Le Maestro des sourcils

Eye and Brow Maestro Armani Je sais, je sais, je vais encore vous parler d’un produit grand luxe, d’un produit cher. Mais attendez ! Ce produit, je voulais vous en parler parce qu’il sait tout faire…Oui, il s’agit du nouveau Eye and Brow Maestro de Giorgio Armani. Cela faisait un petit moment que je l’attendais : j’avais sérieusement besoin d’un nouveau gel à sourcil. Et le Eye and Brow Maestro, justement, il est idéal sur les sourcils. Appliqué avec un pinceau biseau ultra-fin en faisant de petits petits traits tout mini, il est quasi-invisible (vraiment naturel!), ultra-sophistiqué, il fait de super sourcils à la Megan Fox, grave. Et surtout, il maintient tout bien en place. Pas comme une cire grasse qui fond vers midi en une marre brillante de cire à sourcils sur le bas-front, noooon. Le Eye and Brow Maestro a du corps, de la tenue: c’est véritablement une texture gel qui sèche.   Bref, sur les sourcils, c’est super. Mais il est également génial utilisé en…liner. Avec le même pinceau-biseau ultra-fin, le produit glisse le long des cils et fait un trait tout chic longue tenue, c’est un parfait eye-liner. Je l’ai d’ailleurs porté le soir de mon anniversaire et j’ai adoré le look yeux de chats frais (pas vieux liner tout sec, comme ça m’est déjà arrivé avec d’autre produits). On dit qu’on peut aussi s’amuser avec le produit pour faire un effet regard charbonneux (“smoky“), je suis portée à croire que c’est vrai mais n’étant pas une grande experte en matière de regards ultra-enfumés, je n’ai pas essayé. Toutefois, on dit que l’on peut aussi l’utiliser… dans les cheveux (pour camoufler la repousse ou le petit cheveu gris!) Ça je l’ai testé dans les cheveux de ma maman et nous avons trouvé le résultat vraiment très, très convaincant ! Appliqué avec un pinceau à ombre à paupières, puis, peigné, on n’y voyait que du feu et ma maman l’a vite mis sur sa liste. Enfin, je ne crois pas avoir la bonne teinte pour cet usage (alors je n’ai pas testé) mais il semblerait que le Eye and Brow Maestro peut aussi être utilisé pour sculpter le visage. Dans le petit film la maquilleuse Linda Cantello explique que le produit peut même être utilisé sous la lèvre inférieure pour donner du pulpeux aux lèvres. L’effet est très convaincant!

Donc oui, c’est un produit cher (autour de 40$, vendu chez La Baie Centre-Ville et Holt Renfrew) mais comme il peut faire le travail de quatre produits, je suis tout de même portée à le recommander. Et puis, est-ce que je vous ai dit qu’il faisait des sourcils à la Megan Fox?

P.S . En ce qui me concerne j’ai la teinte Wedge Wood (que j’utilise pour les sourcils et en liner) mais il y a tout plein de teintes!

Empruntés à ma maman

Produits de mamanQuand je vais dormir chez ma maman, j’en profite toujours pour aller fouiner un peu dans sa salle de bain. Qu’est-ce que j’y trouve?…

-D’abord, il y a ces produits vieux comme le monde que l’on avait achetés ensemble genre, dans une pharmacie aux États Unis il y a 10 ans …: « Euh, maman ! Il te reste de la crème de Burlington ? Mais, ça ne doit plus être bon, ça… » Ce à quoi elle me répond: «Oui, je sais, mais je l’utilise sur mes pieds…Elle sent encore bon. Et puis, ça me rappelle nos vacances…Tu te rappelles? »

-Ensuite, il y a ces produits sortis de nulle part qu’elle a acheté sans moi (grave erreur). «Euh, maman…Dis-moi, depuis quand tu mets du gloss-miroir-ultra-collant-effet-vinyl d’une marque élaborée par une tatoueuse? » « Ah, oui, je suis contente que tu m’en parles: je suis super déçue ! J’avais demandé à la vendeuse chez Sephora un rouge à lèvres longue tenue et elle m’a conseillée ce gloss hydratant fondant liquide applicateur-biseau et…Et en plus, il n’est pas longue tenue du tout! » Vous voyez le genre.

-Et enfin, il y a ces produits que j’adore, qui font partie du plaisir de se faire belle chez elle. C’est de ceux là que je veux vous parler aujourd’hui !

D’abord, les poudres pour le corps. C’est une tradition familiale de mère en fille : on aime toutes les poudres pour le corps! Ma grand-maman affectionnait la Youth Dew d’Estée Lauder et la Blue Grass d’Elizabeth Arden (et aussi, celle de Santa Maria Novella, plus tard), moi j’aime aussi celle de Santa Maria Novella et celle de la Société Parisienne de Savons et, ma maman, quant à elle, aime bien les poudres italiennes, comme la Borotalco ou encore, celle-ci de Spuma di Sciampania. En fait, ma maman adore tout de Spuma du Sciampania, du savon à linge au savon à plancher, qu’elle achète chez Milano sur St-Laurent. Cette poudre, malheureusement, n’y est pas vendue mais on l’a commandée sur Beauty Habit et son parfum de savon est à tomber.

Ensuite, des eaux qui sentent bon! Ma maman en a une vraie collection ! L’été, quand il fait chaud, j’aime bien lui emprunter l’Eau Universelle de l’Occitane, qui sent bon le frais et me fait penser au Château de ma mère de Pagnol, avec un canal barré à clé et des fontaines secrètes. Idem pour l’Eau des Minimes, du Couvent des Minimes, qui sent le frais propre et citronné, le sol sec et les herbes dans le vent chaud. Pour ma maman et moi, je crois que ces eaux évoquent le voyage que nous avions fait ensemble, dans le sud de la France, magique. Il y a aussi le parfum Amazing Grace, de Philosophy (maintenant vendu chez La Baie Centre-Ville!) qui, avec le temps, est devenu le parfum un peu signature de ma maman, enveloppant comme une couverte chaude, rassurant. Juste le sentir me fait sentir que tout est bien dans le monde. Et enfin, la dernière addition de ma maman à sa collection : le parfum Hélène de Rancé, un parfum créé par François Rancé, dont la famille désservait l’aristocratie napoléonienne en matière de parfums. Il y a donc des parfums pour célébrer Eugénie, Hélène, Joséphine, Elise, Laeticia… Le parfum Hélène est un peu chaud, un peu gourmand, il est ultra-élégant et aussi, doux comme tout. J’aime! Quand j’étais petite, ma maman avait des eaux de Le Jardin Retrouvé ou encore, de E. Coudray…Ça vous dit quelque chose? Qu’est-ce que je donnerais pour pouvoir ressentir ces eaux-là aujourd’hui! Je crois que ce serait une pure bouffée d’enfance!

Et enfin, je ne sais pas comment c’est possible mais il reste à ma maman un tube de notre chère crème corps Dexeryl, cette merveille des merveilles qui a tout des soins grand luxe sauf le prix. Disponible en France en pharmacie, dans ma famille, quand on en a un tube, on le cache et on l’utilise avec parcimonie. Heureusement, ma maman m’en prête volontiers et, pendant que je me crème les mollets, on planifie des manières de s’en procurer, ambiance, manigances de contrebande…ou grand voyage en Provence. We’ll see! Ah, ça fait du bien de rêver.

Voilà pour les produits que j’aime bien emprunter à ma maman ! Sans pour autant faire circuler le tube de mascara (pas une bonne idée), vous partagez des produits avec ceux que vous aimez?

The Good Wipe

Lingettes Jean D'Estrée

Les lingettes et moi ça ne remonte pas vraiment à longtemps. En fait, elles m’ont toujours apparues comme la solution démaquillage de la paresseuse. En effet, qui, mais qui dans ce monde ne préfèrerait pas un démaquillage en bonne et due forme, en quatre étapes, voire cinq ou six, avec une huile, un lait, une brosse qui vibre et de l’eau thermale en spray, des cotons japonais et un petit massage par effleurage symétrique? QUI?? Mais oui, je me posais vraiment la question. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, hein ? D’autant plus que mes expériences en matière de lingettes n’ont jamais été ultra-concluantes. D’abord, il en faut combien de lingettes pour arriver à bout d’un maquillage no-makeup ? Plus qu’une, toujours. Et puis, certaines moussaient trop, d’autres étaient rugueuses, déchiraient, peluchaient, étaient trop sèches, trop minces…Bref, la lingette démaquillante, très peu pour moi.

Mais cet été, avant mes vacances, alors que j’élaborais mon petit kit beauté pour le road trip familial, je me suis dit que des lingettes, ce serait trop pratique. Je me disais : tiens je pourrai me démaquiller dans l’auto, à une station-service, dans un McDo, dans la petite chambre de bain d’hotel, à genre, Wilson, North Carolina, sans sortir mon démaquillant 57 étapes à minuit le soir. Ce serait trop parfait ! Mais il me faudrait la bonne lingette.

C’est donc une conseillère chez Jean Coutu (mon petit Jean Coutu chéri, au 501 Mont-Royal Est) qui a su bien m’aiguiller : « Ohhhh, il vous faut les lingettes Jean D’Estrée. » Moi qui n’avais jamais essayé quoi que ce soit de cette marque, j’ai sourcillé. Hmmm. Mais la conseillère m’a convaincue : « Vous verrez, elles sont épaisses, elles sont performantes, elles sont vraiment luxueuses et en plus, elles sont en solde : deux paquets pour le prix d’un. » Alors va pour les Jean D’Estrée.

Et qu’est-ce que ça dit ? En effet, elles sont vraiment épaisses et douces comme tout. Elles sentent bon le lait démaquillant floral (mais semblent imbibées de solution micellaire), elles ne laissent pas la peau grasse, ni décapée. Mais surtout, surtout : on n’a besoin que d’une lingette pour tout le visage, pour tout le démaquillage. Hop, on passe la lingette partout une fois. Puis on la retourne et on peaufine le démaquillage avec l’autre côté. Fini, terminé! Plus de mascara, plus de fard irisé longue tenue. Alors oui, je suis retournée chez Jean Coutu, guetter les soldes sur les lingettes Jean D’Estrée. Bien que leur prix soit déjà raisonnable (moins de 20$), quand c’est deux pour un c’est encore mieux. Je ne m’en cache pas : j’adore ces petites lingettes ! Pas que je sois devenue de celles qui sautent le démaquillage en soixante étapes, nooooon. J’aime les routines compliquées ! Paresseuse du démaquillage, je ne suis pas! Mais bon, il y a tout de même des soirs où je suis bien contente de pouvoir aller vite-vite me coucher tout en étant tout de même trrrès bien démaquillée. Bonne nuit les amies !

P.S. Petite précision: autant j’adore ces lingettes, autant je ne recommanderais peut être pas comme solution quotidiennes (pas économique, ni très écologique et puis, un vrai bon démaquillant c’est trop un énorme plaisir de la vie, non ?). C’est tout de même hyper pratique : pour ces soirs où l’on est trop crevée, pour les nouvelles mamans, les grandes voyageuses (pas de danger que ça coule), ou même pour peaufiner le démaquillage après un gel nettoyant (ça m’arrive de faire cela aussi et je ne rince même pas après avoir passé la lingette Jean D’Estrée)…ces lingettes sont trop parfaites !

Vous avez des bonnes lingettes préférées ou, comme moi, vous préférez un démaquillage comme un rituel ancien, avec des codes, des cotons et plein de flacons ?

L’Action de Grâce chez ma maman

Thanksgiving (Un petit article que j’ai écrit la semaine dernière mais que je n’ai pas eu le temps de publier. Le voici avec une semaine de retard. Mes excuses!) Me revoici après un bon petit moment et je m’en excuse. Comme plusieurs d’entre vous vous en êtes doutées, j’ai eu des problèmes techniques. Mais me revoici donc avec mon ordi qui, je l’espère est en pleine forme! Alors, je disais…C’était l’Action de Grâce et, pour l’occasion, nous sommes allés passer la fin de semaine chez ma maman, dans le vieux village de Pointe-Claire. C’est toujours un bonheur que de retourner un peu dans sa maison d’enfance, non? Et aussi de prendre un vrai bon moment avec sa maman…Comme toujours on avait beaucoup d’activités au programme…Comme par exemple: Jeu des 4 jeux Jouer à des jeux de société avec les oursons. Petite Ourse apprend à perdre, Bébé Ours à jeter le dé sans le lancer loin-loin-loin… À chacun son défi! Ce jeu, je l’avais quand j’étais petite et, d’après ce que je constate, c’est encore un favori auprès des petits. Qui se rappelle des 4 Premiers jeux? Recettes Faire des photocopies de toutes les recettes de mon enfance, de ces recettes familiales et patrimoniales. Du Plum Pudding de mon Grand-Papa au Pain de Pique-Nique de ma maman, gâteaux d’anniversaires, gâteau renversé aux ananas, biscuits de Pâques et autres recettes découpées dans le journal…Je promets d’en partager avec vous, promis! Lire des livres de recettes, marquer les recettes inspirantes et aussi, cuisiner un peu. Nous avons très envie d’essayer la recette de pâtes à la courge et aux pignons de Nigella Lawson (livre Kitchen), entre autres… Compote Faire de la compote de pommes avec toutes les pommes que les oursons ont été cueillir. J’en ai des pots et des pots! Avec un peu de cannelle, sur du pain, ou encore, mélangée à du yogourt…Yum! (Admirez le bonhomme vert derrière: c’est notre premier essai de “peinture gonflable”…Recette à venir également!) Remèdes Aller magasiner des remèdes contre l’hiver… Une amie de ma mère recommande de prendre de l’huile de pépins de pamplemousse (attention, c’est hyper amer et je fais une grimace dynamique à chaque fois) pour prévenir le rhume, nous avons donc décidé d’essayer cette année. Au programme également: du Bio-K (yogourt very probiotique.) Ma pharmacienne le conseille à chaque changement de saisons pour booster le système immunitaire. J’en ai profité aussi pour prendre un vaporisateur pour la gorge (Echinaforce, à prendre aux premiers symptômes de maux de gorge), et aussi, du VegaOne, un réhydratant intensif pour après le sport ou encore, quand on est justement déshydraté. Comme des écureuils qui ont fait leurs provisions, nous voilà prêtes pour l’hiver! Bord du lac Il faisait un temps magnifique alors nous en avons profité à fond! Nous sommes également allées magasiner dans le village en faisant un petit arrêt chez Hatley (une marque canadienne dont j’aime les vêtements pour petits). J’ai eu un coup de coeur pour ces sous-vêtements de ski (ou ceux-ci) en micro-polar pour les petits… Eau chaude Nous avons aussi flâné sur internet tard le soir en googlant des têtes de lit vintage (pour ma maman), des chemises à carreaux (pour moi) et des draps monogrammés (pour nous tous)…Nous avons bu de l’eau chaude (notre signature drink; c’est bon pour le teint!). Nous avons flâné sur Barbour (ah, le plein-air à l’anglaise!), The Company Store (pour les draps monogrammés) et Brooks Brothers (on aime la collection Red Fleece!) Puis, ma maman m’a convaincue de rester debout pour aller voir Anne Dorval “perdre ses pinces à cheveux” sur On n’est pas couchés…Bien fatiguée mais surtout bien comme tout, je me suis couchée très tard, après avoir mangé une petite soupe en pouffant de rire et de fatigue avec ma maman au milieu de la nuit dans la cuisine. Bon, le réveil par Petite Ourse, très tôt, me demandant “des pastels gras pour dessiner une bernache du Canada pour la fête de l’Action de Grâce” a été un peu difficile mais sinon, la fin de semaine aura été parfaite. Seul constat; j’ai manqué un peu de temps-j’aurais bien aimé épiler un peu les sourcils de ma maman. Allez, on remet cela. Vous, vous avez passé une belle fin de semaine?

Boucle d’Or boude: l’Huile de Douche Amande l’Occitane

Boucle d'Or boude

Quand je vois qu’une marque lance la version Éco-recharge d’un produit de beauté, je me pose de sérieuses questions. Sérieuses.

Je me demande: “Hmmm…Il y a des consommatrices qui aiment ce produit à un point tel qu’elles se disent“:

-”Oh, j’adore ce produit mais j’en utilise tellement (il est tellement génial!) que je suis inquiète de tous les contenants vides que je laisse derrière. C’est un vrai problème. Je recycle, certes, mais ça n’est pas suffisant…J’en consomme tellement, de cette merveille. Je crains qu’une petite île de contenants de plastiques ne soit en train de se créer dans le Pacifique, à cause de moi…La marque DOIT faire quelque chose pour protéger l’environnement de ma consommation d’huile de douche. Il le FAUT.

Puis, je me dis: cette consommatrice, elle n’est pas seule! Il y a tout un marché de filles qui pensent comme elle. Au point où la marque, craignant que les ventes ne freinent à cause de cette préoccupation collective se doit de répondre à leur besoin, en leur disant: “Mais, pas de soucis: nous sommes à l’écoute, de vous et de l’environnement! À preuve: nous avons lancé des contenants que vous pourrez re-remplir de notre produit-culte en version Éco-Recharge, que, de toute évidence, vous consommez aussi vite qu’une pinte de lait“…

Alors oui, je suis dupe: quand je vois des Éco-Recharges, je me dis que les gens aiment, beaucoup, beaucoup.

Huile douche

C’est ce qui est arrivé avec l’Huile de Douche l’Occitane. Déjà, j’avais adorée le Concentré de Lait, une merveille… Puis, j’ai lu les avis sur l‘Huile de Douche, sur le site de la marque, (de vraies lettres d’amour…). Et, aussi, je me suis laissée convaincre par la vendeuse qui me disait que très vite, je serais de retour pour la recharge écologique, moi-aussi…Ah, l’Éco-Recharge! L’argument convaincant! Tout de suite, je me suis dit que cette géniale huile de douche aurait pu être un vrai problème pour l’environnement si ce n’avait été de l’Éco-Recharge. L’environnement aurait pu être victime du succès d’une huile de douche…Vous vous imaginez!!

Alors j’ai craqué.

Erreur. Cette huile, je ne l’aime pas du tout.

D’abord et surtout, cette huile, en ce qui me concerne, est occlusive. Elle semble boucher les pores de mes mollets, de mes genoux… Moi qui ai d’habitude une peau de crocro…Je déteste encore plus avoir des petits boutons sur les jambes, vous vous imaginez bien.

Ensuite, je n’aime pas son fini gras, pas soyeux du tout, qui perdure après le bain ou la douche. J’ai peur de tacher mon nouveau pyjama, c’est gras sous les ongles, c’est gras partout.

Et puis enfin, cette huile n’est pas écologique du tout: elle ne mousse pas, il en faut une tonne pour se laver tout le corps, et puis justement, je ne me sens pas “lavée” après, juste graissée. Son parfum est moins doux que le Concentré de Lait, trop sucré à mon goût…Pour une huile à utiliser dans le bain ou la douche, je préfère de beaucoup l’huile de camélia, d’amandes (pure, sans nom) ou même, l’huile d’olive fruitée (toutes ont un parfum plus neutre). Mon portefeuille préfère aussi, soit dit-en passant.

Enfin, j’ai maintenant un flacon plein d’une huile de douche que je n’aime pas…Je la recycle comment? Il y a une Éco-recharge pour ça?

Vous avez essayé cette huile de douche? Je suis la seule qui a été déçue?

J’y arrive presque!

Twist me pretty

Crédit Photo: Twist Me Pretty.com

J’obsède sérieusement sur cette coiffure aperçue sur Twist Me Pretty.com. C’est trop, trop beau. Je sens que ça pourrait totalement devenir ma coiffure signature, pour sortir comme au bureau. Je me pratique régulièrement, je fais des recherches sur des sites de noeuds (ouais, ça existe!!) et je sens que j’y suis presque…mais il y a une manoeuvre que je n’arrive pas à compléter, vers la fin. Et ça me fait tellement enrager. Mais bon, je ne désespère pas et dès que j’y arriverai, je vous raconterai! Abby de Twist Me Pretty semble dire que cette coiffure demande un peu de pratique justement mais qu’une fois qu’on a saisi, on peut la réaliser les yeux fermés!

Si, parmi vous, il y a en qui ont réussi cette coiffure noeud celtes, please: dénouez ce mystère pour moi! Bonne fin de semaine à toutes!

Docteur beauté

Docteur beautéPas besoin d’être malade pour piger dans la pharmacie ou les produits d’hôpitaux…Au contraire, on peu totalement se faire belle avec des produits…institutionnels! À preuve:

Les tampons pré-imbibés d’alcool isopropylique antiseptique
: Essentiels dans les trousses de premiers soins pour désinfecter bobos et co., il n’y a rien de mieux pour vraiment bien nettoyer un vilain bouton avant le soin, pour désinfecter ses pinces à épiler avant usage, pour nettoyer son téléphone cellulaire (un nid de bactéries anti-belle-peau, dit-on!) et aussi, pour éliminer toute trace de gras/crème/ongles avant de passer à la case vernis à ongles.

Des épingles de sûreté: Pour repercer le petit trou dans l’embout bouché du tube de colle à faux-cils ou de soin anti-boutons…Pour les petites urgences ourlet défait/bouton du décolleté qui vient de tomber…l’épingle à couche devrait être dans notre kit “île déserte” à toutes! Ne serait-ce que pour se confectionner une mignonne petite jupette avec des feuilles de palmier!

De la vitamine C: D’abord, parce qu’une alimentation pauvre en vitamines se lit sur le teint (oui, la “Peau de Régime”, ça existe pour vrai  et c’est pas joli-joli, en fait, c’est surtout un teint tout gris) mais aussi parce que prévenir le rhume (et le nez tout rouge), c’est aussi une stratégie beauté. Enfin, je n’ai pas essayé mais certains prônent même une application topique de vitamine C (en se préparant soi-même un petit sérum)…Vous avez essayé?

De la lanoline pour mamans allaitantes: Je vous en avais parlé ici- les baumes d’allaitement sont parmi mes grands baumes favoris de pharmacie parce que d’abord, 1) ils sont efficaces contre les gerçures des lèvres et de la peau (mains! cuticules!), 2) leur prix est assez raisonnable pour la quantité et 3) leur composition est toujours neutre et la plupart du temps, naturelle. Une alternative mini prix à la Crème de Huit Heures d’Elisabeth Arden…

Des tampons de gaze médicale, non-stérile: Je préfère ces petits tampons à ceux de coton pour tout ce qui touche aux soins des mains. En effet, leur tissage ne laisse pas de fils accrochés aux ongles ou aux cuticules. Ils sont également idéals pour démaquiller les rallonges de cils car on ne se retrouve pas avec des genre de toiles d’araignées en ouate au bout des cils.

Des contenants d’échantillon urinaire: Oh yeah! Ces petits contenants sont vraiment bien pour transporter nos produits en voyage. D’abord, on peut les demander à la pharmacie (et on vous les donne souvent gratuitement) mais surtout, parce que ces petits contenants ont l’avantage de ne pas couler. Jamais. Et vous en connaissez vous des contenants de voyage qui ne coulent pas? Et puis, avouez, votre tonique à la fleur d’oranger sera juste trop chic dans ce petit pot-pipi, dans votre luxueux vanity!

De l’Hexomédine: Un grand favori depuis longtemps, l’Hexomédine appliquée avec un coton-tige avant le dodo sur un petit bouton fait des miracles. Comme on n’en trouve qu’en France je fais des stocks, mais sinon, à Montréal je me rabats sur Baxédin.

Des pansements: Des pansements, il en faut pour s’adapter à nos nouvelles chaussures, pour cette coupure de papier qui accroche quand on se passe la main dans les cheveux (ouch!), pour camoufler notre vernis écaillé (je suis la seule à faire cela quand je n’ai pas de dissolvant?) mais aussi, pour traiter. Oui, traiter: un peu de crème anti-bouton (ou d’Hexomédine!) dans un pansement pour une nuit, ça marche super bien. Et pour être plus festive on se rabat sur les modèles à motifs! (Mais oui, ce sera tellement classe ensuite quand on appliquera notre luxueuse crème de nuit à même notre pot d’échantillon urinaire.)

De l’huile essentielle d’eucalyptus: Parce que quand on a froid ou qu’on est enrhumée, il n’y a rien de mieux qu’un bon bain délassant avec quelques petites gouttes d’huile d’eucalyptus! (Recette de bain ici).

De l’acide salycilique pur (en poudre, pour préparation magistrale): Un autre favori de pharmacie française (découvert grâce à l’une d’entre vous- merci Juliette!). Éclat, purification des pores, assainissement quand la peau est capricieuse… Il suffit d’humidifier une pincée au creux de la main et voilà…un exfoliant de choix! En cas d’imperfection on peut aussi en appliquer de manière topique sur l’indésirable, en protégeant…d’un joli pansement à motifs, quoi d’autre?!

De la glycérine: Vous savez ce petit éclat humide que l’on aime conférer à notre maquillage (le terme souvent employé par les maquilleurs américains étant “dewy” pour décrire ce bienheureux éclat hydraté…). Alors, un peu de glycérine dans un vaporisateur fera l’affaire, ou mieux…essayez donc la recette de ma grand-maman pour une peau de princesse…(ici!)

Enfin, il y a aussi…

  • Les piqués d’hôpital! Bien épais, faciles à laver, ils sont absolument idéals sur un oreiller, quand on dort avec un masque capillaire ou un bain d’huile à cheveux!
  • Les gants jetables! Pour enlever son vernis sur ses orteils tout en préservant son vernis sur ses mains…Et aussi pour couper des betteraves sans que notre vernis teinte Spaghetti Strap ne devienne taché d’un semblant de Rouge Noir.
  • Les lingettes désinfectantes de surface! Pour nettoyer comme une pro notre coiffeuse et petits tubes et pots et être bien certaine que c’est cliniquement propre!

J’en ai oublié? Vous avez d’autres idées? Utiliser un stéthoscope comme serre-tête? Porter une jaquette d’hôpital pour se faire sa coloration? Utiliser un abaisse-langue pour brasser ses masques…Dites-moi vos petits trucs de beauté médicale…

P.S. Pour celles qui sont au Québec, une excellente ressource pour les fournitures médicales est Dufort & Lavigne

Baume Sweet Baume

Rouge à lèvres

Mon Rouge Dior Baume, devant le La Baie Centre-Ville. Tôt le matin!

Un petit article pour vous parler de mon nouveau grand coup de coeur de l’automne: le Rouge Dior BaumeOh. My. God. J’étais sur ma pause dîner, je traversais le La Baie Centre-Ville et, oh! je suis tombée nez-à-nez avec le visuel représentant Natalie Portman, parfaite, en jeans et lipstick, chaussures roses et petit sac matelassé au bras: le chic incarné. Instantanément, cette pub est devenue mon inspiration absolue du moment: vraiment, Dior, j’adore. D’habitude, j’anticipe les nouveautés, moi. Je lis d’avance les avis écrits à Singapour ou en Russie, en traduisant avec des logiciels spécialisés. Je fais des listes, avec une échelle de priorités, des postes budgétaires, des algorithmes par catégorie de produits…Je note les dates de lancements à mon agenda, avec des codes de couleurs. Je plaisante, certes, mais il n’en demeure pas moins qu’il est assez rare que je me fasse prendre totalement par surprise, et ce, encore moins par une marque comme Dior, que j’adore depuis juste, forever. Mais c’est ce qui est arrivé. Une pub, au milieu d’un grand magasin m’a annoncée le lancement d’un nouveau rouge à lèvres. Une pub m’a enthousiasmée, fait sautiller jusqu’au comptoir Dior pour demander, pleine d’espoir: “Euh…Natalie Portaman, là, elle porte quoi?“.

Crédit photo: Dior

Crédit photo: Dior

Ce baume teinté, il m’avait complètement échappé. Un nouveau tube Dior. Hy-dra-tant. Habillé d’un pigment grand luxe, d’une couleur riche, mais vraiment naturelle. Complètement sublime, un voile… Comme vous pouvez vous l’imaginer, en totale groupie-Natalie, j’ai pris la même teinte qu’elle, celle qu’elle porte sur le visuel avec le petit sac: la teinte Lilly. Il s’agit d’un rose neutre-parfait, bonne mine, un rien bonbon, qui fait des lèvres pulpeuses et chic et les dents blanches, une moue de poupée; bref, tout ce que j’aime. D’ailleurs, avis à celles qui aimaient déjà la teinte Mademoiselle de Chanel, cette teinte est similaire, en un rien plus rosée, plus délicieuse. Parfaite pour l’automne, parfaite pour cette envie de graduer au vrai rouge après un été de Lip Glow (tout en conservant la composante zéro-maintenance/ultra-hydratation). Vraiment, ce Rouge Dior Baume est une surprise merveilleuse de la saison! Il ne me manque maintenant plus que le petit sac et les chaussures roses… P.S. J’ai écrit à la marque et on m’indique que pour l’instant, il s’agit d’une exclusivité La Baie… Vous avez essayé cette perle? (Et si oui, pourquoi vous ne m’en avez pas parlé?!!) Quelles autres teintes me recommandez-vous?

Magie: le tour du foulard

photo 1-10Pour tous ces matins où l’on aurait envie d’un peu de changement sans dépenser, je vous présente le tour du foulard! Tout simple: hop, après avoir fait le pli de base dans un carré, il suffit de l’enrouler le long des poignées afin de bien les couvrir. Pour finir, on coince le foulard dans les anneaux s’il y en a, sinon, on fait des noeuds.

photo 2-9Et abracadabra: tout à coup, on a l’impression d’un sac un peu différent, plus coloré et aussi plus dame avec sa poignée unique en soie. À noter, c’est un petit truc qui ne nécessite pas un carré de soie de grande marque: au contraire. On pourrait aisément imaginer une adaptation de ce petit truc sur un sac d’armée avec un carré de coton usé et vintage, über cool. Mais bon, pour ces matins où l’on a envie d’élégance classique, un vrai carré Hermès, Liberty of London  ou Henri Bendel c’est vraiment le bonheur au carré.

P.S. Le foulard dans les photos est d’Hermès. Il s’agit du motif À cheval sur mon carré.

Au rayon des pains de savon

SavonsLes pains de savons sont un peu ce qu’est le télégramme à notre génération: rétro et peu pratique. On lui préfère souvent le gel douche et son joli flacon, les tubes pratiques ou encore, les huiles lactées moussantes. Pourtant, les pains de savon ont l’avantage d’être économiques, moins dispendieux (pas toujours en fait, exemple ci-après) et aussi plus écologiques. Et puis, c’est totalement le souvenir de voyage idéal! Ça fait voyager un pain de savon, ça fait rêver. On peut le mettre dans notre tiroir de petite culottes pendant des années puis, l’oublier, puis, le redécouvrir et le sortir de sa jolie boîte comme un neuf. On peut le rapporter de voyage, comme une page de carnet de voyage déchirée, un petit pain qui mousse et nous rappelle l’odeur du maquis de l’île en Corse, de la lavande dans les champs, ou même, de la noix de coco après la plage…Vous l’aurez deviné: à choisir entre un tube de gel douche et un pain de savon en bonne et due forme, aucune hésitation: je choisis le second.

Et puis…il y a une satisfaction bienheureuse à tirer du rituel, non? On fait bien mousser le savon, on étend la mousse, puis….zlippp, il glisse de nos mains et tombe au fond du bain. On le repêche et on recommence. Je trouve la mousse des pains de savons souvent plus câline et coussinée que celle qui sort d’un tube. Et puis, j’ai toujours l’impression que le parfum des pains de savon colle davantage à la peau que celui des gels, non? Et oui, comme les baumes à lèvres, je collectionne un peu les pains de savon. On m’en offre, on m’en rapporte de pays lointains, je conserve les boîtes et je cache des pains dans ma lingerie. De temps en temps, j’en utilise un, jusqu’à ce qu’il fonde jusqu’à ne devenir plus rien, vraiment, jusqu’à la fin. C’est bête, mais j’ai alors le sentiment du devoir accompli.

Parmi mes grands savons favoris, il y a mon meilleur achat de savon à vie (rien de moins): le Vellutina de Santa Maria Novella. Ce savon m’avait coûté la peau des fesses: 50$. Mais, il a fondu si lentement, qu’il m’a duré un an, littéralement. Je l’ai terminé en juin dernier, un an après l’avoir sorti de son papier. Pendant un an, je l’ai utilisé quotidiennement sur le corps et aussi, deux à trois fois par semaine sur mon visage. Il sentait le linge propre, faisait la peau douce comme du satin, plus éclatante et n’asséchait pas. Autant je m’étais trouvée folle de craquer dans le moment, autant, je le rachèterais aujourd’hui les yeux fermés. C’est souvent comme ça avec la qualité…

Mes autres savons favoris sont aussi ceux de la marque Hand in Hand (pour le corps, délicieusement parfumés!), Lanolin Agg Tval (de Suède), parfaits pour le visage. J’aime aussi les savons italiens Spuma di Campagna et Valobra… J’adore aussi Magnolia (comme c’est dommage, il ne se fait plus!) ou Oeillet Mignardise, de Roger & Gallet, les savons parfums Sunshine de Good (vendus chez Whole Foods), le Big Pine Mountain Soap (qui sent le sapin, souvent mon savon d’hiver), le savon de Chanel No. 5 (quel plaisir!). Parmi les savons qui me font rêver, il y a le mythique pain de savon au pHelityl pour le visage de Erno Lazlo (adoré d’Audrey Hepburn et de Jackie Kennedy) et aussi, un savon du Comptoir des Savonniers…Mais bon, en attendant, j’ai des savons slaves, un savon des flancs de l’Everest au lait de yak, un savon au gruau exfoliant du Sud des États Unis et aussi, de magnifiques nouveaux savons trop mignons bien d’ici dont je vous reparle très bientôt!

Vous aimez aussi les pains de savons ou préférez les gels douches? Des recommandations de savons?

La famille s’agrandit!

Bébé éponges et maman épongeEt oui, mon éponge de maquillage préférée a fait des petits! Trop mi-mi, les micro-mini éponges Beauty Blender et surtout, pratiques comme tout! Déjà que je ne peux absolument pas me passer (jamais-jamais) de ma “Maman” Beauty Blender (l’éponge classique qui est dans la trousse de tous les grands maquilleurs) vous l’aurez compris, la venue des versions mini me réjouit au plus haut point. Comment j’utilise la Beauty Blender? D’abord, un peu humide, pour l’application du fond de teint liquide, il n’y a rien de mieux, de plus naturel. Mais surtout, c’est pour les retouches durant la journée qu’elle est ma plus grande alliée: j’utilise la pointe de l’éponge pour appliquer une poudre fond de teint de manière hyper ciblée sur mes petites taches ou les rougeurs qui refont surface et le gros bout, pour tout fondre et éliminer toute démarcation. Cette éponge, totalement unique, fait que le produit adhère bien à la peau et que tout reste bien en place, mais en même temps, cette éponge fait en sorte que tout se mélange, se fonde et devienne imperceptible…Juste comme on aime! Les mini éponges seront trop pratiques dans la trousse de maquillage, idéales aussi en voyage.

Ah oui, et au rayon des nouvelles en vrac:

  • Vous vous souvenez de la marque Odacité? Je vous en avais parlé ici et ici… Avis aux Françaises, la collection Pure Elements de la marque est maintenant disponible chez Colette à Paris! Et la fondatrice Valérie y sera le 13 septembre entre 14 et 18h, si jamais vous avez envie d’aller la rencontrer. Pour celles au Québec, je vous rappelle que toute la marque Odacité est disponible chez Crèmes Etc.
  • Kari Gran, cette marque bio que j’adore (et dont j’adore la philosophie hyper honnête) tient présentement ses soldes annuels: tout est à 20%! Comme May Lindstrom, j’aime d’amour le baume Lip Whip (rosé, à la cannelle) mais aussi, les autres produits de soin (je viens de constater que je ne vous en avais jamais parlé, oh no!). À découvrir, donc!

Voilà pour les dernières nouvelles! Vous, quoi de neuf?

Retrouver son nord intérieur: Wanderlust Tremblant

W7Je vous en avais parlé dès mon inscription: j’avais trop hâte à Wanderlust Tremblant! Alors…c’était comment? Quelle belle journée! Mon amie A-M et moi, de bon matin samedi le 23 août, nous étions sur le site de Wanderlust, vêtues de l’uniforme non-officiel (mais omniprésent) de l’événement: c’est à dire en leggings noir Lululemon. (Sérieusement, TOUTES les filles étaient en leggings noir Lulu.) Peu importe…premier arrêt: le cours d’OMGYM, du yoga suspendu. Qu’est-ce que le OMGYM? Un cours de yoga où l’on est retenu par du tissu de parachute et même où l’on est carrément suspendu à l’envers, c’est un yoga qui étire tout en douceur, un yoga qui joue avec les sens de l’orientation et de la perspective, mais surtout, un yoga qui oxygène et régénère l’esprit. Comme après un head-stand, comme quand tout le sang va à la tête…même principe. Après avoir la tête en bas quelques minutes on voit clair comme tout, et on a aussi l’impression d’avoir grandi de quelques centimètres!! Oui, j’ai totalement envie d’investir dans une structure OMGYM, de l’installer dans mon salon, ne serait-ce que pour la trop relaxante position “cocon”.

Hike

Le paysage du Passion Hike, la randonnée de Jessica Humphries

Second arrêt: la marche en montagne Passion Hike avec Jessica Humphries, qui…allait au collège avec moi (on était dans le même groupe d’orientation en forêt! On avait fait la randonnée ensemble dans les Adirondacks!). D’abord, c’était un plaisir de la retrouver, c’était aussi super inspirant de voir qu’elle fait un travail qui la passionne depuis toujours. Au fil de la randonnée, Jessica nous invitait tantôt à la réflexion, à des exercices de conversation mais aussi, à méditer en silence près des chutes d’eau, pour nous aider à nous rapprocher de nos passions. J’ai également appris que Jessica conseille sur la mise en forme dans le plaisir (cours de raquette! course en forêt!) et qu’elle élabore des plans de mise en forme, en intégrant des notions de plein air. Elle conseille également à Tremblant sur les randonnées à faire dans le coin, je pense d’ailleurs à la contacter pour nous aider à planifier une petite randonnée familiale. Enfin, motivante et enthousiaste comme elle est, je suis certaine que Jessica serait l’alliée idéale d’une remise en forme véritable. J’y pense… W3 Petite pause lunch ensuite, A-M et moi avons mangé une salade dans le village piétonnier avant que j’accompagne A-M à son cours de Yoga sur Paddleboard (Pop Yoga SUP avec Marie-Ève Bertrand). Je croyais que j’y étais inscrite aussi, mais de tout évidence, je n’avais pas bien complété le processus d’inscription en ligne (ça m’apprendra à m’inscrire à un cours de yoga en faisant du lavage en appliquant mon tonique visage en parlant à A-M au téléphone.) Déception donc, à ce niveau puisque le cours était complet-mais je me suis vite réjouie de pouvoir profiter de ce petit moment pour me promener sur le site, explorer, profiter des spectacles et aller boire un thé glacé David’s Tea. En me  promenant, j’ai eu un coup de coeur énorme pour le spectacle de HANNAH (à écouter ici), une productrice musicale pleine de talent qui chante et joue du violon. À noter, elle a d’ailleurs partagé la scène dans le passé avec des géants de la musique: les Rolling Stones, Kanye, Moby…Sa musique est totalement hypnotique, une musique pour être bien, respirer, une musique de nymphe dans la forêt…J’ai adoré, c’était magique. Je suis également restée longtemps à regarder le cours de yoga sur musique Meghan Currie, une prof pleine de fous rire, d’énergie et d’étincelles qui donnait son cours en plein air, sur la Place St-Bernard. La prochaine fois, c’est décidé, je m’inscris à son cours! Juste à regarder, j’étais conquise et pleine de bonne humeur.

W8

Atelier pour enfants de bricolage avec granola

Je n’ai pas vu le temps passer: vite, j’ai retrouvé A-M devant la petite chapelle pour un cours du Consciousness Explorers Club, un duo canadien dynamique qui encourage, initie et fait connaitre la méditation (l’un d’eux donne notamment des cours à l’équipe de Google entre autres, l’autre est médecin urgentologue). En fait, ça n’était qu’une conférence pré-pré-initiation, très en surface, mais j’aimé leur manière de présenter la méditation, très simplement, de manière accessible. Comme un moyen pour retrouver le silence dans notre cerveau et faire taire ces bruits sourds qu’on ne remarque même plus, un peu comme celui du frigo dans la cuisine.

W5

Le d’Om

A-M et moi, le visage plein de soleil, sommes ensuite allées nous promener vers le D’Om, la magnifique yourte (vraiment, c’était magique, je veux habiter dans une yourte). Oui, on y vendait des vêtements Lululemon (quoi d’autre!), mais aussi, des petits accessoires Wanderlust. Il y avait une station pour faire des bijoux de perles, des tapis et fauteuils pour prendre le thé, des yogi-accrobates qui faisaient des présentations. Au centre, dans un gros arbre, le DJ était à l’honneur, entouré d’une centaine de lanternes. Coup de chance, nous sommes arrivées juste à temps pour voir le spectacle de Quixotic, absolument dément!

W2

Dans le D’Om- Quixotic

A-M et moi étions ensuite inscrite à un cours de cuisine végétarienne. C’est le seul cours qui nous a déçu: la professeure ne donnait pas vraiment un cours de cuisine mais bien un cours magistral sur les bienfaits du végétarisme. Et…il nous semblait qu’elle lisait d’un livre. Comme le ton était monotone et comme nous venions de renouer avec l’importance de “suivre nos passions” (merci Passion Hike), nous avons quitté avant la fin pour aller faire un peu de magasinage.

W6

Leggings Inner Fire. Regardez ma photo: on dirait que des leggings ont des pieds!

Bracelets Pura Vida (il y avait même un bracelet “Wanderlust”), Thés David’s Tea, station pour enfants de bricolage avec granola (so mignon!!), carillon géant qui résonnait dans la montagne et eau de coco… il y avait de quoi s’amuser! Nous avons aussi découvert les leggings de yoga de la marque de Vancouver Inner Fire, absolument magnifiques avec leur motifs de forêt boréale ou encore, de ciel étoilé. Idem pour les super mignons tops aux messages comme “I came for the Vinyasa” ou “Chillin’ with my Omies“. Le paradis de la yogi branchée, quoi. A-M et moi avons ensuite été prendre une petite collation de tire d’érable sur neige, avant d’aller discuter dans un pré, en attendant le souper et le spectacle de soirée.

W9

Comptoir de perles

En gros, ce fût une journée parfaite, ressourçante, qui met le rose aux joues et donne milles idées et bons plans. On en ressort avec un sentiment de force, de bonne humeur, la conviction que l’équilibre est là, en nous, et qu’il suffit de s’écouter un peu.

Wanderlust 1

Capteur de rêves coloré- love!

Les petits moins: je trouve que c’est le genre d’événement qui gagnerait à être exclusif à ses participants et fermé au public, ce qui n’était pas le cas: les yogis en luon côtoyaient les touristes avec appareil photo. J’aurais également adoré qu’il y aie des stations de nourriture végé, voire, des camions de bouffe de rue (camion La Panthère Verte, où étais-tu?) au lieu de devoir apporter son lunch ou d’être contraint de se tourner vers les restos du Village. Enfin, une station de tresses françaises (du type Assembly LA) pour calmer les crinières au vent aurait été, à mon sens, plus utile que le comptoir de dessins au henné et m’aurait comblée. W4 Mais, au final, j’ai absolument adoré mon expérience Wanderlust. Même les plus novices ou wannabe yogi comme moi s’y sentiront les bienvenues, tout comme les avancées et professeurs de yoga qui y reçoivent des formations également. Et puis, le visuel de l’événement était vraiment très léché: tout était charmant, jolies nappes, tables décorées de bocaux remplis de bouquets de fleurs sauvages, jeux de Jenga géants…Seul constat: une journée c’est beaucoup trop court. J’aurais voulu faire plus de cours, essayer le parkour, le hula hoop avec Shakti Sunfire, faire un cours avec Shiva Rea…Il y avait tellement d’activités tentantes! Wanderlust, on en ressort plus recentrée, pleine de bonnes résolutions, légère comme une enfant, mais surtout mieux équipée pour replonger dans le quotidien. C’est l’escapade idéale au moment de la rentrée d’ailleurs, pour réfléchir à un Plan, pour repenser un peu son chemin et se refaire des énergies. Je surveille d’ailleurs les autres événements Wanderlust: celui du Vermont (vous savez combien j’aime le Vermont! Je pourrais même y porter un blush Tata Harper!!) me tente bien, ou, en rêvant totalement, celui de Whistler dans les Rocheuses…

Wanderlust essentiels

Mes essentiels beauté Wanderlust

P.S. Ah oui, j’oubliais: mes essentiels Wanderlust: des lingettes pour bébé (pour nettoyer les mains pleines de terre, après le cours de yoga), du gel aseptisant, une crème hydratante lumineuse Jouer Luminizing Moisture Tint, parfaite), un blush “éclat intérieur” (Dr. Perricone No-Blush Blush), le Lip Sugar Tulip de Fresh pour des lèvres un peu pop rosées mais hydratées, de la poudre protection solaire, du déo Soapwalla et des barrettes ou un bandeau (la brise des montagnes qui souffle dans la frange est trrrès distrayante quand on essaie de penser à rien). Enfin, mon sac Go-Lightly était parfait pour me promener sur le site, les mains libres.

Le no-maquillage maquillage

Ahhh, y-a-t-il quelque chose qui m’interpelle plus que les looks “no-makeup”?  J’adore les no-makeup look et ce, encore plus en vieillissant. L’idée? Avoir l’air de ne rien porter (mais d’être parfaite naturellement) alors qu’en réalité on est un peu (beaucoup) maquillée. Vous avez tout compris: c’est une fable du type Les Habits de l’Empereur, mais à l’envers. Les autres nous voient “au naturel” alors que bon, en réalité notre peau est bien habillée, vêtue somptueusement des bonnes matières, des bons produits.

Mes derniers coup de coeur No-Maquillage? Le blush et le baume à lèvres teinté de Perricone MD. (Petite note pour celles qui ne connaissent pas le Dr. Perricone, il s’agit de ce dermatologue célèbre qui prône, entre autres, un régime alimentaire de saumon sauvage à un point tel que l’on se demande si on devrait se lancer soi-même dans l’élevage. Voir ici.)

D’abord, le blush: le No-Blush Blush. C’est quoi? Un cadeau du ciel, un trésor, un nouveau chouchou, mon blush de tous les jours, oui. Mais aussi: il s’agit d’un anti-blush sous forme de sérum bonne mine qui redonne du rosé aux pommettes, un éclat jeunesse qui “sculpte” visuellement le haut de la joue. “Une perfusion de couleur santé” dit la marque et je ne saurais mieux dire.  Ce blush-soin à teinte unique SPF30 et à texture liquide-gel est un rien laiteux et sa texture me rappelle un peu celle du Posie-Tint de Benefit. À noter toutefois je préfère de loin le No-Blush Blush de Perricone MD qui s’étend et se fond à merveille et surtout, dont la tenue est vraiment sans pareille. Sur les joues: c’est le blush parfait, invisible mais présent, éclatant mais naturel. Parfait pour tous les jours, pour le bureau, le sport, le plein air, les brunch…tout! Je ne saurais imaginer une activité ou une occasion qui ne lui convienne pas. Et oui, sur Sephora, c’est un grand favori: en rupture de stock fréquemment, de toute évidence, c’est un classique en devenir. À noter ce produit existe aussi en version “bronzer” mais je ne l’ai pas testé.

De bas en haut: Le No-Blush Blush non estompé. Le No-Blush Blush, estompé. Le No-Lipstick Lipstick, le tout, de Dr. Perricone.

Pour ce qui est du No-Lipstick Lipstick, il s’agit un peu du même principe: un baume rosé-neutre très naturel, très hydratant, dont la teinte universelle donne l’illusion d’une moue un peu plus pulpeuse. Ce que j’apprécie surtout de ce produit? D’abord, la teinte, hyper chic, qui me rappelle Mademoiselle de Chanel (Collection Rouge Coco) mais en version baume hydratant. Et aussi, le fait que ce petit tube sublime véritablement mes lèvres au cours de la journée, en les rendant douces, souples et confortables. Exit les petites ridules et fissures, les pigments qui se logent dans les plis plus secs vers midi: le No-Lipstick Lipstick, en vrai baume, hydrate vraiment convenablement. Véritable plaisir à appliquer et à porter, il n’en demeure pas moins qu’en véritable rouge à lèvres, ce tube nous donne ce petit plus de confiance en soi. On pourrait un peu le comparer au Lip Glow de Dior, mais en version plus “peau nue”, plus soin et davantage anti-âge. Bref, j’adore!

Vous, quels sont vos produits de maquillage favoris pour arriver à recréer un look no-maquillage? Vous avez testé d’autres produits Perricone MD?

P.S. Les produits de soins de maquillage du Dr. Perricone sont disponibles sur le site de Sephora uniquement pour celles qui sont au Québec (aux États Unis on les trouve en boutique), de même que sur Perricone MD, qui expédie à l’international.

Charmée d’avance: les Volumizing Cheek and Lip Tint de Tata Harper

Tata Harper Cheek Tints

Crédit photo: Tata Harper.com

Quand j’ai vu le courriel annonçant le lancement des Volumizing Cheek and Lip Tints Tata Harper hier, j’ai retenu mon souffle. Trois petits pots, trois teintes douces comme tout pour faire des joues de poupée de la manière la plus naturelle possible. Les teintes sont tellement parfaites que l’on croirait à des pétales écrasés mis en pots pour apporter le jardin à nos joues. C’est romantique. C’est charmant. Ça me fait rêver de la campagne du Vermont l’automne, des Bean Boots aux pieds, un gros foulard autour du cou. Bref, ça fait rêver.

Ces petits pots 100% naturels et non toxiques allient pigments naturels et technologie anti-vieillissement dans une formule qui, semblerait-il, est aussi bonne que belle. La marque dit que les Tints sont facile à fondre dans la peau, qu’ils rehaussent subtilement le volume des joues, minimisent les ridules et donne un bel éclat naturel longue tenue. Et of course, on peut aussi les utiliser sur les lèvres…

Je les ai essayés? Pas encore: pour l’instant ils ne sont disponibles que sur Tata Harper.com. Je compte craquer? Hmmm, je ne sais pas car en vacances je me suis achetée un autre produit un peu semblable vraiment génial (je vous en reparle cette semaine)…Mais, qu’est-ce que je dis: il y a fort à parier que je vais craquer pour ces petits pots colorés. En attendant, la première qui teste avise les autres, compris?

P.S. Pour mes articles antérieurs sur Tata Harper (y compris mon entrevue avec elle), c’est ici et ici!

Punky Me

Punky-mePetite robe et escarpins, certes, mais qu’on le veuille ou non…même les plus classiques d’entre nous deviendront un peu punky au mois d’août. Cheveux rebelles, sourcils fous-fous, ongles qui s’écaillent et mascara qui coule…on prend toutes un look un peu punk rock et ce, même les perles au cou…Arrrrrg. Allez, on embrasse notre petit côté punk?

Les cheveux en bataille

On l’a toutes vécu: on sort de chez soi avec la mise-en-pli du siècle (qui a pris trois années-lumières à réaliser, à preuve, on a eu le temps de revisionner tous les films Star Wars sur le Ipad)…pour arriver au coin de la rue avec la coiffure d’une Mosh Pit Barbie. On embrasse notre petit côté punk? Oui, si les circonstances et la tenue le permettent et si on en a envie. Par exemple, le weekend, en route vers la plage, avec des shorts en jeans (JAMAIS en robe de demoiselle d’honneur)…Pour calmer un peu le jeu on peut faire des tresses avec les cheveux de devant et les attacher en arrière en couronne (comme ceci) dans un esprit sage devant/sauvage derrière. Pour s’assagir entièrement, on se fait un gros chignon bien haut, un rien gonflé, pour mettre en valeur le volume de la chevelure (et oui, retrouver notre vision périphérique). Le produit punk-friendly: Une pommade coiffante, comme la Potion 9 de Sebastian (un grand classique qui met les cheveux un peu en forme mais de manière imparfaite). Cool-cool.

Les sourcils font le party

Ouaip, on veut les sourcils de Megan Fox. On y travaille. Et on a pris rendez-vous pour se les faire épiler bien comme il faut…dans 4 semaines. Dans l’intérim les sourcils prennent des airs punky et n’en font qu’à leur tête.  On embrasse notre petit côté punk? Hmmm, non. Les mohawks de sourcils ne sont jamais à la mode. Les sourcils se doivent d’avoir un minimum de decorum. Pour calmer un peu le jeu, on peut simplement les lisser au doigt ou mieux, avec un peu de baume à lèvres ou de crème à mains en les peignant vers le haut, pour agrandir le regard. Pour s’assagir entièrement: on résiste à l’appel de la pince, tout de même, et on brosse plutôt les sourcils toujours vers le haut, avec une petite brosse à mascara propre (comme celles que l’ont donne chez Sephora). Enfin, on applique une poudre colorée à sourcils pour donner une forme continue et on lisse le tout avec un peu de pommade adaptée. Le produit punk-friendly: oui, la référence en la matière est tout Anastasia Beverly Hills (disponible chez Sephora et ici- c’est elle qui s’occupe des sourcils de Megan Fox, entre autres) ou sinon, le Brow Box d’Urban Decay fera parfaitement l’affaire. En effet, ce kit est complet comme tout et les poudres qu’il contient, subtiles à souhait.

Le vernis qui ne résiste pas

Hier soir, c’était séance d’application de vernis en buvant une tisane. Alors pourquoi, dès midi le lendemain, on pourrait croire que l’on a passé la nuit à décaper un meuble en écoutant une vieille cassette des Ramones? Why?? On embrasse notre petit côté punk? Forcément, on n’a pas de dissolvant. On assume et on fait comme si c’était voulu (“pff…Cara Delevingne le dit dans Porter Magazine: le vernis bien appliqué c’est nul et rétro…alors, très peu pour moi…“).   Pour calmer un peu le jeu on applique une bonne crème à mains: au moins, on sera une punk hydratéePour s’assagir entièrement On garde les mains discrètement hors de la vue en se félicitant intérieurement de ne pas être mime. Yeah. Le produit punk-friendly: le vernis de finition Gel Coat de Dior, absolument inégalé! Il permet au vernis  de durer des siècles et confère aux ongles une brillance vraiment miroir. Avis à celles dont les ongles sont trop cassants pour pousser, cette couche de finition changera votre vie. Ah oui, et pourquoi ne pas traîner avec soi des lingettes de dissolvants? Ou à tout le moins, en laisser dans le tiroir de son bureau ou dans le coffre à gants.

Il vous arrive d’être un peu punk aussi? Vous assumez ou vous rattrapez la situation? Ah oui, et j’oubliais…pour le mascara qui coule, il suffit de mettre un peu de gloss nude: ça devient alors un look! Rock on.

Le maquillage des vacances

ÉtéJe sais, je sais, ça fait très longtemps. Et je vous suis so very reconnaissante d’être fidèles au poste! En fait, j’étais en vacances avec la famille ours, j’avais plein d’idées d’articles, j’avais fait plein de photos, puis…il y a eu comme un déclic qui s’est fait au milieu de mes vacances. J’ai décroché. J’étais relax, dans ma petite bulle avec les miens, trop bien. Je n’ai même pas allumé mon ordi. J’ai profité. Je savais que vous comprendriez. Puis, il y a eu le retour la semaine dernière et…un nouvel emploi pour moi, un nouveau camp pour Petite Ours et le décalage du retour à la petite routine. Sans compter que ce weekend j’étais à Wanderlust (oh, so génial! Je vous en reparle!). Mais, plus le temps passe plus je culpabilise un peu et je me dis que vous méritez un MÉGA-génial article du style Thèse de Maîtrise sur les meilleurs produits exfoliants classés par pays. Toutefois, comme ça n’est pas réaliste du tout pour le moment me voici me revoilà très humblement, avec un petit article pour vous parler des produits de maquillage qui m’ont accompagnés durant les vacances! Oui, parlons de ces grands chouchous qui méritaient d’être trimballés à la plage, au resto, voir le dauphin Winter au centre de réhabilitation de Tampa et aussi, en promenade sur le Pier.

Alors, en commençant par la gauche sur la photo…J’avais la poudre fond de teint minéral Cover Fx, ma préférée. J’en suis à mon je ne sais plus combientième poudrier! Je l’ai en plusieurs teintes (fantôme d’hiver/beige normal/peau de vacances- ce sont les noms que je leur donne), je la trouve en pharmacie, elle a une tenue exceptionnelle et elle couvre parfaitement… Cette poudre est toujours avec moi, toujours. Appliquée au pinceau par mouvements légers, elle me sert même à matifier de manière invisible.

Pour le teint, j’utilise toujours le Joli Teint Terracotta de Guerlain, teinte Light. Je l’aime tellement que je compte même l’utiliser cet automne, longtemps après que ma peau aura oublié le soleil de l’été! Et si oui, il est le partenaire idéal de la poudre Terracotta, je vous le confirme, il est aussi sublime avec un blush ou même un fard crème. À noter tout de même, comme ça n’est pas un produit très couvrant, il m’arrive de corriger ensuite taches ou imperfections de manière ciblée, en prenant garde de bien fondre le produit.

J’avais aussi pris avec moi la poudre DiorSkin Nude Shimmer, en teinte 01-Rose, de même que la poudre bronzante Terracotta Classique (Blondes) pour réchauffer mon teint. Gros coup de coeur pour la poudre Dior que j’applique un peu comme un blush et qui est du plus bel effet sur une peau légèrement hâlée. Elle fait des joues rosées comme au réveil, lumineuses et romantiques juste comme on aime. Surtout, à ne pas réserver que pour l’été! Je suis d’ailleurs impatiente de la tester sur ma peau “fantôme d’hiver” car je parie que ce sera aussi super joli!

Enfin, j’avais aussi apporté mon cache-cernes Anti-Fatigue Clarins, efficace comme tout. Mais bon, j’étais tellement reposée que je ne l’ai presque pas utilisé. J’avais aussi le fard à paupières Glo Minerals teinte Harvest, un bronze-ardoise qui fait ressortir le doré des yeux. Mon grand classique à moi, malgré l’emballage zéro-qualité.

Puis, pour les lèvres, j’ai pris mon adoré crayon Karma Chameleon d’Ilia! Dur, dur d’imaginer une teinte qui évoque plus l’été! Vous vous en souvenez, je vous en avais parlé davantage ici… Et puis, comme vous le savez, c’est aussi un grand chouchou de ma marraine beauté May Lindstrom! Et enfin, mon petit nouveau (acheté en vacances!), le baume teinté Lip Sugar de Fresh, dans la oh-so-magnifique teinte Tulip! Parfait, parfait, parfait, ce tube est tout ce que j’espérais! Une teinte de rose à croquer qui n’est pas trop pop, mais qui reste naturelle et sophistiquée? Une texture soyeuse, un tube luxueux comme tout et une tenue sans faille? Comme souvent, Fresh nous précède et nous montre qu’il sait ce qui nous plaît.

Voilà pour mes petits produits de maquillage des vacances. Vous, vous profitez de l’été? Et aussi, quels produits de maquillage vous accompagnent en vacances?

The Bear necessities

Bare necessities

Look for the bare necessities
The simple bare necessities
Forget about your worries and your strife
I mean the bare necessities
That’s why a bear can rest at ease
With just the bare necessities of life

-L’Ours Baloo dans le livre de la jungle, version Disney

Voici un article qui ne sera sans doute pas de la plus grande utilité à toutes dans le très immédiat (à moins que vous veniez à Disney aussi ou encore, aux glissades d’eau ou à la Ronde) mais je me dis qu’au pire il pourra peut être servir de référence future ou même être transposé dans le contexte de d’autres sorties avec des enfants! Car oui, la famille ours part maintenant quelques jours à Disney! Voici donc les petits essentiels du sac de jour (sac à dos cette fois!) à ne pas oublier, histoire que les oursons soient heureux et que tout aille pour le mieux!

-Une petite trousse de premiers soins. Celle-ci est de la marque me 4 kids mais j’y ai rajouté des pansements de super-héros/Docteur La Peluche/Cars un tube de polysporin, etc. Oui, à Disney il y a une infirmerie, mais…quand on a attendu 20 minutes devant la grotte d’Arielle, on ne cède pas sa place pour une égratignure au genou, ça non.

-Des bracelets d’identité. Bon l’idéal c’est de toujours tenir la main (n’est-ce pas les oursons?) mais en tant que maman inquiète, un bracelet d’identité, ça me rassure drôlement. L’an dernier j’avais fabriqué moi-même mes bracelets avec des papiers de couleur plastifiés, une brocheuse et du ruban gros grain et le résultat était comment dire… moyen. Le ruban s’est effiloché (il y en avait partout!) et l’encre a coulé au premier lavage de mains. Le look aussi était very festif (Bébé Ours avait les sourcils froncés chaque fois qu’il regardait son poignet). Cette année, je m’y suis prise d’avance et j’ai commandé ceux-ci de la marque ID on me. Comme une montre qui s’ouvre pour découvrir un papier plastifié, on peut y inscrire le nom des parents, les numéros de portables/allergies de même que la langue parlée de l’enfant. À noter, oui, j’ai dû payer des frais de douane mais autrement, le service la marque était impeccable. Mais bon, ça n’empêche pas qu’on va toujours se TENIR LA MAIN.

-Des lingettes humides et du gel aseptisant. Aucune explication nécessaire.

-Un brumisateur d’eau, pour se rafraîchir. Bon, ok, c’est surtout pour moi.

-Des petites bouteilles d’eau, à remplir avec beaucoup de glaçons et un peu d’eau. J’adore les bouteilles Kid Kanteen qui ne coulent pas!

-Des lunettes de soleil pour chaque enfant, un chapeau par enfant et aussi, un kit de vêtements de rechange par enfant: du t-shirt au short, en passant par la culotte et les chaussettes. Advenant un pipi/dégât popsicle/un manège qui “éclabousse juste trrrro“, hop, on fait un switcheroo et on met les vêtements mouillés dans le ziplock, ni vu, ni connu et on continue.

-De la crème solaire, en crème ET en bâton, pour la retouche rapide du visage, c’est bien pratique.

-Des t-shirts “familiaux”. Bon, c’est LOIN d’être une nécessité, je sais. Et puis, c’est plus ou moins fashion. Mais, attendez. L’an dernier, j’ai constaté que plein de familles le faisaient et j’ai trouvé ça sympathique, très, esprit d’équipe. D’abord, avec une couleur éclatante (Berry Brite pour nous!), on sera facile à repérer. Ensuite, avec une petite photo familiale sur la manche, les oursons adorent. Ça fera de drôles de photos en plus. Et puis, oui, je sais, ça fait touriste. Mais en même temps, à Disney, la seule manière d’avoir l’air d’être “local” c’est d’être carrément habillé en Buzz L’Éclair, Raiponce, Minnie Mouse ou Olaf (l’adorable bonhomme de neige de La Reine des Neiges).  Car au risque de surprendre d’autres touristes de Disney World: “Me? No, believe it or not, I don’t live here.” Touriste je suis, et j’assume.

-L’appareil photo. Batterie chargée, carte mémoire vide, recharge dans le sac…Tout est prêt pour une journée magique.

P.S. J’ai oublié quelque chose? Surtout, faites-moi signe! Quelles sont vos nécessités pour les sorties en famille?

C’est parti!

C'est parti!Helloooooo! Ça fait trop longtemps, non? C’est parce que…je suis en vacances! Yes! Après deux jours de road trip (à travers la Pennsylvanie, l’état de New York, le Maryland, la Virginie, la Caroline du Nord, la Caroline du Sud, la Georgie, la Floride…) avec la famille ours et le chien incontinent et aussi tout plein de miettes de biscuits dans l’auto, nous voici loin très loin, way down South, où il fait mille degrés à l’ombre d’un palmier, bref, tout est parfait. Nous avons vu des dauphins, un lamantin, des lézards, des pélicans! Il fait soleil et l’eau est chaude. (Ah oui, et aussi, il y a eu un petit pépin avec internet, donc, mes excuses mais je n’avais accès à rien.)

Qu’à cela ne tienne! Me revoici avec un petit article sur mes “essentiels soins” de voyage. Bon, je vous préviens, moi et voyager léger ça ne va pas vraiment ensemble hein. Je suis  du genre scout-toujours-prête (y compris pour une séance d’aromathérapie sur la route ou un masque-éclat en paddleboard) vanity complet et routine compliquée à l’appui, c’est moi, même en vacances. C’est que, pour moi,  la routine beauté complexe fait partie intégrante de mon rituel vacances. Pour une fois que j’ai plus de temps! En plus, faire un masque pour moi, c’est limite faire la sieste: farniente. Je suis comme ça, je trouve ça reposant. Vous comprendrez donc que, pour moi, laisser ma brosse Clarisonic à la maison le temps de trois petites semaines, c’est juste si ça me cause de l’anxiété de séparation.

Bon, plongeons donc dans ma trousse! Je vais commencer par les produits de démaquillage! D’abord, après avoir lu sur Oh My Cream Magazine que le double nettoyage était LA meilleure manière de débarrasser la peau des produits solaires, je m’y suis mise aussi, surtout que Dermalogica propose des formats voyages parfaits. Je commence donc avec l’huile démaquillante Pre-Cleanse (j’adore! ma peau semble tellement en forme après!) qui se transforme en lait au contact de l’eau, puis, je fais suivre du Special Cleansing Gel, très bien aussi. Pour les yeux, je passe un petit coton imbibé d’Eau micellaire Bioderma, puis, je vaporise un peu de Maya Water (aux baies de goji!).

Avant le dodo, j’applique un peu de Sérum stimulant intensif Un Été à Hossegor d’Odacité, très efficace pour combattre les taches et prévenir/corriger le vieillissement (rappelez-vous, je vous avais parlé d’Odacité ici). La créatrice d’Odacité a d’ailleurs créé ce sérum pour sa maman, et lui a donné le nom de la ville où elles passaient leurs étés ensemble: j’adore. Mais ce que j’aime surtout, c’est l’éclat que l’huile de graine de carottes et de bleuets donnent à la peau et le fait que ce sérum estompe bel et bien les taches sans agresser la peau. Enfin, si je sens encore ma peau un peu serrée ou sèche en raison des éléments, j’applique aussi un peu de baume Skin Relief de CV Skin Labs, ça calme tout et on se sent tout de suite plus confortable. C’est aussi mon baume à lèvres!

Le matin, après avoir nettoyé ma peau à la Maya Water, j’applique quelques gouttes de sérum C E Ferulic de Skinceuticals. Ce sérum, recommandé par Sacha, ma gourou belle peau chez Victoria Park, contient de la vitamine C L-Ascorbique, de grade médical. Une fois appliqué, ce sérum offre une photoprotection huit fois supérieure à celle de la peau nue, qui dure jusqu’à 72 heures et ce, même si on lave ou frotte la peau. Mais surtout, il neutralise les radicaux libres des rayons UVA, UVB et infrarouges A, protège de la pollution, et repulpe et lisse la peau. On dit donc de ce sérum que c’est un complément essentiel à la protection solaire aussi, comme je suis sujette aux taches pigmentaires, je ne prends aucune chance. Le gros plus? L’éclat immédiat de la vitamine C, qui est indéniable (à preuve), mais aussi, le simple fait que depuis que je l’utilise, j’aime mieux ma peau avec que sans (elle a l’air plus fraîche!).

Au rayon des masques, j’ai été raisonnable: un seul m’accompagne! Mais attention, ce masque sais tout faire et surtout, il est vraiment très apaisant, ce qui est idéal quand on est en vacances! Il s’agit du Calendula Hydrating and Toning Mask de John Master Organics, une merveille qui est d’ailleurs parmi les meilleurs vendeurs de la marque. Autant il est apaisant au contact, la pose est également vraiment relaxante (rien ne tiraille, super combo, parfait devant la télé de fin de soirée). Et au rinçage? La peau est rebondie, rayonnante et sans rougeurs. Bref: c’est le best of everything. 

Enfin, il y a ma sublime et complètement mythique huile multi-usage Melchior et Balthazar. Dès que je me douche après la plage, je m’en enduis de la tête aux pieds, en passant par le visage et même jusqu’à la pointe des cheveux. Mes cheveux sont tout dorés, bien brillants, lustrés et sans frisottis, ma peau, elle, est sublimée, douce comme du satin et belle comme jamais. Cette huile d’argan vraiment inodore, soulignons-le, est devenue un vrai incontournable de vacances.

Si je sors, je m’enduis de lotion Prtty PeauShun (teinte dark), une lotion aux reflets dorés mais sans pigments visibles, que je suis vraiment contente d’avoir achetée! La peau semble lustrée, dorée, mais on ne voit vraiment pas de brillants. Seul bémol? Elle est un rien collante. Enfin, au rayon des produits un peu disparates, il y a aussi une mini brosse Widu, un scellant à rallonges de cils Mise-en-Cils (un must pour les protéger de l’humidité et de la crème solaire), mon déo Soapwalla, un gel douche Caudalie Pêche de Vigne (prendre une douche parfumée après la mer, c’est un grand plaisir de la vie), le parfum Beach de Bobbi Brown qui sent l’été et toujours, mon essentiel bonnet de douche Hello Kitty!

Ah oui, et pour les soins solaires visage j’applique le Anthélios Ultra-fluide (cette fois, je me suis trompée et j’ai pris le non-teinté, oups), la poudre ColorScience Sunforgettable et aussi, le gloss protecteur SPF 35 ColorScience (teinte Clear) qui est tout aussi géniallissime!

Voilà pour mes essentiels de vacances! Vous me dites ce qu’il y a/avait/aura dans votre trousse de vacances, que vous soyez minimaliste ou non? Au plaisir de vous lire!

See you soon,

Goldilocks in Florida!

D’un weekend à l’autre

Summer campC’est l’été et je ne vis que pour les fins de semaine. Pour partir et vivre en totale ambiance summer camp. Sauter dans le lac, observer des papillons, vivre sans internet because il n’y a pas d’internet là-bas, lire sur un quai et cuisiner des recettes d’été…rien ne vaut une fin de semaine en pleine nature pour remettre les idées en place et les priorités en perspective.

Le petit moins? Les sacs à faire et défaire chaque weekend et les essentiels que l’on oublie à force de les transférer d’un sac à l’autre. Ma solution? Un petit kit spécial chalet qui reste au fond de mon sac avec tous mes incontournables spécifiques beauté de camp d’été. Voici, voici ce qu’il contient:

Camp kit

D’abord, j’ai un nouveau coup de coeur bouteille d’eau. Et on sait toutes que l’eau c’est la solution #1 belle peau. J’adore toujours autant ma bouteille BKR (vue ici) mais celle-ci, la Klean Kanteen (teinte Pink Anemone), est en acier inoxydable plus résistante et mieux adapté à ma vie mouvementée. Ce que j’adore? Le bouchon en caoutchouc qui fait qu’elle ne fuit jamais, même à l’envers, à côté du MacBookAir, avec des dossiers (quoique, j’évite tout de même hein: ne jouons pas avec le feu). Mes oursons ont aussi les mini formats, pratiques pour boire beaucoup quand il fait chaud mais aussi, pour ne pas faire de dégâts dans l’auto.

Ensuite, une protection solaire visage: la Anthélios Minérale Teintée de La Roche-Posay (vue ici) est mon choix du moment, satisfaisante comme tout, excellent rapport qualité-prix.  Pour les retouches sur le quai ou en bateau, vive le pinceau SunForgettable de ColourScience, tellement pratique car on peut aisément l’appliquer à l’aveugle, no mirror necessary. Ce produit est mon grand coup de coeur de l’été, c’est mon essentiel de scout, mon plan B, mon filet de sécurité solaire. L’autobus tarde à arriver? Hop, de la poudre solaire. Pas de table à l’ombre? No worries. La météo a changé et j’ai envie d’en profiter? La poudre SunForgettable est là pour moi, invisible mais protectrice. Je viens d’ailleurs d’aller me procurer une recharge chez Victoria Park.

Kit 2

Si j’expérimente avec tout plein d’autre déodorants ces jours-ci (juste pour voir), pour l’instant, rien ne vaut celui de Soapwalla Kitchen (vu ici), et ce, surtout en milieu sauvage. En effet, non seulement il est absolument impeccable côté protection, mais au surplus, son parfum hyper neutre n’attire pas les moustiques. Et moustiques il y a, croyez-moi.

D’ailleurs, pour protéger la famille Ours des moustiques, nous utilisons le Anti-Bug Balm de Badger. Oui, il sent vraiment fort la citronnelle (“Ça sent Beurk!” dixit Bébé Ours), mais ce produit offre une protection assez efficace et naturelle contre les bibittes. Mais bon, comme ça n’est pas parfait, l’an prochain je compte bien essayer l’huile hydratante insectifuge Patio Oil de Jao ou encore, le Manitoba Mist, deux options naturelles qui récoltent tous les honneurs.

Pour les petites écorchures et égratignures j’ai aussi avec moi le First Aid Salve de MJ Herbals, une gelée antiseptique et antibactérienne cicatrisante et sans pétrole qui sent bon les herbes. Je l’utilise aussi sur mes lèvres et cuticules, c’est un super produit multi-usage, un peu comme la Waxelene (mais en version un peu parfumée). Et enfin, j’ai toujours avec moi l’huile De Mamiel Altitude Oil, une vraie merveille qui sent la forêt (merci l’huile de pin) avec laquelle je parfume mon oreiller histoire de bien dormir et de me sentir revigorée. Après plus d’un an d’utilisation assidue, je confirme: cette huile n’a pas son pareil pour désembrumer les esprits et nous faire sentir bien, juste vraiment très, très bien.

Vous, quels sont vos produits chéris de fin de semaine? Vous profitez des weekend comment?

Peau de miel

Miel

“And remember: beeeeee yourself!”

–Le génie dans Aladdin de Disney (déguisé en abeille)

C’est la catastrophe : les abeilles ne vont pas bien; nous vivons l’effondrement des colonies d’abeilles. Voici donc un petit article pour leur faire honneur et pour leur dire merci pour tout leur travail : voici mes produits de beauté Made in Beeland préférés. (Avis aux abeilles toutefois : une expression plus concrète de ma gratitude vous attend dans ma cour où j’ai planté un mix apetissant de fleurs sauvages en vrac. Je vous attend.)

D’abord, il y a le Honey Mud de May Lindstrom dont je vous ai souvent parlé; une soie nettoyante câline qui peut à la fois servir de nettoyant douceur, à la fois de masque éclat. Un régal pour la peau et sur le bout de langue (j’ai goûté, ça sent tellement bon!) ce produit polyvalent semble réveiller ma peau quand elle est en mode paresse et faire remonter le rosé vers la surface. Douceur inouïe (on a l’impression de se laver le visage avec un dessert fouetté) mais éclat garanti : the Honey Mud est travaillant comme une abeille, doux comme une fleur. Je l’utilise davantage en masque (pour économiser le produit car je l’aime beaucoup), à raison d’une à deux fois par semaine.

Ensuite, revoici mon substitut pour la gelée de pétrole, le produit que toute la famille utilise: j’ai nommé la Waxelene (plus amplement décrit ici). À base de cire d’abeille ce produit à la texture lisse vient à bout des pires plaques de peaux sèches, des lèvres gercées et des talons malmenés comme des sourcils rebelles. Prix vraiment correct, texture non-granuleuse, un rien collante mais non coulante (bref, juste comme j’aime), composition absolument impec et plusieurs formats disponibles – je ne saurais trop recommander la Waxelene. C’est le seul et unique substitut qui peut remplacer (et surpasser de milles lieues) la gelée de pétrole conventionnelle…sans pétrole. Merci les abeilles.

Voici un grand nouveau qui me faisait envie depuis longtemps : le masque Aura Manuka d’Antipodes, cette belle marque de Nouvelle Zélande maintenant disponible chez Crèmes Etc. Ce masque a un statut déjà culte; il est partout depuis un bon moment et, vous le comprendrez, la masqueholique en moi mourrait envie de l’essayer. Ultra-équilibrant, c’est un masque qui, je pense, saura plaire aux peaux mixtes. D’abord, il calme tout, les rougeurs comme les petites imperfections. Toutefois, il faut le préciser : le Aura Manuka n’est pas asséchant du tout, au contraire, je le trouve même très hydratant, sans être gras. En plus, le parfum de vanille-mandarine « rebalance notre aura ». Et qui n’a pas besoin de rebalancer son aura, hein? Texture crème, ingrédients antibactériens (merci, miel manuka, remède belle-peau des Maoris, mmm!), j’aime que ce masque, une fois appliqué, permette de vaquer à des occupations semi-sociales. En effet, pas de masque opaque avec le Aura Manuka, pas de masque de boue noire qui sèche en masque de Batman, non: le Aura Manuka s’apparente en texture au Baume Beauté Éclair de Clarins, clair comme un hydratant. Idéal pour un coup d’éclat (je le fais même le matin), idéal en masque hebdomadaire, cette merveille permet de sortir les poubelles, d’aller chercher le journal ou même d’aller consoler bébé dans son lit sans provoquer l’hystérie. To the BatBaby!

Petite note pour celles qui ont envie d’un masque de miel manuka mais n’ont pas accès aux masques précités, on peut très bien se faire notre propre masque avec un pot de miel, façon Winnie The Pooh. Pour ce faire, il suffit de se procurer un pot de miel manuka dont j’ai explicité les vertus ici (disponible en boutique d’aliments naturels) et de bien se tartiner le visage et le décolleté. On marque une pause et puis hop, on rince (en portant une attention particulière aux sourcils et à la racine des cheveux). Vous verrez: votre peau vous dira merci et votre compte bancaire aussi.

Enfin, histoire d’avoir les lèvres sucrées au miel également, il y a, bien sûr, le Baume Rêve de Miel de Nuxe (longtemps un chouchou), mais aussi, le Lip Shimmer Burts Bees (j’aime la teinte Peony, très naturelle). Enfin, je vous nomme à tout hasard un petit tube absolument miraculeux mais impossible à trouver (je l’ai acheté dans une mini boutique in Florida), le Oh la Zum! de Indigo Wild, un baume à lèvres miel-vanille absolument divin. Si jamais vous le croisez, ne vous posez pas de questions et faites-en des stocks! Vous ne le regretterez pas, c’est promis.

Bee chic

Au rayon des bijoux je ne peux passer sous silence la collection Bee Chic de Birks lancée cet été pour venir en aide à nos amies les abeilles : un pendentif à alvéole avec une mini “abeille” (une petite citrine) qui flotte sur la chaîne. Tout simplement parfait; c’est juste le « bijou de peau » comme j’aime, un rien abstrait, le bijou qui s’harmonise avec tout et qu’on n’enlève jamais. Un pourcentage des ventes est versé au Honey Bee Research Centre de l’Université de Guelph, qui cherche à améliorer la santé des abeilles et prévenir le dépérissement de leurs colonies.  Et pour celles qui ne l’ont pas vues, je vous invite à aller voir la magnifique ruche urbaine imaginée par l’artiste Laurent Lamarche, au magasin du Square Phillips qui me fait penser à une oeuvre Escher en 3D mais en version Litebrite. Ah oui, et je veux aussi installer une ruche urbaine sur ma terrasse…

Enfin, je vous laisse avec une petite phrase que j’aime bien et motive à être sympa : «On attrape davantage de mouches avec du miel que du vinaigre ». À nous le charme ensoleillé, donc, auquel tous se colleront.

Blue Crush

ScrubFreshRien de plus frustrant que de passer une soirée à se faire un vernis parfait pour se rendre compte le lendemain vers midi que nos ongles sont déjà tout écaillés. Autant sur les autres filles j’aime le petit côté rockstar qu’un vernis imparfait peut conférer (une aura de coolitude sombre, un peu au même titre que les bas résille déchirés), autant sur moi je suis incapable d’assumer. Sur moi, des ongles écaillés, ça me stresse, ça m’angoisse, ça me donne des frissons. Et puis, je me demande ce sera quoi la prochaine étape: les bas résille déchirés, justement? La coolitude sombre sur moi, ça ne marche tout simplement pas.

Comment je gère? D’abord, j’ai toujours des lingettes de dissolvant dans mon étui à maquillage. Je préfère de loin être carrément nue de l’ongle que partiellement habillée. Et aussi, je prends le temps de faire une bonne préparation de l’ongle pré-manucure afin d’assurer une meilleure longévité au vernis. J’ai récemment découvert la solution ScrubFresh de CND, un petit liquide bleu à appliquer sur les ongles propres pré-vernis. Il s’agit d’une solution nettoyante et désinfectante qui assèche la plaque de l’ongle pour permettre une meilleure adhérence . C’est l’étape ultime avant l’application de la couche de base ou de la couleur: huile naturelle, résidus de savon ou d’hydratant, particules issues du limage, tout disparaît… Moi qui ai toujours utilisé de l’alcool à friction pour cette étape je note une belle différence sur la tenue de mon vernis depuis que j’ai fait le saut vers le ScrubFresh. À moi la brillance miroir. À moi le vernis parfait plus longtemps. (Eh non, les bas résille déchirés c’est pas pour maintenant.)

P.S Le ScrubFresh est un produit professionnel, aussi, pour se le procurer il suffit de demander aux esthéticiennes qui utilisent les produits de la marque CND (Shellac ou Vinylux). Pour ma part, je m’approvisionne auprès de Denise, mon esthéticienne, au Local B. À noter aussi il faut très, très peu de produit alors un flacon durera très, très longtemps, contrairement à du dissolvant.

Soleil urbain

Soleil urbainSouvent, quand les magazines parlent de beauté d’été ils parlent de belle peau en maillot, de cheveux défaits dans le vent, de maquillage à l’épreuve du paddleboard. Mais on ne parle pas de la chaleur dans le métro, du fond de teint qui fond avant même que l’on soit rendue au coin de la rue ou du coup de soleil que l’on attrape le midi en terrasse. Et puis, tous ces casse-têtes : comment appliquer de la crème solaire quand on est maquillée pour la journée? Comment matifier sans ajouter trop de matière? Comment avoir bonne mine alors que même boire une limonade est trop énergivore? C’est bête: on nous parle du vanity parfait pour Ibiza alors que la plupart d’entre nous sont au bureau, maquillées plus ou moins comme d’habitude, un petit cardigan sans le sac à main. Mais il y a moyen de se mettre en mode estival en ville, d’apporter un peu d’été avec nous dans notre cubicule. Accueillons donc mes essentiels estivals pour le soleil urbain, testés et approuvés au bureau, dans le métro, au parc, à l’épicerie, chez le coiffeur, dans des taxis sans air climatisé, au pique-nique de fin d’année de la garderie, dans la maison et même sous la pluie. Non, Ibiza this is not. Mais mon vanity est tout aussi fun!

Le petit plus ensoleillé dont je ne suis pas prête de me désenchanter? Le Addition-Éclat de Clarins (je vous en avais parlé ici), que je mélange à ma crème de jour tous les matins. Après tout, c’est l’été et j’ai envie d’un éclat de vacances, très chic avec la chemise blanche. Je ne saurais assez vous recommander l’achat de ce produit : j’y ai converti tant de femmes de mon entourage que je ne compte même plus! Je devrais être porte-parole pour ce produit, sérieusement.

Ensuite, la protection solaire. Comme j’ai eu de la difficulté à trouver de la protection solaire bio et teintée récemment (Coola était en rupture de stock), je me suis rabattue sur la Anthélios teintée de la Roche Posay. Rien à redire, si ce n’est qu’une petite précision. La marque la dit « Ultra-fluide » et, en effet, oui, fluide elle est. On aurait même pu parler de super-ultra-totalement-fluide-coulante-qui-file-entre-les-doigts-fluide. En ce qui me concerne, je préfère les textures un peu plus satinées, un rien plus siliconées. Mais bon, je suis certaine que les peaux plus grasses, elles, aimeront la texture Ultra-fluide (oui, disons-le) et non grasse de cet excellent basique.

Pour le teint, après l’avoir testé en version échantillon, j’ai craqué pour le fond de teint Joli Teint de Guerlain. Très près d’une BB cream en texture, cette merveille fait une peau vraiment parfaite, parfaitement éclatante, mais surtout, un teint chaud un peu hâlé qui tient. Sous le soleil, avec l’humidité : rien ne bouge avec le Joli Teint, il ne nécessite pas vraiment de poudre pour bien tenir et je me passe même de cache-cernes (je sais : moi-raton-laveur se passe de cache-cernes!! C’est génial!). Enfin, comme il a vraiment un rendu et une texture seconde peau, c’est le produit tout indiqué pour ces jours où l’on n’a pas vraiment envie de se maquiller pour vrai.

Puisque le Joli Teint est censé travailler main dans la main avec la poudre Terracota de Guerlain, j’ai ressorti la mienne pour voir si le partenariat était vraiment à la hauteur de la promesse de la marque. Mon verdict? C’est le duo rêvé du moment : moi qui, depuis longtemps aimait bien cette poudre bronzante (j’ai la teinte 02 Blondes de la gamme Light Sheer), elle a pris les devants comme grand chouchou du moment. Et au cas où vous vous posiez la question : oui, le rendu est très, très semblable à la pub mettant en vedette Natalia Vodianova. Pour une fois, on ne peut pas parler de fausse présentation.

Sur le haut de l’os de mes joues, j’applique une pointe d’enlumineur Bobbi Brown Shimmer Brick teinte Pink Quartz. Je l’ai ressorti en lisant qu’Olivia Palermo en était fan. En effet, après ma phase Kate Bosworth, j’entre dans une phase Olivia Palermo de mon existence (version blonde hein), un peu comme Picasso a eu sa période rose ou sa période bleue. Je vous en reparlerai (d’Olivia, pas de Picasso)! Enfin, j’avais oublié combien ce fard fait du beau travail pour sculpter les joues et accrocher la lumière! La meilleure partie? Il est encore plus joli sur les paupières, qu’il rend comme lumineuses-transparentes, comme celles d’une sylphide. En plus, quel bonheur d’avoir un tel produit multi-usage sous la main, qui s’applique en moins de 20 secondes! Parfait pour ces jours chauds et humides! Parfait pour le sac quand on fait plein d’arrêts (maison, gym, chalet, zoo, piscine, etc.)!

Sur les ongles, depuis le début de l’été je suis obsédée avec le vernis Dior teinte Aventure, un rouge-orangé ultra-chic mais moderne-choc qui contraste bien avec la peau hâlée. Je le porte autant sur les mains que les pieds et on me fait tout plein de compliments.

Et puis, pour vraiment sentir la plage, je me vaporise du parfum Beach de Bobbi Brown qui sent… la crème solaire Coppertone. Vraiment, c’est un concentré de Coppertone. Ça sent les vacances, la plage, les cours de natation, la peau bien chaude, ensoleillée, le camp de vacances et les ballades en vélo. Ça sent le bonheur et le soleil. C’est mon parfum de l’été.

Sunforgettable

Ahh oui, j’oubliais : pour les petites retouches de milieu de journée, sur le maquillage, je ne me passe plus de la protection solaire en poudre Colorescience Sunforgettable SPF 50! En rupture de stock constamment (je l’achète chez Victoria Park), cette merveille s’applique sur le maquillage, par petits mouvements de style « Nike Swoosh » (c’est-à-dire en traçant le crochet du logo Nike). Cette poudre à pinceau intégré, rechargeable dépose un voile presque translucide de protection solaire sur le visage qui, ni vu ni connu, matifie  tout en faisant écran. Et puis, contrairement à la poudre Peter Thomas Roth semblable (que j’avais boudée ici) celle-ci n’a causée aucune réaction, aucune imperfection. À nous le lunch en terrasse, donc!

Vous, vous êtes en ville ces jours-ci? Quels produits vous aident à rêver à l’été? Et à rester fraîche quand il fait 40 degrés? … À moins que…vous soyez à Ibiza??? Si c’est le cas je veux tout savoir aussi, question de rêver un peu!

Encore une (irréa)Liste

listeL’été c’est le temps pour prendre son temps, pour rêvasser et aussi, pour se faire une liste inspirée des vacances et de la nature, aussi inaccessible soit-elle. Une liste pour être la fille en chemise blanche, avec des cheveux de plage (fous juste assez, mais pas trop), les lèvres la teinte perfect pink, la peau qui sent la corde à linge. La fille qui lit Limonov mais aussi, des trucs denses mais avec une attitude hyper nonchalante, du style, “Ah, je lis Wittgenstein? Tiens, je n’avais même pas remarqué. D’ailleurs, ça se lit tout seul…” Je ne sais pas pour vous, mais c’est bête: j’ai parfois l’impression que je suis à un mascara près de lire Wittgenstein. Que je suis à un rouge à lèvres d’être la fille qui cuisine des trucs élaborés la semaine, genre croûte de pizza à la farine de kamut aérienne. J’ai l’impression que je suis à un cache-cernes près d’être la fille qui se lève d’un bond, l’esprit clair, inspirée par l’aube et ses possibilités.

Vous êtes aussi comme ça? En gros, je suis à quelques produits près d’une meilleure version de moi-même! Ma liste d’envie est donc très virtueuse: elle représente le dépassement, l’amélioration de soi, cette fille parfaite qui me regarde et me fait signe de la suivre vers un demain plus brillant. Mais bon, je ne suis pas dupe. On ne devient pas plus sympathique avec un nouveau lipstick, no way. Enfin, c’est quand même bon de rêver.

Encore une (irréa)Liste d’envies, donc.

Pour être la fille qui dort plus et mieux, et se réveille avec un teint éclatant, il me faudrait…

Crédit photo: Sephora.com

Crédit photo: Sephora.com

D’abord, tout en haut de ma liste il y a…Le Good Genes Treatment de Sunday Riley. Il a suffi de la mise-en-garde de Ruth de A Model Recommends Attention, cet article va créer des besoins ») pour que tout de suite ma curiosité soit piquée. (Comme si je n’avais pas assez de besoins comme ça!). Ce sérum, genre d’agent exfoliant surpuissant qui travaille la nuit, fait une peau de rêve et révèle, semblerait-il un teint vraiment éclatant. D’ailleurs, Ruth compare l’éclat de la peau post-sérum à une session d’électrochocs suivie d’un bain de glace…Ça me fait à la fois peur et m’attire terriblement. Avec mes petites taches de grossesses qui refont surface avec la chaleur j’ai le pressentiment que ce serum serait la solution peau parfaite alors, inutile de vous le dire, il figure en tête de liste!

Pour être la fille motivée à aller courir à 5h du matin, au Parc Lafontaine, il me faudrait…

Credit photo: Prtty Peauchun

Credit photo: Prtty Peauchun

La crème corps teintée Skin Tight de Prtty Peaushun! Ça faisait longtemps que j’avais l’œil dessus et puis hop, j’ai vu que même Goop en a parlé il y a quelques semaines. Résultat : là, c’est décidé il me la faut d’urgence! Composition plus-que-parfaite, il s’agit en fait d’une lotion teintée (mais pas auto-bronzante) qui gomme les défauts et « raffermit». Résultat : la blogosphère verte (et moins verte) est folle de l’éclat sublime qu’elle confère aux peaux les plus insécures et les maquilleurs ne jurent que par ce tube-gourde. J’adorerais utiliser cette lotion en lieu et place de mon vaporisateur jambes parfaites Sally Hansen (très efficace tout de même) pour camoufler mes piqûres de moustiques/éraflures/veines apparentes et faire des jambes longues et parfaites naturellement.

Pour être la fille très pure, toute simple, qui lave son linge à l’eau de pluie et a une peau parfaite naturellement il me faudrait:

Crédit photo: Clementine Fields

Crédit photo: Clementine Fields

Des produits CV SkinLabs! J’avais reçu un échantillon du Restorative Skin Balm et, comme ça avait été le grand amour, je m’étais dit que je le rachèterais. Je pense d’ailleurs que ce serait la crème idéale à utiliser après le sérum de feu et de glace Sunday Riley (précité) car justement, je l’avais trouvé totalement apaisant. Un vrai efface-rougeurs! J’ai aussi très envie d’essayer leur hydratant de même que leur Rescue & Relief Spray. En gros, j’ai eu un énorme coup de coeur pour la marque, malgré les emballages digne de produits d’entretient ménager.

Pour être la fille radieuse et toujours de bonne humeur qui s’exclame “Oh, mais tu en as du talent, toi!“quand elle découvre que Bébé Ours a créé une oeuvre encre-et-étampes-sur-divan-blanc…: 

Crédit photo: Studio78 Paris

Crédit photo: Studio78 Paris

Il me faudrait le maquillage de la marque française et bio Studio 78 Paris (ici pour le site français, ici pour commander depuis l’Amérique)! D’abord, à priori et sans même avoir essayé quoi que ce soit, j’adore tout. (Bravo l’esprit critique) À commencer par ce petite texte de présentation de la marque:

L’histoire commence à Paris dans un studio de make-up, le n°78. Une naissance. Celle de Mademoiselle M. – « Comme elle est jolie… Comme elle chic. Peignons-lui un sourire ! », s’exclament les pinceaux du studio. – « NOOON. J’ai des allergies ! » s’exclame Mademoiselle M. – « Des allergies ? Au sourire ? » – « Non. Au maquillage. », répond-t-elle. « Il me faut du bio. De l’écolo-chic. Je suis née pour l’inventer. J’ai le concept, la vision. Ce sera une gamme de make-up pour femmes allergiques, à l’air chic. »

Du maquillage beau, bon, bio (Ecocert), donc, mais aussi des teintes qui ont l’air charmantes, des produits qui font rêver. À commencer par les blushs, intitulés “On se promène” alors que les teintes spécifient le lieux (“Sur la plage”, “Dans les champs”, Dans les Bois“), les poudres bronzantes “On s’évade” ( teintes “Sur le sable Blanc”, “Sur le sable du désert“), les produits à lèvres “On s’aime” (teintes “Un peu”, “Beaucoup“, …) et aussi les “On se marie“… Bref, tout est bien pensé, tout fait rêver de collines enneigées, de ciels clairs et de teints encore plus clairs. Hop, sur ma liste!

Pour être la fille toujours prête (un pique-nique? une épidémie? un party?)…

Crédit photo: Crèmes Etc.

Crédit photo: Crèmes Etc.

J’aurais envie d’essayer l’aseptisant à mains de la marque Jao : complètement naturel, il contient de l’alcool éthylique qui est moins asséchant pour la peau. Et puis, tant qu’à passer une petite commande sur Crèmes Etc (que j’adore). je prendrais aussi l’huile anti-moustiques de la même marque (la Patio Oil qui, dit-on, est une merveille) et aussi, un tube de Goé Oil pour mes vacances, que j’avais adorée (voir cet article d’il y a mille ans).

Pour être la fille aux joues de poupée et lèvres roses veloutées, je crois qu’il me faudrait:

Crédit Photo: Lipstick Queen

Crédit Photo: Lipstick Queen

Le nouveau petit compact Oxymoron de Lipstick Queen, le Open Secret. J’adore la texture de ces fards mi-mats victoriens en texture mais art deco en emballage. Je vous en avais parlé ici, (dans cet autre article également vintage de moi-même) les Oxymoron font des totales lèvres et joues à la Jane Austen. Seul reproche? Depuis le lancement, avec toutes les teintes neutres disponibles , je trouvais qu’il manquait sérieusement de teinte ensoleillées, de roses pétillants, plus enthousiastes et plein de bonne humeur. La fondatrice Poppy King a, de toute évidence, lu dans mes pensées en proposant ce rose-corail rayonnant, qui promet lèvres et joues rosées totale texture pétale.

Il me faudrait quelques pièces vestimentaires, just because. 

Crédit photo: Party Skirts

Crédit photo: Party Skirts

Je suis tombée raide dingue en amour avec la collection de jupes PS Edition de Party Skirts, à pois ou rayée marine, en version mini et midi mais aussi la teinte rose ballet très Grace Kelly (comment choisir?)! Comme les fondatrices de la marque, moi aussi je compte porter la mini avec des chaussures Keds blanches (que je viens d’acheter). Pour mes looks de weekends, j’adorerais un t-shirt Wildfox tout doux, mais également un t-shirt Weezer vintage (rarissime mais je ne désespère pas), que je porterais avec des shorts de denim et un sac Chanel.

Pour être être une fille bien à l’ordre et bien organisée. Et ne plus jamais m’exclamer: “Ah oui, justement, mes essuie-glaces vont mieux soudainement. J’allais vous appeler- quelle coïncidence!” quand le garage appelle pour demander si j’ai oublié le rendez-vous.

Crédit photo: Lilly Pulitzer

Crédit photo: Lilly Pulitzer

Je rêve d’un agenda Lilly Pulitzer pour organiser ma rentrée, bien complet avec des autocollants festifs (absolument essentiel, les autocollants festifs!). Ces agendas août 2014 à décembre 2015, bien colorés en teintes de vacances, tout plein d’aquarelles très Lilly et de petites pensées sympathiques ambiance sorority girl sont en rupture de stock à chaque année. Cette année, je compte m’y prendre d’avance puisqu’ils viennent d’être mis en marché (et en plus, oh, il y a une promotion où la marque offre des stylos imprimés festifs. Essentiels, les stylos imprimés festifs!) Voilà, je confirme : je crois bien craquer pour l’imprimé Trippin’ and Sippin’. Voilà pour mon (Irréa) Liste du moment! Vous me dites la vôtre? Vous rêvez de quoi en ce moment?

P.S. Clementine Fields (que j’adore!) propose aux lectrices de Boucle d’Or un rabais exclusif! Avec le code BOUCLE, obtenez 10% lors de tout achat sur le site, et ce, jusqu’à mercredi le 9 juillet à minuit (HNE). Ils ont CVSkinlabs, Ilia, les parfums Roots Rose Radish, le maquillage Studio 78…Yay!

Le jardin des sirènes

Ylang ylang & Grapefruit

Crédit photo: Roots Radish Rose

Depuis que j’ai vu (et senti!) les parfums de Roots Rose Radish, je m’étais promis de vous en parler. J’adore ces parfums solides coulés dans des coquillages nacrés, de vrais de vrais accessoires de sirènes…Il s’agit de parfums bios, formulés à la main en Nouvelle Angleterre en petite quantité par la créatrice (également cultivatrice, herboriste et sage-femme) très éco-consciente dans sa production. Je vous encourage à aller voir les magnifiques photos de son atelier ici! Les huiles sont, autant que possible distillées à la main, les récoltes proviennent de fermes locales et les pratiques de la marque incluent, autant que faire se peut, la cueillette sauvage dans des environnements auto-régénératifs…D’un romantisme fou! Car oui, Roots Rose Radish souhaite que ses produits soient non seulement bons pour notre santé à nous mais également pour celle de la planète… Bref, cette marque a tout bon côté éthique et composition mais il faut aussi le souligner : les parfums sentent super bon!

Mon chouchou à moi? Le petit dernier, le Ylang-Ylang & Grapefruit (Ylang-Ylang-Pamplemousse), tout pétillant pour l’été, frais comme un jus en terrasse. Mais celles qui préfèrent les parfums plus chauds ne seront pas en reste : Rose Frankincense & Patchouli est sulfureux, le Vetiver & Lemongrass quant à lui, sent le jardin, sans parler du Jasmine & Clary Sage et du Cedarwood Myrrh & Clove…Autant de petits trésors à la tenue vraiment raisonnable et qui, avouons-le, sont juste trop chics sur le vanity des vacances.

Crédit photo: Roots Radish Rose

Crédit photo: Roots Radish Rose

Cette marque funambule marche sur un fil, entre simplicité naturelle et grand luxe et nous, les sirènes en dessous, on attrape les coquillages qui tombent sur son passage : de vrais trésors au sillage tout doux qui colle à la peau. Attention, marins et poissons, vous aurez été prévenus.

P.S. La marque propose aussi une belle sélection d’autres produits qui font envie, comme le baume à lèvres à la rose ou encore, l’huile pour le visage…Les avis sont assez unanimes d’ailleurs: Roots Rose Radish est, selon mes prédictions, une belle marque artisanale dont l’aura brillante annonce un futur étincelant.

Boucle d’Or boude: la fraîcheur de la ferme

Boucle d'Or boudeCela faisait longtemps que je voulais partager ma déception des produits de beauté Farm House Fresh avec vous. Cette marque, j’en avais rêvé sans véritablement faire de recherche, j’avais été vendue au nom et au concept. D’abord, certains produits sont classés “Favoris d’Oprah”, ensuite, tout me faisait rêver: de l’emballage un peu maison à l’aura très ferme du Texas des petits pots- à se demander si les produits contiennent du moonshine ou de l’eau parfumée, des lemon squares ou des pains de savon. Bref, j’avais tout simplement cherché les points de vente, pour me rendre compte qu’il y en avait un tout près de la maison où nous passions nos dernières vacances. Pas une petite boutique n’importe quoi, une grange ou un comptoir de vente de garage, non: la boutique du spa du Ritz, signe annonciateur de la qualité de la marque, j’en avais le pressentiment. En gros, tout augurait bien pour Farm House Fresh: du concept, aux petits noms (Ohhh, la crème à mains Fluffy Bunny! (traduction: lapin tout doux) Oh, l’exfoliant Smooth as a duck’s butt” (traduction: “Doux comme le derrière d’un canard”)”, je m’imaginais, déjà belle du Sud des États Unis, joues rosées et peau douce, assise sur la galerie, buvant un sweet tea, parlant avec un accent à la Scarlett O’Hara et écossant des petits pois. J’anticipais déjà que j’adorerais et que je vous ferais un super article. D’ailleurs, il faudrait que j’aille dans une ferme faire mes photos. Ou simplement que je trouve des lapins et des canards. Ouiiiii. Des lapins. Préférablement, des lapins à oreilles molles, c’est encore plus câlin! (J’adore les lapins à oreilles molles!)

Aussi, un midi, alors que les petits et Papa Ours faisaient la sieste sur la plage, hop, je prends le board walk et je me faufile à la boutique du Ritz, les pieds encore plein de sable. Ouf, il y a les produits Farm House Fresh à la boutique! Bon, pas grand chose, hein. En fait, il ne reste presque rien. Mais c’est bon signe: c’est populaire! Je choisis rapidement l’huile pour le corps, la Agave Nectar Ageless Body Oil, laquelle j’estime sera parfaite pour donner un éclat à mon bronzage dans ma robe soleil, pour me réhydrater après une journée de plage.

Farm House Fresh

Le soir, en sortant de la douche, je sors ma petite boîte de mon sac de plage et commence à me tartiner. Je suis tout de suite saisie à la gorge par le parfum du produit, une odeur hyper artificielle de plasticine/jouet en caoutchouc. Je continue à appliquer le produit, mais non, aucun doute: je sens la version cheap d’un bébé Corolle. Ma peau, quant à elle est loin d’être douce, non, elle est si collante que le produit, une fois appliqué, ne permet aucun massage. Une vague sensation de peau échauffée gagne mon épiderme, puis, ça me gratte, rien n’est confortable. Non, ça n’évoque rien de la ferme si ce n’est que les démangeaisons des hautes herbes et l’envie intense de prendre une douche parce que la peau colle-colle-colle.

Ce produit, j’ai essayé de le passer de tout plein de manières, histoire de ne pas le gaspiller. J’en ai mis sur mes jambes seulement (ça chauffe), j’en ai mis dans l’eau de mon bain (bof, ça ne fait que graisser le bain), j’en ai mis sur mes cuticules (yuck, l’odeur de jouets du Dollorama!)… J’ai décidé de m’en défaire, mais avant, je tenais à vous en parler. Non, il ne mérite pas un mignon lapin à oreilles molles. Si je me penche sur les ingrédients qu’il contient, certes, c’est écrit 96% naturel, mais je constate son deuxième ingrédient (donc, celui qui figure en deuxième plus grande quantité) est PEG-20 Glyceryl Triisostearate, pour être suivi de près par Sorbeth-30 Tetraoleate, puis, du parfum. Je ne suis pas une puriste/pro quant aux ingrédients, non. Mais quant une marque nous vend une image de produits faits main à la ferme, du style, à même la récolte, je m’attends à une liste d’ingrédients beaucoup plus pure, beaucoup plus proche de la nature. Je ne peux pas écosser mes pois avec mon accent de Scarlett O’Hara si je porte une huile corps collante PEG-20 qui sent la Play-Doh, no way, cowboy! En gros, je ne retournerai plus à la ferme. Sauf, vous l’avez compris, pour aller flatter un lapin à oreilles molles. Un vrai.

Vous avez essayé les produits Farm House Fresh? Y-a-il un produit qui vous a amèrement déçu récemment?

Passeport éclat: Boucle d’Or s’inscrit à Wanderlust Tremblant

Wanderlust 2014Ça y est! Je viens de m’inscrire au très attendu festival Wanderlust, qui aura lieu du 21 au 24 août à Mont Tremblant. Car oui, si des éditions du festival Wanderlust avaient déjà lieu à Stratton au Vermont, à Aspen au Colorado, à Whistler dans les Rocheuses et à Oahu à Hawaii, une édition Wanderlust a aussi lieu à Mont Tremblant en version nature-nordique. J’ai trop hâte! Au menu : des séances de yoga en plein air, sur la montagne ou à fleur d’eau, des cours de cuisine végé, des conférences données par des invités issus diverses sphères mais unis par leur quête d’harmonie (gérants d’entreprises vertes, yogis, auteurs, spécialistes du bien être…), des concerts et spectacles en pleine nature et des repas santé cuisinés avec des produits locaux. Ne serait-ce que pour son village piétonnier, lové au creux de la montagne, le village de Mont Tremblant était déjà un attrait en soi. Mais la promesse de pouvoir y faire des randonnées pédestres méditatives, à l’aube et au coucher du soleil ou encore, d’y découvrir la faune et la flore, de faire des excursions sur des ponts suspendus aux arbres, de pratiquer le yoga sur un paddleboard au milieu d’un lac ou de manière très collective sous le soleil du matin, ça m’enthousiasme au plus haut point! Je me sens d’ores et déjà très inspirée et, je ne crois pas qu’il y ait meilleur moyen de faire une petite pause avant d’attaquer septembre et la rentrée.

Ali Kaukas

Crédit photo: AliKaukas (via Wanderlust)

Mon amie A-M (grande adepte du yoga, grande aventurière!) m’accompagnera pour me guider dans cette aventure, pour éponger mon front quand je serai à bout de souffle et surtout pour le facteur complicité! On va tout vous raconter! Que ce soit sur les produits qui iront dans notre sac de sport à notre expérience globale Wanderlust Tremblant, Boucle d’Or vous racontera tout, depuis son legging Lululemon et ses soixante barrettes (cheveux frisés naturels obligent)! Ah oui, autre détail que j’adore : Wanderlust est très familial dans son offre. En effet, il propose un super programme Wanderkind, où je compte inscrire Petite Ourse… Cela nous permettra de faire du yoga ensemble avec des cours adaptés comme le cours Conseil d’un arbre qui nous apprendra à bien nous enraciner “pour grandir vers le ciel”.

Crédit photo: Wanderkind

Crédit photo: Wanderlust

Crédit photo: Connie @ Grisley Images via Wanderlust

Crédit photo: Connie @ Grisley Images via Wanderlust

D’ailleurs, avis à celles qui sont intéressées par ce festival, il reste des billets mais les activités se remplissent vite! Au plaisir de vous y croiser peut être…si jamais vous croisez une blonde essoufflée avec soixante barrettes, venez donc me dire bonjour!

Connie @ Grisley Images via Wanderlust

Connie @ Grisley Images via Wanderlust

Petit manifeste pour ne pas se perdre

dont forget to... - copie

Ne pas perdre la feuille d’autorisation pour la sortie scolaire

Ne pas perdre de vue que je suis en réunion ce matin là

(et donc non dispo pour passer au garage pour faire changer les essuie-glaces)

Ne pas perdre les bananes qui traînent sur le comptoir depuis une semaine

Au fait, ais-je perdu la recette du pain aux bananes de Tante Aline?

Ne pas perdre le billet du nettoyeur, veston à aller chercher- note à moi-même d’ailleurs

Ne pas perdre le carton d’invitation pour la fête de la petite Sophie

Ne pas perdre mon russe

D’ailleurs, tiens, je ne le pratique pas assez

Ne pas perdre les règles de grammaire toutes simples; comment écrire les chiffres en lettres et aussi, comment faire le pluriel de noms doubles (des essuie-glaces? Des essuies-glaces??)

Ne pas perdre le post-it avec la date de rendez-vous chez le vétérinaire

Ne pas perdre la contravention de stationnement

Ne pas perdre le fil des négociations dans ce dossier

Ne pas perdre la mémoire, ne pas perdre les souvenirs

Ne pas perdre l’attention : ressaisis-toi et écoute ce monsieur- l’assurance-vie c’est important!

Ne pas perdre mon regard d’enfant

Ne pas perdre patience avec les enfants- grande respiration

Ne pas perdre une minute, un instant : ça passe trop vite, les enfants sont déjà grands

Ne pas oublier que j’ai quelque chose dans le four

Ne pas perdre le nom des étoiles et constellations que je connaissais par cœur avant

Lever la tête (c’est beau, le cosmos)

Ne pas perdre l’envie de bricoler, de lire, d’écrire, de planter

Ne pas oublier où j’ai planté quoi, surtout

Ne pas perdre l’intérêt pour les petites choses : les cartes de remerciements, le thé d’après-midi, les camisoles bien pliées, les rouges à lèvres inédits

Ne pas perdre de vue ce qui est important, la famille, l’amour, l’instant présent

Ne pas me perdre dans le quotidien fou-fou

Ne pas perdre mon temps sur internet, alors que je pourrai être en train de lire Limonov

Ou de pratiquer mon russe

Ou le pluriel des noms doubles (le mystère des essuie(s)-glace(s) continue)

Ne pas me perdre dans des listes sans fin ou non réalistes (pas que ce soit mon genre de toute façon)

Ne pas perdre de vue que l’été arrive bientôt, que ce sera le temps des maillots…

Ne pas me demander de perdre 1 kilo avant, parce que…

Parce que je connais le nom des étoiles et le chemin vers l’important

Et que j’ai choisi de ne pas me perdre

De ne pas perdre.

 

Cet été, je boycotte toute les crèmes ventre plat/régimes pré-maillot/lotions anti-capitons. Vous ne trouvez pas que nous en avons assez dans la tête comme ça? J’ai assez de choses importantes que je souhaite ne pas perdre pour ne pas me demander en même temps d’en perdre d’autres de manière superficielle. N’importe quoi. Continuons avec notre style de vie sain et profitons!

Vous signez mon manifeste pour ne pas se perdre (avec votre pseudo, bien sûr!)? Des essuie-glaces avec ça?

 

Recette de bouchées de fraises au cheesecake

IMG_2750Je vous avais promis la recette de fraises au cheesecake, un dessert qui a fait absolument fureur à l’anniversaire de Bébé Ours: la voici! À l’approche du temps des fraises, cette recette s’impose comme toute indiquée : surtout qu’elle a l’avantage d’être légère, fraîche et aussi, de rester jolie sur un plateau, le temps d’un party. Enfin, avis à celles qui ne sont pas grandes cuisinières : cette recette est pour vous! Elle tient en effet davantage du bricolage que de la popote comme telle, mais le résultat est si adorable, si délicieux, qu’on vous prendra pour un vrai cordon bleu.

Bien que l’on puisse tout préparer et assembler jusqu’à 24 heures à l’avance, en ce qui me concerne j’ai préféré été contrainte d’ assembler les fraises le jour même de la fête à l’ultime dernière seconde (merci les poux d’avoir chamboulé mon horaire!). À noter toutefois, les fraises restantes ont été délicieuses le lendemain et le sur-lendemain, bien qu’elles aient toutefois été un peu plus molles.

Cette recette a été adaptée de diverses recettes glanées çà et là, et, à noter, l’idée de la petite feuille de menthe est de moi (j’aimerais que ce soit consigné au procès-verbal). Bon, mais sans blagues, non seulement je trouve que la petite feuille de menthe ajoute énormément d’un point de vue visuel mais c’est également un heureux mélange de saveurs. Enfin, à noter, si j’ai utilisé une douille (embout étoile) pour garnir les fraises, à défaut, on pourrait très bien utiliser un petit sac de plastique à sandwich en coupant un coin.

Ingrédients

  • Environ 500g de grosses fraises;
  • Environ 250 g de fromage à la crème du commerce (j’utilise le léger);
  • 4 cuil. à table de sucre en poudre (ou dit sucre à glacer), au goût;
  • 1 cuil. à thé de vanille;
  • Environ une 1/2 tasse de biscuits graham émiettés (comme ceci ou ceci); et
  • De la menthe fraîche.

Préparation

-Couper le haut des fraises pour enlever la queue.

-Couper le bout des fraises afin qu’elles puissent tenir debout.

-Avec une petite cuillère (j’utilise une cuillère de bébé), enlever le cœur de la fraise sans en percer le fond. Réserver les fraises.

-Dans un grand bol, avec une spatule, défaire le fromage à la crème pour qu’il devienne crémeux.

-Ajouter le sucre en brassant bien, idem pour la vanille.

-Verser le mélange dans un poche à douille, puis, remplir l’intérieur des fraises de mélange.

-Saupoudrer de miettes de biscuits graham, garnir d’une ou de deux feuilles de menthe.

-Réfrigérer jusqu’au moment de servir.

Bon appétit! Bon party!

P.S. Beaucoup d’entre vous attendiez aussi le tuto de mon Goglu sur comment faire un tipi (tel que vu à la fête de Petite Ourse). En fait, elle m’informe qu’elle a suivi le tuto (tipi pour chats, mais en plus grand) du blog de Boat People, un très cool blog/boutique de Québec qui est une vraie mine d’or.

Berry pretty pour le lundi

Berry lundiCela faisait trop longtemps que je voulais un baume à lèvres teinté Estelle & Thild. D’abord, parce que c’est suédois (more sur mon obsession ici. En passant ma maman et moi on est même devenues accro aux linges à vaisselles suédois, magnifiques et ultra-écologiques. Au fait, ça vous dirait que je fasse un article sur ces linges à vaisselle trop géniaux? Ne vous sentez surtout pas obligées de dire oui…). Donc, je disais? Ah oui, les baumes Estelle & Thild. J’avais également très envie de les essayer parce qu’il est écrit “Stockholm” dessus (je sais, je sais, ça va un peu avec le point suédois précité). Aussi, ce sont des produits Ecocert et les baumes teintés figurent parmi les meilleurs vendeurs de la marque. Et enfin, aussi, parce que, bon, les baumes teintés et moi, c’est limite une histoire d’amour roman-fleuve qui s’étend sur mille ans et que je ne suis pas prête d’en voir la fin.

Mais bon, comme Estelle & Thild n’est pas disponible facilement ici, il a fallu que je demande à une bonne amie en France (ils sont disponibles au Bon Marché). Et aussi, que je fasse mon choix de teinte in abstracto. Pas facile-facile car il n’y a pas beaucoup de photos sur le web. Finalement, je m’en suis remise à ladite bonne amie, car il n’y a rien comme voir tout ça en vrai, n’est-ce pas? Et c’est une chance, car moi qui hésitais entre la teinte Perfect Peach et la teinte Raspberry Pink; il s’est avéré qu’en vrai la teinte pêche était très translucide et n’aurait apporté aucun éclat. Nul! Mon amie a donc finalement choisie la teinte Raspberry et elle n’aurait pu mieux choisir, à mon avis:

Estelle & Thild Raspberry Pink

Parfait alliage rose bébé/baies écrasée, c’est exactement le genre de gloss champagne rosé aux sous-nuances un rien bleutées qui donne vraiment bonne mine et reste naturel. À peine irisé (pigments très fins), texture luxe laquée, ce gloss donne à la bouche tout le pulpeux gourmand nécessaire pour rehausser parfaitement un teint hâlé d’été. Il est absolument splendide avec la Terracota de Guerlain, la poudre Beige de Chanel et aussi, le Buriti Bronzer de RMS Beauty. Autant je l’apprécie avec une robe soleil le weekend, autant c’est le petit tube que je dégaine dans le stationnement quand j’arrive au bureau, pour ensoleiller mon complet gris-building et mon teint gris-trottoir sous le soleil du lundi matin. Ultra-hydratant, tout confort, tenue typique de celle d’un gloss, le seul point négatif de ce produit, à mon sens, est son parfum un peu jus de canneberges/sorbet aux framboises, vraiment trop fruité à mon goût. Mais bon, pour des lèvres juteuses, laquées d’un rose parfaitement adorable et aussi, disons-le, un petit tube étampé “Stockholm”, vous l’aurez deviné, c’est un petit détail que je ne remarque même plus.

Vous avez un produit incontournable du lundi matin? Ou juste incontournable? Ou un produit étampé “Stockholm”?

P.S. Avis à celles en Amérique, les produits Estelle & Thild sont disponibles sur Net-à-Porter (mais attention, tout n’y est pas dispo) et Beautybay.com

Débranchée

Fers et co.J’accuse mon fer plat. J’accuse mon fer à friser et aussi mon séchoir. Je blâme l’hiver interminable et l’humidité printanière. Ils sont tous responsables de mes cheveux cassés, fragiles, de mes pointes fourchues et frisottis indomptables. Car oui, avec l’hiver qui s’est éternisé et l’humidité froide qui a perduré, je l’admets, j’utilisais un appareil chauffant chaque matin. Oui, vous avez bien lu : chaque matin. Certains coiffeurs célèbres considèrent que, si on attribue 2 points au séchoir et 3 points aux fers (quels qu’ils soient), alors, du moment que l’on dépasse 5 points par semaine on entre dans une zone de danger. On comprendra donc que, selon la même logique, je marche dans un vrai champ de mines depuis un bon moment, capillairement parlant. Et ça se voit. Un changement s’impose donc.

Alors, j’ai pris une résolution. Une résolution pas facile-facile, ultra exécutoire, sans issues,  sans opting-out. Elle ressemble à ce que j’ai souvent lu dans les magazines, en roulant les yeux et faisant « pffff, n’importe quoi! ». Mais voilà, il faut ce qu’il faut, je suis rendue là. Voici :

  • Autant que possible, je vais essayer de laisser sécher mes cheveux tout seuls. À l’air libre. Bon, je sais ce qui arrive quand je fais ça, c’est une décision que je prends donc en toute connaissance de cause. Mes cheveux séchés à l’air libre, ça donne des boucles électrocutées informes et une tête pyramidale. Même mon autorité parentale semble affectée quand j’ai les cheveux séchés au naturel, comme si mes oursons ne me reconnaissent pas. Ou trouvaient que je ressemble à la mascotte du Centre des Sciences, ambiance cheveux à la Albert Einstein. Je vais donc me faire une couette. Ou une tresse. Ou un chignon. Enfin bref, je vais attacher mes cheveux pour m’endurer. Et aussi, je vais demander à Karine de m’aider à trouver des bonnes idées coiffure. (Au fait, ça vous dirait que je partage?) L’idée derrière tout cela? Me donner les bons outils pour réussir, pour m’aimer plus frisottée et aussi, pour ne pas évoquer une surfeuse qui mange des kale chips sur la plage alors que je suis en tailleur, en réunion, en train de boire mon café. Gros défi.
  • Advenant l’éventualité où l’engagement ci-haut décrit ne serait pas réalisable par la partie soussignée (je suis réaliste, tout de même) cette dernière procédera alors comme suit. Je m’engage à me faire une mise en pli bien faite vite faite (« en douceur», en protégeant bien mes cheveux avec un produit adapté), puis, à vivre avec le résultat jusqu’au prochain shampoing. Même si je suis coincée sous un orage. Même si mes oursons m’aspergent avec l’arrosoir. Même si mes cheveux collent dans mon cou en dormant…Advienne que pourra, je vivrai avec le résultat! Encore une fois, tresses, couettes et chignons seront là pour moi.
  • Sur la recommandation de Karine, je vais aussi m’attacher les cheveux de manière lâche pour dormir, sur ma taie en soie. Pourquoi? Parce que, elle m’assure, la tête sur l’oreiller qui se retourne crée une usure substantielle du cheveu, laquelle peut facilement être évitée. Idem pour le chapeau et le spray protection solaire : je serai hyper assidue!
  • Enfin, je vais soigner mes cheveux à grands coups d’huile quotidienne (celle-ci) et de traitements Kerastase Fusio-Dose au Local B. Je viens d’ailleurs de faire un traitement (j’aime qu’il s’agisse d’un traitement rapide comme tout) et le résultat est, comme toujours, vraiment encourageant! Mes cheveux sont déjà beaucoup plus doux et brillants et ils ont l’air un peu moins malades. Je compte donc continuer comme avec le Fusio-Dose mensuellement et aussi, poursuivre avec une routine capillaire grands soins à la maison. (N’hésitez pas à me faire vos recommandations!).

Bon, même si, à ce jour j’ai craqué deux fois pour le fer plat (c’était ma photo de passeport, tout de même!), je compte prendre du temps cet été pour réapprivoiser un peu mes cheveux. Devenir cette fille un peu plus relax, qui s’assume et s’accepte un peu plus et fait la paix avec sa texture de cheveu naturelle. Au Palais de Justice la semaine dernière j’ai croisé une avocate aux cheveux bien bouclés naturels, très imparfaits. Et j’ai adoré! Depuis quand être professionnelle rime absolument avec cheveux zéro-frisottis, lissés à l’extrême? Je refuse de croire que le frisé-séché-à-l’air-libre-style-bonhomme-de-neige ne peut pas avoir sa place dans le monde des affaires et je compte bien explorer ce domaine cet été. Bon, il est entendu que j’aurai un élastique à cheveux (ou deux, ou trois, des bobby pins et des barrettes…) à portée de main. Tout le temps. Mon objectif? Accueillir septembre avec des cheveux qui auront une mine de vacances et se seront refait une santé. Et aussi, avec le sentiment que le lissage est un choix qui m’appartient, et non une obligation imposée. Cet été sera l’été des cheveux naturels, cet été sera celui des vacances des appareils. Avec moi? On débranche?

P.S. Vous avez des recommandations à me faire point de vue produits? En fait, mes cheveux sur le dessus de la tête cassent à environ 10 centimètres de mon cuir chevelu. Comme vous pouvez vous l’imaginer, c’est d’un chic dingue ce dégradé improvisé, surtout quand ça se met à frisotter avec l’humidité, juste sur le dessus…

L’anniversaire de Bébé Ours

fete bebe oursVous vous souvenez de l’anniversaire de Petite Ourse? Une belle fête où une surprise de la vie avait été au rendez-vous? Alors, d’abord, je vous donne des nouvelles de Petite Ourse : elle est maintenant complètement rétablie, sa convalescence a fait d’elle une championne aux jeux de cartes, elle adore sa poupée American Girl, elle a fait plein de dessins de remerciements aux radiologistes et médecins qui l’ont soignés et elle a très hâte de retourner en ski. Mais surtout, et je dis ça pour tous les parents à qui une chose semblable arrive : elle a pris beaucoup de maturité, de sagesse. Il faut donc voir le beau côté de la vie (c’est important, hein). Car oui, on grandit sans doute beaucoup plus dans l’adversité que quand tout va parfaitement, dans le calme plat. Ahhh, vive la pensée positive. La sagesse inspirante. Et maintenant, permettez-moi de vous raconter l’anniversaire de Bébé Ours.

Cette fois, tout le monde était en forme. Et la maison aussi, pour une fois. D’abord, le thème.

Au début, j’ai pensé aux dinosaures. Bébé Ours aime les dinosaures. Oh oui, je pourrais décorer le gâteau avec un mini-t-rex saupoudré de sucre glace avec un chapeau de fête en pâte d’amande. Et envoyer des cartes dans le style « C’est la fête de Bébéoursorus! » Ouiiiii, et on chercherait des fossiles et on boirait de l’eau saumâtre (euh non, pas d’eau saumâtre, je m’emballe.))

Mais quand j’ai fait part de mon idée à Bébé Ours, il a répondu : « Non pas ninosaures. Peur! Veux voitures». Bon, je respecte. Il développe ses goûts. Il s’affirme.

« Ah, tu aimerais une fête de voitures? »

« Non, camions! », il a dit.

Dans un éclair d’inspiration, j’ai proposé: « Oh, j’ai une bonne idée! Tu n’aimerais pas plutôt avoir une fête du Petit Prince, ton histoire préférée? » (Je me disais, je vais décorer la maison en désert, avec des petits bouquets de roses et on aura des lunettes de pilotes d’avion et…) Alors comme lisant dans ma pensée over-enthousiaste, Bébé Bébé Ours m’a répondu : « Non, pas Ti Prince. Peur renard. ». Boooon, ok, pas de renard, pas de ti-Prince.

Alors il a dit « Veux Cars ». Hmmmm, Cars, tiens, ça m’inspirait moyennement. Je comprends qu’il s’affirme mais…

Alors, pour changer ses idées j’ai suggéré: « Et une fête où le thème c’est toi, juste toi-toi-toi, ça te va? » Alors il a souri. Ouf, ouf, ouf. Alors voilà : j’allais organiser une fête d’enfants toute simple, ambiance…fête d’enfant classique. Rien de plus simple. Bon et oui, j’allais acheter aussi des serviettes de table de Cars, tout de même, c’est SON anniversaire.

IMG_2718

À deux semaines de la fête, tout rentrait dans l’ordre. J’allais faire mon fameux Coca Cola Cake (recette ici), décoré de bougies voitures (pas de ninosaures, promis, même s’il semblait aimer les ninosaures à nouveau puisqu’il dormait en tenant un apatosaure dans sa main). J’avais les serviettes de table Cars, les jeux étaient organisés, le menu planifié. Ce serait un barbecue dans la cour. On serait 21. Il ferait beau. La maison serait à l’ordre puisque j’attaquais projet après projet tous les weekends, depuis le printemps. Il ne me restait plus que la pharmacie (classer les flacons et jeter les produits périmés), trouver les morceaux de casses-tête manquants (bonne chance), nettoyer le jardin et faire toiletter le chien. Les papiers d’impôt étaient enfin classés (enfin!), le linge tout plié (mon combat dans la vie), la pâte à biscuits au frigo… Cette fois, je serais en forme, la maison serait ordonnée, mes cheveux seraient brillants et les enfants reposés. Ohhhh, oui, tout serait parfait, je le sentais.

Gâteau

À une semaine de la fête, je raconte une histoire à Bébé Ours. Et là, je remarque qu’il se gratte la tête. Se pourrait-il que…Je passe ma main dans ses cheveux et…oh!! Non! Un poux! Oh mon dieu, mon dieu. Ne pas s’alarmer. Grande respiration. Nonchalante, je demande à Petite Ourse si je pourrais juste « regarder dans ses cheveux pour voir ». Et là, en quelques coups de brosse c’est confirmé : les oursons ont des poux. Léger découragement. Il est 8h30, un dimanche soir. Mes enfants ont des poux.

Bon, je sais, ce n’est rien. C’est pas grave! C’est rien du tout des poux. Je le sais en mon for intérieur. C’est pas la gale ou l’ebola. Limite, c’est très Ernest et Célestine. Le grand classique du milieu scolaire. Il faut en rire. (Soupir). Mais je ne ris pas, j’ai même un peu le vertige. Que faire? Attendre à demain pour les traiter? Non, il n’y a rien comme le moment présent. Just do it.

Alors, Papa Ours alerté (et examiné dans un état de panique totale, puis rassuré : ouf, il n’a rien), me voilà dans la voiture. Il est 9 heures du soir, direction pharmacie. En habit de jogging et queue de cheval, je me croise les doigts : moi en jogging qui achète un soin anti-poux…c’est écrit dans le ciel, je vais rencontrer mon ancienne de collègue de bureau ultra-glam. Ou cette fille que j’avais rencontrée dans l’avion. Ou l’employée du bureau des immatriculations… Ça me pique, oh my god, ça me pique. Je me sens sale. Et je suis découragée de l’ampleur de la tâche que je pressens devant moi. Mais bon, on grandit sans doute beaucoup plus dans l’adversité que quand tout va parfaitement, dans le calme plat n’est-ce pas?

Arrivée à la pharmacie, j’attends mon tour. Un peigne-fin de métal est caché sous un magazine dans mon panier. « Oui, madame, je peux vous aider? » « Euh oui, en fait, c’est que…je voudrais…comment dire… j’ai vu un… (chuchotement, yeux horrifiés)…poux vivant. VIVANT! Donc, je résume: mes enfants ont des poux. J’aimerais acheter le traitement. Celui anti poux-anti-lentes recommandé sur le site du gouvernement, vous savez? J’ai besoin de 3 traitements, merci. » Il me demande si j’ai trois enfants. Euh, non. Le troisième traitement, c’est pour moi. «Et, dites-moi, madame, vous avez trouvé un poux vivant sur vous, dans vos cheveux?  À vous?» « Non, en fait, aucun…Mais, je préfère ne pas prendre de chance. C’est impossible que je n’en n’aie pas. IMPOSSIBLE! Je suis toujours collée sur mes enfants. Et puis, ça me pique, monsieur, ça me pique!!! » (Regard suppliant). Le pharmacien me regarde, impassible. « Oui, madame, mais d’abord, ce qu’il faut savoir c’est que les poux, c’est extrêmement psychologique. Tenez, rien qu’à vous parler, ça me pique aussi. Et aussi savoir que les traitements anti-poux ne doivent pas être faits à moins que l’on aie trouvé un poux vivant dans les cheveux car sinon, les poux deviennent résistants, ils deviennent des super-poux. Les traitements ensuite ne fonctionneront plus, comme pour les antibiotiques. » Bon, je prends donc une grande respiration. Je ferai donc comme le pharmacien me conseille : un examen méticuleux de mes cheveux AVANT de traiter.

Le pharmacien m’a donc vendu le traitement de marque Nix en m’expliquant bien l’importance de refaire le traitement après 7 jours, de manuellement enlever les poux et les lentes aujourd’hui, mais également quotidiennement pour les prochains 10 jours. Je devrais aussi laver tous les draps, les vêtements, les sacs d’école, manteaux et chapeaux, passer la balayeuse sur les meubles rembourrés et les plancher, passer la vadrouille, nettoyer les brosses et peignes, enlever les housses des sièges d’auto, porter une amulette préhistorique, faire une danse disco dans mon salon et…enfin, je ne suis pas couchée.

Arrivée à la maison, mes oursons sont tout excités du programme inattendu de la soirée.(«Non, finalement, on ne se couche plus, les amis! On fait un shampoing spécial puis, je vous peigne les cheveux pendant que vous regardez la télé en culotte »). Yayyyyy!! J’enduis donc leur tête du produit, comme une huile, puis, le passe chaque mèche au peigne fin pour enlever les poux et les lentes. Ils n’en n’ont pas beaucoup, c’est une chance. Petite Ourse prend vite goût à la chose, observant les bibittes à la loupe, en vraie entomologue. « Tu ne vas pas les tuer hein maman, elles ne vont pas mourir? On va les remettre dans la nature pour qu’elles retrouvent leur maman. » Euhhh, on verra Madame Jour-de-la-Terre. Bébé Ours se crispe à chaque coup de peigne, pleurniche. Il est minuit et quart quand tout le monde est savonné, rincé, (tressée pour Petite Ourse) que les draps sont changés et que les doudous sont dans la laveuse. J’en suis à mon troisième cycle de bouilloire, pour faire tremper les brosses, peignes et barrettes dans des chaudrons à coup de 10 minutes et je continue, animée du désir de voir la fin. C’est le moment de mon examen de tête à moi. Je peigne mes cheveux mèche par mèche au-dessus du bain, par chance, il n’y a rien. Mes cheveux cassent, tombent. C’est nul le peigne fin, surtout pour les cheveux matures ou colorés. Je repense à ma coloration fraîche de trois jours : l’odeur un peu chimique a dû me protéger. Ouf, c’est déjà ça. Je commence à faire des piles avec les vêtements qui ont été exposés, les couvertures, les manteaux, les capuchons et petits foulards; très vite, il y a des montagnes devant ma machine à laver. Il y a aussi le tunnel en tissus…Il y a aussi les tipis en tissus. Les sacs de toile utilisés pour aller au chalet. Il y a les carpettes et les brosses de Barbie que Petite Ourse utilise aussi sur Bébé Ours pour le coiffer en extra-terrestre. Les combinés de téléphone. Mes pinceaux à maquillage (ça aime les pinceaux à maquillage les poux? Je ne sais plus mais je ne prends pas de chance.) My God. Il est 2 heures du matin quand j’ai lu tout sur les poux sur internet. La laveuse marche encore. Je m’endors et ça ne me pique même plus tant je suis fatiguée.

Finalement, je suis venue à bout de cette saga. Bébé Ours a eu un bel anniversaire avec des dinosaures gentils, des camions, des voitures, pas de renards et encore moins de poux. La maison était encore une fois, en état d’organisation moyenne et mon cheveu, lui, un peu moins que brillant. Mais il y avait des biscuits en forme de 3, un beau gâteau au glaçage coulant et un Bébé Ours, qui lui, avait les cheveux ET les yeux brillants. Et il était tout content que cet anniversaire soit organisé autour de lui-lui-lui. Napkins de Cars compris.

Et on est tous ressortis de cette histoire grandis….Enfin, on s’en est surtout sorti. Ça me suffit.

Smores pop

Des sucettes “smores” festives, trop fun et facile à faire. C’est ce que Bébé Ours a préféré.

Cookies

Les biscuits en chiffre, obligatoires à chaque anniversaire. Le glaçage était au citron et j’ai adoré!

IMG_2728

Un jeu de mikado géant fait maison, avec  des branches peintes (préparé par ma maman). Je crois qu’elle s’était inspirée de quelque chose de semblable, vu sur internet, mais je ne retrouve plus le lien.

IMG_2740

Le classique jeu de la pêche aux cadeaux. Dans un panier à linge, toujours.

IMG_2747

Le fameux gâteau rose, pour ceux qui ont envie d’un dessert plus fruité. La recette est ici.

IMG_2750

Des mini cheesecakes dans des fraises. Super facile à réaliser et surtout, un vif succès!

P.S. Je me suis rendue compte que certains pensent encore que les poux n’arrivent qu’aux gens sales, démunis ou qui n’accordent pas d’importance à leur toilette. C’est totalement faux! (Signé la fille qui a 68 blush crèmes, 101 pains de savons et 8 gels exfoliants).

P.P.S. Avis à celles qui sont aux prises avec un problème de poux : investissez dans un peigne fin de métal. Oui, il est certes plus cher, mais ses dents ne seront pas cassées après, oh je ne sais pas, deux coups de peigne. Et puis, voici la référence anti-poux que j’ai utilisée, (site du gouvernement, ici).

P.P.P.S Et, dites-moi, est-ce que vos cheveux vous piquent en ce moment? (Rappelez-vous : c’est totalement psychologique!)

Marathon d’éclat, 5è volet: Tic-Tac-Glo

Glo Minerals

Voici mon 5è volet dans ma série de 60 articles sur l’éclat. Il n’en reste que 55, les choses avancent donc bon train, yay!

Mais nooon, c’est le der-nier volet, promis! (pour maintenant, du moins).

Entrons donc dans le vif du sujet, sans préambules. Je ne sais pas pour vous mais ces jours-ci, j’entre dans une phase « glow californien » de mon existence, point de vue maquillage. (J’ai eu des phases Marie-Antoinette, club de plein-air, yeux de chats…) En fait, c’est depuis un mois environ. Je suis OB-SÉ-DÉE. Je me maquille de la même manière tous les jours, matin comme soir. Zéro originalité. Zéro expérimentation. Je suis comme un enfant qui vient de découvrir les sandwiches au beurre d’arachide et qui ne veut que ça. Tout le temps.

Tous a commencé quand Ariane de chez Etiket a retouché mon maquillage après mon soin (vous vous souvenez? Je vous en avais glissé un mot ici.). J’ai adoré mon look. Et c’est ce qu’Ariane m’avait donné comme look, justement, avec les produits de la marque GloMinerals : un glow californien.

Voici donc les produits que j’ai découvert avec elle, lesquels j’ai eu tôt fait de me procurer, histoire de vivre avec l’éclat naturel et perpétuel de oh, je ne sais pas, l’enfant dermatologique de Jessica Alba/Kate Bosworth/Rosie Huntington Whiteley.

D’abord, je commence par le teint. De tous les produits GloMinerals, le fond de teint Luxe FPS 15 est celui dont j’aime le moins la composition mais dont le rendu me fait totalement fermer les yeux (il contient du silicone). À noter, je n’ai eu aucune imperfection: ma peau le tolère donc très bien. Mais surtout, il faut le dire, ce fond de teint fait un teint PAR-FAIT. Il lisse, il illumine, il défatigue, il tient bien, il comble les ridules et pores dilatés…Bref, je l’adore. Au départ, je m’étais dit que je le garderais pour les occasions spéciales, quand les circonstances (ou la lumière) demandent un épiderme grand luxe. Certes, j’essaie d’être raisonnable et de ne pas l’utiliser tous, tous, tous les jours, mais force est d’admettre que c’est vraiment très difficile. J’ai la teinte « Brûlée » qui est un peu plus foncée que ce que je prends habituellement (pour accommoder mon teint doré au Addition-Éclat Clarins) et pour les beaux jours j’estime que ce sera la teinte et texture parfaite.

Une fois que j’ai appliqué mon fond de teint, j’applique la poudre Perfection Powder, une poudre translucide à appliquer avant tout le reste, pour un teint qui ne semble pas maquillé mais qui est absolument perfect. Oui, je suis aussi restée étonnée : une poudre à appliquer avant les fards crème? Et oui, et après aussi, pour matifier un peu. Cette poudre translucide fait tout et c’est un produit très populaire, semblerait-il, chez Etiket. Ce que j’aime? Comme elle ne matifie pas entièrement, elle permet de garder le petit lustre d’hydratation, ce petit éclat qui donne bonne mine et accroche la lumière.

Je passe ensuite par la case cache-cerne, avec le camoufleur deux teintes (Golden). En fait, je me suis rendue compte que mon masque de grossesse avait laissé sous mes yeux une hyper-pigmentation, style masque de raton, qui, bien qu’à prime abord on puisse croire qu’il s’agisse de cernes creusés, sont plutôt des ombres de style melasma. Ce que cela a changé? Ma manière de me maquiller : un peu de produit sur un pinceau fin, que je passe sur les petites taches…et voilà, c’est loin d’être parfait mais c’est déjà beaucoup mieux. Enfin, j’applique une petite touche de la nuance plus claire vers le coin interne de l’œil, pour avoir l’air plus reposée et attirer le regard sur mes yeux, loin de mon masque de bandit. (Haut les mains!)

Je maquille ensuite mes yeux, avec la nuance Harvest, un bronze doré qui fait un regard chaud mais reste assez classique. J’adore la texture de ces fards poudre minéraux, vraiment très pigmentés, tellement soyeux qu’on a presque l’impression de fards crèmes. La teinte Harvest est vraiment polyvalente mais, je compte me procurer la teinte Banana sous peu, pour les jours où j’ai envie d’encore plus de subtilité.

Enfin, mes deux produits les plus chéris : le Bâton multi-usages (teinte Dollface) et le gloss teinte Rose Gold. Ce duo donne au maquillage cet éclat que prend le visage au bord de la mer, à l’heure du coucher de soleil, après une journée d’air frais. Simplement magique. J’applique au doigt le blush crème sur le haut des pommettes et le rendu est plus que naturel, complétement peau de pétale, très joue de bébé. Quant au gloss, j’adore la texture hydratante soyeuse et son parfum un rien mentholé. Mais ce que je préfère, c’est son côté rosé, rehaussé de juste dose de doré, comme un champagne rosé, avec de belles mini bulles. Je trouve ce gloss à son plus sublime quand on le porte très estompé, en petite touche de lumière. C’est un peu comme Prrr de MAC mais en plus doré et sans le bleuté et en moins collant, comme si on avait superposé Bombshell de MAC avec Foil mais en version gloss. C’est frais, c’est pétillant, c’est un look skincare : des lèvres rosées vraiment lumineuses sans aucun pigment visible. Love! J’en suis déjà à mon second tube d’ailleurs, cela vous donne une idée. Autre coup de cœur : la poudre bronzante SunKiss. Non, elle n’est pas sur la photo, en fait, je ne l’ai pas achetée. Pas encore. Ariane m’a montrée comment donner encore d’avantage d’éclat au teint en appliquant cette poudre vraiment dorée sous l’os des joues et j’ai été complètement bluffée du résultat. D’ailleurs, chaque fois que je vais chez Etiket, je demande aux employées ce qu’elles portent en terme de produit glowy (elles ont un éclat enviable) et, je l’ai constaté : elles portent toutes SunKiss, toutes! Inutile de vous le dire, cette poudre (parmi les meilleurs vendeurs de la marque) s’est vite retrouvée sur ma liste à très court terme.

Le point à améliorer pour cette belle marque très aimée des dermatologues? Les emballages trop légers et trop plastique-pas-fantastique bon marché. En moins d’une semaine le lettrage sur mon poudrier s’était complètement effacé et l’enveloppe intérieure du tube de blush s’était détachée. Rien de bien grave certes, mais ce sont des petits détails qui détonnent d’avec la qualité des produits qui eux, respirent le luxe et donnent un éclat so jet set, très Los Angeles. Mais bon, est-ce que c’est assez pour me dissuader d’utiliser les produits GloMinerals? No way! D’ailleurs, la Sunkiss m’attend.

Vous connaissiez les produits GloMinerals? Vous êtes dans une phase quoi, point de vue maquillage?

Marathon d’éclat, 4è volet: le trésor des rois mages

Melchior & Balthazar

“L’eau qui stagne immobile et sans vie devient saumâtre et boueuse. Au contraire, l’eau vive et chantante reste pure et limpide. Ainsi, l’âme de l’homme sédentaire est un vase où fermentent des griefs indéfiniment remâchés. De celle du voyageur jaillissent en flots purs des idées neuves et des actions imprévues.”

-Gaspard, Melchior & Balthazar, Michel Tournier

Vous vous souvenez de mon article sur l’huile d’argan? Je vous parlais de l’huile de Kahina Giving Beauty, que j’avais adorée et qui n’avait rien à voir avec l’huile d’argan telle que je la connaissais? Alors, devinez-quoi? Il y a des rebondissements dans cette affaire!

Dans le cadre de cet article, vous aviez été plusieurs à communiquer avec moi pour me parler de l’Huile de Melchior & Balthazar, de l’huile d’argan bio et extra vierge pressée à froid, certifiée Ecocert. Vous m’en avez vanté les mérites, vous l’avez louangée. Alors, je m’étais mise à en rêver. Et comme dans une certaine histoire, j’étais partie à sa recherche, pleine d’espoir et guidée par son éclat.

D’abord, le nom du produit. (Vous savez combien ça compte pour moi!) Melchior et Balthazar : c’est l’histoire qui vient à notre rencontre, vêtue d’une robe brodée de fils d’or, éclatante de mystique. Des images de ciel étoilé, de comètes qui guident, de voyages dans le désert et de bras chargés de trésors. Melchior et Balthazar : l’écho d’une certitude, la foi en quelque chose de mystérieux, la conviction que des réponses se trouvent quelque part (mais où?) et qu’il s’agit de marcher pour les trouver. J’adore. Quand on pense que la marque a été crée par deux frères voyageurs qui, confiants que la beauté était partout, ont eu envie de partir pour découvrir, s’imprégner et redonner aux communautés, la marque porte bien son nom.

Pour l’instant, Melchior & Balthazar ne compte qu’un seul produit à son actif : l’huile d’argan. Mais les fondateurs de la marque, grands voyageurs, ont, semblent-il, tout plein de projets dans le collimateur. Le mandat qu’ils se sont donnée? Nous faire découvrir, au fil de leurs voyages, les secrets de beauté des contrées lointaines, les trésors des coins les plus reculés du monde, dans le respect de la nature et des populations locales. À l’ère du web et de la mondialisation où tout est disponible en trois clics, cette idée d’un genre de carnet de voyage beauté, avec des propositions de qualité éprouvées et personnelles, a, je trouve, beaucoup de sens. Mais, attention, au-delà du concept, du nom et du joli flacon (conditionné avec un vaporisateur, yay!): Melchior & Balthazar nous prouve que le génie est bien, lui, dans la bouteille.

Autant j’avais trouvée l’huile d’argan de Kahina Giving Beauty brillante, autant celle de Melchior & Balthazar prend des airs de comète de Halley à côté. Tout a, encore une fois, changé. Cette huile, est une merveille,  cette huile est un trésor : de l’éclat, pour les mains, le corps, les cheveux et même les ongles -les rois mages nous offrent un véritable produit multi-usage qui est vraiment quasi inodore (un parfum un rien ensoleillé) et fait une peau de rêve avec une petite touche dorée. Pour moi, cette huile c’est LE must éclat des vacances et, en m’informant, j’ai cru comprendre que c’était aussi devenu l’incontournable d’initiées dans les plus hautes instances de la beauté. Ça ne m’étonne pas.

Pourquoi je l’aime autant? D’abord, la qualité du produit est exceptionnelle. L’huile est fine et fluide, elle pénètre instantanément et fait une peau divine. Sur le visage, en soin, c’est comme si j’avais très légèrement doré de la peau (alors que l’huile n’a absolument aucun pigments irisés), alors que l’épiderme du corps, un rien lustré, est totalement sublimé et que les jambes paraissent plus longues. Et aussi, il faut le mentionner: l’huile ne sent vraiment presque rien. RIEN. Idéale, donc, pour se parfumer comme on aime ou juste, se coucher bien hydratée dans nos draps qui sentent bon l’assouplissant. Je l’utilise aussi dans mes cheveux pour les coiffer (tous les matins) et aussi le soir avant de les attacher en chignon lâche. Le résultat n’est ni gras, ni poisseux; que de la brillance douce et lumineuse. Je vous dirai si je constate un effet à plus long terme point de vue hydratation du cheveu. Enfin, avant le dodo, j’en applique quelques gouttes sur mes cuticules, ce qui aide, j’en ai l’impression (mais bon, les cuticules et moi, ça a toujours été une histoire difficile). Oui, j’ai lu que la marque encourageait les bains d’huile pour les cuticules plusieurs fois par semaine mais j’aime vraiment trop cette huile pour la passer en bains de cuticules. Le prix de l’huile est certes élevé, mais comme les comparables dans le domaine sont, comment dire, justement incomparables en terme de qualité, je rachèterais celle de Melchior & Balthazar sans hésiter. Surtout que le produit, disons-le, est vraiment polyvalent. Je n’apporte que cela au chalet le weekend, avec un produit solaire et un nettoyant : c’est parfait, ce produit sait tout faire, pour toute la famille.

Mes recherches sur l’huile d’argan m’ont aidée à comprendre les différences de qualité entre les divers produits de l’offre. En fait, la plupart des manufacturiers prennent les noix d’argan digérées et éliminées par les chèvres, car il ne reste alors qu’une coquille à briser (l’enveloppe extérieure ayant été éliminée par la chèvre). L’odeur vient de là, une sorte d’odeur animale, une odeur de ferme. Certaines marques font alors passer leur huile par un processus de désodorisation par la chaleur, épaississant ainsi l’huile et lui faisant perdre beaucoup de ses bienfaits originels alors que malgré tout, une légère odeur de chèvre perdure. Chez Melchior & Balthazar, il n’y a rien de tout cela, seulement un double travail de décorticage et de concassage, fait à la main, sans extraction chimique.  L’huile de Melchior & Balthazar n’est soumise à aucun processus de désodorisation, à aucune chaleur. L’huile est donc extraite à froid, à la main, par une coopérative de femmes rémunérées de manière équitable. C’est l’ensemble de ces facteurs qui, à mon sens expliquent la qualité du produit, mais aussi justifient son prix.

Avec l’été qui arrive, beaucoup d’entre nous recherchons le produit éclat pour se tartiner de la tête aux pieds, après une journée au soleil ou encore, avant de sortir en petite robe dans la nuit. Cette huile est parfaite pour cela, pour le confort et pour l’éclat. Tartinons-nous puis hop, sortons pour suivre notre bonne étoile, confiante qu’elle nous mènera à bon port. Comme Melchior et Balthazar…

Inutile de vous le dire, j’ai hâte de connaître les prochaines destinations voyage de la marque, de même que de connaître les prochains trésors qui seront proposés… Ah oui, et j’aimerais bien que cette huile devienne disponible partout au Canada, histoire que l’éclat soit toujours à portée de main…

Petit update: Bonne nouvelle! La marque m’informe qu’elle prend en charge les frais d’expédition pour le Canada afin de rendre le produit plus facile d’accès!

Marathon d’éclat, 3è volet: Dans mon assiette

Oh She GlowsToujours dans mon blitz sur le glow, aujourd’hui, parlons recettes éclat. Quand l’une d’entre vous (Andrea!) m’a recommandée le livre de recette Oh She Glows, j’ai eu un mouvement de recul. C’est que, voyez-vous, j’ai déjà beaucoup de livres de recettes. Mais surtout, soyons sincères, le temps pour cuisiner me manque. Mon lunch est souvent 1-2-3 hop, des bettraves bouillies/une salade/une soupe de légumes et des amandes. Et un carré de chocolat. Rien de très réfléchi, un combo moyennement réjouissant mais assez santé. Mais Andrea a insisté : « C’est un livre très spécial, tu verras. En fait, va voir son blogue. » Ce que j’ai fait. Et j’ai tout de suite eu un coup de cœur énorme. Alors, j’ai fait ce que je fais toujours dans ces cas –là : j’ai téléphoné à mon Goglu. Bien sûr, en fille plus cool que cool, mon Goglu connaissait déjà. Mais là on s’est mises à obséder ensemble. Grave. On s’appelle dès qu’on fait une recette. On s’appelle pour s’informer que Rachel Bery est en rupture de stock de graines de chia. On rêve d’un Vitamix. On se donne des trucs pour vivre sans Vitamix (tout de même). Oui, on a viré totalement OSG (l’abréviation Oh She Glows, pour les intimes).

Mais c’est quoi, Oh She Glows? D’abord, c’était un blogue, un blogue créé par Angela Liddon, une jeune Canadienne vraiment, vraiment sympathique et glowy comme c’est pas possible pour raconter son cheminement vers la santé. Angela vivait avec un trouble alimentaire, elle a traversé des hauts et des bas, ce qu’elle raconte très bien d’ailleurs, ici. Angela le dit, le processus a été long, elle s’est fait aider par une thérapeute, elle a ré-apprivoisé l’idée de manger, de se percevoir autrement, de cesser de compter les calories et de se peser. Et puis, inspirée, elle a choisi la nourriture comme voie de guérison. Mais pas n’importe laquelle : celle qui nourrit le corps et l’âme de la meilleure manière possible : sans calories vides, avec tout plein de vitamines pour mettre le glow aux joues et le pep dans le step. Un jour, son amie lui a fait la remarque que ça se voyait quand elle prenait soin d’elle, quand elle était indulgente envers elle-même : elle rayonnait. Il y a alors eu un déclic : elle voulait ce glow, tout le temps. Alors elle a continué de partager ses recettes, ses plans, son cheminement et ses expériences culinaires sur son blogue Oh She Glows. De jour en jour (on le constate) Angela a grandi, son blogue s’est raffiné, ses photos sont devenues plus léchées et elle, aucun doute, elle rayonne encore davantage. Durant un certain temps elle a même ouvert une boulangerie en ligne proposant les barres d’énergie qui ont un peu fait sa renommée (ses fameuses Glo bars, dont les recettes figurent au livre, yes!) puis, elle s’est vraiment concentrée sur son blogue et son livre de recette qui a eu tôt fait de…rejoindre la liste New York Times Bestsellers! Oui, ce livre est très spécial. Angela Liddon rayonne sans bornes et c’est tout à fait mérité!

Ce qui distingue Oh She Glows? Que ce soit sur son blogue ou dans son livre, Angela Liddon propose des recettes végétaliennes bien santé, toutes simples, qui seront aimées même par les plus voraces carnivores, même par les oursons les plus anti-légumes qui soient. Son plaisir de cuisiner est contagieux, absolument inspirant et puis…tout a l’air bon! Salades, desserts, smoothies, repas familiaux… Toutes les recettes que j’ai essayées d’Oh She Glows ont été adorées par mon entourage et moi-même. D’abord, sur la recommandation de mon Goglu j’ai essayé le pouding instantané au chocolat (sucré avec des dattes et à base de poudre de chia) et Petite Ourse n’y a vu que du feu (« Mmmm, ta mousse au chocolat, maman!! »). Pour mes déjeuners je suis devenue une inconditionnelle du Green Monster, le smoothie vert qui a également fait sa renommée (Angela a créé le Green Monster Movement!) et donne tout plein d’énergie (il en existe plein de variantes sur son blogue). Sans compter que la salade de betterave et noisettes grillées du livre est un régal, idem pour la bruschetta d’été (cerises, fraises, vinaigre balsamique) qui a fait malheur à l’anniversaire de Bébé Ours. Si je n’ai pas encore essayé les recettes de Glo Bars, mon Goglu m’assure qu’elles sont absolument OMG (Oh! MY! GOD! Trop Bonnes!! Et faciles à réaliser!). Et je continue de cuisiner: le blogue d’Oh She Glows déborde de bonnes idées de recettes et les photos alléchantes du livre me donnent envie de tout essayer. Même si je ne suis pas végétalienne, c’est toujours un véritable défi que de présenter les légumes et fruits de manière nouvelle et intéressante. Avec Oh She Glows de mon côté, je me sens drôlement motivée.

Enfin, j’ai vu qu’Angela Liddon attendait un bébé alors, je me réjouis encore plus des idées de recettes adaptées aux petits qui devraient arriver sous peu. En attendant, nous on se régale, de fruits, de légumes, de noix, de riz parfumé, de salades réconfortantes et de collations santé. Hip-hip-Éclat! Thank you Oh She Glows!

Vous connaissiez Oh She Glows? Quelles recettes me recommandez-vous?

Marathon d’éclat, 2è volet: Le concentré tout-puissant

OdacitéJe poursuis aujourd’hui dans mon blitz sur l’éclat en vous glissant un mot sur un produit ultra-performant que je viens de découvrir. En fait, je viens de découvrir toute une nouvelle marque, ce qui me donne toujours le sentiment un peu high de découvrir une molécule, une planète, ou un continent : tant d’inconnu, tant de promesses ! Et c’est exactement ce sentiment de trépignement enthousiaste que j’ai eu en découvrant la marque Odacité. Je n’avais absolument jamais entendu parler d’Odacité mais ohhhhh, comment est-ce possible ?

Crée par deux Français établis aux États Unis, Odacité offre des produits de soin biologiques et ultra-frais, dans le sens de « fraîchement préparés au moment de la commande ». D’abord, la marque propose une ligne de basiques essentiels (lesquels j’ai pu découvrir dans le Discovery Kit), une ligne de basiques qui s’adressent à tous. De tous les produits de cette ligne, c’est la crème de nuit, le Night Time Antioxydant Repair Serum, qui a le plus retenu mon attention. Wow! Alors que la plupart des soins hydratants bio se présentent sous texture huile, quel plaisir que de renouer avec une texture crème sans ne rien sacrifier au niveau de la composition ! J’ai vraiment beaucoup aimé.

Mais c’est de la ligne Pure Elements d’Odacité dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui, et plus précisément du concentré Ac + R, un sérum booster à la rose et à l’acaï, à ajouter à sa crème pour un «éclat jeunesse». Le produit est commercialisé dans un petit flacon de verre foncé avec un mini compte-gouttes, comme tous les autres concentrés de la ligne Pure Elements d’ailleurs. En fait, on peut mélanger divers concentrés Pure Elements, qui répondent chacun à des problématiques bien spécifiques, pour se créer un “cocktail”, un soin vraiment, vraiment sur mesure (chose que je n’ai pas encore essayée).

Ce sérum, force est d’admettre, m’a complètement jeté en bas de ma chaise. C’est une merveille. Grande habituée des sérums de ce genre tout de même, j’étais loin de m’imaginer que ce produit se distinguerait rapidement comme un produit haute-performance pour devenir un grand chéri. Dès le lendemain, j’ai constaté des résultats très marqués, d’abord (et c’est pourquoi j’en parle aujourd’hui), au niveau de l’éclat. Mes joues étaient rosées, ma peau rayonnante, le teint semblait beaucoup plus clair, comme illuminé de l’intérieur. Pourtant, non, je n’avais pas dormi davantage (malgré toutes mes bonnes intentions), je ne revenais pas de vacances et non, je ne venais pas de changer l’ampoule de ma salle de bain…Au surplus, mes pores semblaient resserrés, le grain de ma peau plus fin. Pas possible… Mais c’était bien vrai. Alors depuis, matin et soir, hop, j’ajoute désormais quelques gouttes de ce concentré, histoire de mettre le glow de mon côté. Et je me réjouis des résultats !

Vous noterez que la marque propose une multitude (18, pour être exacte!) de concentrés Pure Elements, mais que je n’ai essayé que celui-ci, l’éclat étant ma préoccupation première (et celle qui m’échappe le plus). Parmi les autres produits de la marque que je compte (rêve de) tester sous peu, il y a la gamme Private Collection, qui semble déjà culte parmi les initiées. En plus, avec des noms de sérum poétiques comme « A Spring in Tokyo» (“Un printemps à Tokyo“) ou « A winter in Paris» (“Un hiver à Paris“), vous comprendrez que mon cœur bat déjà plus fort et que ma peau, elle, anticipe déjà la plus-value d’éclat.

Vous aviez déjà entendu parler d’Odacité ? Et puis, (roulement de tambour), quel est votre soin éclat le plus performant à ce jour dans vos vie ? (Je sors mon carnet de notes).

Marathon d’éclat: The Glow

The Glow

Parlons Glow. Ahhh, le Glow. S’il y a un mot qui est sur-utilisé en beauté, c’est bien Glow et sa variante pop-moderne, le Glo, cet éclat indescriptible qui semble venir de l’intérieur. Glow par-ci, Glow par là, Glow-for-it, le Glow est partout (sauf sur nos joues- là où on le voudrait!). Mais en même temps, je serai la dernière à me plaindre de l’ubiquité du Glow puisqu’en bonne Glow-getter (chasseuse d’éclat pour les novices), je reste à l’affût de tout ce qui inspire/nourrit/crée un Glow en bonne et due forme.

Petit blitz glow, donc (pour changer, tiens), en quelques articles, en commençant aujourd’hui par le livre The Glow, an inspiring guide to stylish motherhood, de Violet Graynor et Kelly Stuart.

The Glow 2Ce livre, j’ai essayé de lui résister, de me dire qu’il me recracherait le même discours démoralisant et culpabilisant que l’article totalement hantant de Victoria Beckham dans Harper’s Bazaar qui boit son green juice, aux aurores, en demandant les leçons à ses enfants sous forme de jeux amusants (pffff). J’ai feuilleté The Glow d’un regard froid, critique, en me disant que je n’avais nulle besoin d’inspiration pour être une stylish mother, bon. Non, j’avais d’autres priorités, moi. Comme être une mother qui est patiente, une mother qui est dans le moment, une mother qui est équilibrée, une mother qui a une maison minimalement à l’ordre. Mais le livre, écrit par les deux journalistes qui ont créé le site TheGlow.com, sur les mamans qui ont du style, continuait de m’appeler. En fait, j’avais très envie d’inspiration sur comment être stylish aussi, en tant que mother. Alors j’ai craqué, lors de la fête des mères : je me le suis offert. Happy (Stylish) mother’s Day!

Parmi les livres du style «livre de table à café avec de jolies photos sur le style, la mode et/ou la beauté » The Glow est de loin-loin-loin mon préféré. D’abord, les photos sont magnifiques, lumineuses, juste assez parfaites et intimes comme on les aime. Mais surtout, j’adore son format, qui nous offre des portraits éclairs des vies familiales de plein de femmes, belles et intelligentes. Rédigé sous forme d’entrevue par point, le livre est divisé en chapitres : la grossesse, les espaces dédiés aux enfants, la vie, les maisons, les essentiels de mamans, la beauté, la mode des mamans, la mode des enfants et, les idées en vrac. À travers des entrevues avec Kristi Hume, Josie Maran, Jeannine Lobell, Jemma Kidd, Rebecca Taylor Minkoff et tant d’autres… des femmes jeunes, moins jeunes, artistes, décoratrices, designer, femmes d’affaires, nouvelles mamans et mamans d’expériences nous livrent trucs, astuces, et, pour une fois, nous font sentir normales d’être débordées/non-exfoliées/de découvrir une pelure d’orange au fond de notre sac à main. Mon entrevue chouchou : celle de Julie Bowen, qui m’a vraiment fait chaud au cœur (elle admet se mettre du vernis uniquement sur les ongles qui dépassent des chaussures peep-toe). On se réjouira de constats simples (oh, j’ai utilisé les mêmes biberons que Rachelle Hruska! Oh, Calgary Avansino aussi met tous les jouets dans des paniers: on est des jumelles!), on roulera les yeux (un peu, tout de même) sur toutes les tenues style jupon vintage des mamans et on s’inspirera des décors tout simples et bien pensés des tout petits. Mais surtout, The Glow, nous donnera des idées et de l’inspiration pour profiter, profiter, profiter de petits et ce, avec abandon et sérénité. Stylish ou non. Et bien sûr, je me mets totalement en quête d’un jupon crème vaporeux style vintage…

La parfaite Etiket

EtiketIl y a quelques semaines, j’ai fait un soin du visage chez Etiket, la petite boutique beauté so luxe, ultra-spécialisée du Montreal chic. Vous vous souvenez? C’est là que j’avais interviewé Tata Harper! Si la vitrine et l’emplacement géographique impressionnent (Sherbrooke Ouest, un peu passé le Ritz, Tiffany’s et Holts, près des boutiques d’art inaccessibles), il suffit de passer la porte pour être bien accueillie, mise à son aise et reçue en toute simplicité. Mes oursons m’accompagnent même souvent durant mes escapades et appellent même Paule et Ariane, deux employées qui y sont souvent le samedi, par leur prénom. « On va voir Paule et Ariane? Encoooore? » Euhhh, oui. Mais cette fois, j’y suis allée toute seule, histoire de me détendre pour vrai et de ne pas stresser quand Bébé Ours me demande, un flacon d’Amouage entre ses petites pattes : « Peux sentirrrr? ».

Vous savez, on dit qu’il est recommandé de faire un soin du visage à tous les changements de saison. C’est ce que je m’étais motivée à faire…l’automne dernier. Mais avec Noël, le ski, la jambe cassée de Petite Ourse et juste la vie in general, voilà, finalement, j’ai remis ça au printemps. Et j’ai eu envie de vous raconter c’était comment.

Je sais, je sais, beaucoup d’entre vous habitez loin et n’ont sans doute pas accès à cette charmante boutique qui offre la crème des soins esthétiques. Mais comme j’ai appris plein de choses, je me suis dit que vous pourriez tout de même bénéficier de mon récit. Et puis, ça fait rêver, non? Sans compter que quand vous viendrez à Montréal, vous aurez déjà la bonne adresse pour avoir le teint frais et le sourire aux lèvres.

Etiket

D’abord, l’espace : une vaste pièce feutrée, ambiance petit salon – du blanc, de l’ivoire, des teintes neutres, un régal de douceur pour les yeux. Paule m’a tout de suite mise à l’aise avec son attitude charmante et positive lors du démaquillage (toujours mon moment gloups où je me sens ultra-vulnérable). Une conversation légère, qui laisse place à la détente si on en a envie, mais qui ouvre aussi la porte pour lui poser mille questions. Ce que j’ai fait, of course. Paule a une expertise hors pair : elle a la chance de travailler avec un large éventail de produits, les meilleurs appareils et d’évoluer dans l’univers de la fine pointe dermatologique. Bref, je veux trop devienne mon amie!

Paule et moi avons convenu de faire un soin personnalisé mais Etiket a tout plein d’options…Suite au constat que ma peau était sèche et déshydratée, Paule m’a demandée si je connaissais la Clarisonic. Je lui ai expliqué que oui, j’en avais une; le premier, premier modèle, acheté en 2007 qui n’existe même plus. Elle a vraiment l’air d’un téléphone, mais bon, elle fonctionne. J’ai expliqué à Paule que comme ma peau avait été très sèche récemment, j’avais cessé de l’utiliser de peur d’aggraver la situation. Au contraire, m’a expliquée Paule! Cette petite brosse sonique permet un meilleur démaquillage (et une légère exfoliation), ce qui permet à la peau de mieux absorber crèmes et sérum. Pourvu que j’utilise la tête de brosse pour peau sensible ou délicate, je devrais me remettre à l’utiliser afin d’aider un peu ma peau à prendre le dessus. Ah bon? Mais voilà, après 1 mois d’utilisation, je confirme : Paule avait raison!

Comme j’ai fait un soin personnalisé Paule a choisi des produits issus de la marque Skin Medica, une marque novatrice, ultra-efficace, qu’elle avait envie de me faire découvrir (dont le fameux Sérum Essential TNS). Paule m’a aussi présentée diverses options d’écran solaire. J’étais tentée par celui de Consonant, une crème soyeuse, naturelle, teintée FPS 30, malheureusement en rupture de stock à ce moment-là. Autre excellente alternative à ses yeux, surtout pour les peaux plus grasses : l’écran solaire de Skinceuticals, celui qu’elle-même affectionne pour protéger son teint, parfait, soit dit en passant. Enchaînement de masques, petit massage, repos…Une heure après, le soin terminé, le visage qui m’a souri dans le miroir n’avait plus la même peau. Joues roses, aucune rougeurs, rebondi retrouvé et lustre d’hydratation juste comme j’aime…Les résultats du soin étaient apparents et mon teint semblait ultra-reconnaissant.

Ah oui, j’en ai profité pour demander à Paule si ça valait le coup d’investir dans une machine à vapeur professionnelle (pour me faire des soins vapeur à domicile,  comme chez les esthéticiennes). Ça me chicotait depuis un bon moment, j’étais très tentée. Mais Paule a réprimé un petit fou rire : « Une machine à vapeur professionnelle? Non, vraiment, ça n’est pas nécessaire; la vapeur n’est utile que pour les extractions ». Papa Ours était tout heureux de cette dissuasion, inutile de vous le dire.

Enfin, en sortant, Ariane a effectué un petit maquillage avec les produits de la marque GloMinerals (coup de cœur! Je vous en reparle!), qui peuvent être appliqués immédiatement après le soin. En vrai pro Ariane devinait tout de suite ce qui m’irait, anticipait les produits et teintes que j’aimerais, puis, elle m’expliquait comment appliquer les produits selon ma morphologie à moi. Ariane donne d’ailleurs des cours aux acteurs du Théâtre d’Aujourd’hui pour leur apprendre à se maquiller pour la scène. Son talent pour simplifier et vulgariser est évident. J’ai déjà planifié de lui demander de m’apprendre à faire un smokey eye adapté à mes petits yeux très prochainement.

Enfin, quel bonheur de reprendre la rue Sherbrooke la tête haute, le teint parfait…avec une nouvelle wish list en tête. Alors, pour répondre à mes oursons : oui, oui, on retournera sans doute bientôt chez Etiket. Encore.

P.S. Vous avez fait un soin du visage au printemps? Vous avez une Clarisonic? Ou une machine à vapeur? (Si oui, je veux TOUT SAVOIR!).

Bonne nuit, beaux rêves

dodo Aucun doute: le sommeil et la beauté vont main dans la main. Tout comme la concentration, le bien-être, la sérénité et l’énergie d’ailleurs: tout va de pair avec le sommeil. Je le sais mais…Je me couche trop tard. Je crois que c’est d’ailleurs LA phrase que ma maman me répète le plus dans la vie : « Essaie de ne pas te coucher trop tard, ma belle. » Et elle a raison. Mais bon : à l’heure du coucher, tout me semble plus urgent, plus essentiel, plus réalisable. Je suis créative! J’ai un second souffle! J’ai envie d’écrire des cartes de remerciement! Pourquoi pas faire un collage? Cinq masques différents (un masquothon!)! Mettre des rouleaux chauffants! Faire une cabane d’oiseaux! Lire Ulysses de James Joyce! Mettre des petites lumières dans mon arbre dehors pour une ambiance terrasse à Miami! Ouaiiiiiis!!! My God, tout, tout, tout est à ma portée à 11h du soir, why not, la soirée est jeune.

Mais, bon, le réveil est difficile. Et puis, j’ai des perma-cernes. Et je ne me rappelle même plus c’est quoi “s’endormir”, je ne connais que le “tomber comme une bûche”.

L’an dernier, Petite Ourse dormait mal, très mal. Elle venait nous rejoindre dans notre lit. Elle aussi, avait plein de projets à faire avant de se coucher. Elle rallumait la lumière pour lire tout Martine ou faire un bricolage avec des plumes et de la colle en cachette, sous ses draps…(Il y a comme une certaine hérédité…). Nous étions exténués, elle aussi. J’avais lu tous les livres sur le sommeil des enfants, tout essayé. Je ne comprenais même plus pourquoi je faisais les choses comme ça, tout était tellement embrouillé dans ma tête de zombie. La routine du soir était un genre de combiné 5 techniques recommandée par les livres de pédiatres, mêlé à un peu d’exaspération. Alors, sur la recommandation d’une amie, nous avons fait appel à une spécialiste : Tracy de Sleep Tight Solutions, une coach dusommeil pour petits. Tracy s’est déplacée chez nous, elle a rencontré Papa Ours et moi, pour comprendre la routine de sommeil de Petite Ourse et aussi, sa personne. Puis, on a regardé ensemble l’aménagement de sa chambre, les rideaux, les jouets qui étaient trop facilement accessibles de son lit. Tracy nous a élaboré un Plan de Sommeil (vous savez combien j’aime les Plans!)…Je vous rassure, pas besoin de laisser pleurer un enfant forever pour qu’il s’endorme. Le Plan, c’était un genre de guide personnalisé à suivre pour aider Petite Ourse à prendre goût à sa routine du soir. Nous, de notre côté, avons tenu une sympathique réunion familiale avec un ordre du jour, la prise de présences, des breuvages et croissants… Nous avons expliqué à Petite Ourse que nous avions bien compris qu’elle avait de la difficulté à trouver le sommeil dans son lit mais que nous étions sur son équipe et que nous allions l’aider. Nous avons mis en place le système de Tracy, nous nous sommes motivés, puis, nous nous sommes lancés. Plus d’écrans avant le dodo, une heure de coucher régulière, une routine qui ne change plus. Fini les 5 techniques toutes confuses. Tracy était disponible les 3 premiers jours pour un « soutien par messages textes ». Mais vous savez quoi? Juste avec le Plan bien établi de Tracy et l’enthousiasme général, Petite Ourse a su trouver sommeil à une heure raisonnable. Bon, il n’y avait plus de plumes ni de colle à portée de main (en fait, il n’y avait plus RIEN) et aussi, plus d’ampoules sur les lampes (hé hé) mais il reste que le lendemain, Petite Ourse était très fière d’elle. Et ça a continué. Et nous, nous voyions clair pour la première fois depuis des mois. Comme si un voile de lourdeur se soulevait : dormir, ça change vraiment tout! Une nuit, deux nuits, un mois, six mois, ça a continué de bien aller. Ouf! Of course, j’ai recommandé Tracy à toutes mes amies qui ont des petits pour qui le sommeil n’est pas facile. Pas de remède miracle, juste des techniques pour avoir la bonne routine car oui, tout est dans la routine.

Pourquoi je vous parle de cela aujourd’hui? Oui, mes oursons dorment mieux. Mais, je me rends compte que c’est moi qui n’a pas la bonne routine. Je m’active trop tard, je suis sur l’ordi jusqu’à la dernière seconde, je n’ai pas de routine…Je me couche puis, me relève pour mettre le linge dans la sécheuse et en profite pour me limer les ongles. Je ne me donne pas le temps de vraiment décompresser, de tamiser les lumières, d’attendre le train sommeil à la gare, plutôt que de me faire rouler dessus par lui quand je tombe d’épuisement sur les rails. Histoire de me motiver, je me suis donc dit qu’il ne serait que bénéfique que de me rappeler ces perles de sagesse des Carnets de la Coquette Raisonnable d’Hélène Millerand.

Le sommeil et la chambre Elle aime dormir. Le sommeil d’avant minuit est le meilleur ami de sa fraîcheur et de son éclat. Voilà pourquoi souvent elle se couche de bonne heure. En temps ordinaire, 8 heures de sommeil par nuit est une bonne mesure. (…) Il y a sommeil et sommeil. Un vrai sommeil réparateur exige des conditions de silence et de bonne aération. Le bruit nuit au repos, dormir dans une pièce trop chauffée donne des cauchemars. Chauffage fermé la nuit et fenêtres ouvertes, même par grand froid. (…) Le pied du lit est surélevé par rapport à la tête du lit pour assurer une bonne circulation du sang dans la position couchée. Pour ce faire, elle utilise des cales en verre qu’on met sous les pieds des pianos et qu’elle achète dans les magasins d’instruments de musique (par exemple, la maison Hamm au 135 rue de Rennes à Paris). (…) Les abat-jours roses, s’ils s’accordent avec la décoration, donnent la lumière la plus avantageuse, sinon, un joli crème ne nuit pas. (…) Pour la literie, elle écarte sans appel les tissus synthétiques qui froids en hiver et chauds en été… La coquette dort à plat, soit sans oreiller, soit sur un oreiller assez mince pour ralentir et limiter l’apparition du double menton. Pour s’endormir, un peu avant d’éteindre, elle prend une cuillerée à dessert de miel qu’elle laisse fondre lentement dans la bouche. En cas d’insomnie, un verre de lait chaud abondamment sucré avec du miel d’acacia.” -Les carnets d’une coquette raisonnable, Hélène Millerand

Outre l’envie printannière de réaménager ma chambre pour qu’elle soit plus épurée (exit la pile de magazines), j’ai aussi pris la résolution de fermer mon ordi plus tôt et de lire un peu sur papier. Pas la blogosphère beauté. Pas Cyberpresse. Juste un livre. (Mais bon, pas James Joyce non plus). Quelques gouttes d’eau de rose sur la taie d’oreiller. Une bougie Diptyque qui sent bon la serviette chaude et propre qui sort de la sécheuse. Crème pour les mains (je viens de racheter mon second tube de crème Jeunesse des Mains de Clarins : je l’adore), crème pour les pieds (à l’urée 20%), huile pour le corps (Global Body Serum de Lina Hanson dont je vous reparle bien vite!), vigoureux brossage des cheveux avec la Mason Pearson et baume à lèvres Waxelene : voilà ma routine du soir. La cabane d’oiseaux attendra à demain, idem pour le collage. Ces jours-ci, je me le suis promis : je jouerai les belles au bois dormant. Faisons-nous un cadeau: couchons nous tôt! Parlez-moi de votre routine du soir. Des idées pour ralentir en soirée?

Promenade dans un champ de clémentines

Ingrid, la fondatrice de Clementine Fields. Crédit photo: Clementine Fields

Ingrid, la fondatrice de Clementine Fields. Crédit photo: Clementine Fields

J’avais très hâte de vous la présenter : Ingrid, la beautysta qui se cache derrière la super e-boutique canadienne Clementine Fields. Quel bonheur ça a été pour moi que de découvrir cette boutique en ligne d’ici, qui livre tout plein de mes favoris et aussi, tout plein de produits à découvrir! Tout ça, sans frais de douane ni frais de port exorbitant! Osmia, Mini Organics, La Bella Figura, Kjaer Weis, May Lindstrom (!!), Vered, Ilia et C.V Skinlabs…même l’impossible à trouver Revolution Organics! Tant de belles marques bio sont sur Clementine Fields! Et puis, bonne nouvelle pour celles à l’étranger : cette e-boutique livre partout dans le monde pour un frais fixe. On peut aussi commander de super échantillons et le service est rapide et impeccable! Au-delà de sa jolie sélection de produits de beauté et de santé bien choisis, je trouve la fondatrice vraiment inspirante, touchante. Ses photos, sans prétention, son regard embué, son authenticité…Et puis, son histoire : Ingrid a toujours aimé la beauté. Mais pas la beauté figée des magazines. Non, plutôt le sentiment de la beauté, la beauté habitée. Ce rien qui nous fait lever les yeux, tourner la tête, respirer et espérer. Diagnostiquée d’une leucémie chronique en 2007, elle s’est attelée à la tâche : elle allait guérir mais elle allait aussi tout faire pour ne jamais recroiser son cancer sur le chemin de la vie. Des changements de style de vie se sont imposés, mais surtout une prise de conscience nécessaire et salutaire de tout ce qui était absorbé par l’organisme. Cela a pris encore plus de sens quand, quelques années plus tard, Ingrid et son conjoint et co-fondateur, Tom, adoptaient un bébé, la petite Violet. Au fil de leurs essais et découvertes, Tom et Ingrid ont eu envie de partager sous une enseigne unique les produits qui faisaient leur bonheur, pour le plus grand bonheur de leurs clientes. Tom et Ingrid font le ¾ du travail pour nous : ils testent, ils scrutent, ils débattent et analysent autant le contenu du produit que ce qu’il ne contient pas. Santé et beauté, tout plein de légumes, de la sérénité pour apprécier chaque jour sur terre mais aussi de la gentillesse envers la terre: autant de mantras et d’inspiration qui émanent du site Clementine Fields mais également de leur compte Instagram…Une invitation à un mode de vie plus sain qui semble soudain à portée de main. Entrevue avec la très belle Ingrid.

Des échantillons!

Des échantillons! Via Instagram

Boucle d’Or-Hello Ingrid! D’abord, as-tu des lectures inspirantes à partager?

Ingrid-Honnêtement, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour lire durant la dernière année. Je suis toutefois obsédée par les livres de recettes santé Ecoholic d’Adria Vasil. J’essaie toujours de lire un peu avant de m’endormir…

-Ton mantra?

Aie confiance, accepte, apprécie.

-Et, comment fais-tu pour rester vraie, généreuse et reconnaissante dans un monde qui peut parfois sembler faux ou frustré?

Je m’efforce d’avoir de l’empathie. On ne sait jamais ce que vit l’autre où par quel chemin rocailleux ils viennent de passer.

Je me dis aussi que c’est un privilège que d’être en vie et en santé. Quand je me sens dépassée ou triste, je me recentre sur ma respiration pour en être reconnaissante. Je sais que ça peut sembler bête mais c’est tellement magique, la respiration. On ne s’en rend même plus compte.

Petit souper du samedi soir…Via Instagram

Petit souper du samedi soir…Via Instagram

-Et, dis moi, quel est ton type de peau et quels produits utilises-tu?

Ma peau est very sensible et très réactive. J’utilise toute la marque CV Skinlabs (ndlr: j’ai testé: c’est sur ma prochaine commande! C’est GÉNIAL!). Je ne peux pas me passer du Rescue and Relief Spray : il calme l’inflammation et donne un éclat sans nom. J’aime aussi beaucoup l’huile de graine de figue de barbarie de La Bella Figura (Barbary Fig Seed Oil) (ndlr: également une merveille, je confirme! Je vous en reparle aussi!) et le masque réparateur de La Bella Figura (Healing Mask). Le soin contour des yeux de Paï est pour moi le paradis en flacon! J’ai 45 ans et j’ai vraiment l’impression que ça aide à limiter les ridules autour des yeux. J’ai aussi une obsession grave avec les huiles pour le corps. Ces jours-ci, j’alterne entre The Good Stuff de May Lindstrom, l’huile Revitalizing Body Oil de Tata Harper et l’huile corps signature de Vered.

Ilia Tinted Lip Conditionner, teinte Jump. Via Instagram

Ilia Tinted Lip Conditionner, teinte Jump. Via Instagram

-Parles-moi de tes chouchous maquillage!

J’adore le maquillage Kjaer Weis, complètement sublime. J’aime leur fond de teint, les blush, les fards à paupières… Tellement de bienfaits, des produits bio et des teintes magnifiques…J’aime aussi le mascara Ilia, qui ne coule pas mais s’enlève aisément. Enfin, mon dernier coup de cœur va à la nouvelle teinte de rouge à lèvres Ilia, « Jump », parfaite pour le printemps! En ce qui concerne mes baumes à lèvres préférés, j’aime le baume Osmia Miel et Myrrhe et Be Fierce de Tata Harper.

Ingrid et sa fille Violet en patin Via Instagram

Ingrid et sa fille Violet en patins Via Instagram

-Dans la vie, qui t’inspire? Et qu’est-ce qui t’inspire?

Ma fille de 4 ans, Violet. Une force de la nature! Elle conjugue volonté de fer et douceur câline. Comme j’étais très timide enfant, j’admire sa force et sa passion. Les images m’inspirent aussi. La nature, les paysages… J’aime les images qui respirent le calme, la beauté et la paix.

Le Halifax (Nouvelle-Écosse) d'Ingrid. Ingrid habite à Toronto depuis 16 ans maintenant.

Le Halifax (Nouvelle-Écosse) natal d’Ingrid. Ingrid habite à Toronto depuis 16 ans maintenant. Crédit: Via Instagram.

-Parlons organisation! Comment organises-tu tes produits de beauté?

Hmmm, on a un véritable problème d’espace alors…on refait la salle de bain. Je te dirai!

-Quels conseils donnerais-tu à celles qui ont envie de faire le switch vers un mode de vie plus vert?

Je sais, ça fait peur. Il faut commencer petit et y aller ensuite petit à petit. Commencez en utilisant du bicarbonate de soude, du vinaigre, des huiles essentielles et de l’eau pour le nettoyage. Débarassez-vous du plastique dans la cuisine. N’achetez jamais de l’eau embouteillée et ayez plutôt une bouteille sans BPA, sécuritaire pour apporter avec vous. Faites vos devoirs et demandez-vous ensuite sur quoi vous souhaitez mettre l’accent. Commencez par là.

-Quel est ton parfum?

En ce moment, c’est Inner Peace de Lotus Wei. Je suis aussi actrice alors ce parfum m’aide à me calmer lors d’auditions ou quand je me sens anxieuse.

Dans l'étui d'Ingrid. Via Instagram

Dans l’étui d’Ingrid. Via Instagram

-Qu’y a t-il dans ton sac à main?

Beaucoup! J’ai trois petits étuis à maquillage pour toute ma sélection de produits. Dans un de ces étuis il y a un peigne, un fond de teint Kjaer Weis (teinte Paper Thin), le gel aseptisant pour les mains Dr. Bronner à la lavande, les fards illuminateurs d’Ilia, Polkadot et Moonbeam, le baume Everything Balm de Zoe Organics, une lime à ongles et un petit contenant de MJ Herbals First Aid Salve (ndlr: j’adore aussi, je vous en reparle!). Dans mon autre étui j’ai mes produits d’aromathérapie, comme La Bella Figura Travel Therapy, le Love Potion de Tata Harper, l’huile Refresh Oil de Zoe Organics et une petite fiole de Lotus Wei Inner Peace, mon parfum. Enfin, dans le troisième étui j’ai tous mes produits à lèvres…le gloss Ilia teinte Gypsy, le baume Tata Harper Be Adored, le crayon Ilia Karma Chameleon et le Goddess de Kjaer Weis.

- Quelles plantes et herbes recommandes-tu de planter dans son jardin?

J’adore le persil! C’est tellement détoxifiant et on peut en mettre dans les salades, smoothies et légumes grillés… J’aime aussi la menthe car on peut en faire des infusions et en plus, c’est génial pour la digestion. Le chou cavalier (« kale ») est très aimé dans notre famille et ça pousse facilement, sans oublier les concombres et la bette à carde.

-Quelles sont tes infusions favorites?

Je bois beaucoup de thé vert et de tisane au gingembre.

Crédit photo: Via Instagram

Crédit photo: Via Instagram

-Quels produts recommanderais-tu aux peaux acnéiques? Beaucoup de mes lectrices aimeraient faire le switch vers des soins plus verts mais sont rebutées par le manque de produits sans huile.

Je recommande des produits qui sont avant tout, doux et simples. Mais attention, certaines huiles peuvent être indiquées pour les peaux acnéiques puisqu’une peau qui est déshydratée pourra exacerber le problème. Nous avons créé un guide de soins du visage pour les peaux acnéiques avec nos recommandations. C’est par ici.

-Le site de Clementine Fields utilise la notion de “self-care” (“soin” comme dans “prendre soin de…”). Qu’entends-tu par là et comment est-ce important au quotidien?

Le self-care est très important! Ce sont ces petits détails qui ont une répercussion monstre. Laisser son portable à la maison et aller prendre une marche, prendre un bain avec de l’huile et des bougies, danser dans le salon sur notre chanson préférée…Il faut trouver ces activités qui nous recentrent sur le moment et baissent nos niveaux de stress et d’anxiété.

-Qu’est-ce que ton parcours t’a appris? Et comment a-t-il influencé ton rapport à la beauté?

J’ai appris que tout peut arriver dans la vie, que l’on le perçoive de manière négative ou positive. Arrêtons de remettre à plus tard le bonheur et profitons maintenant. La beauté n’a rien à voir avec l’âge de la personne, mais plutôt avec son caractère unique, naturel et aussi, sa capacité à s’amuser, à être bien. Que l’on aie 25 ou 75 ans…

Ingrid fête sa rémission: 5 ans de rémission et 2 ans sans les médicaments.

Ingrid fête sa guérison: 5 ans de rémission et 2 ans sans les médicaments!

Un énorme merci à Ingrid de nous avoir invitée dans son champ de clémentines pour parler crème, gloss et plan vert. Thank you so much!

Petits nouveaux

Printemps BeautéJ’ai tellement de nouveaux produits à vous présenter : tellement de coups de cœur, de nouveaux incontournables et d’essentiels beauté que j’ai très, très hâte de partager! C’est le printemps; j’ai décidé que ma peau fera peau neuve et mon vanity aussi! Allez, venez, je repasse en bref mes élans de printemps qui font battre mon cœur vite et fort!

Le Rose Soothing Protective Moisturizer de MV Organic Skincare et le Daily Soother Booster également de MV Organic Skincare: Vous savez ce moment où la peau semble à son pire, où vous vous dites que devez avoir touché le fond (d’un point de vue peau-de-papier)? Bien que ça m’arrive à toutes les fins d’hiver, cette année, c’était exceptionnellement apparent : ma peau semblait exténuée, vidée d’énergie. Puis, il y a eu cette crème: la Rose Soothing Protective Moisturizer et ce booster (le soir seulement), le Daily Soother Booster de MV Skincare, à mélanger avec la crème. Une demi-pompe de crème matin et soir, ont suffi, pour véritablement me redonner une peau repulpée, douce et sans rougeurs. Trans-for-mée je suis! Je la savais déjà culte (Rosie Huntington-Whiteley est fan, tout comme Emma Watson…) et j’ai vite compris pourquoi : MV Organic Skincare livre vraiment les résultats. Parfum de rose subtil, texture agréable: je vous promets un article plus complet sur cette magnifique marque bio d’Australie bien vite. En ce qui concerne le Daily Soother Booster, bien qu’il ne soit pas nécessaire pour toutes les peaux, j’ai nettement noté une différence. Au moment où plus rien ne semblait faire effet sur les craquelures et la déshydratation (j’ai même essayé des superpositions maison du style huile d’avocat+Waxelene+Egyptian Magic+… = pas le look le plus taie d’oreiller-friendly au monde), quelques petites gouttes du Daily Soother ajoutées à mon hydratant le soir m’ont véritablement redonné espoir. Et ma taie d’oreiller est restée propre, yay!

Jour de Fête de L’Artisan Parfumeur : Que dire de plus? C’est une édition limitée et j’en ai la gorge toute nouée.

Addition Concentré-Éclat Clarins : Un concentré de vacances en flacon. Je vous l’ai présenté plus amplement ici. Quelques gouttes ajoutées à mon hydratant, plusieurs fois par semaine, me permettent d’afficher un teint doré et une mine moins fatiguée. Je crois bien que c’est ma trouvaille de l’été.

L’eau thermale Maya Water : Une autre merveille que je vous ai présentée ici... Cette eau thermale enrichie et bio a une véritable fonction hydratante et une action-éclat visible. Oui, oui, visible! En plus, elle vient d’un lointain glacier de Norvège. Que dire de plus? Je sais : c’est juste ustrolig!

Mascara DiorShow Iconic Overcurl : Je vous en avais parlé il y a plus d’un an, puis, j’étais partie explorer chez d’autres marques. Je ne sais pas trop pourquoi j’ai fait ça, en fait, ce mascara est juste extra! Avis à celles qui cherchent THE mascara parfait pour se faire de grands yeux, tenir la courbure des cils et faire une frange de cils de faon: c’est totalement le produit qu’il vous faut. J’adore trop la brosse et le bâton super long qui permettent de vraiment accrocher tous les cils.

Freedom Gloss de Revolution Organics teinte Truth : Je l’avais un peu oublié celui-là. Littéralement. En fait, il était resté au fond de ma poche de mon manteau d’hiver. J’adore la texture ultra-hydratante de ce gloss bio à la pigmentation idéale. Facile à appliquer avec son embout éponge, des pigments irisés dans un gloss sirupeux : la teinte rose-rouge rehausse, illumine et fait des lèvres à croquer. On est loin, très loin du gloss bio d’antan dans une teinte de quinoa-brûlé. Non, ici, c’est plutôt cerise-Hello Kitty-#PoppyDelavigne-cool, une vraie teinte vitaminée vraiment bonne mine qui fera vite des addicts. J’achève mon tube et j’ai aussi très envie d’essayer la teinte Innocent Pink… Mais bon, comme je sais d’avance que cette marque est un peu compliquée à trouver, je suis déjà un peu découragée…Grande respiration.

Bioxidea Miracle 24 Face Treatment : Après avoir vu ce masque dans le Top Shelf de Courtney Love, je voulais absolument l’essayer. Vous avez bien lu : Courtney Love. C’est bizarre, je n’aurais jamais pu imaginer que Courtney Love, la reine du grunge, m’inspirerait un jour à m’acheter un produit de beauté… Mais voilà, c’est fait et je suis bien contente. Car bien que je n’aie pas grand-chose en commun avec Courtney Love, force est d’admettre qu’elle semble avoir une très belle peau sur les photos. Et puis, ne l’oublions pas : le Bioxidea est également parmi les produits cultes de Beauty Sage, de même que dans la liste best-of de beaucoup de beautystas: ce masque s’imposait donc comme une évidence. Alors, qu’est-ce que c’est? C’est un masque en genre de gelée, à appliquer sur le visage sur le même principe qu’un masque en feuille. Il y a des trous pour les yeux, le nez et la bouche et quand on l’applique, on a un peu un frisson initial: ça fait tout froid sur le visage. On laisse poser de 15 à 30 minutes et puis, on retire la gelée pour découvrir…une peau de bébé. Fraîche, rebondie, la peau semble retendue et le teint est lui, éclatant. C’est là un véritable masque coup d’éclat, une cure de jeunesse et un concentré de beauté fraîche absolument parfait pour ces jours de grande fatigue épidermique. Mais c’est surtout le must ultime avant une soirée! Bien qu’on nous recommande de relaxer durant la pause (dans un monde idéal, oui), je l’ai porté en décorant le gâteau de Bébé Ours. Je peux donc le confirmer: il tient même à la verticale et la relaxation est totalement facultative! J’ai aussi la version pour les mains que j’adore et vous recommande également. Mais celle-là je ne l’ai pas portée pour décorer le gâteau de Bébé Ours, cela va sans dire.

Ah oui, j’allais oublier : j’aime beaucoup le nouvel fluide solaire extrême Anthelios Mineral teinté de La Roche Posay! Il est parfait! Non-gras, non blanc (juste teinté come il faut mais translucide tout de même), prix raisonnable (28$, de mémoire) et facile à se procurer… J’anticipe déjà que ce sera un de mes tubes préférés de l’été!

Voilà pour mes quelques nouveaux essentiels beauté…Vous, quels produits nouveaux produits avez-vous récemment intégrés à votre rituel beauté?

La poésie des petits pots

les motsLe langage est pour moi intimement lié à la coquetterie. Tenez, ma mère a dans sa salle de bain un shampoing de la marque Bain de Terre. Bain-de-Terre. Juste le nom me fait dire non et me donne des visions de petit cochon rosinet qui prend un Bain de Terre. Il y a des mots qui freinent et il y a des mots qui me mettent carrément à dos. En effet, si le parfum Le Jardin de mon Curé (1895) de Jacques Guerlain est devenu le hit de l’époque, je ne suis pas certaine qu’aujourd’hui avec le nom, le jeunesse accroche…Et je ne crois pas  être la seule comme ça!

J’adore la littérature sur le côté des boîtes de produits de beauté. Il m’arrive de garder de la boîte juste pour le plaisir de relire le joli message imprimé dessus, quand j’utilise le produit, pour une expérience vraiment totale, multi-sensorielle. Mon préféré :

“Aux cinq critères de la transparence (homogénéité, luminosité, hydratation, rebondi, finesse du grain de peau) s’ajoute désormais une sixième dimension, celle de la couleur du teint. La peau retrouve la mémoire d’une transparence originelle à la fraîcheur inaltérée.”

- Diorsnow Démaquillant Crème Fondante Éclaircissante

Il y des mots qui me font craquer d’emblée, comme ballerine, perlé, translucide, gelée, éclat, pétale, Laponie, lumière et inouï. J’aime bien satin aussi. Ou peau de bébé. Et puis, je ne saurais résister à un nom de produit qui a le mot « reine » dedans, c’est d’ailleurs comme ça que j’ai découvert l’Eau de beauté Caudalie, adorée de la reine Catherine de Hongrie. L’Eau des Quatre Reines l’Occitane, l’Elixir des Reines de Sanoflore, le Queen of Hungary Mist…J’aime les reines.

Pour les yeux j’aime les noms qui ont du mystère, du mordant, qui accrochent et qui ne lâchent pas : Rockstar, Galaxy, Constellation, Rebelle. Mais j’aime bien Kitten aussi, cela dit. C’est plus léger, mais ça me fait penser à un battement de cil qui donne envie de ronronner, qui rend bien.

Il y a ces parfums qui, de leur simple nom, nous permettent de s’inventer une histoire. C’est toujours ceux là que je préfère à leurs confrères aux noms linéaires. Molécule 01; bof. Pourtant, ça peut être tout simple, hein. Happy aura toujours plus de possibilités romanesques pour moi que Alien. (“Extra-terrestre”? C’est la même firme qui a choisi Bain de Terre qui les a conseillé, aucun doute.) L’Heure Bleue sera toujours un grand moment de solitude juste avant le soir, assise sur un banc de parc entourée de pigeons, un roman dans la poche. Et Petite Chérie sera toujours l’élixir élaboré par une marraine la fée pour sa Petite Chérie qui devient une Plus Grande Chérie. Tout est dans les mots, tout est dans le récit que la marque doit commencer pour nous permettre de le continuer. Préparez le fil puis laissez nous broder.

Il y a aussi ces marques qui proposent des textes complémentaires et vraiment intéressants à lire. Je pense au Magazine Oh My Cream, qui s’exprime tellement bien qu’on a envie de tout acheter sur la seule foi de leur syntaxe. Je pense à De Mamiel qui envoie des Newsletters instructives et inspirantes comme tout aux changements de saison. Clare, la sympathique bloggeuse de Tata Harper, propose un contenu intéressant qui nous donne envie de revenir voir ce que la marque a à nous dire. Au fait, j’ai adoré leurs recettes de smoothies belle peau!

Mais il y a ces mots qui m’agressent, qui me donnent envie de bouder, comme tous les titres des courriels J.Crew (« OK, Drop what you’re doing right now! » ou encore «You need this »). Il y a les mots over-techniques, qui me font rouler les yeux (“les nano-particules éclat-cell-relance24™ agissent avec les peptides pour relancer la production d’élastine dans la matrice macrodiagonale du tissu cellulaire et…“). Et puis, il y a les mots faussement techniques comme : « les nano-particules éclat-cell-relance24™ flouttent les ridules pour faire jaillir la lumière primaire sous-cutanée. » Euh…floutte? C’est scientifique, floutte?

Car les bons mots pour les petits pots ne devraient pas nous assommer, nous laisser perplexes ou nous envahir. Les bons mots devraient simplement venir tapotter notre épaule, dire « coucou, je suis là », chuchotter dans notre oreille un début d’histoire dont on est le héros. Nous accrocher doucement, nous faire avancer, un peu hypnotique, vers un petit pot magique qui promet, oh je ne sais pas, moi, un éclat de ballerine de Laponie qui lit son roman à l’heure bleue sous la Tour Eiffel. Voilà!

Vous, vous êtes sensibles aux mots de la beauté? Quelle est votre liste de mots infaillibles qui vous font craquer?

P.S. Au fait, toutes mes excuses pour mon délai de réponse aux commentaires. Je vous raconterai sans doute mes dernières péripéties bientôt…dans un article intitulé l’Anniversaire de Bébé Ours! Ah ah…

Une eau pas comme les autres

Maya

Dès que j’ai entendu parler de l’eau Maya, la Maya Water, j’ai su que je devais l’essayer. Elle me tendait les bras et d’emblée elle avait tout bon. Une eau thermale de Norvège, riche en minéraux et au PH-neutre, issue d’un glacier de Skogshorn dans le Hemsedal (les “Alpes des pays Scandinaves”, dixit le site web). La scandinofile en moi fondait juste à l’idée de se vaporiser de Maya Water! Je l’imaginais être juste utrolig! (c’est-à-dire géniale!)

Non, je ne connaissais pas Skogshorn à prime abord, mais j’ai lu qu’il s’agissait d’une source assez spéciale, notamment en raison du fait que la température y est constamment à 3,6 degrés Celsius et ce, tout au long de l’année, et que les 35 millions de litres d’eau thermale qui y sont générés sont une vraie mine d’or pour la peau, point de vue minéraux.

Fondée par Maya Gulbrandsen, une grande maquilleuse qui a maquillé tout le monde, (des célébrités norvégiennes, des patients de l’institut pour le cancer Radiumhospital d’Oslo, à ABBA, en passant par Nelson Mandela), cette grande pro avait toujours avec elle de l’eau thermale de chez elle. Elle a donc décidé de partager cette merveille à son état pur avec le reste de la planète, mais également en créant des mélanges avec des super ingrédients pour un meilleur pouvoir anti-oxydant : Baie de Goji bio, Thé blanc bio et Baies d’Açaï bio.

Ce que j’ai remarqué? Il s’agit de la meilleure eau que j’aie jamais essayée pour calmer ma peau sèche, pour apaiser mes rougeurs et traiter mon teint terne. Cette eau, c’est une vraie merveille, elle est hyper-hyper hydratante. D’abord, la brume est si fine, qu’on a l’impression de presque rien sur le visage. Puis, la peau absorbe tout d’un coup; coup d’éclat instantané! Mais surtout, l’eau précieuse zappe et gomme les imperfections, regonfle un peu et fait les joues rosées comme tout. Pas étonnant qu’elle gagne très vite en popularité et qu’on la retrouve çà et là chez les célébrités, au Vogue Party et dans le best of Harper’s Bazaar pour ne nommer que ceux là!

En ce qui me concerne, tous les matins j’utilise l’eau à la Baie de Goji (avant de me maquiller et aussi, après, pour le fixer). Ensuite, tout au long de la journée je pshiite l’eau au thé blanc et puis, le soir, je me tourne vers sa version pure, avant le dodo. Je l’utilise aussi dans tous mes masques d’argile pour diluer…J’adore le parfum un rien acidulé des versions boostées, c’est si frais et c’est le plus parfait coup de fouet pour la peau un peu terne. Que ce soit pour les longs vols, à la plage, dans le sac à main cet été (d’ailleurs, la marque propose un mignon mini format) ou juste au bureau, l’eau que je pensais être un pur luxe s’est vite révélée être une vraie nécessité. Comment on dit “incontournable” en norvégien?

P.S. Pour la liste des points de vente, c’est par ici! En fait, l’idéal serait carrément d’aller en Norvège chercher son eau Maya Water. Je dis ça comme ça…Ce serait juste trop ustrolig, non?

On veut toutes un Trust Fund

Trust Fund

Ahhhh, doux vendredi plein de promesse qui inaugure une fin de semaine de printemps! Une fin de semaine où l’on espère à la fois faire le ménage du garde-manger («tiens, je vais mettre tout dans des bocaux Mason, avec de jolies étiquettes»), inaugurer le jardin («Ohhh, rebonjour, abri de jardin! Au fait, tu t’installes comment, toi? Où est ton manuel d’instructions? »), aller au parc (“hmmm, faire des trous dans le carré de sable n’est jamais bon pour la manucure, mais bon, vive la vie hein.“), faire des recettes avec des asperges (« et pourquoi pas un gâteau…tant qu’à salir le comptoir?»)…Sans oublier: lire un roman, apprendre le tricot et enfin faire le projet de sculpture de plâtre ultra-salissant de Petite Ourse. Également au programme, pour moi-moi-moi: une petite manucure maison! Car oui, rien de tel pour se sentir fraîche comme une fleur et craquante comme un crocus que d’avoir un joli vernis. Juste après la recette avec les asperges mais bien avant le roman et le tricot, voilà, ce sera ma priorité.

Mon vernis de prédilection? Mon nouveau coup de cœur côté manucure? Les vernis Trust Fund Beauty! Il s’agit d’une nouvelle et jolie marque (de Montreal, yay!) qui propose des vernis éthiques et 5-free, c’est-à-dire des vernis sans les cinq produits toxiques entrant normalement dans la composition des vernis à ongles. Fondée par Samara Granofsky, une cool fille aux ongles toujours impeccables j’en suis convaincue (même quand elle creuse des trous dans le sable), Trust Fund Beauty est aux antipodes des marques crunchy-granola de vernis « verts ». S’inspirant de la culture des célébrités, du luxe flash et du glam grinçant, Samara a créé des vernis aux couleurs hot et leur a donné des noms pour faire sourire (I love my #selfie, Zero Carbs, What’s a budget?…). Résolument mode, un rien bad girl et un petit côté sexy: Trust Fund Beauty est aux vernis ce qu’Agent Provocateur est à la lingerie. D’ailleurs, dans les mots de Samara : «The thing is, I created this line for me and my friends- people who will put down a bottle if they don’t like the name of the polish.

Outre les petits noms plein d’humour, ce que j’apprécie le plus dans les vernis Trust Fund Beauty? La tenue marathonienne malgré la composition plus naturelle. My God, ce vernis laque, la teinte claque et tout est là pour rester. Quel bonheur! Je le sens, Jessica Alba, Gwyneth Paltrow et Olivia Wilde vont bientôt nous annoncer qu’elles aussi adorent Trust Fund Beauty; oui, je le prédis.

En ce qui me concerne, j’ai la teinte Pretty in Kink, un genre de framboise-pop trop parfait qui fait des mains ultra-luxe, comme si je passais ma vie à ne rien faire, en riche héritière. Alors, que…ma vie est tout le contraire, très busy-busy. D’ailleurs, tiens, un projet de sculpture de plâtre ultra-salissant m’attend.  Une chance que mon Trust Fund est là pour moi!

Bonne fin de semaine (reposante) à toutes!

P.S. Autre chouchou couleur : la teinte Gossip Mag, le rouge-orangé le plus right-now qui existe!

Le pédicure des impatientes

PediLa neige est (presque!) toute fondue dans ma cour : c’est le printemps! Avant de sortir mes sandales pour de bon et, cela va de soi, de confier mes pieds à mon esthéticienne chouchou pour un pédicure en bonne et due forme, je fais tout le travail préparatoire à la maison histoire d’avoir des jolis pieds avant le temps. Voici comment :

Tous les soirs, à la sortie du bain ou de la douche, je passe la lime à gros grain (“Pediclean”, achetée auprès de Denise), en insistant bien sur les talons. Puis, histoire d’avoir les pieds tous doux, je termine avec un fin ponçage à la lime #11 Diamanciel. C’est Denise qui me l’a conseillée en finition et je suis d’accord avec elle : la Diamancel fait toute la différence. Vous savez quand on passe une lime rugueuse, comment la peau a malgré tout un fini un peu sablé-granuleux? Avec la Diamancel, en quelques coups de ponçage en finition, la peau est douce comme celle d’un bébé.

Oui, je préfère un ponçage mécanique à ces émulsions chimiques de type Baby Foot (les genre de chaussettes de plastiques qui contiennent un produit chimique qui entraîne une desquamation atomique). Certes, ils font les pieds tous doux (j’ai testé l’été dernier! Stress intense durant le temps de pause!).  Mais, comme le dit Denise, le problème avec ces produits c’est qu’ils sont appliqués même sur la peau toute fine où aucune exfoliation n’est nécessaire (comme sous l’arche du pied ou entre les orteils par exemple…Et même…sur le dessus du pied!). Le conseil de la professionnelle? Mieux vaut préférer un ponçage ciblé quitte à appliquer une solution « pédicure » (comme le Callus Away!) desquamante uniquement sur la corne des talons si vraiment on souffre d’un épais durcissement.

Enfin, la solution miracle, celle qui change vraiment tout? Tous, tous, tous les soirs : une épaisse couche de crème à base d’urée 20% (Urémol 20, en pharmacie) et des chaussettes de coton. Cette lotion (que j’adore, pour tout!), c’est un véritable pédicure en tube. Même sans rien faire, on se retrouve avec des talons de satin tout roses…Ajoutez la couche de vernis pop et voilà, le pédicure en institut est tout à coup drôlement moins urgent! Et of course, quand viendra ledit rendez-vous pédicure, celui-ci sera d’autant plus productif et le résultat, éclatant!

Vous, comment préparez-vous vos pieds pour l’été? Vous avez essayé les kits de chaussettes-pédicure à domicile? Vous en pensez quoi?

P.S. Je réponds très vite à vos questions sur les articles passés, promis! Aussi, mes excuses: j’ai eu un petit problème technique avec le blogue et certains de vos adorables commentaires ont été effacés. Mes sincères excuses, la situation a été rectifiée.

Grand Jour de Fête

Jour de fêteJe n’y croyais plus. J’avais mis ce parfum dans mon tiroir mental des rêves impossibles (avec le sac Birkin et les cheveux lisses sans séchoir). Je lui avais collé l’étiquette du « rendez-vous avec l’histoire manqué ».

Récapitulatif : Il y a de cela longtemps, un printemps, j’avais voulu m’acheter un parfum. J’avais hésitée, longtemps, chez Ogilvy, entre deux options. Je me dis, tiens, je sors faire d’autres boutiques, le temps d’y réfléchir. À la sortie, rue de la Montagne, une femme sans-abri me tend la main. Je lui donne mon petit change puis, son regard change : « Vous sentez bon », elle me dit. Je tenais un échantillon dans la main, je lui donne : « Oui, c’est ça, ça sent bon ce parfum ». Tiens, je me suis dit, l’univers vient de choisir pour moi. Ce parfum, c’était l’autre, c’était Miss Dior Cherie.

Plusieurs années plus tard, hantée par Jour de fête de l’Artisan Parfumeur que j’avais failli acheter ce jour-là, je prends un pacte personnel : je me l’achète pour mon anniversaire. Mais, qu’est-ce que j’apprends? Le parfum est discontinué. Certaines avaient fait des stocks, mais sinon, rien, rien, rien, il ne reste plus rien. Ce jour-là, j’ai ragé d’avoir écouté l’univers, je ne vous dis pas.

Puis, très récemment, en écrivant cet article, hop, je fais une petite recherche sur Jour de Fête, histoire de vous mettre un lien. Et, qu’est-ce que je lis : L’Artisan Parfumeur a décidé de ressortir Jour de Fête de sa voûte, ce printemps seulement. J’ai sautillé, j’en ai parlé à Papa Ours avec des tremblottis dans la voix, des larmes de joie dans les yeux, en gesticulant, j’ai retenu mon souffle en téléphonant chez Ogilvy’s et en réservant mon flacon. My God, l’énervement. Faut comprendre : j’avais rendez-vous avec l’Histoire. J’allais remettre l’Univers à sa place. Un genre de Back to the Future version parfum.

Je ne vous dis même pas le nombre de fois où j’ai téléphoné à Danielle, au comptoir de l’Artisan Parfumeur. J’adore Danielle, elle est tellement douce. Tellement patiente:

-Moi (ton faussement nonchalant, voix qui craque): “Euh, bonjour. Excusez-moi Danielle, c’est…encore moi, oui. Je voulais juste faire un petit suivi chaleureux, oui…Prendre le pouls…En fait, j’étais dans le coin… de mon téléphone. Je me suis dit, tiens, je vais téléphoner, justement, tout à coup que?”

-Danielle, hyper rassurante: « Pas encore ma chérie, je te promets, je t’appelle dès qu’il arrive. »

Puis, il est arrivé! Je l’ai vu de loin, avec son étiquette rose dragée et son petit bouchon un peu courbé. J’avais l’impression de corriger quelque chose. Je l’ai senti et, le temps d’un instant j’ai eu peur de l’avoir embelli dans mes souvenirs. (Imaginez la scène : « Bon, finalement Danielle, je change d’avis. Merci et au revoir! ») Mais vous savez quoi? C’était même mieux! C’était MON parfum. Je l’ai tout de suite su. Une odeur de peau, de dragée, de lait, d’amande aqueuse et d’enfance. Un odeur de visage de poupée Corolle mélangée un rien à de la Play-Doh (la plasticine d’ici, elle a un parfum unique) et à un lait-vanille. Ça sentait quand j’étais petite et que ma maman m’emmenait à son travail et qu’après, on allait à la boutique Arc-en-Ciel, rue St-Denis, voir les belles effaces et les crayons “qui sentent bon”. Ça sentait l’anticipation, la joie de grandir mais aussi, le bonheur de vouloir rester aussi un peu enfant parce qu’on est bien. La joie d’aimer les robes soleil à pois roses et les histoires de Martine. Un parfum pour jouer à ne pas marcher sur les lignes du trottoir, pour rire sans réfléchir, pour chercher un trésor dans sa cour, vraiment très pleine d’espoir. Pour être fascinée par des trucs comme les pharaons ou le Titanic et vouloir prendre tous les livres à la bibli sur le sujet, là et maintenant.  Mais détrompez-vous, c’est un parfum très femme, pas pour les fausses petites filles ou les lolitas de Nabokov. Au contraire, c’est un parfum de lady, duveteux, délicat et savonneux, qui fera battre les cœurs et donnera envie de prendre dans les bras. Un parfum, j’aime me l’imaginer, pour celles qui aiment prendre rendez-vous avec l’histoire, le cœur battant, et célébrer l’occasion, comme un Jour de Fête. Les yeux brillants comme un enfant.

En sortant de chez Ogilvy’s, mon flacon à la main, la sans-abri n’était plus là. Dommage; j’avais préparé mon change.  Et un échantillon.

P.S. Jour de Fête est disponible en édition ultra-limitée. Juste l’écrire me donne des sueurs froides. Why?

Théorie de la relativité (de la beauté)

Boîte à beautéIl vous arrive de m’écrire, de me demander des conseils, des recommandations de produits et aussi, mes avis sur deux produits, entre lesquels vous hésitez. Vous me dites “Mais tu as aimé celui-ci et celui-là, lequel préfères-tu?” C’est bien normal. Je poserais la même question, à votre place. Le petit hic? C’est que parfois, et même souvent, ce qui fait un chouchou c’est une multiplicité de facteurs. Et que tout est relatif. Même les produits de beauté n’échappent pas à une relativité…

Le prix C’est tellement relatif un prix. Pour certaines il sera normal de débourser une mini-fortune sur un fond de teint alors que pour d’autres, elles préféreront l’investir sur un soin. Et pour d’autres, il n’y a pas de mini-fortune du tout à investir point, alors du coup, on cherche les solutions mini-prix. C’est normal. Idem pour le La Roche Posay et Avène, qui, ici sont tout de même des marques « de luxe » alors qu’en France, je comprends que c’est plus abordable. Et à l’inverse, un produit américain livré « free shipping » à Montreal sera hors de portée pour l’Europe en raison de ses frais de ports et de douanes…

Plus concrètement : C’est certain que j’ai adoré la Raw Coconut Cream de RMS. Certain. Mais en même temps, est-ce que je trouve que c’est cher payé pour de l’huile de coco? Ah oui, tout de même. En revanche, les produits fins et artisanaux de May Lindstrom et d’Annee DeMamiel me semblent justifiés dans leur prix, surtout vu leur efficacité.

La compatibilité Soin-Peau  On parle souvent du « type de peau » mais moi, je préfère parler de relation, de compatibilité. D’atomes-crochus! Par “type de peau” on entend que si la crème ne fonctionne pas, c’est la peau qui est à blâmer. Non, je n’aime pas : it takes two to tango! Je préfère plutôt imaginer un dialogue entre ma crème et mon épiderme. Oui, j’aime que les rencontres soient heureuses, mais bon, comme dans toutes les relations, il arrive que ça ne clique pas. Et alors, la seule solution est de repartir chacun de son côté. Oui, il reste que toutes les peaux ne sont pas pareilles… Ce qui fera le bonheur de l’une sera le cauchemar de l’autre. D’ailleurs, en bonne ambassadrice des peaux sèches et sensibles, il est certain que j’aime l’hydratation costaude, les textures crèmes et l’exfoliation en douceur. Il est donc plus rare que je propose des textures mattes ou asséchantes mais je compte travailler pour proposer des solutions aux autres problématiques épidermiques à plus court terme. Promis!

Plus concrètement : les sérums en huiles font mon bonheur, comme l’huile Kahina Giving Beauty, l’huile Night Cell Repair d’Aurelia ou encore, carrément, du Egyptian Magic ou de la Waxelene en crème de nuit, en couche épaisse. Au cas où vous vous posiez la question : non, le rendu n’est pas mat, oh que non!

Le territoire et l’environnement : Je ne vous apprends rien encore une fois  mais les compositions diffèrent parfois selon les territoires et ce, par rapport aux normes règlementaires. Ainsi, le Effaclar Duo de la Roche-Posay ne sera pas pareil sur les deux rives de la Manche et aussi, le P50 de Biologique Recherche ne contiendra pas de phénol de ce côté de l’Atlantique contrairement à son homologue européen. Sans parler de divers produits qui ne sont carrément pas disponibles comme le Serozinc de la Roche Posay (introuvable ici mais adoré en France), la teinte Cherries in the Snow des rouges à lèvres Revlon (introuvable ici mais dispo aux Etats-Unis). Et ça, c’est sans parler de l’eau du robinet qui n’est pas la même partout, parfois plus calcaire et aussi de la météo, qui y est pour beaucoup!

Plus concrètement : Pour mon territoire et mon environnement à moi, le Blue Cocoon de May Lindstrom a su répondre à mes problème de peaux hivernaux, tout comme la Crème Jeunesse des Mains de Clarins (un miracle dans un tube!), l’huile d’avocat Melvita, le Lanolips et le masque hydratant Avène…Mais, qui dit nouvelle saison dit aussi, nouvelle routine…Le printemps est là et mes petits nouveaux produits aussi! Coming soon!

Les autres impondérables de la vie :  Il y a des semaines où, juste l’idée de me faire un masque est décourageante. Des semaines où la sécheuse brise alors que la laveuse est pleine de serviettes mouillées. Des semaines où l’envie de faire un pain-plat à la farine d’épautre nous semble plus urgente que tous les soins du monde. Des journées où les yeux ferment tout seul et où vous vous rendez compte que vous étiez sur le point de ranger le Windex dans le frigo. (Toute ressemblance à des cas vécus ne serait que fortuite). Il est donc normal que ces jours là, la routine en 25 étapes ou le masque en poudre à mélanger soi-même en chantant la chanson des Cités d’Or soit juste… too much. Et c’est normal. Ce soir là un humble démaquillage, une crème sans nom et un truc vert feront parfaitement l’affaire pour aller grignoter votre pain d’épautre.

Plus concrètement : Autant j’aime les soins, les démaquillages fancy et l’aspect ritualistique de certains produits, ces jours-ci (après les otites, fièvres virales, alouette et courtes nuits familiales), j’apprécie la simplicité toute prête du nettoyant Acure (le facial cleansing creme argan oil + mint) et de l’exfoliant de la même marque (le brightening facial scrub sea kelp + chlorella growth factor). Rien à mélanger, tout sort d’un tube, tout est bio, tout donne un beau glow. Ça me suffit ces jours-ci.

Le coup de cœur: On a toutes des coups de cœur, des élans du cœur pour certaines marques, ce qu’elles représentent, la promesse de certains produits ou leur statut mythique, culte. Je suis pareille. J’aime l’idée d’un basique simplissime comme la crème Nivéa, c’est plus fort que moi. Et j’aimerai toujours la crème de Huit Heures qui me rappelle ma grand-maman. Malgré nos envies plus naturelles, les modes, les pubs, il y aura toujours les coups de cœur et ça, même moi je n’y échappe pas.

Plus concrètement : L’eau de rose Santa Maria Novella, la Crème de Huit Heures, les Météorites Guerlain, la poudre Caron et sa houppette en duvet de cygne, un flacon de Chanel numéro 5, les parfums l’Artisan Parfumeur, les rouges à lèvres Chanel, les blush Bourjois et le Baume Beauté Éclair Clarins. Impossible pour moi de ne pas aimer.

La personnalité de la coquette:  Il y a toutes sorte de coquettes, il y en a axées sur les résultats, coûte que coûte, il y en a qui aiment les pots de verre et les parfums plein de souvenirs. Chacune a son style et chacune se cherche un peu dans les propositions des marques, petites ou grandes. Si oui, la belle peau est souvent le but ultime, il y a plusieurs chemins pour s’y rendre, et c’est très bien comme ça. Sans compter que l’alimentation, le sommeil, le plein air, le niveau de stress viendront toutes influer sur le parcours, imposer des détours… Autant de méchants loups qui menacent notre peau de taches, boutons, cernes ou sécheresse et peuvent nous empêcher d’arriver à destination.

Plus concrètement : De la crème à la bave d’escargot ou au venin de serpent? Hmmmm, très peu pour moi (je sais, je sais, il parait que c’est génial). Non, j’aime ce qui fonctionne, certes, mais aussi ce qui fait rêver, ce qui crée une petite bulle, qui ploc! quand elle éclate, me laisse reposée avec un teint vivifié. Autant j’aime l’idée romantique d’intégrer un ou deux produits “médicaux” dans ma routine (pour l’aspect apothicaire), autant une routine toute en tubes blancs pharmaceutiques me donne envie de pleurer.

Voilà pour ma théorie de la relativité de la beauté. Au final, comment faire pour se décider? Choisir selon « le facteur bonheur ». Oui, c’est un peu ça, ma règle d’or.

Vous, quels sont les facteurs qui influent sur vos achats beauté? Vous êtes attirées par la crème au venin?

Mon avocate

Avocat

“Les madames c’est des avocates et les monsieurs c’est des avotrois?”

-Petite Ourse, 5 ans

Avis à celles qui, comme moi, ont un problème de craques et fissures; autour des ongles, autour des narines, des lèvres et sur les talons…Pour celles qui ont la peau si sèche qu’elle crique, craque et croque et fait maaaaal. J’ai la solution! Oh, joie; plus besoin de culpabiliser d’avoir un joli vernis mais des mains réminiscences d’une poterie d’argile de Pompéi.

Comme vous, ça craquait, a chauffait, ça me faisait grincer des dents. Juste l’idée de chercher mes clés dans le fond de mon sac à main me donnait des frissons. J’ai donc demandé conseil à ma marraine beauté, la grande prêtresse du soin beau et bon, j’ai nommé, May Lindstrom. Son conseil petit prix? Pour la peau qui craque et qui floconne, rien ne vaut l’huile d’avocat. Voilà, c’est aussi simple que ça.

Forte de cette recommandation je me suis donc précipitée chez Rachel Béry pour acheter un petit flacon-pompe Melvita d’huile d’avocat. L’huile est verte-vive, ultra-visqueuse et aussi, sent totalement la salade, totale ambiance apéro d’été en sortant du bain. Mais ça fonctionne! Mes cuticules n’ont jamais été aussi parfaites et j’ai même pu bouder l’onguent à la cortisone! Et puis, pour les moments de surchauffe, c’est tout mon visage qui se range sous la protection de l’huile d’avocat.

Mini-prix, facile d’utilisation (j’adore les flacons pompes!), efficacité redoutable : l’huile d’avocat fait pour moi désormais partie de ces basiques essentiels de pharmacie! Prochaine étape : en mélanger avec de la cire d’abeille ou du beurre de karité, suite à la recommandation de l’une d’entre vous!

Vous avez un remède de pharmacie-maison? Une préparation naturelle homemade (secrète, idéalement), que vous aimeriez partager avec nous?

Look du jour: the transition

TransitionEn ce petit vendredi 11 avril, je suis officiellement passée en mode printemps. Proclamation. Pas de retour en arrière. Même s’il neige, peu importe, je porterai du lin et un imprimé fleuri, voilà, c’est dit.

Faire la transition en mode ensoleillé n’est pas facile, c’est même une tache délicate, comme marcher sur un fil. Bien souvent, on a envie de plus frais que la température le permet, et aussi, on n’a pas envie d’être la seule en petite robe quand tout le monde au bureau est toujours en lainages. Il faut que le « consensus-printemps » ait été adopté au conseil, ce qui, n’est pas encore le cas à mon bureau. Et puis, une jolie jupe légère avec des bottes c’est trop déprimant. Un constat s’impose toutefois : adopter une tenue de printemps rend toute légère, donne des ailes et apporte le rose aux joues. C’est comme si la jupe fleurie était le coup de pied pour sortir de son hibernation, comme si les chaussures sans collants étaient le feu vert pour marcher en sautillant.

Aujourd’hui j’ai articulé tout mon look autour d’une pièce flash et fleurie comme un centre de table à une garden party: une chemise Elsa en soie de chez Lilly Pulitzer. J’adoooore Lilly Pulitzer. Un  jour, je vous ferai un petit résumé de la marque floridienne (culte!), adorée de Jackie O. (que dire de plus?) et qui fait rêver de vacances et de bougainvilliers en fleurs. Mais pour aujourd’hui, je ne fais que vous montrer ma petite chemise Elsa, vraiment pratique car on peut la porter de mille manières. Cet été, d’ailleurs, je compte la porter au bureau avec un pantalon blanc mais je vous assure qu’avec un jean, le weekend, elle a un petit edge cool. Enfin, pour celles qui se posaient la question, c’est impossible d’être de mauvaise humeur quand on porte autant de couleurs, impossible!

Histoire de calmer un peu le party j’ai choisi des pantalons noirs GAP et, pour l’extérieur, mon manteau Zara de cet automne. Sac Mulberry Baywater noir et chaussures de cuir noires Aldo (pointues, pour couper un peu l’enthousiasme débridé du top), quelques bracelets en argent (Tiffany’s et vintage) and voilà, ça sent déjà un peu plus le printemps!

Printemps
Côté maquillage, j’ai vraiment préparé ma peau en faisant pénétrer une huile en massant. Je lis partout que c’est un must que les maquilleurs imposent aux mannequins avant les défilés alors je me l’impose aussi à moi-même. C’est un peu ma fixation du moment, je perds un temps fou à me masser le visage.  Je fais suivre avec quelques gouttes d’Addition Concentré-Éclat Clarins dans mon soin de jour (plus de détails à venir sur le soin de jour!) puis, j’applique le fond de teint par petites touches (W3ll People). Sous les yeux, c’est cache-cernes Instant Conceal Clarins, et, sur les taches, c’est la poudre minérale Cover FX (vue ici). Sur les joues, puisque mon top est very coloré je préfère jouer la carte du hâle plutôt que celle du rose, donc, j’ai appliqué le Buriti Bronzer RMS, et ensuite, un rien de RMS Lip2Cheek Smile sur les pommettes. Un fluff de Un-Powder RMS sur tout le visage (sauf sur les joues, pour ne pas couper l’éclat), un tracé de liner noir sur la paupière du haut (comme les mannequins Lilli Pulitzer), avec le Tightline cake eyeliner Laura Mercier et deux bonnes couches de mascara sur les cils du haut. Pour le mascara, je me suis remise au Dior Show Iconic Overcurl (la nouveauté waterproof, parfaite!). My gosh, j’avais complètement oublié combien je l’aimais celui-là. Il fait vraiment des cils courbés. Un peu de Kjaer Weis Romance Lip Tint sur les lèvres appliqué au doigt, un spritz de parfum (Leila Lou by Rosie Jane, qui sent trop bon la poire et l’herbe) and voilà! Me voici prête à aller au bureau, le vent d’avril dans les cheveux.

Je serais curieuse de savoir comment vous faites pour passer en mode printanier en douceur. Vous savez, sans avoir l’air d’une désespérée qui met le cap pour la plage…

Ça éclat

Addition Éclat ClarinsPour la première fois en près de mille mois, je commence à croire vraiment que le printemps est là! Yay, ouf, halleluia! Et, of course, qui dit printemps dit aussi envies impulsives de tissus clairs, de nouvelles chaussures, de cheveux lustrés dans le vent et…de mon grand classique: le teint abricoté. Eh oui, tous les printemps je revisite le dossier.

Bien que je ne sois pas une grande consommatrice d’autobronzants habituellement, je ne sais pas, tous les ans, au printemps, je suis saisie de l’envie de passer soudainement en mode éclat (à preuve, voir cet article de l’an dernier). C’est cyclique je crois. Ça, et l’envie de faire des semis de tomates dans mon salon. C’est viscéral.

Clarins étant ma marque prédilection pour les autobronzants (tel que vu ici), j’étais surexcitée, vous le comprendrez, à la venue de leur petit dernier, le Addition Concentré Éclat! s’agit d’un petit flacon à compte-goutte intégré, qui, de trois gouttes mélangées à la crème de jour ou de nuit (peu importe laquelle), agit en autobronzant, tout en délicatesse et transparence. Le rendu est on ne peut plus naturel, jamais orange, comme un voile de soleil, mais surtout, le produit n’a pas l’odeur caractéristique de l’autobronzant que je ne supporte pas. Je ne vous dis pas à quel point j’aime avoir le loisir de choisir le soin avec lequel je mélange mon produit autobronzant. Car oui, tel un mage, j’aime bien lire ma peau chaque jour, comme un oracle, puis, répondre à ses besoins. Tantôt c’est avec avec une offrande de crème plus riche ou encore, une texture gel, tantôt avec une incantation (c’est-à-dire, en chantant une chanson pop, ce qui est excellent pour le teint). L’Addition Concentré-Éclat me permet de faire tout cela, mais, avec un petit plus d’éclat.  Je le prédis, ce produit deviendra vite culte et trônera sur les vanity des célébrités comme des beautystas averties. En attendant, il m’a déjà conquise moi, ma maman et mon Goglu. D’ailleurs, je leur ai fait une petite présentation mimée de mon interprétation de la méthode d’application proposée dans la boîte (“Tap-tap-tap, trois gouttes dans le creux de la main. Tout doucement, on réchauffe la matière, mains inversées, frotte-frotte-frotte du bout des doigts, puis pression-pression-pression, sur le visage, selon la méthode Clarins, swish-swish-swish, on remoooonte dans le cou, grand sourire optimiste…et voiiiilàààà! »). Inutiles de vous le dire, elles étaient mortes de rire devant le sérieux de ma performance et j’ai eu droit à des « tap-tap-tap »/ « swish-swish-swish »/ « pressiooooon » tout le weekend. Cela dit, elles aussi ont vite été séduites par le teint doré et reposé qui pointait le bout de son nez, juste au moment de la journée où, normalement, on a l’air un peu plus fatiguée. C’est totalement LE produit à utiliser sous le maquillage avant une soirée ou encore, le lendemain d’une nuit trop courte. Non-gras, non-comédogène, sans démarcations, les rougeurs semblent estompées, les cernes et petites taches aussi, bref, ce petit flacon est mon nouvel allié!

Vous, vous avez des envies cycliques au printemps? Un craving de trotinette? Une envie de sortir la sorbettière? De mettre de l’autobronzant, comme moi?

Boucle d’Or parle fards

RMS eye shadow

Les fards à paupières RMS Beauty, ahhhh. Ces grands incompris du maquillage pour les yeux. Autant le fard illuminateur et les fards à joues de la marque RMS Beauty sont près de faire l’unanimité, autant les fards à paupières RMS eux, soulèvent la controverse. Personne ne s’entend. Certaines diront qu’ils filent dans les petits plis, d’autres diront que le rendu est ultra-sexy, certaines diront que la tenue est moyenne, d’autres dirons qu’ils sont les must de leur vie quotidienne… Bref, que penser? J’ai moi-même longtemps hésité à en commander un, m’abreuvant d’avis discordants dans tantôt dans le camp du pour, tantôt dans le camp du contre. Puis, je me suis lancée. Non que je me targue de pouvoir trancher la problématique posée par ces fards crèmes, je me suis dit, qu’à tout le moins, je pourrais donner mon avis sur le sujet pour, qui sait, peut être, en éclairer certaines.

Ce qu’il faut savoir! Les fards à paupière RMS Beauty sont formulés, pour la plupart, d’ingrédients certifiés biologiques. Leurs ingrédients principaux? De l’huile de coco, de la cire d’abeille, de l’huile de graine de jojoba, de l’huile de graine de cacao. Donc oui, ce sont des baumes formulés à base d’huile, ultra-crémeux, donc. Si vous aimez le mat, donc, oubliez tout de suite.

Les avantages! D’abord, le rendu; pour un regard intense en émotion, ultra-lumineux, presque trois dimension, il n’y a rien de mieux. Pourquoi? Parce que dans la teinte claire (Lunar), on a l’impression  d’un regard humide, d’une fraîcheur irrésistible et reposée, qui est le propre de la jeunesse. Le regard se pare d’innocence et de vulnérabilité douce et prend des airs de matins plein de promesse, devant une fenêtre ouverte. Et, dans les teintes plus sombres (Solar et Magnetic), la paupière se lustre et semble avoir un passé mystérieux. Pourquoi cet œil so luxe, un rien estompé? Pourquoi ce regard défait-parfait? La paupière accroche la lumière, on ne sait plus trop où le fard se termine et où la peau commence, les iris semblent presque changer de couleur, le maquillage est parfait sans qu’on ait l’air d’avoir même essayé…Pour celles qui ont besoin d’une image mentale: le rendu est semblable à celui  de Kate Moss dans cette pub Kerastase…Sans oublier : pour les épidermes plus secs ou les peaux réactives, ce fard est idéal car il agit presque en soin, contrairement aux fards poudres asséchants ou irritants. Et, pour les peaux plus matures, encore une fois, on parle d’un rendu très flatteur, ces fards adoucissent tout, ils estompent les rides et font briller les yeux tout en douceur et sans pigments apparent – j’ai rarement vu un maquillage yeux plus seyant pour les peaux plus matures qui bénéficient toujours d’un petit plus hydratant. Dernier détail: application inra-table. Impossible de se tromper, vraiment.

Les inconvénients! Certaines, à cause de la composition des fards (essentiellement de l’huile), sont d’avis que les fards filent et ont peu de tenue, qu’ils filent dans les petits plis des paupières. À cet égard, je crois que la forme des yeux de chacune changera la donne de sorte qu’il ne sera point aisé d’en arriver à une conclusion ferme. D’abord, il faut utiliser le fard avec parcimonie et il gagne à être travaillé au doigt, comme un hydratant. Ça n’est pas le moment de « sculpter la matière » au risque d’avoir l’air d’avoir travaillé une peinture à l’huile à la spatule, bonjour le Refus Global. Ma forme de yeux est telle que je savais d’avance que je serais sujette à la problématique du fard qui plisse sous l’os de la paupière. Je le savais d’avance et je me suis lancée malgré tout! Pourquoi? Un commentaire lu je ne sais plus trop où; une fan qui disait que certes, le fard plissait et migrait mais que ça n’était rien qu’un petit « smudge de son petit doigt ne pouvait pas arranger, en une seconde »… Et oui, pour celles qu’il choisissent ce produit pour tous ses ingrédients yummy-yummy, le petit coup de doigt de l’après-midi n’est presque rien dans la balance des inconvénients. Je suis moi-aussi de cet avis.

Les teintes! J’ai maintenant trois teintes : (dans la photo ci-haut, de gauche à droite : Lunar, Solar et Magnetic). Lunar est un champagne perlé, un rien un peu plus doré et rosé que le Living Luminizer. Solar est mon favori (comme c’est également le cas pour Tata Harper d’ailleurs), un doré-bronze habillé qui rehausse la couleur de mes yeux et fait des iris bien dorés. Magnetic est ma teinte de prédilection pour le soir, pour faire des yeux un peu charbonneux : un bronze-taupe, avec des reflets aubergine estompés…

D’autres questions? Je me demandais aussi si ces fards feraient tomber mes cils Mise-en-Cils, dont la colle est soluble à l’huile. Je fais attention à ne pas appliquer de produit au ras-ras des cils et, je ne sais pas si c’est pour cela mais je n’ai décidément rien remarqué de ce côté. Et est-ce que la tenue est bonne? Honnêtement, c’est un fard à la tenue excellente, mais au rendu évolutif. À 17h vos paupières ne seront pas les mêmes que le matin. Mon avis : elles seront encore mieux! Ce fard a définitivement le temps qui s’écoule de son côté, conférant au maquillage un bienheureux vécu, comme une patine de coolitude nonchalante. Love! Et est-ce que ces fards affectent la tenue du mascara ou du cache-cernes en créant un “micro-climat huileux autour des yeux”? Là encore, je n’ai rien remarqué. Je poudre toujours mes paupières (avant le fard) et mon contour de l’œil (après le cache-cerne) délicatement de poudre RMS et non, rien ne coule, rien ne luit. Je tiens à rappeler toutefois que mon type de peau est sec/désertique/reptile/vive les écailles.

Voilà pour mon opinion! Je le dis tout beau et fard : en ce qui me concerne, j’aime d’amour les fards RMS Beauty!

Et vous, vous les avez testés? Quels sont vos avis?

En toutes circonstances: la cabane à sucre

en toutes circonstances

Ça y est! C’est le temps des sucres! Un article sur le look « cabane à sucre » s’impose donc, cela va sans dire. Je sais que ça ne sera sans doute pas bien utile pour celles d’entre vous qui habitez la Belgique ou encore, l’Ile Maurice (peut être saurez-vous l’adapter à une activité qui vous est locale à vous?) mais pour toutes les Québécoises, je vous donne mon article « Look Cabane à Sucre »!  Car oui, il y a nettement une (sur) abondance d’articles beauté sur le look parfait pour l’entrevue d’embauche, ou encore pour séduire lors du premier rendez-vous. Mais il y a un net manque d’articles d’inspiration-look pour les autres moments plus atypiques de la vie comme l’anniversaire du neveu magicien, le pique-nique chez l’Oncle Ferdinand, le cours de gymnastique parent-enfant (mais QUEL blush? Lequel??) ou la journée magasinage de maillots de bains. Donc, dans le but de pallier à ce manque, un article à la fois, me voici, avec mon look pour aller se sucrer le bec en pleine forêt! Parce que même si vous êtes comme moi et n’aimez que la tire et la tarte au sucre, il reste que la cabane à sucre, surtout s’il y a une petite ferme, ça fait partie des rites qui annoncent le printemps. Remarquez, j’ai dit « annonce », hein. Comme dans « annonce de manière prophétique ». Pas factuelle. Eh non, le printemps n’est pas encore là, my God, c’est long, c’est long. Cabane 6

D’abord, le teint. Qui dit sortie en plein air, dit aussi maquillage teint naturel. Ça n’est pas le moment de faire du « contouring » qui, sous la lumière crue du jour, soulignera les défauts et donnera un air-surmaquillé de fille insécure. Nooon. On opte plutôt pour un teint tout transparent de fille qui s’accepte et qui a la forme.

Cabane 1

En ce qui me concerne, j’ai commencé par un petit massage avec mon huile de printemps De Mamiel, la Spring Oil (trop à propos) puis, j’ai fondu un rien de fond de teint Narcissist, teinte 02 W3ll People, pour camoufler rougeurs et taches brunes. Sous les yeux, un peu de cache-cernes défatiguant Instant Conceal Clarins, teinte 01 qui est une merveille pour une fille cernée comme moi! Il ne file pas, ne coule pas et camoufle vraiment et pour longtemps, tout en légèreté.

Cabane 4

Et, sur les joues, une touche de Multi-blush crème Clarins teinte Candy 02. Oui, après avoir vu que ce blush passait au statut de produit culte sur la blogsphère beauté, je me devais de percer le mystère. Je l’aime? Oui, énormément. En fait, c’est un blush hyper lumineux, très bonne mine, comme si un fard illuminateur avait été mélangé en part égale avec un fard crème rosé. Pretty!

Cabane 3

 Enfin, pour fixer mon maquillage sur le front et la partie inférieure du visage, j’ai appliqué au pinceau un peu de poudre Cover Fx, tout en légèreté. Sur mes lèvres? J’ai longuement hésité et bien failli porter un rouge bien rouge, canadien, le Crimson & Clover d’Ilia, que j’aime d’amour… Mais finalement, je me suis rappelée que pour manger de la tire sur un bâton, des lèvres natures seraient plus pratiques. Résultat? Le Nudist Lip Tint Poppy de W3ll People, rehaussé de mon gloss Green Beaver (également canadien) pour une brillance gourmande.

Cabane2

Au rayon des vêtements, s’il fait froid je recommande les sachets chauffants dans les bottes, ne serait-ce que pour couper l’humidité. Et bien sûr, c’est l’occasion de sortir vos imprimés à carreaux de bûcheron et vos jeans usés façon « J’ai dravé sur la rivière depuis Saguenay ». Oui, du rustique, du douillet, des grosses bottes, des mailles épaisses et une petite touche de fierté locale (canadiana à la Drake General Store) que l’on peut afficher avec un t-shirt tout doux de la marque Shared, ou encore, bien sûr, les classiques de chez Roots ou La Baie (collection HBC ou olympique) pour la touche « j’opère un poste de traite des fourrures » ou « j’étais aux Olympiques d’hiver de Calgary ». En ce qui me concerne, j’ai opté pour des jambières Roots sur des épais leggings de molleton, un foulard La Baie à carreaux et aussi, une grosse veste confo rouge et grise sur une camisole teinte sève d’érable (c’est-à-dire beige). Et oui, n’oubliez pas les petites lingettes pour les mains collantes et le chapeau, au cas où il commencerait à neiger (ce qui est entièrement possible, regardez mes photos de la semaine dernière).

Cabane 5

Bon weekend à toutes! À bientôt pour une recette à l’érable, saison oblige!

Mes essentiels de pharmacie

PharmacieAhhh, la pharmacie. Pharmacy. Apoteke. Aптека. Farmacia. Musique à mes oreilles! J’adore les pharmacies. Je travaille en face d’une pharmacie. Limite, la pharmacie, c’est ma salle de dîner deux jours par semaine. Entre le Tempra pour les oursons, les mouchoirs pour mon bureau ou même, bien sûr, le dernier Bazaar magazine, je vous le confirme, quand j’entre dans la pharmacie, que ce soit à mon Jean Coutu chouchou (501 Mont-Royal Est) ou à ma pharmacie de bureau, j’ai toujours droit à des “Bonjour! Hello!“. Il y a toujours une bonne excuse pour aller à la pharmacie, non?

Alors, très bref survol de la distinction pharmacie/parapharmacie européenne. Ici, la très grande majorité des pharmacies font dans la cosmétique également, à des degrés différents, cela s’entend. Il y a bien sûr aussi, les super-pharmacies de type Gallerie Beauté, mais ça, allez, j’en parle même pas, c’est trop ambiance Sephora pour moi mais avec un degré de luminosité fois mille. Je ne serais pas étonnée d’ailleurs
que les Gallerie Beauté Pharmaprix soient visibles de l’espace tellement elles sont blanches et lumineuses, comme un intérieur de frigo à vaccins. Sinon, oui, il y a certes certaines pharmacies qui doivent bien ne vendre que des médicaments (des genres de petits comptoirs dans des cliniques) mais bon, aucune chance que vous m’y retrouviez en train de flâner, vraiment aucune.

Oui, je parle souvent de produits compliqués à se procurer, de produits à commander, à espérer, qui font rêver et qui coûtent la peau des fesses en frais de douanes et poste. Mais, cela étant dit, j’utilise aussi toute une série de produits qui proviennent de la pharmacie tout simplement, et que je rachète coup sur coup. Voici donc mes basiques de pharmacie:

-La Créaline Eau Micellaire de Bioderma: Vous la connaissez toutes, elle ne se présente plus. Quoique…ma belle-maman vienne de la découvrir avec bonheur (“Pas besoin de rincer? Elle ne pique pas les yeux? Ohhhh, mais c’est génial!“). J’utilise cette eau micellaire tous les soirs sous les yeux pour enlever mon maquillage, mais aussi, lorsque bavure d’eyeliner il y a… Ah oui, j’oubliais, je l’utilise aussi pour nettoyer mon pinceau à eye liner Bobbi Brown après utilisation. Très pratique.

-L’Eau Thermale Uriage: Je guette les promotions et hop, quand c’est deux pour un, je saute sur l’occasion! De toutes les eaux thermales que j’aie testées, c’est celle-ci que je préfère!

-Les faux-cils individuels Mesmereyes: Disponibles chez Jean Coutu uniquement, ces faux-cils sont largement supérieurs à ceux de la marque Personnelle de Pharmaprix et assez équivalents aux Ardell, plus difficiles à trouver. Je sais, je n’en n’ai pas vraiment besoin à cause de ma Mise-en-Cils, mais justement, ces petits faux-cils viennent souvent sauver la situation entre deux rendez-vous avec Denise si j’ai une grosse réunion.

-Le Gel Nettoyant Doux Marcelle: Un grand lait tout doux que j’utilise de mille manières: en lait de rasage pour les jambes, pour nettoyer mon visage en douceur, pour ramollir mes cuticules avant une manucure quand je suis dans le bain… Il sent bon, le prix est raisonnable, il est recommandé par l’Association Canadienne de Dermatologie…Que demander de plus?

-Les élastiques et bobby-pins Goody: (Chez Jean Coutu uniquement) Je ne jure que par les produits à cheveux de la marque Goody! J’aime les gros élastiques noirs Ouchless, les épingles à cheveux coordonnées à la couleur des cheveux, mais aussi bien sûr, les mini élastiques translucides, que j’utilise sur les tresses de Petite Ourse comme sur les miennes. Attention, les mini élastiques translucides gagnent à être rangés dans une boîte fermée: extrêmement volatiles, ils se dispersent en un rien de temps et très vite, vous aurez l’impression qu’ils ont fait des bébés et se multiplient sur votre plancher. Boîte fermée, donc, vous aurez été prévenues.

-La poudre Cover Fx: Une poudre parfaite (avis détaillé ici), que j’avais un peu oubliée mais que j’ai ressortie de mon tiroir récemment à cause de sa composition bien clean (Indice de 2 sur Skin Deep = excellent!). Je l’ai en plusieurs teintes: pour les vacances (B60), pour les jours normaux (E40) et même pour les fins d’hiver ou autres moments de lubies-beauté “Je veux le teint de Cate Blanchett/Marie-Antoinette“(B20). Pour avoir essayé des poudres de très grandes marques comme d’autres plus inconnues qui promettaient la terre: il est quasi-impossible de faire mieux que la poudre Cover Fx. Im-pos-sible.

Sinon, quoi d’autre, il y a bien sûr les baumes à lèvres Burts Bees, les bandes blanchissantes Whitestrips de Crest, les petits cotons démaquillants, le baume d’allaitement Lansinoh, le dentifrice Tom’s of Maine, le Masque Hydratant Avène et aussi les sels de bains Dr. Teal lourds à rapporter dans le sac, certes, mais qui font des bains divins.

Voilà pour mes essentiels beauté de pharmacie à moi. Allez, faites moi voyager en me racontant les vôtres! D’ailleurs, un jour, je rêve de faire un voyage des pharmacies de tous les continents. J’en verrais des ancestrales, des modernes, des pleines de boiseries et d’armoires anciennes et des toutes blanches, modernes et vitrées. Et bien sûr, des pharmacies que l’on verrait de l’espace tant elles seraient lumineuses…ah oui, ça je connais déjà. Allez, j’attends vos listes pour rêver!

L’huile des désillusionnées

Kahina Giving BeautySi vous êtes comme moi, vous êtes un peu en overdose de l’huile d’argan. L’huile d’argan par ci, l’huile d’argan par là. L’huile d’argan dans ma soupe, pour lustrer les chaussures, graisser le moteur, polir sa planche de surf, éloigner les mauvais esprits. L’huile d’argan a guéri mon agoraphobie. L’huile d’argan a lustré le poil des oreilles de mon hamster. L’huile d’argan a fait venir les pluies sur mes récoltes. L’huile d’argan est partout, elle fait tout, elle est trop à la mode, bref, c’est la kale des huiles, la Jennifer Lawrence des soins naturels, la baie d’acai des sérums. My God, no more avec l’huile d’argan. Overdose!

Ça c’était moi. Jusqu’à ce que j’essaie l’huile d’argan de Kahina Giving Beauty. En fait, non. J’avais déjà reçu de ma belle-maman une huile d’argan très pure, excellente, qu’elle avait acheté directement au Maroc, lors d’un voyage. Elle s’était fait conseiller sur où aller et, vraiment, l’excellence avait été au rendez-vous. Ça avait même mis la barre drôlement haute. Mais depuis…Depuis rien. Très moyen. C’est que, voyez-vous, toutes les huiles d’argan ne sont pas égales. Et Kahina Giving Beauty, je le crois, saura faire changer d’avis les plus désillusionnées, les plus blasées de l’huile d’argan. Bienvenue donc chez cette marque qui annonce un revirement.

Je voyais l’huile d’argan de Kahina Giving Beauty un peu partout. Et chaque fois, elle était accompagnée d’avis vraiment positifs. Je ne comprenais pas. L’huile d’argan, je l’avais décidé, c’était généralement moyen. Faussement hip. Illusoirement efficace. Puis, je me suis décidée à lui donner une chance (flacon format d’essai), au pire, je me suis dit, elle finira sur mes cuticules.

Ça n’est pas ce qui est arrivé, non. Cette huile est intégrée depuis un bon moment déjà dans ma routine de soins du visage, en « booster » d’hydratant matin et soir. C’est une grande huile, un genre de sérum sacré, qui, oui, pourrait servir à mes cuticules mais que finalement, mon teint garde jalousement pour lui tout seul. C’est devenu un peu mon élixir vital. Mon teint adore.

D’abord, dur dur de faire plus ancestral que l’huile d’argan. Utilisée depuis des siècles par des femmes fortes du désert qui l’utilisent pour s’hydrater, se faire belles et préserver leur capital jeunesse, elle est riche en vitamine E et aussi, en acides omegas rares. Mais comme je l’ai constaté, l’huile de Kahina Giving Beauty est spécifiquement de qualité supérieure (et oui, beaucoup plus chère) que certaines autres que j’ai testées. Cela est attribuable en partie à la fondatrice, Katherine L’Heureux qui fait elle-même le démarchage et sélectionne les fruits (la pulpe doit être toujours intacte!) qui serviront à la production de son huile. Le gros plus? Katherine L’Heureux travaille avec des femmes berbères du Maroc en leur assurant un commerce équitable, des salaires et conditions de travail éthiques et respectueuses et en redonnant, par l’entremise de dons, à leur communauté. Même le flacon de verre violet-noir arbore les signatures des femmes qui participent à ce beau projet.

Il ne suffit que de trois gouttes (sous le maquillage, avant le dodo, je préfère en mettre davantage), que j’applique en exerçant une petite pression, sur le visage et la nuque. L’effet est immédiat : la peau se regonfle, les lignes d’expression s’estompent, et l’éclat reprend possession de son territoire. Si c’est l’élixir anti peau sèche par excellence, c’est aussi l’huile la moins grasse que j’aie jamais utilisée. J’ai une nette impression d’ailleurs qu’elle régule mon épiderme (zéro imperfection depuis que je l’utilise- zéro!) et je ne suis pas la seule : d’après ce que je lis c’est une huile adorée des peaux acnéiques. Ce qui fait le propre de l’huile de Kahina, c’est son côté soyeux, comme un filet d’or que la peau boit d’un trait.

Et oui, pour celles qui en ont envie, elle a tout plein d’usages : pour les zones désespérément desséchées, pour les cheveux, le corps, en base lumière de teint ou même, dans le bain. De grands maquilleurs ne jurent même que par l’huile Kahina pour créer des points de lumière en mélangeant quelques gouttes du produit à de la poudre lustrée (Laura Mercier Shimmer Powder, par exemple).

Enfin, j’ai souvent lu sur des blogues de beauté naturelle que celles qui passent à une routine de soin plus verte pourraient se contenter d’uniquement de l’huile Kahina Giving Beauty et de la Raw Coconut Cream de RMS comme basiques pour faire le saut. Complètement luxes, hyper-performants et multi-usages, ces deux produits donneraient le sentiment de n’être privée de rien et l’éclat du teint qui confirmerait que tout va bien.  Pour avoir testé ces deux produits, je souscris maintenant moi aussi à cet avis. L’huile d’argan Kahina Giving Beauty est un basique tout simple qui, une fois essayé, on intègre à tout, tous les jours, sans même y penser. Voilà, encore une overdosée de l’huile d’argan convertie grâce à Kahina Giving Beauty!

Vous, que êtes vous overdosées de l’huile d’argan? Avez-vous trouvé la perle? A-t-elle donné du lustre au poil des oreilles de votre hamster? Vous connaissiez Kahina Giving Beauty?

P.S. Au cas où vous vous poseriez la question: oui, je commande le format pleine grandeur dès que je termine mon petit flacon. Et oui, j’ai très envie de tester les autres produits de la marque.

P.P.S. Vous pouvez commander les produits Kahina Giving Beauty ici (sans frais de douanes pour les Canadiennes, frais de ports fixes pour l’Europe).

La signature beauté

cameleonDepuis qu’elle est une toute petite coquette, Boucle d’Or réfléchit à sa signature beauté. Vous savez, ces petits riens délicats qui précèdent le pas de la vraie coquette, les parfums et les produits qui l’identifient. La signature beauté est sa carte de visite, sa marque de commerce, son signe distinctif, comme un tsh-tsh-tsh : le Z de Zorro laissé sur la scène du crime. Et comment vont les recherches de Boucle d’Or vous demandez vous? Hmmm, excellente question. Boucle d’Or fait aujourd’hui le point et (ré)évalue l’état de santé de sa signature beauté.

Le rouge à lèvres signatureCe que je recherche : Ahhhh, la, la. Ce serait une teinte vraiment moi. Du quasi-sur-mesure. Ni trop rouge, ni trop rose, ni trop beige, la teinte donnerait l’illusion de dents plus blanches, de lèvres douces un rien boudeuses, comme celles de Kate Upton, la nouvelle égérie Bobbi Brown dans cette video. Ce rouge à lèvres hydraterait bien, il ne collerait pas, il serait lustré, il irait avec tout, il serait hors du temps, inscrit en marge des modes et bien sûr, il ne laisserait pas de bisous colorés sur les joues de mes oursons. Au surplus, il serait un peu inconnu et jamais discontinué. Et puis, le tube serait chic comme tout, très lady dans la pochette de sac à main. Là où j’en suis : Je crois bien avoir trouvé mon bonheur avec les Lip Glow Dior que j’adore. Même si le rendu ne ressemble en rien au lipstick de Kate Upton dans la video, peu importe, ces rouges-là me vont vraiment à moi. Porté quasi-quotidiennement, je fais des stocks, je finis tous mes tubes au pinceau et, en vraie accro, je ne compte plus à combien de tubes je suis rendue. Oui, je le crois, je touche au but.

Bon.

Cela étant dit…

J’ai tout de même très envie d’aller jeter un petit coup d’œil au rouge à lèvres que porte Kate Upton dans la vidéo, tout à coup que… Et puis, ça n’est pas réaliste de ne porter qu’un seul rouge à lèvres dans la vie : il me faut un rouge-rouge aussi (en ce moment, La Malicieuse de Chanel). Et un beige duveteux (Dream State de Kjaer Weis). Et une teinte de baies pour l’automne pour quand j’ai envie de brocade et de velours (je n’ai ni brocade, ni velours mais…)…Et un petit gloss rose ballerine…Et un baume corail pour la plage… Et un rouge qui claque pour m’amuser quand je suis bronzée…Et un…et ça, ça n’est que ce qui est dans mon sac en ce moment, pour changer au fil de la journée, selon mes humeurs et envies. D’ailleurs, au moment où j’écris ces lignes je porte…euh? Tiens, je ne porte rien. Ouais, super la signature de rouge à lèvres.

Le parfum signature. Ce que je recherche : Ce serait un écho, un parfum qui continue de raisonner tout en délicatesse, même une fois que j’ai quitté la pièce. Un parfum qui laisserait sa trace sur mon oreiller, sur mon manteau au vestiaire, mais aussi, quand on ouvre mon sac à main ou qu’on entre dans ma salle de bain. Ce parfum il serait délicat, léger, laiteux, un parfum de peau, à porter près de soi, comme une fraîcheur savonneuse, comme une belle journée qui rayonne encore sur nos épaules. Ce parfum il serait parfait pour toutes les saisons, il sentirait tellement moi qu’il ne serait associé qu’à ma personne et non à un moment. Il m’accompagnerait dans tous les moments, il serait à la fois secret mais mythique, et puis, il aurait un nom qui fait rêver et un flacon à tomber. Là où j’en suis : Beaucoup de jolies découvertes, tout plein de coups de cœur mais…rien à signaler au rayon de la signature indélébile. Résultat? J’use ce que j’ai avec bonheur et je m’amuse à en changer selon mon look du jour ou l’occasion. Ah oui, et je fonde tous mes espoirs dans la réédition de Jour de Fête de l’Artisan Parfumeur, qui est attendu chez Ogilvy. (Mais qui est vendu en édition ultra-limitée; ça n’augure pas très bien).

La routine de soins signature. Ce que je recherche : Une routine beauté qui soit mienne, qui soit chic, qui m’accompagne dans toutes les phases de ma vie tout en me donnant une peau de reine. Abordable mais performante, facile à trouver mais hyper pointue, composition impeccable et flacons beaux et bien pensés, je veux aussi des noms de produits poétiques et des petits rubans de satin. Le but de tout cela? Que mes oursons quand devenus grands se fassent des réflexions touchantes dans le style de : « Tu te rappelles, maman avait tout le temps un pot de crème X sur sa coiffeuse, elle ne jurait que par ça. » ou encore le nostalgique « J’ai racheté un pot de Y rien que parce que ça me rappelle maman. C’est une crème pleine de souvenirs… » . Ah oui, c’est vrai, j’oubliais : je veux aussi une peau parfaite. Là où j’en suis : Ne rien changer à ma routine beauté? Ne pas demeurer à l’affût des découvertes et avancées? (Je déglutis avec difficulté). (Silence inconfortable).

Le constat signature: Ma seule signature beauté, sorte d’héritage-souvenir pour mes petits se résumera sans doute à: «Tu te rappelles, il y avait toujours tellement de pots de crème et de rouges à lèvres sur la coiffeuse de maman et elle en changeait constamment!» Car si c’est la recherche de ma signature beauté qui me motive et qui me guide dans ma quête, il reste que ma devise est un peu “toujours avancer, jamais arriver”. J’aime trop essayer gloss et crèmes, j’aime trop m’attarder sur les petites marques confidentielles et produits cultes pour m’enfermer dans un sarcophage “Rouge à lèvres éternel” (bien que l’idée me plaise bien dans l’abstrait, hein). En coquette assumée, pour moi, le plaisir n’est pas dans la perfection mais bien dans la petite promenade en chemin. D’ailleurs, quelle belle journée pour un pique-nique! Et quel temps parfait pour un nouveau lipstick!

P.S. Et vous, vous avez une signature beauté?

Patiente no more (le printemps, c’est maintenant)

Le printempsAprès des mois de conseils « spécial temps froid », nous voilà officiellement au printemps. Envie de fraîcheur, envie de couleur; que ce soit dans ma garde-robe, ma trousse de toilette et mes articles, je passe en mode ensoleillé et je ferme les yeux sur la neige dehors. Le printemps, j’ai décidé, c’est avant tout un état d’esprit. Bienvenue dans mon printemps psychologique!

À la demande de l’une d’entre vous (Papillondejour!) qui disait avoir besoin d’inspiration point de vue maquillage, je vous livre quelques coups de cœur, quelques envies et aussi, des petites sources d’inspiration pour que souffle sur nos vies un doux vent de printemps!

D’abord, le maquillage! Je vous ai récemment parlé de plusieurs coups de cœur roses à joues, que ce soit le stick blush Revolution Organics ou encore, le blush crème Kjaer Weis. Je les utilise comme pièces de résistances dans mon look, en visant un maquillage qui mise sur la fraîcheur du teint et l’éclat (oh oh, quelle surprise). En fait, pour être honnête, je copie totalement le maquillage de Kate Bosworth (l’obsession se poursuit) dans cette vidéo de Vogue. Pour les yeux, j’ai ressorti le fard Illusions d’Ombres de Chanel (teinte Émerveillée)… car j’ai lu quelque part que c’était aussi celui là même qu’elle utilisait (totale groupie je suis). Autre grand coup de cœur au rayon des blush? Le blush DiorBlush teinte Corail Bagatelle (Trianon Édition) de Dior. Je sais, je vous en parle un peu tard (surtout qu’il disparaîtra des comptoirs le 1er avril) mais, superposé à mon blush crème il donne un bienheureux pop de couleur sur les pommettes. Mon nouveau geste maquillage? J’ai incorporé le tightlining pour définir mes yeux de manière invisible. Pour celles qui ne connaissent pas, le tightlining consiste à appliquer une poudre foncée, comme si c’était un crayon à yeux, très, très près des cils (voire, en dessous, près de la muqueuse de l’oeil ou entre les cils) de sorte que le produit est quasi invisible, comme une ombre. Le rendu? Des yeux un rien plus grand, un peu plus félins, pile comme Kate dans la vidéo…je me demande d’ailleurs pourquoi je n’ai jamais essayé avant! À ce titre, un pinceau hyper fin et le Tightline cake liner de Laura Mercier (teinte Black Ebony) sont devenus mes nouveaux amis. Pour les lèvres, la plupart du temps, je mise sur une bouche signée Lip Glow 004 de Dior qui est facile d’entretien (pas de retouches aux deux minutes) et me vaut tous les compliments. Enfin, sur mes ongles, c’est couleur de fleur sinon rien. Exit les teintes de nuit, d’encre, de ciment ou de violine. Non, je veux du rose pivoine, du rouge coquelicot, du pêche amarylis. Il était donc prévisible que je sois attirée par la teinte 457 Bouquet de Dior, un rose un peu rétro oh so chic avec le Lip Glow 004. Je porte mes vernis Dior avec la couche de finition Gel Coat de Dior que j’aime pour la tenue à tout casser qu’elle confère au vernis. Mais surtout, j’aime la brillance miroir qu’elle donne aux ongles qui semblent laqués-lustrés et reflètent la lumière comme ça n’est pas possible.

Au rayon des coiffures, j’essaie de m’amuser davantage, en intégrant plus de tresses au quotidien pour zapper mes frisottis autour du visage (sans fer plat). Ma grande inspiration? Les coiffures des mannequins dans ces pub Kate Spade:

Credit photo: Kate Spade

Credit photo: Kate Spade

Credit photo: Kate Spade

Credit photo: Kate Spade

Voilà pour l’inspiration du moment! Matières diaphanes, imprimés et couleurs, jolis rubans et joues reposées, le sentez-vous? Il est enfin arrivé, le printemps!

Comment avez-vous adapté votre maquillage pour l’arrivée des beaux jours? Des idées fraîches pour Papillondejour?

Maux d’hiver/ Maudit hiver

Maux d'hiverOui, je sais, aujourd’hui à midi ce sera officiellement le printemps. Officiellement seulement. Parce que ici, dehors, aucun doute, c’est encore l’hiver. Une cool bordée de neige est d’ailleurs annoncée pour fêter l’équinoxe. L’hiver a décidé de rester cette année, et plus il s’éternise, plus il laisse ses traces, sur le teint, sur les cheveux, sur les mains… Il y a en effet tout plein de petits maux qui sont bien propres à la fin d’un long hiver, qui se manifestent comme une usure face au temps froid et au manque de soleil, une résistance qui s’affaiblit. Qu’à cela ne tienne, Boucle d’Or a les bons remèdes pour y pallier rapidement, histoire de pouvoir passer, officiellement du moins, au printemps en beauté.

Le mal : Des petits boutons le long de la mâchoire et sur la partie inférieure du visage.

Les coupables : Foulards synthétiques, cols de manteaux qui accumulent fond de teint, crèmes et poudre, ni vu ni connu.

Les remèdes : Allez, on lave tous les accessoires de type foulards et écharpes avec un savon doux, on en profite pour nettoyer aussi les cols de manteaux soit avec un petit linge savonneux, soit en emmenant carrément le tout chez le nettoyeur. Le soir, on se démaquille bien en descendant jusque dans le cou afin de se débarasser de toutes impuretés de la journée et pour dormir, hop, on applique un petit gel asséchant sur les indésirables.

Les bons produits : Lessive Liquide Attitude, sans fragrance. Le Gel Nettoyant Ultra-Doux Marcelle (coup de coeur!). Gel Hyaluspot de Vichy.

Le mal : Les petits cheveux cassés autour du visage qui, pleins d’électricité statique, nous donnent une allure punkesque-électrique.

Les coupables : Le chauffage mais surtout, le fer plat et le fait de le repasser quotidiennement pour replacer les mèches frisottées par le vent, le chapeau et les flocons.

Les remèdes : D’abord, un masque hebdomadaire, que l’on laisse poser tel que prescrit. Une petite goutte d’huile pour lisser les mèches récalcitrantes au matin. Mais surtout, oui, oui, on fait une pause fer plat et on s’inspire de la coiffure de Kate Bosworth à son mariage, qui a attaché les petites mèches du pourtour du visage, pour le plus joli effet:

Kate Bosworth

Credit photo: John Dolan via Martha Stewart Wedding

Les bons produits: Le masque Rahua (je veux le tester!), le masque Pureology Perfect 4 Platinum (pour les blondes), de l’huile d’argan pure, pressée à froid (je vous parle de mon dernier coup de cœur bien vite), des petits élastiques (la marque Goody Ouchless, Blax sinon rien) et des jolies barrettes. J’adore les accessoires à cheveux des marques Jane Tran et Johnny loves Rosie.

Le mal : Les lèvres abîmées qui peluchent et chauffent juste à l’idée de manger une orange.

Les coupables : Le vent, le froid, la paresse (qui a envie d’enlever ses gants pour appliquer pour la millionième fois du baume à lèvres en marchant vers l’épicerie, qui?), les sports d’hiver…

Les remèdes : Une petite exfoliation en douceur, tous les matins, que ce soit avec un peu de sucre humide, avec un exfoliant spécifique ou encore, une débarbouillette de bébé. On se motive ensuite à traiter nos lèvres assidûment et, pourquoi pas, on fait une pause rouge à lèvres le temps d’une semaine au bureau pour miser plutôt sur un soin réparateur gourmand. La nuit on en profite pour appliquer en couche épaisse un baume-choc pour des lèvres douces comme de la soie au petit matin.

Les bons produits : Exfoliant Lip Scrub Sara Happ, Waxelene ou encore de la Lanoline Lansinoh (soin pour les mamans qui allaitent). Pour le jour: le Splendicious Lips Lip Gloss Natural de Green Beaver.

Le mal : des petites fissures autour des narines qui font plaquer le fond de teint.

Les coupables : nos 60 rhumes de l’hiver et les papiers mouchoirs rêches du bureau.

Les remèdes : D’abord, on met un humidificateur dans notre chambre, ça change tout. Ensuite, on évite les exfoliants mécaniques et chimiques sur cette petite peau fine déjà trop fragilisée de même que les nettoyants asséchants. Tous, tous les soirs, on opte plutôt pour un soin spécifique apaisant et hydratant, appliqué en couche épaisse autour du nez. Le jour, on essaie de ne pas trop maquiller la zone affectée pour lui donner une chance de se reconstruire sainement et on mise plutôt sur un maquillage qui met en valeur notre regard (histoire de distraire un peu).

Les bons produits : Le baume Cicaplast B5 de La Roche-Posay, le baume Egyptian Magic, la Waxelene. Le produit qui me fait rêver? La crème Spontaneous Recovery de Tammy Fender.

Le mal : Les cuticules qui lèvent et accrochent et la peau des pieds qui est toute sèche. Ah oui, j’oubliais…La peau du corps qui démange et a une superbe texture de jute artisanale.

Les coupables : Le froid, le chauffage sec, le gel aseptisant, les mitaines qui restent dans notre poche, bref, l’hiver in general.

Les remèdes : D’abord, on applique de l’huile à cuticules tous les soirs, TOUS les soirs, minimalement. En ce qui me concerne, je suis une inconditionnelle de l’huile d’églantier de La Mav avec laquelle j’ai vu une bonne différence. Crème à mains tout au long de la journée et aussi le soir en couche épaisse; on pensera aussi à éviter les gels aseptisants et les savons ravageurs des toilettes publiques. Pourquoi ne pas emporter un vrai bon pain dermatologique avec soi dans son sac (dans un petit sac Ziplock) ou encore, en laisser un sur son lieu de travail? Enfin, ne pas oublier de se poncer un peu les pieds au moins une fois par semaine et de bien les crémer tous les soirs avant le dodo.

Les bons produits : Huile d’églantier La Mav, Crème à mains l’Occitane au beurre de Karité, Savon Soapwalla à l’amande et à l’avoine et Crème pour les pieds Burt’s Bees à la noix de coco. Mon prochain achat? La crème à mains Deliverance d’Antipodes!

Voilà pour les grands maux de l’hiver, ceux qui se règleront sans doute d’eux-même avec les temps plus doux et les rayons. Mais non et non, pas question d’attendre jusque là quand il y a autant de solutions! À très vite pour un article officiel sur le printemps!

Vous avez des petites idées ou suggestions de produits pour pouvoir enfin mettre derrière soi les petits maux de l’hiver?

(Lip)Stick en Stock

Lip Glow 004Je ne suis pas trop le genre à faire des stocks de produits. En fait, je fais plutôt confiance à la vie et je me dis que l’univers de la beauté aura sans doute quelque chose de mieux à me proposer. Rien ne sert de vivre dans la crainte d’un possible désastre-rouge-à-lèvres-discontinué, la vie est trop courte, cela va sans dire. Carpe Diem!

Mais attendez, il y a des exceptions!

Au rayon des stocks : Je fais des réserves de Crayon à lèvres soyeux teinte 12 de Georgio Armani, du stylo liner Chocolat de Marcelle (discontinué, d’ailleurs, une chance que j’avais fait des provisions! C’est le parfait crayon pour faire des taches de rousseur), du vernis de finition Vinylux (car on ne sait jamais quand le top coat en cours d’utilisation commencera à faire des bulles ou des grumeaux). Je fais aussi des réserves de déodorant Soapwalla et de poudre Un-Powder de RMS puisqu’il s’agit de deux produits que je dois commander et qui sont souvent en rupture de stock. Enfin, ah oui, il y a aussi le lait pour le corps Skin Trip de Mountain Ocean que je rapporte immanquablement de vacances, pour ma réserve personnelle et mes amies converties.

Au rayon des regrets éternels : Oui, il y a eu des moments où j’ai « trop fait confiance à l’univers » et où j’ai par la suite regretté, en cherchant frénétiquement des équivalents. D’abord, le parfum Jour de Fête, de l’Artisan Parfumeur, le parfum qui m’a échappé, the one that got away. J’économisais pour me l’offrir mais hop, il a été retiré du marché sans préavis. Depuis, on me propose avec enthousiasme Bois Farine de l’Artisan Parfumeur alors, que non, moi j’attends toujours et obstinément mon Jour de Fête. (Mais attendez: qu’est-ce que je vois là? Oh!)  Il y a aussi, le Freckle Pencil de Lancôme, qui faisait des taches de rousseurs parfaites et le blush éclat Russian Doll de Guerlain, un blush gel qui faisait des vraies joues de poupées russes. Sans oublier, le gloss Sirop Glossimer de Chanel, qui, bien que l’on devait se l’acheter aux États Unis, malheureusement ne se fait plus.

Swatch Lip Glow

Le grand stockage en cours : Le Lip Glow teinte 004 (corail, en exclusivité Sephora, édition limitée)! Je vous en avais glissé un mot ici, je suis absolument conquise par ce nouveau Lip Glow! J’ai peine à l’admettre (je ne peux pas le croire!) mais je dois me rendre à l’évidence : il a remplacé le Lip Glow original dans mon cœur. La teinte 004 est un doux rose macaron, un peu pêche, un rien rétro, qui fait des lèvres bien colorées comme des pétales, toutes douces et d’aspect très naturel. On me fait mille compliments (à commencer par Karine qui m’accueille avec un « Oh, my God : ton rouge à lèvres! Faut qu’on en parle. J’adoooore. »), on veut connaître son nom, ses points de vente, on veut le faire mettre de côté illico, oui, absolument, je garde la ligne…En ce qui me concerne, c’est devenu mon arme secrète, mon talisman et surtout mon lipstick porte-bonheur. Avec un petit rien estompé de crayon 12 Armani sur l’arc-de-Cupidon, le Lip Glow 004 fait des lèvres de poupées pour des bisous tout doux. Je le dégaine dès que mes lèvres sont un peu nues, dès que j’ai besoin d’un petit remontant. Il fait paraître mon teint plus frais, plus éclatant- aucun doute, c’est une teinte ultra-seyante qui donne bonne mine un point c’est tout. Ma mission? Le traquer dans tous les Sephora de la grande région de Montréal, afin de me constituer une petite réserve avant qu’il ne disparaisse complètement. À vos marques…

Vous, vous faites des stocks? Il y a des produits que vous avez regretté ne pas avoir achetés?

Le débat

LE DEBAT

(Aujourd’hui, Boucle d’Or débat du pour et du contre, d’un possible (et hautement probable) futur achat.)

Cela fait près d’un an que je lis tout ce que je trouve à son sujet : la lotion P50 de Biologique Recherche. Pour celles qui ne la connaissent pas, il s’agit de LA lotion exfoliante de l’heure, du produit hot qui semblerait-il, serait le secret de toutes celles qui ont un teint parfait. Chaque fois que je lis une entrevue avec une célébrité (au teint parfait), ce produit figure toujours parmi les chouchous. Toujours! Comme une évidence mais aussi comme un langage codé entre les initiées. À preuve, les jumelles Olsen, qui laissent tomber un : « Of course, we’re also fans of Biologique Recherche P50… » Attendez, pourquoi le « of course ». Qu’est-ce que j’ai manqué, là? J’étais où? Depuis quand le P50 est-il la réponse évidente à « tu as une peau superbe, tu me dis ce que tu utilises? » Comment se fait-il que je ne sache pas ce qui se cache derrière ce « of course » et surtout, que j’en connaisse si peu sur cette marque française dite “de pharmacie”. Faut-il faire partie d’une société secrète? Passer des tests préalables? Se faire recruter? Il y a un mot de passe? Mystère. Et vous savez, qui dit mystère en matière de lotion exfoliante me fait dire, inévitablement : « Ohhh, je dois l’essayer! ».

La lotion P50, elle fait quoi? On la dit d’abord équilibrante et exfoliante: en plus de débarrasser la peau de ses cellules mortes (afin d’en révéler l’éclat), elle reconstruit son bouclier de défense. De plus, elle régule les sécrétions, maintient l’hydratation, équilibre le ph de la peau sans compter qu’elle prévient aussi les petites imperfections et les poils incarnés. Bref, la P50 a toutes les vertus, elle sait tout faire et aussi, elle convient à toutes les peaux. Mais surtout, la P50 est la pierre angulaire de tous les traitements Biologique Recherche, que ceux-ci soient destinés à l’utilisation à la maison ou prodigués en instituts, tout commence avec la P50! En somme, au début il y avait cette lotion et avant, il n’y avait rien. Et les grandes de l’industrie s’entendent toutes pour dire que le P50 a transformé leur peau, et ce, dès la première utilisation. Leur peau est devenue rebondie/éclatante/lisse comme de la soie…Les utilisatrices ont assisté à la renaissance de leur épiderme/ne peuvent plus s’imaginer vivre sans elle/lui ont juré fidélité à tout jamais/font des stocks qu’elles gardent dans des entrepôts en banlieue, sous écrou, le regard inquiet, suspicieux…Vous voyez le genre. Les jumelles Olsen, Sofia Coppola, les sœurs Chantecaille…autant de célébrités qui adorent la lotion de Biologique Recherche (quand ça n’est pas aussi le Masque Vivant ou toute la marque au grand complet). Sans parler de super blogeuses (comme Caroline Hirons « it’s my favorite beauty product of all time » rien de moins) qui n’ont que du positif à dire. Ce qui me rejoint, moi? D’abord, la marque parle de “préparations cosmétiques”. J’adore. So pharmacie. Mais aussi, souvent, je constate que celles qui aiment Biologique Recherche et son P50 ont une peau sensible (comme la mienne), et aiment les même marques que moi (par exemple, Joëlle Ciocco, qui est juste extra). La conclusion que j’en tire : il ne me manque que le P50 pour pouvoir parler petit pots avec mes bonnes copines Ashley et Marie-Kate, avec qui j’aurai également en commun, désormais, le teint rêvé. Ça milite durement en faveur, non?

Mais attendez, pas si vite. Parlons du contre. D’abord, les ingrédients, qui entre autres et sans ordre, contiennent de l’extrait d’oignon, de l’acide lactique, de l’acide salicylique, de l’extrait de bardane, du plancton, du phénol…

Oui, oui, vous avez bien lu, de l’extrait d’oignon. Et est-ce que ça sent? Hmmmm, plusieurs de celles qui adorent la lotion vous le diront : oui, elle sent un petit peu les oignons. Un peu. Non, on dit que ça ne perdure pas. Et oui, semblerait-il, on s’y fait, on finit même par aimer. Mais, moi, je ne sais pas: ça me freine un peu. De penser à ma taie d’oreiller qui, pleine de lotion sentira peut être un peu les oignons, j’hésite. Je sais, je sais, ça transformera ma peau, je ferai partie de la clique élitiste teint parfait/lotion clandestine. Mais, voilà : le teint parfait a-t-il une drôle d’odeur et si oui, suis-je prête à l’accepter? À voir….À noter, toutefois, il y a tout un débat sur la formule qui aurait récemment changé en Europe et “ne sentirait plus rien” toutefois, mais serait moins efficace (enfin, c’est ce qu’en dit Caroline Hirons)… Cela étant dit, il semblerait que la lotion vendue sur Rescue Spa (version américaine), soit, quant à elle, la version puissante, odorante et originale tant convoitée.

Sinon, il y a aussi le fait que la lotion, dans sa version originale (culte) contient du phénol. Plusieurs experts s’entendent pour dire que c’est THE ingrédient magique de la lotion, celui qui la rend active et différente. Mais le phénol est-il sécuritaire? Je n’arrive pas à trouver d’information cohésive à ce sujet, malheureusement. Parce que oui, encore une fois, que vaut le teint parfait quand on a un petit germe d’inquiétude qui prend racine dans le creux de notre ventre? L’inquiétude et les soucis, c’est very anti-éclat du teint, tout le monde sait cela.

Enfin, enfin, autres points négatifs pour moi : le prix (89$) assez élevé pour un produit que je n’ai pas essayé (ni senti), mais aussi, sa disponibilité (je devrai le commander, payer des frais de douanes de folie et aussi, des frais d’expédition). Mais, en même temps, c’est quoi tous ces petits inconvénients hypothétiques contre la promesse de la renaissance de mon épiderme? Contre une peau d’ange (un rien) parfumée à un gentil légume? Je ne sais pas, je ne sais pas, que penser…Aidez-moi! Vous avez essayé Biologique Recherche P50? Vous en pensez quoi? Le parfum est-il agréable/supportable? Vous aussi ça a changé votre vie? Vous l’achetez où? Allez, à vous la parole!

Peau-parfaite-pour-le-printemps: routine de soin du moment

Routine de soinsAlors que la neige fondait bon train une autre tempête vient de retomber! Entre le travail qui reprend après une semaine sous le soleil, le déneigement et mon objectif peau-parfaite-pour-le printemps, mon épiderme a besoin d’être dorloté. Enfin, c’est ce que je me dis, en voyant là l’excuse parfaite pour avoir routine beauté bien ficelée.

Le matin: Je mets maintenant cinq alarmes. Cinq! Une à 5h (premier avertissement), une à 5h12 (deuxième avertissement), une à 5h17 (bon, je me lève!), une à 5h21 (juste au cas où je me serais rendormie) et une à 5h26 (cas extrême de paresse qui laisse des traces visibles, du style cheveux en chignon « défait » (c’est pas une coiffure, il est vraiment défait), ou encore, le classique pshiit de fixatif dans le visage (note à moi-même, ne pas ranger la bouteille de hairspray à côté de celle d’eau thermale)).

Donc, oui, le matin je suis un peu endormie, un peu pressée : il me faut du simple, du revigorant, de l’énergisant pour vite, vite avoir un teint éclatant. Première étape, pshiiit d’eau thermale en insistant vraiment sur les yeux pour tout dégommer, défriper et surtout, me réveiller. Celle d’Uriage est mon eau de prédilection pour cet usage, elle zappe les rougeurs et assainit, bref, c’est une merveille.

Ensuite, j’applique quelques gouttes du sérum Morning Glory de One Love Organics. Déjà que j’adorais le nom du produit (j’adore les gloires-du-matin), je suis ravie de l’avoir commandé pour l’essayer. En fait, je cherchais quelque chose pour remplacer mon Élixir des Reines de Sanoflore. Ce dernier, bien qu’il sente trop bon et aie un petit effet tenseur agréable, peluche lors de l’application du maquillage et n’hydrate pas suffisamment. Le Morning Glory quant à lui est un super remplaçant : c’est un sérum soyeux, un rien huileux (mais non gras) et qui gagne vraiment à être massé dans la peau pour un éclat immédiat. Est-ce que je le rachèterais en plus grand format? Oui, absolument, la qualité et les résultats sont là. Son plus? Le maquillage s’applique merveilleusement bien par-dessus.

Sous les yeux? Hop, quelques gouttes de mon soin contour de l’œil du moment : un échantillon Isofill Uriage. En effet, autant je rêve de m’offrir un vrai soin contour de l’œil (comme le duo d’Aurelia), pour le moment je ne fais qu’user les échantillons que l’on me donne, histoire d’être un peu raisonnable. Je me dis que quand je les aurai tous terminés je pourrai alors foncer. Mais bon, il m’en reste tout plein et entre temps, je fais de jolies découvertes. Ceux que j’ai aimés? Celui de Skin Iceland, le Isofill Uriage et le contour des yeux de Crème de La Mer.

Enfin, touche finale, un écran solaire! J’arrive à la fin de mon tube de crème solaire matte Coola et, promis, après j’essaierai une autre marque pour comparer et tout vous raconter.

Voilà, pour le matin : c’est vite fait et ça me permet de passer rapidement à la case maquillage avec une peau plus dégourdie.

Le soir : Une fois les oursons couchés, je prends alors bien le temps pour me démaquiller sur le principe du double nettoyage. D’abord, je fais fondre une noisette d’huile de coco entre mes doigts, pour ensuite masser mon visage. Je ferme les yeux et j’en profite pour (essayer de) me défaire des tensions. Je prends bien garde de ne pas mettre d’huile sur mes yeux (pour ne pas abîmer ma Mise-en-Cils), je démaquillerai mes yeux plus tard à la solution micellaire Bioderma. Vous vous souviendrez que j’avais adoré la Raw Coconut Cream de RMS Beauty et que je cherchais une équivalence à moindre prix. J’ai enfin trouvé! Bon, c’est certain, la Raw Coconut Cream est divine. Outre le joli emballage, j’ai noté une nette différence sur ma peau point de vue « antiseptique ». Certaines autres huiles de coco étaient si grasses qu’elles ont réussi à obstruer les pores…de mes mollets! Passons. La RMS quant à elle me faisait une peau bien claire, aux pores invisibles, pure comme tout. J’ai bien cru ne jamais trouver aussi bien à moindre prix. Mais oui : c’est grâce à la recommandation de l’une d’entre vous (Laurence!) que j’ai achetée celle de la Maison Orphée, dans le rayon alimentation chez Rachel Bery. Pour un gros pot (12,99$), j’ai un démaquillant et un hydratant, bref, un produit magique qui sait tout faire et que je retrouve chaque soir, notamment, pour dissoudre mon maquillage sans culpabilité financière. Je fais ensuite suivre avec…le savon Vellutina de Santa Maria Novella pour me débarrasser des saletés hydrophiles (voir cet article très inspirant sur le sujet du double nettoyage). Un soir sur deux, ou quand j’ai envie de me gâter un peu, j’opte pour le Honey Mud de May Lindstrom, en lieu et place du double nettoyage. En fait, c’est un traitement de nettoyage. Texture pouding fouettée, parfum gourmand (en plus, c’est un vrai régal: j’ai goûté), hyper active mais câline à la fois, cette soie nettoyante purifie et hydrate en douceur même les peaux les plus fragiles. À preuve : on peut laisser le produit poser dix minutes pour une peau repulpée et rose comme celle d’un bébé.

En ce qui concerne l’exfoliation, je m’en tiens à une fois par semaine uniquement, puisque ma peau sèche et sensible est déjà suffisamment agressée par les éléments. Pour cette même raison, j’ai mis un peu ma brosse Clarisonic de côté pour le moment (GreenTurtle8, je ne t’oublie pas : mon article sur la fameuse brosse s’en vient). Pour exfolier ma peau, je mélange un peu de Clean Dirt de May Lindstrom, avec un peu de miel manuka Wedderspoon ou encore, un peu d’huile de coco. Pour les masques, toujours mon miraculeux Problem Solver de May Lindstrom (que je compte racheter une fois terminé, cela va sans dire car il a transformé ma peau ET ma vision de la beauté naturelle) et aussi, le Liquid Gold Alpha-H Smoothing and Perfecting Mask qui décongestionne et hydrate à la fois, et assure un éclat immédiat plus rapidement. C’est LE masque à faire avant une soirée, aucun doute. Finalement, je suis maintenant à la recherche d’un masque hydratant puisque j’ai terminé mon tube Avène…Je meurs d’envie d’essayer le masque à la rose Cell Revitalize Rose Face Mask d’Aurélia : vous me dites si vous l’avez testé, je serais contente d’avoir vos avis. Ah oui, j’ai aussi une petite éponge rose Konjac mais j’oublie toujours de l’utiliser.

Enfin, passons aux soins. Encore une fois, j’essaie de garder ma routine simple, pas trop chargée, dans un esprit « le mieux est souvent l’ennemi du bien ». Avec les bons produits, peu s’en faut, je suis portée à le croire. D’abord, j’applique sur mon contour de l’œil un soin contour de l’oeil (voir ci-haut), puis, mon moment préféré : le soin Blue Cocoon de May Lindstrom. C’est un soin bleu-gris, comme un ciel de plomb, qui sent bon le thé et qui apaise l’esprit et la peau. C’est vraiment mon grand amour : ce produit a tout bon! Texture fondante, parfum zen (qui s’estompe de manière à ne pas rivaliser avec notre parfum), résultats visibles; ce soin semble faire autant de bien à ma peau quand elle est assoiffée que quand elle est plus grasse… Comme une fée qui passe la nuit, le Blue Cocoon nous enveloppe d’un cocon de fumée bleue, puis, se met à l’œuvre : au réveil, la peau est lumineuse, les agressions réparées, les peaux sèches disparues, les cicatrices estompées. Même les petits boutons…pouf! Oui, il est dispendieux mais il en faut si peu que j’estime qu’il s’agit d’un investissement judicieux. Ah oui, j’oubliais! Je m’apprête à réintégrer la Spring Oil de DeMamiel dans ma routine, pour mon plus grand bonheur (j’attends le solstice, pas le temps chaud, thank goodness)!

Enfin, hop, si vraiment j’ai un bouton, je nettoie avec un coton-tige trempé dans l’Hexomédine (disponible en France) puis, je fais suivre d’une touche de Hyaluspot de Vichy que j’aime beaucoup car il ne laisse pas de vilaines marques. Une fois l’imperfection apaisée, je traite au Celsus Scar Cream, afin de m’assurer d’une cicatrisation impeccable.

Avant de me coucher, je me tartine généreusement les lèvres de Waxelene (ma dernière révélation en matière de baume-choc) et aussi, j’applique de l’Egyptian Magic autour de mon nez qui se remet de deux rhumes et d’autant de voyages en avion. Enfin, quand je vois ressurgir mes petites rides d’expression, je dégaine mon Line Eraser d’Acure Organics, qui promet de tout gommer (mais il est encore trop tôt pour me prononcer).

Voilà, vous savez tout de ma routine de soin du moment! Bien sûr, je n’exclue pas la possibilité de vous surprendre bien vite avec d’autres jolies découvertes (après tout, là est mon mandat, n’est-ce pas!) mais vous avez là une liste assez complète des produits qui me suivent chaque jour et ce, pour la grande majorité, depuis plusieurs mois.

Vous me dites votre routine beauté; ça me permet toujours de faire de belles découvertes!. Vous avez une recommandation masque hydratant?

À nous la Revolution!

RevolutionLes blush crème et moi, c’est l’amour depuis toujours! Que ce soit un tube de rouge à lèvres écrasé sur les pommettes ou encore, un fancy compact à grand prix, je suis toujours conquise d’avance si la texture du produit commence par la lettre « c » et se termine par « rème ». Ouaip, j’a-dore les blush crème, ça donne bonne mine et de l’éclat, ça accroche bien la lumière. Ça m’aide à recréer le look ambiance, « évanescence naturelle de celle qui évolue avec grâce et équilibre » ce qui est bien souvent, dans la vie, mon mantra côté blush.

Ce qu’il y a de bien depuis que je fais des efforts verts, c’est que vraiment, rayon blush crème, j’ai l’embarras du choix : RMS, Vapour, Kjaer Weis…Les bons produits fleurissent partout et, pour peu que l’on sache où les trouver, ne demandent qu’à nous faire des joues de pétales, rosées, lustrés, parfaites. Style, pommettes brillantes à la Scarlett Johansson/Kate Bosworth (mes icônes de la pommette brillante/lustrée, cela va sans dire). Le gros plus : j’ai une nette impression que ces produits bien nets, sans en faire la promesse, me donnent une peau plus saine, meilleure. Bref, c’est le bonheur : pour une fois, c’est culpabilité zéro-zéro quand on se maquille pour un rien (« Mais oui, je mets du blush pour faire mon jogging : c’est pour faire du bien à ma peau, tu comprends, c’est du bio! » Je plaisante bien sûr! (En effet, je ne fais pas de jogging)). Donc, je disais? Ah oui, les blush crème. J’adore.

C’est pourquoi, quand May Lindstrom m’a dit qu’elle aimait (“I LOVE”) le Revolution Organics Freedom Glow blush, j’ai tressailli et je l’ai ajouté à ma liste d’urgence. Je me suis mise à le traquer. Plus les mois passaient, plus il devenait invisible sur les e-boutiques vertes. Toujours en rupture de stock, même sur le site de la marque). Il fallait que je me dépêche. Oh my God, stress!!

Alors je l’ai finalement commandé, avec un Freedom lip gloss, sur le site de Beauty Sage (oh non, je constate que la teinte Blushed est encore Out of Stock!). Je l’ai attendu, je me suis croisée les doigts, espérant qu’il serait mon « teint de printemps avant le temps ».  Et  comme j’ai eu raison de me joindre à la révolution. Ce blush est trop, trop beau. C’est le petit rose parfait, un peu plus vrai pink que le Lovely de Kjaer Weis, il est fondant, lisse, lumineux…Et puis, vous savez comment certains blushs crèmes peuvent s’accrocher dans les moindres pores ou imperfections passées et finalement, venir mettre en relief le parcours de combattant de notre épiderme, de la naissance à aujourd’hui? En venant rappeler par exemple, que oui, on a déjà eu la varicelle bébé. Et oui, aussi une piqûre de mouche à chevreuil sur le haut de l’os de la joue à 12 ans et aussi, un peu d’acné et aussi… Alors ce blush, il fait tout le contraire : il gomme, il peaufine, il filtre et finalement, il fait une peau de reine! Pas pour rien que l’emballage ne parle pas de blush mais bien de « beauty balm » (je sais, ça devient confondant cette over-utilisation du terme « Beauty Balm » mais bon, c’est un autre débat pour un autre jour). Enfin, fermons les yeux sur l’emballage un rien…années 90, et ouvrons-les plutôt sur tout que ce ce produit ne contient pas : produits chimiques de synthèse, parabènes, sulfates, ingrédients artificiels ou pétrochimiques, en plus de ne pas être testé sur les animaux…100% naturel, donc. Et aussi, je le constate : canadien! Enfin, sur les lèvres aussi, le produit est super joli. Idem pour le gloss qui est vraiment vitaminé. Bref, mon printemps s’annonce sous le signe de Revolution Organics (quand j’en trouve, hop, je ne me pose plus de question)!

Compa

Vus avez testé les produts Revolution Organics? Et aussi, quels sont vos blush crèmes favoris? Et enfin, parlant d’ «évanescence naturelle de celle qui évolue avec grâce et équilibre », quel est votre mantra rayon blush et le produit que vous affectionnez pour y parvenir?

P.S. Le blush de Revolution Organics existe également en teinte “Bronzed” et “Sunkissed”.

Le buzz: l’anti gelée de pétrole

WaxeleneÇa faisait un long moment que je cherchais, j’étais en quête, mais vraiment, sans succès: je cherchais un substitut naturel à la Vaseline et à l’Aquaphor, quelque chose qui ne contienne pas de gelée de pétrole. Tout ce que je trouvais était soit trop liquide, soit trop granuleux, soit trop épais. Bref, je commençais à sérieusement désespérer.

J’en ai même parlé à mon Goglu, qui m’a demandée, perplexe: “Mais voyons, tu utilises la gelée de pétrole pour quoi, toi?” Tout plein de choses! Pour protéger ma peau environnante lors de séances d’épilation, pour empêcher le frottement et les ampoules dans les chaussures neuves, pour lisser mes sourcils, pour…Bon, pour l’hydratation, la gelée de pétrole je n’ai jamais trouvé que c’était miraculeux, mais tout de même, pour les irritations des petits ou encore, pour protéger du froid, pour créer une barrière hydrofuge protectrice, la gelée de pétrole, c’est un excellent basique de toutes les maisons, non?

Puis, je suis tombée sur Waxelene. Ahhh, Waxelene. Comment ai-je pu vivre sans jusqu’à ce jour? Alors, Waxelene, the petroleum jelly alternative, c’est exactement cela: une alternative, mais en mieux. Waxelene créée la même barrière hydrofuge protectrice que la gelée de pétrole, mais avec le facteur hydratant en plus! Toute naturelle, sans dérivés de pétrole, sans OGM, non testée sur les animaux et biodégradable, une texture crémeuse toute lisse: on ne peut demander mieux. Formulée à base de quatre ingrédients uniquement (huile de soya, cire d’abeille, huile de vitamine E naturelle et huile de romarin), quasi sans odeur, ce qui m’impressionne le plus c’est le pouvoir hydratant du produit. En une seule nuit, mes cuticules étaient transformées, mes narines (toutes rouges et sèches) apaisées, mes lèvres plus douces, mes talons comme du satin… Sur application, mes lèvres en feu étaient juste…mieux, confortables. C’est totalement le produit que je recommanderais pour la saison froide, sans compter les multiples usages que l’on pourrait faire du produit, comme par exemple, l’utiliser en démaquillant ou baume anti-frisottis pour les cheveux. Bref, attention, côté baume hydratant-apaisant-protecteur, le Egyptian Magic a de la sérieuse compétition! Enfin, un autre petit plus que j’adore? Le fait que le produit soit disponible en tube et en divers formats de pots en verre (parfaits pour une pharmacie d’apothicaire mais aussi léger dans le sac à main). Les témoignages et avis à son sujet sont d’ailleurs unanimes, la gelée Waxelene crée un vrai buzz chez les initiées de la beauté verte. En ce qui me concerne, aucun doute, le mini tube me suivra partout et le gros pot restera sur ma table de nuit…en attendant ma prochaine commande où je ferai des stocks, c’est clair. Parfait pour toute la famille, y compris les bébés, je prédis à la gelée Waxelene un brillant avenir dans toutes nos salles de bains.

Vous avez des recommandations sur des alternatives à la gelée de pétrole?

P.S. La Waxelene est disponible ici (y compris pour la livraison à l’international)!

L’anniversaire de Petite Ourse

petite ourseJe vous avais promis un article sur mes dernières péripéties, desquelles ont découlé mes multiples journées sans shampoing… Vous êtes prêtes? C’est du n’importe quoi, sans logique ni réflexion, sans rien, juste le chaos de la vie, c’est juste…un récit. Allons-y!

Alors! Il y a une semaine, c’était l’anniversaire de Petite Ourse. Comme d’habitude, j’ai voulu faire quelque chose de simple mais…

J’adore préparer une fête. J’ai totalement manqué ma vocation! J’aurais dû être organisatrice de party/journaliste beauté. Les fêtes, j’adore! Et puis, c’est totalement un de ces trucs de la vie où “le voyage vaut bien la destination“, non? Organiser une fête c’est un acte créatif! Autant je m’amuse lors du jour J, les préparatifs m’amusent tout autant. Surtout que, du haut de ses 4 ans et 11 mois, Petite Ourse peut et veut m’aider. J’ai donc…une petite assistante. Une mini-helper enthousiaste. Un petit lutin plein d’énergie qui ne demande que ça faire des ribambelles, coller des brillants ET modeler des animaux en pâte d’amande là, maintenant. Ooooh, mon dieu…les possibilités sont infinies.

Mais ne nous emballons pas. Cette année, je m’étais dit, ce sera simple. Fru-gal. Ba-sique. Tout le monde le dit: pour les petits, tout ce qui compte, c’est les cadeaux, les amis et le gâteau avec les bougies. Je le sais en mon for intérieur. Je le sais, mais…c’est plus fort que moi. Et puis, je suis totalement CONTRE les fêtes d’enfant style mini-mariage avec sommelier de jus de fruits, chariots de desserts et glissades d’eau dans le salon. Nooon, pas ça surtout.

D’abord, Petite Ourse et moi avons choisi un thème: séance de brainstorm, donc… Pas de princesses, ni de fraisinette, non, soyons créatifs! Think outside the box les amies! Finalement, nous avons trouvé: pique-nique enchanté des petits animaux de la forêt! Ohhhhh! Grande inspiration. Oh la la, j’adore. Je me suis sentie si…inspirée.

Mais bon, ce sera un brunch, tout simple. Avec des quiches, des petits sandwichs, du café, des mimosas, des croissants, la salade d’orange de ma mère, un kouing amann (Petite Ourse adore!) et un gâteau. Bon, ok, deux gâteaux car, une fois la liste d’invités rédigée, nous constatons que nous serons 24: la famille, les cousins, quelques amies, bref, quelques enfants et leurs parents. Vingt-quatre, c’est un beau chiffre rond. Petite Ourse trépigne: elle a déjà trop hâte. “Ma fête c’est dans deux jours?” Voilà un mois qu’elle me pose cette question.

Alors, j’ai réfléchi un peu à la déco. D’abord, des ballons. Une fête, ça prend quelques ballons, c’est tellement réjouissant les ballons! Genre, si je déprime, moi, donnez -moi des ballons (ou un rouge à lèvres). Ensuite, des guirlandes de petits fanions. C’est trop mignon des fanions dans des teintes pastel, un peu style Belle et Boo. Ah oui, et je sortirai ma nappe de pique-nique à carreaux rouge. Parfait! Oh, je sais, je vais prendre mon faux cerisier du salon et je vais le mettre au milieu de la pièce…Génial! J’accrocherai les fanions dans les branches et…ah oui, je sais!! Des tipis! Il me faut des  tipis! Oh mon dieu, je vais transformer mon salon en forêt (facile avec du papier de construction vert et un peu de ficelle, c’est l’affaire de quelques minutes!), et la forêt sera décorée avec des fanions et ballons! Les enfants pourront grignoter dans leurs tipis en joli Liberty, ce sera magique! Un tipi, en plus, c’est presque rien, c’est genre, la première construction qui a vu le jour après les cavernes, c’est l’abris le plus basique qui soit. Après tout, trois bouts de bois et un morceau de tissus et tadam!  Et puis, c’est hyper pratique un  tipi. On les mettra dans la cour cet été. C’est d’une utilité dingue, d’ailleurs, je me demande comment nous avons pu vivre jusqu’à aujourd’hui sans tipis!

Et, pour les gâteaux, hmmm….Pourquoi pas le gâteau de ma mère en hérisson? Et…oh, oui, je vais faire un gâteau au chocolat et rouler un morceau de fondant blanc sur le dessus: Petite Ourse pourra ensuite dessiner dessus avec des marqueurs alimentaires. Quelle bonne idée! Elle pourra faire cela tous les ans et à 18 ans je lui ferai une carte avec un montage-photo de tous ses gâteaux d’anniversaire dessinés par elle. J’adore! En plus, ça nous permettra de totalement suivre son évolution artistique au fil des ans, un genre de Anna 6-18 du dessin de gâteau. Ah ouiiii et j’ai des emporte-pièces animaux de la forêt de chez Ikea! C’est le moment ou jamais d’essayer la recette de sablés dans le dernier livre de recette de Josée Distasio! Et je ferai des biscuits glacés en forme de 5 aussi, ce sera beau! Et il y aura des pailles en papier rayées rouges et blanches! Et des jolis sacs à surprise noués avec la ficelle bicolore rapportée lors de ma dernière force majeure! Et des pots de trempette comme j’ai déjà vu en photo sur internet, avec des carottes plantées dedans, style festin de Pierre Lapin…Oui, oui et oui!

Trempette

Hmmm, l’idéal aussi serait que la maison soit bien rangée. Dans la bibliothèque du salon, ce serait bien de mettre des bacs, au lieu d’avoir tous les jouets en fouillis à la vue. Oui, c’est trop zen pour l’oeil des bacs. Et puis, vive l’organisation! Ce serait bien aussi que je fasse le tri des produits dans la douche, que je fasse de la place dans la garde-robe de l’entrée pour que les invités aient de la place pour leur manteau, que je fasse le ménage du frigo et que j’organise nos papiers d’impôt! Ouiii, un beau ménage pour que la maison respire, soit belle “inside and out“. Et puis, un petit coussin sur le divan du salon, dans une teinte rose pop, j’en rêve depuis que nous avons emménagé ici…Ça mettrait les invités à l’aise un petit coussin rose pop. Oui, ça changerait tout. Petit accent coloré, ludique. L’idéal serait même que les tipis soient dans une teinte harmonieuse avec ledit coussin. Mais bon, soyons raisonnables: il ne faudrait pas que je m’en demande trop. Ouais, oublions l’obligation que le coussin s’harmonise avec les titis, là je m’emporte.

Petite Ourse était emballée. Pas pour le classement des papiers d’impôt mais pour le projet de déco de son gâteau. Et puis, j’ai parlé à ma mère (qui est toujours hyper partante) de son gâteau hérisson (que j’adorais enfant): elle était trop contente de le refaire! Idem pour la salade d’orange et les fanions, elle avait envie de participer. Quelle chance j’ai!

Ensuite, j’ai parlé à mon très artistique Goglu d’amour de mon idée de tipis! Elle aussi, elle adorait! “Tu sais, le mieux est de tailler le tissus de manière circulaire, comme si c’était une jupe ronde…” Et nous voilà, un midi au téléphone à googler “tipis enfants” sans relâche. Que du bonheur! J’ai été acheter le tissus, un soir après le travail, et mon Goglu s’est chargée du bois. Alors, petit à petit, je me suis attelée à la tâche. Des bacs pour le salon, check!…Commander les croissants et quiches: check! Et puis, rien. Plus rien n’a avancé. Tous les weekends, on était en ski, du vendredi au dimanche. Et puis…J’avais complètement oublié que j’avais un énorme dossier qui arrivait. Un gros cas, en Cour, où je devrais plaider et travailler en mode “soirs et weekends illimités” et qui prendrait beaucoup de place dans mon réservoir d’énergie et dans ma tête. Je devrais ressortir mes dossiers le soir sur la table de la salle à dîner une fois les oursons couchés, demander des conseils stratégie à Papa Ours… Me coucher tard. Être tellement débordée que même mes ongles allaient être tous nus pendant tout plein de jours. Oh la la.  Mais bon, le tissu était acheté et le bois aussi. Il était moins une et je n’avais toujours pas rangé l’entrée et encore moins classé les papiers d’impôt. Je n’avais pas de recette de gâteau choco ni de … Oh my God! Et tout ça sans parler des tipis à aller faire chez mon Goglu!

Après que ma mère nous eu envoyé un courriel (“Les filles, pouvez-vous m’expliquer c’est quoi toute cette histoire de TIPIS??? Vous êtes déjà bien assez occupées il me semble!“) mon trop généreux Goglu m’a gentiment proposée de faire les tipis sans moi, à son rythme, chez elle, sur sa super machine à coudre. Elle a même eu l’idée de suspendre des pommes de pin à l’intérieur pour un petit look “antre de la clairière”. Mon coeur a pleuré de joie. Alors que mes amies me répétaient “tu sais, juste un gâteau de chez Costco et voilà, c’est réglé“, mon Goglu comprenait ce qui était important pour moi. Et elle m’aidait à l’accomplir. Ça, c’est de l’amour. Et puis, ma soeur a conclu en disant: “en plus, ce sera une répétition car moi aussi j’en veux un: un tipee, c’est trop pratique, non?“. Larmes aux yeux, coeur débordant d’amour, je l’aurais trop serrée dans mes bras!

Fanions

Petits fanions

Alors, une semaine de Cour plus tard, les cheveux ternes, les ongles nus, les cernes foncés et la maison (encore) en fouillis, nous sommes partis au ski pour le cours du samedi. Le plan de match? Revenir samedi tôt, après le cour de Petite Ourse pour tout ranger et faire le gâteau. Le petit imprévu? Petite Ourse s’est cassée la jambe sur les pentes de ski, patrouilleurs en ski-doo, clinique médicale de Mont-Tremblant, plâtre jusqu’à la cuisse et tout et tout! Dans sa douleur elle me demandait: “Maman, ma fête c’est demain, hein? C’est plus dans deux jours hein?” Oui, ma chouette, c’est demain. La famille ourse est rentrée à la maison en soirée, avec une oursonne qui avait (très) mal et qui a finalement réussi à s’endormir à côté de moi sur le divan du salon. Il était onze heures et demie. Classer les papiers d’impôt n’était plus réaliste. Et puis, on s’en fout des papiers classés! Allez, ménage (mettre tout dans mon garde-robe) et déco: on avait une forêt à recréer. J’ai finalement terminé mon gâteau à 2h30 du matin, le fondant roulé n’attendait plus que l’art de Petite Ourse, puis, je me suis couchée dans le salon aussi, avec Petite Ourse. Même sans coussin rose pop, je vous assure que j’ai très bien dormi.

Gâteau Décoré

Petite Ourse a décoré son gâteau avec un dessin d’elle (à gauche) et de son hérisson (à droite)

La fête a eu lieu, rien n’était comme j’avais imaginé, mais tout était parfait: Petite Ourse était contente. Elle était fière de son gâteau, elle regardait avec bonheur ses cousins assis dans les (magnifiques) tipis. Elle était contente de retrouver ses amies qui sont restées auprès d’elle, sur le divan et allaient lui chercher des guimauves (et non des carottes dans la trempette: I wonder why). Elle a aussi adoré sa poupée American Girl skieuse et aussi, le gâteau hérisson. Voilà! Depuis, Petite Ourse prend du mieux, elle est courageuse comme tout et a toujours son sens de l’humour! Et Papa Ours et moi on se fait des biceps à l’emmener partout dans nos bras: six semaines de musculation en perspective. Enfin, promis, je vous donne très vite la recette du gâteau hérisson (qui est juste trop bon car un peu biscuité)! Et puis, vous me faites signes si vous aimeriez que ma soeur signe un tuto de tipi. Car avouez-le, un tipi, c’est trop pratique dans la vie! Comment vous avez fait pour survivre sans tipi?

Hérisson

Gâteau hérisson

P.S. Dans l’énervement, j’ai oublié de prendre une photo des magnifiques tipis! Trop nul! À venir très vite, promis!

Que d’émotion!

EmotionVous allez rager. Vous vous souvenez de mon magnifique rouge La Malicieuse de Chanel? (Il est trop, trop beau, n’est-ce pas?) Alors, figurez-vous donc qu’après avoir vu une autre photo de mon inspiration beauté Kate Bosworth, j’ai craqué pour…le rouge Coco Shine de Chanel teinte Émotion (no. 92). Je sais. Je suis un rien influençable. Mais voyez par vous-même (mis à part pour le crayon apparent), n’est-ce pas convaincant?

Kate Bosworth rouge emotion

Je pense à vous toutes qui vous êtes précipitées dans l’heure au comptoir Chanel, «ventre à terre» (pour reprendre vos mots) pour aller vous procurer La Malicieuse. Désolée, mais je sens que vous allez sans doute devoir y retourner! Car avis à toutes : ce rouge shine est aussi splendide que La Malicieuse. Cette fois, c’est un rouge à lèvres bien lustré, gourmand, brillant et bien pigmenté, dans une teinte de baies écrasées. C’est une teinte romantique à souhait, très « beauté classique », dans un esprit «mes lèvres mais en mieux », un rien royauté, parfaite avec des joues sculptées et un bon mascara. C’est une teinte riche, hyper luxueuse mais jeune à la fois, et qui, comme beaucoup de rouge à lèvres Chanel, n’a absolument pas d’équivalence. Et puis, un rien estompé le rendu est exactement comme sur la photo! Enfin, avis à toutes celles qui aimaient déjà la teinte Mademoiselle dans les Rouge Coco, pour le printemps ce rouge à lèvres est exactement ce qu’il vous faut!

Toutes mes excuses à celles qui ont déjà le manteau sur le dos, le pied dans la porte… Bon, non, finalement, je ne m’excuse pas! Avouez; vous êtes bien contentes d’avoir une nouvelle excuse pour filer vers les comptoirs beauté en ce petit vendredi tout gris!

Le facteur fraîcheur

Lulu Organics

Après une courte absence, me revoici enfin! Devinez ce qui m’est arrivé! Peut être bien que…

1-      J’ai gagné un concours de chant et que je suis partie en tournée (hé, Paris: vous avez aimé mon spectacle?); ou…

2-      Peut être bien que je publie maintenant télépathiquement (quoi? Vous n’avez pas reçu mes articles directement dans votre cerveau?);

3-      Ou peut être bien que je suis devenue bergère de lamas, en Amérique du Sud (d’ailleurs, mon savon au lait de lama est à tomber! Et il ne coûte que 6 pesos argentins!).

Enfin, en attendant que je vous raconte ce qui m’a tenu à l’écart de mon ordi pendant près d’une semaine, sachez que ces jours-ci, le produit qui me sauve la vie c’est la poudre à cheveux de LuLu Organics (“Hair powder for days of unwash“). Mouais. Days of unwash. Je n’aime pas les jours de non-lavage, mais bon, il faut savoir s’en accommoder quand même car il y a des fois où vraiment, on n’a pas le choix.

En effet, comme c’est busy-busy pour moi ces jours-ci, mes cheveux sont comment dire…pas fraîchement lavés. Genre, si j’étais une rescapée sur une île déserte et que je traçais des traits sur un arbre pour garder le fil du temps, disons que…il y aurait plusieurs, plusieurs traits. Multiples days of unwash. J’aurais vraiment hâte que les secours arrivent.

Oui, je sais, je suis de ces filles qui ont les cheveux si secs qu’elles peuvent se passer de shampoing pendant quelques jours mais là, tout de même, je vais battre mon propre record de jours de non-lavage. Bon, c’est sûr, je n’ai pas de swish de cheveux à la pub de shampoing. Loin de là, je suis en total mode queue de cheval simple (en fait, je préfère dire « élégante pony tail ») ou encore chignon sobre  (je préfère «chignon romantique pré-printemps »). Et aussi, mon shampoing arrive à grands pas (il est à l’agenda : so excited!) alors, je demeure tout de même positive; je vois la lumière au bout du tunnel. Mais tout de même, cette petite poudre bio à saupoudrer sur les racines puis, à étirer sur les longueurs comme un shampoing sec est juste géniale. Non seulement elle a un petit effet « coup de fouet » sur la coiffure, mais surtout, le parfum très délicat de jasmin est absolument parfait. C’est une fragrance qui est si invisible, si universelle qu’elle saura épouser, à mon humble avis, tous les parfums. Cette poudre est juste ce qu’il faut pour se sentir plus propre du cheveu, plus fraîche des longueurs, juste ce qu’il faut pour pouvoir s’endurer jusqu’à ce shampoing en bonne et due forme. Disponible en mini format (pour le sac) ou en grand format, ce produit culte parmi les beautystas les plus vertes saura charmer même les plus conventionnelles coquettes, j’en suis sûre. Composition bio impeccable (poudres de riz bio, fécule de maïs bio, argile blanche, bicarbonate de soude, poudre de prêle bio et huiles essentielles bio), charmant emballage un peu vieillot/orientaliste, plusieurs parfums disponibles: cette petite poudre LuLu Organics est pour moi une belle découverte… Mais surtout, cette petite poudre c’est le facteur fraîcheur qui me permet de continuer à tracer des traits pour chaque jour de non-lavage dans la bonne humeur.

Alors, vous avez aimé mon spectacle de chant? Vous avez reçu mes articles par télépathie? Vous voulez du savon de lama? Mais surtout : vous avez des recommendations shampoing sec/ astuces « days of unwash » à partager?

Le Baume d’Aiguebelle

Baume d'AiguebelleVous connaissiez déjà mon amour exalté pour les produits de Santa Maria Novella, fabriqués selon des recettes traditionnelles vieilles de plus de 400 ans… Aussi, il n’était pas étonnant que dès que j’entende parler du Baume d’Aiguebelle, ce dernier rejoigne de suite ma liste de produits à essayer. Baume bien-être formulé à base de cire d’abeilles et d’huiles essentielles, recette artisanale fabriquée par des moines cisterciens à l’Abbaye de Notre-Dame d’Aiguebelle, en Provence, on dit que cet onguent miraculeux favorise la santé respiratoire, assouplit les articulations et procure un sentiment de bien-être à la fois clair et vaporeux. Huiles essentielles de thym, d’eucalyptus, de sauge, de lavandin, de pin, de genièvre et de géranium entrent dans la composition de ce produit à la fois culte et clandestin parmi les initiés. En effet, une simple noisette massée sur les mains ou le plexus solaire rendrait calme comme un lac* et donnerait aux pèlerins le sentiment sacré d’être arrivés à bon port avant même la prière. En ce qui me concerne, le Baume d’Aiguebelle me serait utile avant de dormir, pour me réchauffer du froid de février, me recentrer sur l’important et me faire rêver de voyages et de pèlerinages beauté. Parlant de produits de beauté monastiques il y a aussi l’Eau d’Émeraude des soeurs bénédictines de Notre-Dame du Calvaire qui est dit-on « miraculeuse » et aussi, bien sûr, la Crème de nuit des sœurs bénédictines de l’Abbaye Chantelle Bousy la Forêt.

Vous connaissiez le Baume D’Aiguebelle? (Vous habiteriez pas tout près par hasard?)

*(j’adore trop cette expression dans le livre La Liste de Mes Envies de Grégoire Delacourt).

Le bon maquillage pour le ski

Ski

Depuis le début de l’année, vous avez dû remarquer que je n’ai pas souvent publié d’articles les lundis: c’est parce que je me suis remise au ski! Petite Ourse a commencé les cours et je suis trop contente de moi aussi retourner sur les pentes après avoir eu mes oursons. Parmi les questions existentielles qui se posent quand on se met au ski (est-ce que j’ai tout oublié? quel manteau mettre? comment faire pour Petite Ourse n’enlève pas constamment ses mitaines?), il y a bien sûr le everso-crucial: quel maquillage porter pour faire du ski? Nous voilà à la mi-saison et Boucle d’Or a testé plein de trucs et la voici enfin apte à répondre à cette interrogation!

Forêt Magique

D’abord, petite note préalable: il va de soi que tous les produits que je recommande pour le ski ne sont pas sur la photo. Noooon. Il était hors de question pour moi de skier toute une journée avec un pot d’Egyptien Magic dans la poche, ou encore, de laisser mon vanity dans le chalet de ski. D’ailleurs, c’est totalement contre ma police d’assurance. Je plaisante, bien sûr, mon vanity n’est pas assuré, quoique, ça ne serait pas une mauvaise idée. À voir…

Alors, sous le maquillage, d’abord, on se protège. En ce qui me concerne, j’applique un peu d’Egyptian Magic en couche mince, en faisant bien pénétrer le produit, puis, une bonne couche de crème solaire matte Coola, comme à chaque matin de ma vie (par contre, je rêve d’essayer la Crème Vivesana, Solar to Polar et la Véritable Crème de Laponie, de Polaar, mais bon, c’est non-disponible ici).

Creme de Laponie

Ensuite, histoire d’unifier mon teint un peu et de manière durable, j’applique la BB Cream Glow Time de Jane Iredale. Bien que bien épaisse et ultra-couvrante, le rendu est assez naturel et vraiment parfait. La tenue, quant à elle, est marathonienne, même sur le Egyptian Magic. Je ne suis pas autrement fan de Jane Iredale (en fait, j’ai horreur des emballages et du visuel, qui me rappelle celui des marques de maquillage vendues par porte-à-porte, un peu quétaine à la Mary Kay) mais, il reste que cette marque est parmi les premières à avoir voulu offrir une composition nature et ça, ça mérite une mention honorable. Surtout que tous les produits que j’ai essayés m’ont épatés, c’est le cas pour la BB Cream Glow Time, tout comme les fards à paupières et la poudre Pure Pressed Base.

Un feu

Un feu pour se réchauffer un peu au sommet

Pour les joues, je me tiens loin des teintes rosées puisque le vent et le froid se chargeront de me donner des rougeurs naturellement. J’opte plutôt pour mon fard bronzant Buriti Bronzer, de RMS sur le haut de l’os des pommettes, et d’un peu de bâton Narcissist de W3ll People sous les yeux. Hop, je fixe avec un peu de poudre Cover FX (j’y suis revenue quand j’ai constaté que la composition était assez clean). Sur mes cils déjà bien long (grâce à Mise-en-cils), je n’ai pas besoin de mascara mais j’ai des amies skieuses qui jurent par le Bad Gal Waterproof mascara de Benefit. Pour mes lèvres, une petite touche de couleur: je n’ai pas pu résister au Dior Lip Glow Corail (plus beau que l’ancienne version je trouve) qui fait des lèvres santé de la parfaite teinte pétales/pêche melba absolument parfaites pour les pentes (et dans la vie en général). Je l’adore: il m’accompagne dans ma poche, avec aussi le bâton de baume Coola, que j’utilise aussi sur Petite Ourse.

Lip Glow Coral

Cabane à sucre pour se sucrer le bec entre deux descentes

Cabane à sucre au sommet pour se sucrer le bec entre deux descentes

Enfin, touche finale: sur mes mains, j’applique une bonne couche de crème à mains Cutibase, une merveille que je viens de découvrir grâce à la recommandation de l’une d’entre vous (merci Stephanie!). Cette crème a littéralement sauvé mes mains brûlées par le gel anti-septique et craquées par la neige (quand j’aide Petite Ourse à mettre ses skis). Disponible en pharmacie, je ne la connaissais pas et pour cause: il faut la demander au comptoir. Je constate que la marque compte d’autres produits que j’ai très envie d’essayer, vu la qualité que j’ai constatée.

Cutibase

Mmmmm, de la tire! Attention, baissez votre cache-cou: sinon, il sera tout collé! (je parle d'expérience!)

Mmmmm, de la tire! Attention, baissez votre cache-cou: sinon, il sera tout collé! (je parle d’expérience!)

Voilà pour mes recommandations maquillage de ski, à très vite pour mes conseils et  produits pour l’après-ski! Enfin, pour celles qui se cherchent une géniale professeur de ski pour rafraîchir leur technique, n’hésitez pas à m’écrire; j’ai trouvé la perle! Profitez-bien de la fin de semaine qui s’annonce bien poudreuse et blanche comme un nuage!

Vous, au ski, vous vous maquillez un peu? Quels produits me recommandez-vous? Et…comment faire pour que Petite Ourse n’enlève pas constamment ses mitaines?

Soif de beauté antique (Les mystérieuses Cités d’Or)

Aztec Secret

C’était évident. Après la Crème Secret des Pharaons (Egyptian Magic), qui connait (avec raison) un succès foudroyant, il y allait avoir des ramifications, des « inspired by ». Les civilisations anciennes ont la côte en beauté ces jours-ci, c’est évident. Les départements de marketing relisent Beowulf et déchiffrent des hiéroglyphes pour mieux nous comprendre. Et, bien sûr, Boucle d’Or est là pour mordre à l’hameçon! J’ai moi-même totalement sauté sur le balancier alors qu’il revenait de plein fouet vers les remèdes ancestraux, s’éloignant des extraits de collagène sostearoyl hydrolysés, dipotassium glycyrrhizate et autres listes d’ingrédients incompréhensibles. Donnez-nous du vrai, du naturel, du poétique, du performant éprouvé mais aussi, un peu d’histoire. On ne demande pas grand-chose : juste un petit lien avec une coquette de Pompéï, une Minoenne, ou une Inuit. Et aussi, bien sûr, donnez-nous un pot affreux, vraiment laid au possible, avec une illustration digne d’un manuel d’histoire des années 70. C’est totalement LA formule à adopter en ce moment pour conquérir nos cœurs de coquettes urbaines en soif de beauté antique. On ne veut pas juste une crème, non. On veut une crème qui a fait ses preuves en Mésopotamie. Ou sur un drakkar. Voilà!

Voilà pourquoi, quand j’ai vu le gros pot de Aztec Secret Indian Healing Clay, de l’argile de calcium verte bentonite (séchée au soleil à parfois 134 degrés, pendant un minimum de six mois) qui était sans doute l’équivalent Glam Glow des belles de Tenochtitlan, j’ai craqué. D’abord, le pot : il est encore plus horrible à regarder que celui du Egyptian Magic. Ça augurait donc bien. C’est signe de qualité, même. Ensuite, le produit : on voyait tout de suite que l’argile était toute fine, que ça allait être une super galère à appliquer, qu’il y allait avoir de la poudre de révélation aztèque partout dans ma salle de bain. Les choses se présentaient donc de mieux en mieux! (Quand c’est trop facile, c’est louche. No pain, no gain). Mais surtout, le petit message sur le pot : « Feel your face pulsate». Comme un appel du soleil levant dans une cérémonie sacrée. Love it! En plus, on pouvait faire des recettes à l’argile (je sais qu’on peut faire des recettes avec toutes les argiles, mais…), la mélanger avec du cidre, du miel, etc… Bref, des heures de plaisir en perspective! Et, pour le prix (7.99$ chez Whole Foods), j’étais déjà vendue! Ah, oui, j’oubliais : le site web. Il faut aller voir le site web.

Ensuite, j’ai fait mes recherches! Et…les critiques étaient assez unanimes (voir ici, ici et ici)! Ce masque, c’était de la dynamite! En quoi cette argile est-elle si particulière? En fait, elle est très chargée en ions négatifs. Elle attire les toxines et poisons comme un aimant. Voilà donc pourquoi elle ne doit être mélangée qu’avec des ustensiles de bois, de poterie (mais qui a de la poterie dans sa salle de bain? Qui???) ou de verre, et non de métal, cela va sans dire.

Alors je l’ai testé. Wow. In-tense. Oui, ça pique quand ça sèche. Oui, ça tiraille et aussi, on sent son cœur battre dans son front. Très recentrant. Très enfant du Soleil, ton destin est sans pareil. Et oui, au rinçage, la dynamite a fait son œuvre : la peau est purifiée, débarrassée de ses débris et saletés, elle est véritablement nettoyée en profondeur. Des pores? Quelles pores? La peau est pure, le grain de peau translucide. Cela étant dit: est-ce que ce masque est indiqué pour les peaux sèches et sensibles (comme la mienne)? No way! Est-ce que j’ai quand même apprécié le résultat? Absolument. Par contre, contrairement à ce qui est indiqué (utiliser plusieurs fois par semaine), je compte faire mon petit rituel aztèque une seule fois par mois, moins l’hiver. En effet, pour ma part, je privilégie davantage les masques hydratants, apaisants. Par contre, avis à toutes celles qui ont une peau acnéique, congestionnée ou des pores obstrués : les secret des Aztèques est pour vous! Il vous fera une peau de reine, c’est promis! En ce qui me concerne, je compte utiliser mon Aztec Secret sur mon corps, en genre d’enveloppement (pour un super look momification à la Rascar Capac dans Tintin et Temple du Soleil). Ou encore sur mes pieds (il paraît que c’est bien aussi)…

Allez, je vous raconte tout ça lorsque j’aurai testé. Vous aimez l’argile? Vous avez plein de recettes antiques à partager? Quelles argiles privilégiez-vous? Et, LA question de première importance : vous écoutiez les Cités d’Or?

P.S. En ce qui me concerne, mon Goglu et moi on rêve toujours d’un pendentif séparable comme celui de Zia et d’Esteban.

P.P.S. Vous pouvez vous procurer cette argile ancienne ici (Canada) ici (France), ici (Grande-Bretagne) et bien sûr, chez Whole Foods pour celles aux États Unis.

La bouche en coeur!

La Malicieuse 1

Ça a commencé avec une photo de Kate Bosworth, qui est totalement mon inspiration beauté depuis 2014 (je vous raconte tout ça bientôt)…Son rouge à lèvres! Il était parfait-parfait-parfait : un rouge-rose gourmand, qui donne du teint et fait la bouche en cœur…Un vrai rouge à lèvres de Saint-Valentin! Il me le fallait! Même si je devais aller camper devant la maison de sa maquilleuse (Kate Lee) et lui apporter des muffins et un Starbucks à l’aube, j’étais prête.

Kate Bosworth La Malicieuse

Je me suis mise à faire des recherches et j’ai vite trouvé (ouf, pas eu besoin de faire des muffins) : Kate portait La Malicieuse, no. 46 de Chanel, dans les Rouge Allure Velvet. Le petit hic? Nous étions en novembre et La Malicieuse ne serait pas commercialisé avant janvier. Soupir.

Mais comme tout vient à point à qui sait attendre, j’ai su être patiente (en usant mes 54 autres rouges à lèvres en attendant). Mais le numéro 46 La Malicieuse restait avec moi. Je ne l’oubliais pas. Je l’attendais de pied ferme. (Le nombre de fois où j’ai téléphoné dans les comptoirs Chanel et me suis fait répondre “Ah, oui, madame, nous avons La Mélodieuse“…”Noooon, excusez-moi je recherche La MALICIEUSE“… Je ne vous dis même pas!)

Aussi, la semaine dernière, mes doigts tremblaient presque en ouvrant la boîte : enfin il était là : mon rouge velours, dans la parfaite teinte de bonbon. Grand moment de bonheur, inutile de vous le dire. Et je n’ai pas attendu pour rien!

La Malicieuse 2

C’est totalement mon nouveau rouge-rose favori! La couleur est tellement parfaite, tellement irrésistible que la teinte a presque quelque chose d’illégal. Oui, le numéro 46 a un petite sous-tonalité qui rappelle le Diva de Dior et aussi le Cambon de Chanel mais au final, il ne ressemble à rien que j’aie récemment testé/acheté/porté/rêvé. J’adore la texture poudrée très particulière et un peu vintage qui fait des lèvres douces, un peu embuées, comme si elles étaient sous un filtre Instagram. Et quelle tenue! Ce qui m’épate encore plus? La texture perfectrice qui ne craque pas et ne met pas en relief les petites sécheresses et imperfections des lèvres. Au final : ce tube est un classique résolument moderne et je stresse à l’idée qu’il soit de passage en tant qu’édition limitée. Enfin, malgré la teinte assez éclatante du rouge à lèvres, son fini velours lui confère une petite touche classique, ma foi, (presque) sobre. Au bureau comme pour les soirées resto : aucun doute, Boucle d’Or est Malicieuse. Numéro 46, plus précisément.

Vous avez essayé les rouges Velvet de Chanel? Vous porterez des rouges à lèvres rouges en cette semaine de St-Valentin? Teintes de prédilection please?

Camp nudiste

NudistesAllez, venez! L’invitation est lancée! Et vous verrez, pourvu que l’on sache où mettre l’accent, on s’habitue et très vite, ça n’est plus gênant. Oui, oui, je parle de maquillage. Je vais vous présenter mes produits de maquillage peau nue favoris du moment!

Je vous avais parlé du blush Kjaer Weis, teinte Lovely, vous vous en souvenez? Alors, bien sûr, pour faire comme May Lindstrom, j’ai commandé la teinte Desired Glow, un rose-pêche-nu-basané (bravo la description). Et vous savez quoi? Cette teinte est absolument canon! À mi chemin entre Penny Lane de Nars et Lillium de Stila, cette teinte me fait des joues à la Kate Moss, pleines de volume mais sans couleur apparente. Portée seule, la teinte Desired Glow donne un relief d’enfer, dessine des courbes et sculpte le visage. En superposition avec Lovely comme May, le résultat est un teint santé de fille qui a pris ET du soleil ET du bon air. J’adore. À noter aussi, Desired Glow est également mon blush de prédilection pour quand je m’amuse côté rouge à lèvres. Avec un lipstick bien rouge, j’opte donc pour ce blush peau nu délicat, un fard à paupières laiteux/évanescent (see below!) et beaucoup de mascara. (À noter: pour économiser, j’ai commandé uniquement les recharges Kjaer Weis sans les boîtiers, que je range dans les boîtes en carton qui viennent avec l’achat du boîtier).

Pour les lèvres j’ai récemment adopté le baume à lèvres teinté Nobody’s Baby, d’Ilia. Vous vous souviendrez que je vous avais présenté cette marque canadienne que j’adore ici. Les baumes teintés Ilia sont de la folie : hyper opaques (comme des rouges à lèvres vraiment pigmentés) mais en même temps, totalement hydratants, c’est à se demander pourquoi toutes les marques ne les imitent pas. Surtout que la composition est plus-que-parfaite et le choix de teintes, à l’avant-garde des tendances pour une fois. J’adore les tubes qui vissent bien et évitent que l’on se retrouve avec du rouge à lèvres écrasé sur la vitre de nos lunettes (et avec du sable et des miettes de biscuits collés au rouge à lèvres). Quoi, ça n’arrive qu’à moi? Quoi qu’il en soit, ma sœur et moi on est toutes deux vite devenues accro à nos tubes de Nobody’s Baby (LA teinte nude à la Bardot) qui fait des lèvres pétales (et non des lèvres de ciment comme c’est souvent le cas avec les rouges à lèvres nude). Love, love!

Dans la même veine, il y a la teinte Dream State, dans les Lip Tints de Kjaer Weis. Dream State c’est LA teinte que la fondatrice de la marque Kristin Kjaer Weis a créé pour elle, celle qu’elle porte à tous les jours. Une teinte de lèvres nude comme on imagine une belle Danoise au teint mat et aux joues rosées en porter. Plus chic que chic, rien que le porter me fait sentir…scandinave-cool. Surtout quand je porte du noir et beaucoup de mascara! Moins hydratant que l’Ilia, sa tenue est, quant à elle, de beaucoup supérieure! Il suffit de mettre une touche de baume au centre des lèvres et…voilà! Allons nous promener à Sønderborg! Au cas où je serais ambigüe dans mes propos : j’adore tout Kjaer Weis!

Au niveau du teint, quand j’ai envie de nudité, je me tourne vers ma dernière découverte, celle qui a remplacé le Un-Cover de RMS : le bâton Narcissist, de W3ll People (teinte 2)! Il s’agit d’un bâton de cache-cernes/camoufleur/fond-de-teint tout en un, que j’utilise en petites touches sous mes yeux et sur mon visage, pour une peau qui a l’air de ne rien porter (mais un moi qui ne se sent pas toute-nue côté teint). Habiller le teint d’un presque rien parfait, qui lisse les pores, satine, veloute et tient bien, voilà le propre de ce produit, qui fait un teint tout beau, tout propre, mais aussi, tout nu! C’est un peu la version fond de teint des habits de l’empereur, sauf que là, ce sont les autres qui sont dupes (de notre peau parfaite). (Oh la la, les références aujourd’hui!) Enfin le Narcissist est beaucoup moins gras que le Un-Cover de RMS, voilà pourquoi, à mon humble avis, il est idéal pour les épidermes plus gras.

Voilà, je reviens à mon fard à paupières laiteux/évanescent, vous savez ces paupières un peu perlées, comme si on était émues, comme si on avait une riche vie intérieure, comme si un peu de rosée s’était déposée sur nos paupières? En fait, c’est un peu des paupières comme Scarlett Johannsson. Des paupières de jeune fille. Alors, pour y arriver, j’utilise le fard crème Lunar de RMS, qui est juste parfait. Oui, il peut avoir un peu tendance à migrer vers le pli (à peine), mais il suffit de le tenir à l’œil (hé hé) et, de temps en temps, passer le petit doigt dessus et voilà : problème résolu!

Ah oui, j’oubliais: j’adore aussi les nouveaux gloss Naked d’Urban Decay. Les teintes sont parfaites! La mienne? Naked!

Parfum de peau, poudre pour le corps, vernis laiteux (j’adore la teinte Powder my Nose de Vinylux!), bijou délicat qui glisse sur le cou, cheveux lustrés: autant d’autres manières de jouer avec le concept de la peau nue alors que l’on est tout de même, bien habillée.

Vous, vos produits peau nue favoris?

Salade de soleils

Salade de soleil

Comme la tempête fait rage dehors (sérieusement, je crois que j’ai mis un temps interminable à rentrer du bureau, ça glissait juste trop!), je me suis dit que le moment était parfait pour une petite recette réconfort; pour une salade soleil!

Depuis que je suis toute petite, il n’y a pas un hiver qui passe sans que je mange plusieurs fois la salade d’oranges de ma mère. En fait, quand je dis ça, ma mère me corrige : c’est la recette de ma grand-mère. En fait non, c’est la recette des sœurs de la congrégation Notre-Dame…Hyper patrimoniale, donc. Un succès assuré à chaque fois! D’ailleurs, tiens, j’ai demandé à ma mère de la préparer pour l’anniversaire de Petite Ourse.

J’adore cette salade d’oranges mille fois plus chic qu’une salade de fruits, avec son sucre d’orge craquant et ses oranges coupées en soleils. Bourrée de vitamines, elle est parfaite pour les brunch (et oui, bien sûr, pour le matin de Noël), en dessert léger, mais aussi, au petit déjeuner. Of course, c’est toujours une joie quand il en reste car en dessert pour égayer nos lunch d’hiver, c’est le grand bonheur.

Ingrédients

  • Une douzaine d’oranges Navel, sans pépins;
  • Une tasse d’eau bouillante;
  • Une tasse de sucre;

Préparation

  • Peler les oranges à vif (c’est-à-dire, “pour qu’il ne reste plus de blanc”, comme m’explique ma mère) et les couper en tranches minces (mais assez épaisses pour qu’elles ne se brisent pas);
  • Mettre les tranches d’orange dans un saladier;
  • Verser l’eau bouillante sur les oranges, pour créer un jus;
  • Dans une petite casserole, faire fondre le sucre, à feu moyen. Attention, ne vous éloignez pas car ça chauffe vite;
  • Une fois que le sirop a fondu en sucre doré, étendre en couche épaisse sur une plaque à biscuits recouverte de papier parchemin (papier sulfurisé). Petite note de mon Gogu qui a eu une mauvaise expérience: ne pas utiliser de papier ciré, sinon, ça colle!
  • Faire refroidir le sucre de manière à obtenir des tuiles craquantes
  • Briser les tuiles et en garnir la salade.

Bon appétit!

Baume Sweet Baume

BaumesPour les nouvelles lectrices qui arrivent (bienvenue!) et ne connaissent rien de mon obsession du baume à lèvres, mon Dieu…Par où commencer? Par ici, ici et ici (ah oui, et ici et ici), d’abord. Mais si vous n’avez pas 5 heures devant vous, sachez seulement que les baumes à lèvres dans ma vie tiennent lieu à la fois de remontant, de carnet de voyage et aussi, de petits talismans réconfortants au fond de mes poches. Voilà! J’adoooore les baumes à lèvres! Ah oui, je les utilise aussi pour m’hydrater, cela va de soi.

Autant j’aime aussi le rouge à lèvres (on a parlé de mon obsession du rouge à lèvres? De mon obsession pour la crème de nuit? Pour l’huile visage? Pour les savons en pain? Pour les gloss de ballerines? Pour tout ce qui sent le sapin? Pour…), l’hiver il m’arrive souvent de simplement jouer la carte « fraîcheur » avec beaucoup de blush et aussi, beaucoup de baume à lèvres un peu glossy. Le rendu est un peu « collégienne qui a bien dormi et est présidente du club de plein-air » et c’est justement trop la fille à qui j’aimerais ressembler aujourd’hui (alors que j’ai plutôt un look de rebelle académique chasseuse de fantômes dans des maisons abandonnées). Sans compter que c’est aussi une recette tout confort, un peu douillette pour dorlotter nos lèvres agressées par les éléments pour les habiller d’un manteau tout beau tout chaud.

Voici quelques-un de mes nouveaux favoris…

D’abord, il y a le Lip butter de Figs and Rouge. J’aimais déjà le Figs and Rouge Tubes, un rien granuleux  mais vraiment apaisant et assez mat, mais là, Figs and Rouge s’est vraiment surpassée avec son petit dernier : un baume soyeux comme je les aime, hyper lissant, texture pur gloss mais composition plus clean que clean. J’ai la teinte Rose Berry et c’est un vrai rose-pêche de lingerie fine, hyper laiteux et sans brillants. L’autre plus? Le tube mignon avec ses motifs fleuris et aussi le très pratique embout biseauté. Le petit moins? Son arôme qui sent un peu beaucoup les baies acidulées et qui fait vraiment un peu trop collégienne à mon goût.

Il y a ensuite le baume Suvana Honey Paw Paw, de Suvana Beauty, dans son gros tube jaune soleil qui arrive tout droit d’Australie (en passant, vu la grosseur du tube, c’est un excellent rapport qualité-prix!). En plus du Paw Paw (de la papaye), ce baume contient également du beurre de cacao, de la vitamine E, de l’huile de jojoba, de la cire d’abeille, de l’huile de fève de vanille, entre autres, en plus du miel. Il s’agit d’un produit honnête, sans fausses représentations, qui hydrate très, très bien et s’est vite hissé au rang des produits cultes ECOCERT. En ce qui me concerne, j’y suis vite devenue bien accro, le mettant dans mon sac tous les matins, au cas où… Parfum tout doux (beurre de cacao), assez léger en texture, ce baume n’est pas sans rappeler la consistance de la Vaseline, quoique, un peu plus jaune en apparence. Mais attention, il est très affecté par la température : dès qu’il fait froid, il est difficile de faire sortir le produit du tube et quand il fait chaud, celui-ci peut vite devenir coulant. On peut l’utiliser autant sur les cuticules que dans le visage, pour les contours des yeux, sur les petits bobos et aussi, sur les fesses des petits. Un vrai baume à tout faire! Car oui, ce produit est certifié biologique et ne contient, entre autres, aucun dérivés pétro-chimiques (contrairement, par exemple au Lucas Paw Paw qui lui, contient de la gelée de pétrole). Et ça hydrate bien? Mes lèvres habituellement craquées et douloureuses en février sont douces comme une peau de pêche. Merci Suvana Paw Paw!

Enfin, il y a le baume Lanolips, que mon amie Andrea m’a rapportée de Londres! Avec son petit tube rose bébé et le dessin d’un mouton qui donne un bisou (non, je n’invente rien), ce baume très pur me faisait de l’œil depuis longtemps. Surtout que je suis une vraie adepte de la lanoline depuis l’allaitement (vous vous en souvenez?).  Et, je ne suis pas déçue : lanoline de très grande qualité (ça se sent!), tube pratique et résistant, j’apprécie ce produit pour son côté neutre, presque clinique. Quand je sais que ma peau ne tolérera rien de rien, ce baume est toujours l’exception à la règle avec, en prime, une sensation de protection apaisante…Comme le baume Suvana Paw Paw, par contre, attention, ça n’est pas le choix idéal pour la poche de manteau: en effet, impossible de faire sortir le produit du tube samedi dernier au ski. Mon rêve? Pouvoir tester les versions colorées de la marque, qui semblent être très bien aussi (ahhh, les teintes Rose, Rhubarb ou Mulberry (une édition limitée pour le temps des fêtes!)). Ah oui, et aussi, la crème à mains a l’air géniale (au fait, je vous ai déjà parlée de mon obsession des crèmes à mains?), idem pour le Golden Ointment qui contient du miel de manuka!

Vous me dites quels sont vos petits baumes du moment? Ces baumes à tout faire, ces baumes à lèvres, ces baumes qui sauvent les vies, ces baumes qui sont des baumes pour l’âme et nous accueillent quand rien ne va. Parce que je parie que je ne suis pas la seule à être comme ça: là où il y a des baumes, je me sens chez moi. D’ailleurs, ne dit-on pas: Baume is where the heart is…

Grand Soir

Grand SoirÇa a commencé avec le courriel de l’une d’entre vous samedi dernier, qui me disait qu’elle avait un grand souper et voulait connaître mes petites techniques beauté pour les grands soirs. Ça m’a fait réaliser que…finalement, je ne parle pas souvent de mes looks plus habillés ou de mes looks de sortie; je parle surtout de looks de bureau, de looks pour quand on est en retard, de looks pour quand on va à Disney World… Bref, que du super utile pour une chic soirée en ville.

Comme Papa Ours et moi avons une soirée samedi, je me suis dit que vous pourriez m’accompagner dans mon maquillage et la petite préparation! Et aussi comme ça, je compte sur vous pour des conseils de dernière minute (hé hé).

Alors, d’abord, parlons préparation préalable! Mes vêtements sont propres et sans plis. Mes bottes sont propres, nettoyées du calcium et protégées. Mes cheveux sont frais colorés (merci Karine!). Et aussi, Denise a fait mon vernis (le Dark Dahlia (un noir-pourpre) dans Shellac, histoire que ça dure jusqu’à samedi!).

Inutile de vous dire que je me suis hydratée la peau religieusement toute la semaine : en fait, je m’hydrate religieusement depuis que je suis née, grand soir ou pas. Oui, je compte bien faire une petite exfoliation en douceur (Antonia Burrell Luminous Skin) et un masque éclat (le Problem Solver de May Lindstroml’avant-veille et aussi, un masque hydratant la veille (le masque Hydratant Apaisant d’Avène), histoire d’avoir le teint au top samedi!

Plus globalement parlant, il faut aussi que je vous dise : j’ai aussi…une vision. 100% chic sleek. Un peu Angelina dans Mr. et Ms. Smith. Pas de jupe tutu pastelle ce weekend, nooooon. C’est l’hiver, il fait sombre. Et j’ai envie de coolitude un peu dark pour faire changement. Un rien destroy-espion. Du mystère… (dis-je en chuchotant)…

Bon, tout de même, on se calme avec la coolitude destroy parce que ma robe (marine) est tout de même classique comme tout (c’est celle-ci). Mais je compte la porter avec des collants opaques noirs, des cuissardes BCBGMAXAZRIA et mon sac 2.55 de Chanel. Ah oui, et mon vernis Dark Dahlia hyper glossy!

Zarita Dress Diane Von Furstenberg                       Zarita Dress de dos (noir)

Pour les cheveux, rien de spécial…Une mise en plis bien bouncy avec des boucles lâches, comme la plupart du temps. Juste avant de partir, je zapperai frisottis et cheveux cassés avec un peu de spray L’Oréal Professionnel Anti-Frizz, vaporisé le long de la séparation, que j’étendrai du plat des mains en lissant vers le bas. C’est mon petit truc infaillible pour avoir une bonne tenue et éviter l’électricité statique inévitable de l’hiver.

Pour les boucles d’oreilles, je ne sais pas : je n’ai pas encore décidé. Je sens que ce sera une décision de dernière minute, selon ce qui « illumine le regard » le plus. Et bien sûr, j’attends vos suggestions!

Ensuite, le plus important : le maquillage de samedi! Les Grands Soirs sont souvent l’occasion pour moi de m’amuser côté maquillage et aussi, de mettre un peu de côté mon stress pour les ingrédients et de juste profiter des produits que j’aime sans culpabilité.

D’abord, la base. Comme les pro, je vais « presser » une huile sur mon visage avant tout, en faisant un léger massage histoire de réveiller l’éclat. Mon huile de prédilection? La Precious Oil de M. Picaut, qui est vraiment inégalée en la matière et surtout, ne sent rien (personne ne souhaite donner des becs à des joues lavande-patchouli, personne!). Ensuite, hop, une petite noisette de crème Anti-Rougeurs Fort d’Avène, histoire que le maquillage s’applique facilement.  Cette crème est une excellente base de maquillage car elle n’est pas trop grasse et ne peluche pas.

En ce qui concerne la base cosmétique, j’utilise en ce moment (pour les grands soirs) la base Dream Skin de Dior qui fait une peau simplement divine. Ça lisse, ça repulpe, ça corrige les zones d’ombres…oui, il porte vraiment bien son nom. Pour le fond de teint, je mélange (un pour un) le fond de teint Dior Capture Totale Serum de Teint (teinte 30, pour faire mon astuce anti-gel) et la base Dior Glow Maximizer qui est nacrée et fait une vraie peau parfaite comme dans les pub Dior Snow que j’aime tant! Un peu de cache-cernes Bobbi Brown (toujours mon truc anti-yeux de panda) en touche finale et voilà : une bonne base de teint comme un beau canevas!

Ensuite, pour les joues : une touche de Blush Lip2Cheek Smile, de RMS sur les pommettes donne la juste dose de rose et aussi (toujours) un peu d’enlumineur Living Luminizer RMS le long de l’os des joues pour accrocher la lumière. Enfin, histoire de ne pas luire et d’avoir des pores invisibles, fluff, un petit nuage de non-poudre Un-powder de RMS, un autre incontournable pour moi.

C’est au niveau des yeux que je compte assombrir mon look sommes toutes, assez santé. Sur la paupière mobile, je fondrai mon nouveau favori : le fard crème Solar de RMS. C’est un fard bronze-ardoise (pas du tout comme sur la photo de la marque), facile à appliquer, qui donne un super effet yeux-glossy-sexy. Et il est inratable! On l’applique au doigt ou au pinceau, on fond un peu et voilà : plus la soirée avance plus le fard semble prendre vie, avoir un peu de vécu et faire le regard perçant. Et, contrairement aux fards poudre asséchants, le fard crème donne un vrai coup de jeune au visage, c’est étonnant. Deux bonnes couches de mascara sur mes cils bien fournis (merci Mise-en-Cils!) et voilà, il ne me reste plus qu’à définir mes sourcils avec la poudre à sourcils Cool Brown du Local B (recommandée par Pascale, la fée du sourcil de tout Montréal).

Enfin, vite, je trace l’arc de cupidon avec mon crayon de Megan Fox (no 12 d’Armani!) et slick, j’applique le nouveau rouge à lèvres shimmer Lip Colour de Bobbi Brown. La teinte? Ballerina Shimmer (12). Oui, je sais, c’est pas très destroy-chic comme nom mais… je suis comme je suis et il me faut bien ma petite touche rose poudré. Et oui, pour celles que ça intéresse (Irène!), je confirme : c’est LA teinte de ballerine la plus parfaite que j’aie jamais essayée!

Vite, vite, il est moins une (Papa Ours a déjà appelé le taxi!) alors, je passe à la touche finale : je glisse rouge à lèvres et gloss (lequel choisir? La teinte Insolence (57) de Chanel Extrait de Gloss, oui, je crois que ce sera celui-là) dans le sac, miroir de poche, téléphone, cartes, argent, mini brosse à dents et mini vaporisateur de parfum… Pshiit, un petit nuage de parfum sur moi en sortant (Lann-Aël de Lostmarc’h!), manteau, foulard et gants et voilà : en route vers le restaurant!

Bonne fin de semaine à toutes! Vous, dites-moi tout de vos looks des grands soirs! Et de la préparation! Et de vos produits chouchous pour y arriver!

P.S. Je sais, j’ai pris un retard énorme dans mes réponses aux commentaires…C’est très occupé au travail ces jours-ci. Je vous remercie toutefois de vos beaux commentaires qui me font sourire et m’inspirent. Je répondrai très bientôt aussi à celles qui m’ont posées des questions. À bientôt!

Truc de maquillage antigel

Antigel

Les bonnes idées sont souvent le résultat de l’erreur et du hasard. Je le confirme avec ma récente découverte beauté qu’il me fait trop plaisir de partager!

Cela fait plus d’une semaine que je ne sais plus comment me maquiller pour camoufler mes rougeurs du teint dues au froid. Je quitte la maison, teint tout beau, tout blanc, tout calme. Inspiration reine des neiges/pub Dior Snow 2014 (googlez-le, c’est sublime!). J’arrive dans l’auto: le froid a eu raison de mon éclat: plaques rouges autour du nez, sur le nez, yeux brillants. Bref, la reine des neiges a l’air d’avoir pleuré/mal dormi même si elle a la grande forme.

Mais l’autre matin, alors que je n’étais pas tout à fait réveillée, j’ai appliqué un échantillon de fond de teint nettement trop foncé. Dans le genre, ma teinte plus 2. Résultat? Un teint de latte, bien beige, que j’ai dû fondre dans mon cou pour qu’il n’y aie pas de démarcation (j’étais trop en retard pour tout recommencer). Dans le spectrum des teints, j’étais à l’opposé de mon teint d’hiver habituel plus Marie-Antoinnette que pub Michel Kors…Alors, histoire de me sentir tout de même moi-même j’ai rosi mes pommettes avec mon Lip2Cheek teinte Smile de RMS et j’ai ajouté une pointe de Living Luminizer RMS sur le haut de l’os et go, je suis sortie dans le froid.

Et il faisait froid! Un froid qui donne mal aux mains en 30 secondes, qui draîne la batterie d’IPhone, un froid qui fait que même la voix de mon GPS semblait enrhumée. Mais vous savez quoi? Mon teint lui, était parfait. Bien neutre. Bien beige. Un peu chaud, comme un teint d’hiver à peine bronzé, comme un teint de suédoise qui revient du ski. J’ai adoré! Le rose était aux bonnes places (sur mes joues uniquement), mon regard semblait plus clair, plus vif et surtout, je n’avais plus l’air d’avoir le nez gelé.

Alors voilà! Depuis, je me maquille en jouant avec les mélanges et en ressortant mes fonds de teint de vacances. Oui, il faut bien fondre et bien étendre (idéalement sur une crème anti-rougeurs en base…moi, j’aime celle-ci, d’Avène) mais croyez-moi, votre teint unifié un rien bronzé ne gagnera qu’en éclat sous le soleil froid.

Vous avez d’autres petits trucs maquillage anti-rougeurs pour les grands froids?

Inavouable, le parfum

parfumC’est une histoire d’amour à l’envers. D’habitude, je tombe amoureuse d’un parfum comme on aime une histoire, comme on lit un roman. Comme un rêve… D’abord, j’aime le nom. Le visuel, ce qu’il évoque, sa description. L’image qu’il renvoie ou l’aura que j’imagine qu’il me donnera… Je serai étincelante… Gracieuse. Je porterai des teintes claires. Le soleil brillera dans mes cheveux. Je courrai dans les rues vides, avec des chaussures magnifiques qui claquent. Clac-clac-clac. Je serai ailleurs. En voyage, loin, sur une plage avec la famille Ours. Je porterai des motifs éclatant! Et des bijoux turquoises. On s’amusera au bord d’une piscine… Ou je serai une belle des glaces. Les flocons s’accrocheront à mes cils…Oh, je serai une ballerine, en cache-coeur tout doux, j’appliquerai un blush rose sorbet, devant de grands miroirs…des miroirs comme ceux de l’ancienne salle de bain au 9è du Centre Eaton…Ou..Je me sentirai forte, charmante, mes enfants me diront que je sens bon…Je chasserai les papillons! Je serai mystérieuse. À Salzbourg, dans les montagnes… Bref, pour moi, le parfum c’est souvent une question de poésie, d’histoire rêveuse et aussi, of course, d’odeur et de souvenirs.

Bien sûr, je rêve de trouver LE parfum parfait, celui qui semble n’appartenir qu’à moi, tellement que je peux quasiment signer mes chèques avec un petit pshiit. Mais bon, comme je n’ai pas encore trouvé celui-là, entre temps, je me parfume de d’autres découvertes sublimes, qui sentent hyper bon. On en reparlera, d’ailleurs de mon parfum de rêves.

Il ne m’est jamais arrivée de choisir un parfum à l’odorat uniquement. Je ne suis jamais entrée dans un grand magasin, senti des flacons puis, choisi. Jamais. Non, il me faut aussi le joli flacon, la petite boucle, un nom féérique, une histoire et une lignée (s’il a été aimé par Grace Kelly ou une autre grande dame, encore mieux!). Voilà pourquoi je ne porterai jamais un parfum qui s’appelle Fleur de Squelette, Jour de Zombie ou Muguet Déchet…Pas plus que Amour Arsenic, Le Jardin de mon Comptable ou même le très anti-controverse Moyen-Moyen. Même si c’était LE parfum qui m’allait. Même si c’était le sillage le plus splendide au monde. Non! Ces noms n’évoquent rien pour moi. C’est trop nul. J’aurais trop honte le jour où l’on me demanderait le nom de mon parfum.

Mais ici, j’ai vécu l’inverse. J’ai reçu un échantillon et il a bien failli aller tout droit aux poubelles. Nudité Intense. Rien que le nom. Écrit avec un genre d’écriture graffiti… Je n’ai rien contre la nudité…mais intense? C’est maladroit comme nom, c’est usé, c’est mal ajusté, comme une ado mal à l’aise qui remonte constamment son top strapless

Mais j’ai lu la description, tout de même. “Une odeur légère et diaphane de peau nue, surtout appréciée dans les étreintes. Éphémère, telle une brise délicate…Nuances légères d’une pluie délicate et pure, avec la senteur unique d’une fleur qui bourgeonne. Une enveloppe de fraîcheur irrésistible et invisible dont votre peau s’imprégnera avec intensité.

Bon, à part l’over-utilisation du mot “délicate”, il y avait tout de même de mes mots-clés chouchous. “Propre”, “Frais”, “Pur”…Alors, je l’ai senti. Et mon coeur a fait un bond. Un peu comme Juliette has a Gun, not a perfume, mais en version moins ambrette, c’est davantage une essence fantôme qu’un parfum. C’est une odeur de peau, de lait et de soleil. Ça me fait penser au parfum d’Hanae Mori mais en version plume, mille fois plus effacée. Rien de tropical, rien de vanillé, ça sent plutôt le linge propre qui est encore chaud, la peau d’été, un peu crémée, un rien de fleur sur un coussin de musc bien moelleux. C’est un parfum intemporel, un parfum de peau, tout secret, sans saisons, ni attaches-mode. Un parfum pour câliner son bébé, pour sentir bon pour soi sans alerter personne, un parfum que l’on porte comme une belle lingerie sous son chandail de laine, un parfum que l’on garde près de soi comme un pendentif précieux qui pend au creux du décolleté, sous la robe. Bref, on est à milles lieues de la nudité intense et vulgaire écrite en graffiti sur un mur (ou un flacon), par une ado mal dans sa peau. Non, on est dans l’amour discret et le bonheur tout doux. On est dans la beauté élégante de celle qui sait et n’a rien besoin d’afficher. Dans la douceur de celle qui choisit qui pourra la respirer.

Enfin, il ne fait aucun doute pour moi que tout ce qui concerne ce parfum a été très mal choisi : du nom au concept, au visuel et même au conditionnement (une huile-roller, c’est assez high school comme expérience malgré tout). Mais peu importe, pour une fois j’ai choisi un parfum pour les bonnes raisons : il sent bon, il sent moi mais en mieux. Tout délicat, tout doux, je ne peux me retenir de prendre de grandes inspirations quand je mets mon foulard qui en est un peu imprégné. C’est un parfum sublime, soyeux, qui fait sentir belle et semble opérer de manière quasi-subliminale. Bref, je l’adore! (Mais je garde son tube bien caché).

Ainsi, si on se croise dans la rue et que vous me demandez mon parfum (il faudrait que vous ayez un super odorat, tout de même car il est vraiment discret), sachez qu’il est entièrement possible que je rougisse et…parte en courant sans répondre. Nudité Intense. Pfff. J’aurais mieux aimé Féérie Vidanges-Camélias. Au moins ça aurait eu le mérite d’être original.

P.S. Nudité Intense est disponible chez Murale, Nordstrom et aussi, sur Beauty Habit.

P.P.S. Vous, vous avez des produits de beauté inavouables? Un produit que vous aimez mais qui vous inspire un peu la honte?

(Irréa)liste de mes envies

IrréaOn a toutes une petite liste d’envies mode ou beauté, ou même une liste pas si petite que ça. Moi, j’ai deux listes. (Hé hé, ça vous étonne?)  D’abord, j’ai une liste « réaliste » (ci-après, ma “réa-Liste”). Sur la réa-Liste il y a des produits et envies plus raisonnables, des produits que je pourrais me procurer, à court ou moyen terme et moyennant un effort raisonnable. Il va de soi que le critère d’appréciation de l’effort en question est « la femme normale raisonnable » (celle qui se contente de ce qui est disponible dans son quartier) et non la coquette prête à tout pour le nouveau fond de teint Shu Uemura (y compris faire un stage au Japon). À titre d’exemple, sur ma réa-Liste il y a présentement un rouge à lèvres Chanel (je vous en reparle!), une huile pour les cuticules du Dr. Haushka et…un autre rouge à lèvres Chanel (mais celui-ci est super différent du premier alors, c’est tout à fait justifié.). Bon. Oui, c’est beaucoup mais techniquement, une petite expédition-poussette au Centre-Ville et un chocolat chaud pour tout le monde et tout peut être réglé.

Mais…J’ai aussi, une liste un peu rêvasseuse, improbable. Une liste « internationale » qui, elle, nécessiterait des voyages, des contacts, des agents-passeurs aux frontières, des codes secrets, des frais de douanes inquiétants, des déguisements (toujours) et des expéditions en train dans des wagons lugubres qui craquent au moindre tournant. En buvant un thé fort. Dans un verre de métal brossé…En jouant aux cartes, l’air sombre, la main sur mon sac de trésors (des produits de beauté rares provenant de contrées lointaines). Bon, j’exagère mais vous avez tout compris : c’est une liste d’envies compliquée et intercontinentale qui, pour le moment, est aussi peu probable que mon chien incontinent qui me demande s’il peut aller faire pipi. Of course, c’est de mon Irréa-Liste dont je veux parler aujourd’hui (sinon, quel intérêt?).

DeMamiel

D’abord, sur mon Irréa-Liste il y a…La nouvelle ligne de produits De Mamiel, Botaniques. Annee De Mamiel a eu envie de créer une ligne de soin qui offrirait à ses clientes l’ « énergie guérisseuse » et les « propriétés embellissantes pour l’épiderme » que celles-ci retrouvaient dans sa cabine de soin (pour laquelle la liste d’attente est close, pour le moment). C’est donc une manière pour nous d’enfin pouvoir vivre en quelques sortes, le soin du visage dont tout le monde parle. Tous les avis que j’ai lus, d’ailleurs, n’ont que des éloges à formuler sur la ligne Botaniques. Ces produits, en plus d’être très purs et efficaces, agissent en complémentarité avec les huiles des saisons d’Annee De Mamiel. Oui, ils sont artisanaux, fabriqués en petites quantité, avec un amour et une passion évidente. Mais ils sont également très avancés scientifiquement, formulés avec un savoir qui est fruit de longues études : probiotiques, peptides, mélanges complexes d’huiles essentielles et d’essences de fleurs, poudres de minéraux… Annee De Mamiel persiste et signe avec ses doigts de fée et une ligne comme il n’y avait qu’elle pour créer. Les produits qui me font le plus envie? Le Restorative Cleansing Balm, un baume de nettoyage soyeux et réchauffant, qui contient du miel Manuka, des huiles Kukui, Calendula et Moringa (avis à l’une d’entre vous (Juliette!) qui adooore le Moringa Cleansing Balm d’Emma Hardie) qui nettoient en profondeur. Il y a aussi le Rosey Lip Balm (il me faut toujours le baume à lèvres, toujours!) qui contient de l’huile d’églantier et aussi, tout un mélanges de produits de la rose (il a l’air génial!).  Et enfin, le Dewy Facial Mist, un pshit à vaporiser qui calme les esprits et oui, fait le teint radieux et éclatant. Il y a également le Cleanse & Exfoliate, une poudre à humidifier qui se transforme en crème gommante visage et fait, dit-on, le teint parfait. Enfin, avis aux femmes enceintes : il y a aussi une huile visage spécial maternité!

Ying Yu Jade Roller

Sur mon Irréa-liste beauté il y a aussi…Le Jade Roller de Ying Yu! Qu’est-ce? Un bâton avec un petit rouleau de jade à rouler sur le visage pour en redessiner le contour, activer la circulation et, en somme agir en genre de massage bienfaisant. Les critiques sont unanimes : on devient vite complètement accro à ce petit rouleau que l’on conseille même de garder au frigo! J’imagine trop la tête de Papa Ours en me voyant passer un rouleau de jade sur mon visage. Chaque soir. (Roulement de yeux mais sourire attendri).

Sleep-In Rollers

Enfin, sur mon irréa-Liste, il y a…Les Sleep-In Rollers! Il s’agit de rouleaux en mousse tout confort qui font une super mise en pli durant la nuit, sans fer ni chaleur qui abîme. À moi les boucles parfaites au réveil! Quant à la tête de Papa Ours quand j’aurai mes rouleaux sur la tête et que je passerai le rouleau de jade sur mon visage, je préfère ne pas trop y penser pour le moment.

DermaFlannel

Enfin, il y a aussi la débarbouillette exfoliante Dermaflannel de Bravura London qui, possède un tissage spécial qui lustre et lisse la peau sans produit. Éco, efficace et parfaite pour le voyage, je vous invite à lire cet avis.

Cherubin

Capture d’écran 2014-01-23 à 13.10.13

Hitachi hada

Voilà pour mon irréa-Liste du moment! Bon, il y a aussi les huiles à cuticules Uka, les produits Détaille (l’eau de toilette Chérubin!) et l’intrigante machine Hitachi Hada Crie mais…ça, c’est encore moins réaliste! Allez, dites-moi tout de votre liste de rêveuse, de votre liste où tout est permis! Car j’ai comme l’impression que certaines d’entre vous se rangent davantage du côté de la « Coquette prête à tout » que de celui de la « femme raisonnable » qui achète tous ses produits au Pharmaprix au coin de la rue. J’ai tort?

Froid et moi

FroidComment on se crème quand il fait -24 en plein soleil? SANS le vent? Dans une plaine enneigée où soufflent des rafales qui soulèvent une poudre de neige fine qui pince la peau? Bon, je sais, ça n’est pas mon lot quotidien ce genre de balades en plaines enneigées mais, sinon, comment habille-t-on notre peau alors que même notre manteau ne semble pas assez chaud? Et que, je ne sais pas, l’on doive marcher jusqu’au métro?

Voyez ci-après, mes crèmes protectrices et salvatrices du moment.

Froid

D’abord, le Baume Egyptian Magic! Il n’y a pas à dire, c’est vraiment devenu l’un de mes incontournables. Il sait tout faire! Il calme la peau échauffée! Il protège des éléments! Je l’utilise aussi sur mes lèvres et cuticules dès que j’entre dans la maison mais c’est surtout sur le visage que j’observe ses prodiges. Il va de soi que sous le maquillage, c’est probablement la pire base de teint possible (bonjour le manque de tenue!), mais aucun doute, si j’avais à me promener dans la plaine enneigée visage nu sans témoins, ce serait mon produit fétiche. C’est donc le produit idéal pour le ski et les balades, mais surtout, pour se démaquiller quand la peau a été trop exposée au froid craquant ou encore, pour aller dormir la peau bien confo par nuit de moins-trente-sous-zéro. (Parlant de moins trente, cette nuit on annonce -34!).

Il y a aussi le Sérum Apaisant Hydratant d’Avène, de même que le Masque Apaisant Hydratant Avène de la même marque. Pourquoi j’en parle dans le même souffle? Parce que, depuis que les utilise en tandem, ma vie a changé! D’abord, dès que je ressens le moindre tiraillement, j’applique le sérum sur ma peau parfaitement démaquillée, puis, je tartine mon visage en entier avec le masque hydratant en couche épaisse. J’entends presque ma peau gazouiller de bonheur! Elle reprend vie. Exit l’inconfort! Autant j’ai toujours aimé le masque Avène dans le passé (au point de le racheter plusieurs fois), autant le fait d’ajouter le sérum au préalable élève ce masque à un niveau rarement rencontré dans ma vie de masque-holique qui a vu neiger. La peau se repulpe, se libère de ses écailles desquamantes, elle rosit aux bons endroits… Que du bonheur! Bref, ce duo je le garde sous la main : il me suit au ski, comme dans l’avion, pour toujours revenir dans ma salle de bain.

Pour les mains et les plaques vraiment asséchées, mon nouvel ami c’est la crème Bariéderm d’Uriage, qui a des propriétés isolantes et réparatrices. Elle aide mes petites crevasses sur mes mains, elle protège le visage des oursons, elle isole mes plaques de peau sèche sur mes avants-bras…Non, ça n’est pas la crème la plus glamour qui soit  (elle colle même un peu) mais justement, je l’aime pour son côté un peu médical, inodore et sans surprises. Ce tube livre la marchandise coup sur coup, de manière infaillible.

Et enfin, mon dernier amour, le baume The Blue Cocoon de ma marraine beauté, May Lindstrom. Un baume câlin et enveloppant, qui sent bon le Earl Grey (je trouve) et le jardin d’hiver, un baume bleu givre comme une fenêtre glacée illuminée par un ciel de plomb…Je prélève un petit pois de ce baume précieux qui fond comme par magie entre les doigts et je le masse le soir sur ma peau bien propre. L’effet d’apaisement sur la peau est immédiat. Les propriétés anti-inflammatoires , nourissante et apaisantes, conjuguées à la douce sensation de chaleur enveloppante qui calme et reconstitue en font mon baume de prédilection contre la détresse hivernale. Je respire profondément (ce baume a des propriétés anti-anxiété). Et oui, c’est instantané : je me sens bien. D’ailleurs, le texte de la marque ne dit-il pas (traduction libre) : « Tranquilité…Calme profond. Le résultat : un teint qui est apaisé et un esprit qui est clair. » Je ne saurais mieux dire.

Parlez-moi de vos soins incontournables anti-éléments du moment? Il fait comment chez vous? Comment prenez-vous soin de votre peau, par cette météo?

Le chemin le plus fleuri (les élixirs d’Alexis)

Alexis Smart

Image tirée du livre “Mon Herbier” de Marthe Séguin-Fontes (1984)

Toujours dans l’optique de bien commencer la nouvelle année (ouaip, je vais en parler jusqu’en février), je vous présente aujourd’hui les élixirs de fleurs d’Alexis Smart. Parce que oui, si vendredi dernier on a fait le tour de mon prequel au Plan (un pré-Plan, si l’on veut, une esquisse, une vision…) en parlant de petits détails (dont certains superficiels), il n’en demeure pas moins que ce que nous souhaite toutes pour la nouvelle année c’est d’être bien, d’être épanouies. Avant les cheveux brillants, le teint temple-de-la-renommée, avant les cils longs et le parfum qui devrait porter notre nom tant il est nous colle à la peau. Et pour cela, Alexis Smart et ses élixirs de fleurs, c’est la personne toute indiquée pour nous aider à nous faire fleurir de l’intérieur.

D’abord, qu’est-ce qu’un élixir de fleurs? Il s’agit d’infusions de fleurs qui répondent à certaines problématiques émotionnelles ou mentales qui affectent notre bien-être. Les plus célèbres sont sans aucun doute les élixirs de Bach, élaborées par le médecin et bactériologue britannique Dr. Edward Bach. Sans parfum, ni arôme, les élixirs de fleurs sont à prendre oralement, quatre mini gouttes sous la langue. Davantage médecine préventive que remède en soi, le concept des élixirs de fleurs repose sur la prémisse qu’une fois que l’équilibre émotif est atteint, alors le corps ne réagira plus de manière physique aux facteurs de stress. Ainsi, les migraines pourront s’estomper. Le mal de dos aussi. Ou encore, la nausée…Mais ce qui est certain, c’est que l’on se sentira bien.

Les fleurs qui servent aux élixirs proviennent de la campagne anglaise, pour la plupart. Les fleurs sont cueillies lorsqu’elles sont en pleine floraison, à l’état sauvage. Une fois l’infusion préparée (sous le soleil, dans un petit ruisseau), l’essence de fleur est conservée dans un brandy organique.

Qu’est-ce qui m’a attirée dans les élixirs d’Alexis Smart (à part les flacons de verre bleu-encre trop apothicaire/remède victorien comme j’aime)? D’abord, j’ai lu les témoignages sur sa page web. Des témoignages étincelants! Les clients sont sincèrement reconnaissants d’avoir eu son aide. Ils semblent vraiment se sentir mieux, avoir davantage de projets, être plus concentrés, avoir moins d’anxiété, avoir retrouvé un équilibre… Équilibre. N’est-ce pas là ce que l’on recherche toutes?

Mais il y a aussi la personne d’Alexis. Une jolie blonde, lumineuse, authentique, qui s’intéresse aux remèdes ancestraux, à des méthodes de guérison alternatives. C’est intéressant et c’est plein de poésie aussi.

Ce qu’il y a d’autant plus sympathique avec Alexis c’est qu’elle formule ses propres mélanges, qu’elle a ses recettes propres. Il suffit de cibler la problématique qui nous affecte le plus, puis, de regarder plus précisément quel mélange nous conviendra. Il y a des mélanges qui adressent la confiance en soi, l’anxiété, mais aussi la concentration et le coeur… Il y a même une formule beauté/confiance en soi (Beauty Formula No. 8!). Alexis est également disponible pour nous conseiller par courriel. C’est ce qu’elle a fait pour moi: je lui ai exposée ce sur quoi j’aimerais travailler et elle m’a conseillée un remède pour l’immédiat, puis, un second flacon à prendre par la suite, quand le premier sera terminé. En effet, exception faite du remède pour les grands moments de stress ou de choc (First Aid Kit, qui correspond au “Rescue Remedy” de Bach), il est déconseillé de prendre plus d’un remède à la fois. Mon Goglu aussi tente l’expérience avec un élixir qui répond à ses besoins à elle; nous avons hâte de vous en reparler à plus long terme!

Pour le moment, j’ai une nette impression d’y voir plus clair, d’être plus concentrée dans ce que je dois faire pour atteindre l’équilibre que je recherche. En somme, ça fonctionne, aucun doute. Je me suis demandée un moment si ça pouvait être psychologique, mais finalement, mon Goglu (qui n’a pas encore commencé son traitement) m’a fait rire en s’exclamant:  « Mais voyons, peu importe!! Si ça fonctionne, que demander de plus? » Et elle a raison. Est-ce que c’est le petit rappel, quatre fois par jour, quand je prends mes gouttes, qui me ramène à mon objectif d’équilibre et agit en mantra? Ou est-ce que ce sont les fleurs comme telles? Ou  peut être est-ce un mélange des deux? Est-ce que le chemin emprunté importe si l’on fait bon voyage et arrive à destination? Tout ce que je sais c’est que finalement, les élixirs d’Alexis Smart m’auront aidée à arriver là je voulais en venir. Tout ce que je sais, c’est qu’Alexis Smart m’aura accompagnée dans ma quête de l’équilibre, en prenant le chemin le plus poétique, le plus charmant et le plus fleuri. Et ça, j’adore!

P.S. À noter : les élixirs d’Alexis Smart sont disponibles sur sa e-boutique. Alexis Smart fait aussi des consultations personnalisées pour formuler des mélanges sur mesure, par Skype, par téléphone ou en personne (si vous êtes en Californie!). Pour celles qui ont des questions, il y a une foire aux questions bien détaillée.

Vous avez essayé les élixirs de fleurs? Qu’est ce qui fonctionne bien? Vous connaissiez les élixirs d’Alexis Smart?

De bonnes idées pour commencer la nouvelle année

Bonnes idéesEn attendant le Plan de début d’année en bonne et due forme (V. et moi on se voit bientôt pour en parler), voici quelques petites idées que j’ai adoptées, histoire de bien commencer la nouvelle année.

D’abord, les bandes blanchissantes pour les dents Whitestrips de Crest! Je vous en ai déjà parlé, ça n’est pas nouveau. Comme je compte sourire, rire et bien m’amuser en 2014, c’est le moment de m’assurer que mon sourire sera blanc-blanc-blanc. Attention : je ne fais que trois traitements trois jours consécutifs, puis, je conserve le reste des bandes dans la boîte pour le reste de l’année, en coup d’éclat.

Des compléments alimentaires pour la beauté!  À cet égard, l’Amérique a tout à envier à l’Europe côté sélection, vraiment…Pour ma part, j’ai teste les capsules Nutricap, qui bénéficient aux cheveux et aux ongles, je vous dirai. Je rêve toutefois d’essayer les capsules de la marque Imedeen (c’est génial dit-on).

On va dehors! Allez, on s’équipe pour aller dehors malgré le froid. Je crois qu’il n’y a rien au monde qui remette plus les choses en perspective qu’une promenade surtout si l’air est un peu saisissant et le sol crisse sous nos pas. Que celles qui se sentent la forme pour courir s’en donnent à coeur joie. Mais pour les autres, pas de culpabilité. Que ce soit de marcher pour aller chez Sephora, pour aller à la garderie, pour aller skier, aller jouer dehors avec les petits ou même juste de profiter de la petite marche vers le dépanneur quand on va acheter du lait, profitons de l’air frais, aussi froid soit-il. Pour y arriver, une seule solution : s’habiller convenablement. Un polar, des mitaines, une tuque et un gros foulard; les bonnes pièces font toutes la différence. Mes incontournables à moi? Les combines Helly Hansen (motifs scandinaves, yeah!!) et mon polar Lululemon so génial! (Bon, le mien ne semble plus y être mais les gilets ils sont tous trop beau).

On se fait des « soins maison » qui ne coûtent rien! Je sais, sur mon blog je parle souvent de produits hyper compliqués à se procurer dans le style expédition à dos de mule dans la steppe en Mongolie, création d’une adresse postale en République du Congo, cours de hongrois, puis récupération des produits au postkontor à Uppsala avec une fausse identité et voilà : à nous les pores invisibles!! Mais il reste que, si l’on revient aux sources (et j’adoooore revenir aux sources quand je ne suis pas dispo pour aller au postkontor!), tout cela, c’est de l’extra. On peut très bien se faire un super soin du visage avec de l’eau bouillante (bain de vapeur) et son nettoyant visage habituel, que l’on laisse poser en masque. Même avec un bon savon, ça fonctionne. Je lisais que c’est d’ailleurs ce qu’a fait Sunday Riley herself aux mannequins lors du défilé Stella McCartney (avec le Ceramic Slip Cleanser). À condition de s’hydrater convenablement après le rinçage, c’est un soin facile et efficace qui ne demande presque rien. Et pour celles qui ont milles produits (et rêvent d’une routine toute simple) : pourquoi ne pas essayer ce soin malgré tout? On se sent toute minimaliste, épurée, lavée de l’overdose cosmétique déferlante. Comme en cure dans un monastère. C’est tout à fait relaxant. Et rassurant de se rappeler que finalement, on a besoin de peu pour être heureux.

On s’hydrate de l’intérieur! Oui, je sais, ça semble si cliché. Mais à ce sujet, un récent courriel de mon amie V. me vient à l’esprit. « Hey mon amie! Je ne sais pas ce qui se passe : j’ai le teint gris et brouillé. As-tu des suggestions de produits? » Une minute après, pendant que j’étais en train de rédiger une prescription exfoliant-masque-soin, ping, un autre courriel. « Hey mon amie! Oublie mon précédent courriel. Je viens de me rappeler que je n’ai pas bu une goutte d’eau en 4 jours, chameau que je suis. Mon Dieu, comme j’aime les solutions toutes simples! Vive la vie! Que cela nous serve de leçon! ». Donc, morale de cette histoire : ne soyons pas chameau , buvons de l’eau, consciemment et consciencieusement chaque jour. Ça change tout, les études et témoignages le prouvent! Ensuite, histoire de pimenter un peu notre consommation, il y a toujours les infusions. Celle qui m’accompagne en ce début d’année? Le Skin Detox de Yogi Tea (qui propose même une pose de yoga pour un « teint éclatant » (bon, ça, je ne l’ai pas essayée)). Pour celles qui n’auraient pas accès à ce thé mais chercheraient dans leur contrée un équivalent, je vous donne la liste des principaux ingrédients : thé vert bio, pétales de rose, honeybush et fleur d’hibiscus…

On commence l’année avec quelque chose de neuf et d’inspirant! Un nouveau rouge à lèvres, une belle barrette, un blush…Pensez à qui vous voulez être en 2014, quelle histoire vous souhaitez raconter puis, achetez une petite pièce qui agira comme tremplin pour vous propulser dans votre inspiration. En ce qui me concerne, je suis totalement en mode ranch/époque victorienne alors, je pense que je recherche… un parfum (n’essayez pas de comprendre).

On essaie d’être un peu plus soignée au quotidien! Petite brosse et peigne, mini crème à mains, brosse à dents de voyage et mini-parfum pour le sac…allez, le pas allègre, le sourire aux lèvres et le regard au loin : 2014 nous appartient!

J’adorerais savoir ce que vous ferez pour bien commencer la nouvelle année, ça me donne toujours plein d’idées!!

Blanc comme neige (le soin post-imperfection)

CelsusJe ne sais pas ce qui est pire: l’imperfection en tant que telle ou sa trace, qui cicatrise souvent mal et laisse une ombre sur son passage. Cicalfate d’Avène, Cicaplast, Cicaplast Baume…j’ai tout essayé pour encourager une réhabilitation rapide, invisible et surtout, sans lendemain de veille. Ma dernière découverte en la matière: la crème Celsus BioIntelligence Scar Cream. Cette petite merveille compte 22 ingrédients actifs sur son équipe, elle hydrate, affine la texture de la peau et empêche le durcissement cicatriciel. Elle aide visiblement à la cicatrisation des plaies et à l’estompe de cicatrices plus anciennes. Naturelle, non-comédogène, on peut l’utiliser sur les petits, sur les grands, sur le visage, sur les cicatrices fraîches ou plus installées, même sur les vergetures. Les témoignages sont tous très convaincants et, après avoir testé, je le comprends: cette crème est le soin rêvé pour vite retrouver son teint de neige après la tempête. La texture est tellement fine et non grasse que je l’applique même sous le maquillage! En fait, comme le tube n’est pas trop gros, il serait même judicieux d’en avoir un dans son sac à main…Enfin, bref, c’est une merveille!

Vous, comment vous faites pour vite effacer les marques des petits boutons?

P.S. Pour celles en Europe, je vois que ce site propose une solution d’envoi pour l’Europe.

Au temps du mois de May

May Lindstrom

« C’était au temps, du moi de May

En montant la rivière,

C’était au temps, du mois de May

Que les filles sont belles au gué »

-Chanson ancienne

Je vous l’avais promis depuis un bon moment et je sais que vous aussi l’attendiez avec impatience : mon entrevue avec May Lindstrom, ma marraine beauté, la bonne fée de la beauté qui fait du bien. May s’est montrée généreuse comme ça n’est pas possible et je lui suis infiniment reconnaissante d’avoir pris le temps de répondre à mes questions, même celles sur le contenu de son sac et le ménage de sa maison. Comme avec ses rituels, le temps s’arrête, tic-toc. C’est la magie de May sauf qu’avec elle, on reste belle même après minuit. Mais surtout, on se sent bien aussi.

May Lindstrom

Boucle d’Or: Dis-moi, May, as-tu un mantra?

May: “Sois présente maintenant,  dans le moment” (“Be here now”) (Note de Boucle d’Or: Ouiiiii, on a le même mantra!) Je dois répéter ce mantra souvent, être dans le moment constitue l’un de mes plus grands défis dans la vie. Je crois aussi que c’est l’une des choses les plus importantes que nous puissions faire consciemment.

Il se passe un truc. Un événement impromptu…Une force majeure. Le stress monte. Comment gères-tu cette émotion? Des conseils?

Respirer. Faire un effort conscient pour ralentir et me rapprocher de mes émotions. Ensuite, je dresse un Plan d’action et je le mets à exécution. Est-ce que je peux résoudre le problème maintenant? Si oui, je me lance à fond, je m’engage et je résous le problème. Sinon, si le problème est hors de mon contrôle, alors je m’efforce de lâcher prise. “Let go”. Parfois, il faut même le dire à voix haute. Let go. Let go. Grande respiration.

Sous réserves de tes produits, parle-moi de certains de tes chouchous soins…

La Bella Figura

J’aime La Bella Figura Bio Active Healing Masque et aussi le Purifying Masque. J’aime aussi The Body Deli Blueberry Fusion Scrub et l’hydratant Creme de la Rose. Il y a aussi le baume à lèvres Kari Gran Lip Whip à la cannelle. Je suis vraiment très difficile car j’ai une peau hautement réactive et sensible. Je fais rarement des infidélités à ma propre ligne mais quand c’est le cas, voilà de belles gâteries.

The Body Deli

Quels sont tes produits de maquillage préférés?

Les blush crème Kjaer Weis: Je suis en amour avec l’emballage à la fois fin et massif et surtout, j’adore les formules des produits. Je superpose les teintes Desired Glow et Lovely pour un éclat qui me donne l’air (et me fait sentir) trop bien et aussi, un peu coquine.

Il y a aussi, bien sûr le RMS Living Luminizer : Sans conteste le meilleur produit pour apporter de la lumière et de l’éclat au teint. Pour quand on souhaite avoir l’air « illuminée de l’intérieur » ou encore, pour donner l’illusion d’avoir eu une bonne nuit (ou vie entière!) de sommeil, ce produit est un incontournable.

Of course, il y a aussi le RMS Un Cover-Up : Une petite touche de ce camoufleur crémeux et la rougeur de mon teint disparaît. Ce produit uniformise le teint parfaitement tout en donnant l’illusion et le sentiment que c’est notre peau, à son meilleur.

Le Revolution Organics Freedom Glow Beauty Balm : J’ai ce produit dans la teinte “Blushed” et JE L’ADORE (Note: les majuscules sont de May).  Une magnifique dose de couleur pour les lèvres et les joues!

Revolution Organics

W3LL People Nudist Colorbalm Stick teinte Poppy: C’est comme si un rouge à lèvres et un baume avaient eu un mignon bébé. Je garde ce tube dans ma poche pour réappliquer une touche de couleur quand je suis en déplacement.

W3ll People Nudist Balm

Ilia Lipstick Crayon teinte Karma Chameleon : Je viens de craquer pour ce crayon et je l’aime beaucoup! Il s’agit d’une teinte corail sublime – pleine d’entrain, d’éclat et de bonne humeur. Mais surtout, c’est une teinte vraiment seyante. Le crayon s’auto-aiguise pour révéler davantage de produit, comme ça, pas besoin d’aiguisoir. (Note de Boucle d’Or : je suis bête…j’ai aiguisé le mien.)

Ilia Karma Kameleon

Qu’est-ce qui t’inspire? Une image, un livre, un morceau de dentelle…? Anything?

Tellement, tellement de choses! Ma belle petite fille qui est encore bébé et mon mari. Les boîtes de fruits et légumes frais qui arrivent à ma porte des fermes locales et que je fais livrer deux fois par semaine. Cuisiner, en général – voilà un autre de mes grands amours. Du soleil et de la saleté être couverte des deux. Des parfums, des couleurs, des textures. Les bruits de la vie…

Comment fais-tu pour organiser tes produits de beauté?

Je mets tout dans des boîtes-cadeau May Lindstrom Skin! Elles sont belles, résistantes et parfaites pour tout bien organiser, des produits de soin au maquillage, en passant par les lettres d’amour.

Boîtes cadeau May Lindstrom Skin

Tu es tellement gracieuse. Et sincère. As-tu des petits conseils pour demeurer généreuse et pleine de sympathie dans un monde qui peut parfois paraître faux ou fâché?

D’abord, merci beaucoup. Je crois qu’il est important de se rappeler que nous avons toutes nos propres petites batailles, qui sont invisibles pour les autres. La compassion  et la sympathie pour notre voisin est vitale tant pour notre survie que pour notre bonheur. Radoucissions-nous envers ceux qui, clairement, ont mal. Même s’ils le montrent par la colère, la frustration ou des actions qui ne sont pas authentiques. Ça n’est pas à nous de juger les autres et où ils en sont dans leur voyage.

LE produit de beauté que tu rêves d’essayer?

Celui que je n’ai pas encore créé! Comme je formule tous mes produits moi-même, je suis constamment inspirée à pousser mes propres limites et créer des soins qui sont de vraies gâteries exceptionnelles. Je m’efforce de créer des formules qui sont toutes plus efficaces et excitantes les unes que les autres. Quand je suis dans le studio et qu’il y a un déclic dans un projet sur lequel je travaille, c’est un sentiment magnifique. Découvrir de nouveaux ingrédients, explorer de nouvelles couleurs et textures avec ce que la nature a de meilleur à offrir…c’est fascinant.

Quel conseil donnerais-tu à celles qui souhaitent faire la transition vers un mode de vie plus naturel, point de vue beauté?

Commencez avec quelque chose qui vous rend enthousiaste. Y-a-t-il une huile de soin que vous mourrez d’essayer? Un shampoing qui vous fait de l’œil et pour lequel les avis sont unanimes? Une huile pour le corps complètement luxe? Commencez avec ce qui vous fait sentir vraiment, vraiment bien et heureuse. À plus long terme, vous pourrez ensuite faire la transition, en remplaçant graduellement vos produits synthétiques pour un équivalent naturel, bien meilleur. Oui, c’est un processus d’essais et d’erreur alors soyez indulgente envers vous-même. Mais surtout, il faut voir ça un peu comme une chasse au trésor alors amusez-vous!

Ton parfum?

L’Huile Corps The Good Stuff: c’est le parfum le plus sensuel et délicieux au monde! Je l’utilise de la tête aux pieds (même dans mes cheveux) et elle laisse sur moi le plus doux et le plus tendre des sillages. Outre mesure, je travaille constamment dans mon studio à créer des parfums pour moi et pour des clients. Un jour je les mettrai peut être au monde officiellement!

The Good Stuff

Dis-moi, qu’est-ce qu’il y a dans ton sac à main?

Je partage mon sac à main avec ma petite fille d’amour alors il y a un peu de tout! Des couches de tissus, des lingettes, des collations saines pour nous deux et nos bouteilles d’eau en verre. Il y a aussi des livres et un jouet ou deux pour Thalia, un peu d’argent et mes cartes de crédit. Ah oui, mon IPhone…Et le Concentré de Baume de Beauté Blue Cocoon qui, en plus d’être génial pour le teint, a des propriétés anti-inflammatoires ce qui fait que je le garde sous la main pour les petites brûlures, coupures et éraflures, et même, pour les petits boutons insidieux. J’ai au moins un produit à lèvres. Et des élastiques à cheveux.

The Blue Cocoon

Quelles herbes et plantes recommanderais-tu de planter dans son jardin et pourquoi?

Beaucoup, beaucoup de verdure: il n’y en a jamais assez! Toutes sortes de laitues, du chou frisé (« kale »), des bettes à cardes et de la roquette. Pour les herbes, du persil, du thym, de l’origan, du romarin, de la sauge, de la ciboulette et de la coriandre…À vous de voir selon vos goûts et ce qui vous inspirera à cuisiner!

Ton thé ou ta tisane de prédilection?

Du thé vert genmaicha avec des grains de riz brun grillés ou encore, des fleurs de camomille si j’ai besoin de me calmer. J’ajoute toujours du miel brut…

Est-ce qu’il arrive que ta maison soit en désordre ou désorganisée? Est-ce qu’il arrive que tu doutes ou te sentes inadéquate? Comment arrives-tu à mettre ces sentiments négatifs de côté ou encore, à prendre le dessus sur le chaos général de la vie?

Ma maison est constamment en état de désarroi (sourire). Entre la gestion du studio May Lindstrom Skin qui se fait à partir de la maison justement et, avec ma petite fille qui semble avoir pour unique mission dans la vie de semer le désordre, j’entretiens très peu d’espoir quant à mon « espace de vie » de rêve zen et épuré. Je suis une femme qui, figurativement parlant, a un grand jardin à entretenir. J’ai souvent oui, l’impression de ne pas être à la hauteur, en tant que parent, en tant qu’épouse, en tant qu’amie et aussi, dans mon entreprise. Il est tellement difficile de faire tout parfaitement et je suis une perfectionniste absolue. J’essaie d’être douce envers moi-même, plus indulgente. J’ai le droit d’être humaine comme tout le monde, je sais. Mais j’ai beaucoup de difficulté à mettre en pratique envers moi-même la même compassion que je m’efforce à avoir envers autrui.

Un énorme merci à May pour cette entrevue autant généreuse que rafraichissante et qui tombe à point pour bien commencer la nouvelle année!

(*À noter, les photos de cet article ne sont pas de moi)

Hello Cupcake! (Force majeure)

Toronto 5hAMJe sais, ça fait un petit moment qu’on ne s’est pas parlées mais vous savez, j’ai une excellente excuse! Oui, oui. Allez, lisez-moi.

Vous vous rappelez mes péripéties de l’an dernier? Celles de la tempête de neige entre Noël et le jour de l’an? Alors, cette année, je croyais totalement avoir échappé à ce genre de concours de circonstances aussi rocambolesque qu’essoufflant. Je me disais, c’est le genre de situation extrême qui arrive une fois dans une vie, comme une éclipse ou la rencontre d’un ours. Mais non. Je m’apprêtais à revivre une force majeure. Le genre de situation où l’on est à 100 000 kilomètres de la fille qu’on aimerait être. Ce genre de situation où l’on a l’impression d’être une caricature de la fille désorganisée, mal coiffée et mère indigne. Ce genre de situation où l’on se retrouve à un aéroport lointain, en plein hiver, en ballerines. Avec de la ficelle à rôti et une lavette à carafe à portée de main, mais plus aucune couches (bravo à moi).

D’abord, ma dernière journée en Floride. Il faisait beau. J’avais un peu les bleus de revenir vers le froid. Forte de (l’une de mes) ma résolution de “profiter du moment” (“be in the Now“), je suis restée dans l’eau jusqu’à la dernière seconde. Pas de mise en pli, pas même de shampoing. De toute façon, je prendrai une bonne douche de retour à la maison, je me suis dit. Je fêterais mon retour avec mes produits chéris, dans ma salle de bain à moi. Qu’importe si mon avion devait atterrir vers 1 h30 du matin, une bonne douche me ferait du bien.

Idem pour les bagages, je les ai préparés un peu à la hâte. Craignant d’être en surplus de poids pour les bagages en soute (oui, j’ai fait quelques petits achats!), j’ai eu la super idée de mettre tout ce qui est lourd dans les bagages à main. Gé-nial. Ce qui fait que, dans mon bagage à main, entre autres choses j’avais de la ficelle à rôti (un rouleau complet! Je sais, ça fait bizarre mais elle est est super belle. Elle est bicolore! Imaginez toutes les utilisations possibles!), des cartes de voeux écrit “Hello Cupcake!“, une spatule (très fine, pour décoller les biscuits, c’est idéal!), un ensemble de draps pour Petite Ourse (que Papa Ours a gentiment pris dans son bagage à main), des crayons de couleur en bois (pour mes moments inspirés) et le roman policier que je venais de terminer (bonjour l’intrigue).

Alors nous sommes partis pour l’aéroport, tout le monde était en forme (trop même en ce qui concerne les oursons qui essayaient de se peser sur le pèse-bagage et faisaient des clins d’oeil aux agents d’aéroport). Direction Montréal! Yesss. Here we come!

Le voyage en avion s’est bien passé. Mes cheveux avaient séchés à l’air libre, pleins de sel, ils étaient devenus croustillants comme du poulet frit. Frottant mes yeux de fatigue j’ai découvert que j’avais encore plein de sable dans les sourcils. Et un rapide coup d’oeil à mon miroir de poche m’a confirmé que le look voyage de nuit après une journée au soleil, c’est moyen en terme d’éclat du teint. Un combo rouge-cerné. Surtout que j’avais aussi un peu de crayon vert sur le côté de la bouche (projet de dessin avec Petite Ourse). Et des miettes de biscuits sur le gilet (merci Bébé Ours). Peu importe, l’avion avait amorcé sa descente vers l’aéroport de Dorval, ouf, nous étions presque rentrés. Ma mission jusque là: surtout, ne rencontrer personne que je connais. Je me croisais les doigts.

Un message a retentit dans l’avion: “En raison du froid, l’avion est détourné vers Toronto.” Quoi? Toronto? Bon, je me suis dit, on arrivera à Toronto, puis, on repartira vers Montréal tout de suite. Ma douche sera reportée d’une heure, au plus. Une heure dans une vie, c’est quoi? Il était 1h30 du matin. Les oursons venaient de s’endormir. J’ai pris une grande respiration et j’ai vu que Papa Ours faisait de même.

Une fois à Toronto, les oursons (bien grognons d’avoir été réveillés) et moi, avons dû attendre la poussette à la sortie de l’avion pendant que Papa Ours allait aux informations. Une poussette qui a mise près de 30 minutes à venir car la porte de l’avion était gelée. Le froid nous a enveloppé, peu à peu. J’ai grincé des dents en pensant que nous n’avions pas nos manteaux et j’ai enveloppé les oursons dans leurs doudous. Dur retour.

En entrant dans l’aéroport de Toronto, nous avons vu que non seulement nous avion été détourné à Toronto, mais que 163 vols l’avaient été aussi. Plus d’hôtel. Files devant le comptoir Air Canada, files devant l’unique Starbucks. L’aéroport de Dorval était fermé. Il faudrait attendre. “How long?”. Personne de savait.

Nous avons sorti l’ensemble de draps de Petite Ourse et, sur le plancher de l’aéroport, nous avons fait un lit aux oursons pour qu’ils dorment, le temps que la nuit passe et que nous trouvions une solution.

Et là, bien sûr, en allant chercher du lait, je suis tombée nez à nez avec cette fille trop belle avec qui j’avais déjà travaillé il y a mille ans. Cheveux lisses et brillants, fraîchement maquillée, manteau d’hiver sur le dos et bottes Sorel aux pieds (alors que je m’étais résolue à mettre des chaussettes de laine dans mes ballerines Pretty Ballerina (ne me jugez pas, la situation était extrême!)), jeans bien coupés et pas de miettes, de sable ou de marqueur nulle part sur elle. Ahhhhh, great!! “How are you???” Pendant qu’elle me parlait, je n’avais qu’une envie: fondre, disparaître et aussi, lui parler par télépathie et lui dire que d’habitude, je n’ai pas les cheveux crousti-poulet. Soupir.

Finalement, nous sommes restés longtemps, longtemps dans cet aéroport. Les oursons ont dormi souvent sur l’ensemble de draps (félicitations à nous, quelle bonne idée de l’avoir à portée de main!), j’ai failli relire mon roman policier tant le temps a passé lentement (et ce, même si je savais qui était le meurtrier) et j’ai même manqué de couches pour Bébé Ours. Chaque fois que j’ouvrais mon bagage à main ma jolie ficelle à rôti me souriait et ma brosse à dents et mon blush brillaient par leur absence. Hello Cupcake.

La prochaine fois, promis, j’emporte les manteaux de toute la famille, des brosses à dents, des coussins et surtout, je rince mes cheveux avant de partir. Et si N., tu me lis, sache que vraiment, d’habitude, je n’ai pas les cheveux crousti-poulet. Ni une spatule à biscuits dans mon sac à main.

C’est un plaisir de vous retrouver! C’est un plaisir d’être rentrée chez moi. Et oui, mes produits chéris et moi avons vraiment fait la fête dans la douche au retour!

So Hemingway

Hemingway

Crédit photo: Vogue

Côté maquillage, ces jours-ci, j’ai été très inspirée par un magnifique photoshoot paru dans Vogue il y a quelques temps. On y voit Dree Hemingway recréant la vie (imaginée) de son arrière-grand-père, Ernest Hemingway. Lunettes yeux de chat, boucles parfaites et peau rayonnante, sous les palmiers, tout est parfait, hyper floridien. Je me suis donc amusée à recréer un look semblable le temps de mes vacances mais en version plus ensoleillée, dans des teintes corail. Au final, j’aime tellement que je compte bien continuer à le porter (en version lipstick rouge) une fois revenue à Montréal, avec mon rouge 999 de Dior, semblable au rouge à lèvres des photos de Dree.

En fait, le look est tout simple et résulte de la combinaison peau subtilement-hâlée-éclatante et rouge à lèvres mi-mat. Peu de maquillage sur les yeux, pas de blush et encore moins d’eyeliner : c’est un look facile pour sortir en coup de vent et aller prendre l’air frais à Key West comme à Québec.

Hemingway

Mon allié teint doré-hydraté-éclatant? Mon nouveau trésor : le Buriti Bronzer de RMS. Vous savez combien j’adore mon Living Luminizer, n’est-ce pas? Ce fard illuminateur hydratant qui figurait dans dans mon Palmares 2013? Alors, le Buriti Bronzer est son nouveau petit frère! (J’ai peine à contenir mon excitation et empêcher mes mains de trembler de bonheur!) Même texture et même rendu délicat complètement luxe (pas de pigments visibles, de brillants ou de paillettes), mais dans une version dorée-bronzée absolument magnifique. Le Buriti Bronzer tient son nom de l’huile de buriti sauvage qui entre dans sa composition et qui, selon les dires de la marque, contient un très haut pourcentage de vitamine A et de béta-carotène. Mais le plus beau? C’est l’éclat qu’il procure. C’est comme si on se regardait dans un miroir avec un filtre de vacances. Comme si le soleil nous suivait partout. Je l’applique sur le haut des os des joues et en petites touches sur l’arête du nez et voilà, c’est tout ce qu’il faut pour un teint des cités d’Or.

Pour les lèvres, comme je porte beaucoup de rouge-rouge l’hiver à la maison (c’est réconfortant, je trouve, au même titre qu’un lait chaud, un bon roman ou une couverture de laine La Baie, oui oui), j’ai opté plutôt pour une chic teinte corail: le gros crayon Ilia, teinte Karma Kameleon. Je n’ai pas le mérite de l’avoir découvert toute seule, c’est May Lindstrom qui m’en a parlé et elle a raison : il n’y a pas mieux pour réveiller le sourire et donner bonne mine. D’ailleurs, petite note en passant, ce crayon rend magnifiquement en photo! Toutes mes photos de vacances où je le porte, il n’y a pas à dire : j’ai l’air en pleine forme! Texture assez longue tenue (toutefois, petite note pour ma mère qui adore les longues tenues : ça reste un rouge à lèvres, pas un tatouage), il laisse sur les lèvres une jolie teinte à l’estompe. Pas excessivement hydratant mais très confortable, ce crayon fait des lèvres résolument modernes, mais avec ce je ne sais quoi de petite poésie rétro. Comme des lèvres de velours. Enfin, ce qui ne gâche rien : Ilia est une super marque fondée par une Canadienne (d’ailleurs, j’ai adoré tout ce que j’ai essayé), non-toxique, gorgé d’ingrédients bioactifs et résolument sans compromis. Je vous reparle d’ailleurs très vite de mes dernières trouvailles Ilia, c’est promis.

À très vite, de retour dans le froid saisissant!

Bob l’Éponge

ÉpongeBob l’Éponge a élu domicile dans ma salle de bain. Enfin! Une vraie éponge naturelle (cultivée de manière équitable), depuis le temps que j’en rêvais. Ma maman en avait une quand j’étais petite et, j’avais totalement oublié combien c’est génial. D’abord: ça fait monter la moindre petite goutte de savon en genre de crème moussée-fouettée savonneuse. Ensuite, contrairement aux “loofas” en filets qui deviennent de vrais nids à bactérie (et que l’on conseille de remplacer toutes les 6 semaines), les éponges naturelles ont des propriétés anti-bactériennes naturelles. Mais le meilleur? Elles peuvent nous accompagner près de 10 ans si on en prend bien soin! Mais surtout, c’est beau, c’est doux, ça nettoie bien et aussi, oui, je me sens comme la petite sirène quand je prends mon bain.

P.S. Ouiiiii, je suis en vacances au soleil! À très vite!

Boucle d’Or vous souhaite Bonne Année! (Palmarès beauté 2013)

AwardD’abord, tous mes meilleurs voeux pour la nouvelle année! Que cette année qui arrive vous soit douce, pleine de paix, qu’elle sente bon et surtout, qu’elle vous apporte santé et bonheur! En plus de tous ces grands classiques des voeux (que je vous souhaite, cela va de soi), je vous souhaite aussi que…2014 soit l’année du teint “best of” niveau éclat (pour reprendre l’expression de l’une d’entre vous (Raphaele!)), que ce soit l’année où l’on apprenne à appliquer notre vernis parfaitement (même dans une voiture en mouvement!), que ce soit l’année où l’on trouve (enfin!) notre parfum et notre teinte de rouge à lèvre signature qui nous va comme un gant. Je nous souhaite que ce soit l’année où tout sera parfaitement rangé (mais où on n’aura pas l’impression de passer notre temps à ranger justement), que ce soit l’année où on vivra simplement, comme dans nos Plans (genre, nettoyant pur et bassine de porcelaine blanche pleine d’eau de torrent au milieu de la forêt- voilà le démaquillage!). Mais surtout, je nous souhaite aussi que 2014 soit l’année où l’on apprendra à décrocher un peu. Que 2014 soit l’année où l’on cessera de se comparer, où l’on sera un peu indulgente envers soit-même, où l’on aura plein de projets et de rêves à réaliser. Enfin, le plus important: je nous souhaite une année d‘équilibre. L’équilibre. É-QUI-LI-BRE. Ahhhh, je sens que ce sera totalement mon mantra pour 2014! En effet, conjuguer tous les impératifs de nos vies relève souvent d’un gros défi. Genre, Astérix et les 12 travaux. Enfin, je me souhaite aussi vivement d’avoir davantage de temps pour venir vous écrire, entre le travail, la famille, les ateliers de bricolage, la cuisine et co: le temps m’a manqué récemment et j’ai hâte de reprendre le rythme et de vous retrouver!

Bon, maintenant, passons aux choses sérieuses! 2013 est terminé, le moment est donc vraiment parfait pour tout débroussailler et vous parler de ces produits qui ont véritablement marqués mon année. J’en ai essayé tout plein, j’en ai aimé beaucoup, je vous en ai parlé, j’en ai aussi détesté encore davantage (et souvent, j’étais trop morte de rage pour vous en parler), mais il y a véritablement une poignée de petits pots, découverts en 2013, qui me suivront en 2014. Les voici.

Les produits May Lindstrom

May Lindstrom

Ma nouvelle obsession: les produits de ma marraine beauté verte, la fée du teint éclatant en harmonie avec la nature, axée sur les rituels, j’ai nommé la belle May Lindstrom. Tout, tout, tout, j’adore tout de sa ligne qui me donne des résultats comme jamais. Le masque Problem Solver, l’argile nettoyante Clean Dirt, le sérum Youth Dew; autant d’incontournables de ma routine beauté dont je ne saurais plus me passer. Ingrédients précieux et actifs, mélanges improbables et délicieux: les produits de May sont comme des recettes belle-peau toujours réussies qui font que tout le monde autour de soi essaie d’en percer le secret et de connaître la recette. Je viens d’ailleurs d’adopter ses deux petits nouveaux: la soie nettoyante câline Honey Mud et le concentré de baume de beauté Blue Cocoon, de pures merveilles dont je vous reparle très bientôt.

Les soins solaires Coola

Coola

Je sais, les soins solaires Coola, je vous l’ai répété mille fois: j’adore, j’adore, j’adore, surtout le Matte Tint pour le visage (idéal en base de teint, tous les jours) et la crème pour le corps parfum Plumeria (qui “sent le ciel” comme le disent toutes celles qui l’adoptent). Toute ma famille est en mode Coola, toute l’année, et, à voir le site de Crèmes Etc. qui affiche souvent rupture de stocks, je crois bien que nous ne sommes pas seuls!

L’encens Juniper Ridge

Encens

Cette année fût celle où j’ai (re)découvert l’encens, loin de tout l’encens que j’avais connu (et pas aimé) à ce jour. Un encens de forêt, précieux; un trésor d’écorces, de sèves et de résines, qui fait voyager, qui sent le feu de camps, comme si on était en expédition dans les montagnes de l’ouest. Ça sent bon, ça détend, ça m’aide à faire le vide durant mon bain; je viens d’ailleurs de m’en commander pour bien commencer la nouvelle année.

Le livre No More Dirty Looks, de Siobhan O’Connor et Alexandra Spunt

No more dirty looks

Je vous en ai parlé ici: j’avais pris le pari de nettoyer mes tiroirs pour au moins un mois, de purifier ma routine beauté. À ce jour, je ne suis toujours pas allée puiser dans mon contenant de produits “d’avant”. Manque de temps? Un peu…Mais surtout pas de manque du tout. Je n’ai manqué de rien durant ce mois et rien ne m’a spécialement manqué. Cette envie de nettoyer mes tiroirs de produits moins naturels m’est venue après la lecture de ce livre, un genre de lecture-choc qui m’apparaît toutefois comme nécessaire, surtout de ce côté de l’océan où la législation pour les ingrédients des produits de beauté n’est certainement pas ce qu’elle devrait être. Idéal pour les novices comme moi, qui, même si elles ne sentent pas nécessairement prêtes à faire le grand saut vers le naturel, souhaitent néanmoins en connaître davantage sur les ingrédients à éviter. Ce livre, je déplore qu’il ne soit pas (à ma connaissance) encore traduit. Je le fais lire à toutes celles que j’aime.

Les soins à cheveux Rahua

Rahua

Je vous en ai parlé davantage ici: ces soins à cheveux j’y suis vite devenue accro. Cheveux soyeux, brillants, zéro électricité statique… Non, il est vrai que le shampoing et le revitalisant ne moussent pas et ont une drôle d’odeur vaguement “menthe-herbes-rocaille” mais bon, comme le parfum ne perdure pas et que j’aime le résultat, croyez-moi, je passe outre.

La poudre Un-Powder de RMS et le Living Luminizer de RMS

RMS Living Luminizer

Vus ici (en ce qui concerne la poudre) et pour le Living Luminizer (un fard illuminateur trop génial), je crois bien en avoir parlé mille fois. Incomparables. Inégalés. Deux alliés teint parfait/éclat de fée dont je ne peux absolument plus me passer!

Les blush crème Kjaer Weis

Kjaer Weis

Mes petits nouveaux! Les teintes Lovely, Sun-Touched, Desired Glow, Blossoming… Je suis tellement chamboulée par ces blush que je ne porte presque plus que ça. Les teintes peuvent avoir l’air un peu moyennes dans les boîtiers mais sur la peau, la surprise est toujours des plus agréables. Ils donnent un éclat de rêve, comme inné, comme si une ampoule s’allumait sous notre peau. Composition impeccable, design d’enfer, rendu du tonnerre, boîtiers rechargeables…Kjaer Weis a tout bon! Sur ma liste en 2014: essayer leurs nouveaux fonds de teint!

Le déodorant Soapwalla

Soapwalla

Tel que vous le savez, 2013 a été l’année où j’ai réapprivoisé mes aisselles! Eh oui. Ça a commencé avec un pot de déo Soapwalla (vu ici), naturel, à appliquer du bout des doigts. Et depuis, plusieurs pots plus tard, je me tiens toujours loin des bâtons plein d’aluminium (et je sens toujours bon! Yesssss!)

Le baume Egyptian Magic

Egyptian Magic

J’adore ce baume du pharaon qui sait tout faire. Ma belle-maman vient d’ailleurs de m’en offrir deux pots pour Noël, à ma plus grande joie! Jambes, visage, cuticules, talons, cheveux, lèvres, soins aux petits…Toutes les femmes de mon entourage qui l’ont essayé l’ont adopté! Toutes! (Et avec toutes nous avons ri du contenant zéro-glamour un peu louche).

La poudre Beige de Chanel

Beige

Je sais, je sais. Cette poudre n’est peut être pas parfaite au niveau de la composition mais comme elle a fait un énorme bout de chemin avec moi au courant de l’année (mon boîtier est presque terminé), je me disais qu’elle méritait sa place ici. Entre poudre bronzante et poudre teintée, c’est véritablement une poudre belle-mine, jamais orange, jamais brune, elle fait un teint de belle à la peau matte, en vacances, soooo Gisèle (qui est d’ailleurs l’égérie du produit). Ce que je préfère? La texture fraîche sans effet de matière qui se fond à la peau.

La teinte Rouge 999 de Dior, en vernis et en rouge à lèvres

Dior Rouge 999

Les rouges parfait-parfait-parfait. Pour la bouche et les ongles. De nouveaux classiques qui attirent tous les compliments. Un rouge qui ne fait ni vieillot, ni madame. Juste du frais, du cool, du chic et du Dior. Que demander de plus? Mon it-rouge.

Les vernis Vinylux de CND

Vinylux

Ces vernis sont ma nouvelle coqueluche. Entre les vernis gel et les vernis conventionnels, on est dans la nouvelle génération, dans le futur du vernis (je dis ça avec ma voix de robot). Non mais pour vrai: ces vernis ont une tenue à tout casser. Pas de couche de base. Une couche de finition désignée. Des teintes de rêve. Un pinceau parfait (pas de pinceau trop large ici, no way).Mais surtout, surtout, une tenue irréprochable anti-éclat, une texture enveloppante qui protège et fait des ongles durs et brillants. Mon souhait pour 2014? Que les nouvelles teintes de la collection The Intimates de Shellac CND voient le jour en version Vinylux! (Je porte d’ailleurs Bare Chemise en ce moment). À noter, je les achète de mon esthéticienne Denise au Local B.

L’huile Cell Repair Night Oil d’Aurélia Probiotic Skincare

Huile Aurelia

Cette huile, je vous en avais parlé ici: elle sent bon, mais bon, ça n’a pas de sens. Elle répare, elle soigne, elle invite au sommeil et fait le teint éclatant en réparant les dégâts du jour sur son passage. Un gros flacon style “apothicaire”, une étiquette rose poudrée, des résultas qui se voient sur mon visage (et aucune trace de gras sur mon oreiller). Aucun doute: Aurélia is awesome! D’ailleurs, je suis la seule à regarder les petites vidéo du site web de la marque comme si c’était de grands films?

Le beurre de noix de coco Artisana

ArtisanaTous les matins, je commence ma journée avec une cuillerée de ce beurre de noix de coco (qui contient à la fois de la chair et de l’huile de coco). D’abord, c’est délicieux, mais ensuite, c’est tout plein de lipides aux propriétés antivirales, antimicrobiennes et antifongiques. On peut aussi l’étendre sur ses toasts ou l’utiliser en trempette à fruits…Parfait pour renforcer son système immunitaire, surtout pour les mois d’hiver. Pour ma part, il m’arrive souvent aussi d’en diluer une cuillère dans de l’eau chaude le soir: non seulement c’est légèrement sucré et apaisant, mais l’odeur de coco sent totalement les vacances. Je l’achète chez Rachel Bery.

Ah oui, et…quelques démaquillants en vrac, à mentionner…Le Lait Capital Onctueux de Joëlle Ciocco, qui est vraiment incomparable. Il y a aussi la crème nettoyante miracle (Miracle Cleanserd’Aurélia Probiotics et enfin, le Fleur de Lait Démaquillante de Sanoflore (love, love!) qui se classe vraiment parmi les grands démaquillants de ce monde!

Sanoflore

Voilà pour ma remise de prix! Bien sûr, il y a eu aussi les Shimmer Brick de Bobbi Brown, mon vieil ami le Lip Glow de Dior, le Shine On de John Master Organic, mon mascara Mise-en-Cils que je rachète systématiquement, mon savon Vellutina de Santa Maria Novella (qui, je confirme, dure une éternité!), le blush Vapour, plein de produits Rouge Bunny Rouge, mon baume à lèvres Kari Gran Lip Whip, mes huiles saisonnières De Mamiel, et mon rouge à lèvres Médiéval de Lipstick Queen. Autant de tubes, de petits pots, de bonheurs, de matins qui ont bien commencé grâce à ces produits, de soirées où je me suis sentie belle et bien et de bains bienfaisants qui ont lavé mes stress quotidiens! Au plaisir de vous retrouver en 2014, donc, qui devrait être riche en découvertes, en astuces, en papotages réconfortants et en soins enveloppants! Bonne année et bonne résolutions!

Allez, je vous laisse, je vais aller consoler le pot de crème qui pleure en mauvais perdant. J’adorerais connaître vos grands crus de l’année, vos découvertes, vous produits chouchous! Allez, dites-moi tout!

* Aucune des photos de produits n’est de moi, comme vous vous en doutez.

Ma coiffure de Noël

Coiffure de NoëlUn petit mot avant de commencer ma dernière journée au bureau! (ouf!) pour vous montrer ma coiffure de Noël! L’idéal aurait été de faire un tuto photo ou vidéo bien sûr, mais comme c’est simple comme tout, je vais simplement l’expliquer en mots.

D’abord, il s’agit de prendre deux mèches du centre/côté de la tête, deux mèches qui seront sous la demie-queue de cheval une fois qu’elle sera faite. Le meilleur moyen d’y arriver, je trouve, est de faire une demie-queue vite fait, retenue avec une simple pince, histoire de prendre les bonnes mèches. On tresse les mèches, puis, on retient avec un mini élastique transparent. On fait ensuite une vraie demie queue, pas trop serrée, que l’on noue avec un élastique transparent ou encore, que l’on recouvrera d’une mèche de cheveux. On croise ensuite les deux petites tresses sur le dessus de la tête, façon couronne, et on fixe le tout avec des épingles à cheveux. Et voilà! C’est chic, ça habille une tenue (toute noire, sur la photo) et ça a un petit air Rovaniemi parfait pour ouvrir les cadeaux!

Recette des fêtes: La tourtière à mon père

Tourtière

En fait, c’est la recette à la mère de mon père, à ma grand-mère Suzanne, que je n’ai pas beaucoup connue, malheureusement. Mais heureusement, il y a de ces recettes patrimoniales, comme un leg, comme un bijou laissé en héritage, qui rapprochent et qui font qu’on n’oublie pas celles qui étaient là avant, celles qui ont nourri nos pères et grand-pères. C’est une vraie tourtière du Saguenay (où mon père a grandi), qui fait Noël à elle seule: la maison sent bon, le plat est convivial, ça goûte la tradition (surtout avec du ketchup aux fruits, recette à venir!). Avis à celles qui se cherchaient LA recette de tourtière rassembleuse et délicieuse, ne cherchez plus, mon père est content de partager la recette familiale avec vous.

Tourtière

INGRÉDIENTS

  • 1 Kg de porc (fesse avec os) coupé en cubes  de ¼ de pouce
  • 1 kg de bœuf (épaule) : cubes de ¼ de pouce
  • 0.5 Kg de veau (peut-être du rôti) cubes ¼ de pouces
  • 2 oignons hachés finement
  • 7 petites gousses d’ail hachées finement
  • 10 pommes de terre
  • 4 à 5 tasses de bouillon de bœuf
  • 9 tasses de farine
  • 1.5 Lb de graisse
  • 2 cuillères à soupe de poudre à pate
  • 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude
  • Sel et poivre

PRÉPARATION

* Mettre ensemble la viande, les oignons, l’ail, poivre au goût. Réfrigérer et laisser macérer dans un bol recouvert durant 8 à 10 heures;

* Au moment de faire la tourtière, couper les pommes de terre en cubes de ¼ de pouce et les mélanger à la viande;

* Pour faire la pâte : mélanger la farine, la poudre à pâte, le bicarbonate, le sel. Par la suite ajouter la graisse et mélanger;

* Rouler la pâte;

* Dans une grande cocotte, mettre la pâte de manière à recouvrir le fond et les côtés  jusqu’au bord de cette dernière;

* Mettre le mélange viande et pommes de terre;

* Verser le bouillon de bœuf de manière à niveler le mélange viande/pommes de terre;

* Recouvrir le tout avec le restant de la pâte.  Bien la sceller sur les bords, mais faire un trou au milieu pour permettre aération de vapeur (en forme de sapin ou d’étoile, c’est vraiment préférable);

* Recouvrir la cocotte en écrasant la pâte sur les rebords;

* Mettre au four à 350 F. pour la première heure;

* Par la suite, 250 F. pour 12 heures;

* Ne pas ouvrir avant la fin de la cuisson lente (quasi-impossible, je sais, mais faites confiance à mon père!);

Servir avec petits cornichons, ketchup aux fruits, confiture d’oignons et betteraves marinées…Bienvenue à La Baie, au Saguenay.

Bon appétit!

Inspiration Casse-Noisette

Casse-NoisetteOh la la, quelle semaine mes amies! C’est une véritable tempête qui s’abat sur moi (de neige et aussi, de choses à faire au bureau). Tout s’est vraiment enchaîné à un rythme fou cette semaine (et j’imagine que ça doit être pareil pour vous aussi), ce qui explique le calme plat au niveau des articles sur mon blogue. Mais malgré tout, j’ai pensé à vous! Of course! Comme mon Goglu et moi avions des billets pour aller voir le sublissime spectacle Casse-Noisette des Grands Ballets Canadiens (édition 50ème anniversaire), j’ai laissé un petit message à la responsable des communications des Grands Ballets. Un genre de sympathique et casualhello, je suis “journaliste” (beauté) et j’ai des billets pour la représentation de jeudi et j’adorerais pouvoir poser quelques questions beauté aux artistes pour fins d’un article…” Ton zéro assuré, voix enrouée. Comme on ne m’a pas rappelée (étonnant n’est-ce pas, après mon percutant message vocal), mon Goglu et moi on a pensé se faire des “passes de journaliste” nous-même avec mes cartes d’affaire (sur la photo). Enfin, finalement, on était un poil trop timides pour se lancer (et aussi, on pouffait de rire juste à pratiquer ce qu’on pourrait dire à la sécurité). Mais bon, on s’est tout de même mise dans la tête de capter tout ce qu’on pouvait des petits trucs beauté des ballerines. Du haut de notre siège, troisième rangée de la mezzanine, dans la pénombre de la Place des Arts. Génial, non?

D’abord, première inspiration: je veux, je veux, je veux une robe de nuit à-la-Clara pour le temps des fêtes! Le temps des fêtes c’est LA période de l’année où l’on risque d’être le plus photographiées de bon matin, en pyjama. Autant donc être élégante dès l’aube. Inspirée par la robe de nuit toute blanche de Clara dans le Casse-Noisette du Royal Opera House (avis à celles qui regarderont la vidéo, je parle de la robe de nuit de Clara quand elle est au royaume du Casse-Noisette uniquement), je me suis mise dans la tête de trouver une robe de nuit semblable, toute blanche, encolure comme un maillot de danse, et jupe à mille plis. Parfaite pour faire des arabesques sous le sapin!  J’ajouterais un joli kimono de soie rose poudré, des boucles d’oreilles un peu brillantes et un gloss rosé: voilà le look parfait pour les matins enchantés. Mais bon, après avoir fait maintes recherches: une robe de nuit mille plis, classique, col en u, façon ballet Casse-Noisette, ça ne court pas les rues. Résultat? Je cherche toujours! D’ailleurs, si vous avez des idées (ou même des patrons de couture) je suis preneuse!

Ensuite, autre constat: un chignon, c’est chic! Oui, je sais, ça peut sembler l’évidence même. Mais en ce temps des fêtes où les soirées se bousculent et où n’est pas toujours au top niveau énergie, il faut savoir trouver des solutions faciles pour les mises en pli défraîchies. Juste voir tous ces chignons classiques m’a donné envie de m’en faire un le lendemain, pour avoir moi aussi un long cou de cygne et la grâce de la fée dragée. Pour celles qui ne savent pas trop comment s’y prendre pour réaliser un chignon de ballerine, pas de soucis: j’explique tout ici.

Enfin, autre envie: une peau de lait zéro défauts. Dans le creux de l’hiver, on se prendra toutes à rêver de soleil, de hâle couleur latte, de poudre bronzante et d’auto-bronzant…Mais stop. Les ballerines ont la peau laiteuse, claire comme tout, mais surtout, hyper lumineuse! Alors, au lieu de miser sur l’impossible ou le compliqué (soit, une peau bronzée), j’ai la ferme envie de jouer la carte de la peau perle: une lotion lumineuse sur le corps (comme celle-ci, de Burt’s Bees) pour camoufler un peu les imperfections et habiller la peau grise-pâle d’un éclat digne des grands ballets. Idem pour le visage: un fond de teint clair (la teinte de notre peau en fait, vaut mieux ne pas trop s’en éloigner), rehaussé d’enlumineur sur le haut de l’os des joues et des sourcils, même sans blush, ça sculpte le visage et donne de l’éclat. Je me mords trop la lèvre pour ne pas encore vous parler de mon Living Luminizer de RMS (Ohmygod!! Il est GÉNIAL!!). Voilà, c’est dit.

    Casse-Noisette                Casse-Noisette 2

Voilà pour nos constats Casse-Noisette à mon Goglu et à moi! Ah oui, et j’adore trop la nouvelle collection Agatha Casse-Noisette. J’adore le visuel, la touche slave, les coiffures, les maquillages, les bijoux, tout! Je sens que ce sera mon inspiration pour mes looks du temps des fêtes!

Casse-Noisette 3

Vous, votre inspiration pour votre look et maquillage des fêtes? Quels sont vos produits incontournables? Qu’est-ce qui vous fait rêver côté beauté? Un ballet, un roman,  une pub, un film?

Farfallina

FarfallinaAvis à celles qui se cherchent la petite touche éclat pour les fêtes, ce je ne sais quoi de flou qui change tout. Je suis tout simplement folle des cils Farfallina de Shu Uemura: trois étages de cils bruns foncés et noirs aux longueurs variées pour un oeil de biche, pour de vrais cils de poupée. Non, le rendu n’est pas too much, du moins, pour celles qui ont l’habitude d’un minimum de mascara. Pour celles qui n’ont vraiment pas l’habitude des faux cils, je conseillerais de plutôt s’initier à la chose avec des cils “de transition” comme ceux individuels (comme ceux-ci). En ce qui concerne les cils Shu Uemura, ils sont légèrement raides quand on les sort de la boîte mais il suffit de les manier un peu pour les rendre plus flexibles au niveau de la bande. On applique un peu de colle le long de la bande (je suis une inconditionnelle de la colle Duo noire), et, très important, on attend  une minute pour que la colle fige un peu. Et voilà, on applique avec une pince à épiler, au ras des cils, en pressant bien pour que ça colle.

Enfin, pour ces soirs où l’on a envie de ce petit rien d’hypnotique, de cils en éventails sous les étoiles, Farfallina est là.

Blanc d’hiver

Mason PearsonMe voici, me voili! Enfin!! Oh, comme j’aimerais avoir tout plein de temps pour tout vous raconter, genre, tout doucement, en pyjama camaïeux ivoire, un thé à la main. Les flocons tomberaient dehors ambiance coton et je prendrais tout mon temps pour bien choisir mes mots, les enfiler, uns à uns, sur le fil de mon discours, tel un collier de perles précieuses et lourdes de sens. Eh non. Je suis bien en pyjama certes mais je suis un peu et malheureusement en mode crunch d’avant les fêtes. Qu’à cela ne tienne! À défaut de faire de longs articles en perles j’en ferai un tout petit pour vous parler au moins d’un joyau de brosse à cheveux (oui, cela existe)!

Il s’agit de… ma brosse Mason Pearson. Je sais, je sais, les brosses Mason Pearson, c’est hyper connu, c’est mythique, je ne vous fait rien découvrir; ça existe depuis 1860. J’en rêvais depuis des années! Je ne vous dis même pas le nombre de fois où j’ai changé d’idée à la dernière seconde avant de passer à la caisse, où j’ai résisté en composant mon panier sur Beauty Habit. Mais à force de lire des avis positifs, des témoignages, de voir la magnifique brosse au design classique sur toutes les coiffeuses dans les magazines…il fallait que j’essaie aussi cette brosse. Et puis, finalement, c’est elle qui est venue vers moi: j’ai reçue en cadeau la sublime brosse blanche, Detangling (Démêlante).

D’abord, il faut savoir qu’il existe toutes sortes de brosses Mason Pearson (en poils de sanglier, mixtes (sanglier et nylon) et en poils de nylon uniquement. Pour ma part, ayant les cheveux bien épais et aussi, comme j’ai horreur des brosses qui ne font que “flatter” la surface de mes cheveux (ce qui arrive avec la plupart des brosses d’ailleurs), la Nylon Handy s’imposait comme une évidence. Et je ne suis pas déçue: elle démêle effectivement bien en profondeur tout en activant la circulation sanguine de mon cuir chevelu (essentiel pour la pousse et la brillance!). Son manche est confortable, tout doux à tenir, et puis, la brosse est vendue avec une petite brosse pour nettoyer la grande brosse.

Très vite, cette brosse est devenue ma favorite (en fait, elle est ex aequo avec la Widu,  laquelle est davantage “massante” pour le cuir chevelu- chacune sa fonction). Idéale pour les mises en pli (mais pas sous la chaleur du séchoir), pour démêler les cheveux en gratouillant gentiment le fond de la tête (sans l’égratigner tout de même), je trouve que le plus grand avantage de cette brosse est qu’elle lustre le cheveu en répartissant bien les huiles naturelles. Elle est donc absolument idéale contre l’électricité statique des mois d’hiver. Et puis, il s’agit véritablement d’un bel objet qui me donne un plaisir immense à utiliser chaque matin hiver comme été, comme mon collier de perles, une poudre parfaite ou mon savon Vellutina de Santa Maria Novella: tout blanc, tout beau, tout doux. Une perle!

Vous avez essayé ces brosses mythiques? Sinon, quelles sont vos brosses de prédilection? N’oubliez pas de spécifier votre type de cheveux!

P.S. Petite anecdote “making of” de la photo: je ne vous dis même pas le nombre de prises que j’ai tenté de prendre de la brosse posée dans les branches du cèdre. Elle tombait tout le temps dans la neige, bien creux, je devais aller la chercher, la nettoyer, recommencer, et tout. En plus, je ne portais même pas de gants (je sais, je suis une guerrière- National Geographic: qu’attendez-vous pour venir me recruter? ) Finalement, bon, j’ai pris une photo de la brosse dans la neige. Ta-da!

Recette du temps des fêtes: le potage jardin d’hiver

SoupeLe temps des fêtes, c’est souvent l’occasion de sortir ces recettes qui font partie du patrimoine familial, qui ont tissé nos souvenirs, qui sentent bon le chez-soi, le froid et le bonheur. J’ai donc eu l’idée de partager certaines de ces recettes avant Noël, ça et là, en espérant qu’elles sauront faire votre bonheur aussi, qu’elles sauront peut être, qui sait, trouver une petites place sur vos tables.

Ce potage, je le fais depuis quelques années à peine, mais il a vite su s’imposer comme un grand préféré. Très aromatique, à peine sucré, so Québécois (il contient un peu de sirop d’érable) c’est le potage idéal pour ouvrir le souper de Noël comme pour apporter en lunch au bureau un mercredi midi (bonjour le réconfort). Petits et grands en redemanderont. N’oubliez-pas les croûtons…

Potage jardin d’hiver

Ingrédients

 

  • 3 cuillerées à table de beurre;

  • 3 cuillerées à table d’huile d’olive;

  • 3 oignons hâchés;

  • 1 gousse d’ail émincée;

  • 7 à 8 tasses de courge butternut, pelée et coupée en morceaux;

  • 2-3 tiges de romarin frais;

  • 6 tasses de bouillon de volaille;

  • Une demie tasse de crème, de mascarpone ou de substitut culinaire (comme celui-ci de Belsoy)

  • 3 cuillerées à table de sirop d’érable;

  • Sel et poivre du moulin.

-Dans un chaudron à feu moyen, faire fondre le beurre et chauffer l’huile;

-Faire revenir les oignons et l’ail toujours à feu moyen, jusqu’à ce qu’ils deviennent translucides;

-Ajouter la courge et le romarin, puis, couvrir de bouillon;

-Assaisonnez de sel et de poivre;

-Porter à ébullition, puis, laisser mijoter une trentaine de minutes, jusqu’à temps que la courge soit bien tendre;

-Retirer les tiges de romarin;

-Passer au mélangeur jusqu’à ce que la texture du potage soit lisse et crémeuse;

-Ajouter le sirop d’érable et la crème.

-Servir chaud, avec des croûtons, du pain et du fromage. Ou, pour reprendre l’idée de ma mère pour les fêtes: utiliser des emporte-pièces à biscuits de Noël pour tailler du pain tranché en forme d’étoile ou de sapin. Mettre au four quelques minutes afin de faire une petite toast. Servir le potage avec une petite toast en étoile flottant au milieu. Bon appétit!

De nouveaux rituels

BainLes semaines qui viennent de passer ont cédé le pas à des nouveaux rituels, notamment, en matière de bain. Mon bain du soir, vous le savez, c’est mon petit moment sacré de la journée et ça, ça n’est pas près de changer. Maaaaais comme j’avais terminé beaucoup de mes produits (moins naturels) que j’ai pris la décision de ne pas les racheter, eh bien, j’ai dû m’adapter… Rassurez-vous, ma parenthèse beauté n’en n’est pas moins délicieuse et cajolante, au contraire!

D’abord, l’ambiance. Ces jours-ci, je suis en mode « ambiance monastère tibétain » quand je prends mon bain. Genre, sanctuaire du bien être. Ressourcement. Je suis une ninja qui refait sa santé dans un monastère construit à même la paroi rocheuse. Je reçois mon courrier par des aigles apprivoisés. Silence…

Je fais couler un bain bien chaud, donc, une fois que les enfants sont couchés et que la maison est calme. Aussitôt, j’allume un bâton d’encens Juniper Ridge histoire que la salle de bain s’enfume un peu, ambiance monastère tibétain. Je prépare aussi une tisane, mes derniers chouchou étant celles de la marque Pukka Herbs (achetée chez Rachel Béry), surtout Vanilla Chai (toujours pour l’ambiance monastère tibétain). En passant, j’ai un super savon de lait de yak rapporté des pentes de l’Everest par mon amie AM! Il sera IDÉAL pour mon ambiance monastère tibétain! Mais bon, pour le moment, il est sur mon bureau, comme un petit trésor que je garde pour plus tard. Soit dit en passant, j’ai un souvenir très clair de quand j’étais enfant, du bruit rassurant de l’eau du bain qui coulait chez ma mère et aussi chez ma grand-mère. Comme un bruit de maison bien confortable. J’aime l’idée de ce bruit endormant dans ma propre maison, un bruit qui prépare au sommeil. D’ailleurs, Petite Ourse me demande toujours « Tu prends ton bain? » une fois que je lui dis bonne nuit. À ma réponse affirmative, elle plonge sa tête dans l’oreiller, rassurée que la petite routine ne change pas, soir après soir. Mais bon, soyons honnête : le bain je le prendrais même si l’eau qui coule faisait un bruit de fanfare gitane!  Aucun doute : je le prends pour moi. (C’est n’importe quoi cette réflexion sur le bruit de l’eau qui coule dans une maison bien confortable.  Ah, vivement les vacances, avant que je vous fasse toutes sorte d’autres réflexions sans queue ni tête sur le bruit des éponges ou je ne sais quoi d’autre.)

Donc, je disais, ah oui : je fais couler un bain dans mon monastère tibétain. Comme ces jours-ci,  je suis en mode « paresse extrême » en sortant du bain, j’ai une nouvelle tactique d’hydratation « effort minimum ». Je mets dans l’eau de mon bain deux bonnes cuillères à table d’huile de coco (vierge pressée à froid, je l’achète au rayon alimentation) dans l’eau de mon bain, ou sinon, deux cuillérées à table d’huile d’amande douce. Un peu de sels de bains parfumés maison et hop, je plonge en remuant bien l’eau afin que l’huile se mélange bien.

J’en profite ensuite pour bien nettoyer mon visage. C’est l’étape uno car, je ne peux me détendre qu’une fois bien propre. Je prends alors une noisette d’huile de coco RMS, que je masse longuement dans mon visage pour déloger les saletés. J’aime beaucoup cette huile mais je suis en train de faire un test comparatif avec l’huile de coco alimentaire bio normale (qui coûte moins cher). Je vous dirai mes conclusions bien vite. Je rince ensuite avec une débarbouillette bien chaude que je laisse poser pour que la chaleur et la vapeur nettoient bien en profondeur. Rinçage en règle. Il m’arrive ensuite de me savonner le visage avec mon savon Vellutina de Santa Maria Novella (que j’aime toujours autant), et, deux à trois fois par semaine, je passe à l’étape Clean Dirt de May Lindstrom. Ma dernière obsession : mélanger le Clean Dirt à du miel Manuka de Wedderspoon. Complètement divin! Ça sent presque la pâtisserie orientale. Et puis, le teint au rinçage est tout beau tout frais. Souvent, les dimanche soir, je fais aussi une petite exfoliation apaisante Antonia Burrell, histoire de commencer la semaine avec le grain de peau bien fin. Mais mon sauveur, mon compagnon teint de vitrail est sans conteste le masque Problem Solver de May Lindstrom, que j’applique au pinceau. Il me fait un visage tout noir de ninja sur le coup mais au rinçage, bonjour l’éclat du soleil levant. Ce masque, c’est de la folie, je n’ai jamais rien vu de tel, je compte le racheter pronto dès que j’aurai terminé mon pot.

En passant, rayon démaquillage, je viens de terminer le démaquillant Fleur de Lait démaquillante de Sanoflore que j’ai absolument adoré. Vraiment, quel dommage qu’il ne soit pas disponible ici (comme tout Sanoflore d’ailleurs!). Sinon, pour les soirs où ma peau tiraille et est plus sensible, j’utilise le masque Rose Formula Antioxydant Face Mask de la marque anglaise Neal’s Yard Remedies, qui apaise bien et réhydrate. Le petite détail charmant que m’a fait remarquer l’une d’entre vous (Andrea!) : le souci de transparence de la marque qui pousse le zèle jusqu’à indiquer un pourcentage (avec décimales) d’ingrédients bio entrant dans la composition du produit. Mon masque est donc bio à 58%. Enfin, quand je suis trop fatiguée pour même faire un masque à rincer, je fais plutôt un masque d’eau de rose, en imbibant un masque de coton (acheté chez C&C) d’eau de rose sans alcool (Santa Maria Novella). Quinze minutes suffisent pôur faire un teint de pétale et après, il suffit d’éponger. On peut aussi trouver l’eau florale qui nous convient. Et faire nos propres masques avec un carré de coton…Vive les projets!

Une fois bien propre, bien rincée, je sors, je m’éponge et puis…pyjama! La peau est douce et satinée du fait de l’huile de bain (je peux zapper la crème corps!) et le cerveau est déjà à moitié endormi du fait des sels de bain et de l’ambiance monastère tibétain, of course. Vite, je passe par la case soin du visage et…hop, un kick, une culbute, un regard perçant dans la nuit. Allez, bonne nuit les ninja!

Vous, quelles sont vos dernières trouvailles du moment du bain ou de la douche?

Cozy-comfo au bureau

Crazy confo 2Ahhh, c’est vendredi! Halleluia! Je ne sais pas pour vous mais, ces jours-ci, c’est ambiance rush total au bureau, genre, dossiers à cent kilomètres à l’heure. Genre, je chante « Eye of the Tiger » dans ma tête pour m’encourager, telle un Rocky intrépide de la rédaction de documents. Interminables listes de choses à faire, longues journées, heures minimales d’ensoleillement et fatigue accumulée tout au long de l’automne; vivement les vacances! Le look idéal pour ce genre de journées où l’on ne veut rien de compliqué et ne surtout pas être encombrée? Une jupe tutu, une canne de comte de Monte-Cristo, une pochette à paillette oversize et des talons en plexis. Mais nooooon. Juste des pièces confort/haute productivité et un maquillage simplissime pour faire semblant d’avoir un teint éclatant.

Crazy comfo

Ma tenue de prédilection pour ce genre de journée, plus concrètement : d’abord, tout commence avec une camisole réconfortante. Les camisoles, quand il fait froid (ou que l’on est un peu fatiguée) ça a un effet psychologique apaisant, c’est totalement prouvé je pense. Petite maille près du corps, on a chaud près du coeur et donc, traduction : le bonheur. Mon choix? La camisole Aubade au mélange 70% laine, 30% soie a un vrai décolleté de dentelle avec un joli noeud (loin d’un look de ski) : une merveille. En plus, j’ai eu un super rabais car la mienne avait un petit trou (que j’ai recousu, hé hé).

Ensuite, par-dessus la camisole: une maille fine( ici, en l’occurrence, un cardigan GAP que j’aime pour ses poches). Je le referme un peu mais il va de soi qu’il faut que l’on puisse voir la camisole. C’est ce qui donne un petit twist dessous-dessus au look, un petit côté «c’est vendredi », à associer bien sûr à des cheveux un peu défaits.

Jupe crayon noire (BCBGMAXAZRIA), pour une silhouette classique et bas collants opaques (Silks). Le détail essentiel qui donne du mordant au tout : une large ceinture géométrique un peu bling-bling. J’aime bien le contraste du caramel avec le noir (ceinture BCBGMAXAZRIA), parfaite de surcroît avec mon sac Beau Kate Spade. Les chaussures, elles, sont de chez Stuart Weitzman. En effet, dans le doute, l’escarpin tout noir s’impose comme une évidence. Je sais, ça n’est pas vraiment excitant au moment de l’achat mais finalement, on est contente comme tout et on se félicite d’avoir été un peu raisonnable pour une fois. D’ailleurs, l’hiver, c’est souvent ma chaussure de bureau de prédilection. Et non: je n’ai pas chaussures en plexi à talons.

Crazy Comfo produits

Enfin, pour le maquillage, après avoir bien hydraté ma peau avec quelques gouttes d’huile Youth Dew de May Lindstrom (gorgeous!), j’applique le Un-Cover de RMS là où besoin est (quelle surprise : sous mes yeux!) et rosis mes pommettes avec un blush crème (celui-ci). Avec ce genre de look, je mise surtout sur un maquillage des yeux hyper sexy : un fard crème lustré taupe qui fait des yeux de braise (RMS Eye Shadow teinte Magnetic) et beaucoup de mascara (toujours celui de Mise-en-Cils, je n’ai pas trouvé mieux). J’adore mon fard crème RMS! Si j’ai longtemps hésité à l’acheter (de peur que le produit migre dans les plis de mes paupières), je ne saurais être plus satisfaite de mon achat. Non seulement je n’ai pas ce problème, mais surtout, ce fard fait des yeux tout doux, impossibles à décrire; comme si nos yeux avaient du vécu. Et en plus, il me donne mystérieusement l’air moins fatiguée. J’adore. Parfum Lann-Aël, baume Kari Gran… Allez, en route pour le bureau! Oh, attendez: mais…où est donc ma canne de comte de Monte-Cristo?

Vous, c’est le rush aussi ces jours-ci? Votre look pour braver votre liste de choses à faire?

Ça pousse dans ma trousse

Trousse verte

Vous le savez, il y a de cela un petit moment, j’ai fait un gros ménage dans mon inventaire beauté. Sans me départir officiellement de mes produits de beauté à la composition plus “chimique”, j’ai fait le pari de passer au vert, même avec moins. L’objectif? Voir comment je m’en sors, dans quel esprit je suis, repenser mon image pour qu’elle soit plus acceptante et aimante, mais surtout (et ça c’est la partie fun), peu à peu me trouver de nouveaux chouchous naturels.

Et, où en suis-je dans ma quête? À quoi ressemble ma trousse ces jours-ci? Sans pour autant vous montrer le contenu de mes tiroirs ou ma routine maquillage du matin (une autre histoire pour un autre jour), venez, je vais vous montrer ma trousse où les petits produits fleurissent comme dans un beau jardin.

D’abord, il y a mon Living Luminizer de RMS. Ne mettez pas vos mains sur vos oreilles, je ne me répéterai pas : je vous l’ai dit mille fois, il est extra! Je l’utilise sous mon cache-cernes Un” cover Up de la même marque et en touche illuminatrice. Mais surtout (et c’est pour cela qu’il est dans ma trousse), pour rafraichir mon maquillage tout au long de la journée. Hop, une petite touche sur le haut des joues et j’ai l’air fraîchement hydratée. En plus, je le constate, ce maquillage est vraiment bon pour la peau.

Ensuite, mon blush Kjaer Weis, teinte Lovely. Je vous en ai récemment parlé : ce blush crémeux tout doux fait des joues à croquer. Emballage au design scandinave et teint éclatant : je suis conquise cela va de soi. D’ailleurs, la marque vient de lancer un fond de teint qui m’intrigue au plus haut point!

J’ai aussi toujours avec moi ma poudre fond de teint Jane Iredale (à défaut d’avoir trouvé mieux), pour matifier et unifier au cours de la journée. Ayant malheureusement fini mon pot de Un-Powder, je dois vivre sans pour le moment (bouhou!). Pour l’appliquer, j’utilise mon éponge Beauty Blender ou encore, un gros pinceau comme celui-ci.

Comme mes yeux sont maquillés quand je quitte la maison, je ne m’encombre pas de fards ou de mascara. Par contre, j’ai tout un arsenal de produits à lèvres pour chaque moment, chaque humeur de ma journée. Seule à mon bureau (la plupart du temps), j’en profite pour donner à ma peau un bain d’hydratation. Je redécouvre mon pot de Love Balm de Jurlique, hyper soyeux au parfum qui calme, et aussi, j’ai mon plus chic et adoré baume Lip Whip Kari Gran qui, même seul se suffit en terme d’éclat. Quand j’ai envie de vraie couleur (quand je dois faire face au monde extérieur, notamment), je me tourne vers mon Lip Tint Kjaer Weis (teinte Romance), qui fait une moue mi-matte ultra-Bardot, so joli avec des cils épais bien noirs et le blush rosé. Moderne et frais, ce produit dépasse toutes mes attentes à mon plus grand bonheur. Comme la texture est assez « longue-tenue » (maman, prends des notes), j’aime bien appliquer mon baume Lip Whip Kari Gran au centre de la lèvre inférieure pour contrer l’effet déshydratant. Enfin, autre petite addition bon marché : le Lip Shimmer Burt’s Bees, teinte Rhubarb, qui, une fois estompé, laisse une teinte rosée pas trop irisée, mais surtout, une sensation d’hydratation confortable (merci huile de menthe poivrée). Oui et bon, il y a aussi, le Crayon à lèvres Soyeux d’Armani (teinte 12); sorry, je n’ai pas trouvé d’équivalent.  Ah oui, et le baume Figs and Rouge teinté (teinte cherry blossom), qui, si je ne vous l’ai pas dit, est une petite merveille aussi (et à bon prix!). Je le prends sur Crèmes Etc. d’habitude mais là je ne le vois pas, alors je crois qu’il est en rupture de stock.

Enfin, au rayon des autres produits disparates, il y a un mini-vaporisateur Inner Peace de Lotus Wei, un mini vaporisateur de parfum de mon parfum du moment (je suis retournée à Lann-Aël de Lostmarc’h, vu qu’il fait froid), de la soie dentaire à la canneberge Radius, des épingles à cheveux blondes Goody, un tube de crème Skin Food de Weleda (que j’utilise sur mes mains) et l’huile aromathérapeutique Irritability Treatment de Tata Harper. Cette huile, j’en rêve depuis plus d’un an! En plus de sentir le jardin d’herbes et le dépaysement, elle est réputée mettre un terme aux pensées circulaires négatives, aux pensées qui mettent de mauvais poil. En plus, cette huile a bien fait rire ma mère et ma soeur samedi dernier lors de notre après-midi de magasinage : je leur proposais à la moindre petite contrariété (pas la bonne taille de top, trop de monde à la caisse, monsieur pas sympathique au stationnement, etc…). Blagues à part, cette huile a un véritable parfum calmant, apaisant, et, sans vraiment pouvoir dire si je suis « moins irritable », je suis certainement plus zen après l’avoir respirée. En plus, c’est tout simple, tout pratique : un petit embout à bille à faire rouler dans la paume de ses mains (quelques gouttes suffisent). On respire quelques  fois et…ah. À noter, je l’applique également avant le dodo, et souvent, au bureau, je ne fais qu’ôter le bouchon pour respirer en comptant jusqu’à trois.

Voilà pour le contenu de ma trousse qui verdit peu à peu, au fil des jours et de mes nouveaux coup de coeurs. Je n’aurais jamais pensé pouvoir dire cela mais je suis bien heureuse de mon clean-up et pour le moment, je ne regrette absolument rien.

Dites-moi, verte ou pas: dans votre trousse, il y a quoi? Allez, je veux tout savoir. J’adore ce genre d’exercice d’inventaire.

Coeur de cannelle et crème fouettée

Kari GranJe vous en avais glissé un mot ici, j’ai un nouveau baume à lèvres dans mon temple de la renommée des Baumes à lèvres. Quoi, je suis la seule à avoir un Temple de la Renommée pour ses baumes à lèvres? Avec des trophées et des photos? Je plaisante, bien sûr. (Pour les trophées et photos seulement.) C’est ma marraine beauté qui m’en avait parlé: le baume à lèvres Lip Whip, de la jolie marque de Seattle Kari Gran. Dès les premiers instants où j’ai été sur le site de la marque, mon coeur a fait un bond en avant. La quête de la fondatrice, Kari Gran me touche et m’interpelle (ça commence souvent comme ça). Et puis, que dire de sa philosophie « Pas de fausses promesses » qui est, à la limite, vu la qualité de ses produits, beaucoup trop humble (mais rafraîchissante d’honnêteté). Il reste que, rendons à César ce qui est à César : cette marque est absolument excellente. Composition impeccable et naturelle, fabrication à la main en petites quantités, emballages sobres et chics… Que demander de plus? Je suis d’ailleurs en train de tester la ligne de soins complète et je vous donne mon verdict très vite. J’en profiterai pour vous en dire davantage sur la marque et la fondatrice.

Fidèle à moi-même, j’ai immédiatement jeté mon dévolu sur…le baume à lèvres de la marque. Mais pas n’importe lequel : le baume à lèvres teinté, à la cannelle, le Lip Whip Tinted (cinnamon). Dans un petit pot noir, un vrai baume de rêve, un gloss teinté ultra-hydratant qui fait une bouche parfaite, sensuelle à souhait. Un vrai baume de mannequin au repos, de princesse en tenue d’intérieur. Véritable texture fouettée, on dirait du glaçage à cupcake. Rosé translucide, irisé juste comme j’aime (mais pas givré): ce baume supplante le Baume de Rose de By Terry, le Rosebud de Smith, le … Ce baume tout clean, tout chic, tout parfait est mon nouveau compagnon lèvres douces pétales.  Et que dire du parfum de cannelle : moi qui d’habitude se tient loin des produits à lèvres trop parfumés ou aromatisés j’adore celui-ci qui me fait la bouche fraîche, presque comme un petit brossage de dent. J’utilise mon baume tout seul (en remplacement de rouge à lèvres, il donne un super éclat au visage), avec un blush crème sur les joues, mais également, sur mon rouge à lèvres, pour lui redonner un peu de vie, du confort et surtout, pour la sensation d’hydratation fraîche. Seul  hic? Quand on aime (et on ne peut qu’aimer), on ne peut plus s’en séparer… Lip Whip, mon coeur (de cannelle).

Je suis la seule?

Crocro BOIl y a des moments où, en appliquant mon soin, en lissant une boucle ou en cherchant fiévreusement mon gloss au fond de mon sac à main, je me demande si je suis la seule au monde dans cette situation. Impossible. (Traduction: rassurez-moi). D’ailleurs, je me demandais si…

Je suis la seule qui, en appliquant son déo Soapwalla le matin (pas très réveillée) tartine inévitablement au passage les quelques mèches de cheveux qui environnent les aisselles? (Hmmm, pas super comme pommade coiffante.)

Tiens, parlant de déodorant Soapwalla, je suis la seule à avoir essayé de convaincre son chéri de s’y mettre? En mimant le geste organique de l’application d’une pommade de poudre de légumes sous les aisselles. (“Hein, où est le problème? Hop, tu l’apportes au gym, tu le mets le matin avant le travail, tu…“) D’ailleurs, je suis la seule à ne pas avoir réussi à convaincre chéri d’adopter ledit déodorant?

Je suis la seule à se sentir vraiment délinquante quand elle zappe l’hydratation corporelle du soir? En hiver? En sortant du bain? Je sors du bain. Je m’éponge. Défi dans les yeux. Tatouage sur le coeur (“S’hydrater: un choix“). Oh, intrépide rebelle que je suis. Et… au réveil, la rebelle a une belle peau de crocro…

Alors, repentie, le lendemain, je suis la seule à superposer genre, une huile, une crème et un baume avant d’aller au lit pour ensuite me coucher, en position de pharaon, le regard fixe, en me croisant les doigts pour que ça remédie à la situation? (Tatouage sur le coeur: “Je m’hydraterai quotidiennement“.)

Je suis la seule à mettre ses flacons de vernis côte-à-côte pour comparer les teintes? Pour constater que, même si toutes les teintes semblent toutes “semblables” à première vue, il y a un trou BÉANT dans ma palette entre Bloodline et Decadence. Ouaip, il me manque un rouge cerise (traduction: il me faut Scarlet Letter!)

Je suis la seule à trouver toutes sortes d’utilisations alternatives à ses produits de beauté pour la vie de tous les jours…Comme noter des numéros de téléphones avec un crayon soyeux 12 d’Armani? Ou utiliser du Fashion Tape pour emballer un cadeau? Ou d’utiliser de la colle à ongles pour coller des paillettes sur un serre-tête (sans succès).

Je suis la seule qui, dès qu’elle a un ongle dont le vernis est un peu écaillé, a le sentiment de sortir d’une maison mobile au Nevada, hyper trash, cheveux jaunes poussin et serre-tête pailleté-maison (avec de la colle à ongles) sur la tête?

Je suis la seule à ne pas pouvoir dormir non-démaquillée? Et à en avoir presque des palpitations, avec un vague sentiment de catastrophe imminente.

Je suis la seule qui, quand elle n’arrive vraiment pas à dormir, compose des wish list interminables de gloss et d’huiles de bain, en imaginant les parfums, les textures, le clics des poudriers et leur poids dans la main, un peu comme certaines comptent les moutons…

Heureusement, vous êtes là pour me rappeler que je ne suis souvent pas la seule avec mes mésaventures beauté. Sur ce, la nuit m’appelle (après une grosse semaine au bureau, je suis complètement en manque de dodo). Allez, je vais “compter mes moutons”: un baume Suvana Paw Paw…un blush Dr. Hauschka…une huile KneippZzzz…

P.S. Vous, vous vous demandez si vous êtes la seule à…? Racontez-moi vos petites histoires!

P.P.S. La e-boutique de produits de soins naturels et biologiques que j’adore, Crèmes Etcetera, fait une vente Vendredi Fou: 25% sur achat…L’offre est valide jusqu’au 30 novembre 2013, minuit (HNE). Oui, je sais, je parle souvent de cette boutique  mais je suis juste tellement contente d’avoir (enfin) un point de vente québécois (pas de frais de douanes!) qui a une offre naturelle qui fait rêver. Et qui vend mon déodorant génial de poudre de légumes…

Onctions et massages du visage

Onctions et massagesRécemment aux prises avec la peau du visage sèche, granuleuse et sensible (merci échantillon Ren), je me suis alors demandée ce que je pourrais faire de plus pour ma peau  (avec les produits que j’ai déjà).

Je l’ai souvent lu dans les magazines où les grands maquilleurs le répètent sans cesse: le super éclat du teint de leurs clientes (maquillées ou non) commence avec l’application d’un sérum ou d’une huile qui est massée dans l’épiderme du visage. Encore et toujours ce duo: onction et massage.

D’ailleurs, n’est-ce pas là justement un des éléments clés du soin en institut? Une esthéticienne qui masse, lisse et décongestionne la peau en l‘infusant d’un super produit?

Alors je me suis dit:  “Et si ça m’aidait moi aussi?” Alors je me suis donc assise, mardi soir dernier avec mon flacon d’huile devant une série télé (Brooklyn 99!), le visage bien propre et encore humide. Et là, j’ai pris un bon dix minutes pour lisser, masser et décongestionner ma peau, en l’infusant du produit (une huile, en l’occurrence).

D’abord, c’est super agréable. Ensuite, ma sécheresse et sensibilité étaient sensiblement améliorée au réveil. Est-ce qu’il y avait un lien? Je ne saurais dire mais depuis, j’ai pris goût à mon petit rituel d’onction et de massage. Que ce soit au moment du démaquillage, avent le maquillage le matin, avant une soirée ou le soir avant le dodo pour appliquer mon soin, j’essaie de prévoir un petit moment pour mon petit massage du visage. C’est un petit geste qui ne coûte rien mais qui, je pense, fait beaucoup pour l’éclat du teint. Et vous savez que je vis pour l’éclat du teint…

P.S. Le livre Layering, Secret de Beauté des Japonaises d’Élodie-Joy Joubert (Éditions La Plage) explique en détails comment réaliser un bon massage à l’huile (avec des petits dessins).

Flocons, mitaines et joues roses

Kjaer WeisJe suis obsédée par mon blush Kjaer Weis. Je l’aime d’amour. Pour la première fois de ma vie, je me dis que je n’ai besoin de rien d’autre pour me sentir belle. Rien. Je pourrais avoir que ça et genre, une miche de pain rassis dans mon baluchon sur le chemin de la vie et hop, les fleurs se retourneraient sur mon passage. (Bon, ça et quelques autres petites nécessités comme de la pâte à dents, du savon, une pince à épiler, du cache-cernes, du parfum, un gloss, un masque, une pierre-ponce, de l’huile à cuticules, un foulard, une Clarisonic, un couteau-suisse…enfin, bref, le minimum vital pour survivre en forêt)…Donc, oui, c’est dire : ce blush comble littéralement tous mes besoins beauté. Et puis, je n’aurais su rêver de meilleur produit pour recréer mon look favori de l’hiver: la trilogie classique flocons-mitaines-joues-roses (oui, oui, j’ai même un t-shirt avec ça d’écrit dessus!)…parfait avec mon baluchon sur le chemin de la vie!

J’ai fait la découverte de la marque Kjaer Weis grâce à May Lindstrom qui les affectionne également (mon article sur ses autres chouchous arrive bien vite, vous êtes d’ailleurs plusieurs à m’avoir écrit que vous trépigniez d’impatience!) et, of course, comme elle ne m’en disait que du bien…je me suis laissée tenter. Et oh, comme je suis contente.

Création de Kristen Kjaer Weis, une maquilleuse danoise (oui, je suis toujours d’humeur scandinave) établie à New York, cette marque rencontre tous les critères au niveau des cosmétiques sécuritaires, naturels et certifiés biologiques (plus de 95% des ingrédients de ses produits sont d’origine biologique). Qualité incomparable, boîtiers de métal lourds et chics (mais rechargeables!), textures fondantes et teintes ultra glam : aucun doute, on est dans le grand luxe. Parfait donc pour nos listes de Noël ou comme cadeau de soi à soi, pour briller en beauté sous le sapin…

Pour mon premier achat j’ai choisi la teinte Lovely, un rose laiteux hyper naturel. Ce qui m’a frappé d’abord en ouvrant mon blush, c’est la luminosité du produit. On le sent aqueux, diaphane, fondant, gélifié…C’est assez étonnant. Sous le doigt, c’est tout doux, lustré, non-gras, glissant et facile à appliquer. Pas de marques de doigts, pas de joues collantes, pas de couleur plaquée : juste des joues santé et hydratée, qui prennent un véritable coup de jeune. Et la tenue? Rien à redire : appliqué le matin il dure toute la journée en s’estompant tranquillement (ce qui est joli aussi). Mais oui, j’imagine qu’on aurait envie d’en réappliquer une petite touche avant une soirée, par plaisir, pour le joli boîtier et surtout, pour le facteur beauté fraîche immédiat. Juste l’appliquer, je me sens revenir d’une promenade, je me sens toute Angéline des Neiges (j’adore ce livre!), je me sens reculer le temps. L’effet « fraîcheur » est tellement plus grand qu’avec un blush poudre, ça n’a pas de sens! Sans parler du facteur confort: cette texture doudoune tombe à point pour cajoler ma peau sèche de l’hiver. D’ailleurs, la fille chez Pharmaprix m’a lâché un : « Your skin looks amazing today » le premier jour où je l’ai porté. Mon coeur s’est gonflé de joie, j’ai souri et j’ai serré mon blush Kjaer Weis dans ma poche. Amazing. Elle a dit amazing. Tusind tak Kjaer Weis! (« Mille mercis Kjaer Weis! »)

Enfin bref, en totale évangéliste beauté que je suis, je parle de mon nouveau blush à tout le monde, je répands la bonne nouvelle et j’essaie d’y convertir tous mes proches (Maman! Goglu!), c’est limite si je n’essaie pas de maquiller des étrangères dans le métro. Ce blush, c’est de l’éclat pur pour l’hiver, du rayonnement sous le soleil blanc. Prochain achat : la teinte Blossoming (un rose-corail) et Desired Glow (une touche de hâle), pour m’amuser à faire des mélanges et aussi, pour commencer l’année en beauté…Oh, oh, avec ces lourds boîtiers en métal, je sens que mon baluchon va vite peser une tonne…

Avez-vous essayé ces blush? Vos touches blush-éclat pour le mois plus froids, quels sont-ils?

P.S. La liste des points de vente de la marque Kjaer Weis est disponible iciD’emblée, je remarque que Eco Diva Beauty livre à l’international.

L’Espace de Vie

photo-7J’ai toujours aimé les magazines de déco. Vous savez, ceux où l’on voit des pièces hyper lumineuses, bien rangées, avec genre, quatre enfants savamment décoiffés en train de boire du lait (dans un pot en verre) assis sur une table. Ou de jouer avec un seul jouet. Un seul. En bois, éco-chic. Sans mini morceaux. Pas de jouets qui traînent partout, pas de magazines froissés, pas de crayons sans les bouchons et surtout pas de miettes de pâte à modeler sur la table en verre du salon. Ces magazines ont toujours un titre tout simple: Living with Children. Ou encore, Espace de Vie spécial enfants. Vous voyez le genre? Espace de vie. D’ailleurs, parlant d’Espace de Vie, on ne dit pas « J’habite dans un espace de vie. » On y évolue.

Quand je vois les autres parents de la garderie, j’ai toujours l’impression que leur maison est bien rangée, qu’ils repassent le tablier de bricolage en lin blanc de leurs enfants (qui ne font jamais de crise) le soir, en train d’apprendre une langue étrangère, en buvant un verre de vin dans un verre sans pied dans leur maison impeccablement rangée. Que dis-je : dans leur espace de vie. Les mamans font des profiteroles-maison un mardi soir, entre deux conférences téléphoniques. Et quand on leur demande comment elles ont réussi ce tour de force avec le bébé de neuf mois, elles nous expliquent d’un sourire reposé que bébé a lui aussi brassé la pâte. Justement, ça tombe bien : vous aviez une image mentale d’un bébé en tablier de lin blanc fraîchement repassé, qui brasse la pâte d’un mélange à profiteroles. Les quelques fois où j’ai essayé de « tâter le terrain » auprès des autres mamans pour savoir si j’étais la seule à trouver que, bon, l’horaire est chargé et les enfants fatigués et grognons le soir et qu’il y a trop de neige dehors… j’ai eu droit à un regard vague et à un « Ah oui? Vous trouvez? » Ça m’avait découragée. J’étais retournée dans ma petite carapace. Sourire zen. Enfants en vêtements semi-pas-froissés… Moi aussi j’évolue dans un espace de vie!

Vous comprendrez donc que quand la maman de L., la best copine de Petite Ourse m’a invitée à venir bruncher chez elle avec les oursons, j’aie eu une hésitation. Ça me pesait un peu, j’avais peur de ne rien avoir à dire, de l’autre côté de ma carapace, dans son Espace de Vie. Genre, je l’imaginais, sortant ses profiteroles. Et je grinçais déjà des dents.

Mais bon, j’y suis allée quand même, pour voir…Et surtout pour les oursons qui sautillaient rien qu’à l’idée. J’avais préparé des carrés Rice Crispies, la veille, à la hâte. Zéro fancy.

Mais, quand je suis entrée dans sa maison, tout de suite, j’ai été bien. Dans l’entrée il y avait des bacs pour les tuques, foulards et mitaines. Oh, des bacs! Comme c’est pratique! (On aurait dit que je découvrais la roue.) Des bacs! J’adore! Oui, les bacs et paniers étaient à la vue mais c’était complètement charmant. Et dans la salle de bain, il y avait tout plein de tubes (à la vue), comme la Crème Avène Anti-rougeurs. Et puis, elle avait un étui Iphone avec une oeuvre de Banksy (j’aime l’art de Banksy)…Et puis, elle avait n’avait pas eu le temps d’acheter du café et…La vie, quoi.

Les enfants se sont ensuite retrouvés et, pendant ce temps, j’ai bien regardé autour de moi. Là, deux chaises aux jolis coussins recouverts de tissu par la maman de L. (elle m’a expliquée qu’elle a juste eu le temps d’en faire deux sur quatre), là, la chambre des enfants toute pleine de jouets (et de crayons feutres sans bouchons). La maman de L. a alors sorti un gâteau en disant : « Je suis une mauvaise maman, j’ai acheté le gâteau chez Première Moisson ». Et là, j’ai fondu intérieurement. Elle culpabilisait. Comme moi. On était toutes pareilles!

Un instant plus tard, quand on a surpris Bébé Ours en train de dessiner sur le mur avec une banane (est-il le futur Banksy?) et que je me suis précipitée sur un linge pour nettoyer son dégât, elle m’a dit en souriant : « Laisse, pas de stress. C’est un espace de vie ici. Tu sais: pour vivre. »

Je l’aurais prise dans mes bras.

À la maman de L.: la prochaine fois, c’est moi qui t’invite dans mon espace de vie. Au programme? Un truc hyper vivant-messy genre, atelier de maison en pain d’épice SANS tablier de lin blanc. Bienvenue dans mon espace de vie.

Doux bisou bisou

Lip balm

Ces jours-ci j’ai un problème de bisous pas doux du tout. Les lèvres sèches, des petites peaux qui pèlent, une sensation d’échauffement quand je mange une clémentine (je dis ça comme ça, hein. C’est pas du tout parce que je suis en train de manger une clémentine en ce moment…) et une teinte rouge-feu qui fait paraître le plus nude des gloss comme un fuchsia-néon-Hello Kitty-pop. Je sais, il y a le chauffage qui est reparti, il y a le vent froid, il y a ma paresse de ne rien mettre sur mes lèvres alors que je sens l’inconfort s’installer… Et pourtant! C’est mon domaine de prédilection dans la vie les baumes à lèvres. D’ailleurs, si un jour vous tombez sur un méticuleux ouvrage intitulé Précis du Baume à Lèvres Sans Frontières alors soyez assurées que ce sera moi qui l’aurai écrit (ce sera un succès, je le sens!). D’ailleurs, quand je commande d’un site beauté, le baume à lèvres c’est totalement le truc que je commande en premier pour me faire une idée d’une marque. Bref, vous pourriez avoir découvert l’enzyme de la jeunesse éternelle, si votre baume à lèvres est moyen, alors je risque de carrément passer à côté de votre crème miracle. Too bad for you! Bien sûr, il y a des exceptions mais… Je disais? Ah oui, les baumes à lèvres. J’adore. D’ailleurs, quand une amie va l’étranger le souvenir de voyage qui m’intéresse le plus c’est le baume à lèvres local. Je sais, je vous l’avais déjà dit ici mais bon, je réitère afin que ce soit bien clair pour mes amies voyageuses…Hein  A-M? Je serais trop contente que tu me rapportes un baume à lèvres de sherpas!!

Je disais donc! Malgré cette passion pour les baumes à lèvres…J’ai mal aux lèvres. Eh oui que voulez-vous.

Mais depuis plus d’une semaine, je me suis mis à un programme intensif pour avoir des lèvres toutes douces et en santé et ça va mieux. Là, tiens, à titre d’exemple, je mange un piment fort trempé dans du vinaigre et c’est très confortable! Mais noooon, je plaisante. Mais pour vrai, mes lèvres ont retrouvé leur forme olympique!

Alors, d’abord, comme j’ai passé au vert, j’ai retenu mes baumes à lèvres les plus naturels et performants en prenant bien soin de lire les ingrédients. Comme j’arrivais à la fin de beaucoup de pots et tubes (Adieu Sara Happ! Auf wiedersehen, Aerin! Bye Bye Khiel’s! До свидания Rosebud!), le moment était donc parfait.

D’abord, il y a le baume d’hiver Green Beaver, que j’aime toujours autant et dont je vous avais parlé ici. J’en suis à mon second tube à vie et, bien que Rachel Béry aie augmenté son prix, ça reste un excellent choix. Pas de saveur, pas de parfum, translucide et sensation d’apaisement, ce baume est parfait pour la poche de manteau ou le sac à main. Seul petit hic? Mon nouveau tube me donne l’impression d’une formule plus liquide que ma peau boit littéralement. Résultat? Je dois en appliquer plus souvent.

Il y a aussi mon nouvel ami, que j’ai acheté en remplacement de mon tube de Blistex : le baume à lèvres Burt’s Bees Médicamenteux, qui contient de l’essence d’eucalyptus et me procure un réel soulagement quand je sens que ça brûle. Comme la texture est vraiment très cireuse (c’est d’ailleurs ce que j’ai toujours reproché à Burt’s Bees), je me rends compte que ce baume est parfait sous le rouge à lèvres. Petit prix, sensation d’apaisement sans faille…Ce baume est un incontournable pour moi. À noter : il est parfait également en ski ou dans la tempête sous le foulard ou le col car il ne laissera pas de marques blanches/grasses sur la laine.

Une autre astuce? J’ai désormais dans mon sac à main ma petite débarbouillette japonaise Yoshii Morihata, tissée finement et toute douce (d’ailleurs, ça peut dépanner avec les enfants. Ou quand on a les mains pleines de jus de clémentine. Je dis ça comme ça…), je l’utilise au cours de la journée pour exfolier mes lèvres avant de réappliquer baume à lèvres ou rouge à lèvres. Je frotte tout doucement et, hop, le tour est joué! C’est moins délicieux que mon exfoliant Sara Happ mais bon, mon pot étant terminé je cherche d’autres solutions. Et ça fonctionne! Le baume semble pénétrer plus facilement après et le rouge à lèvres lui, glisse parfaitement.  À noter : j’adore ma débarbouillette Yoshii mais je suis persuadée que tout petit linge fera l’affaire, surtout s’il est en mousseline…

En ce qui concerne ma solution soin-choc, je vous en avais déjà parlé et vous savez, je n’ai toujours pas trouvé mieux. Il s’agit de lanoline pure HPA de la marque Lansinoh, un baume d’allaitement bien visqueux et glossy (acheté au rayon bébé en pharmacie) que j’applique en couche épaisse dès que je mets les pieds chez moi et aussi, avant le dodo. Petit prix pour un gros tube, multi-usage (on peut aussi l’utiliser sur la peau qui craque, les cuticules, etc.) et surtout, indice de 0 sur Skin Deep (la meilleure note possible), ce baume calme, apaise, repulpe (légèrement) et surtout, reste bien en place toute une nuit de temps de sorte qu’au matin les lèvres sont encore bien humides de baume. Mon petit truc? J’en transvase quelques gouttes dans un mini contenant à échantillon et j’en applique au centre des lèvres au cours de la journée, pour un effet glossy-chic (mais ultra-protecteur et hydratant).

Enfin, il y a un petit nouveau, un baume pétillant rosé comme du champagne, à la composition très pure et à la texture fouettée comme un glaçage à gâteau…Mais comme j’en ai  beaucoup à dire sur cette belle marque que je viens de découvrir, je vais garder cela pour un autre article. Ou pour mon Précis du Baume à Lèvres Sans Frontières, qui sait!

Allez, dites-moi tout : vos baume à lèvres préférés? Vos coups de coeurs? Les sauveteurs de vos lèvres? Je veux tout savoir : les lip balms, c’est ma passion après tout.

Ma marraine beauté

May Lindstrom SkinJe vous l’avais promis depuis longtemps, je vous en avais glissé un mot (ici et ici). Il y a une marque, en fait, quelqu’un qui m’a inspirée à faire le grand saut, à changer ma routine beauté. Il s’agit de May Lindstrom, qui, je l’ai décidé d’office (elle n’en n’a aucune idée), serait ma marraine beauté dans cette aventure. My beauty godmother! En fait, je l’ai reconnue comme telle dès que je l’ai vue; comme un enfant qui prend une tante ou cousine comme modèle, instinctivement. Dès que je l’ai vue, j’ai su que ce serait elle: j’ai choisi May Lindstrom pour m’aider à naviguer l’océan de la beauté où je commençais d’ailleurs à me sentir un peu perdue, voire,  submergée.

skinchef2

Crédit photo: May Lindstrom

Cela faisait un bon moment que les produits May Lindstrom Skin étaient dans ma ligne de mire. D’abord, j’adore la philosophie de la marque qui nous ramène vers le rituel, vers le temps pour soi, vers le soin contemplatif qui, en plus de traiter la peau, répare l’âme. Ayant toujours été moi même hyper axée sur les rituels beauté, il n’en demeurait pas moins que les miens, depuis que je suis maman, devenaient parfois trop “productifs” (épilation, brossage, savonnage, ponçage etc…) au profit de l’aspect “bulle de douceur” qui fait souvent beaucoup plus pour soi qu’une simple exfoliation. En fait, les soins comme tels, autant que le rituel en soi, sont nécessaires et complémentaires pour être vraiment “bien dans sa peau”. C’est ce que May, par l’entremise de sa ligne, m’a rappelée.

Le truc avec May c’est qu’elle est absolument magnifique, autant intérieurement qu’extérieurement. D’abord, sa peau: zéro pores (zéro-zéro!), des yeux bleus plein d’âme,  une crinière soyeuse comme on en rêve toutes… Et puis, elle rayonne comme c’est pas possible. Mais ce qui me touche encore plus, c’est que May est une bonne personne. Une vraie de vraie fille gracieuse, généreuse, brillante et cultivée, avec les bonnes valeurs aux bonne place. Elle envoie ses petits produits (fabriqués par elle-même, en petites quantités, dans son studio dans sa maison en Californie) avec un petit message écrit de sa main. Et puis, elle a gentiment et chaleureusement répondu à toutes mes interrogations sur ses produits, malgré que son horaire de femme d’affaire et maman la garde bien occupée. Mais surtout, elle m’a rassurée, gentiment et doucement, que tout irait bien si je faisais le grand saut vers une routine beauté plus naturelle. Comme une maman qui, par ses encouragements tous doux, nous amène à faire l’impensable, à faire jaillir notre force vitale. C’est là la force de May: elle est une force de la nature et nous inspire en étant simplement elle-même. Non, mais très sérieusement, si Mère Nature avait un visage, je suis persuadée qu’elle aurait les traits de May (et sa peau zéro défauts!).

May et Bébé ©Ashley Douthit

Crédit photo:  May Lindstrom ©Ashley Douthit

J’ai donc succombé à trois produits May Lindstrom Skin, et au pinceau. Et? Et ça a transformé ma routine beauté, limite, ma vie. Voilà depuis la fin du mois d’août que je les utilise et si, au départ, j’étais un peu sceptique des résultats que j’obtiendrais de produits de beauté naturels, ce sont les produits de May, qui m’ont donné envie de faire un saut plus global. En effet: je n’avais jamais obtenu autant de résultats tout en douceur de toute ma vie. Jamais! Il était donc prévisible que je parte à la recherche de d’autres belles découvertes dans ce monde vert et inconnu, forte de ma positive expérience avec May Lindstrom Skin.

D’abord, il y a The Clean Dirt (traduction libre: la Saleté Propre). Il s’agit d’un fin mélange d’argiles, d’épices et de sels traitants qui, une fois mélangés à un peu d’eau (ou mieux, du miel Manuka ou de l’huile de noix de coco pure!), se transforment en pâte miracle belle peau. À noter, on utilise environ une cuillère à thé de produit. Oubliez tout ce que vous connaissez de la beauté aseptisée clinique: une fois que l’on a essayé cette merveille, on ne peut l’oublier et on rêve carrément de prendre un vrai bain de boue. On masse donc la pâte de Clean Dirt sur le visage. Immédiatement, on sent la magie des épices opérer: de la cannelle et du curcuma réchauffent la peau, les argiles affinent en douceur, sans jamais agresser la peau ou la sensibiliser. Fini les points noirs, les pores obstrués, le teint terne: au rinçage, la peau est claire, douce et veloutée! Gorgée de vitamine C (activée par l’eau), nettoyée en profondeur par le rhassoul du Maroc, la peau ronronne et rayonne littéralement après The Clean Dirt. Bien dans notre peau (zéro tiraillements!), nous voilà enfin avec ce teint tant espéré vraiment illuminé. Un pur bonheur. Je l’utilise environ 2 fois par semaine ces jours-ci car ma peau est plutôt sèche, mais les peaux plus normales, elles, pourront l’utiliser quotidiennement (chanceuses!). De tous les produits May Lindstrom, je crois bien que c’est celui dont on a le plus parlé dans les médias et avec mérite. Par contre, mon préféré à moi c’est…

Le Problem Solver (traduction libre: Celui qui résout les problèmes)! Ce masque correcteur, c’est de la magie. Je vous en avais glissé un mot ici: ce masque, à mon humble avis, a de quoi faire pâlir d’envie le Glam Glow! Il s’agit d’un masque en poudre, bien noir comme l’ébène, qui fait un véritable teint de Blanche Neige. Complètement sorti d’un conte de fée! D’abord, j’adore préparer mon petit mélange dans un bol, avec mon petit pinceau May Lindstrom. Ce moment de préparation fait désormais partie de mon soin, il m’y prépare mentalement. Comme le rituel de la préparation du thé, j’aime ces quelques minutes de douceur où je me sens artisane de ma propre beauté.  D’ailleurs, May Lindstrom a un bol magnifique spécifique à ce rituel mais bon, comme je ne l’ai pas encore acheté, pour le moment, j’utilise un bol en argile fait par mon Goglu (tout plein de bonnes énergies!) pour préparer le masque. Donc, je disais…oui, le Problem Solver. Je mélange une cuillerée à table de la poudre à autant d’eau tiède, puis, je brasse pour que le mélange devienne une mousse noire vaporeuse. J’applique le masque sur tout mon visage ultra-propre (après le Clean Dirt), mon cou et le haut du buste au pinceau, puis, je laisse poser 45 minutes. Oui, oui, 45 minutes. J’essaie désormais d’en profiter pour vraiment me détendre, bien respirer (de ne pas faire du lavage ou mon lunch, juste, de penser à rien dans mon bain), puis, on rince. Et là…la peau est méconnaissable. Vraiment. La première fois que j’ai utilisé le Problem Solver la sensation d’échauffement (le poivre de cayenne!) a été tellement grande durant la pose que j’ai pris peur d’avoir des rougeurs et j’ai rincé après 20 minutes. Ma peau claire, apaisée et rebondie m’a souri dans le miroir et prouvé que j’avais eu tort de ne pas avoir confiance: je n’avais jamais eu un teint aussi lumineux de ma vie. Depuis, je n’hésite pas à laisser poser le Problem Solver une bonne heure au plus grand bonheur de ma peau. Pour le rincer, May recommande de l’humidifier pour l’amollir, soit dans la douche ou avec une débarbouillette chaude. Anti-acné mais tout doux pour les peaux sensibles, éclaircissant et purifiant, ce masque semble contenir tous les trésors de la terre! Épices réchauffantes comme un chaï. Poudre de cacao pure (laquelle est réputée faire baisser le niveau de stress en plus d’être une mine d’or d’antioxydants! D’ailleurs, à titre d’exemple, la graine de cacao contient 621 antioxydants contre 32 pour le simple bleuet!). Rhassoul (une merveille pour combattre l’acné et faire le teint clair, le rhassoul est riche en minéraux comme la silice, le magnésium, le fer, le calcium, le potassium et le sodium. Fort de ce précieux contenu le rhassoul est prouvé avoir un effet positif sur l’élasticité de la peau, la clarté du teint, sur la réduction de l’aspect peau de crocro des peaux plus sèches.)… Il y a aussi de l’argile Fuller Earth Clay, du sel de mer Red Alea…autant de merveilles de la nature qui font une vraie peau de pêche et corrigent véritablement le teint pour le rendre hyper sain. Ce masque, que j’applique deux à trois fois par semaine, et, autant vous dire, je compte littéralement les jours car j’ai toujours trop hâte de l’utiliser. D’ailleurs, sur le flacon, il est écrit: The Result: Clear and Luminous Skin that will Have People Asking for Your Secret. Je ne saurais mieux dire.

May Lindstrom Skin 2

Et ensuite? Ensuite, j’applique le sérum The Youth Dew (traduction libre: la Rosée de jouvence) un précieux élixir huileux vraiment doré qui sent bon les herbes et le jardin et aussi, j’en ai bien l’impression, le gingembre.  Comme tous les produits de May, tous les ingrédients sont certifiés bio et beaucoup d’entre eux sont même cueillis à l’état sauvage. Matin et soir, ces gouttes d’or sont devenues indispensables pour câliner mon teint fatigué. Riche de plus de 20 ingrédients botaniques et enrichie de CoEnzyme Q10 (cette bonne fée qui arrête le temps) cette huile tient du véritable sortilège pour une peau de princesse. Et puis, elle fait tout: elle hydrate, elle nourrit, elle équilibre (même quand je sens ma peau plus grasse, cette huile semble remettre les choses en place), elle traite les cicatrices d’acné et surtout, dans mon cas à moi, elle a fait pâlir mes taches pigmentaires. 

Voilà, je tenais à vous présenter la nouvelle marraine de ma beauté verte! Celle qui, avec ses surpuissants produits brassés à la main, son petit message encourageant et tout l’amour qu’elle met dans ses petits pots, m’a donnée confiance en quelque chose d’autre, quelque chose de naturel et surtout, quelque chose de beau. Je ne me sens plus seule sur l’océan de la beauté naturelle, je retrouve peu à peu des repère et ça, c’est beaucoup grâce à May. Merci marraine.

P.S. May lance deux nouveau produits qui me font très, très envie: The Honey Mud, une soie nettoyante câline au miel (ouiiiiiii, du miel!) et The Blue Cocoon, un concentré de baume de beauté apaisant qui fait l’esprit et le teint clair. Direct sur ma liste de Noël!

P.P.S. J’ai préparé une entrevue avec May, sur ses chouchous, son maquillage, ses rituels, ses idées…Je partage tout bien vite, le temps d’assembler mon article.

P.P.P.S Pour celles qui sont notamment en Europe et s’inquiètent de ne pas avoir accès facilement aux produits de May, veuillez noter que May expédie partout dans le monde! Everywhere! Sinon, veuillez voir ci-dessous ma réponse à Louise, sur d’autres boutiques qui distribuent les produits May Lindstrom.

Ma Party Skirt

SkotÇa faisait longtemps que je ne m’étais pas autant emballée en voyant une jupe! La jupe Party Skirt de Skot! Dès que je l’ai vue, j’ai su que mon nom était écrit dessus. Totalement jupette de super héroïne, jupette de cheerleader, aussi jupe de Sailor Moon, jupe de poupée, c’est totalement the jupe réjouissante que ma garde-robe attendait pour égayer la noirceur de l’hiver.

En soie d’excellente qualité, bien coupée, cette jupe a vraiment du corps (le tissu et la teinte me rappelle la robe Oscar de la Renta de Carrie dans Sex and de City) et tombe bien comme il faut. Oui, elle est idéale pour faire la fête, mais aussi pour les soupers, les brunchs, et même avec un veston noir, de jour. C’est une jupe qui met de bonne humeur, aucun doute, la soie reflète la lumière et le tissu attrape les courants d’air, coquin. Créé par deux jeunes soeurs (au début avec l’aide de leur maman) Mariel et Lauren Armstrong ont décidé de créer la parfaite tenue pour faire la fête. Elles se sont vite trouvées submergées de demandes de leurs amies et amies de leurs amies. Une compagnie plus tard, elles ont créé plein d’autres modèles (je rêve du modèle plus long, pour le bureau) et ont lancé des jupettes à motifs et dans toute une myriade de couleurs. Mon chouchou ultime? La jupe en gingham rose…trop parfaite (mais en rupture de stock)!

Skot 2

Pour ma part, la fin de semaine dernière, j’ai porté à un brunch ma jupe (teinte Vivacious Pink) avec un petit top noir tout simple à col rond (BCBGMAXAZRIA), une veste cloutée pour casser le look poupée (BCBGMAXAZRIA), des bas collants noirs opaques et chaussures Stuart Weitzman. Sac Kate Spade et boucles d’oreilles Kenneth Jay Lane, ne manquait plus qu’un petit gloss rosé et j’étais en mode fête!

Enfin, de ce que je comprends, les soeurs Armstrong n’ont pas fini de nous épater…elles comptent maintenant créer une ligne de tops et body pour accompagner leurs jupes festives. Et…ça s’appellera comment? Party Suits, bien sûr! J’adore. Sûr que je vais suivre avec attention leurs prochaines créations.

Parlez-moi de vos tenues de sortie du weekend. Comme conjuguez-vous temps froid et allure hot? Vos pièces maîtresses, quelles sont-elles?

Bonjour Monde!

Bonjour monde

Allons, entrons dans le vif du sujet. Sans vouloir glorifier ou exagérer comment je me sens par rapport à mon récent Clean-Up cosmétique: je me sens comme… un nouveau-né qui découvre le monde. Oui oui.Tout est nouveau. J’apprends. Je suis une page blanche. Que deviendrais-je? (Regard mystérieux, naïf, tourné vers la lumière…) Who knows! Mais j’ai confiance en la vie et je m’émerveille à chaque pas. C’est très excitant, surtout pour une fille comme moi qui a vraiment vu neiger en matière de beauté. J’ai l’impression d’un nouveau début. D’une renaissance. Genre j’emprunte une route inconnue avec mon maigre baluchon, vers de nouvelles découvertes.

Bon, je vous ai fait sourire? Yes: c’était le but car je suis moi-même d’excellente humeur! Reste que je suis vraiment enthousiaste chaque matin et soir d’essayer autre chose et de voir comment ma peau s’accommode de ces changements. (Très bien jusqu’à présent).

Je voulais vous parler de mes produits pour le teint. Car bien que je vous ai dit que mes tiroirs étaient vides, il reste quand même des choses dedans, je vous rassure. Disons qu’il sont vides proportionnellement à avant, voilà tout. Mais de m’être débarrassée de ce trop-plein, de cette overdose douteuse de produits qui ne me convenaient pas toujours et compliquaient parfois même ma vie…ça me donne des ailes. I’m walking on sunshine, yeah! 

Bon, cela étant dit, je suis toujours aussi coquette. Et je me maquille, bien sûr…En fait, pour l’oeil non-averti d’une tierce-partie je suis sans doute assez semblable, voire, pareille à avant. Sauf que j’utilise des produits quelque peu différents. Allez, je vais vous parler de mes produits pour le teint!

D’abord, il y a le Un-Cover Up de RMS Beauty. J’en ai parlé mille fois, c’est mon agent de transformation, mon aide-chaméléon. En fait, ces jours-ci je l’utilise comme cache-cernes d’abord (en l’appliquant de l’extérieur de l’oeil vers l’intérieur, je trouve que le rendu est mieux comme ça) et aussi, en petites touches là où besoin est. Invisible, il hydrate bien et fait le teint hyper lumineux. C’est vraiment le petit pot qui fait tout très bien.

Ensuite, histoire d’unifier davantage mon teint, je poudre un peu avec le Pure Pressed Base de Jane Iredale (teinte Satin), un fond de teint poudre minérale absolument génial.  D’abord, il s’agit de pigments (sans agents qui diluent la formule), alors, inutile de le dire, un petit peu suffit à faire le teint parfait, tout en transparence. Pionnière en matière de maquillage minéral, Jane Iredale a bâti sa marque sur le principe que le maquillage devrait être bon pour la peau. C’est pari réussi car non seulement le confort de cette poudre est absolument incroyable (surtout que l’on est en novembre, mois de la peau qui tiraille par excellence) mais le rendu est irréprochable. Enfin, rien à dire sur la tenue qui elle aussi, m’épate au plus haut point. Idem pour la couvrance qui est modulable à l’infini: du presque-rien-unifiant-naturel au teint vraiment plus-que-parfait des grands soirs. Le petit plus? Le lourd poudrier doré qui est rechargeable à bon prix. Le gros moins: la présence du dimethicone qui m’inquiète dans les ingrédients. En fait, je viens de remarquer cet ingrédient et tout à coup, j’aime beaucoup moins mon fond de teint. Bon, voilà, je vais essayer de trouver une autre solution. Reste que la composition du produit est assez clean (note de 2 sur la base de donnée Skin Deep).

Comme je suis d’humeur un peu suédoise (je vous en avais parlé ici), j’ai envie d’un teint bien réchauffé de poudre bronzante; d’un hâle d’hiver. Mission accomplie avec la poudre bronzante minérale de la marque australienne Alexami Cosmetics (teinte Light) qui fait un teint de chaï réconfortant. Un peu comme la poudre Beige de Chanel, mais ici en version nature, cette poudre reste loin des teintes orange ou brunes et vient créer un teint tout doux, bien beige, caressé par le soleil par temps glacé. Idéal pour couper le rouge qui ressort sur la peau quand il fait frisquet, c’est totalement ma découverte favorite en ce moment!

Ensuite, histoire d’apporter une petite touche de lumière à mon visage deux options s’offrent alors à moi. La croisée des chemins disons, point de vue makeup. Alors, si je veux une lumière chic (lire, une lumière poudrée, diaphane): j’opte alors pour la poudre Pink Illuminating Powder d’Alexami Cosmetics, qui est sublissime. Elle a un peu remplacé ma poudre Kitten de Stila en ce sens que je l’utilise à la fois en illuminateur sur l’os des joues, à la fois en fard à paupière lumière. J’adore. Par contre, si j’ai envie d’une lumière hydratée (genre, après-ski à Aspen qui est, soit dit en passant, très rajeunissant comme look), alors, bien sûr, je me tourne vers mon mythique et irremplaçable Living Luminizer de RMS Beauty. Il est toujours dans mon sac à main. Toujours.

Voilà pour mes alliés teint du moment. Allez, je vous laisse, il y a tout un monde m’attend! Hello world! Bonjour monde!

P.S. Je suis très sincèrement désolée pour le retard que j’ai pris dans ma réponse de commentaires. Je manque totalement de temps. Mes excuses. Je vais essayer de me rattraper au fil des jours qui viendront…

Révérence et Applaudissements

Iris PrimaOui, je sais, c’est mon troisième article sur Iris Prima de Penhaligon (voir ici et ici pour les deux premiers) mais je vous promets c’est le dernier volet de mon tableau triptyque. Avouez que dit comme ça, c’est tellement plus chic, non? Genre, la fille artistique qui articule ses impressions en trois temps. Loin de l’image de la coquette possédée over-enthousiaste. Ouaip. Donc, dernier volet de mon tableau triptyque aujourd’hui; un grand jour pour l’art contemporain!

Iris Prima n’étant pas encore lancé ici (Etiket, le seul point de vente des produits Penhaligon à Montréal, me confirme qu’ils le recevront en novembre), j’ai écrit un courriel suppliant/désespéré à la marque. Et vous savez quoi? On m’a gentiment répondu et fait parvenir un mini échantillon d’Iris Prima par la poste. Pirouette de bonheur!

Dès que j’ai ouvert le flacon, j’ai su qu’Iris Prima était pour moi. Même si la tenue n’est pas éternelle sur ma peau à moi (alors que tous les avis lui trouvent au contraire une tenue irréprochable), peu importe, je me reparfume à nouveau après le lunch et je ferme les yeux sur ce petit détail. Comme la plupart des parfums Penhaligon‘s, il est impossible à décrire. Mais qu’importe, allez, je vais me lancer.

À l’ouverture, Iris Prima sent frais comme une eau de cologne. Comme du linge au soleil, comme de la lessive chaude. Il évoque des studios de plancher de bois sous la lumière crue du matin en attendant les danseuses. Un parfum blanc propre qui pique presque le nez tant il est étincelant. Comme un vaste champ de neige sous le soleil d’hiver. Un blanc très pur. Puis, presque instantanément, le blanc s’adoucit. Il cède le pas à un blanc de lune et de lait. À des flocons qui virevoltent au creux d’une forêt bleutée, mystérieuse, rassurante et enchantée. Un blanc de Lac des Cygnes, un blanc de valse des flocons de neige, un blanc pétillant comme des bulles dans une fête lointaine, un blanc qui résonne comme le son de grelots un soir d’hiver. C’est un parfum magnifique, un parfum de rêveuses. Loin d’être le parfum du ballet en tant que tel (pas d’aspérités, de dark side, de kick de danse moderne ou de Belle au Bois Dormant héroïnomane), c’est le parfum de celles qui rêvent du ballet. Du tulle, des fleurs, du pastel, des chaussons de satin, un peu de trac; oui, tout ça est là dans Iris Prima. Tout est flou, tout est parfait, tout est élégant et surtout, tout est fondu comme un exercice à la barre réussi.

Avec le temps qui passe, le blanc sur la peau devient chaud,  crémeux et vanillé. Résolument lumineux. On perçoit aussi les notes vertes de forêt (le vétiver), le cuir chic et les fleurs qui arrivent en bouquet dans la loge. S’il est impossible de décrire Iris Prima, je dirais simplement que c’est un parfum qui évoque pour moi la beauté très pure. Juste de la beauté, hors du temps, hors des modes et des moments. Iris Prima est un parfum qui collera à la peau et sublimera simplement celle qui le porte, gracieusement. Un peu comme la robe de nuit en soie de Clara, qui volette quand elle saute, virevolte quand elle fait une pirouette et frémit quand elle a peur. Et bien sûr, qui plisse parfaitement autour d’elle quand elle s’endort, comme un écrin protecteur. Oui, Iris Prima est un parfum de ballerine, mais c’est avant tout un parfum de rêveuse. Vivement qu’Iris Prima arrive chez moi!

Fin de la triptyque.

L’Appel de la Montagne

photo 1-3Je ne sais pas si c’est parce que mon amie A-M est justement en train de monter vers le Camp de base de l’Everest (après Namche, elle est arrivée à Tyangboche!), mais mes fins de semaine s’inscrivent récemment sous le signe de la montagne, et ce, même quand je reste en ville.

D’abord, il y a tout Roots qui revient en force avec des pièces hyper confo, genre, chalet-chic/héritage canadien. J’ai fait tout plein de trouvailles dont, ici mes préférées: la chemise de flanelle (la mienne est rouge), les leggings de molleton et le Cardigan Cabane en molleton. Ah oui, et les Jambières Cabane sont hyper pratiques avec des leggings. Même les cotons ouatés classiques avec le castor ont la côte ces jours-ci. Sans parler du blouson de cuir issu de la collaboration Smythe par Roots. Ohhhh, j’aime!

Bijou baiesToujours pour mon petit look “montagne”, j’adore mon collier Délicieuse de ma joaillière préférée et désormais amie. Étonnamment, ce collier s’harmonise avec tout. Les teintes des baies semblent en effet sublimer le rose des lèvres, le noir des pupilles et de manière globale faire paraître la peau plus blanche, plus unifiée. C’est LE collier qu’aurait porté Blanche Neige, cela ne fait aucun doute.  Sans compter que c’est la petite touche automnale, parfaite.

Into Thin AirJe sais, c’est un livre qui est sorti il y a un bon moment, mais…je viens tout juste de le lire. En deux jours! Quel récit enlevant! D’abord, j’ai appris plein de choses sur l’Everest: sur les Sherpa, sur la pollution des flans de la montagne, sur les entreprises qui guident les alpinistes, sur les rigueurs de la montée…Paru en version éditoriale pour le magazine Outside au départ, l’auteur a eu envie de tout raconter, sans laisser rien de côté cette fois. Avec une plume magnifique qui ne freine pas l’aventure, ce livre invite au voyage. J’ai passé des heures après à googler des photos de Hillary Step, Khumbu Icefall et à lire sur les crampons et les expéditions. Bref, j’ai adoré ce livre!

Bare nailsVoilà quelques fins de semaine que je fais ça: j’enlève mon vernis le jeudi ou vendredi soir, puis, après une mini-manucure maison (ou je repousse les cuticules après le bain), je polis simplement mes ongles au polissoir. Celui sur la photo est de Quo et il me satisfait mais bon, toutes les marques s’équivalent, à ma connaissance. Un peu de polissage (pas trop pour ne pas amincir l’ongle) suffit pour donner à l’ongle un fini lustré qui brille par sa sobriété. J’en profite ensuite pour bien hydrater mes cuticules et mains et surtout, oublier un peu mes mains jusqu’à dimanche soir. Je peux donc cuisiner, bricoler, faire du ménage sans stress de voir mes ongles s’écailler, et par la même occasion, me réhabituer au look de mes ongles tous nus. Je sais, ce paragraphe n’a rien à voir avec la montagne.

EverestEnfin, je vous laisse avec une petite photo prise et envoyée par mon amie A-M: c’est l’Everest que l’on voit au loin, le sommet avec les petits nuages agglutinés autour du sommet. Magnifique, non? Bonne fin de semaine à toutes!

Trop Bow, So Beau

BouclesVous le savez, j’étais complètement obsédée par la pub du Beau Bag de Kate Spade (c’était dans mon Plan!). La jupe, le top rouge, le petit look classique-with-a-twist… Et puis, j’adore les boucles. C’est normal, après tout: je suis BOUCLE d’Or…

Alors…Alors Papa Ours m’a offert le Beau Bag, dans les teintes noir et champagne. Ce sac est une véritable merveille! C’est totalement le sac idéal pour tous les jours. On peut y mettre tout, tout, tout et on ne cherche jamais rien, rien, rien : il a un don pour garder les choses à leur place! Il y a une grande pochette zippée (j’ai décidé que ce serait pour les factures), il y a deux petites pochettes (pour le rouges à lèvres, spray assainissant et pshiit visage format voyage) et aussi, une grande pochette avant aimantée pour le téléphone, le miroir  et le porte-cartes. Une merveille! L’intérieur est caramel-crème à picots dorés (j’adore les picots dorés…So Caron!) et il y a de la place pour y mettre un ordinateur portable (MacBook Air 13 pouces), un roman, tout le nécessaire habituel du sac et même, un magazine! Enfin, j’adore mais j’adore la boucle de la fermeture éclair pour fermer le sac, une jolie boucle plate un peu réminescente de Ferragamo mais avec un genre de stud carré au milieu.

Enfin, ce sac a vite su m’inspirer mille tenues vestimentaires dans l’esprit des pub Kate Spade (je sais, j’ai zéro imagination!)…Voici donc une tenue de cette semaine, toute en boucles.Look head to toe

D’abord, le top rouge à boucles (JACOB, je sais qu’il est encore en boutiques mais je ne le trouve pas sur le site! Peut être est-il en solde?). Le tricot est tout fin et il est assez doux. Le petit détail que j’aime (en plus des boucles)? Les manches sont un rien bouffantes au niveau des épaules. Ça fait le bras plus fin et la silhouette plus classique.

En manteau

Pour la jupe, après avoir cherché partout un équivalent à la jupe Kate Spade, j’ai finalement trouvé un remplacement acceptable dans ma propre garde-robe : une jupe BCBGMAXAZRIA noire d’il y a quelques années. L’important en fait, c’est que la jupe aie du mouvement, du swing! Ça donne un petit côté frais.  Bas collants opaques noirs (rien de spécial, achetés chez Costco), manteau de laine Zara (pour la petite touche collège) et écharpe infinity de maille crème (JACOB). Normalement, je porte mes escarpins Stuart Weitzman en cuir vernis avec ce look, mais comme je les ai oubliés au bureau, j’ai fait la photo avec mes bottes de pluie (Burberry). Au début j’ai fait des essais-photo en bas collants sur la pointe des pieds avec l’intention de vous demander de m’imaginer en talons mais…c’était juste bizarre comme rendu. Mes photos mode sont définitivement loin d’être au point!

Maquillage Boucles

Et puis, côté maquillage & cheveux, ça dit quoi? Des longueurs bien brillantes et soyeuses grâce à mon duo Rahua, un teint un peu unifié (je dis un peu car je suis enrhumée comme ça n’est pas possible et que j’essaie de m’accepter malgré tout) grâce à mon Un-Cover de RMS et du blush Vapour Organics (teinte Courtisane) sur les pommettes. J’ajoute une pointe de Living Luminizer de RMS, sur le haut des os de joues, le trio de fard à paupières teinte Sweet Spot de la marque Jane Iredale, du mascara, et, pour terminer, le Lip Shine de RMS (teinte Sacred, mon favori bonne-mine) avec mon crayon soyeux 12 Armani (dois-je même le mentionner?).

Enfin, Beau Bag de Kate Spade au bras, baume Green Beaver dans ma poche, me voilà prête pour braver la fraîcheur d’automne!

En ce petit vendredi, parlez-moi de votre look du jour. Allez, dites-moi tout!

Le Clean-Up

B-O bio

I saw the sign

I, I gotta new life
You would hardly recognize me I’m so glad
How could a person like me care for you?
(Why?)Why do I bother
When you’re not the one for me
Ooooo, is enough, enough?

I saw the sign and it opened up my eyes
I saw the sign
Life is demanding without understanding
I saw the sign and it opened up my eyes
I saw the sign
No one’s gonna drag you up to get into the light where you belong…
But where do you belong?

Under the clean moon
For so many years I’ve wondered who you are
How could a person like you bring me joy?
Under the pale moon
Where I see a lot of stars
Ooooo Is enough, enough

I saw the sign and it opened up my eyes
I saw the sign
Life is demanding without understanding
I saw the si-ign and it opened up my eyes
I saw the sign
No one’s gonna drag you up to get into the light where you belong…
But where do you belong?
Oh! Oh, oh, oh

I saw the sign and it opened up my mind!
And I am happy now living without you
I’ve left you, oh-oh-OH!
I saw the sign and it opened up my eyes I saw the sign
No one’s gonna drag you up to get into the light where you belong

(I saw the sign – I saw the si-i-ign) I saw the sign!
(I saw the sign – I saw the si-ig-i-ign)
(I saw the sign – I saw the si-ign) I saw the sign!

And it opened up my eyes, I saw the sign! (sign, sign, sign)

 

-Ace of Base

Histoire d’agrémenter mon mois de novembre, je me suis fixé un défi. Vous êtes prêtes? J’ai quelque chose d’ÉNORME à vous annoncer! J’ai même un peu peur de vos réactions… Boucle d’Or passe au vert l’espace d’un mois! Ouiiiiii! Venez, je vais tout vous raconter de A à Z. D’abord, mon cheminement mental. Mon plan cartésien. Mes analyses. Et mes coups de coeur. Oh, j’ai plein de choses à vous dire!

Cela faisait un moment que ça me chicotait. Depuis l’été en fait. Je pensais à tous ces produits chimiques dans les produits de beauté, à cette notion de cobaye (suis-je une cobaye du monde de la beauté?) et surtout, quels seront les prix à payer, par moi, les autres, la planète. Puis, cet été, j’ai lu No More Dirty Looks de Siobban O’Connor et Alexandra Spunt (dont je vous parlais ici). Ça n’a pas changé ma vie, ça m’a juste ouvert un peu l’esprit. Dans son livre, les auteurs racontent comment, quand elle a mis leur routine beauté au vert, leur peau, cheveux et santé ne s’en sont mieux portés. Intéressant… Mais bon, j’ai continué ma vie avec ma panoplie de produits, certains plus verts que d’autres, en essayant tout de même de faire des choix plus sains quand j’achetais de nouveaux produits. Certes, il y avait une part de curiosité mais aussi, je m’en rendais à peine compte, un réel dégoût naissait en moi en lisant les listes d’ingrédients chimiques et parfois même, inflammables (inquiétant!!). Bon, ensuite j’ai fait deux pneumonies coups sur coup (rien à voir avec les produits de beauté mais la maladie invite toujours au repli et à la réflexion en nous ramenant à l’essentiel n’est-ce pas?), puis, il y a eu la saga je-t’aime-moi-non-plus entre V. et le Maestro…J’ai ensuite rencontré Tata Harper (sa peau!)…Sans oublier que de manière plus générale je me suis émerveillée sur la condition humaine (n’est-ce pas un miracle: la vie? Je sais: ça fait bête. Mais c’est vrai. Il faut la protéger!) Puis, enfin, j’ai essayé Rahua et mes cheveux ont été transformés dès le premier shampoing. Bref, l’univers me parlait, les signes étaient là, à moi de les interpréter. I saw the sign, quoi.

Ça semble tout simple, hein?

Non, attendez, il y avait d’autres variables. Comme la variable “Souvenirs”. C’est le truc qui rend mes choix beauté si difficiles. Tous ces souvenirs rattachés à la beauté plus conventionnelle. Ma grand-mère a toujours utilisé la Crème de Huit Heures d’Elizabeth Arden, du coup, juste son parfum me ramène à elle… Puis, il y a les poudres Caron qui me lient d’une certaine manière aux coquettes du siècle passé…Les bisous parfumés des rouges à lèvres Bourjois que ma maman déposait sur nos joues…Les poudriers brillants qui font clac, les crèmes mythiques, les pubs glossy avec des égéries convaincantes… Comment rompre avec la tradition sans jeter nos souvenirs aux poubelles? Sans compter la petite voix dans ma tête qui se demande si je ne me trouve pas à faire une croix sur le progrès en quelque sorte. Genre, pourquoi ne pas revenir à l’ère pré-pasteurisation tant qu’à y être? Me promener en calèche? Me baigner en robe et culottes à frisons? Manger des racines et écrire mes articles sur des parois de cavernes? Les produits verts d’aujourd’hui reflètent-t-ils réellement les avancées technologiques de manière comparable aux produits plus conventionnels qui, je l’imagine, ont toute une équipe de recherche et développement? Mais justement, cette équipe en recherche et développement: elle m’offre les dernières avancées scientifiques ou simplement le produit moyen qui sera bon vendeur? Oui, labyrinthe dans ma tête, limite, dialogues parano-conspirationiste. Je m’effraie moi-même. Et puis, mes produits conventionnels, je les aime. Je les utilise depuis longtemps et je m’en porte très bien, merci. Je ne pourrai jamais faire une croix définitive sur les rouges à lèvres Chanel ou les blush Dior. Jamais.

Alors, j’ai dis Stop! Puisque je ne suis pas prête à renoncer à tout jamais à mes produits de beauté conventionnels, pourquoi ne pas simplement prendre une pause? L’idée n’est pas de les jeter carrément mais bien d’adopter des produits plus sains pour le quotidien. Je vais commencer avec ça, tiens. Et voir comment je peux m’arranger avec ce qui existe de clean niveau composition. Avec ce que j’ai déjà. Je suis curieuse aussi de voir si j’aimerai mon reflet dans le miroir, si je m’en porterai mieux et surtout, à plus long terme, de voir les découvertes et nouveaux favoris avec lesquels je pourrai créer de nouveaux souvenirs beauté, pour moi, mes enfants et arrière-petits-enfants.

Alors, comment j’ai fait? J’ai pris un gros contenant de plastique et j’y ai mis tous les produits de beauté dont la composition était un peu douteuse. J’ai rangé le contenant derrière mes gilets, dans ma messy garde-robe.  Le grand clean-up! Mes tiroirs sont quasiment vides! Et là, voici mon défi: pour un mois, je dois m’accommoder des produits que j’ai mais qui sont bien sains et voir comment je m’en porte. Il y a, of course, quelques exceptions: si j’ai une grande sortie, libre à moi d’aller piger dans mon “ancienne vie”. Les autres exceptions: les vernis et les rouges à lèvres Rouge de Dior. Just because, tout de même, je veux survivre. Mais sinon, c’est vert ou rien. Surtout pour le quotidien. Que ce soit au niveau des crèmes, soins cheveux, soins visages et maquillage. Go green or go home. Me reconnaitra-t-on? M’aimerais-je? Serai-je plus sereine? Mais surtout: une fois le mois écoulé, aurais-je oublié mon contenant derrière mes gilets ou l’ouvrirais-je telle une zombie assoiffée de gloss? À voir, à voir. Je vous raconterai.

Et, pour l’instant, j’en pense quoi? En fait, je me porte plutôt bien! En plus d’écouter du Ace of Base (ça fait trop sourire! Vive les 90′s!), mes cheveux continuent à me couper le souffle tant ils sont soyeux et attirent les compliments soudainement. Je m’accommode très bien de mes quelques éléments de maquillage Vapour Organics, RMS Beauty, de mes baumes Badger, Burt’s Bees, Tata Harper et d’un sublime soin traitant teinté La Mav. J’ai aussi mon déo Soapwalla, des produits Aurélia, d’huiles diversesM. Picaut, de Mamiel, de mon exfoliant Antonia Burrell et ma crème Coola. Mais surtout, je me sens libérée, légère d’avoir moins, de vivre une vie un peu plus simple. Comme un nouveau départ. J’espère aussi que cette voie sera celle d’une certaine acceptation de soi (exit la quête de la perfection, un teint santé et un sens de l’humour, c’est déjà beaucoup!) et qu’elle aura un peu un effet domino dans ma vie: un effet équilibrant, apaisant, m’entraînant vers une vie plus saine (plus de sommeil, plus de moment présent, de l’exercice, des grandes respirations). Sans compter que ce sera pour moi l’occasion de nouvelles explorations, de la découvertes de nouveaux filons et chouchous. Je n’en n’ai aucun doute! D’ailleurs, je vous parle très vite d’une marque qui a changé ma vie, rien de moins (je vous prépare un super topo!).

Tout cela c’est sans compter que l’offre de produits bio et glamour, hyper-performants et joliment emballés s’est multipliée de manière exponentielle au cours des dernières années. C’est une initiative que je choisis d’applaudir par mes choix, en l’encourageant avec mes achats.

Et pour mon blogue, ça donnera quoi? N’ayant jamais été puriste dans l’âme, je doute de pouvoir renoncer à 100% à mes produits de beauté chargés de souvenirs tant personnels que multi-générationnels. Mais l’idée est que, pour mon quotidien, je vais rechercher des produits plus verts, plus éco-responsables et sans produits chimiques. Je me mets donc en quête d’une beauté plus sereine, plus sage. Un équivalent-beauté de la quête de Siddhartha…Vous viendrez avec moi?

Le bain du changement d’heure

Heure

Ce dimanche, on a changé l’heure. Enfin! Il fera clair le matin au réveil. Fini la confusion de Petite Ourse qui me demande “Mais pourquoi tu me réveilles toujours au milieu de la nuit?” Oui, elle avait raison, se lever le matin quand il fait nuit noire c’est mi-ambiance réveillon, mi-panique-évacuation. Le beau côté, c’est que le soleil se lèvera avec nous, mais le côté plus dark c’est aussi qu’il fera noir beaucoup plus tôt. Bref, c’est novembre, ça sent l’automne, les coups de blues, les pluies glacées, le début de l’hiver et les pieds gelés. C’est donc le moment idéal pour hiberner.

Routine de soins douillette, crèmes câlines (ne jamais sous-estimer le facteur bonheur dans ses choix!), vernis chic-chaleureux (Bloodline de Vinylux CND!) et surtout, rituel réchauffant  pour se donner hâte au retour à la maison…En effet, pour moi, rien ne vaut le bain salé aromathérapeutique. Rien!

Idéal pour s’assurer un sommeil de plomb hyper-réparateur, pour couper l’herbe sous le pied d’un début de rhume ou simplement détendre muscles et neurones, le bain salé parfumé est un super allié. Ces jours-ci mon allié préféré.

D’abord,  le bain salé parfumé ne coûte pas cher et est facile comme tout à réaliser. Les ingrédients sont quasi-universels et pour une fois, faciles à trouver…Pas besoin de commander en ligne d’un site danois qui ne livre dans notre pays qu’à gros prix! Yay!!

Comment on fait? Après avoir acheté du gros sel de mer (je préfère le sel gris brut (de la mer morte), que j’achète chez Rachel Béry à 5,99$), on se fait couler un bain bien chaud. On prend ensuite une poignée de sel et on y verse quelques gouttes d’huiles essentielles de notre choix. C’est une naturopathe qui m’a conseillée cette technique de verser les gouttes dans le sel au préalable. Pour ma part, j’utilise en ce moment le complexe Nordika de la marque Divine Essence, un mélange de conifères de la forêt canadienne. J’adore quand la forêt s’invite dans ma salle de bain. En plus, les conifères c’est hyper délassant pour les muscles et un peu décongestionnant. Et puis, c’est parfait pour mon humeur suédoise, ambiance “un renne se profile à l’horizon”. Bon, sinon, il y a plein d’autres huiles essentielles géniales pour le bain: lavande, néroli, camomille romaine et bergamote! Hop, on met le sel dans le bain et on s’y glisse, en fermant les yeux. Mieux vaut tamiser les lumières et bien nettoyer son visage au préalable (ou mieux, se faire un masque!), histoire d’être vraiment en mode détox. On respire ensuite profondément en essayant de ne pas penser à rien et en écoutant le ploc-ploc de la salle de bain. On laisse quinze minutes passer.

Attention, quand vient le moment de sortir du bain, mieux vaut se lever doucement car on aura l’impression d’être un peu dans du coton. On s’éponge un peu, puis, on applique une crème doudou qui sent bon sur la peau humide (ces jours-ci j’adore le lait corps Cold Cream d’Avène et toujours mon huile de noix de coco Adara). On met nos pantoufles et vite, on sa se glisser sous les draps ou s’installer sur le sofa en pyjama. Forte du bien-être soudain qui nous envahit et que l’on ressent comme un second souffle, nous voilà prête à hiberner bien au chaud dans notre maison. Bonne hibernation!

P.S. Attention: femmes enceintes et enfants, veuillez consulter votre médecin avant de mettre des huiles essentielles dans le bain. Pure précaution.

P.P.S. Vous avez d’autres huiles essentielles à me suggérer pour mon bain? J’ai très envie d’essayer géranium…

Trombones et tubes

ClipsDans une totale ambiance d’Halloween (que nous avons passés sous la pluie mais dans la bonne humeur!) mon vanité semble lui aussi déguisé en…mon bureau! D’abord, vous vous souviendrez que j’avais placé mes produits dans un système de rangement de papeterie, ensuite, j’ai ajouté le système de rangement de bureau…Et là, je me rends compte que j’utilise trombones et pinces-feuilles quotidiennement pour préserver mon nécessaire beauté. À quand, la mise en pli aux Post-its ou le blanchiment de dents à la photocopieuse? Pas pour maintenant, je vous rassure. Mais en attendant, venez, je vais vous parler de ce que je fais avec les pinces et compagnie.

D’abord, les pinces-feuilles! C’est ma grand-maman qui m’a appris ce truc; j’ai d’ailleurs certaines de ses pinces à elle (ce sont mes préférées, inutile de vous le dire!). Les pinces-feuilles sont hyper indispensables : je les utilise pour extraire le maximum de produit de mes tubes, un peu sur le même principe que les clés que les coloristes utilisent pour les tubes de coloration. Il suffit de rouler/replier le tube et de le pincer avec la pince: le tube paraît tout propre (pas de tube tout tordu, qui peut alors fendre et contaminer le produit de bactéries) et en plus, ça évite le gaspillage. Pâte à dents et tubes de crème en plastique, pourvu que le plastique ne soit pas trop rigide, c’est génial!

À noter, les pinces-feuilles sont également parfaits pour regrouper les instructions que l’on retrouve dans les boîtes de produits (vous savez, le petit message inspirant qui accompagne le produit avec les dessins de visages avec un diagramme de la gestuelle à suivre? Je garde tous ces papiers au cas où j’aurais une interrogation. Mais bien sûr, si j’ai une interrogation, je ne sors jamais mes petits papiers : je google, voyons, c’est bien plus simple!). Il suffit de mettre tous ces petits papiers ensemble et clip : on a tout ce qu’il faut pour fins de référence future, comme un dossier pour les archives. Quoi, je suis la seule qui archive les petits messages de produits de beauté?

En ce qui a trait aux trombones, je les utilise abondamment pour maximiser les sachets d’échantillons. Bien souvent, ces sachets contiennent suffisamment de produit pour de minima, deux utilisations, pourvu que le contenu du sachet ne soit pas exposé à l’air. Qu’à cela ne tienne, après m’être bien tartinée une première fois, je replie le bord du sachet deux fois sur lui-même et je le referme avec deux ou trois trombones. And voilà! Ma seconde dose de masque Tata Harper m’attend pour le lendemain! Enfin, je regroupe tous mes sachets d’échantillons ouverts avec, vous l’aurez-deviné : des pinces-feuilles! Ça me permet de bien voir ce qui est en cours d’essai. Idem quand je pars en voyage : je regroupe mes sachets d’échantillons dans ma trousse de toilette avec des pinces-feuilles.

Voilà: je suis toujours en quête d’une meilleure gestion de mon espace beauté, toujours en route vers Ithaque. Toujours. En attendant d’arriver à destination, je réorganise, je fais du classement et j’établis des priorités. Oui, oui, comme au bureau.

Je suis d’humeur…suédoise

D'humeur suédoiseAlors voilà, c’est dit: ces jours-ci je me sens d’humeur suédoise. Le temps froid qui revient? L’anticipation des premières neiges? Un peu de tout ça mais en fait, je crois que j’ai toujours adoré tout ce qui est nordique. Toujours! Montrez-moi des tresses, un lit-armoire avec des coeurs peints, des trémaäääs et des plaines enneigées parsemées de toits colorés…Je fonds. Un petit cahier avec des rennes dessus? Des bottes chaudes? Le soin hydratant des belles de Suède? Oh my…just too much pour moi. Je suis suédoise dans l’âme…comme ma maman d’ailleurs. C’est familial je crois.

C’est pourquoi, quand j’ai lu le spécial “beauté-Suéde” dans Town & Country (je crois bien que c’était dans T&C mais je n’arrive pas à retrouver l’article), j’ai littéralement sorti mon cahier avec des rennes dessus pour commencer une petite liste spécial-Suède en vue de mon éventuel (et lointain voyage). Qu’importe, ça fait du bien de rêver!

Rose Otto

Photo Credit: Estelle & Thild

D’abord, la petite marque qui me fait totalement envie: Estelle & Thild! J’adore le nom (Thild, c’est trop beau!), le visuel lumineux et épuré et surtout la philosophie de la marque. Et puis, tous les avis que j’ai lus ont eu tôt fait de me convaincre. La critique est unanime. Ce qui me fait le plus envie: la gamme Rose Otto (l’huile! la crème!) et aussi, le baume à lèvres teinté Raspberry Beige ( ou encore mieux, ce kit). À noter pour celles qui sont en France, la marque est maintenant disponible Au Bon Marché. Chanceuses!

Estelle & Thild

Photo Credit: Estelle & Thild

Il y a aussi, le baume Hudsalva, qui est, paraît-il le baume à lèvres original über-authentique en Suède. À l’origine créé pour prévenir les ampoules sur les pieds des soldats, on leurs donnait également instruction qu’en situation désespérée, le baume pouvait être utilisé comme huile pour faire cuire leur nourriture ou même faire une bougie. On dit que c’est un super baume pour protéger du froid, mais attention pour celles qui ont des allergies aux noix: il contient de l’huile d’arachides.

Hudsalva

Photo Credit: Hudsalva

Il y a aussi…Lilla Bruket, une petite marque qui nous vient d’un village de surf (oui oui) des côtes de Suède! Tout est bio, a l’air délicieux et pour ma part, c’est le gommage corporel au géranium qui me fait particulièrement envie. J’adore le géranium!

Lilla Bruket

Photo Credit: Lilla Bruket

Aussi, je suis totalement d’humeur “maquillage suédois” aussi ces jours-ci: j’obsède sur le blush 7-8 de Hakansson Beauty qui a l’air trop parfait. J’ai d’ailleurs lu (dans mon magazine que je ne trouve pas) que le petit truc “suédois” pour le teint éclatant nordique c’était d’appliquer quelques petites gouttes d’huile hydratante sur le haut des pommettes par-dessus le blush…Oui, ça affecte un peu la tenue mais le rendu vaut le coup. Pour les yeux, un peu d’ombre claire suffit et du mascara sur la pointe des cils uniquement. J’ai aussi envie d’un léger hâle d’hiver (c’est suédois, non?) et pour ça, le courriel d’Etiket tombait à point ce matin: le nouvel auto-bronzant de Pro-Derm Voile d’été, (bien que canadien et non suédois) a l’air juste génial pour les mois froids! On le dit vraiment sans odeur car sans DHA.

Hankasson

Photo Credit: Eleven.se

Photo Credit: Etiket

Photo Credit: Etiket

 

Parlant d’huile hydratante suédoise: j’en suis à mon troisième flacon d’huile Precious Oil M. Picaut! Troisième!! Cette huile incomparable c’est mon doudou, ma couverture de sécurité, mon baume à tout faire, surtout l’hiver.

M. Picaut

Photo credit: M. Picaut

Il y a aussi la jolie marque éco-luxe Björk&Berries qui a des jolis emballages qui me donnent vraiment envie de tester…

Photo Credit: Eleven.se

Photo Credit: Eleven.se

Tout ça c’est sans oublier la marque Face Stockholm dont je vous parlais hier (ce blush teinte Körsbar! Le blush crème teinte Stockholm! Le Nektar teinte Körsbars Blomma! (décidément, il semble que j’aime le Körsbar)), les savons Victoria que j’affectionne, la prise d’omégas 3 (à défaut de vivre dans un petit village de pêcheurs, je fais ce que je peux), des gros foulards, des cheveux tous doux (grâce à Rahua!), des roulés à la cannelle (je cherche d’ailleurs la recette parfaite pour ce weekend) et en fait, tout le site Eleven.se pour ces petites marques suédoises qui font voyager.

Photo Credit: Face Stockholm

Photo Credit: Face Stockholm

 

 

Photo Credit: Face Stockholm

Photo Credit: Face Stockholm

Voilà, aucun doute, je suis d’humeur suédoise! Vous avez testé certaines de ces marques? Sinon, vous êtes d’humeur quoi géographiquement parlant?

Le lipstick de Carolyn Bessette Kennedy

Face Stockholm Cranberry VeilCe n’est que très récemment que je me suis vraiment penchée sur le style de Carolyn Bessette Kennedy (je viens de trouver cette page Pinterest qui le résume bien). Je me rappelais vaguement d’elle pour l’avoir vue plus jeune sur les couvertures de magazines à potins, à la caisse du Ice Cream Parlor à Old Orchard mais je n’avais jamais été intriguée: c’était vraiment une dame et moi, j’étais en shorts de jeans et kangourou. Je me rappelle juste que quand son avion s’était écrasé, j’avais eu peine à le croire. Elle était trop belle pour mourir même si, je le savais, ça ne voulait absolument rien dire.

Mais en vieillissant, Carolyn et moi nous sommes recroisées dans des livres et magazines et là, je me suis sentie interpellée. Oui, son style a un je-ne-sais quoi très années 90 mais…il y a un élément tout de même intemporel à son look très pur, angélique-rock. Comme une acceptation choc. Comme une confrontation chic. CBK est une contradiction. Et de plus en plus, pour moi, une inspiration.

CBK lipstick

J’ai donc vite eu envie de copier son maquillage ultra-sobre (mais adapté aux textures modernes…ça manque parfois de luminosité!). Alors bien sûre, je me suis mise en tête de trouver sa teinte exacte de rouge à lèvres fétiche: un genre de rouge bordeaux bien confituré.

Et après maintes recherches, j’ai trouvé! Il s’agit de la teinte Cranberry Veil de la marque suédoise FACE STOCKHOLM, une merveille qui a vite intégré le rang de ces tubes polyvalents pour ces jours où rien ne va.

Dans un petit tube tout simple, vraiment très chic avec sa ligne noire se cache le trick pour vraiment se sentir belle-intemporelle à la Carolyn. Un rouge un peu translucide, vraiment santé qui ne saurait mieux porter son nom: une vraie teinte de canneberges. Côté texture, on est très près du Black Cherry de Clinique, un genre de baume teinté dont l’intensité est vraiment modulable: du voile teinté qui peut passer du très translucide-frais pour le ski au vrai rouge à lèvres pour la soirée charity. Comme une version nineties du Medieval de Lipstick Queen (ici); un rouge à lèvre juste hot qui aurait pu être porté par Cindy Crawford.

Swatch Cranberry Veil

C’est un petit tube ultra-polyvalent, très seyant, que je m’imagine hyper flatteur tant sur les brunettes que les blondes, sur les peaux de lait qu’avec un teint plus mat de vacances; bref, c’est un rouge naturel qui brille par sa sobriété, un peu comme Carolyn. Beau avec un manteau de fourrure comme avec un imper jaune de pêcheur.

Enfin, fan comme je suis de tout ce qui est nordique, la marque Face Stockholm a eu vite fait de me conquérir et de me donner envie de tout essayer  (un produit qui s’appelle krämögonskugga? j’ai des palpitations juste au nom!). Je vous reparle d’ailleurs de mon obsession nordique très vite.

Vous avez des envies maquillages un peu années ’90 aussi où je suis la seule à vivre dans le passé (et à écouter encore des vieux épisodes de Seinfeld)?

Comment

Réflexion

“Maman, quand tu vas être morte, qui va avoir ton iPhone?” -Petite Ourse

Cette question, posée dans l’auto un jour de pluie m’a donné le frisson. J’en ai tout de suite voulu à Apple de s’immiscer dans nos vies au point où des enfants de 4 ans se soucient désormais de la planification successorale de leurs parents.

Silence.

Mais Petite Ourse s’est faite insistante: “Quand tu vas être morte, je n’aurai plus de maman?” 

Moi- “En fait, je serai toujours là dans ton coeur mais je serai loin-loin-loin. Mais tu seras grande et tu n’auras plus besoin de maman. Peut être que toi aussi tu seras alors une maman…

En disant ces mots, j’ai pensé à ma propre maman à moi qui en plus d’être ma stratège d’organisation, ma conseillère, ma partenaire de magasinage préférée, ma cheerleader, mon modèle d’inspiration, est mon amie aussi. Mais surtout, même en grande fille que je suis, j’ai encore besoin de ma mère à moi, que ce soit pour avoir une deuxième opinion sur une paire de bottes, pour faire de la sauce à spaghetti ou pour juste pour me faire rire… On a toujours besoin d’une mère…Mes propos n’étaient donc pas exacts du tout…

Silence.

Petite Ourse, au bord des larmes -”Mais c’est pas juste, moi, j’aurai toujours besoin d’une maman. Toi, tu es une maman et tu as grand-maman quand même.

Moi – “Oui, Petite Ourse, tu as raison. On a toujours besoin d’une maman et je serai là.

Petite Ourse -”Mais si tu es morte, tu seras plus là, hein? Tu seras loin-loin-loin?

Moi – “Oui, mais malgré tout je serai là et je t’aimerai toujours. Je serai juste loin. Tu comprends?

Petite Ourse – “Oui, je comprends. Mais maman, quand tu seras morte, qu’est-ce que tu vas faire avec ton iPhone?

Silence. Je n’en reviens pas! Encore le iPhone!

-”Tu vas l’apporter avec toi ton iPhone?

-”Non, Petite Ourse, je n’en n’aurai pas besoin“, j’ai dit.

-”Mais Maman, si tu n’as pas ton iPhone, comment tu vas faire pour me parler quand tu seras morte loin-loin-loin?

Comment expliquer la mort à un enfant de quatre ans? Je ne sais pas.

Entre les deux oreilles: ma routine de soins capillaires

CheveuxL’automne, mes cheveux ont toujours mauvaise mine: d’abord, ils se remettent des vacances d’été (aspect terne, couleur jaune canard, pointes fourchues), ensuite, il fait pluvieux-humide (bonjour les frisottis et la tête pyramidale) et on commence à mettre des foulards et du chauffage ( cheveux – antennes de martien à cause de l’électrostatique). Bref, pas génial!

Cette année toutefois il me semble que mes cheveux sont plus brillants et plus coopérants. Il faut dire que j’ai une super routine capillaire:

Cette année, histoire d’éviter d’avoir des cheveux de paille au retour des vacances, j’ai utilisé le Masque Réparateur de René Furterer. Je l’ai d’abord utilisé en vacances, appliqué après les baignades dans la piscine et la mer, en masque-soin assise au soleil, mais aussi, depuis, en cure post-été: je viens d’ailleurs à peine de terminer mon tube. Crémeux-fouetté et délicatement parfumé, nul besoin d’en utiliser une grande quantité, il a joué une grande part dans la réhabilitation de mon cheveu post-vacances, aucun doute. Il faut d’ailleurs que je pense à en racheter avant de retourner au soleil…

Il y a aussi le produit qui a sauvé mon cuir chevelu: le Shampoing Sensinol de Ducray (je suis une grande fan de Ducray…Vous vous rappelez mon amour pour la Crème Ictyane?). Fini les démangeaisons, l’inconfort, la sensation de brûlure et de picotement dans le fond de la tête…Ce shampoing a éteint le feu qui brûlait ma peau (c’était très inconfortable et même hyper déconcentrant- je ne savais plus quoi faire pour l’apaiser) et, qui plus est, n’a pas affecté ma coloration. Enfin, mes cheveux sont doux, brillants et faciles à coiffer comme tout- bref, c’est une merveille que je ne saurais trop recommander aux cuirs chevelus/peaux sensibles. Maintenant que mon problème s’est résorbé, je l’utilise un shampoing sur deux et j’alterne avec…

Rahua! Vous êtes beaucoup à m’en avoir parlé, il fallait que j’essaie mais chaque fois, le prix me faisait grincer des dents. Finalement, je me suis rappelée que comme je ne lave mes cheveux pas très souvent (aux 7 jours environ tant ils sont secs), un flacon me durerait une éternité. Surtout que les avis que j’ai lus sont plus que convaincants: cette marque fait des miracles, change des vies, ressuscite les cheveux morts, bref…cette marque a été élevée au rang de saint parmi les soins. 100% naturelle avec un bon pourcentage d’ingrédients organiques, Rahua contient des huiles utilisées depuis des siècles par les tribus aborigènes de la forêt amazonienne, secrets de leur chevelure épaisse et brillante. Bon. Toute une légende. Mais dans les faits, les huiles aborigènes ancestrales, ça donne quoi?

Suspense…

Alors…Très honnêtement? Je n’en crois pas mes yeux. Ça dépasse l’entendement, tout ce que j’ai essayé dans le passé (c’est-à-dire, des tonnes de choses) et tout ce que je croyais possible. Je ne RECONNAIS pas mes cheveux. Ils sont si doux, si brillants. Pour la première fois, j’ai des cheveux légers, glissants et soyeux, qui tombent en cascade brillante quand je passe la main dedans. Et ça dure entre les shampoings. Je n’aurais jamais cru que j’aurais un tel coup de coeur pour un shampoing et revitalisant mais voilà, je suis complètement raide accro à ces produits!

Aussi, depuis mi-août, quand mon horaire le permet, j’essaie aussi de faire une huile pré-shampoing que je laisse poser 10 minutes minimum. J’utilise pour ce faire l’Huile Secret de Beauté de Leonor Greyl (anciennement connue sous le nom d’Huile de Palme) que je lisse sur mes longueurs et laisse poser en chignon ou tresse désinvolte avant de laver mes cheveux. Le but : avoir des cheveux plus forts, bien en santé pour encourager la pousse et limiter la casse. Et ça marche. Mais il reste que cette huile multi-usage m’a néanmoins un peu déçue : je n’aime pas du tout son parfum trop sucré, presque amer (je crois que je n’aime pas le parfum du yucca). Je dois bien être la seule au monde, cette huile est adorée notamment et spécifiquement pour son parfum…Enfin. Par contre, comme la composition est assez impeccable, que ce produit a fait ses preuves auprès des Rapunzel de ce monde et que je vois des résultats au niveau de la pousse de mes cheveux je l’utilise avec plaisir en huile à rincer. À noter toutefois, ce produit est commercialisé comme étant multi-usage et peut donc aussi être utilisé en huile sublimante pour le corps, pourvu que le parfum nous plaise.

Enfin, avant de sécher mes cheveux, j’applique un peu de Shine On de John Master Organic, un produit bio qui fait les cheveux tous doux, non-collants et très brillants, mais surtout, qui fait durer la mise en pli encore plus longtemps.

Voilà pour ma routine de soins capillaires d’automne. Il y a aussi mon Rêverie de Garrett Markenson que j’applique les matins de frisottis et enfin, ma taie d’oreiller en soie dont je vous avais parlée ici. Beaucoup de belles découvertes pour moi et, enfin, une routine qui plaît autant à mes cheveux qu’à mon cuir chevelu capricieux! Le bonheur!

Vous, votre routine capillaire d’automne?

Sagesse dans le Stress

Petits contesC’est ma mère qui m’a fait découvrir ce livre et, dès que j’ai lu le résumé à l’endos, mon coeur s’est mis à battre plus vite:

“Ce livre n’est pas fait pour être lu mais pour être fréquenté comme un ami proche, secret. Vous pouvez lui demander de vous nourrir, il vous nourrira, de vous éclairer, il vous éclairera, de jouer, il jouera avec vous le jeu le plus mystérieux du monde, celui du hasard qui n’existe pas.

Ouvrez-le, simplement, par curiosité. Quelqu’un est là qui vous parle. Il ne vous dit pas seulement quelque chose de plus ou moins intéressant, non. Il répond à une question que vous n’avez même pas formulée à voix haute. Il y répond à sa manière, qui peut être déconcertante. Mais ne grimacez pas. Ce qui vous est dit là s’avère toujours étrangement sensé.

Car les contes sont des vieillards immémoriaux et bienveillants. Ils savent tout de la musique du coeur du monde. Allez les voir. Ils répondent toujours à nos questions pour peu qu’ils soient interrogés avec cette lumière simple dont ils sont eux-mêmes pétris, et que l’on appelle l’innocence.

Henri Gougaud

Oui, c’est un petit livre de contes anciens, de fables et de vérités toutes simples. Chaque conte a quelques pages à peine, parfois une seule. À lire avant de se coucher, même crevée, dans le métro quand la journée nous pèse, mais aussi à avoir dans son sac à main quand on s’apprête à affronter une épreuve. Un bijou de livre pour les journées grises d’automne et pour nous encourager à devenir de meilleures personnes, plus sages, plus douces, plus gracieuses mais surtout, plus humaines. Un petit livre pour nous ramener à l’important ces jours où on ne sait plus où donner de la tête. Vraiment, Boucle d’Or est sous le charme!

-Petits Contes de sagesse pour temps turbulents, Henri Gougaud, Albin Michel, 2013

Ma pause-dîner avec Tata Harper

Tata & me

Se faire vaporiser le visage d’Essence Florale par Tata Harper herself? Je rêve!

Devinez quoi? J’ai récemment rencontré Tata Harper pour vrai! Vous savez, cette grande prêteresse du soin bio établie au Vermont dont je vous ai déjà parlé ici, celle qui règne sur le jardin des merveilles avec ses flacons verts et jaunes précieux? Elle était de passage à la boutique Etiket (ma caverne d’Ali Baba à moi!) à l’occasion du lancement de sa dernière gamme de soins (The Supernaturals) et, je ne pouvais absolument pas manquer cela! Comme je ne peux pas m’absenter du bureau pour aller parler onguents et petits pots (I wish), j’ai pris ma pause lunch plus tard ce jour-là et j’ai foncé à l’autre bout de la ville pour aller au moins juste la rencontrer. Je suis arrivée sous la pluie, une moitié de carotte encore dans la bouche (j’ai mangé mon lunch dans l’auto), complètement essoufflée mais just so happy! L’image-type de la groupie sautillante qui n’arrive pas à y croire. Oh my God, Oh my God: j’allais rencontrer Tata Harper!!!!!!!!…..!!!!! Hiiiiiii!

Etiket

Tata Harper était bien là, installée dans le douillet décor de la boutique mais j’ai bien failli ne pas la reconnaître…Elle portait un leggings de cuirette et un coton ouaté à paillettes. Ça m’a fait un choc. Je suis bête: je m’attendais à quoi? À ce qu’elle porte une chemise de chanvre et une couronne de fleurs? Une chemise à carreaux et un chapeau d’agriculteur? Secrètement, oui. Mais finalement, de voir Tata comme ça, en fille normale au look urbain et même ultra-glam, c’est hyper rassurant. J’ai eu tout à coup l’impression que sa belle peau (sa peau est juste démente…tellement parfaite!) était à la portée de toutes- pas juste celles qui habitent dans des vastes plaines fleuries.

Revenons donc à la peau de Tata Harper. Si j’avais eu quelconque doute quant à l’efficacité de ses produits (cela dit, pour avoir testé, je n’en n’ai absolument AUCUN), tout cela aurait été dissipé en voyant la peau de Tata. Un grain serré, un éclat rosé, pores invisibles…La poster-child pour le bio, pour les grandes respirations, pour le plein-air. Une peau d’ange avec zéro maquillage apparent (elle avait maquillé ses yeux mais son teint semblait vraiment tout nu). Bref, j’étais vraiment convaincue. Mais je me suis secouée: j’avais des questions à lui poser!