ce que je préfère, c’est son côté rosé, rehaussé de juste dose de doré, comme un champagne rosé, avec de belles mini bulles. Je trouve ce gloss à son plus sublime quand on le porte très estompé, en petite touche de lumière. C’est un peu comme Prrr de MAC mais en plus doré et sans le bleuté et en moins collant, comme si on avait superposé Bombshell de MAC avec Foil mais en version gloss. C’est frais, c’est pétillant, c’est un look skincare : des lèvres rosées vraiment lumineuses sans aucun pigment visible. Love! J’en suis déjà à mon second tube d’ailleurs, cela vous donne une idée. Autre coup de cœur : la poudre bronzante SunKiss. Non, elle n’est pas sur la photo, en fait, je ne l’ai pas achetée. Pas encore. Ariane m’a montrée comment donner encore d’avantage d’éclat au teint en appliquant cette poudre vraiment dorée sous l’os des joues et j’ai été complètement bluffée du résultat. D’ailleurs, chaque fois que je vais chez Etiket, je demande aux employées ce qu’elles portent en terme de produit glowy (elles ont un éclat enviable) et, je l’ai constaté : elles portent toutes SunKiss, toutes! Inutile de vous le dire, cette poudre (parmi les meilleurs vendeurs de la marque) s’est vite retrouvée sur ma liste à très court terme.

Le point à améliorer pour cette belle marque très aimée des dermatologues? Les emballages trop légers et trop plastique-pas-fantastique bon marché. En moins d’une semaine le lettrage sur mon poudrier s’était complètement effacé et l’enveloppe intérieure du tube de blush s’était détachée. Rien de bien grave certes, mais ce sont des petits détails qui détonnent d’avec la qualité des produits qui eux, respirent le luxe et donnent un éclat so jet set, très Los Angeles. Mais bon, est-ce que c’est assez pour me dissuader d’utiliser les produits GloMinerals? No way! D’ailleurs, la Sunkiss m’attend.

Vous connaissiez les produits GloMinerals? Vous êtes dans une phase quoi, point de vue maquillage?