Dites BOO aux boutons!

En ce jour de l’Halloween, je vais vous parler de mes tactiques pour faire peur aux indésirables.

On a toutes parfois des boutons. C’est normal. Eh oui. (Même Garance Doré.)

Même si en vieillissant, j’en ai de moins en moins (je considère que ça fait partie de la justice naturelle de la vie) j’ai, au fil des ans, développé un véritable protocole pour traiter avec les intraitables.

D’abord, précisons que les peaux qui sont aux prises avec des irruptions cutanées fréquentes devraient prendre rendez-vous avec un dermatologue sans attendre. Pas parce que c’est grave. Juste pour avoir l’heure juste, avoir le sentiment d’être prise en charge et surtout, arrêter de dépenser sur n’importe quoi. En fait, nous devrions toutes voir un dermatologue, histoire d’en finir avec les auto-diagnostics qui coûtent cher, décapent le grain de peau et minent la confiance en soi. En plus, souvent, même si les produits prescrits sont zéro glamour, ils ont l’avantage d’être couverts par les assurances. Dans l’intervalle, on peut toujours s’amuser avec un beau blush, un lait corps parfumé ou des chaussures démentes. Et puis, un beau teint, c’est un beau teint, peu importe le contenant de la crème de soin qui l’a facilité (j’essaie de me convaincre moi-même hein).

Aussi: pas touche au bouton! On traite en surface. On pense à autre chose. On passe à autre chose. Pas facile, je sais. Mais les extractions maisons laissent parfois des marques qui prennent des années à s’estomper.

Alors, on camoufle, on sourit, on met un collier ultra-intense. Il n’y a en fait que nous qui y accordons une importance si major. Qu’on se le dise: nobody cares.

Enfin, en ce qui concerne ma trousse de secours, mon arsenal de produits pour faire peur aux boutons, voici:

-La Solution Hexomedine: Je demande à toutes mes amies qui vont en France de m’en rapporter un flacon (disponible en pharmacie)- c’est magique! J’imbibe le bout d’un coton-tige et tapote le bouton plusieurs fois par jour avant de le traiter. Ici, l’équivalent le plus proche est Baxedin je crois. Mon truc ultime: imbiber un peu de coton et le “coller” sur le bouton où il sèchera toute la nuit (sexy!). Au matin, souvent il ne reste plus rien. C’est un miracle.

-La Crème anti-boutons Neo-Strata: Elle n’abîme pas l’épiderme en surface mais fait dégonfler même les boutons les plus costauds presque immédiatement après l’application. J’aime que ce soin soit entièrement translucide.

-Le Masque triple action Keracnyl de Ducray: Quand je sens que des fantômes de boutons rôdent (une fois par mois, fatigue extrême, stress ou démaquillage bâclé), je fais ce masque ultra-purifiant. Et si un bouton est bien installé, je pose le masque sur lui toute la nuit (re-sexy!). J’adore toute la gamme Keracnyl de Ducray, qui est, à mon sens la meilleure marque anti-acné. J’ai d’ailleurs très souvent été sauvée par le Keracnyl Stop-Boutons. Enfin, avis aux Québécoises, j’ai appris aujourd’hui que les produits Ducray sont désormais parfois cachés derrière le laboratoire. Il suffit de les demander.

-Enfin, une fois que le bouton en tant que tel est parti, j’applique toujours un onguent d’hydro-cortisone 0.5% (une très, très fine couche), qui, j’ai remarqué, aide à la cicatrisation. Je ne suis pas médecin et je ne saurais dire si, médicalement c’est recommandé, par contre, j’ai remarqué qu’avec cet onguent les petites peaux sèches et la rougeur (et même l’enflure résiduelle) disparaîssent comme par enchantement. (Bravo à moi qui vient de dire que l’auto-diagnostic est à proscrire).

Enfin  il y a aussi le EradiKate de Kate Somerville et deux autres produits dont j’ai entendu le plus grand bien (mais que je n’ai pas testés): la Pâte Grise Payot et le Control Gel d’Aesop.

Vous avez d’autres solutions à partager pour faire peur aux boutons?

Joyeuse Halloween à toutes!

*Celles de ma génération auront reconnu Slimer de Ghostbusters! J’adore les années 80!

Madame Range-Tout

Boucle d’Or n’est pas la fille la plus ordonnée au monde en ce qui a trait à ses choses à elle. Pas que je sois vraiment messy-messy, je suis juste comme happée par le tourbillon qu’est ma vie. Mais j’ai un vrai besoin d’ordre, de rangement. Psychologiquement parlant, disons. Mais aussi, le matin, j’ai besoin de trouver ma deuxième chaussure. Et le soir, mon pyjama.

En août, mon amie A-M, la reine de l’organisation en ce bas-monde (qui, je le répète, devrait avoir son talk-show sur le sujet), m’a aidée à faire un beau ménage de garde-robe. Mais…nous avons manqué de cintres, de paniers, de pochettes… Résultat? Une bonne partie de mes vêtements sont restés dans un panier à linge, plié (et un peu moins plié au fil des jours).

Pour mon anniversaire, mon amie A-M a donc eu la bonne idée de m’offrir (oh, soupir d’excitation!), tous ses essentiels de rangement pour la garde-robe (et ses conseils de surcroît). Des paniers, des cintres avec des pinces, des plateaux en plexi, vides-poches, des crochets, des conseils…sans oublier le petit livre Madame Range-Tout pour m’inspirer.

Comme mon amie A-M quittait ensuite pour Winnipeg, je lui ai promis de tout bien mettre ses trucs en application et de lui faire des photos avant/après. J’ai ensuite sollicité ma maman pour venir amuser Petite Ourse (et aussi m’aider à plier du linge/m’encourager dans mon projet d’envergure). Parce que honnêtement, ça n’était pas une mince affaire. Tenez, il était déjà 21h, nous avions bu un verre de porto, fait les costumes d’Halloween des oursons et essayé de coucher Petite Ourse deux fois (zero success). J’ai ouvert la porte de ma garde-robe et elle a eu un mouvement de recul en disant (très sérieuse): “Oh-mon-Dieu-je-pense-que-je-n’ai-pas-la-force“. Mais, malgré tout…on s’y est mises et on s’est bien amusées.

Alors, voici, je vous raconte comment j’y suis arrivée. Avant tout, je vous explique. J’ai une garde-robe à moi toute seule. J’y conserve tous-tous-tous mes vêtements (hiver, été, plage, sport (oui, vous avez raison, je ne fais pas de sport), travail, lounge, robe de mariée, robes soleil et vestes de laine à col de fourrure. J’y ai aussi toutes mes chaussures, mes accessoires à cheveux, mes sacs, mes chaussettes, mes sous-vêtements, mais aussi, des souvenirs (ma collection de coquillage) et des parfums que je ne porte pas tous les jours. Sans oublier le matériel de bricolage réservé à mon usage exclusif (loin des petites pattes). Et… les jupes style tutu. Il y a beaucoup, beaucoup de tulle dans ma garde-robe. Du style, le matin, quand je ne sais pas quoi mettre, il n’y a que ça qui me saute aux yeux. Enfin, tout ce préambule pour vous donner un peu l’historique…je n’ai pas d’excuse valable pour l’état de désorganisation qui régnait dans ma garde-robe jusqu’à samedi. Mais c’est fini tout ça.

D’abord, étape 1: j’ai tout, tout, tout sorti de ma garde-robe. Les vêtements de maternité, le contenu des sacs vidé en vitesse avant une sortie familiale, chaussettes solitaires, les cintres en métal qui viennent du nettoyeur (et ne servent à rien finalement)…Puis, j’ai fait le tri. J’ai tout replié. J’ai fait des piles. J’ai essuyé les tablettes. Avis à celles qui prévoient se lancer: c’est l’étape la plus décourageante de l’entreprise.

Puis, j’ai mis les robes avec les robes, sur les cintres de bois IKEA, le tulle ensemble, loin des tenues plus sobres de travail. J’ai mis les jupes sur les cintres à pinces (IKEA)- j’adore! Puis, ça a commencé à prendre forme.

J’ai aussi organisé mes chaussures de tous les jours dans un système suspendu, offert par mon amie A-M. Plus de course folle le matin. Les tongs, chaussures à paillettes et semelles compensées d’été sont restées dans la tablette du bas, en attendant la bonne occasion ou la belle saison.

J’ai ensuite plié tous mes chandails, t-shirts et autres hauts, bien comme il faut. Sur la photo ci-dessus: pile de gauche, hauts sports, pile du milieu, t-shirts à manches longues, au centre, t-shirts de fin de semaine, autre pile, chandails noirs divers et enfin, une pile de shorts et tuniques de plage. Ça n’est pas parfait, mais c’est une énorme amélioration. Comme vous pourrez le constater, j’ai un chandail de Noël. Tout le monde devrait avoir un chandail de Noël, c’est mon opinion. Pour décorer le sapin, faire des biscuits, lancer des boules de neige et faire des photos digne du catalogue des fêtes de J.Crew.

Ensuite, j’ai mis dans un bac (IKEA), accessible, mes vêtements d’intérieur avec dessus, ma fantastique robe de chambre du Drake Hotel de Toronto. Pas ultra-élégante mais so-so confo, c’est ma robe de chambre pour déjeuner tranquille à 5h45, avec le capuchon, style Rocky qui se prépare au combat. À gauche, un bac de vrais pyjamas cette fois, puis, des bacs de foulards et de serre-têtes. J’aime les accessoires.

Au dessus, un bac pour mes chaussettes, un pour mes bas-collants, un pour mes leggings, mais un aussi pour mes culottes et soutiens-gorge. Et, tablette au dessus, un bac pour mes pochettes de soirée, mon vanity de produits de beauté dont je me sers moins souvent, puis, mes sacs à main.

Sur le mur du fond, j’ai posé les crochets, sur lesquels j’accroche mes ceintures, les courroies de sacs et aussi, les camisoles à bretelles fines (je cherche toujours mes camisoles le matin, je suis la seule?).

Sur un système à crochets (en fait, fait pour accrocher les clés), j’ai organisé tous mes bandeaux. 

Enfin, sur le meuble du fond (qui contient des foulards de laine, des souvenirs…un peu n’importe quoi en fait…c’est mon prochain projet…mon courage a ses limites), j’ai organisé mes parfums, mes barrettes et quelques accessoires que j’aime. Sans oublier ces trucs que j’attrape toujours à la dernière minute avant de sortir: des mouchoirs, des crayons, des cartes d’affaires, de la crème à mains pour le sac.

Dans une boîte de bottes j’ai classé tout mon papier à lettres et mon matériel de bricolage, que j’ai glissé sous mes vêtements…

Puis, comme j’avais trop hâte d’utiliser mes plateaux en plexi IKEA, j’ai aussi organisé le tiroir de ma coiffeuse pour n’y garder que le maquillage.

     

Dans une ancienne vanity Samsonite à ma grand-maman, j’ai mis mes soins, que je garde sous ma coiffeuse, contre le mur. C’est plus pratique ainsi.

Enfin, sur le crochet du mur du fonds, j’accroche mon outfit du lendemain ou encore, ces vêtements qui froissent à rien. 

Je me suis couchée épuisée, mais heureuse. Tout était tellement à l’ordre…Je me suis même posée la question…mais où est donc mon pyjama?

Cet article je l’ai fait pour encourager celles qui sont un peu comme moi, qui manquent de méthode. À titre indicatif, quand j’ai dit à Papa Ours que j’allais écrire un article sur comment ranger sa garde-robe il a roulé les yeux, exaspéré: “Pfff, toi?“. Il a raison, ça n’est vraiment pas mon domaine de prédilection. Mais vous voyez, dans mon Plan je suis hyper organisée…Je suis même un peu Madame Range-Tout.

Dites-moi (svp, rassurez-moi!), je suis la seule à avoir besoin de conseils dans ce département? Si vous avez d’autres conseils, je suis preneuse!

* Un énorme merci à mon amie A-M pour ce super cadeau ô-si-inspirant. Et aussi à ma maman qui participe toujours mes projets les plus fous, dans la bonne humeur (et apporte ses outils).

So long, farewell, auf Wiedersehen, au revoir!

Je suis en train de terminer un tube de Crème des Saisons de Sanoflore, une crème que j’ai adoré comme ça faisait longtemps que je n’avais pas autant aimé une petite crème de jour. Rapportée de France par une amie voyageuse durant l’été, cette crème a fait mon bonheur dès le premier jour où j’ai tout laissé tomber pour elle. Parfum vanille-fleurs blanches tout doux, texture fondante (qui me rappelle la Crème Sorbet de Caudalie mais en plus crémeuse), éclat immédiat, la peau s’engorge d’eau pour rester belle jusqu’au dodo. J’aime la texture qui ne peluche pas sous le fond de teint ou l’écran solaire, faisant ainsi d’elle la base de teint idéale.

Août, septembre, octobre…Je l’ai appliquée matin et soir (et même aussi parfois durant la sieste en couche épaisse, comme un masque, pour un effet coup d’éclat aux résultats marqués); cette crème a véritablement été mon amour de la fin de l’été.

Par contre, toute bonne chose a une fin…Je termine mon tube juste au moment où il commence à faire froid, juste au moment où la Crème des Saisons n’est plus en mesure de garder ma peau (à tendance sèche-déshydratée) au chaud. J’enrichis donc le peu de crème qui me reste d’Huile M. Picaut ou d’Essence Merveilleuse (également de Sanoflore) avant de dire adieu à mon tube pour vrai…jusqu’à l’été prochain. Parce que oui, on se retrouvera, on se l’est promis.

Dans l’intervalle, je ne saurais trop recommander cette crème à celles à la peau davantage normale ou même normale mixte. Je sais aussi qu’il existe également une version de cette crème plus adaptée aux mois plus froids, la Crème des Saisons Enrichie (…”pour entrer dans l’automne sans perdre en beauté” dit le site de la marque…j’adore!) par contre, je ne l’ai jamais testée. Enfin, avis à celles qui n’ont pas accès facilement à Sanoflore, je viens de trouver ce site qui livre partout dans le monde (bien que je n’aie pas encore tenté l’expérience).

Je suis la seule à dire au revoir à sa crème d’été?

*Pour celles qui ont pensé que je signais mon dernier article, le titre fait plutôt référence à mon film réconfort préféré: The Sound of Music!

L’uniforme du samedi matin

Presque tous les samedi matin, j’enfile mon uniforme: un t-shirt à col v de la ligne Pink de Victoria’s Secret avec des jeans. Parfait pour faire les courses, pour cuisiner, pour aller boire un café, pour aller au parc, au cours de sport de Petite Ourse ou même se recoucher (vive la sieste du samedi!), j’ai ce top dans toutes les couleurs, c’est mon préféré. Décolleté parfait, coton tout doux, assez long pour bien couvrir la taille, c’est mon haut irréfléchi idéal. Suffit d’ajouter un gros foulard, un cardigan de grosse maille sur-dimensionné, des Ray-bans, ma poudre bronzante Dior Nude (teint abricoté, j’arrive!), et un peu de baume à lèvres, voilà, on est prête pour toutes les éventualités.

Sur ce, bon samedi à toutes!

Vous, votre uniforme pour les fins de semaine?

Bobo, les eaux?

Autant je suis contente d’avoir fait le Switch (ma peau aussi me dit merci), autant je culpabilise un peu intérieurement.

Parce que, depuis que je n’utilise plus l’eau du robinet pour me laver le visage, j’achète de l’eau thermale. Et je compare mentalement les mérites de chacune avant de choisir. C’est justifié une fois que l’on connaît, que l’on sait combien la peau reflète réellement les bienfaits des eaux utilisées.

Par contre, de l’extérieur, j’en conviens, ça peut faire un peu…bobo.  Du style, “atelier de dégustation d’eau” où l’on entend des trucs pas possibles comme “je perçois comme une évocation de rosée évaporée en saveur tertiaire“…N’importe quoi.

C’est pourquoi ça me gêne un peu de parler d’eau. De l’eau c’est de l’eau, non?

Mais au risque de paraître un peu bobo, je réponds non. Certaines eaux sont plus apaisantes que d’autres, alors que d’autres un effet un peu coup de fouet rafraîchissant. Ce sont véritablement des eaux thérapeutiques, des remèdes prescrits par les dermatologues et autres professionnels de la santé. Enfin, moi, aucun doute, je suis convertie.

Voici donc mes eaux coups de coeur:

L’Eau Avène (pas sur la photo): So classique, si facile à trouver. Apaisante et anti-rougeurs, je l’aime et l’achète dès qu’elle est soldée chez Jean Coutu.

L’eau Uriage: J’adore, mais j’adore cette eau qui goûte la Vichy Celestin et fait le teint uniforme et radieux et sans attendre. Dommage qu’elle ne soit pas vendue ici- tout comme toute la marque Uriage d’ailleurs.

L’eau Soin d’Eau*: Mon dernier coup de coeur en matière d’eau thermale: cette eau qui vient de Basse Normandie! Ultra-apaisante, cette eau est plus que parfaite: elle fait une belle peau, elle a un flacon un peu rétro. Et puis…la simple pensée que je me lave le visage à l’eau thermale de Bagnole-de-l’Orne me fait sourire. Dur, dur de faire plus bobo!

Je vous donc laisse avec la bande-annonce des Bobos, l’émission sur un couple branchouille du Plateau Mont-Royal qui me fait bien rire. D’ailleurs, ce sera notre déguisement d’Halloween à Papa Ours et moi.

Allez, parlez-moi de vos eaux. Comme dans un atelier de dégustation, il n’y a pas de mauvaises réponses. Et n’ayez pas peur d’être bien imagées.

* Je l’achète chez PH Santé Beauté, rue du Parc. J’irai d’ailleurs y faire un soin du visage et lecture de peau très bientôt. Je vous en donne des nouvelles!

Des nouvelles de mon Plan: Phase 1

Je me suis dit que vous mourriez sans doute d’envie de savoir comment allait la mise en application de mon dernier Plan…Bon, allez, j’admets: j’avais besoin d’un incitatif, d’un coup de pied dans le derrière. Ça manquait d’imputabilité mon histoire… Alors voici-voili, aujourd’hui un rapport sur l’exécution de mon Plan à ce jour.

Phase 1Objectif général: Belle New-Yorkaise bien organisée au style de vie sain et au look impeccable. Les cheveux brillants, mise en valeur des yeux et joues sculptées. Un rien Mad Men, je pense à des longues journées, des bloc-notes, mais aussi à des lunch de chez Prêt-à-Manger, à des réunions derrière des portes vitrées. Avec un bar à eau (dont une au concombre!) dans un joli pichet.

Inspiration: Olivia Palermo (moins les soirées) et Gwyneth Paltrow dans son livre de recette (moins le yoga, plus le chocolat). Un peu d’Ivanka Trump mais aussi Holly Golightly, c’est évident, c’est New York. Sans oublier que je veux rester moi dans tout ça…

Alors, alors: un look de bureau digne de ce nom a besoin d’un Veston Productif. Avec des poches. Qui cache un peu les fesses. C’est plus chic. Celui-ci est de Zara et il était vraiment abordable. Pratique comme tout, j’aime le tissu un peu coton. Par contre, seul bémol, je trouve qu’il manque de corps au niveau des épaules. Enfin, ça reste un super veston, que je porte avec jeans comme avec une jupe. Si on roule les manches on se sent encore plus efficace.

Sous le veston, un petit haut sympathique. Un haut qui dit: “le veston est ultra-productif mais moi je fais la fête“. C’est contradictoire, on adore. En fait, il suffit d’un petit détail: un frison, un liseré de paillettes, des boutons…Ou même, à défaut, un collier un peu spectaculaire. Ce top est de Wilfred, une marque que j’adore. À noter, le top, on le rentre dans la jupe pour avoir la taille bien fine et une silhouette un peu lady.

La jupe: longueur respectable mais pas non plus chaperon. Suffit qu’on l’aime et qu’elle soit assez confortable pour notre longue journée de fille occupée qui boit de l’eau au concombre entre ses infusions. Personnellement, je n’aime pas trop les jupes doublées dont le tissu glacé me donne froid. Je préfère les jupes de laine, à bandes ou encore en jersey. Celle-ci est de Zara (soldée), un bon basique.

Ne pas oublier les bas collants bien opaques (et ainsi plus chauds); j’ai eu un récent coup de coeur pour ceux de la marque Secret au fini Suède qui durent longtemps. Enfin, pour brouiller un peu les cartes et donner une petite touche cool-dark à la Leigh Lezark, j’ai ajouté des bottillons cloutés (BCBGMAXAZRIA).

Pour aller dehors, manteau surdimensionné à la Olivia Palermo, bien classique avec son col rond. J’ai ce manteau rouge cerise depuis des années (BCBGMAXAZRIA) et c’est toujours un plaisir de le ressortir dès qu’il fait un peu frais. Très Mad Men avec sa manche bouffante; on peut ajouter de longs gants pour conduire (en écoutant Xavier Cugat, why not!).

Puis, il y a mon sac: ladylike et porté dans la saignée du coude (Mulberry), sur lequel j’ai ajouté une petite touche ethnique pour l’aspect “ouverture sur le monde“. Non, je plaisante, bien sûr, j’aime surtout la petite touche de couleur qu’apporte cette jolie pièce russe vintage. Touche finale, do not forget: des lunettes de soleil énormes et noires qui font des yeux de chat (Chanel).

Mais, nous n’avons pas parlé de la base, de la fondation sur lequel tout le Plan est érigé: le teint parfait! Toujours le fond de teint Dior Nude pour moi, que j’applique avec le pinceau plat de la marque – le teint est instantanément sublimé, photoshoppé, même sous la lumière la plus crue. Je sculpte ensuite mon visage avec le blush teinte Nude de Chanel, une merveille introuvable au Canada achetée aux Etats Unis (avis à celles qui écoutaient The OC il y a mille ans: c’était la teinte de blush très California girl de Marissa Cooper).

Pour les yeux, j’applique la teinte Sin de la palette Naked 1 d’Urban Decay (sur toute la paupière mobile), pour ensuite apporter de la définition avec le fard Shale de MAC (un mauve-gris) qui fait paraître mes yeux plus noisette. Beaucoup de cils (ici, les faux-cils Flirty de Quo) et de mascara, puis mon classique Lip Glow Dior rehaussé de mon nouvel amour, le Baume de Ferté Guerlain. On n’oublie pas les ongles: c’était à prévoir j’ai aussi la version vernis de mon rouge à lèvres Diorific teinte Marilyn. Trois mots: Oh, my goodness! Ce vernis est sans doute mon rouge favori à vie. C’est le rouge laqué poupée russe parfait.

Enfin, côté coiffure, j’ai opté pour la coiffure signature d’Olivia Palermo, expliquée ici.

Enfin, en ce qui concerne mon style de vie sain et pur, j’ai fait le riz de Gwyneth au chou frisé pour accompagner ma ratatouille, j’ai bu maintes infusions ancestrales (l’effet est visible sur mon teint, je vous assure) et j’essaie toujours de me coucher plus tôt en ayant une bonne pensée pour l’humanité. Vous savez, plus de sommeil c’est ultra-important si je veux être en forme pour aller boire de l’eau de concombre à ma réunion derrière des portes vitrées.

Et vous, dites-moi, comment va l’application de votre Plan?

Baume des bourrasques

Vous le savez, sans me vanter, j’ai acquis au fil du temps, une certaine expertise en matière de baumes à lèvres. C’est un peu mon domaine de prédilection, disons. Le Baume d’Hiver Green Beaver, le Baume Lip Slip de Sara Happ et le Baume Lèvres Nourricier Sanoflore: voilà mes top trois baumes à lèvres depuis un bon moment. Sauf qu’il y a des hic.

Premier hic: Ces baumes de mon top trois ne sont pas tous facilement accessibles de partout (j’en connais plusieurs en Europe qui rêvent du Lip Slip en soupirant). Sinon, le Baume Green Beaver semble être ultra-local, vendu uniquement au Canada (sans compter que la marque ne répond pas à mes courriels). Enfin le Baume Nourricier Sanoflore, quant à lui, n’est pas vendu au Canada. Si ça continue comme ça, il faudra bientôt faire des cartes géographiques avec quel baume il faut acheter où; complètement fou. Cela dit, tout se trouve par internet. Mais en même temps, quoi de mieux que de rêver à un baume à lèvres qui vient de loin-loin-loin, je vous le demande? J’adore rêver à des baumes à lèvres non-disponibles chez moi.

Bon, mais il y a un deuxième hic.  Encore plus majeur que la non-disponibilité du produit: quand il vente mes cheveux collent dans les baume à lèvres précités (que j’aime malgré tout très fort). Alors là, on touche un point sensible, vous en conviendrez.  En automne, ça devient une considération essentielle, même. Je veux de l’hydratation. Je veux des lèvres douces, rosées, satinées. Mais je veux des lèvres qui ne collent pas. Absolument pas; sinon, c’est la mort de ma mise en pli (qui, vous le savez, dure le temps d’un voyage Montréal-Trois-Rivières).

Mon dernier coup de coeur, le Baume de la Ferté de Guerlain. Une merveille créé par la marque il y a des lustres, en 1878 (à l’origine pour les mamelons), qui contient benjoin et tannins, tous deux cicatrisants, antiseptiques  et protecteurs. Ce baume ne colle pas, on dirait même qu’il “sèche”, pour prendre un fini opaque-satiné (oui, comme les bas collants) longue tenue. Il est de la plus jolie couleur au monde: un petit pêche-rosé (la parfaite teinte de ballerine) qui rehausse la couleur naturelle des lèvres. Et enfin, il sent divinement bon la vanille fleurie, le luxe en tube et le bonheur des promenades d’automne quand il y a de grands vents, que les joues sont glacées et que l’on réfléchit justement à son Nouveau Plan.

Enfin, oui, il est assez cher mais il en faut si peu que j’estime qu’il durera très longtemps- c’est donc un excellent investissement! Sans compter qu’il est disponible partout dans le monde…

Vous le connaissiez?

Le Plan


Mon amie V. et moi on se connaît depuis presque toujours. À 11 ans, on était dans la même équipe au camp de survie en forêt de l’Arboretum Morgan, puis, on ne s’est plus lâchées. En septembre elle était dans ma classe au primaire, puis, on est allées à la même école secondaire, ensuite à John Abbott College, toutes deux en Liberal Arts, puis à la même université. Entretemps, on est aussi devenues voisines, on a pris l’autobus ensemble mille fois, on a étudié encore plus (en lisant des magazines aussi), on a fait ô combien d’exposés oraux (sur Montségur, la tragédie cathare (en costumes, s’il vous plaît), sur Guernica (aussi en costumes…), sur Heidegger, (oui, en fait, on était toujours déguisées pour les exposés, on adorait les costumes!).

Une autre constante dans notre amitié qui dure depuis 20 ans: les Plans. Dès que ça ne va pas mais aussi quand ça va très bien, aux changements de saison ou simplement quand on est fatiguées, lasses ou en manque d’inspiration, on fait des “Plans”! Vous vous souvenez, je vous avais déjà parlé de mon amour pour les Plans.

Mais un Plan, c’est quoi? C’est d’abord et avant tout l’occasion d’une rencontre. Un Plan ne se prépare pas au téléphone. Non. On prend un café, une bonne soupe ou un verre de  vin. Et puis, on apporte tout ce qui nous inspire, un peu sur le principe du Show and Tell des écoles anglophones. Enfin, on prend des notes et on conserve le Plan, comme un mantra, pour nous rappeler les grandes lignes de notre inspiration du moment, comme les minutes d’un conseil d’administration: on veut se rappeler les grandes décisions. C’est aussi l’occasion de fous rires, de conversations un peu décousues et superficielles qui n’avancent à rien (en apparence hein, parce qu’intérieurement il y a tout un cheminement!) et de grandes envolées inspirationnelles.

Depuis la rentrée, mon amie V. et moi on se dit qu’il faudrait vraiment s’y mettre et faire un Nouveau Plan. Je me suis donc dit que ça serait sympathique de vous inclure dans le processus…Donc, samedi soir dernier, mon amie V. et moi nous sommes attelées à la tâche. Dialogue de notre rencontre, donc.

V: Bon, c’est parti mon kiki!

Moi: Oui, Nouveau Plan, nous voici, nous voili!

V: J’ai apporté plusieurs Plans passés, histoire qu’on se remémore nos grandes lignes. J’ai aussi rechargés tous mes anciens téléphones portables où on avait sauvegardé des notes. Comme ça, on a une bonne base!

Moi: Super! Bon, alors, numéro un, j’ai une image dans ma tête. Une image d’un moi qui a un style de vie ultra sain et pur. Dans cette optique, je nous ai donc fait une soupe claire de feuillage. Que de l’eau et des feuilles.

V: (moyennement enthousiaste): Mmmm… Génial! Bon, allez, on s’y met. Champagne avec la soupe de feuillage? 

Moi: Volontiers. Alors, pour l’automne, j’ai vraiment envie d’un teint parfait abricoté. Oui, le teint parfait, ce sera la base de mon moi réinventé. Je veux le Touche Éclat et le Fond de Teint Touche Éclat d’Yves St-Laurent. 

V: Moi aussi! Alors, je note: Teint parfait, abricoté. OK. Quoi d’autre? Moi, j’ai envie d’être davantage ouverte sur les enjeux de la société et de boire plein d’infusions. Des infusions, c’est vieux comme le monde, ça a fait ses preuves, non?

Moi: Oh, oui, des infusions ancestrales. Je note. Quoi de mieux pour mon teint parfait! Mais sinon, quoi d’autre?

V: (Soupir…Grand moment de réflexion sans grande révélation) Et si on repassait en revue nos plans antérieurs pour nous inspirer? Alors:

Janvier 2011: 

-Vie pure et simple (comme Gwyneth dans son livre de recette);

-Profiter des bonheurs simples de la vie;

-Boire du thé; (tiens, ça n’est pas nouveau cette idée des infusions)

-Un teint abricoté; (ah, tiens, ça aussi, ça revient…)

Ensuite, printemps 2012, j’ai:

-S’accepter telle qu’elle et miser sur un mode de vie sain (comme les filles dans Shape magazine);

-Être posée et pleine de grâce. Avant de réagir impulsivement, se demander si Audrey (Hepburn) ou Grace (Kelly) agirait comme on s’apprête à le faire. Ça peut nous guider à être une grande dame.

-Ne pas laisser le stress ou l’anxiété prendre racine en notre jardin intérieur. Jamais. (Oh, comme c’est bien dit. On était en forme ce jour là, dis donc!)

-Avoir un style chic mais pas trop réfléchi; 

-Après, on avait noté des mots en vrac comme ça: équilibre, confort, Diane Kruger, Lauren Conrad, épanouissement, lectures qui nourrissent l’âme, émerveillement, country club chic, rose anglaise et teint abricoté. (Bon, ça semble vraiment être un élément clé on dirait.)

Moi: Oh, j’aime rose anglaise. Je me vois, petites blouses un peu dentelle, grosses mailles dans des teintes pastelles, un teint pâle, des lèvres bois de rose et un parfum de peau. Un peu Rachel Weisz dans cet ancien cover de Vogue et de Bella Heathcote sur le Vogue Australie. Ça pourrait être un bon look de weekend, non? Avec des jeans. Trop romantique. Genre Kate Moss à son mariage version hiver sans le mariage mais avec un foulard.

V: Ouiiii!…et la semaine on pourrait être ultra-new-yorkaises avec les cheveux bien lisses, le sac à main dans la saignée du coude (pas sur l’épaule) et un maquillage joues-creusées et yeux définis. Avec un grand latte Starbucks, de belles lunettes de soleil et des gants de cuir. Un mot, un nom: Olivia Palermo. 

Moi: J’adoooore! Et pour l’hiver, je pense aussi à Lara dans Docteur Zhivago, beauté glaciale, bien emmitoufflée (d’ailleurs, ça me fait penser: il me faut le rouge à lèvres Hue de MAC). Un snood à grosse maille, de la fourrure. De belles mitaines.  Des robes courtes avec de gros bas collants en laine (comme sur le site de Hush).

V: Oui! Genre belle moscovite intemporelle qui sait comment s’habiller pour les températures glaciaires. Un mix de la belle Katia au teint parfait (abricoté) de BOP (Le Voleur et l’Enfant) et de Natalia Vodianova en général.

Moi: …Des joues bien roses de poupée russe et un peu de lustre sur l’os de la joue comme après le ski. Ça donne bonne mine. Oh, après-ski!!! Trop inspirant le look après-ski! Genre “je fais du ski à Kitzbühel en manteau Montcler, et j’ai un teint abricoté.”

V:et tu bois une infusion ancestrale, peut être? Attend, mon téléphone sonne.

Moi: Ton téléphone du passé?

V: Non, mon téléphone du présent. Bon, je ne réponds pas parce qu’on est en plein flux inspirationnel, là.

Moi: Comme tu dis, oui.

V: Alors on disait…après ski! Je pense à du vin chaud avec de l’anis étoilé. Je pense à  cuisiner des scones avec de la farine bio. Ce qui me ramène un peu à Gwyneth Paltrow, j’en conviens, c’est circulaire…Mais c’est pas tout: je veux bien dormir pour…

Moi: …pour être plus productive au bureau?

V: Mais non! Je veux bien dormir pour avoir un beau teint. Pour avoir un mode de vie sain, pour être en forme. Je regarde ma petite soeur C. (qui est à John Abbott College) et qui est toute belle, toute naturelle, une jolie tresse, un peu de baume à lèvres…j’adore ce look d’étudiante!  Je veux aussi mettre mes limites au travail, je veux avoir les pieds au chaud; des nouvelles bottes peut être?

M: Des nouvelles bottes ou un nouveau manteau, ça donne le goût de l’hiver. Un truc dans  les teintes de brun chocolat ou de chameau-caramel, un peu surdimensionné à la Max Mara mais avec de la fourrure. Oui…j’adore.

V: Avec un maquillage un peu féérie d’hiver pour accueillir les premiers flocons. Comme quand Carrie se promène à Paris. Tu te rappelles, cette scène-clé où elle retrouve son collier? Les joues bien roses et beaucoup de mascara? 

Moi: Oh, oui, oh oui. Merveilleux! Avec la Belle et le Bad Boy de McSolaar qui joue en bande sonore et la Tour Eiffel. D’ailleurs, je trouve la nouvelle collection de Paul & Joe ultra-inspirante, genre bal des flocons de neige, genre pique-nique avec les animaux de la forêt enchantée! Alors…

V: Alors je pense que c’est bon pour l’instant. Je te fais une photocopie et t’envoie le Plan demain par courriel. Vite, il faut aller se coucher, histoire de vraiment mettre en pratique notre nouveau plan.

Moi: Trop d’accord! Mais, attends…Tu as un peu faim toi?

V: Affamée! Mais t’inquiète pas, je savais que tu me ferais le coup de la soupe au feuillage: j’ai des biscuits aux chocolate chips de Café Neve. Bon, super le Plan, je suis vraiment inspirée!

Moi: (sautillante) Moi aussi! Moi aussi!

(…)

Lundi matin. Je suis au bureau, look total Olivia Palermo et teint abricoté à souhait. Je texte V., histoire de voir comment va la mise en application de notre nouveau Plan.

Texte de Moi: Hey, V! Comment va ton style de vie ultra sain de New Yorkaise qui met des limites au bureau avec des joues d’après-ski? Moi, ça va très bien…Tiens, là, justement,  je bois une infusion.

Texte de V.: Ça va très bien pour moi aussi! Mais dis-moi, ton infusion? Est-ce qu’elle est ancestrale? Parce que ça, c’est vraiment le détail super important.

Je pouffe de rire et résiste une envie de lui texter que justement, je viens de déterrer ma tasse d’argile en chantant un hymne aux castors. Les cheveux aux vents. Des bottes Mukluks aux pieds. Style la belle amérindienne, Isabel 2, de Legends of the Fall. Totalement Canadian Chic, un peu coureuse des bois…Oh la la, je suis trop inspirée!

Une chance que mes amies sont là pour me rappeler que d’être bien inspirée, c’est bien, mais que d’être bien entourée, c’est encore mieux! Mi-poupée russe, mi-ballerine au repos, pas trop superficielle, bien dans ma peau, des fous rires et une bonne dose d’humour, des tisanes ancestrales entre amies et des bisous à Papa Ours…sans oublier un teint abricoté, voilà mon Plan pour l’automne.

Et vous, votre Plan à vous?

Demain matin, Montréal m’attend

Il y a des matins où, comment dire, j’ai besoin d’une motivation extérieure à moi-même pour attaquer mon programme du jour. Un peu comme, lorsque je n’arrive pas à réveiller Petite Ourse, que je suis déjà en retard et que je finis par dire: “allez, viens, si tu te lèves, j’ai une surprise.” (La surprise? Sa toast coupée en forme de papillon ou en maison- je vous le conseille vivement, ça change tout). Enfin. Il y a des matins comme ça où j’ai vraiment envie de rester sous la couette. Et où, vous l’avez compris, moi aussi, il me faut “une surprise” pour avoir envie de partir conquérir le monde.

Cette promesse de quelque chose de spécial, d’une journée un peu enlevante (malgré l’agenda endormant), je l’ai trouvé en la collection Grand Bal de Dior, plus précisément en le nouveau rouge à lèvres Diorific.

Tube doré précieux, texture mi-matte, longue tenue (même ma mère est d’accord) confort et haute pigmentation: c’est du rouge à lèvres mes amies! Déclinées en quatre teintes bien vives, les nouveaux rouge à lèvres Diorific font une bouche magnifique, une bouche de Jessica Rabbit pour envoyer des bisous soufflés, une bouche qui, oui, donne envie de sortir du lit le matin.

Mon amie M. m’a bien fait rire: quand je lui ai dit que je portais mon nouveau rouge à lèvres Dior au bureau (et que j’étais un peu nerveuse puisque d’habitude je suis davantage Lip Glow et co.), en vraie parisienne elle m’a dit: “Mais non,voyons, ce que j’aime justement des nouveaux rouges Diorific c’est que vu leur texture satinée ça reste discret.” Discret, oui. C’est le mot. J’adore.

J’ai la teinte Marilyn et c’est vraiment le rouge à lèvres grand luxe qui fait une bouche qui dit Stop! Stop, regardez-moi. Stop, cette journée m’appartient. Stop, j’étais la prochaine en ligne, ce latte est pour moi. Quoi? C’est la maison qui me l’offre? Oh, thank you so much!

Stop, c’est ma vie. Stop, j’en profite. Stop, ce rouge à lèvres est magnifique, je sais. Stop, arrêtez de me demander mon autographe. Oui, Montréal m’attend.

Allez, je me sens d’attaque. Oui, il y a des jours (souvent les vendredi) où je dois me raconter un peu n’importe quoi pour démarrer ma journée. Je suis la seule? Sinon, vous avez d’autres conseils pour se motiver par l’entremise de son look?

Un trésor venu de loin

Hier soir, en revenant du bureau, une surprise m’attendait à la maison: un paquet de merveilles de mon amie de longue date et collègue avocate en France, M.

Pour mon anniversaire, mon amie a rassemblé tout plein de produits de beauté qui me faisaient rêver, mais aussi, d’autres que je ne connaissais pas (elle s’y connaît en beauté, M!): l’Eau démaquillante Uriage, le Serum Isofill Uriage (recommandé par sa dermatologue, vous savez combien j’aime les dermatos des autres) et la Crème Lavante au Citron de Christophe Robin. Enfin, deux petites boîtes mystérieuses: des pains de savon fins de la Société Parisienne de Savons, dont les emballages art déco me rappellent vaguement ceux de la marque italienne Valobra, mais dont les parfums sont infiniment plus enveloppants. J’adore, mais j’adore les savons en pain: mousse plus riche, parfum souvent complexe, emballages de papier plissé en soleil…Quel plaisir à utiliser! J’ai reçu le Greco Deco et le Savonia qui sentent bon comme ça n’est pas possible. Ça sent le voyage au long cours sur un paquebot dans les îles grecques, les jupons de coton qui sèchent dehors l’été, le jardin de ma mère le matin, mais aussi une valise que j’ouvre à Paris. Juste ça.

Pour l’instant, je n’ai rien déballé, je regarde mes petits produits sur ma coiffeuse, comme des promesses de moments tout doux, à moi et à venir. Comme des souvenirs du futur. J’adore tout. Je suis comblée.

Je pense à mon amie très loin qui est allée magasiner pour moi, en pensant à ce que j’aime, mais aussi à mes besoins capillaires et épidermiques. À cette même amie qui m’envoie des idées de bricolage pour mes petits ours (ses enfants ont le même âge que les miens), avec qui je partage conseils juridiques, sa recette de soupe aux carottes (la meilleure au monde!), des photos de nos nouvelles bottes et les histoires toutes simples qui font la vie.

Oui, vous avez tout compris, mon trésor très loin, c’est mon amie.

Je vous reviens très vite pour vous parler de mes nouveaux produits. En attendant, je vais aller flâner sur le site de La Société Parisienne de Savons, tiens.

Un énorme merci à mon amie M. pour ce magnifique et très touchant cadeau d’anniversaire!

Une peau confo

Cet article fait suite à une demande spéciale de mon Goglu, dont la peau du corps est sèche et démange. En fait, j’ai le même problème. Chauffage, bas collants, bains chauds et changement de saison; autant de facteurs qui contribuent à me faire une peau aussi douce que, oh, je ne sais pas, un paillasson. Sans parler des démangeaisons…

Alors, voici donc mes recommandations.

Dès que les températures baissent, je fais attention à ne pas utiliser des produits trop parfumés ou de mauvaise qualité (mieux vaut ne rien mettre du tout que de mettre un truc douteux, telle est ma devise en tout temps). Je mise plutôt sur les huiles que les lotions, et applique mon soin dès que je sors du bain, sur une peau humide. Mais surtout, histoire de calmer ma peau qui pique, je verse un sachet de poudre traitante Aveeno (100% avoine colloïdale) dans l’eau de mon bain et y trempe une quinzaine de minutes. Avis à celles qui n’ont pas accès à cette marque, une poignée d’avoine dans l’eau du bain fait également l’affaire. L’avoine est reconnue comme apaisante et ce traitement est recommandé pour celles qui souffrent d’eczéma, d’irritation à l’herbe à puces, de piqûres et même pour les Petits Ours. Et il fait la peau ultra-douce. D’ailleurs, quand j’étais enceinte, je faisais une pâte que j’appliquais en masque sur ma bedaine qui piquait.

Enfin, un soin qui me sauve à tous les ans dès qu’il fait plus froid: une crème qui contient de l’urée. L’urée est une merveille pour la peau. Attendez, je vais vous raconter une histoire. Ma mère avait un oncle qu’elle adorait, un oncle très, très près de la nature, il connaissait les chants des oiseaux, savait appeler les orignaux, en somme, il connaissait les secrets de la forêt. Il s’appelait Mon Oncle Ambroise. Donc, Mon Oncle Ambroise, quand il était petit, avait été gravement brûlé dans un feu. Il avait failli en mourir. Son parrain, un Amérindien, l’avait soigné en lui faisant des cataplasmes de crotte de poule (riche en urée). Et sa peau avait miraculeusement cicatrisé.

L’urée est également ultra efficace pour traiter les peaux sèches qui démangent car elle aide à exfolier les squames, en plus d’être un excellent humectant. Résultat: la peau toute sèche tombe pour en révéler une toute neuve, toute belle; une peau confo. Enfin, dernière note: sur la plante des pieds une crème d’urée est également toute indiquée et souvent recommandée par les pédicures médicales. Idem pour les cuticules. J’utilise la crème de marque Uremol (concentration 20%), en vente libre mais toute crème d’au moins 10% d’urée apportera un confort immédiat marqué. Non, ça n’est pas ultra-glamour comme tube (ni comme texture, laquelle est un peu collante, comme la crème Formule Norvégienne Neutrogena je dirais), en revanche, une peau qui accroche et gratte ça ne l’est pas non plus.

Mais dites-moi, vous avez d’autres trucs pour la peau-sèche-qui-pique à partager avec mon Goglu (et moi-même)?

Dans la trousse de maquillage de Boucle d’Or

Il s’en sont passées des choses depuis mon ancien article sur ma trousse: le printemps et l’été ont passé, je suis retournée au travail après mon congé de maternité, j’ai fait le ménage de mon sac à main (ça a duré 30 secondes) et j’ai un petit coin à moi, pour ne nommer que ceux-là…

Autant j’essaie d’en faire le maximum à la maison avant de partir (entre mon café-préparation de mon lunch/réveiller et habiller une Petite Ourse molle et endormie qui veut mettre un maillot de bain et une cape de Batman ou rien/changer mes bas collants car je viens de faire une maille en mettant les chaussures de Bébé Ours, essuyer le pipi de mon chien incontinent mais adorable), il m’arrive des trucs que je n’aurais jamais cru possible.

Par exemple.

Mon réveil sonne, je le prends dans mes mains et je dis: “Oui, allô!“, complètement paniquée. Sauf que ça n’est pas un téléphone, mon réveil. C’est un cadran. Branché dans le mur.

Prendre mon déjeuner tellement endormie que je n’allume pas la lumière. Je mange dans le noir total. En silence. Le temps de me réveiller.

Arriver au coin de la rue et me rendre compte que j’ai oublié de mettre du cache-cernes. Oublié. Une coquette comme moi. Pas possible. Ça doit être parce que je me suis aussi maquillée dans le noir. Le temps de me réveiller.

Sortir de la garderie et me rendre compte que j’ai oublié mes clés sur la chaise-haute. Dans le local. Re-crise pour les Petits Ours qui pensent que la journée est finie et qu’on retourne à la maison.

Bon, inutile de vous le dire, j’arrive au travail à la seconde près. En entrant, j’affiche mon sourire serein du style “Bonjour chère équipe, je viens de lire les dernières jurisprudence en matière de baux commerciaux. Oui, pour le plaisir des yeux et de l’âme.” Jeune perle du monde professionnel que je suis, hein.

J’entre dans mon bureau. Je ferme la porte. J’enlève mon manteau. Je m’assois. Et là, je prends une gorgée de café.

Je sors mon miroir. Et là, j’attaque la finition. Un peu de poudre, du rouge à lèvres. Oui, du cache-cernes (maintenant qu’il fait clair, cela s’impose). Je peigne mes sourcils. Mes cheveux. Grande respiration. Ça y est! Ma journée peut commencer.

Alors, cela va de soi, mon petit kit est plus rempli qu’avant. Voici, voici!

D’abord, mon rouge à lèvres du moment, la teinte Sunday Morning, d’Aerin, un petit nude tout doux, soyeux comme tout. Ensuite, ma palette Aerin (j’ai celle de Weekend mais rêve de celle pour la semaine de travail, la Weekday), qui contient deux ombres, un fard illumineur doré et le plus joli blush au monde, un pêche rosé. C’est vraiment tout (enfin, presque tout ce dont j’ai besoin). Un petit pinceau style kabuki (celui-ci venait avec la poudre solaire Dior), mon élixir de Fleurs de Bach Rescue Remedy (pour les moments de stress), un petit tube de crème à mains l’Occitane au Karité (la meilleure, sans contredit). Sans oublier aussi: un format voyage de la BB Cream Erborian, mon génial gloss Aerin teinte Perfect nude (j’adore la texture et la teinte), le Lip Slip de Sara Happ, le fond de teint poudre Dior (acheté selon vos recommandations) et…oui, un cache-cernes! Comme vous le voyez, mon Clé de Peau (qui m’a coûté la peau des fesses) dure longtemps, quel soulagement! Enfin, un échantillon de mon Eau de Bonpoint et un contenant où j’ai mis un peu de Mûre et Musc de l’Artisan Parfumeur (pour ma retouche parfum, après le lunch). Un mascara noir (le Misencils fait durer mes extensions et fait un regard de velours), mon fameux crayon Armani (pour une bouche comme celle de Megan Fox!), et un crayon à sourcils MAC (pour mes sourcils et aussi, des fausses taches de rousseurs, si j’en ressentais le besoin)… Enfin, il y a aussi mon nouveau baume à lèvres (pas sur la photo, une merveille dont je vous parle bientôt). Et voilà, j’ai tout ce qu’il me faut pour me sentir bien dans ma peau. Dans ma jolie trousse Aerin, dont le format est ultra-pratique.

Bon, allez, je vais aller réviser les dernières jurisprudences en matière de baux commerciaux. Oh, mais j’allais oublier, juste avant: il me faut un petit coup de Dior Lip Glow! And voilà!

Vous, dans votre étui, il y a quoi?

Gloss Perfect Nude Aerin

Rouge à lèvres Sunday Morning Aerin

Blush Aerin

De gauche à droite, rouge à lèvres Sunday Morning, Gloss Perfect Nude, blush Aerin (Innocence), illuminateur (Innuendo)- de la palette Weekend

Boucle d’Or devient mince…

du cheveu! Oui, oui! Parce que si je me laisse aller, mes cheveux prennent vite la forme d’une pyramide floue. Très, très loin des sept merveilles du monde, je vous assure.

La texture naturelle de mes cheveux, conjuguée à l’air humide de l’automne (et à cette petite pluie fine qui semble venir de dessous mon parapluie, en mouvement ascendant- mais qu’est-ce que ce cauchemar de la mise en plis?), font de l’automne ma saison cheveux-over-volumineux. Trop de cheveux, trop de volume, trop de frisottis…Pas du tout joli. Version longue, blonde et électrique de Dora l’Exploratrice, si on veut. C’est nul.

Mais ça, c’était avant que je découvre le Oleo-Relax Slim de Kerastase, une crème de lissage amincissante de volume qui me fait le cheveu doux comme tout, ultra-lisse, comme repassé, que je me fasse des grosses boucles ou que je les sèche raides comme des baguettes. Pas de sensation de lourdeur, pas de touché collant ou cireux- juste le merveilleux sentiment que les cheveux sont propres et que la cuticule de la matière est bien refermée, imperméable à l’humidité. La mise en plis est brillante, lustrée comme quand on sort de chez le coiffeur et surtout, elle dure longtemps, longtemps. Sans compter que le temps de séchage est un peu réduit, ce qui, pour moi, est un point important, vu que j’ai quasi le temps de lire Guerre et Paix en me séchant les cheveux; c’est tout un projet.

Enfin, voilà, ce produit m’a sauvé: une noisette de cette crème sur mes longueurs avant le séchage suffit pour que je garde une coiffure jolie, même sous le parapluie.

Dites-moi, je suis la seule à avoir un problème de silhouette capillaire ces jours-ci? Vous avez d’autres petits trucs à partager?

Conversation imaginaire avec Kate Middleton

Cet article inaugure une nouvelle catégorie: Conversation Imaginaire! Il s’agit d’une catégorie où Boucle d’Or imagine une rencontre beauté avec une femme inspirante, que celle-ci soit une héroïne de livre, une princesse, une actrice connue ou même une fée. Si certains des produits mentionnés ici sont le fruit de recherches (Google: produit teint parfait Kate Middleton), d’autres ne sauraient être que purement spéculatifs. Libre à la principale intéressée, donc, de communiquer avec moi pour rétablir les faits. (Kate, j’attends ton appel!).

Ah, Kate Middleton.

On aime toutes Kate Middleton!  Elle est radieuse, pleine de grâce, elle a un sourire sincère et semble vraiment sympathique. Sans oublier sa garde-robe chic, summum de l’élégance, ses belles boucles brunes rebondies et son teint parfait qui redonnent à la royauté anglaise ses lettres de noblesse. C’est un plaisir toujours renouvelé pour moi que de m’imaginer ce que peuvent être les produits et la routine beauté de Kate Middleton histoire de m’inspirer de son style très anglais, oh so royal, mais aussi de la grâce et de la sérénité qu’elle affiche en toutes circonstances.

“Oui, Kate est vraiment parfaite! Je l’adore. C’est une vraie princesse moderne, un conte de fée devenu réalité. Je la déteste aussi un peu pour ça. Mais dès que je vois un mauvais cliché d’elle et ça fait fondre mon coeur. Elle est tellement vraie. Alors je l’adore à nouveau.”

-Extrait d’un message texte envoyé par mon amie V.

Moi:- Greetings!

Kate: -Why hello, Goldilocks! 

Moi: -Alors, Duchesse…

Kate: -Oh, s’il-te-plaît, appelles-moi Kate! Sandwich au concombre?

Moi: -Mais, bien volontiers! Donc, Kate. Tu as une peau superbe! Parles-moi de ta routine de soins…

Kate: -Il y a de cela quelques années, j’ai découvert la marque helvétique Karin Herzog, qui a littéralement sauvé ma peau. J’utilise la crème Vita A Kombi*, ainsi que la crème à l’oxygène*, deux merveilles avec lesquelles j’ai vu immédiatement des résultats.

Pour nettoyer ma peau, j’utilise les traitements de nettoyages cultes Liz Earle Cleanse & Polish Hot Cloth ou Eve Lom, deux produits anglais. Je tonifie ensuite avec le spray au thé blanc de Neal’s Yard Remedies, avant de passer à l’étape soin. Enfin, une fois semaine, j’aime bien de faire le ExfoliKate, de Kate Somerville (oui, on a le même prénom!), qui donne un éclat étonnant.

Moi: Et, pour le corps?

Kate: -J’aime bien les produits parfumés pour le bain de belles marques anglaises, comme Jo Malone (les huiles de bain!) et Miller Harris (les bougies parfumées!).

Sinon, je me savonne avec un savon en pain qui est plus écologique qu’un gel douche et mousse davantage. Mon coeur appartient au savon Fleurissimo de Creed, qui est le parfum qui a été créé pour une autre princesse, Grace Kelly, l’une de mes idoles. 

Lorsque je sors du bain, je me tartine d’un lait ou d’une huile. J’aime bien This Works Dry Leg Oil, qui satine et lustre au possible. Une fois par semaine je fais un gommage, histoire de me faire la peau douce et aussi d’activer la circulation…en ce moment j’utilise le gommage aux sels chauds de Bliss.

Enfin, je poudre toujours un peu mes pieds avant d’enfiler mes escarpins (poudre Yardley Lily of the Valley– un classique).  

Moi: -Ton maquillage semble tout simple, mais en même temps, parfait en toutes circonstances. Ton secret?

Kate: -J’ai perfectionné ma routine maquillage au fil des jours, en m’exerçant. Certes, mon look est toujours un peu le même, mais en même temps, mon maquillage s’harmonise avec toutes les tenues et met en valeur mes traits, tout en restant naturel. C’est l’avantage de la constance; je suis devenue confiante…je me suis même maquillée le jour de mon mariage! 

Donc, d’abord, une bonne base. Je suis vendue à celle de Burberry qui est en rupture de stock partout et en tout temps et qui donne un éclat vraiment royal sans paillettes ni brillants.

 

Ensuite, j’applique la Crème Teintée Laura Mercier* et un cache-cernes (en pinceau, comme le Touche Éclat Yves St-Laurent*). Un peu de blush rose doux…comme le Rose Pompon de Bourjois sur mes pommettes, puis je recourbe mes cils pour réveiller le regard. Je me fais ensuite un regard un peu charbonneux (mais doux) avec des fards Chanel, dans des teintes de terre, feuilles et aubergines (palette Enigma), en traçant un “V” horizontal qui pointe vers l’extérieur de l’oeil avec une teinte plus soutenue. J’applique toujours un crayon* (parfois brun, parfois noir) sur la paupière supérieure, pour définir l’oeil, mais aussi dessous, au ras des cils (pour celles qui ont de moins grands yeux, s’en tenir au trait sur la paupière supérieure uniquement). Deux bonnes couches de mascara (mon chouchou: le mascara Hypnôse de Lancôme*) puis un peu de rouge à lèvres rose-neutre doux, comme le Tulip Pink de Burberry ou encore, le Sweet Kiss Rose Innocence de Bourjois. 

Enfin, pour me faire le sourire un peu brillant, j’aime bien ajouter une pointe de baume au centre des lèvres (plus classe que du gloss, je trouve). Ma préférence: le baume Vaseline Rosy Lips, une merveille vendue uniquement en Angleterre qui coûte presque rien et est commercialisé dans un mignon contenant en métal rose.

En ce qui concerne mes sourcils, j’essaie de laisser un peu tranquille, car avant ils étaient trop minces. Je suis en réhabilitation pour sur-épilation, disons.

Moi: -Mais, on est des jumelles séparées à la naissance ou quoi?

Kate: -(Rires…) Peut-être! Enfin, toutes les princesses (Grace Kelly la première) avaient de beaux sourcils bien épais. J’y travaille, donc, mais ça n’est pas facile. En attendant, je fais la transition avec le kit à sourcils Anastasia Beverly Hills Beauty Express

Ah, oui, j’allais oublier! Avant de sortir, je me poudre toujours un peu le visage histoire de ne pas briller dans les photos. Ma poudre? La Loose Setting powder de Laura Mercier*, toute fine.

Moi: -Tes belles boucles brunes sont devenues ta carte de visite. Comment fais-tu pour avoir d’aussi sublimes cheveux?

Kate:-Oh, thank you so much. (Elle rougit). En fait, j’en prends soin avec de bons produits, d’abord et avant tout. Kerastase* est vraiment ma marque chouchou sur ce point: Bain Satin* et Masquintense* sont mes produits de prédilection, sans oublier le Nectar Thermique* et le Lait Vital*. Ensuite, j’applique un produit qui me permet de faire durer ma mise en plis plus longtemps: le Prime Style Extender de Living Proof. Souvent, si je sais que je me ferai photographier, j’ai recours à ma coiffeuse qui me fait ma mise en plis signature en étirant mes cheveux avec une grosse brosse de poils de sanglier ronde, puis, en repassant sur quelques mèches avec un fer à friser pour donner davantage de définition. Pour éviter les frisottis malgré la pluie d’Angleterre, je vaporise dans mes mains un peu de fixatif anti-humidité, que je distribue sur mes longueurs uniquement. Zéro effet collant. Enfin, dans le doute, vive les chapeaux!

Moi: -Ton essentiel beauté ultime?

Kate:- Mon parfum, le Illuminum Gardenia Petals* que je portais le jour de mon mariage et qui sent le bonheur pur. Il m’arrive d’en changer, souvent quand il pleut, pour porter le très anglais Bluebell de Penhaligon’s, qui sent le sous-bois étincelant de pluie, un peu humide, magique, quasi-métallique.

Moi:-Parlons de tes ongles…Comment prends-tu soin de tes mains?

Kate:- J’aime le look des mains au naturel qui met en valeur les bijoux (et ma belle bague!) et supporte davantage les éclats. Ma préférence va donc au vernis naturel; des petits roses-crèmes translucides qui font le doigt long et la main délicate, comme le Rose Lounge de Bourjois* que je portais le jour de mon mariage. J’hydrate également mes cuticules assidûment avec la Love Me Oil aux canneberges de Ciaté, une petite marque niche de produits à ongles britannique que j’adore.

Tout cela sans oublier la crème hydratante au moins trois fois par jour, pour avoir toujours les mains impec quand j’enlève mes gants histoire de couper un ruban avec des ciseaux d’argent. Ma chouchou? La crème à mains Royal Apothic, parfum Holland Park, qui sent le magnolia, jasmin et citron, avec des notes de muguet, orange et musc blanc. Love!

Moi: -Et…qu’y a t-il dans ton étui à maquillage?

Kate: (qui mange un scone à la confiture) – Des papiers matifiants, toujours, de la poudre pressée, un peigne gravé aux armoiries de ma famille, un rouge à lèvres et un baume à lèvres (mon baume Jo Malone, souvent), une brosse à dent de voyage et un tube de dentifrice Marvis, qui fait la bouche fraîche. Sans oublier une miniature de mon parfum. Ah, oui, et des épingles à chapeau!

 

Moi:-Et, mon sujet de prédilection: qu’y-a-t-il dans ton sac à mains?

Kate:Attends, je vide tout. (Elle vide son sac sur la table, trop sympathique!). Bon, alors, mouchoirs de tissus (tellement plus chic que des mouchoirs en papier), mon étui à maquillage (le Beauty Pouch de Smythson aubergine), des lunettes solaires, des élastiques à cheveux, mon téléphone, un mini-parapluie, une paire de bas collants de rechange (couleur chair, je ne porte que cela, je remets ça au goût du jour, c’est un défi personnel!), des épingles à couche, mon porte-monnaie et un petit tube de crème à mains. Mais aussi des stylos, un cahier Smythson (Joie de Vivre, aubergine), un miroir de sac/poudrier Estée Lauder (à motif de capricorne, mon signe du Zodiac) et des pastilles Grether’s. Ah oui, et un bon roman!

En fait, l’intérieur de mon sac à mains est un peu comme un jardin anglais: un joyeux fouillis dans lequel on se perd facilement!

 Moi:-Oh, la, la, Kate! Je t’adore! On est trop pareilles! Mais soyons sérieuses: parlons mode. Tes essentiels?

Kate: -Pour mes apparitions officielles, j’aime le style classique, très lady; j’adore les robes  à la taille cintrée et aux plis graciles qui font une jolie silhouette. J’aime aussi les manteaux de laine de couleurs bien coupés et les sacs Mulberry, très chics! 

J’aime aussi les bijoux: mon bracelet à breloques (offert par Camilla), mon bracelet Love de Cartier, mais aussi mon bracelet Diamonds by the Yard de Tiffany’s. Sans oublier mes boucles d’oreilles Hope de Links of London et mon bijou préféré: ma bague de fiançailles.

         

 

Dans mes moments off, je superpose les tricots Pringle of Scotland (les plus doux) et les jeans qui font un beau derrière. Pour promener mes chiens dans la campagne anglaise, c’est bottes Le Chameau et manteau Barbour, qui allient confort, style et fonctionnalité. Enfin, le soir c’est pyjama de soie Rigby & Peller (les corsetiers officiels de Sa Majesté la Reine) et pantoufles toutes douces pour boire une bonne tisane devant la télé.

Moi:- Enfin, tu as des derniers conseils pour celles qui t’admirent?

Kate:-Un sourire sincère, une grande respiration, la tête haute, de l’émerveillement. Le conte de fée, c’est à nous de se le fabriquer, il suffit d’y croire. La grâce vient d’elle-même quand on s’efforce à être posée et plaisante.

À défaut d’un chapeau, un joli serre-tête donne de la prestance, surtout avec un manteau ligne A.

Être princesse c’est avant tout une question d’attitude. On l’a toutes en nous, vous êtes autant princesses que moi. Et on apprend. Moi-même, j’en suis à mes débuts. Qu’est-ce que vous diriez qu’on fasse nos premiers pas de princesse ensemble?

Au fait, Boucle d’Or, tu passes au Palais samedi? On se fera des masques et il y aura des cupcakes?

Un énorme merci à Kate Middleton (pour cette entrevue imaginaire)!

Enfin, je vous laisse avec cette photo de Kate Middleton prise par mon papa cet été en Écosse. Oui, oui. Il a croisé Kate il y a de cela 3 mois, comme ça, dans la rue. Et il vient de me le dire! Oh, Dad!

* Produit dont l’utilisation par Kate Middleton a été confirmée (par un magazine ou internet, source plus fiable que fiable, donc).
 

Concours Fleurs d’Octobre

“Les femmes et les fleurs ont partie liée, dans la littérature poétique et romanesque, dans l’art de la parure, dans la science des parfums, dans la décoration des maisons.

On donne des fleurs aux femmes, en hommage, en marque de reconnaissance, de respect, de dévotion et d’amour. On glisse dans les bouquets des lettres et des bijoux.

Les femmes aiment les fleurs chez elles et sur elles.

La mode n’est plus aux fleurs artificielles. Sur ce point, comme beaucoup d’autres, la coquette tient bon et persiste le soir à orner ses robes de fleurs aux pistils craquants et glacés, en velours et en soie, note colorée poétique et sensuelle.

La fleur artificielle est un art. La coquette reconnaît sans se tromper la fleur artisanale fabriquée dans des ateliers par des ouvrières spécialisées, à la fleur produite en série, raide, en tissu dont les pétales sont tous semblables…”

Les Carnets d’une coquette raisonnable, Hélène Millerand

J’ai toujours adoré les fleurs, surtout pour égayer mes coiffures, pour un petit look un peu victorien, un peu royauté anglaise, à mi chemin entre le vrai chapeau et les fleurs sauvages de la campagne en couronne, moins tout-aller, tout de même. C’est pourquoi quand j’ai vu mon Goglu, à mon anniversaire, avec ce joli chignon décontracté, piqué d’une fleur fabriquée par ma joaillère chouchou (en vente au Local B), je me suis dit qu’il fallait absolument que je vous en parle. C’est l’antidote parfait au chandail en grosse maille un peu désolant, à la grisaille de l’automne, aux arbres nus d’octobre. Un peu Kate Middleton, un peu ballerine, petite touche pastel, poétique, romantique, en somme, tout ce que j’aime: ces fleurs sont vite devenues mon jardin ensoleillé d’octobre.

À l’occasion de mon anniversaire, j’ai donc décidé de vous offrir un concours: quatre de ces jolies fleurs fabriquées à la main à Montréal par Marianne Cantin, fixées sur une épingle à cheveux, sont à gagner. Chacune des gagnantes se verront expédier une de ces fleurs, où qu’elles résident dans le monde. Pour participer, il suffit de laisser un petit commentaire ci-dessous et de me décrire comment vous porterez votre fleur, le tout avant minuit le 17 octobre, 2012, heure de Montréal. En chignon, derrière l’oreille, sur un bandeau…donnez-moi vos idées. Comment fleurirez-vous votre coiffure cet automne?

Les gagnantes seront établies par tirage Random.org et annoncées vendredi le 19 octobre, ici même. Bonne chance!

Boucle d’Or, Espion: mon Goglu!

Vous le savez, je vous ai déjà parlé de ma soeur, mon Goglu adoré, ma meilleure amie! D’abord, elle est pleine de talent. C’est d’ailleurs elle qui fait les dessins de ce blogue, entre autres choses. Je lui téléphone, la veille, et je lui dis; “Hey, mon Gogs!” (“Gogs”: c’est la version urbaine de Goglu si vous voulez tout savoir). Puis je lui dis: ” J’ai besoin d’une Boucle d’Or qui se fait un masque en regardant un champ de blé avec un hérisson heureux à ses côtés, c’est pour mon article de demain sur les masques relaxants aux céréales bios“. Et puis… magie! Ça arrive dans ma boîte courriel, mieux que dans ma tête, comme si elle était branchée direct sur mon coeur! Mais, au delà de son talent, qui me fait toujours un peu peur par son immensité mystérieuse et impalpable (j’ai toujours un peu le sentiment de n’en voir que la pointe de l’iceberg), elle est drôle, elle est belle comme ça n’est pas possible (cheveux longs caramel, musculature toute fine de ballerine, traits fins et délicats) et surtout, c’est une bonne personne, une perle, toujours en quête d’authenticité… Sans oublier que c’est une femme et maman hors pair qui met sa grande imagination et ses doigts de fée au service de son entreprise florissante et de sa vie familiale. Vous en connaissez vous des mamans qui se mettent à la machine à coudre avant le petit déjeuner le samedi matin pour confectionner un costume de Spider Man avec de vieux t-shirts et de la dentelle ancienne pour les yeux? Meet my sister! Je sais, je sais, je vous parle souvent d’elle, de ma grande complice, mais elle fait tellement partie de ma vie, de moi que c’est absolument inévitable.

Fidèle complice de mes projets: ma soeur, 9 ans, se prête à mes premières expériences de blogueuse beauté en se laissant photographier (sous ma direction; j’adore la pose ultra-naturelle!) par moi avec la crème Scarborough (que j’adorais du haut de mes 11 ans).

Je me suis donc dit que ça serait sympathique d’aller espionner chez mon plus cool que cool Goglu, afin de découvrir ses trucs et secrets de beauté. Parce que ma soeur est aussi immensément coquette à sa façon. Elle fait dans la simplicité et dans le naturel mais aussi dans l’acceptation de soi avec un style de vie ficelé de vrai, de bon et de poésie, ce que je trouve oh combien inspirant. Elle nourrit sa peau mais aussi son âme et sa passion. En plus, elle a un flair dingue pour dépister les tendances et les trouvailles, en se laissant guider par ses envies et ses coups de coeurs. Elle a déjà suivi une belle dame africaine dans le métro pour lui demander le nom de son parfum. La femme l’avait regardée avec un sourire amusé et lui avait répondu gentiment: “My dear, that’s the scent of black women…” J’adore.

Un dessin fait par Boucle d’Or sur un paquet envoyé à son Goglu alors qu’elle était en voyage en Australie. Le paquet contenait…des produits de beauté!

Alors, allons-y, le moment est enfin venu de vous présenter mon cher Goglu!

Comment prends-tu soin de ta peau, le matin et le soir?

D’abord, précisons que n’ai pas le même type de peau que ma sœur. J’ai le teint plus foncé et ma peau a, ces jours-ci, malheureusement tendance aux imperfections… Grâce aux bons conseils de Boucle d’Or mais aussi avec beaucoup de persévérance, j’ai enfin trouvée une routine simple et efficace qui me convient, la voici donc…

Le soir : Je nettoie et démaquille mon visage avec mon savon liquide Clinique pour peaux mixtes à grasses. Une fois par semaine, j’enlève les peaux mortes avec la Pâte Sulfureuse du Marabout, de Garancia et une débarbouillette, la merveille des merveilles. Puis j’applique quelques gouttes de mon Elixir du Marabout, également de Garancia. Pour terminer, j’hydrate mon visage avec ma lotion clarifiante Néo-Strata.

Le matin : Rapide et tout simple, pshiit d’Eau thermale La Roche Posay. Et voilà, je suis réveillée et peux commencer ma journée.

Enfin, une fois semaine, je nettoie ma peau en profondeur avec le Masque Matte Touch de la marque finlandaise Lumene. Teint mat et pores resserrés garantis.

Dans ton étui de maquillage quotidien?

Je n’en ai pas vraiment, puisque je ne retouche pas mon maquillage lorsque je sors. J’essaie de garder les choses simples alors je ne conserve que les essentiels avec moi : des gouttes pour les yeux secs, un baume à lèvres (j’aime beaucoup le Blistex Daily Conditioning Treatment, pour son effet apaisant et son doux parfum vanillé). J’essaie aussi de toujours avoir un petit tube de crème à mains sur moi (j’adore la crème Milk de Tony Moly!). Enfin, j’ai aussi toujours sur moi une petite pochette à mouchoirs en tissus que ma maman m’a offerte et qui a une grande valeur sentimentale. Enfin, mon étui à maquillage, rapporté de voyage en France par une amie, me vient de chez Fragonard. Je l’adore!

Ton inspiration beauté?

Boucle d’Or, bien sûr! Je suis sa petite sœur après tout alors je l’ai toujours admirée! Il y a aussi Drew Barrymore, pour son attitude de fille vraie et fun qui m’inspire toujours beaucoup. Genre la fille que l’on voudrait pour amie. Et Lucy Liu côté maquillage, très simple et épuré, très classe, juste ce qu’il faut pour se mettre en valeur mais aussi, pour sublimer ses tâches de rousseurs.

Ton look maquillage préféré?

J’applique sur tout le visage ma poudre Baby Doll BB Powder Tony Moly achetée avec ma sœur au magasin de cosmétiques coréens C&C  Cosmetics, rue Ste-Catherine… Notez, je l’applique aussi autour des yeux et sur les paupières car je ne mets pas de cache-cernes, jamais! C’est géniale poudre me suffit: elle ne file pas et ne plaque pas: une merveille de naturel qui ne part pas au galop et tient vraiment toute la journée. Je mets ensuite un peu de blush: j’aime le blush de Josie Maran teinte Fever.

Je comble les cils du haut avec un crayon noir, puis j’applique une bonne couche de mascara noir (n’importe lequel…) sur les cils du haut.

Pour le travail, j’aime bien tracer une ligne bien noire avec mon traçeur liquide au dessus des cils de la paupière supérieure… Présentement j’utilise le Carbon Black Liner Intense de L’Oréal, dont j’ai coupé la pointe en biseau pour la rendre encore plus précise! Il tient vraiment toute la journée et surtout, fait de belles lignes plus noires que noires.

Le week-end, pas de mascara ! (sauf bien sûr, si événement spécial ou si je me trouve très, très moche!) Il m’arrive souvent de ne pas me maquiller le week-end, mais alors, je triche un peu : je ne sors jamais, jamais sans mon fameux blush Josie Maran… Et je me recourbe les cils…Toujours.

Ton produit pour les lèvres favori?

J’ai récemment découvert le Rouge à lèvres Caresse de L’Oréal, à la texture si légère et merveilleuse qu’il fond littéralement sur mes lèvres et me donne l’impression d’un baume teinté, quasi sans effet de matière.  Une vraie soie. Mes chouchous? Les teintes 176 Sunset Angora quand j’ai envie de couleur fraîche ou encore le 181 Sheer Linen, un joli beige Bardot pour un look plus rétro.

Le produit sans lequel tu ne saurais imaginer ton existence?

Mon sauveur absolu: l’Elixir du Marabout de Garancia.

Ah, oui, et aussi mon blush n’importe lequel. D’ailleurs, l’un de mes mantra le matin c’est “Tant qu’il y a du blush, il y a de l’espoir !

D’ailleurs, j’ai aussi un nouveau truc pour les joues: appliquer au doigt un rouge à lèvres mat sur les pommettes pour un look vraiment plein-air. Mon choix pour ces journées d’automne, pour un look un peu poupée russe: Revlon Matte, teinte Wine not (un rouge vin assez foncé qui fait un peu peur comme ça dans le tube, mais est vraiment très joli sur ma peau encore un peu dorée de l’été!) À noter, j’ai également tenté sur mes lèvres le truc de la “teinte gourmande qu’on applique au centre des lèvres” (comme nous l’a conseillée Boucle d’Or dans son récent article, car oui, j’essaie vraiment tous ses conseils!) et oh, merveille c’était très joli, et pas du tout too much… même ma maman a remarqué et m’a fait des compliments!

Comment t’alimentes-tu?

Pas de régime restrictif car ça rend triste et ça se lit sur le visage. Par contre, je mange globalement sainement. Étant végétarienne, je mange naturellement beaucoup de fruits, de légumes, de légumineuses et  de noix… Depuis que je suis toute petite, j’adore la bonne soupe maison et le pain aux noix. Ça a déjà d’ailleurs été le menu d’un de mes anniversaires: diverses soupes et pains…aux noix, au levain, bûche bio…et gâteau. Mmm!

Comment te détends-tu?

Aller marcher : n’importe où mais marcher, avancer.  Ça me permet de mettre de l’ordre dans ma tête. De préférence au bord de l’eau ou en forêt… Et puis, j’adore bricoler avec mon garçon… Ses idées sont les parfaites excuses pour commencer des projets.

Comment prends-tu soin de tes cheveux?

Un bon brossage à la fin de la journée pour démêler et dépoussiérer, puis crème hydratante ou sérum (j’aime beaucoup la Dream Cream Sheer Blonde de John Frieda). J’attache mes cheveux en chignon pour dormir. Le matin, un brossage léger et le tour est joué; de belles boucles lâches et imparfaites sont au rendez-vous.

Quelle est ta routine de soins pour le corps?

J’aime prendre des bains avec du sel de mer (j’en mets beaucoup!) ça me détend, en plus de rendre ma peau plus saine et douce. Je préfère le sel de mer sans parfum et naturel, mais j’aime bien également celui de Bath Retreat, à l’aigue-marine au parfum délassant mais pas trop fort. Pour me savonner, j’aime changer régulièrement et découvrir de nouveaux produits. Ayant fait quelques réactions étranges récemment (plaques de peaux sèches qui démangent) ma dermatologue m’a conseillé de ne m’en tenir qu’à des savons en pains.  Présentement, j’utilise le savon aux algues que mon papa m’a rapporté d’Écosse, une merveille (Scottish Fine Soaps)! Je l’utilise avec un gant exfoliant acheté chez Rachel-Berry. J’aime quand ça grattouille vraiment, histoire d’activer le circulation sanguine! J’aime aussi terriblement ma pierre volcanique pour me faire des pieds tous doux. Je ne peux absolument pas m’en passer: la crème pénètre tellement bien après, je n’ai jamais trouvé d’équivalent. Pour m’hydrater  j’ai succombé à  la crème Skin Trip de Mountain Ocean qui pénètre rapidement, hydrate bien, et sent tellement, tellement bon ! En ce qui concerne mes dents, je change fréquemment de dentifrice le matin mais le soir, j’aime utiliser la Pâte à dents saline de Weleda. Certes, au début il faut s’habituer… Elle a un drôle de goût (comme une vague avalée quand on fait du surf), ne mousse pas, et a une drôle de couleur zéro ragoûtante. Mais, on s’habitue très vite, et après, on ne saurait se passer de ce petit rituel qui goûte un peu la plage et la mer et fait une bouche propre d’enfer.

Quels parfums utilises-tu ?

Boucle d’Or aime les parfums frais et féminins, cependant, je dois dire qu’ils ne me vont pas du tout. Ma préférence va depuis toujours aux odeurs d’encens, de peau et aux parfums chauds et mystérieux de diseuse de bonne aventure… Alors je vous livre mon secret : l’ambre. C’est mon odeur chouchou qui me suit partout, depuis toujours. Je tente toujours de m’en éloigner pour changer, mais je reviens sans cesse à ce grand amour! Voici donc ma recette, pour celles qui auraient envie d’essayer…

Passer un petit cube d’ambre au mortier, une fois bien écrasé et réduit en poudre, on ajoute quelque gouttes d’huile parfumée à l’ambre (pour en amplifier l’odeur). En mélangeant, on forme une pâte un peu granuleuse que l’on pourra transférer dans le contenant de notre choix. On applique ensuite la mixture sur la peau, en petite quantité en faisant pénétrer du bout des doigts sur les poignets et derrière les oreilles. On peut aussi utiliser de l’huile d’amande douce ou du beurre de karité comme agent liant, selon son envie. Attention, il est préférable d’avoir un mortier que l’on utilisera pour l’ambre uniquement, comme l’odeur est assez tenace (vous n’aurez plus envie de l’utiliser pour écraser vos épices pour cuisiner). Notez aussi que l’Artisan Parfumeur et Serge Lutens font de magnifiques parfums où ils déclinent l’odeur de l’ambre, très fidèle au produit naturel. Certes, c’est (beaucoup) plus dispendieux, par contre, ça n’est pas non plus tout le monde qui aime s’étendre de la pâte brune derrière les oreilles! Mes parfums alternatifs sont Chantilly, un joli poudré, pas cher, et vraiment passe-partout et l’Eau de Sourcellerie de Garancia, une brume très légère et parfaite pour les jours plus chauds. Sur ma liste? L’Eau de Shalimar de Guerlain, dont j’ai eu un échantillon; tellement adoré que je rêve de me l’acheter très bientôt.

Un énorme merci à mon Goglu de soeur adoré, qui ensoleille ma vie et ce blogue par ses belles illustrations et est une source d’inspiration constante pour moi. Je t’aime Goglu de mon coeur.

À gauche: mon petit Goglu de soeur et à droite, Boucle d’Or à la mer.

Un autre petit dessin fait maison: ma soeur et moi en grande séance métamorphose!

Recette de mon gâteau d’anniversaire préféré

 

Voici ma recette de gâteau d’anniversaire préférée! Adaptée de celle de Nigella Lawson, c’est vraiment devenu LA recette que que fais à chaque anniversaire. Toujours un délice!

Mon gâteau d’anniversaire préféré

Pour le gâteau

•200 grammes de farine ordinaire

•3 cuillérées à table de poudre à crème anglaise

•2 cuillérées à thé de poudre à pâte

•½ cuillérée à thé de bicarbonate de soude

•4 oeufs

•225 grammes de beurre

•200 grammes de sucre

•2.5 cuillérées à table de lait

Pour la crème au beurre

•125 gramme de sucre à glacer (“sucre en poudre”)

•4 cuillérées à thé de poudre à crème anglaise

•75 grammes de beurre non salé (mou)

•1.5 cuillérées à thé d’eau bouillante

 Pour le glaçage au chocolat

•60 ml d’eau

•2 cuillérées à thé de sirop de maïs

•125 grammes de sucre (ou 50g si vous utilisez du chocolat au lait)

•175 grammes de chocolat noir

•des petites décorations

 Mode d’emploi

-Assurez-vous que tous vos ingrédients soient à la température de la pièce avant de commencer. Préchauffez le four à 180°C ou 350°F.

-Beurrez et doublez de papier parchemin deux moules (idéalement démontables) de la même taille (20 cm de diamètre);

-Mélangez tous les ingrédients, sauf le lait, au mélangeur, jusqu’à ce que le mélange soit bien lisse. Ajoutez le lait petit à petit. Versez le mélange dans les deux moules et enfourner 20 minutes.

-Laissez refroidir les gâteaux dans les moules, 5 minutes. Renversez ensuite et démoulez sur une grille, en enlevant le papier.

Pour la crème au beurre

-Mélangez le sucre et la poudre à crème anglaise, puis, ajoutez-y le beurre. Mélangez. Ajoutez peu à peu l’eau bouillante en mélangeant. Lorsque les gâteaux seront bien froids, mettre la crème au beurre entre les deux gâteaux, en “sandwich”.

Pour le glaçage au chocolat

-Mélangez les ingrédients, sauf le chocolat, sur un rond à feu doux. Portez à ébullition.

-Retirez du feu.

-Ajoutez le chocolat en brassant bien pour le faire fondre.

-Versez sur le gâteau, afin que ça dégouline un peu sur les côtés.

-Décorez au goût.

And voilà! Bon appétit!

 

Un an de plus: Forever Young

Un joli cliché pris par Papa Ours en ce grand jour!

“Personne ne reste jeune, mais on vieillit plus ou moins mal. Une vieille qui se tient droite et marche d’un pas allègre fait plaisir à voir.

Aux gens âgés la gaieté tient lieu de beauté.

La gaieté s’apprend de bonne heure.  C’est la vertu majeure de la coquette.

La coquette raisonnable qui aurait un tempérament fondamentalement mélancolique ne peut s’imaginer.

(…)

Jeune, comme tout le monde, elle demande l’impossible; ensuite, elle modère ses exigences. C’est là qu’elle devient raisonnable, sauf devant une paire de chaussures.

La coquetterie élevée au rang de règle est un moyen parmi d’autres d’exister.”

Les Carnets de la Coquette Raisonnable, Hélène Millerand.

Ça y est: c’est mon anniversaire! J’ai toujours adoré, mais adoré mon anniversaire. On est  la reine du jour, nos amies et la famille nous téléphonent, tout est un peu magique. Je ne suis pas de celles qui désespèrent sur le fait qu’elles vieillissent d’un an ou même cachent leur âge: au contraire. J’aime que l’on me dise que j’ai l’air jeune pour mon âge! Je suis cette fille qui sourit quand on lui chante “bonne fête”, qui planifie le voeux des bougies une semaine d’avance et filme l’arrivée de son gâteau. Je regarde autour de moi, ceux que j’aime et qui m’aiment, année après année, mon Papa Ours et mes petits ours et je me dis, “oh la la, quelle chance!“. Le bonheur.

La carte de fête de mon Goglu: un goglu de fête festif!

Par contre, il va de soi que je veux conserver la fraîcheur de la jeunesse le plus longtemps possible. Oui, les années passent, le regard devient plus fatigué, le teint un peu brouillé, le cache-cernes moins facultatif. Mais j’ai des petits trucs pour garder la jeunesse de mon côté. Aujourd’hui, je vous présente donc mes petits conseils pour avoir l’air d’un Spring chicken, malgré le fait qu’aujourd’hui, non, ça n’est pas mon Sweet Sixteen.

D’abord, mes produits chouchous pour ces matins où je me rends bien compte que je n’ai plus 17 ans: d’abord, le teint! Une base, c’est indispensable. Le produit pour le teint tient mieux, ne file pas dans les ridules et le naturel est lui, garanti. Ma perle rare: le Lisse-Minute de Clarins, qui fait un teint de poupée, plus-que-parfait. Par souci d’exhaustivité, je poursuis tout de même mes études sur le sujet: j’utilise présentement un échantillon de la base Shiseido (satisfaisante) et j’aime aussi la base Capture de Dior. Pour les yeux: rien au monde n’équivaut le Primer Potion d’Urban Decay. Rien.

Après le teint, le blush crème. Bien rose, un peu lustré, appliqué sur le haut des pommettes pour un effet promenade en plein air, très bonne mine. Par contre, comme la tenue est moins bonne que pour un blush poudre, penser à apporter le produit avec soi pour les retouches. Mes classiques: le Convertible Color Stila, teinte Petunia, et le blush crème Estée Lauder Collection Mad Men (sortie le printemps dernier).

Pour réveiller un peu le regard, j’applique une ombre irisée sur la paupière mobile, en insistant un peu dans le coin interne de l’oeil. Mon dernier coup de coeur? Le trio Regard Lumière Graphique Glow de Dior (teinte 551), deux ombres de la même teinte champagne (dont une plus brillante) et un cake eyeliner noir- une merveille. Deux bonnes couches de mascara noir (le Effet Faux-Cils d’Yves St-Laurent, quand mon budget le permet, est mon favori) sur des cils recourbés et voilà: on a à nouveau des étoiles dans les yeux!

Sur les lèvres, histoire de redonner du pulpeux à notre bouche et de douceur à notre visage j’adopte ce petit truc: un rouge à lèvres de teinte gourmande (ici le Rouge Automatique teinte 162 de Guerlain) appliqué uniquement au centre des lèvres puis estompé au doigt. J’enduis ensuite mes lèvres de baume à lèvres et tout se mélange pour donner une bouche d’ange, toute douce, un peu façon chérubin dans une peinture impressionniste (j’ai de ces références). Quand j’ai envie de me sentir vraiment jeune je choisis un baume trendy à bon prix, comme le Baby Lips de Maybelline que je glisse ensuite dans la poche arrière de mes J Brands. Sinon, j’aime bien le Néosporin, ultra-traitant et le baume B.Kamins. Sur ma liste, moins ado: le très chic Baume de la Ferté Divinora de Guerlain dont on dit le plus grand bien.

Sinon, quand j’ai envie de me sentir à nouveau comme au secondaire (où je cherchais les produits au rendu le plus naturel possible), je me tourne vers les produits que j’utilisais effectivement au secondaire, comme le mi-rouge à lèvres Clinique, teinte Black Honey, désormais culte et ultra-joli. Et si jamais, au hasard de vos courses vous trouvez la teinte Petal Lips (le petit pot à appliquer avec un pinceau éponge) de Aubrey Organics: n’hésitez pas. Ma soeur et moi n’utilisions que ça avant d’avoir 20 ans.

Enfin en ce qui concerne les soins du visage, démaquillage méticuleux et routine constante sont les deux préceptes auxquels j’adhère. Je protège aussi ma peau du soleil religieusement avec une crème (SPF 50), tous les jours, peu importe le temps qu’il fait, hiver comme été. Depuis fin août, je gâte ma peau avec l’Essence Merveilleuse Sanoflore, une véritable merveille tout droit sortie d’un conte de fée ou d’un jardin enchanté et qui assure un teint rose et reposé au réveil…comme si on avait mis la fontaine de jouvence en bouteille. Un elixir de Cendrillon, oui, qui fait effet toute la nuit, même passé minuit. Bibbidi-Bobbidi-Boo!

Quand j’ai envie d’une véritable pause jeunesse ou encore, en coup de fouet avant une soirée, rien ne vaut le Baume Beauté Éclair de Clarins (d’ailleurs il faut absolument que je le rachète!). Je le pose aussi en soin de nuit, en couche épaisse, si je me couche tard. Au réveil, le teint est bien lisse et défroissé, comme si on avait fait la grasse matinée!

Enfin, autres petits conseils en vrac: toujours soigner ses cheveux pour préserver une belle brillance qui a tendance à tenir avec l’âge et la fatigue (j’adore la Crème aux Fleurs Leonor Greyl, mais elle est chère). Aussi, à défaut d’avoir le temps ou l’énergie pour s’appliquer un vernis, il importe tout de même de garder de jolies mains soignées et hydratées. Pour un petit coup d’éclat aux doigts, rien ne vaut un soin ciblé pour les cuticules. Pourquoi ne pas craquer pour la Love Me Oil de Ciaté?

Vous le savez, j’adore les barrettes, qui donnent un petit coup de jeune (look de collégienne) et font un peu “lifting”. Il en va de même pour la queue de cheval rebondie, qui remonte subtilement les traits et dégage bien le visage. J’adore les élastiques Lululemon– résistants et ludiques, pour les weekends. Version plus chic, il y a les fabuleux cubes à cheveux Vuitton (qui semblent être malheureusement discontinués).

Enfin, un beau jean, un sens de l’humour et quelques bonbons, voilà tout ce qu’il faut pour se sentir jeune à nouveau l’espace de quelques instants…quoique je ne retournerais pas dans le temps pour rien au monde. Je suis beaucoup mieux dans ma peau en vieillissant!

Dites-moi, je suis la seule à être comme ça?

Sinon, je vous laisse avec une photo d’un trésor d’enfance retrouvé: mon livre Le Gentil Facteur, offert pour mes 8 ans et adressé par ma maman à…Boucle d’Or. Comme vous voyez, j’étais prédestinée. Bon, allez, je vous laisse. Une journée magique m’attend: aujourd’hui, j’ai 33 ans!

Oh, Snap!

Je vous l’avais déjà dit, j’ai toujours adoré le savon des garagistes, le SNAP*! Une histoire d’amour qui a commencé à la garderie (pour enlever la peinture, après la murale) et qui, encore aujourd’hui, perdure. Je l’utilise sur mes mains, pour bien les nettoyer et les rendre douces comme du satin, mais aussi sur mes pieds, en exfoliation avec la pierre ponce, c’est souverain. Tous les soirs, c’est mon petit rituel douceur qui permet à l’hydratant de bien pénétrer. Et c’est magique : la peau devient belle, douce et rosée comme celle d’un bébé, just like that, in a snap.

Il s’agit en fait d’un mélange de glycérine (qui hydrate et dissous les saletés), de lanoline, et de « pierre ponce », pour bien gratouiller. Ce qui m’a fait dire que…l’on pourrait facilement préparer un équivalent au SNAP soi-même. Un peu de sable des vacances et de la glycérine afin que la mixture devienne une pâte. Ajoutons quelques gouttes d’huile essentielle, pour le plaisir des sens (le Snap sent l’arbre à thé mais on pourrait imaginer une version eucalyptus ou même géranium). On met le tout dans un joli contenant, non, mieux, un bocal antique. Et voilà : le parfait remède aux pieds secs de l’hiver qui accrochent dans les draps et aux mains malmenées par le froid.

Quand les mains sont sales, trop sèches ou encore, que l’on a envie d’un soin « patte douce » on masse un peu de mixture sur les mains et les pieds (j’aime bien en profiter pour masser mes avants bras et mes mollets, pour un vrai sentiment de détente), puis, on rince à l’eau tiède. La peau sera douce comme celle d’une reine, enduite d’un très fin film protecteur de glycérine. On se tartine ensuite généreusement d’hydratant et on peut même ajouter gants et chaussettes avant de se glisser sous la couette. Et voilà, c’était mon petit truc pour des extrémités soignées, sans le prix de ces produits de « manucure express » ou des exfoliants ciblés. À noter, ce savon (sans les huiles essentielles) peut être utile aussi pour les mains de « post-projet crayon feutre» des petits. Petite Ourse me demande tous les soirs « le savon avec le sable » et je suis la première à admettre que mon bain, une fois vide, a un peu l’air d’une plage. Oh, Snap!

Vous, vos petits trucs pour des mains et pieds de fée?

*Pour celles qui ont envie d’acheter le produit original, notez que j’achète mon Snap à la pharmacie (mais dans le rayon des produits ménagers), ou encore, chez Canadian Tire.

Boucle d’Or, espion: Randi Vetvik

Randi et sa chienne, Buffy.

Vous le savez, je vous l’ai déjà dit, je suis toujours charmée d’avance par les projets de passion, comme celui-ci ou celui-là. C’est ce qui m’a donné envie de connaître davantage les produits de la marque Vetvik (ça, et le fait que la fondatrice de la marque, la belle Randi, se fait coiffer à une chaise de moi au Local B). Style impeccable, teint de rose, sourire chaleureux, (petites barrettes, j’adore les barrettes!), elle a tout bon d’emblée. Mais si on ajoute à cela son sens aiguisé des affaires (comptable en management accrédité et titulaire d’un MBA), son fashion flare et la passion du sac parfait pour la femme qui travaille (et non les Carine Roitfeld de ce monde qui préfèrent le look zéro sac à main, so not pratique): Randi est géniale. En plus, Randi a accepté de partager avec nous ses secrets de beauté. Plus cool que cool je vous dis!

D’abord, les sacs Vetvik, il faut que je vous en parle! Avant, je travaillais dans le domaine de la mode. J’avais un ordinateur portable, que je traînais partout avec moi. À New York, à Toronto, backstage, à l’aéroport…J’étais habillée de la tête aux pieds en dernière collection mais mon sac, une horreur de toile renforcée à clips en plastique qui grinçaient disait “amateur” plus fort que le claquement de mes chaussures Brian Atwood. J’ai cherché et cherché une option pour mon matériel technologique, en vain. Je me suis résignée à rester une amateure, en étant venue à la conclusion que les filles qui ont réussi professionellement laissent leur portable au bureau. Un bureau qui doit être, oh je ne sais pas, face à une fenêtre ouverte, vue sur la plage, rideaux vaporeux au vent. Tiens, une limonade. Bon. Mais ça, c’était avant. Maintenant je sais que les filles qui ont réussi professionnellement (ou y aspirent vraiment) ont un sac Vetvik, un vrai bureau encombré de dossiers, un téléphone qui sonne et des projets plein la tête.

Randi a d’ailleurs créé Vetvik pour répondre à son besoin à elle: elle hésitait toujours entre le sac pratique zéro style ou le sac chic mais pas pratique. Puis elle s’est dit: c’est bête de devoir choisir! Elle a étudié les sacs sur le marché, en a acheté une centaine, les a mis à l’épreuve. Puis, grande respiration, elle s’est lancée. Il faut la voir parler qualité du cuir, grain, renforts, parage et coutures: l’étincelle dans les yeux, la conviction dans la voix. Elle s’y connaît, c’est évident. Anti-choc, ultra-léger, les mousses des sacs ont une mémoire, la doublure est en ultra-suède d’Italie, les cuirs sont les plus fins et le produit final une merveille. Il y a des sacs pour les portables mais aussi des enveloppes toutes fines pour les Ipad et les Iphone; vraiment de quoi faire le bonheur de chacune qui y trouvera son style mais aussi, la réponse à son besoin à elle. On peut y mettre son ordinateur et le contrat d’achat/vente d’actions, mais aussi The Economist, Harpers’ Bazaar (ah oui, et un magazine à potins de stars si vous voulez tout savoir) et son baume à lèvres Sisley. Bref, l’avocate/blogueuse/femme à intérêts multiples et éparpillés que je suis adore, c’était à prévoir. Il reste que je peux penser à tant de femmes qui traînent leur matériel informatique (pour le plaisir ou le travail) dans un sac mal adapté, sans compter les étudiantes (quel beau cadeau de graduation!) et les hommes… bref, on veut toutes un sac Vetvik. Mais allez, parlons plutôt des produits de Randi!

J’adore ce look avec les barrettes: inspirant!

Comment prends-tu soin de ta peau, le matin et le soir?

J’utilise un lait nettoyant (que j’enlève avec un linge humide, puis je passe un autre linge imbibé de tonique), un tonique et une crème de jour avec FPS. J’adore tout Darphin et Sisley! Le soir, c’est Crème de Nuit aussi, sans compter, des soins du visage tous les changements de saison. Pourquoi ces marques? Parce que les résultats sont très vites visibles, sans mentionner le véritable plaisir d’utilisation.

Qu’y a-t-il dans ton étui à maquillage quotidien?

J’aime la simplicité…Donc, un fond de teint léger (encore Sisley), une poudre pressée (j’aime celle de Chanel), un blush rose léger (Chanel, teinte 64, Pink Explosion), le Lip Conditionner de Sisley (essentiel!) et une crème corps Jo Malone ou une eau (j’alterne selon mes envies…White Jasmine & Mint,  Lime, Basil & Mandarine, Nectarine Blossom & Honey, Pomegranate Noir).

Ta dernière découverte beauté qui te donne des palpitations?

Le parfum Labo Fleur d’Oranger 27.  J’aime l’étiquette personalisée, l’emballage tout simple. et puis…le parfum est divin. (Ndlr: Pour l’avoir senti à Toronto, ce parfum est une pure merveille. Sans exagération.)

Ton inspiration beauté?

Une seule réponse possible: Grace Kelly. Son style intemporel, classique et toujours approprié. J’adore. Dans la vie de tous les jours j’essaie de dégager autant d’intemporalité avec mon look- chic, classique et professionnel. Mais aussi plein de charme, cela va sans dire!

Comment prends-tu soin de tes cheveux?

Lavage et traitement tous les trois jours, avec de bons produits, c’est essentiel en plus d’être un plaisir. J’alterne entre les produits Kérastase et Pureology, lesquels j’adore. Véronique et Laurie du Local B s’occupent de ma couleur (un blond suédois, ultra froid) et de ma coupe (une frange bien droite et de jolies longueurs).

Comment prends-tu soin de toi, autrement?

Je bois beaucoup d’eau, prends de la Vitamne C quotidiennement et suis un régime protéiné. Et aussi, de la crème glacée. Oh, j’adore la crème glacée! Je l’achète chez la chocolatière Geneviève Grandbois, une merveille.

Routine d’exercice, soin visage, massage?

Un peu de musculation, trois à quatre fois semaine à la maison et un peu de cardio… Je me fais masser tous les quatre mois environ, souvent lors de voyage d’affaires, ce qui me permet d’essayer des instituts différents à chaque fois.

Ton produit à lèvres chouchou?

Le Baume à Lèvres Sisley, il est toujours avec moi. La perle des soins à lèvres.

L’endroit où tu as envie de tout acheter?

Hmmm, difficile à dire quand on voyage en Europe et à New York. Mon verdict? Barney’s New York – le bonheur total pour ses petites marques exclusives et plus grandes marques designer.

Quels autres produits sont tes incontournables beauté?

Les crèmes et gels douche parfumés Jo Malone. Du bonheur en bouteille.

L’achat qui te fait rêver?

Des chaussures Louboutin en suède mauve… Soupir…

Un énorme merci à la belle Randi, qui a très généreusement répondu à mes questions, en vraie fille cool. Gros bisous (bien hydratés au baume Sisley)! Mille mercis!

** Crédit photos de Randi Vetvik: les photos ont été fournies par Vetvik

Le vernis d’un lundi gris

Dur, dur de reprendre le rythme les lundis matins…surtout quand il fait gris, ou pire, encore noir dehors au réveil, ce qui est mon cas.

Ma solution? Saupoudrer dans ma vie de petits plaisirs simples, de petits détails qui me font sourire.

En ce lundi, c’est ce vernis, le Raise Your Glass de Deborah Lippmann: un vernis magenta crème subtilement pailleté, créée exclusivement pour Holt Renfrew à l’occasion de son 175ème anniversaire. Parce que oui, s’il y a le bleu Tiffany et le rouge Ferrari, il y a aussi désormais le Magenta Holt Renfrew, cette teinte parfaite de rose enthousiaste comme les sacs de la boutique.

Ce que j’aime de ce vernis? Les paillettes semblent “descendre sur l’ongle” à l’application (au lieu de rester en surface et donner un relief irrégulier-ce dont j’ai horreur), ce qui fait l’ongle bien lisse mais juste assez festif. Ultra-brillant, un peu bonbon, very luxe, c’est un vernis réjouissant, un vernis de fête qui est aussi très classe pour le bureau, surtout avec du noir.

J’ajoute à cela mon cahier parfaitement assorti Pantone Universe pour prendre des notes à la réunion du lundi matin, une bonne salade maison dans mon lunch et mes talons favoris…Voilà, c’est déjà un meilleur lundi.

Vous, vous avez des petits trucs pour ensoleiller les journées d’automne?

*** J’adore tous les jolis produits créés exclusivement pour fêter cette belle boutique qui est véritablement passée à l’histoire canadienne. Les ballerine Ferragamo! La robe Alice & Olivia! Même les petites bouteilles de Diet Coke roses…Happy birthday Holts!