En vrac: plaisirs de vacances

Panier de plageUne ballade en vélo pour aller à la plage avec Papa Ours. Dans mon panier: sandales, magazine, crème solaire bio (ici, celle du Dr. Robin, mais ça n’est pas ma favorite; je vous en reparlerai bientôt) et le  SunTint MAC (édition limitée de l’été dernier).
Après midiAu bord de la piscine, une pile de magazines, de la tisane d’hibiscus (soooo good pour le teint, version chaude ou glacée et ultra-délicieuse de surcroît), du chocolat mexicain très noir (Taza) et l’huile pour le corps Caudalie (qui sent un peu trop fort à mon goût mais sous le soleil, c’est parfait. En plus, elle hydrate à merveille et le flacon mini est idéal pour les vacances).OrangerUn petit oranger vient d’être planté, il y aura des oranges en novembre!Beach makeupMes essentiels beauté pour la plage (sans la crème solaire, bien sûr), un spray “beach waves”, une huile cheveux (dont je vous reparle très vite), mon Tarte Cheek Stain teinte Awakening, la poudre bronzante Dior, ma poudre Beige Chanel et la BB Cream Clinique.

À très vite!

Du verre et de l’eau

BKRJ’ai comme une phobie du plastique. Plus spécifiquement, j’ai horreur des contenants de plastiques pour les aliments. J’ai toujours l’impression que la matière est poreuse, mal lavée, qu’elle est en mode de désintégration totale et que j’avale des produits chimiques. Genre, je bois du pétrole. Je n’aime pas non plus le bruit d’ustensile sur le plastique. Ce que je mange dans du plastique, c’est un petit lunch tout normal, au plus. Dans du verre, je ne sais pas, là j’ai l’impression d’un vrai repas dans de la vraie vaisselle. Ça devient intéressant. D’ailleurs, quand mes petits ours sont passés au biberon, j’ai étiré le plus longtemps possible la phase “biberon de verre” (ceux du Dr. Brown). Et à la naissance de Bébé Ours, mon amie A-M nous a fait découvrir la vaisselle Bunnykins qui fait notre bonheur depuis.

Donc, dans cette condition fondamentale de snob du contenant alimentaire qui me caractérise, je suis un peu toujours à la recherche des bons contenants pour mes lunchs, le frigo, et aussi…pour la bouteille d’eau parfaite. Vous savez, celle qui me donnera l’impression grandiose que je m’hydrate de l’intérieur, que je m’abreuve à la source même de la pureté? Et là, sérieusement, je crois avoir trouvé: la bouteille d’eau BKR. Une bouteille d’eau toute simple vêtue d’une enveloppe de silicone colorée, bien résistante, facile et pratique à transporter; je peux la mettre au lave-vaisselle et je la trouve belle comme tout sur mon bureau comme sur ma table de nuit. BKR joint l’utile à l’agréable et j’en suis ravie.

Vous connaissiez ces bouteilles? Il y a d’autres snobs du contenant alimentaire parmi vous? Vous avez d’autres recommandations pour moi?

Scout style: comment se faire un top avec un foulard Hermès et deux élastiques à cheveux

Top Hermes

Vous vous souvenez, je vous en avais parlé ici: j’adore me faire un top avec un joli carré de soie! Ça ne prend pas de place dans les valises, on peut utiliser n’importe quel foulard (vraiment absolument pas besoin que ce soit un foulard Hermès, il y a de super foulards chez H&M) et même sans la clip en métal Hermès, on peut en créer un avec deux élastiques à cheveux et un carré de tissu. Oui oui, comme un scout. N’est-ce pas sécurisant? Parce que lorsque la vie vous laisse en pleine forêt avec deux élastiques à cheveux et un foulard Hermès il est rassurant de savoir que l’on  pourra toujours se vêtir élégamment. Pour allumer un feu de brindilles ou pêcher le saumon à mains nues. Oui, super pratique, donc. Vive la simplicité chic! Quand je ne suis pas en pleine forêt, je porte mon top avec un short de jeans (pour la plage), par dessus mon maillot, ou sinon avec des beaux jeans. Quant à la solution “dessous” y a plusieurs solutions de soutiens gorge “dos-nu” ou “sans bretelles”, à vous de découvrir celle qui vous conviendra.

À noter, on pourra aussi s’amuser à jouer avec la couleur d’élastiques…Ou mettre un cardigan surdimentionné par-dessus pour cacher le dos-nu (ce que je fais souvent). Voilà pour ma petite vidéo! Je retourne à mes vacances…À très vite!

Mon sac à main à l’aéroport

Snapshot: sac à main à l'aéroportUn mini-mini article puisque j’ai pris la ferme décision de me reposer cette semaine. Et aussi c’est parce que ma maman surveille affectueusement les heures d’envoi de mes courriels et co. (“Bonjour ma belle. Je suis contente que tu m’aies écrit pour me dire que vous étiez bien arrivés. Profites de ton séjour là-bas pour te coucher plus tôt et faire de bonnes nuits…Car je note que tu as envoyé ce message à une heure du matin…”).

Donc, je voulais juste vous montrer mon sac à main à l’aéroport. Un modèle de simplicité. Presque rien. Je voyage les mains dans les poche. Avec un baluchon, en sifflotant. Là où le vent m’amène. Ou, là où mon coutelas me pointe (je suis la seule à me souvenir de Rahan?). Donc, non, je n’ai pas voyagé super léger. Comme prévu. Mais en même temps, je crois que le sac à main bien plein, c’est inévitable pour les mamans. Bon, les 7 magazines, ça l’est moins, j’en conviens mais j’adore la sélection de magazines dans les aéroports. Donc, il y avait, 7 magazines, des livres pour Bébé Ours, une mini couverture en mousseline pour Bébé Ours (celle-ci: j’adore cette marque), des mouchoirs, mon ordinateur, mon porte-monnaie, mon mini agenda, du gel purifiant, un assortiment de médicaments d’urgence pour la famille, de la gomme, un stylo anti-taches, un top de coton de rechange (au cas où les oursons seraient malades sur moi ou advenant dégât extrême), lunettes de soleil, un sachet de tisane éclat pour l’avion, des stylos et bien sûr, mini trousse de maquillage sans gel ni liquides. Donc, que des poudres et mini formats. Ma sélection pour avoir bonne mine dans l’avion: mon Shimmer Brick Bobbi Brown, mon Lip Glow Dior et aussi, mon baume à lèvres Aerin. Ah oui, et ma poudre Sensai!

Voilà, vous savez tout de mon sac d’avion. Et sur ce, je vais vite me coucher tôt…Promis maman!

Let the sunshine in

VacancesÇa y est! Boucle d’Or part demain en vacances! Au soleil! Cette fois, j’essaie une nouvelle technique de préparation de bagages: Presque Rien. Oui, simplicité. Légèreté. Esprit île déserte. Deux poudres bronzantes. Un maillot. Enfin, trois. Un pyjama…Bon, c’est encore totalement embryonnaire comme projet, j’en conviens. Je suis en stade d'”incubation” de l’idée du bagage épuré et si ça se trouve, je vous écrirai cette semaine vêtue de poudre bronzante et de mon unique pyjama.

En attendant d’aller préparer son non-bagage, Boucle d’Or vous dit à très bientôt! Que le soleil soit avec nous!

La routine de soins d’un hiver éternel

Routine soin Hiver ÉternelÀ la demande de l’une d’entre vous (sarahlenwah!) je vous présente ma routine soins du moment. Bien sûr, je vous ai déjà présenté la plupart des produits qui en font partie, mais je voulais vous montrer comment je les combine, comment je les utilise. Il s’agit un peu de ma recette perso, pour un beau teint quand notre peau est à son plus bas, pour des raisons météorologiques.

Non, ma peau n’est pas en forme olympique ces jours-ci. Elle semble vraiment hyper dévitalisée, mes cernes quant à eux donnent à mon regard une ambiance “lunettes”… Quant à mes petites taches, j’ai l’impression d’en voir de nouvelles monter à la surface. Oui, je rêve d’une autre cure de peeling chimique au Spa Eternité, mais aussi, d’une bonne nuit de sommeil (sans présentation d’oeuvres artistiques par Petite Ours dont le flux inspirationnel jailli la nuit, de toute évidence). Moins de temps sous les néons, plus d’air frais, un peu de soleil. Voilà ce qui me ferait du bien. En attendant, je compense avec les crèmes et les soins: je recherche des résultats incontestables et relativement immédiats et aussi, un plaisir d’utilisation égoïste. Juste ça. Pas grand chose, donc. Le strict minimum vital.

Alors, voici, je commence par ma routine du soir:

Tous les soirs, je me démaquille avec mon fabuleux Nettoyant BB embellisseur de peau de Marcelle (dont je vous ai parlé ici). Un cocon de douceur, que j’enlève au coton avec mon Eau themale d’Avène et l’Eau Micellaire d’Uriage (qui sent trop bon), pour le contour de l’oeil. Une fois bien démaquillée, j’utilise mon Nettoyant BB Marcelle une seconde fois, avec ma brosse Clarisonic (tête de brosse pour peau délicate) humectée d’Eau Thermale, histoire de bien me débarasser de la crasse de la ville et des cellules mortes. Ah. J’adore le sentiment peau propre qui s’ensuit.

Avant le dodo, je me tartine ensuite de Sérum Vit-C Advanced Nightly Repair de la marque La Mav – une merveille au parfum ensoleillé d’agrumes qui m’aide (visiblement) à me débarrasser de mes taches pigmentaires et ridules. La Mav est une marque australienne bio dont tous les ingrédients ont été choisis avec soin pour être les plus purs et les plus performants. Donc pas d’agents diluants ou de préservatifs, que du bon, que du nourrissant, du substantif. D’ailleurs, quand j’ai lu l’histoire de la fondatrice (qui, dit-on, a la plus belle peau au monde, simple rumeur confirmée qui fait rêver), je me suis sentie totalement interpellée: c’est limite l’histoire de ma vie (enfin, pour la partie bébé/taches pigmentaires, ensuite, non, je n’ai pas ce sens aiguisé des affaires):

La Mav Skincare was created by Tarj Mavi, who, after suffering from skin pigmentation after the birth of her second child, was unable to find a skincare range that could deliver visible results but was free from harsh chemicals. Having worked in the research and development field for over 25 years, Tarj was able to utilise this knowledge, and combine it with a desire to create a completely organic skin care range that would deliver visible results whilst being gentle to the skin and environment. Tarj believes that no woman should have to sacrifice beauty for health. The products speak for themselves.

J’essaie de plus en plus de faire attention à ce que je mets sur ma peau, autant que possible et dans la limite du raisonnable (et du glamour). Cette marque a tout bon: les résultats, le plaisir et le chic- que demander de mieux! J’adore le conditionnement de mon sérum de nuit: un génial compte-gouttes de verre poli. En fait, règle général, j’adore le verre poli,je vous dis ça comme ça, au passage.

Sur mon Serum La Mav, j’applique la crème BioVA5 Daily Smoothing Cream également de La Mav, à l’hibiscus. Elle n’est pas ultra-ultra hydratante mais en revanche, cette crème donne énormément de lumière à la peau. S’il m’est arrivé de la remplacer dans les grands froids par ma Precious Oil M. Picaut (pas sur la photo), ces jours-ci, elle cette crème est parfaite.

Ensuite, depuis janvier, chaque soir, j’applique religieusement mon Soin contour de l’oeil revitalisant Jouviance qui m’aide dans ma quête du regard frais et reposé. Tout doux, bien hydratant, bien toléré, aucun doute, j’aime cette crème!

Et maintenant, pour ma routine du matinL

Au petit matin, je vaporise mon visage d’Eau thermale Avène pour me réveiller, ou encore, de mon Eau de rose Sanoflore, selon ce qui est à portée de main. J’applique ensuite mon Sérum Blue Plasma Dr. Perricone (qui, j’ai l’impression, améliore la tenue du maquillage), ma Steam Cream (pour les jours de froids normaux) ou ma crème Ictyane de Ducray (pour les jours de froids intenses) et enfin, ma crème solaire Anthélios de La Roche-Posay si je sais que je mettrai le nez dehors. Pour mon contour de l’oeil, j’ai reçu en échantillon le roller All about eyes Clinique en échantillon et…wow! So fresh, so stimulant. Texture fondante qui pénètre instantanément et illumine réellement la zone d’ombre sous les yeux. Parfait sous mon cache-cernes Clé de Peau!

Tous les soirs, avant de dormir, je me tartine les lèvres de Damascus Rose Beauty Balm de Badger : un baume à la rose qui sent si bon qu’on a l’impression d’avoir une pâtisserie orientale sous le nez. Ayant terminé mes deux pots de baume Sara Happ, j’ai résisté à l’achat d’un troisième en me rappelant mon obligation professionnelle de poursuivre mes recherches et d’essayer un produit différent. Celui-ci ne me déçoit pas, en fait, j’en suis absolument ravie: il s’agit d’un baume multi-usage que l’on peut appliquer sur les cuticules, le ventre, le visage, les seins et autres zones sensibles qui “évoluent avec le temps”.  D’ailleurs, le produit est né d”une belle histoire d’amour qui ne me laisse pas insensible:

Our Rose Oil is traditionally processed for the best quality: the blossoms are hand-picked before sunrise and distilled the very same day. It takes two and a half tons of fresh rose petals to make 16 ounces of this precious oil! Badger Bill developed this balm at the request of his wife, Katie, who was looking for a natural botanical formula “to keep my skin healthy as I change and evolve!”

Comme toujours, c’est beau, c’est bio… vive le blaireau!

Enfin, au rayon des soins spéciaux, une fois semaine, je fais chacun des masques suivants: le Green Apple de Juice, le Alaska Mud Mask et le Glam Glow dans le pot blanc. En temps réel on parle donc d’un masque à peu près tous les deux jours. J’adorerais trouver le soin du dont vous m’avez parlé du Dr. Hauschka (Steam Bath) pour mes bains de vapeur…mais il semble complètement introuvable à Montréal. Sinon, je me rends bien compte aussi qu’il me manque un masque hydratant. Je compte bien y remédier bientôt d’ailleurs, c’est sur ma liste. Pour l’instant, je me contente d’une couche épaisse de Cicaplast Baume B5 ou encore, d’une généreuse onction d’Huile M. Picaut avant le dodo dans un minimaliste esprit de frugalité. D’ailleurs, je suis certaine que vous le constaterez, ma routine beauté s’inscrit dans un total esprit de simplicité volontaire. Genre, il m’en faut très peu pour vivre. Soixante produits, une brosse Clarisonic, de l’eau thermale; tu parles, ma peau vit une vie d’ascète.

Vous, parlez moi de votre routine beauté? Quels sont vos ennuis de peau? Quels produits vous sauvent? Dites-moi tout!

Orpheline d’un printemps (le blush du découragement)

Orpheline Blush

Ah que l’hiver tarde à passer

Quand on le passe à la fenêtre

Avec de “si” et des “peut-être”

Et des “vaut mieux pas y penser”

(…)

Ah que le jour tarde à venir

Quand on se lève avec l’étoile

Et on a beau lever la toile

La nuit s’étire à n’plus finir

-Gilles Vigneault (Ah Que L’hiver)

Je vous l’ai dit que j’avais hâte au printemps? Mais vraiment, totalement super hâte? Genre que ma semaine “Gloire à l’Hiver” s’était terminée il y a, oh, je ne sais pas, plus d’un mois. À peu près entre le moment où notre souffleuse a rendu l’âme et le moment où les collections de printemps sont sorties en magasin? Oui, voilà un mois que je rêve de tulipes et de beaux jours, de soleil, de cardigan corail, de robes verre d’eau, de sandales et de manteaux fins. Du sorbet de chez Léo le Glacier (framboise-thym!), des promenades impromptues avec les Ours (sans milles épaisseurs vestimentaires) et bien sûr, les bourgeons dans les arbres. Ah, comme j’ai hâte au printemps!

Mais…regardez mes photos de ce matin: celles qui sont à Montréal vous le diront, il a encore neigé. Juste quand on pensait que c’était terminé.

C'est l'hiver

Le signe qui témoigne le plus de mon découragement face au printemps qui tarde: le fait que je change constamment de blush. Tous les deux jours, j’essaie de nouvelles combinaisons, je mélange et j’estompe…Je tourne en rond. Je cherche, j’expérimente. Je veux de l’éclat vitaminé, des joues de poupée, des joues à l’éclat oxygéné. Oui, je veux ce petit look inimitable de bonne mine de printemps. Puisque le printemps ne vient pas, moi je viendrai à lui; voilà.

Encore l'hiver

Ma dernière découverte: le blush Original Skin de Rouge Bunny Rouge, teinte Orpheline. Une texture si fine, si veloutée, qu’on a l’impression qu’il s’agit d’une texture crème-à-poudre. Fondant, luxueux, duveteux: c’est un vrai blush super plush qui donne un look très Sex and the City au visage. Orpheline est une teinte de fraise très franche qui donne véritablement un éclat hyper radieux. Même si la peau, en contraste, peut sembler un peu pâle, le rendu “joues roses à croquer” confèrent au teint l’incandescence laiteuse que j’imagine propre à d’Alice au Pays des Merveilles. Rien de moins.

More blush Orpheline

J’applique ce blush avec mon nouveau pinceau, un génial pinceau à blush (le SB2008) de Look Plus Cosmetics, ma marque fétiche de pinceaux qui a vraiment tout ce qui faut à bon prix! Ce pinceau assure une application parfaite à chaque fois et me permet de bien concentrer la couleur sur la saillie de la pommette puisqu’il est de la taille idéale. Je me rends compte que j’ai longtemps utilisé à tort des pinceaux à blush trop gros qui mettaient de la couleur partout. J’ai fait ça, oh, je ne sais pas, 15 ans de ma vie. Mais maintenant, c’est fini: j’ai le bon pinceau pour le blush qui pop.

Blush Orpheline

Enfin, dernier détail de mon blush qui me séduit: le nom écrit en russe sous le boîtier. Mon premier produit de beauté écrit en russe…Конечно я люблю…

Orpheline


Blush en rotation, envie de jus de fruits et de textures sorbet (pour les soins du visage et les desserts), des piles de magazines feuilletés, déchirés et marqués de post-its et une obsession sans fond pour les fleuris à motifs “herbier” aucun doute, je trépigne, je soupire. Boucle d’Or a trop hâte au printemps.

Vous, il fait quel temps chez vous? Quel est LE produit qui vous permet de patienter?

Soie du Soir

SoieJe vous en ai glissé un mot: dans un esprit total de princesse au petit pois je dors sur une taie d’oreiller de soie! J’ai reçu la mienne de mon Papa pour Noël: la sublime taie de soie charmeuse de la marque Branché, douce comme un carré Hermès aux motifs de rêves. D’abord, j’adore toutes les teintes boudoir proposées par la marque. Tout est magnifique. Mais surtout, traits moins frippés au réveil, peau plus lisse…on recommande de dormir sur une taie de soie pour prévenir les rides et ridules et aussi, faire durer la mise en pli. Les résultats sont instantanés: c’est comme si on avait boosté notre crème de nuit, comme si on avait dormi quatre heures de plus. Un excellent investissement, donc. Enfin, jolie surprise: la taie est vendue avec un bandeau assorti, so chic pour le bain ou lire dans son lit. Par contre, j’ai été un peu déçue de constater que la taie n’est qu’une pochette et non un véritable porte-feuille, mais, que voulez-vous, j’ai des standards un peu impossible en matière de linge de maison. Je suis comme ça. C’est un peu de famille…

J’ai reçu avec ma taie le masque Belle de Nuit de la même marque, toujours en soie charmeuse (mais non teinte du côté du visage), ce masque protège la peau délicate du contour de l’oeil durant la nuit tout en bloquant la lumière. J’ai aussi remarqué que depuis que je le porte, mes extensions de cils se portent mieux. Chaque détail du masque est étudié, tout est parfait, perfectionné: de l’élastique froncé qui est de la parfaite longueur, à la couture délicate. Le rêve! En ce qui concerne la prévention des rides sur mon contour de l’oeil à plus long terme, je vous en reparlerai dans cinq ans. En attendant, je me contente du fait que je dors bien, dans mon cocon de soie qui me donne des allures de diva (tellement Holly Golightly dans Breakfast at Tiffany’s!)

Bon, soie ou pas, il reste qu’entre vous et moi, je suis assez fatiguée le soir pour m’endormir dans un nid de brindilles, sur un vélo dans un cours de spinning ou même sur le plancher du garage. Ou bien sûr, ne pas remarquer qu’il y a une petite main qui m’offre une jolie oeuvre de pâte à modeler. Classique. Vous aviez remarqué ce détail sur la photo?

Longueur d’avance

slowpoke

“Rien ne sert de courir, il faut partir à point »

-Le Lièvre et la Tortue (Jean de La Fontaine)

En coquetterie comme en beauté, rien ne vaut une sage prévoyance. Pour le quotidien ou avant une grande fête, surtout quand on est fatiguée, qu’on sait qu’on sera pressée ou qu’on anticipe plusieurs impondérables; rien ne vaut un travail préliminaire. Dans les faits, j’appelle cela ma « longueur d’avance ». Un peu comme les livres de recettes qui mentionnent: “les profiteroles/la charlotte au fraises/le fondant au chocolat peut être préparées à l’avance et conservé(es) au frais.” Pour ma beauté aussi, donc, j’essaie de laisser le moins d’étapes possibles pour la dernière minute.

D’abord, j’anticipe mes besoins. Pourquoi attendre le moment où l’on devra éventrer le tube de fond de teint avec un couteau à steak pour s’interroger sur notre prochain achat? Non! Même si, inévitablement (par horreur du gaspillage), j’éventre effectivement tous mes tubes, quand je sens que j’arrive au dernier quart de produit, je commence à réfléchir sérieusement à son successeur. Ça me permet de rêver, de faire mes recherches, de ne pas faire de choix impulsif. Puis, une fois que j’ai fait mon choix, quand je tombe dessus en magasin, je le prends. Le tube attend ensuite sagement son tour dans mon tiroir, dans sa boîte, histoire d’éviter la tentation d’enchaîner trop hâtivement. Cette technique m’évite des sorties inutiles mais surtout, la transition gênante d’aller s’acheter du cache-cernes avec le look d’une insomniaque qui achète son premier tube à vie.

Head start

Ensuite, les cheveux. Si je sais que j’ai un événement spécial au calendrier, je prends d’ores et déjà rendez-vous avec Karine la veille pour ma couleur (si j’anticipe que ce sera le bon moment) et, dans tous les cas, ma mise en plis. Rien ne vaut les « boucles du lendemain »; un peu défaites, pas trop parfaites, juste ce que j’aime. Dans l’éventualité où il me faudrait arranger un peu mes cheveux moi-même avant ledit événement (dû à un sommeil un peu plus agité ou quelques flocons), il suffira alors de bien peu pour sauver ma coiffure (un léger coup de fer à friser aléatoire ou le lissage des mèches autour du visage)…Et voilà…beaucoup plus rapide que de laver, sécher et boucler les cheveux soi-même le jour même. Sinon, si vraiment un rendez-vous avec Karine n’est pas une option, alors, j’opte souvent pour un chignon de ballerine, qui cache à la fois repousse et mise en plis moyenne.

Pour les ongles, avant un événement, rien ne vaut le vernis gel. Si certaines craignent que de le faire en continu abîme l’ongle, pour ma part, je n’ai rien remarqué mais le réserve pour les grandes occasions. Cela me permet de faire ma manucure deux ou trois jours d’avance et de profiter d’ongles toujours parfaits le jour J. Parce que sérieusement, servir l’apéro avec des ongles encore humides de vernis, c’est nul. Sinon, si vraiment je ne puis sortir voir mon esthéticienne chérie, alors, j’applique mon vernis avant d’aller dormir la veille selon cette technique, histoire de me réveiller avec des ongles parfaits. Pour ce faire, il me faut un vernis de finition rapide. Mon produit chéri : le Top Coat INM d’Out The Door.

Ma longueur d’avance favorite ce sont mes extensions de cils Mise en Cils! Sans aucun doute, au quotidien, il s’agit de du truc qui me sauve le plus de temps chaque matin. Des cils bien longs, bien fournis, recourbés en tout temps et noirs comme si j’étais maquillée même au saut du lit? C’est ma réalité. Mon esthéticienne chérie Denise m’a plus récemment fait découvrir les extensions de Mise en Cils en soie, plus légères que les extensions régulières. Meilleure tenue donc, mais aussi, sensation de cils nus malgré un regard de girafe amoureuse. Le mascara devient donc optionnel, le recourbe-cils complètement obsolète… Le bonheur total dans la jungle urbaine!

C’est certain, tout va plus vite quand on a une belle peau. C’est pourquoi dès que j’ai un peu de temps, je mise sur les masques. Un masque hydratant en crème posé la veille de la réunion, voilà mon interprétation personnelle du proverbe « la nuit porte conseil ». Au matin, petit rinçage à l’eau thermale et off I go.

Un autre produit épatant qui me donne une autre longueur d’avance: le Nettoyant BB de Marcelle. C’est ma soeur, mon Gogs chéri (à qui l’on doit la craquante tortue déguisée du dessin; non mais sérieusement, je fonds!), qui m’a appelée un matin aux aurores pour m’en parler. Et elle avait raison: si j’étais au départ sceptique du concept (lasse comme je suis de tous les produits qui portent un nom à double lettres), j’ai tout de suite été conquise par ce lait démaquillant qui fait tout et est absolument parfait pour mon mode de vie sans eau. Mais surtout, j’adore qu’il est tout doux, sans huile (parfait pour mes extensions de cils, donc) et me fait une peau de folie en une seule étape. (Même si, oui, après m’être bien nettoyée le visage, je multiplie les étapes subséquentes. Enfin, ça reste un choix personnel et puis, là encore, je considère que mon Nettoyant BB m’a donné une longueur d’avance dans l’étape soin… Tout est une question de perspective, n’est-ce pas?).

Tout cela, c’est sans oublier bien sûr, le rasoir (qui permet d’avoir la peau imberbe à 5 minutes d’avis), la pierre ponce à passer sur les pieds la veille du jour «sandales » et la taie d’oreiller de soie, pour préserver la mise en plis.

Ne pas oublier de sortir les vêtements et les sous-vêtements la veille. Sinon, c’est inévitable: on ne trouvera que les culottes à motifs de pingouins au moment d’enfiler la robe cocktail nude… Ne pas oublier aussi de tout bien inspecter minutieusement et de repasser si nécessaire (les vêtements, pas les sous-vêtements! Je ne repasse jamais mes culottes à motifs de pingouins, tout de même!). Je prépare aussi mon sac à main  et idéalement, j’en fais le ménage du contenu aussi. Idéalement hein. Je trie mes factures, je jette les petits papiers et sors les 74 rouge à lèvres qui traînent au fond. Enfin, je passe la petite brosse anti-peluches sur mon manteau.

Finalement, histoire de ne pas vivre un moment de stress de dernière minute, je sors du tiroir de ma coiffeuse les pinceaux et produits que j’utiliserai le lendemain. Les avoir à la vue me permet de ne pas tout virer à l’envers alors que je suis déjà en retard en cherchant désespérément mon crayon Megan Fox. Mais surtout, cela me rend moins encline à oublier une tape cruciale de ma routine beauté alors que je ne suis pas encore bien réveillée (la base de teint, j’oublie toujours la base de teint!).

Mais sinon, s’il est déjà trop tard? Pour le teint, vive le fond de teint poudre, appliqué à l’éponge et/ou au pinceau: ma dernière obsession, celui de Sensai Kanebo, juste parfait et découvert grâce à mon amie M. Pour les yeux je me rabats sur mon crayon Twin Set Beige Ruban de Dior (appliqué dans l’auto), une merveille de polyvalence qui m’a sauvé plus d’une fois. Un blush « universel » (mon Shimmer Brick de Bobbi Brown a fait ses preuves et a un petit côté “habillé” qui donne l’impression que j’avais du temps devant moi) et enfin, un rouge à lèvres, le premier sur lequel je mets la main quand je pige dans mon sac. Mais, d’ailleurs..où sont mes 74 rouges à lèvres? Voilà pourquoi quand on fait le ménage de son sac à mains, on devrait toujours laisser au moins deux ou trois rouges à lèvres sans le fond de son sac. Ou 74. C’est une question de prévoyance. Pour ces jours où justement, la vie ne nous laisse pas le choix et qu’il faut courir!

Enfin, ma très prévoyante grand-maman, une fois que tout était bien prêt pour le lendemain me faisait toujours rire en proposant en blague: “On prend tout de suite notre petit déjeuner? Allez, comme ça, ça on sera prêtes pour demain…” Dans le même ordre on peut aussi dormir dans l’auto, se coucher en robe cocktail ou encore, boire du champagne au petit déjeuner. Histoire de prendre une longueur d’avance…

Vous avez d’autres petits conseils pour moi?

P.S: Parlant de longueur d’avance, Boucle d’Or accuse un sérieux retard dans les commentaires. Je m’en excuse et me rattraperai bien vite. En attendant, je vais me coucher (en pyjama-veston histoire d’être prête pour ma réunion)! Nul ne sert de courir…

Un bateau pour le bonheur

Bota Bota

Ça me fait toujours un peu sourire. Il y a des méthodes de soin qui n’existent carrément plus (comme la thérapie par les sangsues par exemple, d’ailleurs, tiens, je me demande pourquoi) alors que d’autres rituels perdurent toujours alors qu’à première vue, ils pourraient sembler tout aussi farfelus.

C’est le cas avec la thérapie par les bains. Alterner le chaud, le froid, le sec, le humide… le bikini dehors en plein hiver… Ça peut sembler ancestral comme méthode. Médicalement non-fondé même. Mais comme c’est « ancestral », totalement dans l’esprit des « remèdes d’apothicaires d’antan » (ma nouvelle lubie) et que j’ai pris (encore une fois) une résolution «mieux-être» et de « juste être » lors de mon Nouveau Plan…la fin de semaine dernière j’avais rendez-vous.Entree Bota Bota

En effet, il y a plus d’un an, Papa Ours et moi avions reçu un certificat cadeau pour le spa nordique Bota Bota (merci A. et A.!). Vous savez, le spa ultra-design sur l’ancien traversier de Sorel-Berthier, amarré au Vieux Port, près des écluses et des silos à grains. Un spa qui fait autant rêver les architectes (les hublots!) et les beautystas (le forfait manucure-martini!) que les âmes en quête de mieux-être urbain (le contraste du bruit de l’eau qui coule et des constructions industrielles portuaires!). Oui, ce spa, je n’en n’entendais que du bien. Sauf que…à choisir entre une sieste le samedi après-midi ou le maillot dans la neige…je choisissais toujours la sieste.Le chemin

Enfin, samedi dernier, je me suis ressaisie! Papa Ours et moi avions donc rendez-vous pour un massage et pour le circuit bains.

Bota Bota la passerelle

On accède au Spa Bota Bota par une passerelle et un petit chemin, entre les canaux. Le bateau est là devant nous. On est en manteau et au loin, on distingue des gens en maillot sur le pont. On frissonne et on se dit que nous, no way, jamais de la vie, on ne se mettra pas en maillot dehors. Je tiens à la vie, moi.

Bota Bota Outside

Quand je suis entrée, j’ai été saisie par le beauté des lieux. Tout est vitré. On ne voit que le fleuve (gelé en partie), les bateaux amarrés et au loin, le Centre Ville. Les préposées sont vêtues de marinières et d’espradrilles et les cases électroniques pour ranger nos effets ont l’air toutes droit sorties d’une cale de paquebot. Tout a été pensé pour s’inscrire sans l’esprit de cette détente engourdie que j’imagine propre aux voyages au long cours sur la mer. Hublots gigantesques matelassés (assez grands pour s’y coucher) pour se prélasser en regardant le fleuve, hamacs qui se balancent dans la salle de repos, gros coussins et chaises longues sur le pont. Même dans les salles de massage, tout est vitré (miroir sans tain) de sorte que l’on voit toujours l’eau, peu importe où l’on est. J’ai adoré les murs peint en noir mat et les petits escaliers de grillage en colimacon qui permettent d’accéder aux différents ponts et au bistro. Genre sous-marin glamour. Silos à grains

Puis, il y a les bains. Les bains extérieurs qui ont vue imprenable sur l’eau, les bateaux et Habitat 67. Il y des bains bien chauds avec une chute où l’on se prélasse avec bonheur. Il y a aussi des bains glacés (intérieurs et extérieurs) à alterner avec la chaleur. Plusieurs saunas secs aux énormes fenêtres donnant sur le fleuve et aussi, mon coin favori: le sauna humide. Un vrai sauna humide où l’on ne voit rien; que de la buée chaude, qui décongestionne et perle sur le peau. Ça fait un bien immense! Ça m’a d’ailleurs rappelé à mon premier rituel de beauté hebdomadaire: le bain de vapeur. Une bouilloire, un saladier, des fines herbes et une serviette, hop- rien ne vaut l’éclat obtenu à la suite d’un bain de vapeur. C’est souverain et ça ne coûte rien. Je me suis d’ailleurs remise à ce petit rituel depuis ma visite au Bota Bota, mise devant l’évidence des résultats incontestables sur ma peau et mon niveau d’énergie.

Iced Bota Bota

Enfin, j’ai finalement essayé tous les bains, chauds, froids, tout l’après-midi, plusieurs fois. Je me suis même endormie au soleil en maillot- le bonheur! Mon massage a été divin lui aussi, très différent de ce que j’ai connu dans le passé. Mille fois plus reposant que ma classique sieste du samedi, vivifiant comme une vacance, j’ai eu l’impression de revenir de loin, de revenir bien. Je me suis promis de vite retourner au Bota Bota, idéalement, tous les mois, histoire d’arrêter un peu le temps et de m’offrir une bulle de bien être, tel qye stipulé dans mon Plan. Enfin, pour la prochaine fois, j’ai pris des notes pour mon sac: j’emporterai ma bouteille d’eau, un roman et des magazines. Un baume à lèvres, un écran solaire et une eau de coco à boire après…voilà, Boucle d’Or planifie déjà son prochain voyage!

Me at Bota
Vous aimez les spas nordiques? Ou la thérapie par les sangsues? Ou les bains de vapeurs? Vous connaissiez cet endroit magique?

P.S: Ce qui est dommage c’est que le décor ferait des photos magnifiques. Malheureusement, il y a interdiction formelle de prendre des photos, ce que je trouve à la fois compréhensible et essentiel pour un climat de détente.

P.P.S: Parlant de climat de détente: j’ai adoré l’ambiance “bulle perso” qui règne à ce spa. Chacun fait son truc. Personne ne s’observe, ne se regarde. On peut décrocher réellement confiant que les yeux des autres sont fermés et somnolents. Love!

P.P.P.S: Je tiens à préciser (pour ma maman notamment) que mon rhume de cette semaine avait commencé avant ma visite au spa. Aucun lien à faire, donc, si ce n’est que la vapeur a même soulagé ma congestion.

P.P.P.P.S: Comme je vous le disais ici, quand ça a deux noms, ça risque d’être bon…Donc, je confirme: le Bota Bota n’échappe pas à la règle.

Un teint post-yoga (sans yoga)

Un teint yogaToujours en pleine phase d’actualisation de mon Nouveau Plan, j’attaque maintenant l’étape “Teint Post-Yoga”… sans yoga. Je sais, moi non plus je n’aime pas les raccourcis dans la vie. Comme: un “corps de rêve en mangeant de la cochonnerie” ou le fameux “un cheveu d’apparence saine“. Non, idéalement, le corps de rêve on l’obtient en faisant du sport et en mangeant santé et le cheveu il est sain, point. Idem pour le teint de yoga qu’il faudrait obtenir par du yoga. Sauf que, présentement, pour moi, c’est tout simplement impossible et puis, tout le monde sait bien que Ad impossibilia nemo tenetur (à l’impossible nul n’est tenu“; je trouve qu’en latin ça fait plus “apothicaire”, genre, “j’ai lu ça dans mon grimoire”…petite référence à mon article d’hier donc).

Tarte Awakening & Energy

Donc, nous disions, motivée à actualiser mon Plan dès que possible, j’ai succombé au blush en bâton Tarte en crème teinte Awakening (ce qui signifie plus ou moins “illumination” ou « éveil »). Mon blush de yogi! La marque décrit d’ailleurs cette teinte comme un nude rosé-glowy, ce  qui ne saurait être plus juste. Je vous avais déjà parlé de la teinte de blush en bâton True Love de Tarte ici, mais celle-ci est vraiment très différente. Pas de couleur punchy passionnée cette fois, que de la douceur-neutre-parfaite pour le matelas de yoga (ou la salle de conférence). Des pommettes rosées-lustrées toutes douces, comme si j’avais eu un peu chaud et que j’avais oxygéné mon organisme par de bonnes respirations et de vivifiants mouvements d’étirement. Des joues de cette teinte parfaite de santé qui dénotent une certaine sérénité intérieure et d’une harmonie avec la nature. Genre je suis zen. Mais forte. Je sais! Les joues d’Uma Thurman dans Kill Bill 2 quand elle s’entraîne à  l’épée japonaise avec le maître Hattori Hanzo!  C’est exactement ça! Lumineux de santé. Genre, j’ai un style de vie ultra sain, ultra épuré. Genre, je croque dans une betterave plutôt que dans une pomme, voilà; c’est ma collation. Mais pas n’importe quelle betterave, hein, une betterave que je viens de cueillir à l’instant dans mon office-garden. Mais oui : mon office-garden; mon jardin de bureau…Quoi, vous n’avez pas de jardin de bureau??? Donc, tout ça pour dire que j’ai enfin trouvé mon blush teint de yoga et que juste ça, dans la vie, ça me détend follement.

Imaginez-vous combien j’étais contente donc,  quand j’ai aussi trouvé mon… rouge à lèvres de yogi. Oui, vous avez bien lu. Rouge à lèvres de yogi. Totale transcendance, je sais. Tarte a également lancé le gros crayon à lèvres Energy (juste le nom m’interpelle personnellement!) de la collection LipSurgence. Il s’agit d’une teinte rosée translucide mais intuitive dont le rendu est beaucoup plus soutenu que mon LipGlow de Dior adoré. Un vrai rose plein d’entrain, un rose vivifiant et oxygéné d’athlète. Il fait les dents super blanches et tient vraiment très longtemps. Enfin, avec mon blush yoga plus neutre, c’est la combinaison parfaite.

Tous les produits Tarte sont naturels. Formulation zéro-culpabilité bien zen, parfaite pour en paix avec soi-même, que dis-je, avec l’univers. En plus, le matin, mon maquillage est devenu hyper rapide : un petit coup de Awaken (appliqué à même le bâton) et d’Energy sur mes lèvres. Un petit fluff de fard Kitten de Stila sur les paupières et du mascara. Et voilà! J’ai l’air réveillée. J’ai l’air en pleine forme. J’ai le teint d’Uma Thurman dans Kill Bill. Une collègue m’a d’ailleurs demandé si j’avais changé un truc dans la manière de me maquiller. Bien sûr, l’espace d’un instant j’ai été tentée de lui dire que je m’étais simplement mise au yoga en lui offrant une betterave de mon jardin de bureau imaginaire. Mais je me suis bien vite rappelé mon mantra à moi («les filles cool partagent ») en lui montrant mes nouvelles acquisitions maquillage, histoire d’être sereine avec moi-même. À défaut de faire du yoga, je me dois bien ça.

Vous, vous avez un teint de yoga? Ou un jardin de bureau?

La pharmacie romantique

Pharmacie romantiqueUn petit article tout court, tout mini puisque, parlant de pharmacie…Boucle d’Or est enrhumée. Oh, rien de grave, bien sûr, mais des frissons et la gorge qui chatouille. Juste l’envie de rester au lit, alors que bien sûr, c’est impossible en ce mardi qui m’attend de pied ferme.

Sur la dernière page de mon Town & Country du mois d’avril (je sais, ça frôle l’obsession), il y a cette photo: une pharmacie à la patine ancienne, bien garnie de produits très chic qui semblent complètement hors du temps. J’ai passé genre, trente minutes à me délecter de chaque détail, à me perdre dans la photo. À imaginer que ce sont mes trucs et que oh, je suis super cool et bien reposée et que j’ai mille heures pour me préparer le matin… D’ailleurs, tiens, maintenant que je suis maquillée (en fait, mon teint de Clémence Poésy a besoin de presque rien, juste d’une noisette de crème Nivéa) je me dirige vers ma garde-robe super bien rangée et j’y choisis, oh, j’hésite… oui, finalement ce sera une robe de cocktail à crinoline de tulle parce que c’est parfaitement acceptable pour moi de porter ça au bureau. C’est bon pour ma crédibilité. Bon, vous voyez, je rêve complètement.

N’empêche, cette photo a intégré mon Nouveau Plan de suite! Oui: des produits au style “apothicaire ancien”. Genre, officine secrète et mythique. Des produits qui ont fait leur preuves, des flacons de verre, limite, sur une tablette, on pourrait aussi trouver la clé d’un jardin secret. Ooooh: jardin secret. J’adore. Oui, un joli désordre qui a malgré tout l’harmonie poétique des grands classiques. Le temps suspendu. Un pot de fleurs de printemps (des bulbes plantés par nous, jardinières urbaines que nous sommes) qui fleurissent nos jours. Quelque part, une radio qui craque joue un concerto en sourdine. Un bon café attend sur la table. Je vais travailler en robe de tulle. Oui, c’est parfait. Voilà, c’était une Boucle d’Or enrhumée qui vous présentait le plus récent volet de son Plan: la pharmacie romantique qui ouvre sur mille possibilités.

Glam Ménage du Printemps

Glam Glow TreatmentC’est ce moment de l’année: le moment où j’ai envie de tout nettoyer, d’aérer, d’ouvrir les fenêtres et de repartir à neuf. Un Nouveau Plan, une maison bien rangée et organisée, de bonne habitudes de vie… ma trilogie classique du Grand Ménage du Printemps.

C’est pourquoi, quand j’ai vu le nouveau traitement Glam Glow Super Mud Clearing Treatment, je n’ai pu résister…surtout que j’avais vraiment adoré sa version masque exfoliante dans son pot noir. C’était juste le produit qu’il me fallait pour mon grand ménage de printemps.

Alors…qu’en est-il? D’abord, force est d’admettre que je préfère de loin cette version, qu’elle est plus adaptée à ma peau sensible dévitalisée. Cette déclinaison du masque ne gratte pas, ne picote pas; absolument aucune sensation d’échauffement. Pas de “tingle-sexy” comme le dit la marque (n’importe quoi!). Non, ici, plutôt un complexe anti-acné et surtout, et c’est ce que je constate le plus: un agent qui semble resserrer les pores. Les acides lactiques, glycoliques et salicyliques atténuent l’apparence de mes petites taches, ce sont d’ailleurs mes acides de prédilection. Résultat? Une peau super lumineuse au grain serré, toute rebondie, comme une toile vierge. Pas de rougeurs, pas d’assèchement. Aucun doute: cette formule conviendra davantage aux peaux plus sensibles, aux peaux plus matures ou encore, aux peaux à problème. Un excellent investissement, donc, si on peut dire qu’un mini pot de boue (encore plus petit que celui du Glam Glow original, mais au même prix) peut effectivement être qualifié d'”investissement”. Non, mais sérieusement, il faudrait que je montre ma peau à mon comptable, il changerait d’avis garanti!

En plus, j’adore que ce masque me met dans l’esprit du grand ménage du printemps; un nettoyage en profondeur de la peau et un temps de pose d’environ 15 minutes qui me permet de ranger le tiroir à côté du lavabo… So glam!

L’École de la Beauté

High School Cool

L’inspiration pour cet article m’est venue en lisant mon Town & Country, le seul magazine auquel je suis abonnée. Gosh, j’adore cette revue!

Il y avait un article sur les rites de passages mais plus précisément, sur ce que l’on apprend en beauté au moment où l’on est à l’école. Vous savez, ces petits trucs que l’on se file entre collègues de classe, ces produits qui deviennent complètement cultes dans un groupe d’amies, ces trucs, recettes ou formules que l’on adopte alors que l’on est au secondaire et qui finalement restent avec nous toute notre vie?

T&C

Bon, bien sûr, dans Town & Country, par “école” on entendait des “prep boarding schools” (pensionnats privés ultra-exclusifs) sur la Côte-Est américaine où les filles jouent au lacrosse en blazer brodé aux armoiries de l’école. Pas vraiment ce que j’ai vécu…Par contre, le moment où l’on commence à se maquiller et à en discuter entre amies demeure universel. Et nous influencera longtemps.

Au secondaire aucune fille ne voulait admettre qu’elle se maquillait. C’était le moment de gloire de “Maybe she’s born with it (Maybe it’s Maybelline)“. D’ailleurs, mon article préféré à l’époque (celui que j’avais recopié à la bibliothèque dans mon journal intime) était sur le No-Makeup look, dans YM (Young and Modern) Magazine. Mes icônes du moment étaient Niki et Krissy Taylor, Cyndi Crawford, Drew Barrymore et Christy Brinkley. Je rêvais d’une robe Zum-Zum et d’une crème Biotherm. Et, comme à l’école toutes les filles avaient un esprit anti-partage (vraiment pas cool), il n’y avait que ma très bonne amie V. et mon Goglu qui savaient que je me maquillais.

YM

Par contre, j’avais la chance de faire partie d’une équipe de synchro où là, toutes les filles partageaient tout: des conseils de mise en pli aux tubes de mascara. Il y avait des filles plus âgées, que nous prenions comme modèles et il y avait les plus jeunes qui se joignaient à nous et que nous conseillions. J’y ai beaucoup appris, sur la vie, mais aussi en beauté. De Cindy j’ai adopté le recourbe-cils. De Tasha le shampoing à la banane The Body Shop qui faisait les cheveux tous doux. De Valérie le rouge à lèvres Toasted Almond de Cover Girl. Et bien sûr, je suis devenue super amie avec A-M qui m’a bien appris comment tout ranger mes produits et bobby-pins dans des petits sacs zip-lock quand on voyage.

Banana Shampoo

Le fait que mes amies de synchro et moi nous voyions chaque jour créait ce que j’imagine, est l’ambiance d’un pensionnat (sur la Côte Est-américaine, tiens!). Mais en même temps, chaque soir après la piscine, nous retournions à la maison où nous pouvions lire un magazine avec nos mère et piquer le rouge à lèvres de nos soeurs (sorry Gogs!). Bref, c’était idéal pour forger sa coquetterie!

Toasted Almond

Parmi les produits classiques de ma jeunesse, il y a eu longtemps le déodorant Dove (que je n’utilise plus maintenant que je suis passée au bio au grand bonheur de mes aisselles), le Sun-In que j’appliquais dans mes longueurs l’été, histoire de blondir un peu plus et de le mettre ensuite en valeur avec le Shampoing Klorane à la camomille et bien sûr, le système de soins basique 3-temps de Clinique que m’offrait ma grand-maman à mes anniversaires, avec la Crème de Huit Heures Elizabeth Arden.

High school

Parmi mes grands chouchous de l’époque qui en disent long sur le style et la beauté telle qu’elle était conçue dans l’ouest de l’île de Montréal dans les années 90,  il y avait les gloss BonneBell, dans des teinte de rouge brique, que j’estompais à outrance pour que ça devienne un « stain », les Almost Lipstick de Clinique (teintes Black Honey et la (défunte) Fruit Ice) et l’Ombre à paupière Taupe de Cover Girl qui était la teinte parfaite de « ma paupière mais en mieux » si telle chose existe. Il y a aussi eu au début le mascara transparent Great Lash que j’appliquais comme mascara, puis, un mascara Cil-à-Cil de Bourjois brun (rapporté de Paris par ma tante), puis, enfin, le mascara Marathon de CoverGirl qui était absolument inlavable et donc, idéal pour les entraînements de synchro. J’ai vite découvert la poudre, pressé puis libre- c’était devenu un peu mon secret de beauté numéro 1. Pour mes cheveux frisottés j’adorais le Serum Citré Shine (que j’achetais aux États Unis) et j’économisais constamment pour m’acheter du Pantène Pro-V et du gel douche Dew Berry au Body Shop pour rincer le chlore (je faisais une consommation industrielle de produits de douche vu que je…partageais tous mes produits avec mes amies!) Sinon, j’adorais aussi quand ma maman m’emmenait chez Madame Bellefontaine, sur la rue Bleury, une vielle boutique un peu bizarre spécialisée en produits à cheveux mais qui n’existe plus…

CitréShine

Il y avait aussi le rouge à lèvres teinte Rosewood de Body Shop et le parfum White Musk aussi. J’ai aussi porté le parfum Sunflowers d’Elizabeth Arden (avec une salopette en jeans, yeah!) et finalement, Paris d’Yves Saint-Laurent et Champs Elysée de Guerlain alors que les filles autour de moi trippaient Calvin Klein, Cool Water et Perry Ellis 360.

Sunflowers

En matière de rouge à lèvres, j’étais insatiable. J’ai longtemps eu une préférence pour le Toasted Almond de Cover Girl (à cause de Valérie), le Sable de l’Oreal, le Twig de MAC, le Cola de Lancôme, le All Heart de Clinique et le Skinlight de Revlon (j’avais tellement hâte qu’il arrive enfin dans mon Uniprix; je l’avais vu dans une revue et téléphonais constamment pour savoir s’ils l’avaient reçu). Il y avait aussi le complètement culte Lip Smakers de BonneBell teinte Dr. Pepper que j’utilise encore à l’occasion ; sa teinte de rouge-rose-collège est absolument inimitable et légendaire. Enfin, rayon blush, c’était le Prism de MAC ou le Pinch Your Cheeks d’Origins; mes deux chouchous jusqu’à ce que ma maman m’achète la poudre bronzante Dior (la dernière année de mon secondaire) suite à une grippe qui avait traîné trop longtemps…C’était mon tout premier produit Dior…le premier d’une longue liste.

Capture d’écran 2013-03-07 à 23.40.39

Finalement, rayon manucure, c’était ma Grand-maman qui m’approvisionnait : crème et durcisseurs Sally Hansen pour ensuite appliquer mon vernis Real Raisin de L’Oréal, que j’avais acheté pour copier A-M.

Et maintenant, parmi ces produits, y en a-t-il que j’utilise encore? La poudre bronzante Dior, bien entendu, toujours ma préférée pour les vacances, le Lip Smackers Dr. Pepper, of course, et bien sûr, le Black Honey Clinique n’a pas pris une ride au point où il en existe désormais une collection complète… J’ai récemment eu très envie de redécouvrir la teinte All Heart de Clinique et le gloss Air Kiss également de Clinique (comme une vague de nostalgie).

Black Honey

Et si j’étais au secondaire aujourd’hui, j’utiliserais quoi? Sans doute une BB Cream invisible (comme les nouvelles BB Cream Naked d’Urban Decay), je collectionnerais les teintures à joues comme le Tarte Cheek Stain, le BeneTint de BeneFit et le Aura de Hourglass. Je n’aurais d’yeux que pour la palette Naked d’Urban Decay (parfaite pour mon no-makeup look) et rangerais le tout dans une pochette à motifs de chatons Forever 21.  Pour mes cheveux, je serais tentée par le Hot Toddy de DryBar (qui zappe les frisottis) et bien sûr, les barrettes Hello Kitty. Ça, ma poudre bronzante Dior, mon Lip Glow et le mascara DiorShowDior toujours;  j’adore. Au rayon des fragrances, je pencherais sans doute vers l’anti-parfum Juliette has a gun Not a Perfume, ou encore, vers le très léger Petit Ange de Les Parfums de Nicolaï, doux comme tout. Ou peut être encore un parfum bien français, un grand classique comme l’Heure Bleue de Guerlain, pour bien marquer mon entrée dans le monde de la coquetterie. Oui, finalement, je crois que ce serait ce dernier. Que voulez-vous, on ne se refait pas, même à 15 ans…

Hot Toddy

Petit Ange

Vous, au secondaire, vos essentiels beauté? Ou, si vous y étiez aujourd’hui, vous porteriez quoi?

Histoire Perdue

Histoire perdue

“I am going to make everything around me beautiful -that will be my life.” -Elsie De Wolfe

C’était dans In Style UK, il y a super longtemps, il y a presque 10 ans. Le numéro avec Kristin Davis (Charlotte de Sex and the City) en couverture, vous vous en souvenez?

Il y avait un article sur le retour du style féminin, sur l’élégance avec un grand E. Des kitten heels, des cardigans et des robes cintrées. Mais aussi de l’élégance comme un art de vivre, comme une leçon de charme. On y discutait de fine porcelaine anglaise, de comment ranger sa coiffeuse (avec des jolies pièces de chez Penhaligon’s et Miller Harris), de sacs à main (le Speedy de Vuitton) et de sujets de conversations appropriés pour l’heure du thé (jamais de politique, d’argent ou de travail).  L’article était bien écrit, on entendait presque l’accent british. Il y avait des photos de Kate Moss prenant le thé dans un salon aux murs de tapisserie fleurie, avec sa maman, des photos de la campagne de pub pour les laines fines Pringle of Scotland avec Sophie Dahl, des photos de Victoria Beckham dans les rues de Londres tenant délicatement son sac Vuitton (celui avec la boucle). Il y avait aussi la frange romantique de Kylie Minogue (qui sortait avec Oliver Martinez à l’époque), des robes Calvin Klein dans des teintes de brouillard et de vapeur, du ruban et des barrettes. Sans oublier le rouge à lèvres Pout (que j’adorais et qui n’existe plus), la poudre pour le corps Kate Spade dans sa boîte jaune, du vernis coquelicot, des perles et des montres toutes fines aux bracelets de cuir, so very very Grace Kelly. Tout était teintes d’aquarelle, petits fours et fleurs sauvages…sur quatre pages! Des photos bien découpées et bien étiquetées, comme l’herbier de la coquette rêveuse, qui collectionne les idées et les belles images.

Cet article, je l’ai longtemps conservé. Le magazine avait des coins tous racornis; il avait pris tous les métros de Montréal, pris son bain et dormi dans mon sac d’école.  Quand j’étais un peu triste ou perdue, quand je me sentais seule ou que j’étais carrément de bonne humeur, je sortais mon précieux article et j’en lisais chaque mot, comme un poème, comme un mantra. En pyjama, je prenais la résolution de bien repasser mes jupes. En bonnet de bain Hello Kitty je rêvais de chignons et de peignes Mason Pearson. Quand j’allais magasiner, je me posais intérieurement la question : « et…qu’est-ce qu’en penseraient les auteurs de ton article? ». Ça me guidait dans mes choix, comme mon étoile polaire, ma boussole fashion.  Cet article aura sans doute été l’élément qui aura le plus influencé mon style, dans toute ma vie. Même si, bien sûr, il m’arrive de d’expérimenter avec le legging de faux cuir ou le short à paillettes, les classiques comme les perles et la jupe droite ne sont jamais bien loin. Cet article je le voyais comme la carte routière qui me mènerait vers un monde rassurant, comme mon invitation exclusive à devenir la femme que je voulais être. Je le connaissais par coeur avec ses petits mots nouveaux pour moi comme « albeit », « skirt-suit », « updo », « cinched waists » et « vanity ».

J’étais devant l’inconnu flou qui caractérise la jeunesse. Mais j’avais une certitude : j’allais aller à la conquête de demain en petite robe et chaussures à pois…avec la grâce de Grace Kelly et la disposition optimiste de Mary Poppins de surcroît.

Voilà des mois que je mets ma maison sans dessus-dessous à chercher ce fameux In Style, histoire de me rafraichir la mémoire, histoire de vous le présenter, de le photographier, de l’immortaliser. Rien. Je ne le trouve plus. Il a disparu. Peut-être qu’il fera à nouveau surface, qui sait. En attendant, j’essaie de me consoler en me disant que c’est peut être un signe. Signe que je sais maintenant ce que j’aime, un peu plus qui je suis et ce dont j’ai envie. Je me connais mieux. Comme les enfants qui finissent par perdre leur doudou finalement quand ils sont assez grands pour dormir tous seuls.

Vous, il y un truc qui a défini votre style? Un article, une photo qui vous a dramatiquement influencé?

P.S. Si jamais vous croisez dans une salle d’attente de dentiste ou un grenier le In Style UK avec Kristin Davis en couverture…pensez à moi… Please?

Le teint de Gisele

Beige de Chanel

Hier, dans le cadre d’un article d’un article vous présentant mon Nouveau Plan pour le printemps, je proclamais mon envie d’etre moi-même. Avec le teint de Gisele, en plus. Surtout son teint dans la nouvelle pub Chanel.

Vous savez bien : ce teint doré-miellé (pas vraiment bronzé) qui fait rêver à des vacances au soleil. Ce teint de fille reposée et en santé, dont la peau a juste été parfaitement réchauffée par les rayons. Un teint bien mat, sans effet de matière aucune. Un teint d’hiver grand luxe qui donne des airs de Chanel à la petite veste Zara et des airs de sac Hermes à notre sac à lunch? Le teint des belles qui voyagent, qui dorment mille heures, qui font du yoga en plein air au Costa Rica…Alors, ce teint… Je l’ai enfin!

Poudre Belle Mine Chanel

D’abord, que les choses soient claires hein : c’est uniquement dans l’optique de réaliser mon Plan sans délais indûs que j’ai fait l’acquisition de la Poudre Belle Mine Naturelle de la collection Beige de Chanel. Une histoire d’engagement personnel. De croissance intérieure. Celles qui n’y verront que la quête toute bête d’un teint abricoté, de toute évidence, seront passées à côté de  la gravité de la chose…

Poudre Chanel 2

Cette poudre est très différente des poudres soleil de ce monde. En fait, on ne peut la qualifier de poudre bronzante à proprement parler. Non, c’est un plutôt une poudre pressée ultra-fine, dans une teinte dorée parfaite. Une poudre nude. Elle est soyeuse comme tout, quasi invisible; elle ne fait que réchauffer, donner un flou chaleureux à la peau sans surcouche ou pigments apparents. Elle donne ce joli teint très naturel mais chic au possible qui est devenu la signature de Gisele au fil du temps. Mais surtout, c’est exactement LE produit dont j’avais besoin à ce moment-ci de l’année; le petit coup de pinceau qui réchauffe, la poudre qui estompe la fatigue et les rougeurs.  Des airs de vacances. Mon teint abricoté rêvé. Enfin! Jamais orange, jamais surchargé, jamais trop nacré, jamais Miss-Hawaian-Tropics, c’est le teint doré discret des vraie surfeuses.

Enfin, le pinceau en demie-lune dans le boîtier est étonnamment correct et peut, pour une fois, vraiment dépanner en cas d’urgence. Sinon, j’utilise un gros pinceau à blush bien touffu pour appliquer la poudre le long des os de mes joues, sur le front, un peu le nez et le long de la mâchoire en estompant vers le cou. Sans oublier que le poudrier est tellement, tellement chic, tout habillé de blanc. Vraiment, de toute évidence, avant son départ, Peter Philips aura voulu nous laisser le produit culte de demain entre les mains. Boucle  d’Or dit: pari réussi.

Poudre Chanel 3

P.S. : Disponible au Canada, dans les points de vente Chanel (quoique, j’ai dû demander, tout était derrière le comptoir et les testers n’étaient pas arrivés.) En France, je constate que ce sera disponible dès le 15 mars.

P.S.2: La Poudre Belle Mine Naturelle de Chanel est disponible en plusieurs teintes, de la plus claire-rosée à la plus foncée. À titre indicatif, j’ai opté pour la teinte 30.

Le (Nouveau) Plan

Le (Nouveau) PlanVous vous souvenez de notre dernier Plan, à V. et à moi? C’était à l’occasion de la rentrée…Bon, alors, depuis le 1er janvier, V. et moi on se promet d’élaborer un Nouveau Plan, chose que nous n’avons pu faire…qu’hier. C’est pourquoi, tel que vous le constaterez, j’ai revêtu mon chandail “Better late than Never” pour l’occasion. Poussette, biberons, magazines et maquillage, nous nous sommes retrouvées au Café Neve pour quelques heures et nous avons élaboré un (Nouveau) Plan tout réjouissant.

Le Plan (before)

Notre set-up avant notre Plan

V: Bon, alors, ce Plan, c’est un Plan pour… le printemps?

Moi: Hmm…Ou un Plan pour le Jour de l’An? On n’a jamais fait de Plan pour le Jour de l’An…

V: Oh oui! Pourquoi on ne ferait pas le point sur nos résolutions de début d’année? On pourrait en profiter pour se fixer de nouveaux objectifs?

Moi: Résolutions? Quelles résolutions? Attends, moi, je t’attendais, pour prendre mes résolutions. En plus, j’ai eu un début d’année tellement rock-n-roll que je serais portée à dire que de janvier à maintenant, ça ne comptait pas. Genre de limbo inter-résolutions.

V: En plus, le 1er de l’An c’est hyper aléatoire comme moment pour prendre des résolutions. Moi je dis que c’est maintenant, à l’aube du printemps, le bon moment pour repartir du bon pied. Le parfait timing, quoi.

M: Tellement vrai! Le premier de l’an, pfff, n’importe quoi. Le vrai premier de l’an, c’est quand on le sent, c’est viscéral. Tu as raison. Alors…Bonne année, donc! (On trinque avec nos lattes).

V: Oh oui, bonne année! Que cette nouvelle année te comble!

M: Bon, alors, en ce premier de l’an personnel, nous sommes réunies pour faire un Nouveau Plan! Boooon. Commençons. Nouveau Plan, nous voici, nous voili! La séance est ouverte.

(…)

M: Bon. Donc. Commençons.

V: Tu as des idées, pour commencer? Des genres de notes préliminaires? Une annonce inspirante à faire avant qu’on commence pour vrai?

M: Non, ça va. Je te laisse la parole. Allez, je suis à l’écoute.

V: (…) (Soupir en feuilletant un magazine.) Bon, moi, j’ai l’impression d’être à la croisée des chemins dans ma vie. Genre, c’est maintenant ou jamais.

M: (Sentiment de panique intérieur) Maintenant ou jamais que quoi?

V: Maintenant que je dois commencer à vraiment bien prendre soin de moi, sinon, j’ai l’impression que ça va se gâter. Bien manger, bien me crémer, bien dormir… Les bonnes habitudes de vie, si je ne les adopte pas maintenant, je sens que je serai super ridée et mal dans ma peau genre, demain! Je veux adopter les bons gestes aujourd’hui. For now and forever.

M: Oui, bonne idée. Bons gestes. Habitudes saines. Je note. Mais je serais aussi portée vers l’idée de “ne pas en faire trop”. Je suis trop fatiguée pour tout réinventer. Je veux juste…

V: (toute illuminée d’inspiration)…Tu veux juste…”ÊTRE”?

M: Ouiiii! C’est ça. Être. Je veux être moi, je veux de la simplicité. Je note: Juste être.

V: De la simplicité, oui, mais raffinée. Pas la simplicité “je m’en fous”. Non, la simplicité qui émane d’un art de vivre bien choisi. Simplicité raffinée.

M: Un nom me vient en tête, là… Gwyneth Paltrow??

V: Non, moi elle ne m’inspire plus.

M: Bon, moi non plus en fait.

V: Jessica Alba! Ou encore les belles actrices québécoises…

M: Oui, et Gisèle dans la pub Les Beige de Chanel! Genre look hyper naturel mais recherché…Un teint abricoté! Ou…Garance Doré! Ouiiiiii. L’apogée du chic français construit sur les bonnes bases…Allez, je note. Chic français.

V: Le chic français, on ne se trompe jamais avec ça…Mais tu sais, autant j’aime le chic français-ballerines-Repetto-et-t-shirt-bien-coupé-visage-frais, etc… J’aime aussi le look très dramatique des yeux smoky un peu hautains de New Yorkaise dans la nuit. Genre aristocrate urbaine qui finit ses pots de liner en deux mois. Mais que veux-tu, nous sommes des êtres de contradiction.

M: Je note: être de contradiction. Oui. Très inspirant. C’est super mystérieux. Pour moi, je veux plutôt un look frais post-yoga. Je sais, je ne fais pas de yoga, je n’ai pas le temps, ça me stresserait trop d’essayer de mettre ça à mon horaire.  Mais en même temps, si j’avais un look teint post-yoga, je suis certaine que ça me détendrait aussi. En fait, ça serait sûrement le meilleur moyen pour moi de m’initier au yoga. Des jus de fruits fraîchement pressés. De l’eau de coco. De la douceur. Je veux être plus cool avec moi-même. Je veux servir de bon exemple pour Petite Ourse. Juste prendre soin de moi pour être bien. Je veux revenir à la simplicité. Aux jouets classiques en bois pour les petits, par exemple.

Stila Convertible Color Sweet Pea

Stila Convertible Color dans la nouvelle teinte Sweet Pea

(Petite Ourse, en train de colorier, nous regarde d’un air méfiant, pas convaincue de l’idée de jouets en bois.)

Le Plan (après)

(…) Après l’élaboration du Plan

V: Bon, allez, assez sur la “Genèse de notre état d’esprit”…Concrètement, ça donne quoi tout ça?

M: D’abord, j’ai envie de cheveux un peu défaits tout doux. Je crois que je vais investir dans le Semi Sumo de Bumble Bumble. Les nouveaux rouges à lèvres Chanel Velvet ne me disent rien: déprime. Je veux de la lumière. Je veux avoir l’air reposée. J’ai très envie du nouveau Lip Sugar de Fresh, teinte pétale. Oui, moi, je veux du nude rosé glowy pour le printemps.

Fresh lip Sugar

Fresh Lip Sugar teinte Petal

V: Moi, je veux investir dans des pièces aux teintes d’aquarelle. De la dentelle, du champagne (comme une couleur, comme un breuvage). J’ai envie de poésie. De fleurs de cerisiers. Un petit look Twiggy pour donner du style à ma nouvelle coupe Pixie. Des robes trapèze bien courtes, le mascara Cils d’Enfer de Guerlain. Ah oui, et une robe jaune et le courage pour enfin aller me faire percer les oreilles.

Capture d’écran 2013-03-03 à 16.37.57

Cils d’enfer de Guerlain

Moi: Pour ma part, j’ai envie d’un manteau qui a du mouvement (comme celui-ci de Burberry Brit). Avec le Prep School Shirt de Current Elliot, des jeans skinny foncés et des lunettes Aviators Ray-Bans. Et pour les robes, j’ai envie de blanc, de crème, de trucs très “ladylike“. De l’élégance. J’adore celle-ci d’Alice and Olivia, et celle-ci aussi… Ouais, j’adore Alice and Olivia en général.

Robe RED Valentino

Robe Red Valentino

Oui, les robes, dans la vie, ça m’inspire plus que les pantalons cargo. J’adore cette robe aussi, et encore celle-ci.  Disons que je vais essayer de trouver des versions plus abordables, ce sera mon petit projet. Je pense à des sacs à main en cuir vernis comme dans la pub Gucci, avec un vernis assorti. Je pense à de jolis cardigans dans des teintes de jaune pâle, de vert d’eau, de corail-sorbet (j’en ai vu plein hier soir chez Forever 21, tous à moins de 25$). De l’incandescence (comme couleur, comme breuvage; mais non, c’est une blague!). Un teint ensoleillé de fin d’hiver (une teinte de mocha bien mat) et une bouche à peine rose givrée. Genre ski de printemps. Un truc qui dit: Ice Queen mais sympathique

Robe vert d'eau Club Monaco sur Shopbop.com

Robe vert d’eau Club Monaco sur Shopbop.com

V: Ouiiiii. Et un parfum de printemps que j’aurai choisi pour l’occasion. Des roses anglaises. De la porcelaine (pour boire le thé, comme objectif pour mon teint). Je veux être plus audacieuse pour mon look. Miser sur la culture. Avoir un chien. Tu crois que “Pastel” ça serait assez quatre-saisons comme nom pour mon futur chien?

Pub Joie Apparel

Pub Joie Apparel

Moi: Pourquoi pas… De la réorganisation! J’ai une vision de mes draps et nappes tous bien repassés, dans une armoire ancienne avec des petits sachets parfumés brodés à mes initiales. Un vanity qui a l’air sorti d’un poème anglais (avec de vieux flacons d’apothicaires), un bouquet de roses qui perd ses pétales… De gros nuages noirs dans la campagne anglaise. De la dentelle comme dans les pubs Joie. Le teint parfait de Katie Holmes dans les nouvelles pub Bobbi Brown. Et des bijoux délicats et sentimentaux superposés. L’Eau de l’Hermine Lostmarc’h. Sac à main bien organisé en tout tempsVernis Chanel teinte emprise. Cheveux bouncy défaits super doux. Look féminin au possible.

Robe Shellyanne Alice et Olivia sur Saks.com

Robe Shellyanne Alice et Olivia sur Saks.com

Pub Bobbi Brown avec Katie Holmes

Pub Bobbi Brown avec Katie Holmes

V: On se calme avec les nappes, draps et le sac à main parfaits… Je croyais que tu avais envie de t’en demander moins…Moi j’ai envie d’investir dans la ligne Algenist pour avoir un teint vraiment parfait. Je ne lis que du bien de ces produits. J’ai envie de cuisiner le dimanche et d’avoir de bons petits biscuits maison à déguster avec mon thé mardi après-midi. J’ai envie d’aller au musée, de porter cette jupe magnifique de Calypso St-Barth et d’aller me promener dans de grands espaces…Avec mon chien Pastel…

Calypso St-Barth

Calypso St-Barth

Moi: Un petit verre d’incandescence?

V: (Rires) Non, mais sérieusement, je suis toute inspirée.  I think this is really going somewhere!

Moi: Oui, ce que j’aime avec notre Plan, c’est qu’il est simple. Simplicité choisie. Pas besoin de se réinventer. Enfin, on pourra juste ÊTREÊTRE!

V: Que veux-tu, je t’avais bien dit que nous étions des êtres de contradictions…

P.S. Votre nouveau Plan, vous le partagez avec nous? 

P.P.S Un petit mot pour m’excuser de mon retard à répondre aux commentaires ces jours-ci. C’est toujours avec autant de joie (et un crayon et papier pour prendre des notes; vous avez de super idées) que je vous lis. Malheureusement, je manque un peu de temps et dois parfois choisir entre rédiger un nouvel article ou répondre aux commentaires. Mais je me promets de me rattraper bien vite. Merci d’être toujours là!

La perle rose

Mes perlesComme ma grand-maman et aussi toutes les femmes de ma famille je crois bien, j’adore les perles.

Ma grand-maman, elle, avait un faible pour les perles roses. C’est d’ailleurs elle qui a fait elle-même le collier sur la photo (avec des petits noeuds entre chaque perles), et me l’a offert à un anniversaire. Le collier de perles roses, à son sens, était tout aussi indispensable que le blanc. D’ailleurs, c’est souvent celui-là qu’elle avait dans le cou. Et les grands soirs, une jolie superposition de ses colliers de perles blanches et les roses aussi, d’un plus joli effet.

Mon collier de perles roses, j’ai mis du temps à le découvrir. Il est longtemps resté dans mon tiroir, dans son sachet de soie. Mais maintenant, je comprends l’intérêt et il ne me quitte que rarement. Il est un peu plus décontracté on dirait, un peu plus doux. Il est encore plus flatteur pour le teint; comme une ampoule rosée dans un salon. La peau semble plus lisse, les traits plus reposés. Mon collier de perles roses est beau avec des jeans comme un chemisier en soie. Il a ce petit côté “pétale”, cette teinte antique de rose ballerine, qui lui donne un air moins Park Avenue et est parfois bienvenu. D’ailleurs, parmi mes rêves de coquettes, il y a ce collier, aux teintes de roses mélangées…Chut, je rêve.