Boucle d’Or boude: le Temptu!

On entend beaucoup parler du maquillage à l’aérographe (“airbrush“) Temptu (prononcer “Tempt-you“) depuis 2010 qui soit-disant, permet de se faire un teint de star à domicile avec une machine qui pshiite finement fond de teint, blush, illuminateur, fard bronzant et même auto-bronzant.  Pour ma part, j’ai vu cette machine en vrai pour la première fois à la semaine de la mode à New York en septembre 2010.  Dans les coulisses, elle était très populaire auprès des maquilleurs et les mannequins qui défilaient devant moi avaient une peau au grain si fin, à l’éclat si parfait, aux pores si invisibles que tout de suite j’ai commencé à obséder.  Il me fallait ce Temptu! Le hic: elle n’est pas donnée cette machine (225$US)!  Mais peut-on mettre un prix sur un teint parfait de mannequin photoshoppé? Un mois plus tard, à ma plus grande joie, je recevais cette machine pour mon anniversaire.

Mais Boucle d’Or a vite été désenchantée. Récit d’une déception:

L’équipement:  La machine opère avec des capsules de maquillage (dites “Air Pod“) que l’on clippe à la machine airbrush.  Ces capsules sont vendues séparément et sont chères (55$US pour le fond de teint, 30$US pour le blush et 35$US pour l’illuminateur).  Autre déception, elles ne contiennent pas beaucoup de produit (pour moi, environ un mois et demi d’utilisations quotidiennes) et le choix de couleur est sérieusement limité.  J’avais la teinte de fond de teint 002 Ivory mais la correspondance avec ma peau n’était pas exacte. Les autres teintes ne convenaient pas non plus. Côté blush, j’avais Sheer Berry, un rose un peu trop vieillot, faute d’une couleur plus adaptée à mes goûts et à mon teint. Bref une couleur que je n’aurais jamais porté si javais eu un blush normal. Enfin, j’avais l’illuminateur teinte Champagne, qui elle, était correcte mais beaucoup trop subtile à mon goût.

La machine:  Un autre point négatif, la machine fait un véritable bruit de fournaise.  Un vrombissement subtil, certes, mais assez pour réveiller petite ourse qui a le sommeil léger. Alors je devais maintenant me maquiller avec petite ourse à côté de moi, dans sa chaise haute dans la salle de bain, qui mangeait une toast. Moins relax. De plus, la machine doit être branchée, comme mon fer plat, mon fer à friser, mon séchoir, ma Clarisonic, ma brosse à dents…ma salle de bain commençait à avoir l’air d’une centrale électrique!  Enfin, la machine est assez encombrante et fragile (le moindre coup peut bloquer le tube de l’aérographe en créant une bulle d’air, c’est pourquoi, “il faut acheter l’étui jet-set“, m’a-t-on dit chez Sephora.  De mon côté, je ne l’ai pas acheté, sachant que je ne voyagerais pas avec mon Temptu (eh non, pas de Temptu au chalet pour Boucle d’Or!).

L’application et le rendu final: Quand j’ai eu ma machine, j’étais excitée comme une puce et je voulais l’essayer sur tout le monde.  Ma belle-maman et ma belle soeur se sont prêtées au jeu et ont beaucoup aimé.  Sur elles le résultat était sublime, un peu comme ces mannequins que j’avais vues à New York.  Mais sur moi…Le désastre. Je pensais que que faisais tout bien puis je m’examinais à la lumière du jour dans le stationnement du bureau pour constater que j’étais complètement rayée, comme un zèbre couleur chair.  Et ça n’est pas parce que je manque de dextérité… Je n’ai aucun problème à graver une citrouille avec un motif feuille de vigne à l’Halloween comme Martha Stewart, à faire des petites rosettes en glaçage sur des cupcakes, à me faire un trait d’eyeliner yeux de chats parfaits. Alors pourquoi, mais pourquoi ne suis-je point capable d’utiliser sur moi-même cette machine que l’on nous présente comme facile et au résultat parfait à tout coup? En fait, l’application est très, très difficile: on nous dit de maintenir 4 à 6 pouces de distance entre le visage et la poire aérographe, puis, d’appuyer sur le bouton de la poire en faisant des mouvements circulaires continus.  Assez tricky. Comme on ne ressent qu’un jet d’air frais sur la peau, il est quasi impossible d’appliquer le tout uniformément.  La couvrance est si légère qu’il faut beaucoup de produit (c’est long!).  On repasse plusieurs fois avec nos “mouvements circulaires” en ne voyant pas de réelle différence sur nos imperfections. L’illuminateur, lui, n’illumine pas suffisament.  Et enfin, comme on brille (non, on luit) de partout après l’application, on doit poudrer beaucoup (donc camoufler tout notre beau travail airbrush).  Résultat: on a finalement un maquillage tout bête, comme d’habitude, sauf que notre fond de teint n’est pas bien appliqué en dessous de la poudre. Finalement, comble de la déception, rien ne tient, le maquillage “fond” progressivement au cours de la journée.  Ce qui fait qu’on entame le 5 à 7 avec un visage gras et défait, comme si on sortait d’un cours de yoga chaud, le look zen en moins.

Enfin, comme la machine est encombrante, on doit tout de même s’équipper en maquillage traditionnel pour les voyages et les retouches.  Conclusion: on doit avoir deux kits maquillage.  Si on fait le calcul, pour avoir un teint moins que bien, c’est vraiment nul.

Pour finir, je dirais que c’est surtout vite devenu déprimant de devoir acheter toujours la même marque et de se priver des nouvelles collections qui elles, suivent les tendances et les saisons.  Quand mes amies parlaient nouveautés maquillage, j’étais complètement out: “le nouveau fond de teint Chanel? Moi, non, j’utilise le Temptu. Oui, je suis un martien.” Fin de la discussion. Fini les beaux poudriers, les palettes illuminatrices embossées de motifs fleuris, les nouveaux petits blush qui remontent le moral.  Lire les pages beauté des magazines était devenu pure torture car je voulais essayer les nouveaux produits mais j’étais otage de mon Temptu. Et puis mon maquillage était devenu… technologique. C’est là que j’ai réalisé à quel point il y a une dimension poétique essentielle au maquillage. Un petit rituel. Clic clac, on ouvre les boîtes, ftuff, un coup de pinceau, mmm, une poudre qui sent bon et évoque des souvenirs.  On se sent belle.  La journée commence bien.  Mais c’était fini tout ça. Plus de plaisir des sens, pas de joie à l’application.  Me maquiller était devenu aussi sympathique que de trier mes courriels en arrivant au bureau. Bof. Une case à cocher dans ma liste de tâches.

Enfin, j’ai vu récemment que Sephora ne tenait plus cette machine et je dois dire que cela ne m’étonne pas. Boucle d’Or y a d’ailleurs rapporté la sienne et obtenu un remboursement complet (merci Sephora!) La morale de cette histoire? Un (beau) teint c’est bien.  Mais un beau teint et un beau moment le matin, c’est encore mieux! Ça m’apprendra à tout vouloir tester…

P.S. La gagnante du concours Reine des Neiges sera annoncée demain vendredi!

7 thoughts on “Boucle d’Or boude: le Temptu!

  1. Personnellement cette machine ne m’attire pas. Surtout que sur youtube il y a une vidéo où la fille mets 365 couches de maquillage avec ! C’est trop moche ^^’
    Enfin, ce gadget ne me fais pas du tout penser au maquillage mais à faire de la peinture

  2. je ne connaissais pas cette machine mais au moins pas un articles qui me donne envie d’acheter lol! merci pour cette article très intéressant!

  3. C’est le genre de machine qui ne me fait absolument pas rêver, rien ne vaut pinceaux, éponges, houppettes et co’ et surtout un bon coup de main ! Puis je trouve que ça enlève tout le plaisir de se maquiller ce genre de machine éè

    • @ Beauty and the City: Oui,tu as raison. Il y a tellement de romantisme à penser que des milliers de femmes partout dans le monde posent les mêmes gestes que nous tous les matins depuis des centaines d’années…Me maquiller avec un outil du siècle prochain ou d’une galaxie lointaine? Très peu pour moi.

  4. Oui je suis une des cobayes ! Et je confirme : c’est amusant de l’essayer mais la machine à quelque chose de préhistorique et ensuite on se sent crispée sous un masque de pierre!
    Vive la poudre libre!!

    • Bonjour Audrey M! À titre de cobaye de Boucle d’Or, je me réjouis que tu nous fasses part de tes impressions. Tu soulèves un excellent point que j’avais oublié de mentionner: le maquillage est très inconfortable.

Comments are closed.