Le smoky de Katie

Smoky de KatieVous le savez, je vous ai rabattu les oreilles avec ça depuis des mois; j’ai envie de fraîcheur, de printemps, de pastel, de rose oeillet, de jardins fleuris, d’herbier et de blanc camélia. Alors, ça y est! Enfin, enfin il fait beau à Montréal. J’ai enfin porté des ballerines et un trench, avec mon Eau de L’Hermine, comme je le rêvais depuis un moment. J’ai senti le vent dans mon cou. Le printemps est là. Les terrasses sont remplies. Enfin!

Mais là, revirement total, j’ai tout à coup envie de…smoky. Oui. Je veux le smoky de Katie Holmes dans la campagne Bobbi Brown pour les nouveaux crayons fard à paupière longue tenue. Inexplicable. Pourquoi pas un manteau de fourrure, du velours et une tempête de neige tant qu’à y être? Une petite raclette? Mais bon, que voulez-vous, je suis un être de contradiction

Crédit: Bobbi Brown

Crédit: Bobbi Brown

D’abord, ce qu’il y a de bien avec un oeil charbonneux c’est que ça camoufle drôlement bien la fatigue – donc c’est tout indiqué pour moi en ce moment! Genre, ces ombres autour de mes yeux? Mais, c’est voulu (à dire en roulant les yeux (charbonneux), cela va sans dire). Mais en même temps, c’est d’un chic fou, un peu désorganisé et imparfait…mystérieux comme tout. Comme porter un dessous de dentelle couleur d’encre sous une blouse blanche. Un peu indécent, mais en même temps, what’s not to love?

Donc, quand j’ai lu que Bobbi Brown herself avait utilisé les teintes Violet Plum et Bark des Long Wear Cream Shadow Sticks sur sa nouvelle égérie, Katie Holmes, je me suis empressée de tester…il me fallait le même look!

J’applique donc la teinte Violet Plum sur l’ensemble de la paupière mobile en estompant au pinceau (j’utilise celui de la palette Naked d’Urban Decay), puis, j’applique une peu de la teinte Bark (avec un pinceau plus fin) le long des cils supérieurs (coin externe)… Je n’en n’applique pas sous l’oeil car je n’ai pas des grands yeux…Mais oh, même sans base, sans poudre, ces fards tiennent jusqu’à la fin de la nuit, jusqu’à l’infini en conservant un rendu toujours ultra-frais, à l’épreuve de la chaleur et de l’émotion. Trop, trop parfait pour l’été! Je suis absolument conquise…j’adore ce genre de solutions rapides et bien pensées pour la femme moderne (pour les non-Victoria de ce monde).

Mon smokyEnfin, ce duo de teintes est parfait pour mettre en valeur le doré de mes yeux…Sans parler du fait que l’on peut jouer sans fin sur les degrés d’estompe, sur l’intensité de la matière…Et puis, c’est absolument IN-RA-TA-BLE (un peu comme la recette de gâteau à l’orange de ma maman, d’ailleurs, tiens, il faut que je vous donne la recette! Ce sera parfait puisqu’elle la fait à Noël!).

Je suis la seule à avoir des envies beauté anachroniques?

P.S. La teinte Bark étant en rupture de stock chez Holts, j’ai supplié (larme à l’oeil et tout) la conseillère de m’en préparer un pour que je puisse tester le total look… Il va de soi que j’ai laissé mon nom pour que l’on m’avertisse dès que le produit sera à nouveau disponible… J’adore!

Miss et moi

Miss FerlingJ’ai une nouvelle amie. Élégante, sympathique, poétique…Elle aime les jolis motifs un peu rétros, les parfums tout doux et la nouveauté en beauté. En fait, elle et moi, on a totalement les mêmes goûts et c’est pourquoi je tenais à vous la présenter. Je vous présente ma nouvelle amie Miss Ferling!

J’admets, c’est d’abord l’emballage qui a attiré mon attention. Des jolis imprimés simples, comme un papier peint ancien. Limite, je me suis dit, “tiens, j’aimerais bien trouver une robe au même motif. Ou un joli jupon. Ou une culotte à frison…” Du féminin chic. Mais pas prétentieux non plus. Un peu ambiance salon de thé/collège privé anglais. Et puis, les noms…Fleurs aux vent, Baume Pattes Arrières, Baume Bon Secours, Bulles Célestes… Je fonds, je fonds…c’est trop mignon. (Pourquoi pas un petit animal déguisé tant qu’à y être?) J’imaginais tout ça, sur ma coiffeuse, baignée de la lumière virginale du matin, un bouquet de lilas frais à mes côté…Alors, je me suis lancée. Et, finalement, c’est vraiment bien au-delà de l’emballage que Miss Ferling et moi ça a cliqué.

Pour mon premier achat, j’ai choisi Le Ciel en Soi, Crème de Nuage Poudrée. D’une beauté à couper le souffle! De la perfection en tube! Une crème dite au toucher “nuage” (et je confirme, oui, toucher nuage il y a) qui hydrate et satine en faisant une peau instantanément mate et soyeuse. Aucun résidu blanc malgré la sensation douce et poudrée, un parfum frais et enveloppant de linge propre, de lumière blanche, de …enfin, pour celles qui, enfant, ont lu Pierrot et les Secrets de la Nuit de Michel Tournier, j’imagine que ça doit être exactement l’odeur de la blanchisseuse dans l’histoire, Colombine… Pour une fille qui adore se poudrer le corps comme moi, cette crème (qui contient du talc) est un cadeau du ciel, rien de moins. Parfait pour l’été qui arrive, pour garder une sensation de peau fraîche ou pour “appeler la caresse” comme le dit Miss Ferling elle-même, aucun doute, oui, cette crème est parfaite!

Enfin, j’ai également succombé au Baume du Dodo -Pyjama des lèvres, un joli petit tube bleu à motif de pyjama à carreaux. Baume à lèvres de nuit parfumé à la fleur d’oranger et à l’amande, quasi-100% naturel (exception faite du parfum), c’est mon nouveau soin de nuit lèvres-confortable qui me fait une belle bouche bien douce mais ne tache pas mon oreiller de soie. Voilà un bon moment que je l’utilise et, bien qu’il ne faille que très peu de produit je rêve que la marque commercialise ce baume en plus gros tube.   Il est vite devenu complètement associé à mon rituel pré-sommeil.

Ma maman, quant à elle, a commandé le Baume de Dalmatie pour les mains et elle dit l’adorer. Enfin, elle m’a aussi promis de me le prêter pour que vous dise très vite ce que j’en pense (petit rappel, maman, stp, m’apporter ton tube…). On dit qu’il est vraiment étonnant. Et merveilleux. Enfin, sur ma liste il y a encore le Baume Bon Secours soin réconfort immédiat pour les peaux fragilisées et le Baume des Tigresses pour les mains et enfin, le Baume à lèvres Kiss Me Sweet Mona à la Violette. Ah oui, et l’exfoliant corporel Bulles Célestes…C’est comme ça quand on devient amie avec Miss Ferling, on veut passer tout son temps avec elle…Même prendre son bain!

P.S. Pour les points de vente, ils sont énumérés ici. Pour celles qui, comme moi, sont en Amérique, sachez que j’ai commandé tout cela sur Beauty Habit.

P.P.S. Les produits de Miss Ferling sont formulés sans huile minérale, parabènes ou silicones.

P.P.P.S. J’ai lu que Miss Ferling allait prochainement lancer un soin à ongles- j’ai trop hâte! Oh, je me croise les doigts pour que ce soit un soin pour les cuticules!

Le grand dépoussiérage

DrybrushingC’est le moment de mon grand dépoussiérage. Mon dépoussiérage corporel.

Bon, idéalement, j’aimerais me dépoussiérer intégralement, c’est-à-dire, d’abord, physiquement (sport et alimentation zéro-toxines, cure de sommeil, vitamines, tisane, etc…), intellectuellement (lire quelques grands classiques cités dans The Western Canon: The Books and School of the Ages par exemple. Aller au musée. Aller voir l’Orchestre Symphonique de Montréal. Jardiner. M’abreuver à la source même de l’inspiration. Prendre le pouls de ma ville qui bat. Apprendre le suédois. Nourrir mon âââme, quoi. Et aussi, faire une cure de sommeil) et enfin, extérieurement (changer de routine beauté, faire le tri de mes produits, faire un traitement hydratant cheveux en salon (ou mieux, refaire une kératine), faire une kinéplastie ou massage sculptant du visaaage (tel qu’explicité dans un Elle France récent, oh mon dieu, j’en rêve), faire le ménage de mon sac à main, de mon garde-robe que dis-je, de la maison et aussi faire du brossage corporel à sec. Et une cure de sommeil, cela va sans dire.)

Bon, finalement, j’ai choisi de commencer avec le brossage corporel à sec. Le dry-brushing.

En effet, j’ai décidé de commencer petit. Réalisable. Genre, un défi réaliste. Ne nous emballons pas. Je me suis rappelée mon proverbe latin chouchou pour relaxer, ad impossibilia nemo tenetur, qui se traduit à peu près par “Ceux qui ne croient pas à l’impossible, de toute évidence, n’ont jamais tenté d’agrapher du Jell-O à un arbre.” Et voilà. La preuve que j’aurais dû choisir la cure de sommeil.

Donc, je disais. Ah oui, le brossage à sec. J’ai longtemps été une fervente adepte de cette pratique qui ne coûte presque rien mais fait un bien souverain. Intérieurement-Intellectuellement et Extérieurement. Non, je n’exagère même pas.

D’abord, le brossage à sec, consiste simplement à se brosser vigoureusement le corps avec un brosse à poils mi-durs. À sec. Je commence vers le bas et je remonte, en brossant vers le coeur et en n’épargnant pas un seul centimètre de mon corps. C’est comme une friction profonde.

Pour ce qui est du geste, plus spécifiquement, je fais de grands balayages vers le coeur (jamais de frottements dans un mouvement aller-retour) et en insistant sur les zones plus rudes (coudes, genoux) en faisant des mouvements circulaires. Pour ce qui est de l’abdomen, je trace des cercles concentriques dans le contre-sens des aiguilles d’une montre (on dit que c’est préférable, je ne suis pas certaine pourquoi, mais ça me fait sourire). J’applique une bonne pression, juste assez pour me sentir irriguée de l’intérieur, mais aussi de manière à ne pas non-plus irriter la peau, qui oui, devient une peu rouge. Comme après un peu de soleil.

Et voilà, j’arrête le brossage au niveau du cou (à l’os de la mâchoire, pour être bien précise) et je termine par un bon gommage visage (ma nouvelle obsession étant le duo Microdermabrasion Neo Strata qui fait des joues de bébé et que j’utilise une fois semaine). Pendant ce temps, je me fais couler un bon bain chaud où j’ajoute un peu d’huile d’argan. Post-trempage c’est hydratation rigoureuse et…aaaah, bien-être absolu dans peau de satin.

J’ai le sentiment de revivre de l’intérieur. Comme un coup de fouet de vitalité. Comme si j’avais fait du sport et dormi tout en me faisant masser en allant au hammam en écoutant Vivaldi en buvant un jus vert. La perfection spa. Et ça n’est pas étonnant : le brossage à sec, en plus d’être excellent pour la santé de la peau, stimule également la libération des toxines par le système lymphatique, aide le foie et la digestion et réduit le ballonnement. Mais surtout, il fait la peau douce, douce et le pas léger. Comme si on avait vraiment enlevé un centimètre de poussière sur notre organisme. J’adore. Je me suis promis de le refaire au moins trois fois semaine puisque c’est ce qui est conseillé.

En sommes, le brossage à sec, c’est plus ou moins tout ce que l’on a besoin dans la vie (à quelques petites choses près). D’ailleurs, en réponse à  Albert Einstein qui a dit: “Une table, une chaise, une assiette de fruits et un violon. Que faut-il de plus pour être heureux?” j’ajouterais simplement que, malgré que ce ne soit pas  absolument vital, le dry-brushing, il reste que ça change tout. Mais bon, tout ça est relatif… La cure de sommeil doit être pas mal non plus…

Allez, je retourne à mes dossiers! En passant, j’utilise cette brosse du Body Shop mais je me cherche une brosse comme celle-ci

Vous aussi vous aimez le brossage corporel à sec?

Hair & Make Up

ParfaitIl fallait que je vous montre mon nouveau t-shirt Zara et ce malgré mon rush du tonnerre au bureau. Tout doux, usé comme j’aime, coupe ample un peu vintage…je le porte avec des jeans skinny et des ballerines Pretty Ballerina les cheveux séparés au centre pour un look que je souhaite oh-so-Peggy Lipton (mon inspiration du printemps).

Je vous reviens très vite, promis, promis!

Poudres et papiers

Poudres et papiers

Pardonnez simplement cette négligence, mais, je n’écris pas volontiers de lettres lorsque je suis en voyage, car j’ai besoin, pour écrire des lettres, plus que du strict minimum…

-Lettres à un jeune poète (Rainer Maria Rilke)*

Oui, Boucle d’Or est toujours en route vers Ithaque (vous vous rappelez: ma quête de l’ordre dans mes produits de beauté?)…En mal de trouver une boîte de rangement Muji (qui, en même temps, je trouve, fait un peu trop ambiance de clinique d’épilation, genre, romantisme zéro…ce qui est totalement problématique puisque voyez-vous, je suis toujours dans ma phase “beauté d’apothicaire“…) Donc, je disais…Ah oui, j’ai réfléchi sérieusement à des idées de rangement beauté ambiance jardin secret/pharmacie monastique centenaire et finalement, j’ai trouvé!

Bon, ça n’est pas parfait, hein, car j’ai décidé d’abord user ce que j’avais pour voir si ça fonctionnait mais d’ores et déjà…j’adore!

Alors, j’ai eu l’idée de prendre une boîte de rangement de nécessaire à correspondance! Cela me permet de ranger tous mes tubes à la verticale et de donner un coup d’oeil plus épuré au dessus de ma coiffeuse. Épuré mais épistolaire. Cette boîte, en carton épais, vient de chez Bureau en Gros (collection Martha Stewart) mais j’ai remarqué qu’il y avait de très jolis modèles de bois blanc un peu usé que l’on pouvait trouver dans les boutiques de déco (bon, j’ai déjà vu ça une seule fois, aux États Unis, mais l’important, c’est qu’on sait que ça existe!)…

Comme la boîte a de petites sections, j’en ai profité pour classer mes produits par moments/catégorie de soins, ce qui me permet de tout retrouver vite-vite. Ainsi, à titre d’exemple, en bas, à gauche j’ai mis tous mes baumes à lèvres du soir et autres soins dits “apaisants” ou encore pré-dodo (Sleep Balm, Bach Sleep Rescue, huile à cuticules Solar Oil, baume à lèvres La Nuit de Stewart and Claire (je vous en reparle très vite), bruine d’oreiller d’Aura Cacia…) Ensuite, section bas-droite, j’ai mis mes crèmes et sérums de jour/nuit (Essence Merveilleuse Sanoflore, Crème Solaire Coola Matte Tint, Soins LaMav, Serum Blue Plasma du Dr. Perricone, Lotion Eudermine, Crème yeux Jouviance, Crème Ictyane HD Ducray (l’esthéticienne de mon amie M. insiste que si la peau semble “boire le fond de teint“, alors, il faut mettre cette crème tous les soirs. Elle a insisté sur le “tous les soirs“. Oui, oui. Elle l’a répété trois fois. Donc, en bonne suiveuse des conseils des dermatos des autres, j’applique la crème Ictyane tous les soirs sans me poser de questions.) Bon, ensuite, en haut, j’ai mis les gros flacons de lotions et les soins pour le corps, c’est à dire, ma lotion Or de Vie Dior, l’huile corps Maman Bio Sanoflore, le Collosol, et d’autres tubes dont je vous reparle very soon (histoire de créer une ambiance mystérieuse, style, officine clandestine pleine de tiroirs cachés). Résultat: tout est bien rangé et à portée de main, mais pas de grosses étiquettes apparentes comme celle du DermaGlow Glycolic 10% Peel (que oui, j’adooooore! Mais dont le flacon est ultra déprimant. Très ambiance de clinique d’épilation d’ailleurs).

Sinon, à côté de ma boîte, j’ai regroupé tous mes parfums (Lann-Ael de Lostmarc’h quand je veux être irrésistible, L’eau de l’Hermine quand je me sens conquérante et énergique, Paris Premières Roses quand il fait beau et Mermaid le trois-quart du temps…Enfin, il y a aussi Beige de Chanel quand il fait plus frais ou que je porte un camaïeu de teintes neutres.)

Enfin, dans un petit pot en forme de coeur offert par ma maman avant mon mariage, j’ai regroupé tous mes échantillons, comme ça, je pense à les utiliser et ils m’aident à changer un peu ma routine sans rien acheter.

Voilà, vous savez tout de ma dernière réorganisation…et je vous promets que ce ne sera pas la dernière. C’est la beauté du chemin vers Ithaque: le voyage est la destination.

Parce que la coquetterie, c’est aussi ça: un plaisir des yeux, de l’âme, de placer, re-ranger, réorganiser ses petits trésors, ses poudres, ses plumes et pinceaux, pour ensuite composer son look avec l’aube. Une crème, un parfum et un rouge à lèvres à la fois. Comme un poème.

(*À cet égard, je souscris totalement à l’idée de Rilke: moi aussi, il me faut plus que le strict minimum pour être créative…)

P.S. À voir la photo, je me dis qu’il faudrait peut être que je travaille encore l’ambiance “épurée” de mon rangement. Enfin, il va de soi que ceci n’est qu’une première étape. Un premier coup de rame…

Boucle d’Or boude: Victoria Beckham dans Bazaar

 

Boucle d'Or boude

Tis the privilege of friendship to talk nonsense, and have her nonsense respected .

-Charles Lamb (tel que transmis par mon amie V.)

J’étais dans le métro, je sentais que j’allais avoir quelques minutes de retard. Peu importe, j’étais de bonne humeur: j’avais une place assise, j’avais rangé mes soixante milles sacs sous le banc, j’avais entre mes mains le nouveau Bazaar (celui avec Selena Gomez en couverture) et un café au lait dans ma tasse isotherme. Good day to me.

En feuilletant au hasard mon magazine, je suis tombée sur un article un peu dans le style “24 heures dans la vie de…” Victoria Beckham. À priori, j’aime bien Victoria Beckham. J’aime beaucoup la coupe de ses robes et les proportions de ses sacs…En fait, c’est plus ou moins ce que je connais d’elle mais, oui, je l’aime bien. Bon, ok, j’admets, aussi, j’aimais bien les Spice Girls…Donc, j’ai plongé dans la journée typique de Victoria. Oh, comme je n’aurais pas dû! La culpabilité et le sentiment d’inadéquation m’attendaient de pied ferme, en claquant le talon, 500 mots plus loin. Oh dear!

D’abord, Victoria Beckham se réveille à 6 heures tous les matins sans alarm clock. Nooooon, pas de réveil, because, you know, elle a 4 enfants. Non, c’est son horloge intérieure qui lui signale que c’est l’aube et qu’une nouvelle journée l’attend. L’urgence viscérale de commencer sa journée de bon matin.

Ensuite, Victoria ne mange presque rien pour déjeuner. Ou jamais dans la vie. Non, elle nibble (traduction: elle grignotte) parfois des fruits frais. Et elle boit de la tisane à la menthe poivrée. Si elle prend un café, alors elle prend un double-espresso bien noir. Et elle boit un jus vert (a green juice!) si elle en a un “à portée de main.” (Mais, qui a des jus verts à portée de main? Qui?). Ensuite, une fois préparée et pomponnée (30 minutes top chrono en lisant ses courriels en appliquant sa crème Weleda en se brossant les dents), elle fait déjeuner ses 4 enfants dans la bonne humeur en leur faisant pratiquer leurs leçons sous forme de jeu. Oui, oui. De manière ludique et sympathique. It’s fun! Ensuite, elle va reconduire ses enfants à l’école et puis, elle file au bureau car voyez-vous, il y a 80 employés qui attendent ses instructions pour naviguer le vaisseau de sa business internationale sur la mer houleuse du commerce de détail haut de gamme. Of course. Welcome to the office.

Côté outfit, Victoria porte bien sûr, des vêtements de sa propre collection et elle a un super look (photos à l’appui) et surtout, elle n’a pas soixante milles sacs (ni de boîte à lunch!) ou de tasse isotherme.

Ensuite, elle travaille de manière super concentrée et hyper productive jusqu’à 16h pour filer chercher ses enfants à l’école. Puis, c’est devoirs et leçons (again, it’s fun!), elle fait souper ses petits, donne le bain et met tout le monde au lit. Hop, just like that! Puis, elle travaille un peu car à cette heure, “l’Amérique se réveille” comme elle dit. Business as usual, que voulez-vous. Tout ça avant 19h! À cette heure, elle s’est aussi refait une beauté (paparazzi obligent) et, puis, elle sort souper avec son mari.

À son retour de leur soirée entre amoureux, Victoria prend soin de la petite dernière, le bébé Brooklyn, qui se couche vers 9h30. Le reste de la soirée lui appartient; elle en profite pour se retrouver seule avec son mari et profiter de la vie en général. Relax. Au lit vers 1h du matin, elle s’endort jusqu’à temps que le bébé la réveille ou encore, qu’elle ne se réveille d’elle-même, aux aurores, grâce à son horloge intérieure, sans alarm clock… Et voilà, une trop parfaite journée dans la trop parfaite vie de Victoria!

Je tremblais d’insécurité féminine en arrivant au bureau. Je repensais à mon (very) pénible réveil avec deux alarm clocks bien réelles (dont une à l’autre bout de la pièce). Je repensais à mon petit déjeuner substantiel et un peu brouillon de café au lait, toasts et confitures. Et aussi un morceau de fromage. Bon, et un petit biscuit que ma mère a fait. Je regardais mes grosses bottes d’hiver et mes soixante mille sacs (dont une boîte à lunch sans green juice) et mon look correct mais loin d’être un exercice de style sur le jeu des proportions et textures à la Net-à-Porter magazine. Mes quelques minutes de retard devenaient tout à coup preuve de mon incapacité à gérer. Je repensais au petit déjeuner de Petite Ourse où je lui tressais les cheveux pendant qu’elle déjeunait en écoutant Tro-Tro sur le Ipad. Pas de leçons éducatives sous la forme de fun-pop-quiz…Et nos soirées en famille qui passent juste trop vites et ce concombre tout mou, au fond du frigo (it is really un concombre n’est-ce pas? Please confirm???) et le désordre des petits ours qui font un atelier de pâte à modeler dans le salon et, et, et… Comment se fait-il qu’avec deux enfants et une grosse entreprise en moins qu’elle, je sois plus débordée et plus cernée qu’elle? How is this possible? How?

En arrivant au bureau, j’ai écrit un email à mon amie V., histoire de remettre un peu les choses en perspective (la perspective voyez-vous, c’est la spécialité de V.). Alors V. m’a répondu dans un super courriel (que j’ai sauvegardé dans mes archives for future reference) que c’était n’importe quoi tout ça, que l’on ne pouvait absolument pas se comparer à Victoria Beckham. No way! Mais surtout, qu’il y a des omissions majeures dans la journée de Posh Spice. Comme, toute l’aide qu’elle a inévitablement. Sans doute trois nannies et aussi, de l’aide aux devoirs et des femmes de ménage et un cuisinier spécialisé pour lui laisser un green juice à portée de main en tout temps. Et, sinon, elle doit aussi être de très mauvais poil à ne rien manger comme ça. Et totalement stressée. Et over perfectionniste. Peut être même qu’elle est invivable! Résultat : elle ne doit même pas avoir d’amies pour l’aider à remettre les choses en perspective. Oh, c’est trop triste! Elle doit être hyper seule à hésiter entre sa San Pellegrino et la tisane à la menthe dans sa grande maison bien rangée!Merci

Voilà, j’avais retrouvé ma bonne humeur. Mais il n’en demeure pas moins que je boude encore un peu. Victoria, si tu veux te faire des amies (pour t’aider à remettre les choses en perspective quand tu auras un petit doute en lisant Bazaar, who knows, ça pourrait arriver à toi aussi), il faudra que tu sois un peu plus vraie. Un peu plus imparfaite. Tu vois, moi, j’ai tout plein d’aide précieuse comme une maman qui prépare des soupes d’avance et m’aide à organiser la fête de Bébé Ours, une belle-maman qui nous prépare de la sauce à spaghetti, une géniale garderie qui me met de bonne humeur chaque fois que j’y entre, un Papa Ours qui prépare de bons soupers, un beau-papa qui amène l’auto au garage pour faire changer les pneus, une aide au ménage/fée du logis qui vient une fois semaine, pour ne nommer que ceux-là…Il y a toute une équipe derrière moi! A team!! Et malgré tout, je suis totalement cernée, un peu distraite et un vaguement débordée. Even then, j’arrive avec deux minutes de retard au bureau.

Tu vois Victoria, récemment, Bébé Ours pleurait dans la nuit. Je l’ai changé de couche dans le noir, toute endormie. Exténuée, sur le pilote automatique. Puis, il s’est réveillé encore quatre autres fois dans la nuit. Chaque fois, je l’ai bercé dans le noir, en totale zombie. Et au matin, quand je me suis enfin réveillée (grâce à mon alarm clock extérieure, je tiens à le préciser, extérieure) et que je suis allée voir Bébé Ours, il s’est retourné, d’un seul mouvement. Comme une petite sirène. Tout sourire. Et là, j’ai réalisé pourquoi il avait tant pleuré. J’avais mis ses deux jambes dans la même jambe de pantalon! Et là il se tortillait comme un ver de terre, heureux. Non, je ne suis pas parfaite. Mais au moins je suis là. Je fais ce que je peux. Et surtout, je n’ai pas peur de parler des moments moins glorieux de ma vie de fille busy-bee qui fait au mieux. Et puis, c’est drôlement plus fun et aussi un peu rassurant de voir que l’on n’est pas la seule à échapper le torchon dans son bol de café au lait en débarrassant la table du petit déjeuner, no? Peace and be cool Victoria.

Un petit biscuit avec votre green juice? Come on

Ma recette de rouleaux de légumes

Mes rouleaux de légumesÇa fait longtemps que je vous l’avais promise: ma recette de rouleaux de légumes! En fait, il ne s’agit pas d’une recette proprement dite mais plutôt d’un certain mélange d’inspirations et de bricolage.

Facile, délicieuse, santé, c’est souvent mon « lunch prêt d’avance » le plus gagnant. En fait, il s’agit de rouleaux de printemps variés que je remplis à craquer de légumes craquants et que je prépare en début de semaine ou encore la fin de semaine pour m’accompagner une fois que le rush aura commencé. J’utilise des feuilles de riz que l’on trouve très facilement et à bon prix. Je prépare tout plein de rouleaux (une bonne quinzaine) que je conserve de préférence dans un contenant en verre au réfrigérateur. Le matin, hop, je glisse 3-4 rouleaux dans un contenant et voilà! J’ajoute un fruit et une eau de coco dans ma boîte à lunch et c’est parti mon kiki! Bon, il y a aussi toujours du bon  chocolat dans mon tiroir et aussi, des sachets d’Earl Grey mais au moins, je me réjouis de manger plein de légumes vitaminés! J’apprécie dans cette recette le fait qu’il n’y a pas trop de glucides (qui m’endorment après le lunch) même si, essentiellement il s’agit un peu d’un sandwich aux légumes nouveau genre. À noter, les rouleaux sont idéals également en collation quand on a trop faim pour attendre le repas.

Alors voici!

D’abord, sachez que ma recette est largement inspirée de la recette Sushis de Légumes d’Alain (du génial site de recettes Cuisine et Vins de France découvert grâce à mon amie M. et que je mentionne ici davantage pour les québécoises…On y trouve plein de petites recettes vite fait, sans trop d’ingrédients. Clair et inspirant, il donne envie de manger de vrais repas maison tout simples mais savoureux comme tout, avec le bon accord vin, cela va sans dire). Donc je disais. Ah oui! Les sushis de légumes. Très beaux sur la photo mais pas si faciles que ça à réaliser en réalité. Donc, une fois mes légumes coupés finement au couteau, j’ai décidé de faire des rouleaux. Ensuite, j’ai eu l’idée d’ajouter aussi un peu de menthe et aussi des graines de sésame grillées dans mes rouleaux et de simplement tremper mes rouleaux dans la petite vinaigrette. Mmmm!

De l'aide

J’ai toujours de l’aide au trempage des feuilles de riz…

La semaine suivante, j’ai utilisé le même principe (sans la vinaigrette), mais cette fois, j’ai fait une version quelque peu « sud-américaine » en mettant dans mes rouleaux des pousses de tournesol, de l’avocat, des bâtons de concombre, de la pomme verte et de la coriandre. J’ai aspergé les rouleaux de jus de lime et c’était tout aussi délicieux; du soleil dans mon assiette! À noter toutefois que les rouleaux qui contiennent des fruits ou légumes qui s’oxydent (comme de l’avocat ou de la pomme) doivent être consommés assez rapidement. Sinon, j’ai aussi fait un mélange “salade du jardin” avec concombres, poivrons, carottes, laitue, radis et ciboulette.

Yum!

J’ai maintenant très envie d’essayer une autre sorte de rouleaux avec des noix de pins grillées, du basilic, de la roquette, des olives, un peu de gruyère rapé et des tomates cerises (sans le jus). Je pense que je vais tremper tout ça dans un peu d’huile d’olive et de vinaigre balsamique vieilli. Qu’en pensez-vous? Mmm, ça sent le pique-nique!

Vous, vos idées lunch santé? Vous emportez votre repas au travail ou vous l’achetez le midi?

Mitto tibi navem prora puppique carentem

MedievalOui, une petite salutation en latin pour commencer la journée ce matin, rien de moins. Mon très érudit et poète de papa (qui lit avidement mes articles mais ne commente jamais car il ne sait pas comment faire (se qualifiant lui-même d’ « ordinosaure ») ah oui, et aussi, il n’est pas très coquet) me saluait avec cette petite phrase au déjeuner, dès mon plus jeune âge. J’adorais. Je me sentais brillante à la première heure, avant même de boire mon chocolat chaud le matin.

Donc, je disais : oui du latin ce matin pour vous présenter ma dernière découverte digne d’une recette secrète monastique (oui, je suis toujours dans ma phase « beauté d’apothicaire »)…le rouge à lèvres Medieval de Lipstick Queen.

Medieval

Il s’agit d’un produit très, très différent de ce que j’ai l’habitude d’acheter. Une véritable texture de rouge à lèvres (qui semble, ma foi assez foncée dans le tube) mais qui glisse sur les lèvres pour leur donner un léger voile rouge-rose, teinte sublime de pétales de roses écrasés (dans un mortier of course, selon une recette ancienne il va sans dire). Trop, trop romantique, ça donne un éclat au visage qui semble hors du temps, qui confère au maquillage une patine qui évoque les idéaux de beauté classique (genre, la Vierge à l’Enfant agenouillé de Simon Vouet...). Ça me fait rêver de vitraux, de grimoires, ça me penser aux petits escaliers de la bibliothèque dans le Nom de la Rose, et aussi, aux rituels de beauté d’Aliénor d’Aquitaine. Bref, un petit tube qui fait rêver de temps anciens malgré son rendu tout à fait moderne et dans l’air du temps avec son effet « lèvres mordues ». Totale teinte de purée de framboises. Genre, j’ai mangé un popsicle. Mais un popsicle ancestral!

Medieval swatch

Alors, la salutation latine de mon père…elle signifie… « Je t’envoie un navire, sans proue ni sans poupe ». En latin navire, c’est navem. Si on enlève la proue et la poupe (la première et la dernière lettre de navem) il ne reste qu’ « ave ». Donc, je t’envoie un… « bonjour! »…Bonjour!  Papa…tu es là? Bonne journée mon ordinosaure!

P.S. Je crois que la salutation latine nous vient, à l’origine, de Cicéron…

Teintinophile

Teintinophile

Comme la plupart d’entre vous, je suis Teintinophile. Oui, les produits pour le teint, je m’y connais. On me dit NC20 et j’ai immédiatement une image en teinte…euh…je veux dire en tête (un beige froid, assez pâle, genre, ma sœur au secondaire).  Ouaip, sans vouloir me vanter, je sais de quoi je parle.

Bon, je n’ai pas de mérite. Ma connaissance découle de ma quête personnelle. J’adore les produits pour le teint. Le teint parfait-diaphane-lumineux-travaillé-mais-naturel-zéro-défaut-invisible-moi-en-mieux-que-dis-je-moi-version-peau-parfaite…c’est le chemin que je tente d’emprunter chaque matin quand je m’assois à ma coiffeuse. Beaucoup de petites choses peuvent mal aller dans ma vie (une tache sur une robe, un petit retard, une connexion internet capricieuse, un dossier qui se complique, une tempête de neige…) mais, si j’ai le teint parfait, c’est déjà ça.  J’ai l’impression que l’univers est malgré tout un peu de mon côté. Oui, le teint parfait fait partie intégrante de tous mes Plans, c’est évideint. Le  teint, c’est la base, on le dit tout le teimps. Voici donc mes produits teint du momeint. (J’adore les rimes).

Ces jours-ci, je commence tous mes rituels peau parfaite avec la base pour le teint Sunday Riley, le Effortless Breathable Tinted Primer (disponible chez Sephora), une base soyeuse et lumineuse qui fait une peau toute parfaite, gorgée d’hydratation. Légèrement teintée mais quasi-translucide une fois appliquée (disponible en trois teintes), j’ai la teinte Light. Si la marque prétend que la base « oxygène » la peau, je n’ai rien remarqué de spécial au niveau de la respiration cellulaire de mon épiderme (sans blague): tout ce que je sais c’est que l’application subséquente du fond de teint se fait comme dans un rêve, sur une peau sans ridules, sans peaux sèches, sur une peau revitalisée et défatiguée. Bref, je suis contente comme tout de mon achat qui dure bien longtemps…vraiment, un tout petit peu de produit suffit. Enfin, je compte éventuellement essayer d’autres produits de cette belle marque souvent utilisée par les maquilleurs professionnels pour les défilés mais qui évoque pour moi surtout le teint parfait des belles californiennes en maxi-robe colorée qui vont choisir leurs légumes bio au farmers’ market. Si vous avez la même image mentale que moi vous saurez que ces filles ont vraiment un teint parfait sous la lumière crue de midi…D’ailleurs, toutes les teintes de la marque me font penser à Blake Lively…Je suis normale?

Côté fond de teint, M., la sœur de mon amie M. a été ultra-charmante et a offert de me rapporter des produits pour le teint Koh Gen Do (disponible chez Sephora) lors de son dernier voyage à San Francisco (merciiii!). Ah, Koh Gen Do…Connus en très grande partie grace à Emily Weiss d’Into the Gloss, ces fonds de teint asiatiques ont vite acquis le statut de produit culte dans la beautésphère. Et maintenant, enfin, je comprends pourquoi. D’abord, le Aqua Foundation.  Absolument impossible à décrire. Fluide mais couvrant, translucide mais unifiant. Toujours ultra-naturel, on a l’impression de ne rien porter du tout tant il est léger. S’il est davantage adapté aux peaux qui nécessitent une couvrance moindre, il suffit de venir ensuite camoufler les petites taches au correcteur si besoin est, de manière localisée. C’est ce que je fais et le résultat est toujours frais et rayonnant. Genre, la fille qui regarde au loin, sous des cerisiers en fleurs, sous une pluie de pétales au vent. Si vous avez la même image mentale que moi vous saurez que cette fille a le teint vraiment parfait.

Sinon, pour les jours où je suis vêtue de manière plus classique, où j’ai besoin de davantage de couvrance ou encore pour les grands soirs, j’ai le Moisture Maifanshi Foundation de Koh Gen Do également, qui lui, fait une peau parfaite grand luxe sans le moindre pore, sans la moindre ridule. J’apprécie le fait que malgré son opacité, il demeure naturel et donne l’illusion de translucidité. Excellente tenue, il m’arrive de l’utiliser également sous les yeux, sur une imperfection en camoufleur, ou encore, pour estomper l’apparence de rougeurs diffuses autour du nez… Mais entre vous et moi, je ménage mon tube car je ne sais pas comment je pourrai à nouveau m’approvisionner et que j’adore trop ce produit qui me fait un teint vraiment, vraiment de poupée. Un teint à la Diane Kruger qui va souper avec ses amies dans le Marais. Si vous avez la même image mentale que moi vous saurez que Diane Kruger a un teint trop sublime quand elle va souper avec ses amies dans le Marais. Que dis-je. Elle a un teint sublime tout le temps.

Bon, ensuite, il y a mon fidèle allié dont je vous ai parlé plusieurs fois déjà, mon intrépide Milou qui m’accompagne dans toutes mes aventures beauté…j’ai nommé, le cache-cernes Clé de Peau! Il est incomparable, il est merveilleux, il a le pouvoir de transformer un panda en ours polaire en moins de deux…Si vous avez la même image mentale que moi vous saurez que le panda/ours polaire a vraiment un contour de l’œil lumineux dont le rendu final est tout à fait bluffant de naturel.

Enfin, voilà pour mes essentiels du teint du moment! Vous êtes teintinopohiles aussi? Et…dites-moi, on a les mêmes images mentales en ce qui concerne le teint parfait?

La délicatesse

photo-38

Vous vous souviendrez, j’hésitais entre me mettre au sport ou limer mes ongles en amande (je veux dire, en terme de changement positif dans ma vie)… Eh bien, figurez-vous donc que j’ai opté pour les ongles en amande. Shocker!

Tout a commencé en lisant Marie-Claire UKles photos de Megan Fox…ses mains! Elles sont tellement, tellement délicates! Je les ai donc étudié un bon dix minutes, au moins. Après analyse, j’ai compris que c’était la forme de l’ongle qui changeait tout, qui donnait l’illusion de doigts plus fins, de mains de princesse qui ne touchent à rien. Alors, hier, avec Denise, j’ai fait le saut : je lui ai montré la photo de Megan et j’ai dit: «Je veux ça», avec du défi dans la voix. Denise a souri et a dit, «Oui…on me demande ça souvent ces jours-ci…» C’est vrai?

En effet, semble-t-il que les ongles en amande ont la cote ce printemps. Enfin, une bonne séance de limage et le vernis gel Samoan Sand d’OPI plus tard, je suis moi aussi totalement conquise. Il a suffi de changer la forme de mon ongle pour que toute ma gestuelle change; de comment je réponds au téléphone à comment je tiens le volant. Aucun doute, je bouge différemment. Comment je sors les biscuits émiettés de mon sac à main ou vaporise mon parfum… Chaque geste devient plus féminin, plus léger, plus gracieux, une excuse pour montrer mes jolies mains. Je me sens empreinte d’une féminité quasi-cinématographique. Mais une féminité moderne, genre, la fille qui a vu neiger*…Je suis trop, trop contente. Je sens que ce sera ma manucure été 2013.

Il ne faut donc qu’une bonne lime à ongle et un vernis nude (le Samoan Sand d’OPI, ma nouvelle teinte préférée au monde existe aussi en version vernis normal); voilà. C’est tout ce dont on a besoin pour changer sa façon de bouger, pour nous inspirer de nouvelles tenues et une attitude chaleureuse et compatissante. Un mini changement donc, qui a un impact retentissant sur le look, que dis-je, sur la vie, sur l’univers. Je me sens d’attaque. Bientôt, je me mettrai au sport, j’en ai la certitude. Et là, j’aurai de belles mains pour faire mes push-ups. Oui, en fait, mes ongles, considérons que c’est une étape préliminaire au sport. Un échauffement. Un pré-requis.

Dites-moi, je suis la seule à avoir limé ses ongles en amande?

*Parlant de neige, on annonce 10-15 centimètres de neige à Montréal aujourd’hui. Il va donc de soi que je porterai mon blush du découragement en signe de protestation constructive… Mais l’hiver ne finira-t-il donc jamais?

Hey Gogs, c’est Gugs!

dessins totalMon Goglu d’amour,

Il y a de cela quelques semaines, tu me disais dans un petit courriel (suite à une autre de mes demandes de dessin en pleine nuit pour une Boucle-d’Or-qui-court-au-bureau-en se-maquillant-avec-une-mini-houppette-et-un-animal-mignon-à-ses-côtés) que tu avais compté tes dessins et que Boucle d’Or avait été dessinée plus de cinquante fois. Cinquante!

Cinquante fois une jolie Boucle d’Or, pleine de personnalité, un peu désorganisée, au sac à main débordant de rouges à lèvres et de biscuits émiettés. Cinquante appels téléphoniques, non, mille, où je te parle de mes idées, de mes titres, de mes thèmes. Infiniment patiente, tu me guides, tu m’encourages, tu m’orientes. On s’échange des contenants de plastique plein de crèmes, de nettoyants, de bouts de rouge à lèvres écrasés, de mystère (ta crème à l’escargot!) et de promesse (ma lotion Dermaglow!). On s’envoie des photos (la photo de la coiffure de la fille qui a du volume), des découpes de magazine, des liens, des petits mots. Tu plantes des bulbes dans des contenants d’oeufs pour moi pour m’en donner quand je passerai, avec une nouvelle brosse à dents suisse spéciale à poils doux et moi j’apporte des blushs et une pile de magazines.

On se planifie des escapades chez La Baie, chez Sephora, à la pharmacie ou au petit magasin de cosmétiques coréens, histoire de flâner un peu, à la recherche de temps perdu entre sœurs et aussi, de la base de teint idéale. Un petit café, un scone, du rattrapage entre sisters, un grill-cheese au Laïka, rien de mieux pour voir la vie en rose.

Alors, cher Goglu, mille fois merci pour ces cinquante dessins (et ça continue…en fait, on est rendu à 51!). Avec tes coups de crayon et ton talent infini, tu donnes à Boucle d’Or tout son charme, tout son flou, son caractère qui fait rêver. Avec toi Boucle d’Or a pris forme, elle a un visage, des jolies camisoles, des flacons de parfum et une robe à pois…tout ça une image à la fois. Grâce à toi.

Tu fais de cet espace la page d’un joli livre, la page de mon journal. Car oui,  aucun doute, ma vie de coquette en dessin, c’est toi qui la dessinerait. Oh, attend, c’est déjà un peu ça qu’on fait, non?

Je t’aime cher Gogs et un million de fois merci de participer à mon projet avec autant de cœur et de disponibilité. Chaque jour je suis trop contente de t’avoir comme soeur. Chaque jour.

Ton Gugs pour toujours,

Elle et huile: c’est l’amour

Huiles à cheveux

J’adore me mettre de l’huile dans les cheveux. J’ai commencé très jeune avec « l’Huile chaude VO5 (chauffée!) revitalise les cheveux en profondeur. Pour les protéger des attaques quotidiennes, traitez-les, une fois la semaine ». Oui oui, c’est un extrait verbatim de la pub des années 80 que je connais par cœur parce que…elle jouait à chaque pause publicitaire de mon film chouchou, la Mélodie du Bonheur, que j’avais sur vidéocassette. Je suis la seule à me souvenir de cette pub (à part mon Goglu d’amour avec qui j’écoutais ladite vidéocassette?). Je disais… Ah oui, les huiles pour réhabiliter mes cheveux, un de mes plaisirs dans la vie. Appliquées avant mon shampoing (je fais une grosse tresse que je laisse poser 15 minutes de minima ou mieux, une nuit!), en soin sublimateur pré-mise en pli et aussi, bien sûr, quelques gouttes chaque matin avant de sortir le cheveu sain et lustré, les huiles font partie de mon quotidien.

Comme les huiles sont souvent un concentré d’agents actifs plus purs il est certain que leur prix reflète cette réalité. Plus dispendieuses, il va de soi, qu’un shampoing ou un produit coiffant, il importe d’être bien renseignée avant d’acheter. Je me remets encore de ma déception en constatant (et en me faisant confirmer par des sources dignes de confiance) que l’Élixir Ultime de Kerastase faisait virer mon blond au jaune pipi le temps de dire « Parce que je le vaux bien ». Trop nul. (Par contre, il fait les cheveux super doux, avis aux non-blondes!).

C’est pourquoi je vous présente donc trois huiles à cheveux que j’aime, trois valeurs sûres en ce qui me concerne. Il s’agit de produits professionnels que l’on peut acheter à excellent prix chez Mat & Max (ou sur leur e-boutique) un havre de bonheur pour celles qui aiment les produits coiffants. Je viens de découvrir et j’adore la super sélection (des marques qui ont fait leurs preuves mais aussi des petites lignes plus niche comme j’aime) à des prix bonbon. Je vais d’ailleurs régulièrement faire un tour sur leur site web histoire de me tenir informée des nouveautés capillaires, une genre de « formation continue » si vous voulez. Donc, je disais…mes huiles préférées.

L’Huile All-Soft de Redken: Conditionnée en flacon-pompe zéro-dégât, cette huile fleure bon le soleil et l’argan vanillée. Parmi les moins grasses que j’ai essayées, elle fait le cheveux bien doux et donne l’illusion instantanée de pointes parfaites. À plus long terme, j’ai remarqué que très clairement, la pousse de mes cheveux était accélérée (moi qui ai coupé pas mal au début de l’année, je retrouve mes longueurs en un rien de temps. Coïncidence? Hmm, il n’y a pas de coincidences dans la vie.) Pour finir, tout au long de ma cure, je trouvais mes cheveux beaux comme tout. Comme si chaque jour était a « good hair day ».

L’Huile Orofluido: Ahhh, l’huile Orofluido. Un mythe. Une légende. J’en rêvais depuis tellement longtemps et au final, le contentement aura été au rendez-vous. Un flacon gigantesque (je crois bien en avoir jusqu’à 85 ans) décoré des arabesques poétiques de la marque qui contient une huile complètement luxueuse, juste décadente. Tout dans ce produit est de qualité. Du parfum reconnaissable entre mille avec de la fleur d’oranger (une odeur complexe de nuit chaude en Espagne, ou l’on se promène dans les rues, oui oui), à la texture quasi-gélifiée qui gaine les cheveux toute en légèreté…Les cheveux plus secs ou abimés ne peuvent qu’aimer. Attention…un tout petit peu suffit. Par contre, je déplore le goulot qui handicape le juste dosage et encourage le gaspillage. Enfin, on oublie vite cet inconvénient mineur quand on a des cheveux rebondis et brillants (on s’essuie simplement les mains sur une serviette et hop, on passe à autre chose). J’adore.

L’Huile de karité Saryna Key: Enfin, pour finir, voici mon amour d’huile, celle qui a changé ma vie. Créée par le fondateur de Moroccan Oil, il s’agit d’une huile de karité laquelle contient une forte concentration de kératine naturelle pure. La kératine est cet agent miraculeux qui fait des cheveux faciles à coiffer, doux comme des boucles de poupée avec absolument zéro-frisottis, même malgré une certaine humidité. Cette huile me donne exactement le même look, le même effet à court terme que la fois que j’avais fait le vrai traitement à la kératine. Que dire, je suis époustouflée du résultat. Je n’ai qu’une envie, essayer le Boha Shea de la marque, le traitement qui contient le plus haut pourcentage de kératine naturelle (soit 60%)! Enfin, tous les pots de la marque ont une petite mention en hébreu dans le coin droit de l’étiquette qui se traduit par “In God we trust ». Parce que force est d’admettre qu’il y a des jours où le contrôle de nos cheveux nous échappe complètement et qu’il faut remettre tout cela en perspective. Il reste que ces jours-ci, ça m’arrive beaucoup moins souvent et à cet égard, Saryna Key est une véritable réponse à mes prières.

Comme je disais, il n’y a pas de coïncidences dans la vie.

C’est le printemps (dans mon étui à maquillage)

Makeup kitJuste au cas où vous auriez un petit doute, j’ai super hâte au printemps. Je trépigne, je sautille, je retiens mon souffle. Hâte de me promener au parc tout en bourgeons, hâte de faire du vélo avec Petite Ourse, hâte de nettoyer mon jardin, hâte d’aller manger une crème glacée chez Léo le Glacier mais surtout, hâte de mettre de jolies chaussures sans bas collants. Ômondieu que j’ai hâte! En attendant de passer en mode Officiellement-Printemps côté mode (du chiffon, du pastel, du peep-toe, du fleuri!), j’ai déjà fait fleurir mon étui.

Voici voici, mon petit kit beauté qui accompagne mes jours d’avril.

D’abord, ma poudre Poupoupidou T. Leclerc! Il s’agit d’une merveille de la collection éphémère Loved by You, un collection de jolie pin-up, parfaite pour les coquettes qui aiment les produits mythiques. Cette poudre, proposée dans la teinte unique “Nude“, me fait un teint absolument sublime. Elle matifie et unifie mon teint un peu hâlé; idéale pour les retouches durant la journée, elle semble véritablement réveiller mon teint fatigué, en lui donnant un hâlo perlé trop parfait. J’adore tout: le poudrier surdimentionné, sa teinte rose, bien sûr, mais surtout, mon teint de ballerine et l’effet clairement “assainissant” de ce produit sur mon épiderme. Enfin, avis à celles qui sont intéressées, elle n’est pas facile à trouver…C’est M., la maman de mon amie M., qui l’a trouvée à une pharmacie à l’extérieur de Paris, genre, 5 pharmacies plus tard. Un énorme merci!

Le mascara Diorshow Iconic Overcurl de Dior (une exclusivité Sephora pour le moment) qui me fait de super cils de biche, parfait pour accompagner mon teint de pin-up. On dit qu’il tient bien la courbe des cils et à cet égard, je n’en sais rien puisque mes extensions de cils sont déjà bien recourbées. Par contre, je constate qu’il me fait des cils bien épais, noirs de jais et duveteux malgré tout, sans flocons ni paquets, donc, j’adore.

Le blush Original Skin de Rouge Bunny Rouge, teinte Gracilis: mon dernier achat blush, mon nouvel amour. Vous savez combien j’ai été conquise par mon blush teinte Orpheline…Cette teinte est un rose froid tout doux, un rose vraiment ballet et fleurs en boutons qui me fait des joues plus que parfaites, jour après jour. Des joues de fille gracieuse, je me plaîs à imaginer. Je le porte avec…

Le baume à lèvres Sip of Pink Shimmering Luxe Lip Balm, de Rouge Bunny Rouge, suivi du gloss teinte Rhubarb Custard Glassy Gloss également de Rouge Bunny Rouge. Alors non, je ne suis pas commanditée par Rouge Bunny Rouge (omygod, ce serait trop cool!) (en même temps, j’aime bien être un électron libre, vive la liberté!) (bon, Papa Ours est mort de rire en lisant ce que je viens d’écrire sur mon “intégrité artistique” en parlant de gloss.) Donc, je disais, ah oui, je suis tellement amoureuse de Rouge Bunny Rouge, j’adore tout, tout, tout! Qualité hors pair et textures, teintes et produits vraiment intéressants et innovateurs. C’est le cas avec ce baume à lèvres rose d’or qui fait des lèvres lumineuses, comme si on regardait un coucher de soleil. Une lumière romantique discrète. Avec mon gloss Rhubarb Custard, rose-nude poudré, l’effet est exactement comme sur la photo de la marque (d’ailleurs, c’est exactement ce que la marque avait utilisé pour créer ce look- je le sais car je leur ai écrit au milieu de la nuit, hantée par l’interrogation). Que dire…je suis trop contente de cette combinaison très chic (Gracilis+Sip of Pink+Rhubarb Custard, portés avec mon fard à paupières Illusion d’ombres Chanel, teinte Émerveillée (une redécouverte)) qui rompt avec la routine.

Look "Mistral" de Rouge Bunny Rouge. Crédit photo: Rouge Bunny Rouge

Look “Mistral” de Rouge Bunny Rouge. Crédit photo: Rouge Bunny Rouge

Sinon, dans mon étui j’ai aussi…une lime à ongle Tweezerman, des papiers matifiants Boscia, un stylo anti-taches pour le vêtements Tide-to-Go, mon cache-cernes Clé de Peau (teinte 02), mon crayon à lèvres essentiel à ma survie Giorgio Armani teinte 12, mon Rescue Remedy de Bach, mon Lip Glow Dior (sérieusement, vous croyiez que je l’avais mis de côté? Jamais!), un mini flacon de Mermaid, des soies dentaires portatives Floss Sachet de Radius (so pratique!!), un baume à lèvres Dyptique (my new love! Il sent la France!), une éponge Beauty Blender (pour les retouches on the go), des menthes Altoids, le trop requinquant gloss Iconic de Dior teinte Diablotine (le même que Daphne Groeneveld porte dans la campagne publicitaire, avec le chandail jaune; je le sais car j’ai écrit un courriel pour vérifier) un peigne Mason Pearson, une crème à cuticules l’Occitane (géniale pour le jour car pas trop grasse) et la trop sublime crème Miel aux Mille Vertus Sanoflore qui sent les fleurs-vanille et fait la peau douce comme du satin. Ah oui, il y a aussi un élastique à cheveux, des bobby pins, des épingles à couche piquées sur un carton et une barrette en forme de boucle. Sans oublier un pinceau pour le blush et un pour la poudre et…un tube de rouge à lèvres absolument souverain dont je vous reparle bien vite. Vous reconnaissez le tube mystérieux?

Comme vous le constaterez, je suis aussi minimaliste dans mon étui à maquillage que quand je fais mes bagages…Notez tout de même que je n’ai pas pris mon nécessaire d’aquarelles ni de quoi faire des bulles de savon. En fait, ces jours-ci, je me maquille souvent dans le métro, dans l’auto, au bureau…réveil en retard oblige. Au moins, là, j’ai tout ce qui faut.

Vous, parlez moi de votre étui à maquillage du printemps. Je veux tout savoir…Allez, allez!

Échec total: la simplicité en voyage

valiseCette vidéo était remplie de promesses. J’étais bien résolue. J’allais vous inspirer en vous montrant comment bien planifier ce que l’on apporte pour une semaine de vacances dans le sud. Le minimum vital. La pureté minimaliste d’une valise bien pensée aux pièces choisies mais pleines de charme. Genre, la grande voyageuse du monde. Je nous indique le droit chemin de l’organisation on-the-go. Pfff.

Finalement…c’est un joyeux n’importe quoi. Échec total. La parade de cinq cardigans et genre 40 jupes. Le hic c’est que j’avais totalement oublié que j’avais laissé des petits trucs d’été là-bas (oh, presque rien, des pantalons cargo en satin noir, 2 camisoles, des chaussures, une tunique, de quoi faire de l’aquarelle et des bulles de savon…pour vrai). Ensuite, j’avais peur qu’il fasse “frais” (c’est la Floride mais…qui sait). Mais surtout, je voulais avoir “des options” (comme je dis…qui sait. Peut être aurais-je SOUDAINEMENT envie de pantalons cargo en satin noir. Je ME DOIS de parer à cette éventualité). Bien sûr, il y a plein de choses que je n’ai pas porté (comme les pantalons cargo en satin noir, of course)…Et il y a aussi ces pièces que je n’ai pas mises dans la vidéo comme mes shorts de denim coupés (des daisy dukes!), deux autres paires de tongs, des pantoufles, un cardi-wrap, des chaussettes épaisses (pas une blague) et ma pochette de soirée en cuir vernis Louis Vuitton ivoire. Tel que vous le constaterez, il y a des moments où j’accélère même la vidéo (on ne voit que brièvement ma géniale tunique fleurie qui vient du Portugal, cadeau de Belle-Maman Ourse) et ma jupe de denim (elle non plus, pas portée)…mais je ne voulais pas trop vous endormir…tout de même!

Enfin, mon seul bon petit truc me vient de ma maman: comme vous le constaterez dans la vidéo, je mets toute ma lingerie dans une pochette de tissu. Comme ça, si la valise s’ouvre malencontreusement dans l’avion ou à l’aéroport, “au, moins, il n’y aura pas des culottes partout” (les mots exacts de ma maman).

pochette

Sans oublier bien sûr, tout le reste, c’est à dire, mon fer à cheveux, mes produits de toilette, mon bonnet de douche Hello Kitty, des magazines, un roman, mon ordi, alouette. Donc oui, c’est nul. Mais au moins, la prochaine fois, je pourrai regarder cette vidéo pour me rappeler quoi NE PAS apporter. J’apprends, j’apprends… Donc, note à moi-même pour le futur (au cas où j’aurais une petite hésitation): Oublie tes pantalons cargo de satin noir.

P.S. La chanson (en acadien) est 9-Piece Luggage Set de Radio Radio. Une chanson que mon Beau-frère associe affectueusement à moi. I wonder why…

P.P.S. Que celles qui sont bien organisées en bagages interviennent. Donnez-moi vos conseils. Vous faites comment? Quelles sont les pièces polyvalentes? Des trucs? Un secret bien gardé? Un pouvoir magique? Please?? Help!

L’appel des sirènes

MermaidQuand j’ai eu vent de cette nouveauté, la gamme de parfum Mermaid, j’ai mis cap vers d’autres rives. Non. Pas pour moi. Surtout que la description complètement cryptique (“Romantic, Mysterious, Ethereal“…pfff…), comme une devinette du Minotaure, me laissait les sourcils froncés. J’allais résister, c’était décidé. J’ai mis mes mains sur mes oreilles et j’ai gardé mes yeux sur l’horizon du printemps, en avant toutes.

Mais le chant des sirènes s’est fait plus insistant. Le joli flacon. La petite touche rose-coquillage. Des critiques enchanteresses… L’idée d’un printemps clair et céleste s’est allumé en moi…Moi aussi je suis une romantique… Et puis, je veux être mystérieuse. Et aérienne et éthérée, diaphane, sublime… Alors, je me suis approchée doucement de Mermaid…J’ai pris une grande inspiration et…j’ai été happée. Littéralement.

Et depuis, j’ai sauté par-dessus bord, j’ai succombé, complètement hypnotisée, je baigne dans le mythe. Ce parfum, est mon nouveau sillage étincelant (avec mes parfums Lostmarc’h et aussi un autre, dont je vous reparle très vite). Une odeur de fleurs d’orangers et rien que ça. Une odeur qui tient et perdure, un produit de grande qualité, plus pur que pur. Disponible en parfum vaporisateur, en huile parfumée (idéale pour le sac) et aussi, en bougie, c’est la gamme rêvée pour les Circé qui chuchotent en nous. Une odeur complexe et ensoleillée, pure comme une ballade sous des arbres en fleurs, en robe de coton. Porteuse de mystère comme une bouteille à la mer. Des cheveux un peu mêlés, l’été, avec des tresses qui dégagent le devant du visage. Un parfum de peau qui ensorcelle, sous la voûte étoilée. Un teint frais, du propre, de la lumière, des jardins réchauffés par le soleil, près de criques magiques et de forêts secrètes…il y a tout cela dans ce parfum.

Sans oublier l’idée poétique de se savoir hypnotique comme une sirène… Enchanteresse comme une déesse qui chante pour elle-même et en oublie les marins.

Vous connaissiez la gamme Mermaid?

P.S: J’ai écris à la marque Mermaid et c’est trop mystérieux, vraiment plein de rêve. Une sirène m’a réécrit que la e-boutique de la marque livrait partout dans le monde, au Canada comme en Europe. Je passerai donc ma petite commande pour mon huile et la bougie. J’adore, j’adore, j’adore!

Du bio sous le soleil

Soleil bioDurant mes vacances, mes ours et moi nous sommes attelés à la tâche et avons testé des soins solaires bio. Comme vous le savez, je suis une grande inquiète de la vie qui se méfie de sa bouteille d’eau, du soleil et de l’eau du robinet…il est donc naturel que je veuille bien me protéger des rayons, naturellement (surtout quand on lit un article comme ceci, qui donne froid dans le dos). En matière de protection solaire, j’adhère à l’idée que “a good offense is the best defense”. Voici donc, mes armes belle peau et bio…

Donc, (de gauche à droite sur la photo) j’ai testé les produits Coola, le soin solaire familial Badger et le soin solaire Dr. Robin. Et j’ai préféré quoi? De loin, mais de loin, les soins Coola! Une merveille! Un rêve! Une fois que l’on a essayé, on ne pourra plus revenir en arrière, d’ailleurs, mes amies de Crèmes Etc. (les pros du bio) m’avaient mise en garde. Voilà, c’est terminé: j’ai vendu ma peau et celle de mes ours à Coola et nous nous en portons on ne peut mieux.

D’abord, ce que j’adore de Coola, c’est avant tout le produit pour le visage Unscented Matte Tint FPS 30, pour le visage. Comme une BB crème lissante (teintée à peine, juste pour dire qu’elle ne donne pas l’air d’un fantôme) qui fait une peau de rêve. Douce, soyeuse, non-grasse, recommandée pour les peaux normales ou mixtes: on peut se maquiller impeccablement dessus. Même les hommes l’adoreront. On peut la réappliquer facilement. Jamais blanchâtre, jamais fausse: c’est notre peau en mieux et c’est vraiment cela car cette crème va au delà de la simple protection en soignant véritablement grâce à son cocktail d’ingrédients bonne mine.  En plus, comme il s’agit d’une protection minérale, il n’est pas nécessaire d’attendre 30 minutes avant d’aller dehors. Le bonheur! Dès que j’aurai terminé ma crème Anthélios Roche-Posay, j’adopterai cette crème Coola, pour la ville comme les vacances. Coola foreva, yeah!

Pour le corps, c’est la lotion Coola Sport Mango Fresh ou rien. À l’épreuve de l’eau (80 minutes), hypoallergène, bio, sans parabènes ni nano-particules (comme tous les soins solaires Coola, d’ailleurs), je n’ai jamais eu la peau aussi belle sous le soleil, aussi hydratée. Texture complètement fondante, facile à étendre, membres lustrés…c’est ma crème parfaite pour le corps. Sans parler de son parfum: elle sent les vacances. Un vrai parfum solaire de plage. Jamais entêtant, jamais trop sucré: c’est le luxe exotique de s’étendre sur une serviette épaisse, au chaud, sous le soleil, un foulard Pucci dans les cheveux (ma vision idéale de mon moi-de-plage). Et, après la journée sous le soleil: c’est juste si on n’a pas envie de se retartiner de Coola après la douche tellement cette crème est divine! Bref, j’adore tout Coola, le nec plus ultra en soin solaire bio écolo.

Sinon, la Crème Badger Broad Spectrum FPS 34 était correcte comme tout, mais sans plus. Un peu collante, plus difficile à étendre, elle reste assez blanche et ne sent rien. Notre peau se portait bien après la plage mais personnellement, j’avais hâte de me rincer.

Et enfin, la Dr. Robin s’est révélée, elle, une vraie catastrophe: imaginez Bébé Ours couvert de l’équivalent d’un masque de zinc…mais sec. Des flocons de crème blanche,  impossibles à enlever sans savon. De la glue qui tache les vêtements. Et s’écaille au vent. Bref, une déception des plus totales qui m’a étonnée, puisque j’aime tant le soin hydratant de la marque.

Voilà pour notre compte-rendu des soins solaires bio, à mes ours et moi…Sans oublier Belle-maman Ours qui a essayé de faire partir les taches de la Crème Dr. Robin sur nouveau le coton ouaté Lacoste de Petite Ourse…sans succès.

Nous voilà revenus à Montréal, la routine a repris. Je suis pleine d’énergie, d’inspiration, motivée comme tout (j’ai lu Self magazine dans le métro, celui avec Gwyneth en couverture, ah, ah!) et j’ai même envie de me mettre au sport (n’importe quoi, c’est Self magazine qui parle). Sinon, plus réalistement j’ai envie de limer mes ongles en amande…c’est si délicat. Allez, je vous laisse avec les mots du célèbre joueur de hockey Wayne Gretzky (je suis une mine de proverbe aujourd’hui), histoire de me motiver à me mettre au sport  limer mes ongles en amande: “You miss 100% of the shots you don’t take.” Merci Wayne.

Bon, parlez-moi de vos soins solaires, histoire de prolonger un peu mes vacances…